Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Ma peau de chagrin scolaire

Ma peau de chagrin scolaire

Points de suspension ...

La fin des haricots.

Depuis bien des années, je suis choqué et fâché de la tournure que ne cesse de prendre la fin de l'année scolaire. Un écheveau qui se déroule à des rythmes différents en fonction des lieux et des établissements, une bobine qui se dévide en fonction de la tête du client, quand ce ne sont pas des messages subliminaux sous-entendant aux élèves que leur présence n'est plus indispensable.

C'est le bal des hypocrites tandis que les instituteurs et institutrices (je vomis à jamais le titre illusoire de Professeur des écoles) rament à contre-courant de la fuite générale et restent seuls à bord jusqu'au bout de l'échéance supposée. Bien sûr, les prétextes sont multiples, les nécessités de service nombreuses, les examens et leur surveillance, les corrections et les diverses commissions qui ne manquent pas d'occuper les meilleurs d'entre nous, loin de leurs élèves …

Cette fois, comme je perçois le terme de la représentation, ces derniers jours qui n'en finissent pas de s'étirer entre concertations bavardes et réunions incertaines me laissent sans envie ni plaisir. Les collèges ont fermé leurs portes, les lycées sont affectés exclusivement à ce vieil examen qui n'a plus guère de sens que celui du rituel de passage qu'on octroie presque automatiquement au nom de l'objectif d'état.

Je vais traîner ma misère entre rendez-vous manqués et rencontres impossibles. Partir sans ne plus rencontrer d'élèves : c'est bien là la plus grande punition qui soit pour le misanthrope de service. Il me reste les petits du primaire qui seront encore visibles à moins qu'ils ne soient occupés par une sortie scolaire dont je n'aurai pas été averti.

Il va me falloir jouer avec la montre, tricher avec ce temps qui n'en finit pas de s'égrainer avant que de me signifier mon terme. Ce sera alors le grand saut dans le vide, la déchéance sociale qui vous ouvre les portes de la vacuité. La retraite ou bien la débandade des forces vives, utiles, rentables. Bienvenue dans l'univers des parasites en attente de sénilité …

Cette vacance du temps me plonge dans des abysses de perplexité, le moral en berne et l'acrimonie jubilatoire ! Je hais ce temps qui se refuse à moi, qui s'effiloche, se défait si lentement que chaque seconde devient une souffrance. Le vide a toujours été mon angoisse, celui de ces journées de pré-rentrée ou de pré-sortie qui sont devenus le bal des hypocrisies.

L'école est faite pour y accueillir des élèves et rien n'est pire que ces moments illusoires où l'agitation remplace le cœur du métier. Mais au-delà de ces préoccupations personnelles de peu d'utilité dans le débat actuel, c'est l'absence de bornes communes à la scolarité qui est cause en partie de la déliquescence de notre système scolaire.

Une institution qui ne dispose plus d'un rituel commun et national de début et de fin ne peut s'inscrire dans aucune durée repérable. Chacun, à partir de là, n'en fait qu'à sa tête, de l'élève au professeur, arrivant quand ça lui chante, partant quand ça l'arrange. L'école est devenue une auberge espagnole, un vaste hôtel des courants d'air. Les billets d'absence et de retard étant désormais les vedettes absolues du carnet de liaison.

Curieux nom du reste quand la liaison est coupée, que le lien est si distendu que plus rien ne tient le cadre. Mais pour moi, il est l'heure de taire mes préoccupations. Cette maison ne sera bientôt plus la mienne et, pour me faire payer au prix fort cette désertion, le temps n'en finit pas de s'étirer interminablement dans l'illusion de l'activité.

Ma dernière heure approche. C'est bien là la seule certitude. Elle se joue de mon impatience en se dérobant, en perdant toute substance. Elle me met au supplice de l'inactivité. Heureusement, il y a quelques classes où je vais passer raconter des histoires, faire autre chose que ce rien qu'on me demande d'effectuer sans rien dire. Je tirerai mon irrévérence par quelques pirouettes ligériennes. Le temps est bientôt venu de ne plus le compter !

Intemporellement mien.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • leon et paulette leon et paulette 24 juin 2015 20:31
    M’est avis qu’au hasard du temps le bonimenteur devrait bien finir par rencontrer quelques anciens élèves au détour d’un petit coin de Loire. Et même si elle ne coulera plus tout à fait de la même manière, il faudra être prêt pour regarder passer les petits bateaux. 


    Tendrement vôtre.

    Paulette

    • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2015 12:38

      @leon et paulette

      J’espère qu’il en sera longtemps ainsi
      La Loire deviendra ma nouvelle classe !

      Venez m’y rejoindre


    • Philippe Stephan Christian Deschamps 25 juin 2015 10:00

      Voici la journée typique d"une migrante en Floride, « l’épicentre de l’esclavagisme moderne » d’après un procureur américain :

      • 4h30 : se lever et préparer la gamelle du déjeuner.
      • 5h : marcher jusqu’au parking où les propriétaires terriens viendront chercher les journaliers dont ils ont besoin ;
      • 6h30 : s’il y a eu embauche, faire le trajet vers le site de cueillette situé à une distance de 5 à 50 kilomètres ;
      • 7h30 : à l’arrivée dans les champs, commencer la cueillette ou attendre la dissipation du brouillard ;
      • 9h : cueillir les tomates en remplissant un panier porté sur l’épaule, courir jusqu’au camion pour vider le panier de 15 kg, puis cueillir les tomates, etc. ; chaque panier rapporte 50 cents — une somme qui n’a quasiment pas été réévaluée depuis les années 1980 —, et il faut ramasser 2,25 tonnes de tomates dans une journée pour toucher le salaire minimum (norme U.S.A. !) ;
      • 12h : avaler aussi vite que possible son déjeuner en mangeant avec les mains couvertes de pesticides — on ne compte plus les femmes malades et les enfants naissant atteints de malformations diverses —, puis retourner cueillir les tomates ;
      • 17h ou parfois plus tard : prendre le bus pour retourner dans le bidonville de résidence ;
      • Entre 17h30 et 20h : à l’arrivée au bidonville, s’occuper des enfants, faire à manger pour sa famille, laver le linge, etc.

      cela devrait relativiser votre souffrance au travail.

      bon courage tout de même


      • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2015 12:39

        @Christian Deschamps

        Ce n’est pas le travail qui me fait souffrir c’est la manière qu’on finit par m’empêcher de le faire


      • Philippe Stephan Christian Deschamps 25 juin 2015 12:52

        @C’est Nabum
        quand je dit travail
        cela inclus tout, même la couleur des portes  smiley
        le travail c’est un cadre,des personnes,une activité (s),un systeme.
        +


      • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2015 15:40

        @Christian Deschamps

        Je suis un spécialiste des portes sans les peindre pourtant.
        Je les prends, tout simplement ...


      • loulou 25 juin 2015 11:00

        Mon cher Nabum.

        Vous avez la mine bien triste.
        Vous parlez de déchéance, de vacuité, de temps qui s’étire, de désertion.
        Il y aurait comme du vague a l’âme, de la déception, du regret.en ce moment.
        Mais non, comme vous le dites, ça n’est pas votre dernière heure,. Bien au contraire.
        Vous ne le confierez a personne surtout, mais c’est le début des heures succulentes !
        Vous allez voir . Vous allez laissez derrière vous, le bagages des regrets, du travail inabouti , parce-qu’il ne peut en être autrement,, de l’institution abandonnée et des collègues boiteux.
        Mais, franchement avec ce que vous êtes, vous ne vous ennuierez pas. Et ,
        nous sommes une brassée a attendre de vous tous les merveilleux petits textes que vous nous envoyez. Je vais dire , comme l’ancien pape« N’ayez pas peur »
        Tout va bien se passer ;....Et merci de ce que vous êtes !

        • C'est Nabum C’est Nabum 25 juin 2015 12:41

          @loulou

          Voilà une opinion qui n’est certes pas partagée par mes collègues du moment

          Je dois jouer à cache-cache avec certaines personnes qui me maudissent.
          Et pourtant, je n’ai cessé d’être tel qu’en moi-même je peux paraître à travers mes écrits.

          Merci de me comprendre ainsi et tant pis pour les autres

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès