Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les prolétaires du secondaire…

Les prolétaires du secondaire…

En direct de ma Segpa

La variable d'ajustement n'en peut plus.

Chaque institution ou corps social aime à disposer de sous-fifres, de serviteurs zélés, taillables et corvéables à merci. Notre belle Éducation Nationale ne déroge nullement à la règle et aime même à abuser de la chose. Elle a dans ses tiroirs plus d'un statut bâtard qui lui permet d'imposer à certains des conditions proprement inacceptables en regard des avantages scandaleux qu'elle consent aux mieux lotis.

C'est ainsi et les groupes minoritaires de n'espérer aucune compassion de la masse des privilégiés qui n'ont nulle envie de compatir au sort des moins bien traités, des modestes soldats de l'enseignement. Ainsi, on peut compter dans le nombre des laissés pour compte les vacataires, les assistants de vie scolaire, les assistants d'éducation et les enseignants de Segpa.

Je ne peux soulever ici le problème des statuts précaires qui sont commodes à notre belle et grande maison. Cela relève de la gestion des flux, des promesses électorales ou des mesures démagogiques. Il faut alors créer à la va-vite une fonction qui fera illusion sans qu'il y ait une véritable volonté de pérenniser et de former.

Nos bons syndicats de fermer les yeux puisque ces personnels ne sont pas de leur monde. On a des principes mais seulement dans le cadre étroit de la protection de l'espèce enseignante. Les agents l'ont bien compris, eux qui ont été boutés de la maison pour intégrer les conseils généraux sans le moindre froissement de sourcil de la gent sur-diplômée.

De tout ça, je n'y puis rien de ma si modeste position et suis assez mal placé pour en parler de manière documentée. Je vous laisse deviner pourtant la misère de ces gens qui travaillent beaucoup plus que les professeurs pour toucher beaucoup moins en se demandant vraiment quelle peut être la raison d'un tel écart. Être de gauche, suppose parfois quelques entorses à la solidarité.

Je veux simplement évoquer mon modeste cas. Il est l'illustration parfaite de la gestion aberrante d'une administration sous le joug de syndicats qui ne servent que leurs intérêts sans aucune vision d'ensemble ni aucun souci d'équité. C'est d'ailleurs ce qui fait de l'Éducation Nationale un bastion du corporatisme et du conservatisme.

Les professeurs des écoles qui enseignent en Segpa sont les ornithorynques du collège. Une espèce issue du premier degré qui est astreinte aux obligations de ce corps, quand cela arrange et soumis aux obligations du second degré quand c'est plus rentable. Naturellement, la règle de base est le moins disant financier et le plus astreignant pour les charges de travail.

Être le cul entre de deux chaises, c'est n'être bien assis nulle part et en la circonstance ne jamais trouver quiconque pour défendre les intérêts d'un groupe si restreint qu'il est oublié systématiquement dans les négociations salariales. Il faut s'y faire. Rien, vous n'êtes rien et dans cette maison de gens si distingués, on vous le fait sentir avec un mépris qui ne cesse de me sidérer après plus de trente ans de ce régime inique.

Vous travaillez plus (+ 3 heures) que vos chers collègues, professeurs des collèges, qui ont la possibilité de refuser d'enseigner dans nos classes, preuve s'il en était besoin, de la difficulté d'une tâche non reconnue financièrement. Vous ne bénéficiez pas des indemnités substantielles qui rétribuent le suivi et l'orientation des élèves. Pourtant, curieusement, vous n'arrêtez pas de consacrer des heures à cette mission qui ne vous est pas reconnue …

Pire encore, vous avez une classe complète quand vos collègues, professeurs d'atelier ont des demi-groupes. Eux aussi travaillent moins, gagnent plus, et, je dois à la vérité de l'écrire, sont beaucoup moins sollicités pour remplir les inévitables rapports, bilans, compte-rendus, validations qui ne cessent de vous tomber dessus. Mais vous n'avez rien à dire, vous êtes la variable d'ajustement de cette noble maison.

Vous passez en dernier pour la composition des emplois du temps, vous ne bénéficiez pas des mêmes promotions, des mêmes avantages que les grands professeurs. Vous êtes un pion, un petit instituteur qui a bien de la chance d'être encore accepté dans le secondaire. Comment une administration qui favorise avec une telle morgue une injustice aussi criante peut-elle s'occuper équitablement des élèves ? Cette question n'a eu de cesse de me tourmenter depuis si longtemps !

Quand il faut faire des heures supplémentaires, des réunions à n'en plus finir, vous êtes du premier degré. Vous travaillez pour la gloire. Quand il faut remplacer un collègue absent, qu'importe la matière, vous être toujours du premier degré et vous pouvez au pied levé faire des maths ou bien des arts plastiques sans rien n'avoir à dire. Mais quand il le faut, on vous collera les obligations du second degré tout en gardant celle du premier degré (Cahier de texte électronique et le cahier journal en simultané).

Je ne peux vous importuner plus longtemps avec un problème très spécifique. J'en avais si gros sur le cœur qu'il me fallait vous narrer brièvement cette situation qui n'évoluera jamais. Jamais un ministre ne parle de nous, jamais un syndicat ne se préoccupe de nous, jamais notre sort ne sera mis en pleine lumière. J'ai allumé une petite bougie aujourd'hui. Avant qu'elle ne s'éteigne, elle aura éclairé quelques lanternes avant que nous retombions dans l'oubli.

Raslebolement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 18 avril 2013 11:34

    vous pouvez au pied levé faire des maths ou bien des arts plastiques sans rien n’avoir à dire.

    Déjà autrefois , les MA, servant de bouche-trou, sans qu’on se soucie beaucoup de leur formation et donc des élèves, pouvaient faire tour à tour des sciences nat., des maths, de la physique, du sport, et même ...de la couture !
    J’en ai connu
    Rien de nouveau
    A la Poste, même mépris pour les innombrables vacataires..
    C’est le new management, mon cher !...


    • C'est Nabum C’est Nabum 18 avril 2013 14:26

      ZEN


      Capable de tout puisque bon à rien pour notre administration.

      Pourtant, c’est dans cette direction que le collège trouvera une réponse à ses difficultés actuelles. Enseigner plusieurs matières est une nécessité pour mieux comprendre l’élève.

    • ecolittoral ecolittoral 18 avril 2013 11:51

      Une enveloppe à se partager en fonction du nombre d’heures/nombre d’élèves.

      A déduire...et sanctionner les absences et manquements à la fonction !!!
      Définir des méthodes et des résultats réellement évaluables PAR TOUS.
      Un droit de regard et une part de décision des tuteurs légaux et autorités...
      Des orientations et programmes adaptés et modifiables en fonction des capacités ET des demandes des élèves. Remplacer le statut par la fonction.
      La fin des syndicats et la mise en place de coordination(s).
      Des contraintes pour vous et, pour vous aussi, une reconnaissance sociale et financière...et un avenir plutôt qu’un placard.
      Le problème, c’est que, par habitude, fainéantise, corporatisme, d’autres ne veulent pas évoluer. Pour eux, « l’esprit de corps », le chèque et la carrière sont plus importants que quelques millions de « clients mineurs » qui préparent leur avenir et le nôtre.

      Dégraisser le mammouth, c’est impossible. Il faut le faire disparaître pour construire autre chose. Cette mutation se fait déjà. Il y a des profs et de vacataires qui, discrètement sont à l’oeuvre. Des élèves, parents, élus sont aussi prêts à apporter leur concours.
      Une éducation nationale et citoyenne est réalisable mais, pour ça, il faut tout remettre à plat...A chacun de faire un effort ! 
      Au ministre les grandes lignes et le budget. Aux « locaux » les enveloppes et la mise en oeuvre DES solutions. A chacun, enseignant, élève, parent, élu sa part de responsabilité et de décision.



      • C'est Nabum C’est Nabum 18 avril 2013 14:28

         ecolittoral


        Je ne suis opposé à vos idées bien au contraire.

        Mais de ma place, il est certain qu’on voit les choses d’une autre manière

      • Laurent C. 18 avril 2013 20:07

        Nabum,

        Avez vous :

        - pris la carte du bon syndicat ?
        - fait de la « lèche » à votre inspecteur, proviseur et toute personne qui pourrait avoir un peu d’influence ?
        - évité de faire des vagues, assumé à la place des autres ?
        - caressé dans le sens du poil quelque décideur, politicien local ou tout autre personne influente ?
        - fait plusieurs arrêt maladie pour dépression ?
        - fait intervenir votre « réseau » ?
         

        En cas de réponse négative à toutes ces question, j’ai peur que votre situation ne soit guère reluisante smiley.


        • C'est Nabum C’est Nabum 19 avril 2013 07:35

          Laurent


          Pour qui me prenez-vous ?

          La réponse est naturellement NON à toutes les questions

          Pensez-vous qu’un syndicat de notre maison puisse se préoccuper d’une si petite catégorie de personnel qui lui apportera si peu de voix ? 

        • Laurent C. 19 avril 2013 09:20

          C’est bien ce que j’espérais !!


          Gros sur le cœur mais la conscience tranquille. Pas toujours facile, mais au moins vous ne devez rien à personne.

        • C'est Nabum C’est Nabum 19 avril 2013 14:19

          Laurent


          Libre je suis libre je finirai ! 

        • tf1Goupie 18 avril 2013 21:55

          Oui mais vous vous êtes un convaincu, un ascète de l’enseignement, un homme nourri par la vocation Nabum, ça se voit ici tous les jours.

          Vous faites ce métier par passion, et même vous considérez que vous êtes encore trop payé tellement vous adorez votre belle mission, c’est l’évidence.

          Et d’ailleurs l’éducation ne doit pas être une affaire d’argent, ce combat vous honore et vous ne devez en déroger.

          Ah, ce don de soi que vous déclamez si bien, il est grandiose et personne ne vous le prendra !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès