Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Ma Maman s’appelle Philippe

Ma Maman s’appelle Philippe

Il n'est d'autre objet dans ce qui suit que de réagir à chaud sur un article traitant d'égalité pour tous devant le mariage.

Nous sommes à l'aube d'un long débat qui va remuer les foules et échauffer les esprits. Bien sûr, le thème n'est pas nouveau, mais le gouvernement entend bien concrétiser rapidement un des engagements du candidat Hollande, à savoir accorder aux couples homosexuels la possibilité de se marier.

J'entends régulièrement la revendication d'un droit reconnu aux couples hétérosexuels. Mêmes devoirs - Mêmes droits. J'avoue que cet argument me laisse dubitatif. Je suis homo. Je paye des impôts et respecte le code de la route. Alors j'ai le droit de me marier. Ce n'est certes pas sans fondement. Je ne me souviens pas avoir une fois entendu autre argument que cette égalité de droits et de devoirs pour soutenir l'action homosexuelle vis-à-vis du mariage. Y-en-a-t-il d'ailleurs d'autres.. ?

J'essaye juste de me placer du côté de l'enfant. Voilà des années qu'on nous rebat les oreilles avec des théories de pédopsychiatres vantant les mérites, pour ne pas dire de l'obligation, pour le bon développement de nos chères têtes blondes, d'une éducation menée de concert par le père et la mère, chacun ayant un rôle déterminé et déterminant. Les choses auraient-elles subitement tant évolué.. ?

De mon petit pré carré, si j'admets qu'un couple peut être formé de deux personnes du même sexe, je considère cependant que le mariage implique des devoirs que seul un couple hétérosexuel peut assumer, notamment en termes de représentation morale de la famille et d'éducation d'enfants.

J'entends déjà les cris outragés de certains à l'encontre de la rétroaction de mes propos. Peu importe. A ceux-ci, je demande de s'interroger sur les limites que les "progressistes" posent encore quant au mariage. Pourquoi considérer que le mariage doit s'envisager à deux.. ? Pourquoi pas à trois, à quatre ou plus encore.. ? Allons encore plus loin : J'aime ma souris grise et elle me le rend bien. Alors, quand passons-nous devant Monsieur le Maire... ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.04/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

79 réactions à cet article    


  • SpetsnazH SpetsnazH 11 juillet 2012 14:59

    Entièrement d’accord avec vous. 

    Le problème actuel est que le Lobby homosexuel qui prétend parler au nom de tous les homo (ce qui est bien entendu archi-faux) a trouvé ici son nouveau cheval de bataille et que ce lobby est puissant, donc nos politiques (pour la plupart électoraliste vu que c’est la règle du jeux) sont prêt à tout pour tenter d’élargir leur électorat..

    • Constant danslayreur 11 juillet 2012 15:02

      « sont prêt à tout pour tenter d’élargir »

      Vous l’avez fait exprès, pas possible autrement...


    • nico31 11 juillet 2012 17:56

      On ne dit pas « sodomiser ses copains » mais « élargir le cercle de ses amis ».

      Bon je sort ...


    • louphi 11 juillet 2012 18:39

      SpetnazH

      Je partage votre point de vue. J’ajoute que les lobbys homosexuels sont des organisations riches, très riches, financées par des obédiences oligarchiques financières occultes, véritables vampires de la société. Dans le champ politique, les lobbys homosexuels oligarchiques ont domestiqué l’aristocratie politique de gauche, y compris l’extrême gauche, et une bonne partie de l’aristocratie politique de droite. Hollande ment donc quand il prétend être l’adversaire du monde invisible de la finance, qui avance à visage masqué, et qui gouverne en réalité sans être élu (discours électoral au Bourget). Ce monde invisible de la finance, dont les lobbys homosexuels font partie, gouverne bien en se faisant élire par ses représentants politiques tels que François Hollande.


    • Ouallonsnous ? 11 juillet 2012 19:20

      Ne croyez vous pas que Hollande et son staff de politiques ont d’autres chats à fouetter et bien plus importants pour l’avenir de tous, que de s’occuper de ceux qui, infime pourcentage de la population, font du « buzz » sur la manière contre nature qu’ils ont de s’accoupler ?


    • Constant danslayreur 11 juillet 2012 15:01
      « Ma Maman s’appelle Philippe »

      De Villiers ? smiley


      • Constant danslayreur 11 juillet 2012 15:06


        « Philippe Le Jolis de Villiers de Saint mignon ... Marié en 197312 à Dominique » smiley Que ne le disiez-vous plutôt

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_de_Villiers


      • Oliver HACHE Oliver HACHE 11 juillet 2012 15:40

        J’aurais pu intituler l’article « Ma maman s’appelle François ». Mais il semble que ce prénom ne soit pas associé au mariage, ou alors à une idée très libre du mariage...


      • baleinemutante 11 juillet 2012 15:28

        excusez moi mais ou est la caricature ?


      • Oliver HACHE Oliver HACHE 11 juillet 2012 15:38

        La conclusion peut effectivement être perçue comme caricature, mais elle n’a pas été souhaitée ainsi. Car si je comprends qu’il puisse y avoir débat, vous aurez aussi entendu qu’elle fin je lui souhaite. La société doit certes avancer, mais pas à n’importe quel prix. Si on en vient à désacraliser l’institution du mariage, où posera-t-on les limites.. ? Une fois le mariage homosexuel « obtenu », pourquoi s’arrêter alors en si bon chemin et ne pas chercher la légalité d’un mariage communautaire.. ?


      • Romain Desbois 11 juillet 2012 15:46

        Le mariage civil est un contrat social , il n’a pas a être sacralisé.

        L’Etat ne demande pas aux couples hétéro s’ils ont des relations sexuelles avant de les marier, ni même s’ils ont l’intention de faire des enfants ou d’en adopter.


      • louphi 11 juillet 2012 23:48

        Romain Desbois

        Je vous cite : «  »Le mariage civil est un contrat social , il n’a pas a être sacralisé. L’Etat ne demande pas aux couples hétéro s’ils ont des relations sexuelles avant de les marier, ni même s’ils ont l’intention de faire des enfants ou d’en adopter«  ».

        Le passage ci-dessus montre à quel point le sens des valeurs sociétales échappe totalement aux homosexuels et à leurs souteneurs.

        Vous ignorez le mariage car vous ignorez manifestement ce que c’est que la société humaine. La société humaine est le produit de l’hétérosexualité. C’est l’hétérosexualité qui engendre et fonde la société humaine et son éthique. Sans l’hétérosexualité, il n’ya pas de société humaine. L’hétérosexualité est donc la valeur bioéthique fondamentale de la société. Le MARIAGE est la marque de reconnaissance que la société témoigne envers sa valeur bioéthique fondatrice. Il est donc parfaitement normal que le mariage soit gravé sur le fronton de la société en tant que marque déposée de l’hétérosexualité.

        Inversement, en quoi l’homosexualité mérite t-elle d’être érigée en une institution de la société ? L’homosexualité n’apporte rien en propre qui soit utile à la société. L’homosexualité est l’antithèse de la société.

        Cependant, l’homosexualité en soi, l’homosexualité tout court, tant qu’elle reste affaire personnelle en tout cas marginale et épisodique, n’est pas un phénomène très inquiétant pour la société qui peut s’en accommoder autant que faire se peut.

        Mais, l’homosexualité doctrinaire, idéologique et militante, qui prône le communautarisme sexuel, l’apartheid sexuel, et prétend vouloir moraliser la société, est un virus comportemental qui parasite la société, qui consacre la dégénérescence morale dans la société. Ce n’est pas la société qu’il faut laisser dégénérer, c’est l’homosexualité militante qu’il faut annihiler, c’est-à-dire réduire à néant.


      • Romain Desbois 12 juillet 2012 00:53

        louphi

        Réduire la société humaine à la reproduction est une insulte à l’humanité toute entière. C’est ramener l’humain à l’animalité alors que la société est exactement l’inverse.

        Il ya longtemps d’ailleurs que l’humain a su détacher la sexualité de son rôle procréateur. Vous même, je ne doute pas que vous ayez (eu) des pratiques sexuelles qui n’ont rien à voir avec ce qu’à prévu la nature pour la reproduction (baiser, fellation, cunnilingus, etc...). Même la position du missionnaire est culturelle et pas naturelle.

        Certes la société peut se passer des homosexuels comme elle peut se passer des roux ou pour faire un parallèle à votre notion d’utilité , elle peut aussi se passer des handicapés.

        Nous sommes tous individuellement remplaçables et vite oubliés à l’échelle de la planète.


      • niberta 12 juillet 2012 14:14

        Le mariage est sacrée comme la propriété, la raison du mariage fondamentalement est d’assurer l’héritage, et rien d’autres. Historiquement les sociétés qui vivaient dans le partage des biens ne connaisaient pas une telle instituation, ainsi que la propriété privée. Les enfants sont le enfants de toute la communauté, et la biologie s’en portait très bien.


      • louphi 12 juillet 2012 18:50

        Romain des Bois

         L’homosexualité militante est une perversion mentale incurable. Vous en faites la démonstration. Ainsi, là où toute personne normale constate que la société est le produit exclusif de l’hétérosexualité et que le mariage est la marque déposée de l’hétérosexualité, le militant homosexuel, quant à lui, répond que le mariage c’est « réduire la société humaine à la reproduction, une insulte à l’humanité entière ». C’est plus que de la malhonnêteté intellectuelle, c’est avoir le fion à la place du cerveau.

        L’idéologie du militantisme homosexuel consiste à parasiter les causes très douloureuses pour cautionner sa pacotille. Nulle âme sensible ne peut manquer de s’apitoyer sur le sort de « ces roux et ces handicapés dont la société peut se passer ». Soit tranquille, homosexualité militante car la société, produit de l’hétérosexualité, n’a nullement l’intention de se passer de ses enfants « roux », ni « handicapés ». Il n’y a que les gens pervers pour le penser comme les homosexuels militants. En effet, l’homosexualité militante pense que la société est un produit pervers de l’hétérosexualité, voilà pourquoi elle veut discrètement la détruire, mais n’ose pas le dire ouvertement, par lâcheté.

        Pour conclure, la société n’a pas à chercher à « se passer » des « roux », ni des « handicapés », ni même de l’homosexualité qui, elle, relève bien de « l’animalité humaine ». Les homosexuels militants ont l’art de la diversion par des sophismes de psychopathes, par des discours pompeux sur l’humanité cachant mal leur haine profonde de l’humanité. Ce dont il s’agit pour la société, produit de l’hétérosexualité, c’est de se défendre afin de débarrasser de l’homosexualité militante, cette pourriture comportementale rampante, sida de la société. C’est le défi le plus important de la société, produit exclusif de l’hétérosexualité.


      • louphi 12 juillet 2012 19:05

        Romain Desbois

        (correction de l’erreur de frappe sur les deux dernières phrases)

        Ce dont il s’agit pour la société, produit de l’hétérosexualité, c’est de se défendre afin de se débarrasser de l’homosexualité militante, cette pourriture comportementale rampante, sida de la société. C’est le défi le plus important de la société, produit exclusif de l’hétérosexualité.


      • Oliver HACHE Oliver HACHE 11 juillet 2012 19:32

        Il est exact que l’article les lignes ont été écrites sous une once de volonté de provocation. C’est un large débat qui s’annonce. La pluie de réactions en quelques heures en témoigne.

        Il y aura de la passion de part et d’autre, de l’engagement. pour le moins, je l’espère. Car le mariage autorisé pour les couples homosexuels n’est qu’une porte ouverte à bien d’autres fenètres.

        Il s’agit de ne pas jouer aux apprentis sorciers. Nous voyons déjà les revers de la naissance assistée. Les enfants nés d’un donneur anonyme cherchent à savoir qui est le père. Doit-on couvrir cet anonymat ou non.. ?

        Autoriser le mariage homosexuel obligera demain à résoudre des soucis que nous ne soupçonnons pas aujourd’hui. J’assume mon côté réac’ et souhaite dire non à ce qui ne m’apparaît pas comme un progrès, mais plutôt à une tendance sociétale qui donne un coup de jeune à qui la soutient.

        A qui me dit qu’il faut des pionniers pour avancer, je le renvoie sur la conclusion de l’article avec toujours la même question :jusqu’où faut-il aller pour faire « progresser » la société.. ?


      • Romain Desbois 11 juillet 2012 15:43

        " le mariage implique des devoirs que seul un couple hétérosexuel peut assumer, notamment en termes de représentation morale de la famille et d’éducation d’enfants."

        Chacun a sa propre représentation morale de la famille et d’éducation d’enfants et la forme maritale n’est de fait pas la seule existante.

        Et si le débat de fond était plutôt : est-ce moral que des enfants soient abandonnés et si longtemps en attente d’être adoptés ?

        Un enfant qu’il soit le sien ou pas doit être protégé. Combien sont massacrés dans les guerres et conflits ? Combien meurent de faim ou de maladie ?


        • anty 12 juillet 2012 11:38

          Remarque stupide

          Il ya toujours des couples hétéros prêt a adopté les enfants

        • TicTac TicTac 13 juillet 2012 09:21

          Etes-vous en train de prétendre que, parce que certains parents seraient défaillants, parce que des enfants meurent à la guerre ou de faim, cela justifierait l’adoption par des couples homosexuels ?

          Parce que si tel est le cas, c’est le niveau zéro de l’argumentation.

          La seule vraie question à mon sens est de savoir s’il faut ouvrir aux homosexuels l’institution du mariage ou leur permettre une union qui leur confère autant de droits civils (avec en question sous-jacente celle de l’adoption) qu’aux couples hétérosexuels.

          Après, on peut aussi se demander pourquoi un homme n’a pas d’ovaires ou une femme de testicules et se dire que, décidément, dans une société aussi avancée que la nôtre, il est incompréhensible de faire des différences aussi flagrantes entre hommes et femmes.

          Le combat des féministes n’a pas été de promouvoir le droit des femmes à être des hommes mais de conférer à aux femmes des droits identiques à ceux des hommes.

          De grâce, ne nous trompons pas de combat, tout le monde y perdrait.


        • Bobby Bobby 11 juillet 2012 16:00

          Le mot est dit ! c’est bien de morale qu’il s’agit ici !
          ...quant à la construction mentale qui l’élabore...
          elle n’a de valeur... que par elle-même !
          Vous avez dit « Ouroboros » ? (serpent qui se mange la queue)

          Je crois que c’est Simone de Beauvoir qui a été élevée sans mère,
          cela ne lui a causé aucun problème... même lorsque, finalement, elle en a pris conscience !
          ... à méditer !

          Bien à vous


          • noodles 11 juillet 2012 16:06

            Cher Oliver 

            Votre article retient l’attention à bien des égards, cependant ceci est une simple assertion de votre part : « le mariage implique des devoirs que seul un couple hétérosexuel peut assumer, notamment en termes de représentation morale de la famille et d’éducation d’enfants »

            Vous envoyez le bouchon un peu plus loin que les autres qui disent plutôt pour exprimer la même chose ; « j’ai deux mamans » ou « j’ai deux papas. » 

            Ne pensez-vous pas que plus d’ouverture ne nous nuirait pas, ni aux uns, ni aux autres ? Tous les couples parentaux sont mis à l’épreuve de la durée ainsi que de de la fidélité à leurs devoirs, qu’ils soient hétérosexuels, monoparentaux ou homoparentaux. On ne s’engage pas à être papa ou maman pour une durée déterminée...ou même pour cesser pour désaccord ou fantaisie...Je sais que là-dessus nous serions bien d’accord. smiley

            Par ailleurs, la société n’est pas au bout de ses bouleversements. Sentez bien au bout de votre « plume » que vous n’auriez pas écrit comme vous le faites : « je suis homo .../... » il y a seulement cinquante ans de cela.car c’était bien trop s’exposer. Et en disant 50 ans, je suis encore trop bon. 

            Vous, (pardonnez-moi) ne vous voyez pas élever un enfant (a fortiori le faire naître) c’est votre droit. Certains entreprennent de contredire les « défenseurs de l’humanité » dont je ne citerai pas le nom : laissons ces pionniers faire leurs preuves !

            Suivre et encadrer le changement c’est la bonne gouverne :

            Abolition de la peine de mort *

            Loi Weil sur l’IVG**

            Pacs***

            Contrat de mariage entre individus d’un même sexe.

            Toutes ces dispositions législatives avaient été précédées d’une mise en oeuvre préalable (* affaire Ranucci, **IVG clandestines, ***situations maritales de fait)

            Dans tous ces nouveaux « tiroirs » il convient( et conviendra) à chacun d’en faire bon usage en y plaçant son amour, sa morale....

            Et Paris ne s’est pas fait en un jour. Patientons mon cher Oliver. Si ce n’est ni vous ni moi qui demandons l’évolution vers le mariage pour tous(tes) il faut penser,espérer que les candidats en feront un usage au service de l’enfant dont vous vous souciez tant, à juste raison.

            A le lire attentivement, votre article contient bien plus d’émotion qu’il n’y paraît de prime abord.

            Amitié. Fraternité peut-être ?

            noodles

             

             


            • louphi 11 juillet 2012 18:10

              noodles

              L’idéologie de l’homosexualité militante qui est la vôtre n’a aucun fondement moral en dehors des incantations vagues et confuses sur l’égalité, la fraternité. C’est une idéologie purement démagogique, basée sur des sophismes. Vous écrivez par exemple :

              « Ne pensez-vous pas que plus d’ouverture ne nous nuirait pas, ni aux uns, ni aux autres ».

              Pourquoi ne pas s’ouvrir aussi aux bandits, aux tueurs, aux narcos, aux démagos. Tous ces gens fraternisent bien dans leur milieu. Pourquoi la société n’accorderait-elle pas le droit à l’égalité citoyenne à tous ces statuts sociaux ou au mariage entre eux avec adoption des enfants ?

              Vous écrivez par exemple encore :

              « Par ailleurs, la société n’est pas au bout de ses bouleversements. Sentez bien au bout de votre »plume« que vous n’auriez pas écrit comme vous le faites : »je suis homo .../...« il y a seulement cinquante ans de cela.car c’était bien trop s’exposer. Et en disant 50 ans, je suis encore trop bon ».

              Vous écrivez n’importe quoi. Avec votre fausse bonté, vous ne voulez pas remonter à plus loin qu’il y a 50 ans pour ne pas nous effrayer. Ne vous inquiétez pas pour nos âmes fragiles, et remontons à plus de cinquante ans, même à plus de 2000 ans si vous voulez, dans la Grèce antique par exemple. Nous découvrons alors une société esclavagiste et phallocrate, où l’homosexualité (masculine) est la base d’organisation de la société, la seule forme de sexualité consacrée par la loi. C’est là peut-être le véritable effroi que vous vouliez nous éviter ! 

              Vous constatez donc que, si la consécration de l’homosexualité au sanctuaire de notre société actuelle par François Hollande est bel et bien un « bouleversement », ce « bouleversement » loin d’être un progrès, est un bond extraordinaire de 2000 ans dans l’un des passés les plus rétrogrades de la société humaine.

              La technique de l’homosexualité militante consiste à brandir des thèmes chers à la société pour apitoyer la société et faire ainsi passer sa camelote réactionnaire. La formule magique de l’homosexualité militante se résume ainsi : puisque la société n’arrive pas à soigner le mal, alors il faut officialiser ce mal. La gauche est devenue la porte-parole officielle de cette formule démagogique, par clientélisme politique, par abdication devant le combat pour le progrès social et humain.

               

               

               

               


            • noodles 12 juillet 2012 06:24

              >@louphi

              BONJOUR

              vous écrivez : L’idéologie de l’homosexualité militante qui est la vôtre« . Si moi, j’ai écrit n’importe quoi, vous, alors vous vous êtes trop avancé. Vous m’aurez mal lu. smiley

              Je vous cite : »Pourquoi ne pas s’ouvrir aussi aux bandits, aux tueurs, aux narcos, aux démagos. Tous ces gens fraternisent bien dans leur milieu«  je ne sais pas si vous êtes d’un milieu, mais si mon coeur me porte à fraterniser ou même à avoir de la compassion, heureusement ce n’est pas vous qui allez le régir et il serait prétentieux de penser que j’irais fraterniser avec n’importe qui, vous par exemple. ( je plaisante)

              Vous me citezen disant 50 ans, je suis encore trop bon ». et me considérez comme un ignorant, (et pas que moi )en remontant dans les siècles. Je n’ai focalisé que sur le passé récent, et ni sur la préhistoire, l’antiquité ou le Moyen-Age. et encore moins sur l’inquisition ! hihi ! bien que tous ces thèmes m’intéressent. La Vie de demain bien plus.

              Je vous cite encore : « Vous écrivez n’importe quoi. Avec votre fausse bonté,... » 

              Louphi, vous n’avez pas le monopole de la bonté** ni celui de la raison. Et la bonté ne peut être une tare Vous vous emportez vite.Cela ne va pas m’empêcher d’apprécier votre réaction. Je la préfère au silence.

              Bonne journée à vous

              noodles

               

              **ouh je me prends pour Mitterand là  smiley 

              .


            • nico31 11 juillet 2012 16:37

              L’adoption homosexuelle est un leurre (il suffit d’aller sur les sites Belge pour le comprendre).

              Les faits :

              Il y a chaque année environ 750 enfants français et 3500 enfants étrangers placés en vue de l’adoption.

              L’adoption d’enfants étrangers et légalement impossible pour les homosexuels puisque les pays d’origine ne l’acceptent pas. Dans beaucoup de ces pays même l’homosexualité est un délit.

              30000 couples (hétéro) ont un agrément en vue de l’adoption. Si l’on retire les 3500 qui adoptent à l’étranger il reste donc 26500 couples agréés pour 750 enfants adoptables.
              Quelques centaines de couples homosexuels vont venir s’ajouter aux 30000.

              Les conseils de famille choisissent de manière souveraine les parents qu’ils veulent donner aux enfants dont ils ont la responsabilité. Pour chaque enfant adoptable ils ont en regard plusieurs dizaines de dossiers de parents d’égale qualité. Leur seul objectif doit être l’intérêt de l’enfant. Ils n’ont aucun compte à rendre, aucune grille de critère, ils doivent apprécier en leur âme et conscience et ne se soucier que de l’intérêt de l’enfant.

              Chaque dossier présenté par un couple homosexuel sera en « concurrence » avec 10 dossiers d’hétéro de même qualité. Le choix n’est pas entre un couple d’hétéro alcoolique et un couple d’homo équilibré comme la caricature voudrait le faire croire mais entre 10 couples de parents parfaits dont un est homo et qu’ils ne connaissent que sur dossier. Objectivement, pourquoi iraient ils choisir le couple homo plutôt que le couple hétéro ?

              Allez donc voir en Belgique.

              En 4 ans ... 4 adoptions !


              • Jacques Raffin Jacques Raffin 11 juillet 2012 16:45

                Et qu’attend-on pour interdire le mariage aux divorcés ?
                Ces gens-là n’ont évidemment pas la même morale que nous…


                • nico31 11 juillet 2012 17:50

                  « interdire le mariage aux divorcés » ... leur interdire d’abord de mettre le désordre dans la vie de leurs enfants.

                  C’est un lieu commun que d’affirmer que les enfants sont les victimes du divorce ...
                  Qui dit victime dit coupable (le divorce n’est pas une catastrophe naturelle ou un tsunami). S’il y a des victimes du divorce c’est donc qu’il y a des coupables ...


                • ctadirke 11 juillet 2012 18:33

                  Vous avez totalement raison, mais c’est parce que vous êtes, comme moi et d’autres, un affreux réac

                  Il y aura égalité réelle quand sans la moindre intervention « matérielle » de l’autre sexe l’un des deux partenaires d’un couple homo - que je ne méprise aucunement - pourra enfanter faire un gosse

                  En attendant ils ne seront jamais comme la majorité des autres nat

                  Mais qui sait un jour peut-être ?

                  Lucien à l’époque romaine avait bien inventé la niassance d’enfants dans la jambe


                  • Annie 11 juillet 2012 20:17

                    J’ai l’impression en vous lisant que vous êtes un peu l’immigré que le FN ressort à chaque fois pour convaincre les électeurs qu’il n’est pas raciste, ou disons pour être gentille que ses politiques ne sont pas strictement basées sur une préférence nationale, avec des droits à 2 vitesses. D’après ce que j’ai lu, les parents homosexuels ne sont pas de plus mauvais parents que les parents hétérosexuels. Leurs enfants ne deviennent pas automatiquement des pervers. L’égalité des droits signifie que chaque personne doit jouir de certains droits, quels que soit sa religion, son sexe, son orientation sexuelle etc. etc.
                    La morale n’a aucune place là-dedans. Que le mariage homosexuel vous déplaise au point de le comparer au mariage avec votre souris, qui doit avoir des qualités vraiment cachées, c’est votre problème. La réalité est que petit à petit, une autre réalité est en train de s’imposer. Et j’en suis ravie.


                    • Oliver HACHE Oliver HACHE 12 juillet 2012 00:16

                      Il n’est pas question de comparer, mais de savoir jusqu’où il est possible d’aller. Un mariage avec son animal de compagnie préféré vous paraît peut-être absurde aujourd’hui mais, vous le dites si bien, une nouvelle réalité, ou pour le moins conformité, pourrait petit à petit s’imposer. Non.. ?

                      Quant au droit à deux vitesses, il est d’actualité dans bien d’autres domaines de notre société sans que cela choque le moindre esprit. L’égalité des droits, comme des devoirs, est une pure utopie.

                      Et, enfin, loin de moi l’idée que les homosexuels pourraient être de moins bons parents que les hétérosexuels. Cela va juste à l’encontre de la représentation (rétrograde.. ?) que je me fait de la famille qui, hors accident de la vie, doit être constituée à sa base par un père et une mère, qu’il s’agissent de parents biologiques ou non.


                    • Romain Desbois 12 juillet 2012 07:31

                      La représentation de la famille est culturelle, dans certaines sociétés africaines, une femme peut donner son enfant à une autre du village qui n’en a pas, dans d’autres amérindiennes les enfants sont élevés entre eux par l’ensemble des adultes, indistinctement.

                      En occident aussi elle n’a cessé de changer.

                      Mais votre conception n’est pas supprimée par le fait que d’autres vivent autrement, avec ou sans l’accord des institutions.

                      Le fait que l’homosexualité soit de plus en plus acceptée par la société fera beaucoup moins d’enfants malheureux, même avec un droit à l’adoption.

                      Car il n’y a pas longtemps encore en France les homosexuels se mariaient, avaient des enfants voire en adoptaient et avaient une double vie . Je ne pense pas que cela était mieux pour les femmes et les enfants.


                    • Ornithorynque Ornithorynque 11 juillet 2012 20:55

                      La seule question à se poser est celle du droit de l’enfant.

                      Lorsque l’enfant par accident de la vie se retrouve orphelin, et donc adoptable, il doit bénéficier d’une égalité absolue de droit.

                      Dans ce droit de l’enfant, il y a le droit, en cas d’adoption, à l’altérité, c’est à dire à se retrouver dans une situation la plus proche possible de la situation « naturelle » ou « normale » au regard de la procréation et de la génération et tout simplement de la cellule familiale dont la simple contemplation permet de comprendre que c’est de la différence que nait la fécondité.

                      La loi doit protéger le faible. Et le faible, c’est l’enfant.

                      ce qui nous trouble, c’est que depuis 1945, (pour répondre aux trop nombreuses situations dramatiques issues de la guerre) une loi (d’exception) permet à un célibataire d’adopter.
                      Ce qui était justifié en 1945 et ne l’est plus aujourd’hui.


                      • COVADONGA722 COVADONGA722 12 juillet 2012 06:50

                        yep , bonjour à tous, la revoila la chansonette nouveau coup de boutoir du communautarisme comportemental contre le socle républicain ,yep la société étant devenue « legitimement » tolerante
                         au comportement privé la evendication passe au cran supérieure leur exception doit devenir la norme !
                        les liberaux libertariens un peu rosis sont pour le communautarisme client » au sens romain du terme » le communautarisme comportemental alimentaire religieux ect….. tout est égal pour eux !tout se vaut ces idiots utiles affutent le couteau qui leur trancheras la gorge z’ont pas reussis a instaurer le tout est permis rien n’est interdit .Alors ils sont passé au stade : tout est à vendre tout est marché .Voyez leur demanded’adoption pour les gays qui tend à mes yeux a dire le droits non plus concernant un etre vivant mais un bien mobilier.Car n’est ce pas de cela qu’il est finallement question ? les couples gays appartenant globalement à la partie nantie de la population leur discour ce résume à
                        laissons la loi et le marché me procurer ce que la nature me refuse.Vous trouverez d’ailleurs les memes tenants de ce discour alliés a celles demandant à la loi et la société d’autoriser les » meres porteuses » chacun ayant bien compris la aussi que les ventres seront fournis par ma « classe » au bénéfice des nantis et éduqués de la société.La encore le discour societal et legislatif est sous tendu par la position des requerants en clair P UTAIN !J AI LE POGNON L EDUCATION LA COMMUNICATION POURQUOI JE NE POURRAIS PAS ASSUJETIR SOCIETE ET NATURE A CE QUE JE DESIRE !

                        Asinus :ne varietur !


                        • Romain Desbois 12 juillet 2012 07:20

                          « laissons la loi et le marché me procurer ce que la nature me refuse »
                          Mais c’est aussi le cas pour les hétéros non ?

                          La nature , cet argument si pauvre qu’il faut être simple d’esprit pour ne pas s’apercevoir que la société humaine s’est construite en opposition à la nature. Arrêtez cet hypocrisie qui ne vous sert qu’à justifier la haine des autres comme carburant à votre vie.

                          Je ne vous envie pas vraiment.


                        • Marge 12 juillet 2012 08:12

                          "La nature , cet argument si pauvre qu’il faut être simple d’esprit pour ne pas s’apercevoir que la société humaine s’est construite en opposition à la nature." dites-vous ?

                          Le désastre écologique qui nous menace ne vous a peut-être pas échappé.

                          J’ai bien peur qu’en transposant à nos sociétés ce mépris de la nature au prétexte que le culturel compte pour beaucoup dans nos pratiques humaines, nous nous exposions à des lendemains qui déchantent.

                          Gare à ne pas oublier ce qui nous fonde, qui est tellement naturel qu’on a tendance à l’oublier !


                          • COVADONGA722 COVADONGA722 12 juillet 2012 08:13

                            « Mais c’est aussi le cas pour les hétéros non »
                            soyez assez aimable pour vous reporter à ma phrase sur les meres porteuses j’inclus les héteros dans cette vision consumeriste de l’acquisition de ce que la nature refuse, voir pour certaines nanties la revendication de s’eviter la grossesse.



                            « qui ne vous sert qu’à justifier la haine des autres comme carburant à votre vie. »


                            voui voui je sais le prochain anatheme à etre inscrit dans la loi sera celui la ne pas tout ceder aux gays c’est etre homophobe etc.. une nouvelle loi Gayssot en préparation ?
                            pour le reste vous en savez aussi peu sur moi et mes proches que moi sur vous et les votres evitez de projeter votre vision de martyr societal dans le monde repu et protégé qui nous est commun . C’est faire injure à celles et ceux qui sont vitriolés battus executés en raison de leur préférence comportementales sexuelles ou religieuses .
                            Asinus:ne varietur


                            • Denzo75018 12 juillet 2012 10:01

                              Faux ; Tu as peut-être tous les droits, mais dans le mariage homosexuel, il y a un seul devoir auquel tu te soustrais : Mettre en cloque ton(a) conjoint(e) (lol) !

                              Mais ce petit oubli t’arrange bien dans ton raisonnement « arrangé » !

                              Le PACS existe et répond pourtant à bien des situations...alors pourquoi vouloir faire à tout prix « entrer » l’union homosexuelle dans l’institution du mariage  !


                              • non667 12 juillet 2012 10:44

                                qu’ils le veuillent ou pas les homos ne font jamais des couples  ils font toujours des  PAIRES PAIRES PAIRES PAIRES PAIRES PAIRES PAIRES PAIRES PAIRES PAIRES PAIRES PAIRES

                                ne succombons pas à leurs perversion ............ du langage !  smiley  smiley  smiley  smiley


                                • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 12 juillet 2012 11:20

                                  En démocratie le droit et votre morale particulière sont deux choses différentes. Quant aux enfants, vous n’avez pas à vous en faire leur porte parole, au nom d’une vision d’un ordre symbolique traditionnel revendiquée par une petite minorité de psychiatres (que dire alors des enfants de divorcés et des familles monoparentales ?), encore moins des victimes morales, si ce n’est des victimes potentielles de votre morale particulière.

                                  L’égalité des droits y compris d’éduquer des enfants dans le cadre d’une plus grande tolérance sociétale de l’homosexualité est une revendication démocratique. Vous êtes libres de ne pas exercer pour vous-même, y compris en tant qu’homosexuel assumé, le droit à l’homo-parentalité, mais cela ne vous autorise pas de l’interdire, du fait de votre morale particulière ou d’une prétendu consensus psychiatrique qui n’existe que dans votre imagination, à ceux qui l’exerce déjà de fait dans de très nombreux cas en France et en droit dans le monde.


                                  • Rounga Roungalashinga 12 juillet 2012 12:12

                                    L’égalité des droits y compris d’éduquer des enfants dans le cadre d’une plus grande tolérance sociétale de l’homosexualité est une revendication démocratique.

                                    Il n’existe aucun droit à éduquer des enfants. Ce sont les enfants qui ont des droits que les adultes sont censés lui garantir. Ce ne sont pas les adultes qui ont des droits sur les enfants. A plus forte raison sur ceux des autres. L’invocation d’un droit à avoir des enfants participe donc d’un retournement de valeur qui va à l’encontre des intérêts des enfants, et cela n’est pas acceptable.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Oliver HACHE

Oliver HACHE
Voir ses articles







Palmarès