Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les plans antisociaux sortent du placard

Les plans antisociaux sortent du placard

On s’en doutait, on le savait, on le redoutait et on espérait fabuler. Mais la réalité est toujours cynique lorsqu’elle est l’émanation d’une droite dure, menteuse, extrême et adepte de l’escroquerie. Sarkozy, Fillon, Bertrand et toute la bande ont bien dealé avec le Medef et les grands patrons du CAC 40 pour différer l’annonce de dizaines de plans sociaux. Drôle d’appellation quand on y pense. Car un plan social, que l’on dénomme juridiquement “Plan de Sauvegarde de l’Emploi” et d’abord antisocial.

Ensuite, la seule chose qui n’est pas sauvegardé c’est l’emploi. Au mieux le chômage est différé de 4 à 9 mois derrière l’écran de fumée d’un hypothétique congé de reclassement.

Le pari de la bande à Sarko était simple : on ment, on cache, on dissimule jusqu’au 6 mai. Et le 7 au matin on renoue avec la préférence viscérale et génétique de la droite qui va toujours aux patronat et lèse toujours le salarié.

Si bien qu’à ce jour on dénombre 46 plans sociaux qui étaient bien cachés dans les placards de Xavier Bertrand. Si bien qu’à ce jour 45 000 emplois sont se sur le point d’être supprimés de la carte de la France du travail, celle qui était sensée se lever tôt pour faire plaisir à l’ancien président et qui risque fort bien de ne plus se coucher du tout à force d’angoisse et d’insomnie associées à la perte de son boulot !

La raison invoquée est la même quelle que soit l’entreprise, quel que soit le secteur d’activité, quel que soit le niveau de productivité : la crise, encore la crise, la sacro-sainte crise. Celle qui permet de baisser les salaires, celle qui permet d’augmenter le temps de travail, celle qui permet de mettre à mal le repos du dimanche. Bref, avec la crise, l’entreprise qui veut “alléger” ses charges comme on allège l’obèse de sa graisse trouve nécessairement une justification économique. Il suffit d’une bonne rhétorique libérale et l’inspection du travail ne peut qu’acquiescer. Et si cela ne suffit pas, si les syndicats se rebiffent et revendiquent le droit des salariés, la justice n’osera jamais s’interposer. C’est le pari constant que font les directions générales des grandes entreprises. Et la liste des parieurs, en ce moment elle est longue comme 46 bras :

Mais le pire dans le cynisme réside dans la mise en place de “départs volontaires”. Juridiquement on ne licencie pas. Mais on incite financièrement au départ de l’entreprise des salariés par milliers, via des ruptures conventionnelles inventées par Sarkozy Fillon (vous savez, pour assouplir le marché du travail histoire de stopper le chômage, la bonne blague). La méthode est d’une simplicité déconcertante. On vous propose deux ou trois fois les indemnités légales de licenciement en échange d’une rupture à l’amiable, comme on remplit un constat d’accident. Sauf que le dommage subit est toujours infiniment plus lourd pour le salarié qui résiste mal au mirage de quelques milliers d’Euros “gagnés en un clin d’oeil”. Hier c’était la société générale qui abusait du subterfuge, demain Air France…Drôle de pratique pour des entreprises en difficulté économique que de distribuer l’argent qu’elles sont supposées ne plus avoir.

Et ce ne sont pas des négociations “d’égal à égal” qui y pourront quoi que ce soit. Car il faut vraiment être naïf comme Candide pour croire un instant que le rapport de force entre une représentation syndicale et une direction d’une grande entreprise est équilibré. Pire, que peut faire un syndicat, que peuvent faire des salariés lorsqu’une direction leur répond qu’elle ne peut rien simplement parce que les décisions se prennent désormais à New Delhi, Hong Kong, Los Angeles ou Tokyo !? La sociale démocratie est aujourd’hui impuissantecar dépassée par un système qu’elle a laissé prospérer. Au mieux, elle gère le montant des indemnités “octroyées” par le nouveau patronat financier, dématérialisé, déshumanisé. Elle n’empêche plus rien. N’a plus de prise sur rien.

Alors il reste la loi. Alors elle doit être renforcée. Alors elle doit empêcher tout licenciement qui prétend être économique et qui n’est que financier ou spéculatif. Alors il faut des juges prêts à appliquer les lois. Alors il faut des décisions qui invalident les tentatives d’escroqueries. Alors demandez aux salariés de Leader Price ce qu’ils en pensent et ils vous confirmeront qu’en matière de plan social, le seul rapport de force efficace est celui imposé par la loi.

Encore faut-il pour cela des législateurs prêts à en découdre avec l’économie financière et les patrons voyous ! Encore faut-il pour cela une majorité de gauche pour de vrai ! au soir du 17 juin 2012 ! Encore faut-il pour cela une majorité du Front de Gauche !

Sydne93


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Cigogne67 29 mai 2012 09:30

    ben oui, ils sortent du placard...comme c’était prévu.

    le ps comme l’ump sont dans cette logique libérale avec leurs alliés respectifs malgré leurs grimaces pour condamner

     


    • Robert GIL ROBERT GIL 29 mai 2012 09:33

      Pour les capitalistes créer des richesses est indépendant de créer de l’emploi.
      Pour creer de l’emploi,
      il ne faut pas alléger les charges des entreprises, qui ne sont d’ailleurs que des cotisations sociales, mais au contraire instaurer un impôt sur les sociétés indexé sur le nombre de chômeurs. Plus le nombre de chômeurs augmente, plus l’impôt augmente, le nombre de chômeurs diminue, l’impôt diminue et si le chômage disparaît, l’impôt disparaît ! Il faut que le MEDEF et le patronat n’ait aucun intérêt à ce qu’il y ait du chômage.....
      http://2ccr.unblog.fr/2010/11/04/creer-de-lemploi-ou-des-richesses/


      • samuel 29 mai 2012 17:19

        Je n’avais jamais pensé à ce type de mécanisme.

        Cependant, mets-toi à la place de type qui monte sa boite , embauche 3 personnes et paye tout de même ton impôt parce que sa contribution à la diminution du chômage ne suffit pas à faire qu’il n’y ait plus de chômage. C’est injuste.

        A mon avis, ce n’est vraiment pas un bon mécanisme car il touche n’importe qu’elle entreprise (cac, pme, artisan) sans distinction. Finalement cela ne reste qu’une mesurette face aux véritables causes du chômage :

        - inflation très basse (pour cause de politique monétaire de la BCE)

        - libre circulation des capitaux

        - libre circulation des hommes

        - mise en concurrence de pays aux standards sociaux, fiscaux très différents

         

        Mais bon, fallait y penser.


      • spartacus spartacus 29 mai 2012 23:04

        un impôt sur les sociétés indexé sur le nombre de chômeurs.

        C’est n’importe quoi.  
        Une prime à celui qui préfère tout sous-traiter à l’étranger que de faire sur place avec du personnel. Un handicap à celui qui prend les risques de créer des emplois.


      • Cigogne67 29 mai 2012 09:35

        quid des chomeurs venus d’ailleurs ?


        • jef88 jef88 29 mai 2012 10:52

          En temps normal, parle t’on des plans sociaux, des liquidations et autres licenciements ?
          .............................................NON !!!
          il y a 1000 emplois qui « s’évaporent » tous les jours !

          Bien sur on va dégoiser à la télé sur telle et telle grosse boite ..... Total 5 ou 10000 emplois dans l’année !
          Mais les autres ???????
          SILENCE !

          Quand aura t-on une véritable étude sur le causes de fermetures d’usines depuis 35 ans ??
          Jusqu’a présent la doxa c’était « untel, petit patron, était un con parce qu’il n’a pas su gérer son affaire, et un salaud parce qu’il a laissé tomber ses ouvriers »
          Ce raisonnement était génial ! il mettait dans le même camp les marxistes qui voulaient la disparition du patronat et les financiers qui profitaient des aubaines ........

          Alors à qui profite véritablement le crime ???


          • titi 29 mai 2012 23:42

            « salariés lorsqu’une direction leur répond qu’elle ne peut rien simplement parce que les décisions se prennent désormais à New Delhi, Hong Kong, Los Angeles ou Tokyo »

            Bah quoi ? A force de faire la chasse aux riches, nous sommes désormais un pays de pauvres : les propriétaires du capital ne sont plus là.
            C’est ce que vous vouliez non ?


            • BRAVO L ’ump ILS ONT FAIT TRES FORT AVEC sarko.....cachant 46 redressement de grosses entreperise(( air france...doux)

              en résumé en 5 ans 1046 entreprises sacrifiées...
              ce que je ne comprends pas c’est qu’il y ait 30% de beaufs qui n’ont rien compris

              sarko s’en fout .il vient de passer 1 mois rasé gratis et bien nourri...bien couchés au MAROC


            • dup 30 mai 2012 10:10

              Et si on ne pouvait PAS faire autrement ? Je ne suis pas cynique mais pose une question essentielle : devons nous vraiment tous travailler ? À quoi sert notre technologie si les gains de productivité son pas distribués ? Le mal c’est la concurrence libre et non faussée .Loin d’être un progrès elle nos jette les uns sur les autres pour s’entre dévorer. On dit que la concurrence est favorable au consommateur. Oui mais le consommateur est aussi un producteur. Alors à quoi bon ? Je pense que l’idée du salaire de base pas si bête bien que sa mise en place est loin d’être évidente. En fait on jette à la rue des gens dont on veut plus de leurs bras et on les refile à différents réseaux sociaux et caritatifs. Ce n’est pas déjà un salaire de base qui ne dit pas son nom ? Pour moi toute solution passe par la sortie de l’UE , de l’EURO et de l’OTAN. La France a toujours été en avant garde sur le social et ce n’est pas avec des parasites et une bande d’incapables à 20000 euros par mois qu’on trouve des solutions. Sans souveraineté vous pouvez que pleurer. Un joli conte dont il ne faut pas prendre les idées à la lettre mais l’esprit est plein d’évidences :

              http://www.economiedistributive.fr/IMG/pdf/Kou_l_ahuri.pdf

              http://www.cerclegramsci.org/archives/forrester.htm

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès