Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Maghreb : L’enfant endormi, une croyance « berbère » qui défie la (...)

Maghreb : L’enfant endormi, une croyance « berbère » qui défie la science ?

En effet, « l’enfant endormi », Le bou – mergoud, en terme berbère marocain, est une croyance qui n’est répandue que dans les régions berbérophones du Maroc, Tunisie et Algérie, où le rite malékite tient une place très importante.
 
Ce mythe d’endormissement du foetus consiste à endormir, par voie de sorcellerie blanche, un enfant dont la mère ne souhaite pas la naissance immédiate. Soit parce qu’elle a trop d’enfants et veut retarder l’arrivée du suivant. Soit parce qu’elle est veuve ou répudiée et pas encore remariée. Soit parce que son mari a émigré à l’étranger et qu’elle veut attendre son retour pour mettre son enfant au monde.
 
Malgré l’évolution de la société et de la science, la croissance de l’enfant à naître peut s’arrêter, reportant sa naissance de plusieurs mois, voire de quelques années. Des populations berbérophones admettent, donc, des durées de grossesse nettement plus longues que celles communément admises par la médecine. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne s’agit pas là d’une superstition destinée aux esprits crédules, mais bien d’une position acceptée et commentée par certains Sociologues, législateurs musulmans (dans le droit islamique traditionnel) et cinéastes, telle que la scénariste et réalisatrice Marocaine Yasmine Kassari ; dans son film intitulé : « L’enfant endormi », un scénario interprété par Lévon Minassian et Rachida Brakni, une Oranaise (Algérie) - D’ailleurs, ce film a été primé lors de la Bourse d’aide au développement à Montpellier en 2000, et a reçu le Trophée du premier scénario jeunes talents CNC à Paris en 2003.
 
La croyance en « l’enfant endormi » dans le ventre de sa mère, relève en effet d’une logique sociale, qui diffère sensiblement de la logique biologique et scientifique : Elle présente, en effet, un intérêt pratique certain dans des pays où, d’une part, l’adultère est un crime majeur et, d’autre part, les hommes doivent parfois s’absenter pendant de longues périodes pour chercher du travail. Si l’on précise encore que la loi coranique interdit l’adoption, on comprendra toute la portée de cette pratique, qui permet à la femme de dénouer la situation inextricable où un enfant est conçu en l’absence du mari.
 
La législation musulmane admet des durées de grossesse variables, allant de neuf mois à une durée de huit années. Cette manière de voir s’est imposée dans les législations nationales aux responsables maghrébins. 
 
Ainsi, dans la Mudawwana marocaine (code de la famille) la loi stipule qu’une grossesse peut durer une année, tout en se ménageant la possibilité de reconnaître des durées plus longues. Dans la région du Nord - Est du Maroc, l’endormissement du fœtus est encore pratique courante. Les fonctions de cette croyance sont multiples. Elle permet tout d’abord de légitimer un enfant né suite à la répudiation ou au veuvage de sa mère, et d’éviter à celle - ci d’être châtiée suite à une naissance hors mariage. Par ailleurs, et c’est un cas de figure fréquent dans des régions où l’émigration des hommes est importante, elle est utile pour cacher des relations adultérines, puisqu’elle permet de faire remonter la conception de l’enfant au dernier séjour du mari au pays et d’expliquer sa naissance tardive par l’endormissement du fœtus pendant la période nécessaire. Enfin, elle vient en aide aux femmes stériles : accordant à la femme qui n’enfante pas un statut à mi – chemin entre la fertilité et la stérilité, cette croyance leur permet, du moins pendant quelques années, d’éviter la répudiation. A ce titre, la croyance de « l’enfant endormi » contribua par conséquent de manière non négligeable à l’harmonie sociale.
 
La loi Tunisienne (majalla), quant à elle, préconise des durées plus longues : à compter d’une année après la répudiation de la femme ou le décès de son mari, la femme qui prétend être enceinte peut saisir le juge pour faire reconnaître que son état remonte à l’époque où elle était encore mariée. Le juge, en se fondant sur une expertise médicale, pourra accorder un délai à la femme pour accoucher…
 
Par contre, L’Algérie, depuis son code de la famille du 06 juin 1984 (modifié le 27 février 2005), n’admet plus que dix mois, mais la juridiction en vigueur antérieurement à cette date admettait une possibilité de grossesse « longue », sans précision, permettant ainsi de suivre éventuellement la coutume qui tolérait des grossesses de cinq années.
 
Selon Aïcha bint Abi Bakr, une épouse du Prophète : « L’enfant ne reste pas dans la matrice de sa mère plus de deux ans » (Hadith rapporté par des législateurs musulmans). Quant à Malik ben Anas (fondateur de l’école Malékite), lui-même, a été porté deux ou trois années par sa mère …
 
Peut- on considérer la naissance d’un enfant « endormi dans le ventre de sa mère », plus de 09 mois, comme une non venue : un fruit de la honte et accusé celle qui l’a enfanté de femme adultère ? Un casse – tête embarrassant pour les légistes maghrébins !!!
 
Par Samir REKIK

Moyenne des avis sur cet article :  3.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • CoolRaoul CoolRaoul 24 août 2010 10:00

    « qui défie la science » ; je ne vois pas ce que vient faire la science la dedans smiley


    • birdy 24 août 2010 10:33

      C’est pour cette raison que dans de nombreux pays musulmans l’avortement n’est autorisé qu’après le 11ème mois de grossesse. smiley smiley smiley


      • jakback jakback 24 août 2010 10:40

        Islam, ses lois , ses codes, ses interdits, ses histoires a dormir debout, pas un jour sans parler de cet archaïsme sectaire, allah con.
        Heureusement que vos concurrentes sont moins récurrentes. Quoique les crucifiés s’y mettent a leur tour, ces jours ci.
        On ne dira jamais assez le chaos que créent tous ces superstitions, il suffit de voir l’état du monde.
        Allez dormez, éternellement serait le mieux.

        1

        • anti-oligarchie anti-oligarchie 24 août 2010 10:58

          Justement regarde smiley

          "Sa religion est sage, sévère, chaste, et humaine : sage, puisqu’elle ne tombe pas dans la démence de donner à Dieu des associés, et qu’elle n’a point de mystères ; sévère, puisqu’elle défend les jeux de hasard, le vin et les liqueurs fortes, et qu’elle ordonne la prière cinq fois par jour ; chaste, puisqu’elle réduit à quatre femmes ce nombre prodigieux d’épouses qui partageaient le lit de tous les princes de l’Orient$ ; humaine, puisqu’elle nous ordonne l’aumône bien plus rigoureusement que le voyage de la Mecque. Ajoutez à tous ces caractères de vérité la tolérance »,« Il faut prendre un parti » (1772), dans Œuvres complètes de Voltaire, Voltaire, éd. Moland, 1875, t. 28, chap, p. 547


        • birdy 24 août 2010 11:42
          Anti-oligarchie,

          Sauf que vous oubliez de dire que cette citation vient d’une pièce de Voltaire intitulée « Le Fanatisme ou Mahomet. » dans laquelle Voltaire dénonce, à travers le personnage de Mahomet, chef de guerre rusé et cruel, le fanatisme et l’intégrisme religieux de l’islam.

           smiley smiley smiley

          Et aussi de préciser qu’une représentation de cette pièce en Allemagne a été annulée à cause des menaces de mort envoyés par les ouailles de la religion de paix d’amour et de tolérance (TM). smiley

          Inculture ou tékia ?

        • anti-oligarchie anti-oligarchie 24 août 2010 12:03

          Birdy...Vous mentez.
          « Ma pièce représente, sous le nom de Mahomet, le prieur des Jacobins mettant le poignard à la main de Jacques Clément » Voltaire,Lettres inédites de Voltaire, Didier, 1856, t.1, Lettre à M. César De Missy, 1er septembre 1743, p.450

          Et non...en réalité elle a été interdite au bout de 3 représentations par les fanatiques cathos et juifs justement...une foi l’imposture démasqué.
          Attention à la rigueur Birdy...

           smiley


        • anti-oligarchie anti-oligarchie 24 août 2010 12:04

          Inculture ou takkia ? ni l’un ni l’autre. Toi je dirais plutot inculture... ?


        • birdy 24 août 2010 12:15

          Anti-Oligarchie, vous persistez dans votre tékia et je le prouve sur le champ :


          La pièce devait célébrer le tricentenaire de la naissance de Voltaire, organisé par l’État et la ville de Genève. Sa représentation n’aura jamais lieu. Après des semaines de campagne de la part de leaders islamistes, la subvention prévue pour la monter n’est finalement pas accordée


          Notons qu’à l’occasion du 300ème anniversaire de la naissance de Voltaire, un théâtre genevois se proposait de mettre cette pièce en scène. Mal lui en prit ! La ville lui retira tout subside, par crainte des représailles de Musulmans intégristes. 


        • anti-oligarchie anti-oligarchie 24 août 2010 12:24

          Il n’y a pas de takkia. c’est prouvé historiquement.

          La censure n’a rien a voir ici. De plus il me semble que Tariq Ramadan avait fait pression sur le dossier.

          De plus faut reprendre le contexte, il ne s’agissait pas ici de dénoncer l’Islam, mais le fanatisme juif et chrétien.

          Jouer cette pièce aujourd’hui , et faire croire qu’il dénonce l’islam, c’est du terrorisme intellectuel.

          Il te suffit pour cela de regarder la date du premier extrait que j’ai posté...


        • birdy 24 août 2010 12:55

          Vous avez sur un seul point la citation que vous donnez ne fait pas partie de la pièce.


          Je m’excuse donc pour cette erreur mais pas pour le reste qui est valide à savoir :

          Voltaire a bien fait une pièce très critique envers l’islam.
          Cette pièce fut annulée en Europe à cause pressions musulmanes. 

        • anti-oligarchie anti-oligarchie 24 août 2010 13:01

          Mais non..tu dis n’importe quoi...
          tu t’es fais ’baisé’ par la propagande du net surtout...pas grave smiley
          Ne pas confondre vitesse et précipitation...


        • Cogno2 24 août 2010 15:09

          religion de paix d’amour et de tolérance

          Ce n’est qu’une publicité mensongère.
          Mais ce qui est fascinant avec les mensonges, c’est que plus c’est gros, plus ça passe, la preuve, ces conneries sur les religions sont encore crues de nos jours.
          Mais tant qu’il se trouvent des couillons pour y croire, on ne peut leur en vouloir.


        • anti-oligarchie anti-oligarchie 24 août 2010 19:09

          Disons que l’Islam est l’un des garde fou, avec la démocratie direct pour éviter tout narcissisme et sentiment d’impunité. En témoigne l’histoire des civilisations en matière du pire....


        • anti-oligarchie anti-oligarchie 24 août 2010 11:06

          @l’auteur de l’article.
          vous citez un haddit qui contredit le Coran. Avec en plus : (Hadith rapporté par des législateurs musulmans)
          a bon ? qui ?
          Je savais pas que chez les musulmans ont procédaient de cette manière...
          Pourquoi avoir cité un tel haddit, et pas le Coran ? qui lui par contre est clair sur le sujet ?
          Pas très honnete en réalité..

          C’est marrant, car vous voulez systématiquement islamiser tous les sujets.

          Pourtant, le Maroc, l’Algérie, et la Tunisie n’ont rien de pays musulmans(+culturel qu’autre chose), et encore moins régis par la charia.

          Alors la question, c’est le pourquoi ? Pourquoi tout ce baratin ?


          • antonio 24 août 2010 17:44

            « L’enfant endormi »

            Si cette croyance a permis à des femmes adultères, à des veuves enceintes bien après neuf mois de deuil d’échapper à la vindicte religieuse et au châtiment, eh bien tant mieux ! ! Cette croyance aura sauvé des vies.


            • Catherine Segurane Catherine Segurane 24 août 2010 18:00

              J’avais entendu parler de cette croyance populaire.


              Elle a dû sauver la vie de plus d’une femme, et je la trouve fort sympathique.


              • Aafrit Aafrit 24 août 2010 22:45

                Le mythe sert d’outil pour dépasser ou résoudre des contradictions. Si on veut chercher le rôle de cette croyance ce sera pas seulement dans le fait d’éviter toute accusation d’adultère mais ça pourra être pour autre chose.
                Mais la plus plausible serait d’éviter d’éliminer ou soupçonnait des chers ( ami, voisin, frère, épouse..)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès