Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les oubliés des rythmes

Les oubliés des rythmes

Ils sont peu reconnus dans leur mission éducative, même si des progrès sensibles ont été constatés ;

Ils sont souvent sous statut précaire et peu payé ;

Ils n' ont pas été consultés lors de l’élaboration du projet ministériel…

Et pourtant ils existent et assurent une mission éducative forte importante dans le cadre des accueils du péri et du post scolaire…

Les projets qu’ils mettent en place sont très souvent de grande valeur et favorisent le bien-être et l’épanouissement de l’enfant.

Les animateurs sont massivement pour un aménagement des rythmes de l’enfant, car comme professionnels accueillant les enfants après la classe, ils ont constaté l’état de fatigue de ceux qui leur sont confiés.

Ils sont inquiets devant les incertitudes et les premières décisions prises par l’État ne peuvent qu’accentuer leur appréhension .

Oui à l’aménagement mais pas dans la précipitation et pas à n’importe quel prix ?

Alors que la qualité et l’importance de leur mission avaient conduit les partenaires éducatifs, les employeurs et le Ministère de la Jeunesse et Sports à mettre en place un taux d’encadrement assurant une qualité du travail, le gouvernement a décidé « d’alléger » les taux d’encadrement….

Demain un animateur du « primaire » pourra encadrer un groupe de 18 au lieu des 12 ou 14 actuels…

Que se passera-t-il dans les accueils de loisirs du mercredi après midi et des petites vacances ? Quel sera le taux d’encadrement pratiqué ?

La Caf s’adaptera t-elle à la nouvelle donne et abandonnera t-elle ses exigences ?

Quelle sera demain les « contraintes » en terme de qualification ?

Il existe un risque : c’est que cet aménagement qui s’inscrit dans des budgets d’austérité conduise à une déréglementation :

Les communes, employeurs pourront utiliser du personnel peu qualifié et même des animateurs ayant au mieux leur BAFA ….

Cette politique de l’aménagement à la va vite et aux forceps sans moyen risque de conduire l’animation à faire un bond en arrière.

Tous les acquis de ces dernières années en termes d’exigence de qualification professionnelle et d’avancées concrètes, risquent de passer en pertes et profits ( financiers et pas pédagogiques)

Je partage entièrement le positionnement des syndicats EPA FSU et SEP UNSA qui dans un communiqué commun font les propositions suivantes :

( pour lire le communiqué en entier : Lire la suite (http://www.epafsu.org/?p=1465)

« Des efforts restent à faire » :

Construire un véritable changement dans les prochaines étapes :

  • Le gouvernement doit pouvoir garantir à la caisse nationale d’allocations familiales (CNAF) les moyens financiers et humains pour répondre à la mise en œuvre d’une réforme nationale des rythmes éducatifs qui suppose des accompagnements et partenariats multiples, des ajustements de critères ;

  • Plus spécifiquement le MSJEPVA et le MEN doivent compléter et revoir les textes de mise en œuvre à partir d’une concertation approfondie ;

  • Le MSJEPVA doit se concerter avec les partenaires sociaux pour :

    • relancer une dynamique de professionnalisation des personnels de l’animation (diplômes professionnels) pour faire face aux besoins, assurer la qualité d’encadrement ;

    • garantir l’instauration de conditions de travail décentes pour les animateurs, notamment en termes d’emploi du temps pour les périodes périscolaires exposées aux plages de temps problématiques ;

    • positionner les conseillers d’éducation populaire et de jeunesse (CEPJ) et conseillers d’animation sportive (CAS) dans l’accompagnement technique et pédagogique des acteurs et collectivités, dégager des moyens conséquents pour les groupes d’appui départementaux ;

  • Le MEN doit reprendre et modifier la loi de refondation de l’Ecole pour :

    • construire des temps de formation initiale et continue conjoints aux acteurs éducatifs (Enseignants, animateurs, Conseillers d’Education Populaire et de Jeunesse), car c’est par la formation conjointe que les mutualisations et coopérations peuvent se construire pour dépasser les juxtapositions de temps éducatifs ;

    • veiller à ne pas faire sortir du temps scolaire les enseignements artistiques, l’éducation physique et les activités d’éveil ;

    • envisager, dans le cadre universitaire des ESPE et dans celui des établissements du MSJEPVA (CREPS, INJEP…) des collaborations associant des enseignants, des personnels du MSJEPVA, des acteurs des mouvements d’éducation populaire.

  • La CNAF doit conditionner les aides financières à une exigence de qualité éducative par le maintien des taux d’encadrement actuels et l’emploi d’animateurs possédant des diplômes professionnels.

  • L’emploi périscolaire doit être qualifié, statutaire et pérenne dans l’associatif et les collectivités.

Ce temps de respiration n’est pas perdu,

il permettra un meilleur second souffle.

Dans l’intérêt des enfants, des familles et de la qualité éducative »

 

le MSJEPVA et le MEN ( respectivement Ministère des Sports de la Jeunesse de l'Education populaire et de la vie associative et Ministère de la Jeunesse et des SPORTS°

Il faut absolument que le débat réel commence .

Les animateurs ne doivent pas être les oubliés des rythmes...


 

Jean-François Chalot

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • eric 27 mars 2013 11:36

    Et vous ne parlez même pas de leurs statut et de leur protection sociale. 17% des intervenants dans le service public sont des précaires (11% dans le prive qui a plus le sens de ses responsabilités sociales) Combien de % dans ceux que vous évoquez. Pas un jour d’arrêt maladie finance. Réponse du gouvernement. Il abolie la journée de carence pour les statutaires de la fonction publique, alors qu’il n’y a plus d’argent dans les caisses. On comprend vos inquiétudes et vos regrets de la période précédente. je vous l’avais dit. Un gouvernement de droite peut choisir entre ce qui lui semble utile a la population ou moins. Un gouvernement de gauche doit choisir entre arroser sa clientèle ou celle des autres. Les titulaires votent PS, les précaires votent « vraie gauche ». Il ne peut se permettre d’être trop sensible aux besoin de la population. EN période de disette budgétaire, les non statutaire, les animateurs, les associatifs,sont toujours traite comme l’arrière garde du prolétariat par la gauche arrivée.


    • ecolittoral ecolittoral 27 mars 2013 12:12

      CHALOT ! Ça fait 30 ans que les animateurs sont pris pour des « jeunes sympathiques qui s’amusent avec les enfants ». 30 ans qu’au moindre pépin on envoie TF1, FR2 ou M6 pour les enfoncer. 20 ans qu’on diminue l’encadrement. 20 ans que les effectifs J&S diminuent.


      Des dizaines d’années que les mairies envoient « la mère de famille chômeuse du coin » pour « s’occuper » de gamins et remonter ses allocations.
      Ces jeunes (majoritairement) sont précaires, reçoivent un pour boire, se défoncent, montent des projets...« pour s’amuser avec les enfants ».
      Pas étonnant que les BAFD et autres « responsables » préfèrent travailler au Mac do. C’est moins mal payé et....moins dangereux. Quelques frites par terre, on est viré.
      Un gamin qui a un problème et c’est risque (pénal) d’emprisonnement et interdiction d’exercer. « Les oubliés ? » Ils elles l’ont toujours été et c’est de pire en pire.

      Pour les dirigeants de certaines associations et fédérations (certaines) pas de soucis. Ils vont pouvoir continuer à encaisser aides et subventions pour leur profit personnel...ou le p... !
      Moins d’encadrants, en contrat aidé donc payé par l’état = moins de charges salariales sans baisse du prix/journée pour la CAF et les parents En cas d’accident il suffira de faire plonger ces précaires. 

      ATTENTION CHALOT, vous avez levé un lièvre ! Si on rentre dans les magouilles associatives et fédératives (pas toutes) on peut aller très très loin.
      Rien à voir avec vous. Rien à voir avec la cause que vous défendez et rien avoir avec votre association. Juste un commentaire de BAFD qui a fait beaucoup de « directions ». 


      • CHALOT CHALOT 27 mars 2013 12:20

        Les lièvres doivent être soulevés...J’ai déjà écrit des articles sur ce sujet et agi concrètement pour que l’animation devienne un métier reconnu
        ( j’ai aussi participé modestement à l’écriture du livre noir de l’animation de la CGT ; contribution sur mon expérience )


        • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 27 mars 2013 14:53

          D’un côté des profs d’école « masterisés »pour 4 jours de classe, de l’autre des animateurs sous-formés et sous-payés pour encadrer toujours plus de mômes...

          Et l’on accuse les socialistes d’« égalitarisme » !!!

          On sait qu’il n’y a pas de sous, mais ce sont toujours ceux du bas de l’échelle qui trinquent !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès