Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les Petites mains du Système

Les Petites mains du Système

L’événement sportif de l’été c’était les jeux olympiques. Londres a vécu au rythme des exploits sportifs des athlètes du monde entier et toutes les personnalités sont venues se faire voir dans la capitale anglaise qui pour l’occasion était sécurisée et policée à l’extrême : une caméra pour 16 personnes, un agent de sécurité pour 4 athlètes, 40.000 militaires et policiers, la défense aérienne et maritime sur le pied de guerre avec un navire de guerre ancré sur la Tamise et des hélicoptères de combat prêts à intervenir, sans oublier bien sur des milices olympiques qui veillent au respect des droits labellisés JO, biseness is biseness !

Londres a aussi offert une image clean, comme virtuelle et pour cela, comme pour tous les grands événements, on a nettoyé la ville de ses pauvres, de ses SDF, de ses mendiants, rien ne doit venir ternir la fête ! Mais il y a une catégorie dont ce genre d’événement ne peut pas se passer : les bénévoles. Pour réussir cette mascarade ils étaient 70 000 et rien que pour la cérémonie d’ouverture, qui a couté 38 millions d’euros, il en a fallu 10 000 ! De l’argent il y en a, mais comme d’habitude il n’est pas pour tout le monde !

Les JO sont-ils l’aboutissement de la pensée capitaliste ? Le budget initial a été multiplié par cinq, et ce sont les contribuables du Royaume-Uni qui vont payer la note. Les économistes savent que ces JO ne rapporteront rien et ne produiront aucune richesse pour la société. Au final l’argent dépensé aurait permis de fournir des emplois dignes de ce nom pour 4 millions de personnes. Pendant que les multinationales faisaient leur pub et négociaient des contrats, que l’on discutait cachets et commissions et que l’opulence des cérémonies et des réceptions VIP comblait une petite classe, des dizaines de milliers de bénévoles s’activaient dans l’ombre. Pouvoir faire tourner le système, avec des petites mains que l’on n’a pas à payer, faire travailler les gens gratuitement, c’est le stade final du capitalisme. Peut-être que dans un proche avenir il faudra même payer pour être bénévole, on n’arrête pas le progrès, le capitalisme peut toujours s’améliorer !

Dans le monde sportif, artistique ou industriel il faut des petites mains pour faire tourner « la machine », ces petites mains sont indispensables, sans elles rien ne serait possible, et pourtant on les cache, on les minimalise, on les dévalorise et souvent on les méprise. Il ne faut surtout pas qu’elles se rendent compte qu’elles sont la base du système. Bien, l’on va me dire qu’il faut aussi des athlètes, des artistes ou des « patrons », bien sûr bien sûr, mais il est plus facile de trouver parmi les « petites mains » des gens qui tapent dans un ballon, courent, jouent la comédie ou managent une entreprise que de voir un professionnel du sport, du cinéma ou un PDG du CAC40 travailler sur un chantier, nettoyer des bureaux ou vider des poubelles ! Alors, oui, l’on a besoin de tout le monde, mais chacun est interdépendant des autres, et rien ne justifie les écarts de revenus auquel on assiste, des variations de 1 à 3 ou 1 à 5 ne seraient-elles pas amplement suffisantes ?

Enfin quant à la « propreté des jeux », Jacques Soppelsa, professeur de géopolitique à la Sorbonne, écrit dans un article publié dans « Le Monde » que ces jeux de Londres sont ceux du crime organisé autour des paris truqués, de la vente de billets et de produits dopants et de tractations frauduleuses entre partenaires de l’olympisme. Les Jeux sont un eldorado pour le capitalisme prédateur, mais aussi pour les mafias. Le CIO est parfaitement au courant de ces pratiques. En ce sens, il y participe.

Bref, ces Jeux démontrent que le sport est en collusion directe avec le capital transnational, dont la seule ambition est le profit, et ne pas sous estimer le message délivré par un représentant du gouvernement anglais : « les jeunes aiment le bénévolat, les JO sont une réussite et démontrent que pour y arriver, il faut travailler dur ». Amen, la messe est dite !

A lire également : LES JEUX SANS LE PAIN

http://2ccr.unblog.fr/2012/09/04/les-petites-mains-du-systeme/


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Leo Le Sage 6 septembre 2012 09:30

    @AUTEUR/ROBERT GIL
    Vous dites :
    "Jacques Soppelsa, professeur de géopolitique à la Sorbonne, écrit dans un article publié dans « Le Monde » que ces jeux de Londres sont ceux du crime organisé autour des paris truqués, de la vente de billets et de produits dopants et de tractations frauduleuses entre partenaires de l’olympisme" [...]
    Vous avez parfaitement raison de préferer citer des personnes compétentes.
    Un spécialiste en géopolitique est nettement plus pertinent dans votre discours que d’autres personnes...

    Mon avis
    Le pays du pari c’est la GB donc je ne m’étonne qu’à moitié... smiley
    La meilleure façon de combattre ces criminels est de convaincre les gouvernants de prévoir un système de traçabilité totale des transactions financières.
    Quand à sa faisabilité cela dépend plus de la volonté du législateur car sur le plan technique je ne vois pas qu’est-ce qui pourrait sérieusement le bloquer.

    PS : Dans quel article du monde est-ce cet interview ?

     
    Cordialement

    Leo Le Sage
    (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


    • Robert GIL ROBERT GIL 6 septembre 2012 09:42

      j’avais noté cette citation de Soppelsa en lisant un article du nouvel obs cet été, mais je ne me rappel plus du numero.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 6 septembre 2012 10:53

      Bonjour Robert,

      bien sur que cette compétition est le moteur de la croissance sauf que le cent mètres ne passera jamais sous la barre des 9s, le 100 m ne fera jamais 90 m, la franc jamais 0.95 centimes, alors que le dollar 0.01 centime, on y est... !.


      • Annie 6 septembre 2012 11:23

        Une petite précision quand même. La notion de bénévolat implique un choix. Certains de ces bénévoles étaient en fait des chômeurs qui en contrepartie de leurs allocations chômage ont dû accepter de travailler pour rien et assurer la sécurité des JO. Vous avez peut-être entendu parler du scandale de G4S. Quelques jours avant l’ouverture des JO, 30% de ces « bénévoles » ne se sont pas présentés et il a fallu faire appel à l’armée. http://www.channel4.com/news/mps-g4s-should-be-fined-for-olympics-security-debacle
        Rassurez-vous G4S n’a pas été pénalisé et a conclu depuis des contrats lucratifs avec le gouvernement britannique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès