Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Luc Chatel revient sur la semaine de quatre jours

Luc Chatel revient sur la semaine de quatre jours

Dans une interview donnée sur Europe 1 le 18 septembre 2009, Luc Chatel revient sur la semaine de quatre jours.

Selon le mnistre de l’Education nationale "ce sont les conseils d’école qui décident s’ils souhaitent organiser la semaine sur quatre jours ou sur quatre jours et demi". Le ministre fait donc clairement comprendre qu’il est possible de faire classe le mercredi matin. Dans la réalité, les choses sont plus complexes que cela. Pour faire classe le mercredi matin, il ne suffit pas de le décider en conseil d’école, il faut également l’avis de la commune.(cf CIRCULAIRE N°2008-082 du 5-6-2008 : "sur proposition du conseil d’école transmis par l’IEN et après avis de la commune, l’inspecteur d’académie-DSDEN peut modifier la répartition des 24 heures d’enseignement obligatoire dans la semaine, en les répartissant sur neuf demi-journées du lundi au vendredi". Dans la réalité, cette répartition du temps scolaire sur neuf demi-journées dans la semaine est très compliquée car pose des problèmes d’organisation. En effet, pour pouvoir ouvrir les écoles le mercredi matin, les communes doivent mettre en place des transports scolaires et un accueil périscolaire. Ceci est donc difficilement envisageable dans de nombreuses communes.

Dans la même circulaire, on peut lire : "L’inspecteur d’académie-DSDEN veille à l’harmonisation des projets d’aménagement du temps scolaire entre les écoles maternelles et élémentaires relevant du même périmètre scolaire et à leur homogénéité entre écoles soumises aux mêmes contraintes pour un territoire donné. Ce territoire peut être plus restreint que la commune pour les grandes villes et plus large pour le milieu rural.
Il tient compte des contraintes inhérentes à l’organisation des transports scolaires. Il mène la concertation, à son niveau, avec les responsables d’activités à caractère culturel, sportif, social et les autorités responsables de l’instruction religieuse".
Pour simplifier, le premier paragraphe signifie que si une école souhaite ouvrir ses portes le mercredi matin mais que les écoles du même "territoire" ne le veulent pas, il sera implossible pour l’école qui le désire de répartir la semaine de classe sur neuf demi-journées. Ce ne sont donc pas uniquement les conseils d’école qui décident.

En théorie, donc, toutes les écoles peuvent ouvrir leurs portes le mercredi matin, mais en pratique seuls 3,6 % des écoliers ont une semaine scolaire répartie sur neuf demi-journées. Luc Chatel explique que si "95% des écoles ont décidé d’adopter la semaine de quatre jours, c’est parce que localement, il y a des consensus, il y a des volontés d’aller dans ce sens.", ce qui nous l’avons vu, n’est pas tout à fait vrai.

De toute façon, cela ne change rien au problème de la semaine de quatre jours, car le temps d’enseignement a bien été réduit de deux heures chaque semaine en primaire passant ainsi de 26 heures à 24 heures (+ 2 heures pour les élèves en difficulté). Que la semaine s’étale sur quatre jours ou quatre jours et demi, deux heures d’enseignement pour tous les élèves ont été supprimées. Pourtant, le Luc Chatel n’hésite pas à déclarer : "Pour 80% des élèves, il n’y a pas de changement dans l’organisation de la semaine et le programme n’est pas plus chargé qu’avant". Ah bon ? La suppression du samedi matin d’école ne serait donc valable que pour 20% des élèves ? De même, les nouveaux programmes 2008, plus lourds et plus complexes au niveau de l’apprentissage de certaines notions, ne s’appliqueraient eux aussi qu’à 20% des élèves ? Soyez sérieux, Monsieur le ministre, et arrêtez de nous amuser, vous n’êtes pas là pour ça ! Arrêtez également de désinformer systématiquement l’opinion publique en tenant publiquement des propos inexacts ! Cela est absolument inacceptable.

Le ministre continue en expliquant que "si les parents plébiscitent la suppression de l’école le samedi matin, c’est parce qu’ils considèrent que c’est une bonne chose pour assurer un enseignement de qualité aux élèves". Peut-être considèrent-ils en effet cela, mais si c’est le cas, ils se trompent. De nombreux spécialistes des rythmes scolaires ont démontré que la coupure de deux jours le week-end nuit à la concentration et à l’attention des élèves le reste de la semaine, et donc à leurs apprentissages. (cf Rythmes de vie et rythmes scolaires, Aspects chronobiologiques et chronopsychologiques, François TESTU, Masson).

Retrouvez toute l’actualité de l’Education nationale sur http://ecole-education.over-blog.com

Stéphane Guinot
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • liebe liebe 19 septembre 2009 13:39

    Tout à fait stéphane, le rythme des enfants est beaucoup plus dense et en tant que parent d’élèves ,je me rends compte de la fatigue supplémentaire que cela entraine. Les enfants sont ainsi plus énervés et plus stressés.
    Le calcul est vite fait, les heures de soutien ont lieu souvent entre midi et deux et donc les enfants n’ont pas de pause méridienne, ou ont une pause méridienne raccourcie.
    Du coup, les parents sont tranquiles, l’école s’occupe de tout. C’est une façon de les déresponsabiliser vis à vis des problèmes de leurs enfants et de croire que leur enfant n’aura plus de problème par la suite. Du coup ce sera la faute des enseignants si le problème persiste.
    Et puis, pourquoi aller payer un professionnel pour la rééducation si le maitre s’en charge ?
    Déresponsabilisation du dispositif. De plus les enseignants sont ils formés pour aider les personnes qui ont des difficultés spécifiques ?
    La semaine de 4 jours arrange certains parents qui peuvent soit partir en week end soit se reposer ; ou d’autres divorcés pour le partage de la garde.
    Mais est-ce que le rythme doit concerné uniquement le bien être des parents ?
    Non, il faut avant tout arriver à étaler sur la semaine les différents enseignements ; du lundi au samedi. Ce serait beaucoup plus interessant pour eux d’autant plus que le programme scolaire est beaucoup plus dense qu’avant.
    Celapose problème également lorsque l’on veut essayer de mettre en place un spectacle en fin d’année, les enseignants sont obligés de revenir le samedi , car il reste le jour où une majorité de parents et de grands parents peuvent venir à l’école.
    Ce n’est pas tant les heures supplémentaires non rémunérées que le fait de devoir prendre en charge, et donc avoir la responsabilité des enfants en dehors du temps scolaire qui pose problème.


    • Blé 21 septembre 2009 09:32

      Si l’Europe doit devenir qu’un Etat de plus étasunien, la France une région, la société qui se développe actuellement n’a pas besoin d’être trop instruite, voyez le système scolaire U S A et les résultats.
      Par contre ce qui est sûr, les enfants des élites ne fréquentent pas les mêmes établissements scolaires que ce soit en Europe ou aux U S A.
      Le ministre Luc Chatel n’est qu’une marionnette, il exécute les consignes et il argumente pour faire admettre l’inadmissible.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès