Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Mais que fait la police ?

Mais que fait la police ?

L’omniprésence des forces de sécurité en France est contre productive.

Un long trajet en auto m’a mené dernièrement d’Alsace en Bavière puis au Tyrol et dans la région de Vienne. 3000 kilomètres hors de France en quelques jours. Quelle ne fut ma surprise de croiser 5 ou 6 policiers au grand maximum durant cette période.

De retour en France, j’en ai compté 3 fois plus en 4 heures entre Metz et Paris. Et puis il y a cette arrogance qui s’est substituée peu à peu au côté paternaliste, mais sévère, de nos flics d’antan.

Alors je me suis interrogé sur ce qui a changé. Tout d’abord la tenue. En effet, les tenues d’intervention réservées auparavant au « troupes de choc » des forces de sécurité (GIGN, RAID, BAC etc.) sont arborées à tous les carrefours par le moindre policier de base et parfois même par des gardes-champêtres (euh pardon, je voulais dire des policiers municipaux !). Excusez moi mais pour arrêter une petite dame un vendredi à 14H devant Montparnasse pour un défaut de ceinture je me demande si un simple policier en uniforme ne suffirait pas plutôt qu’une armada déguisée en équipiers du SWAT dans un film d’Hollywood (c’est du vécu !)…

Et puis ces sirènes hurlantes à tout bout de champs…

On nous explique que les tenues sont plus confortables, que l’on pense au bien-être des policiers et j’en passe.

Mais c’est faux, vous, les décideurs de la place Beauvau, donnez l’impression d’un pays en état de siège et, « l’habit faisant le moine » en l’occurrence, vous justifiez l’attitude souvent répréhensible et « border line » des forces de sécurité.

Et puis il y a cette politique du résultat qui met une pression malsaine sur nos poulets et pandores. Tout devient prétexte à verbaliser, et notamment quand il s’agit de tomber sur celui qui ne va pas poser de problème. Le vrai problème de la sécurité, il est en banlieue ou en Corse, pas sur les autoroutes !

Je me rappelle le beau scandale qu’avait créé Jean Edern Hallier (86 ou 87) quand il racontait que perdu dans Santiago du Chili, il avait passé 2 heures à chercher un policier pour retrouver son chemin. Et pourtant, on était au Chili sous Pinochet…

Et que dire de ces pères de famille arrêtés et menottés devant leurs enfants parce qu’après un repas de fête ils sont pris avec 1g dans le sang (fouille, cellule de dégrisement, menotté au radiateur) ? Évidemment, un père de famille, ça se révolte moins qu’un dealer. Mais bon sang de bois, retrouvez vos esprit ! Madame le ministre, vous êtes professeur de Droit, est-ce que tout cela ne vous gêne pas aux entournures.

Et puis encore cette disproportion de moyens qui donne parfois le vertige. A ce propos un autre exemple : une patrouille de la police ferroviaire dans le train Paris-Versailles (zone évidente de non-droit !) formée de 5 ou 6 gaillards qui tombent à bras raccourcis sur un gosse parce qu’il a les pieds sur la banquette en écoutant son baladeur. Une simple remontrance aurait suffi, je pense. En définitive, je pense que les principes d’une saine police républicaine (Dieu que je n’aime pas ce mot !) devraient de nouveau prévaloir et que l’institution aurait mieux à gagner à montrer ses muscles là où c’est nécessaire se contentant ailleurs d’une présence symbolique et rassurante. En clair, qu’ils passent le Kärcher au lieu d’emm… les honnêtes gens !


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (78 votes)




Réagissez à l'article

182 réactions à cet article    


  • La Bourrique La Bourrique 28 novembre 2008 11:44

    Vous vous interrogez sur le fait que la tenue d’intervention soit de mise en permanence.
    Je peux vous confirmer une chose pour y être passé, toutes les forces d’interventions, à de rares cas particulier préfèrent la tenue action à la tenue d’apparat.
    Une simple question de confort et de liberté de mouvement.


    • Proto Proto 28 novembre 2008 11:49

      Pourtant avec 15 kg d’armes et d’équipements on pourrait penser le contraire non ?


    • foufouille foufouille 28 novembre 2008 11:57

      la tenue action, elle est renforce ?
      qui dit action dit plus de facliter a tabasser
      ca veut aussi que certains flics pensent terrorristes quand il voient des passants


    • fano 28 novembre 2008 14:06

      Les tenues "d’action" ne sont pas renforcées, c’est du tissus comme les tenues d’apparat, elles sont simplement plus confortables et moins fragiles...


    • JONAS Virgule 29 novembre 2008 10:58

      Vous avez choisi un pseudo qui vous siée à merveille ! ! !  smiley


    • Alpo47 Alpo47 28 novembre 2008 12:00

      Instiller la peur et par voie de conséquence ... l’obéissance à l’autorité.
      Voilà , à mon sens, l’objectif principal de toutes ces mesures.
      Et les services de police sont, comme à toutes les époques, totalement dévoués pour cela.


      • zelectron zelectron 6 décembre 2008 11:41

        D’accord, la peur oui mais la colère encore plus au point que le retournement de peur se fait dans les rangs de la police et c’est alors qu’elle peut devenir dangereuse


      • Marcheg Arvor Marcheg Arvor 28 novembre 2008 12:20

        Je précise que le but de cet article n’est pas d’aboutir à un lynchage anti-flic. Leur métier n’est pas rose tous les jours et ce ne sont pas eux qui donnent les ordres. En revanche, je pense que le corps de commandement des forces de sécurité devrait ouvrir les yeux. Ceux là sont toujours prompt à monter au créneau pour préserver leurs avantages (la gueguerre actuelle police-gendarmerie pour savoir qui sera le mieux loti est savoureuse à cet égard), ils devraient aussi se questionner sur l’impact de leur mission sur la population.


        • fano 28 novembre 2008 13:54

          "Je précise que le but de cet article n’est pas d’aboutir à un lynchage anti-flic"

          Ah bon, malgré cette précision, c’est a s’y méprendre.
          Les Policiers appliquent les lois et règlements et ne les font pas eux-même.Donc au lieu de toujours d’attaquer à la partie visible du problème, il vaudra peu être mieux se demander comme on en est venu à cette politique...


        • Marcheg Arvor Marcheg Arvor 28 novembre 2008 14:02

          Expliquez moi où je lynche... Dans un état qui se dit de droit, on doit pouvoir critiquer non ? Et ce d’autant plus quand la critique est constructive. Je donne quelques pistes : attitude, comportement, tenue, missions, redéploiement.
          Maintenant, si vous voulez me faire dire qu’on en est arrivé là depuis 81, ce n’est pas l’objet de l’article mais je suis globalement d’accord avec vous.


        • Traroth Traroth 28 novembre 2008 14:21

          "Les Policiers appliquent les lois et règlements" : Et à l’occasion, les violent, également, en toute impunité. Inutile de chercher plus loin la cause du désamour de la population envers les forces de l’ordre !

          Comme je dis souvent : j’ai la plus grande admiration pour la police telle qu’elle devrait être (serviable, courageuse, intègre, efficace, respectueuse de la population, apolitique), et le plus grand mépris pour la police telle qu’elle est (rien de tout ça).


        • fano 28 novembre 2008 15:00

          Je ne dis pas que vous lynchez mais de part l’orientation de la première partie votre article, notamment à travers l’image choisie pour l’illuster (un pub pour un jeu genre SWAT ? ressemblant à s’y méprendre à une pub pour milipol), vous y décrivez une impression subjective et exagérée qui va mener nécessairement aux commentaires qui suivent, d’où ma remarque.

          Sur l’attitude et le comportement, je pense qu’il faut voir dans une plus grande globalité.De prime abord seules les choses excessives sautent aux yeux tandis qu’avec un peu de recul...
          Quand à la tenue, il est vrai que ça peut sembler intimidant mais demandez à un vrai policier (n’ayez pas peur ça ne mord contrairement à ce que certains propagent) ce qu’il en pense.
          Après sur les missions et le redéploiement, il y a beaucoup de choses à dire et un débat qui pourrait être très interessant et constructif à faire sur le sujet.

          Oui, je suis content que nous soyons dans un Etat de droit où la critique est possible , et même si je suis d’accord avec vous sur certains points, j’ai exprimé mon opinion sur ce qui me déplaisait.
          Il est aussi dommage que votre commentaire vienne après coup et qu’il ne soit pas devellopé dans l’article en lui même (pas les deux premières phrases du commentaire mais ce qui suit) car c’est une partie de la clef du problème.


        • Traroth Traroth 28 novembre 2008 15:16

          La critique est possible, soit, mais de moins en moins, c’est incontestable.


        • civis1 civis1 28 novembre 2008 15:16

          Les fonctionnaires de la police de la justice et des impôts sont instrumentalisés et doivent être défendus d’accord ! Mais rien ne les obligent à faire du zèle et sur le terrain, chacun peut résister à sa manière quand il n’est pas d’accord.
          Vichy, un précédent fameux ? 


        • Absurde Absurde 28 novembre 2008 18:32

          @Fano :
          Un tel déploiement donne surtout l’impression d’un Etat qui a peur de ses administrés, peur de ses jeunes, peur de son peuple. Un tel déploiement traduit à la fois la paranoïa de Sarkozy et son impuissance à venir à bout d’un climat d’insécurité dont on peut dire que son attitude n’y est pas étrangère, tant à l’époque où il sévissait à l’Intérieur que depuis qu’il squatte l’Elysée. 

          Je n’ai rien contre les flics, j’en côtoyais pas mal lorsque j’habitais en ville dans le Sud, j’allais prendre mon café du matin au bistrot face au commissariat de Cannes. C’était à l’époque où le Viet formait les municipaux (les initiés comprendront). Il y avait un état d’esprit très différent d’aujourd’hui. Déjà, la sécurité courante était assurée par les îlotiers. Chaque quartier avait sa paire d’îlotiers qui connaissait tout le monde et que tout le monde connaissait, du bonjour-bonsoir à la conversation de voisinage. Aujourd’hui, je n’irais même pas saluer le jeune flic qui se la pète en bas de chez moi, cacou ordinaire qui vous regarde de haut même si vous n’avez physiquement rien d’un dealer ou d’un terroriste.

          Ensuite, il n’y avait pas cette dégaine dévastatrice qui donnait l’impression de se trouver en état de siège dans un potentat de l’ancien bloc de l’Est. Les gens, les jeunes, les vieux ne disent plus "les flics" en parlant d’eux, ni la Rousse, ni les bourres, ni les perdreaux, ni les poulets, ni plus communément "la police" mais ils les surnomment "les types de Sarkozy".

          On se méfie de ce dont on a peur, on ne le respecte pas. L’attitude du flic de la nationale, avant, était protectrice, et on se moquait gentiment du municipal. A présent, on a l’impression d’avoir affaire à des miliciens, et quand on a un os, c’est vers le municipal qu’on préfère se tourner. 


        • fano 28 novembre 2008 21:16

          Je comprends parfaitement ce que tu veux dire à propos des ilotiers, j’ai connu aussi cette Police.Le problème c’est qu’ils ont été l’objet de critiques par certains même qui les regrettent aujoud’hui (qui, à l’époque ,disaient qu’ils étaient payés à se balader et à papotter).
          Après qu’elle soit instrumentalisée, cela ne fait aucun doute, quelque soit le bord politique. Jusqu’ici on peut débattre autant qu’on veut et je peux comprendre à peu près tous les points de vue.
          Ce qui me dérange, c’est cette propension à généraliser les agissements de certains à l’ensemble d’une catégorie.Le problème aussi est qu’à force de trop taper, on radicalise, c’est une forme de défense surtout quand on est dans l’impossibilité de répondre...
          Cela ne vaut pas bien sûr que pour la Police, quelque soit la catégorie on a des acharnés mais j’espérais ici un peu plus de recul..


        • Traroth Traroth 28 novembre 2008 21:36

          Il n’y a pas de généralisation. Fondamentalement, le problème ne se situe même pas vraiment au niveau de la police. La police est faite par des hommes, il est normal qu’elle soit imparfaite. Le problème, c’est l’impunité dont jouissent les policiers, et qui ouvre la porte à toutes les dérives, ce qui conduit à la situation actuelle.

          Les policiers qui tabassent un quidam, comme dans la vidéo dont j’ai copié le lien plus haut, ne méritent pas seulement la révocation, mais d’aller en prison, et avec une peine plus lourde que s’ils n’étaient pas policiers. Ils sont dépositaires de l’autorité, et en agissant de cette manière, c’est la confiance de la nation qu’ils trahissent.
          Or, ce qu’on observe, c’est qu’ils ne sont pas sanctionnés du tout. Les deux policiers qu’on voit dans la vidéo, après une période de suspension, ont repris leur "travail", pour ne pas dire leurs méfaits.


        • fano 28 novembre 2008 21:55

          J’ai bien vu cette vidéo où des faits sont indéniables.Je ne connais pas le fond,les circonstances et le contexte donc je ne vais pas m’avancer plus mais il me semble tu ne comprends pas comment se passent les choses.
          Ils vont être jugés pour ces faits, être sanctionnés judiciairement le cas écheant, puis administrativement à la suite.Ils ont été réeintégrés mais cela ne préjuge pas d’une éventuelle exclusion en fonction de la condamnation judiciaire.





        • Traroth Traroth 28 novembre 2008 22:36

          J’ai plutôt l’impression que cette histoire est déjà enterrée ! Sinon pourquoi les réintégrer ? La présomption d’innocence ne va pas jusqu’à donner l’opportunité à des mis en examen de poursuivre leurs agissements, hein !


        • sisyphe sisyphe 28 novembre 2008 23:24

          Sarkozy et la droite ont supprimé la police de proximité, intégrée dans les quartiers, qui connaissaient la population, et pouvaient participer activement à la prévention. 

          Du coup les incivilités et délits se multipliant, on s’en tient à la répression, et, comme c’est inefficace, on la rend de plus en plus violente, voire injuste. 

          Une police doit être intégrée à la population : maintenant, de plus en plus, elle devient une force répressive ; les lois sur la criminalité se multiplient, s’aggravent, allant jusqu’à envisager d’emprisonner les gosses à partir de 12 ans. 

          Quand on connait l’état des prisons françaises, leur surpeuplement, les conditions épouvantables de séquestration, on imagine bien que, pour ces gosses, le remède s’avère bien pire que le mal, et que la prison va être être une véritable école de la délinquance. 

          L’état devient de plus en plus policier, aggravant forcément la criminalité. 

          Bref, Sarkozy a, depuis le début, tout faux, et il s’entête ; comme dans les banlieues chaudes, la situation (sociale) n’a fait qu’empirer, faudra pas s’étonner de nouvelles flambées de violences : l’état en portera la pleine responsabilité. 


        • Traroth Traroth 29 novembre 2008 03:37

          La prison à 12 ans... Franchement, ceux que ce projet ne révolte pas, rien ne peut les faire se révolter. De toutes les saloperies de ce gouvernement, c’est de loin la pire !


        • Absurde Absurde 29 novembre 2008 06:27

          La prison à douze ans... Ton fils, ta fille, ton neveu, ta nièce servant de poupée gonflable à quelque caïd dans l’indifférence des matons, le silence complice de l’administration pénitenciaire française. Pourquoi crois-on qu’on se suicide, dans ces prisons de France qui n’ont rien à envier à leurs homologues du Moyen-Orient ? Pensez-y, les ramollis du bulbe, au prochain fait-divers où il sera question de gosses violés, vous serez justement ulcérés mais c’est la même chose qui se produit dans les prisons de France, couvert par l’administration pénitentiaire, et demain ça sera votre gosse qui passera à la casserole. Pour une pécadille. Par exemple, pour "outrage à représentant de la force publique", c’est très en vogue actuellement.


        • Absurde Absurde 29 novembre 2008 09:05

          @ Fano :
          Non ce n’est pas acceptable, et indépendamment de ton honnêteté de flic, que je ne mets pas en doute tant elle transparaît dans ton propos, tu es en train de nous démontrer à quel point tu es contaminé par l’idéologie malsaigne qui règne désormais dans les services. 
          Ce fonctionnaire est certes "présumé innocent jusqu’à preuve du contraire", mais le raisonnement peut aussi s’interprêter à l’inverse, peut-être pas juridiquement mais au niveau de l’opinion publique, dont nous sommes ici les modestes représentants. Jusqu’à preuve incontestable de l’innocence de ce fonctionnaire, dans l’affaire ici évoquée, celui-ci n’aurait jamais dû être réintégré. Etonne-toi après de ce que tu lis dans ce forum. Etonne-toi de ce qu’on se méfie à ce point des flics. Etonne-toi de ce que certains les assimilent à des terroristes d’Etat. Et ça ne va pas s’arranger, crois-moi, quand Hortefeux, qui est un danger public, remplacera MAM à l’Intérieur. Autant enclencher le mécanisme d’une bombe à retardement. Ni vous, flics, ni nous, citoyens, n’aurons à y gagner. 


        • appoline appoline 29 novembre 2008 16:33

          Il faut toujours faire deux poids deux mesures. Il est vrai que peu de personnes ne sentent rassurées entourées de poulets ; il faut dire qu’ils ont le PV facile, beaucoup ne brillent pas par leur intelligence. Par contre quand ils serrent un salopard qui vient de frapper une petite vieille pour lui piquer son sac à main, selon la formule consacrée ; qu’il prenne une belle branlée, ne me gêne en aucun cas.


        • Traroth Traroth 2 décembre 2008 14:21

          Et bien moi, ça me gêne. La police est là pour faire respecter la loi, ce qui implique forcément que la police la respecte, elle-même sinon c’est le chaos, comme on est en train de le voir.
          Et encore une fois, les rares fois où j’ai été en situation d’avoir besoin de la police (essentiellement pour des problèmes de tapage nocturne), je ne peux pas dire que la police se soit grandi à mes yeux. Parfois, ils sont venus, parfois non. Et parfois, je me suis fait raccrocher à la tronche en les appellant...


        • pino69 pino69 28 novembre 2008 12:26

          Vigie PIrate. Des militaires dans la rue. Momentanément... Ben non. Ils sont encore là. On s’habitue.
          Une augmentation de la présence policière suite à la flambée d’insécurité suscitée par des émeutes de banlieues (elles aussi suscitées d’ailleurs). Ils sont encore là. On s’habitue...
          Demain, une manif de flics dans la rue... qui y restent. Ils faudra bien s’y habituer.
          Des flics qui ressemblent tous à des CRS, sans compte à rendre et protégés par le délit d’outrage. Une législation hystérique, contre-productive de répression qui fait que chacun aujourd’hui est hors la loi pour une pécadille, une justice sans moyens... On s’habitue.
          Un président de la République issue de la place Beauvau, un ministère de l’immigration, des SDF traqués et enfermés, des fous condamnés, des gosses fichés, des familles expulsées, des contrôles musclés de gendarmerie avec maîtres chiens dans les collèges (bientôt au primaire), l’explosion du business du gardiennage, la renaissance des milices, internet contrôlé, bientôt muselé...

          Il ne s’agit pas de rassurer les vieux mais de faire peur aux autres, et accessoirement faire du blé.
          Le gros de l’activité deces troupes, c’est faire du blé. Par tous les moyens.

          La France une république ?
          Nan. Un état policier.
          Au service de l’UMP.


          • pino69 pino69 28 novembre 2008 12:32

            Haro sur les pauvres et les miséreux.
            Et à côté de ça, des milliards pour la finance véreuse, la dépénalisation des délits financiers, des millions pour Tapie, l’UIMM, le scooter de Sarcome junior... Selon que vous soyez...

            Et on s’étonne du ressentiment massif des jeunes et d’une bonne partie de la population vis à vis des représentants de l’autorité, in-fine de l’Etat, qui s’autorise ce qu’il refuse à d’autres par un usage clientéliste de son pouvoir régalien.

            Et on s’interroge sur ce qui pourrait bien miner le respect de l’autorité chez les jeunes générations.
            Quand c’est ratonnades pour les uns et petits fours pour les autres, pas la peine de chercher bien loin.

            Etat de droit ?
            Nan.


          • pino69 pino69 28 novembre 2008 15:00

            Ah oui, j’ai oublié. Il y a aussi la législation anti-terroriste avec ces 4 ou 5 pauvres types de Tarnac, cellule terroriste d’ultra-gauche arnarcho nihiliste (sans rire), embastillés par le GIGN en pleine nuit, gosses compris sans la moindre preuve...
            (c’est marrant, j’ai pas vu de papier sur ce cas d’école sur AV). Pour les soutenir c’est ici et il ne faut pas laisser retomber le soufflé.

            Et ça n’interpelle personne tout ça ?

            Je comprends plus. D’après mon logiciel, il devrait y avoir 40 millions de personnes dans la rue aujourd’hui... Ils sont où ?


          • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 28 novembre 2008 12:37

            Laissez moi vous citer ce témoignage édifiant sur l’état actuel des choses :

            "Prévention musclée au collège de Marciac

            J’ai eu cette semaine un mail concernant une descente de police dans un lycée du Gers… On a pu entendre aussi le témoignage sur France inter. J’étais absolument abasourdi par les méthodes utilisées… Mais vous savez parfois on se dit que les gens exagèrent dans leur témoignage…. Bref, je reste interrogateur !

            Mais voilà que ce WE, j’accueille ma fille Zoé -elle a 13 ans- de retour du collège de Marciac. Elle me raconte son mercredi au collège… colère à l’intérieur de moi… révolte… que faire ???
            J’ai demandé à Zoé d’écrire ce qu’elle me disait là. Elle a accepté.
            Voici donc son témoignage, avec ses mots à elle :

            « Il nous l’avait dit, le CPE, que des gendarmes allaient venir nous faire une prévention pour les 4ème et les 3ème.
            Ce mercredi là (19/11/2008), toutes les classes sont entrées en cours comme à leur habitude, en suivant les profs.
            A peine 10 minutes plus tard - nous étions assis-, deux gendarmes faisaient déjà le tour de la salle où nous étions. La prof avec qui nous étions, les regardait en nous disant « Ils font leur ronde !?? » . Elle n’était à priori au courant de rien bien sûr. Soudain , la porte s’est ouverte, laissant entrer deux gendarmes… Enfin non, pas exactement !!! Il y avait un monsieur chauve habillé en militaire ( le dresseur de chien en fait !) et un gendarme très gros.

            Le chauve nous a dit : « Nous allons faire entrer un chien ! Mettez vos mains sur les tables, restez droit, ne le regardez pas ! Quand il mord, ça pique ! »
            Enfin il a dit ça, à peu près… Je me rappelle surtout du « Quand il mord, ça pique ! »

            Après, il est sorti deux minutes et est revenu avec deux autres gendarmes et le chien. Les gendarmes se sont placés aux deux extrémités de la classe tandis que le dresseur regardait son chien déjà à l’œuvre. Le chien s’appelait Bigo. Bigo s’est acharné sur plusieurs sacs, en mordant et arrachant tout ce qui dépassait. Quand à la prof, elle restait derrière son bureau bouche bée.
            Le chien s’est attaqué au sac de mon amie, à coté de moi. Le dresseur a claqué des doigts en disant : « Sortez mademoiselle, avec toutes vos affaires ! » Elle a rangé son sac, s’est levée et s’est apprêtée à sortir mais le dresseur l’a repris vite : « Et ton manteau ! » Elle a rougi et emporté aussi son blouson.

            Plusieurs personnes de la classe sont ainsi sorties. Le chien vient alors sentir mon sac. Voyant que le chien ne scotchait pas, que rien ne le retenait là, le dresseur lui a fait sentir mon corps avant de s’empresser de me faire sortir. Dehors m’attendait une petite troupe de gendarmes… Enfin, non, pas dehors : nous étions entre deux salles de classe.
            Me voyant arriver, ils se dépêchèrent de finir de fouiller une autre fille. Mon amie était déjà retournée dans la classe. Quand ils eurent fini, ils s’emparèrent de mon sac et le vidèrent sur le sol. Un gendarme me fit vider les poches du devant de mon sac. Il vérifia après moi. Je n’étais pas la seule élève. Avec moi, il y avait une autre fille qui se faisait fouiller les poches par une gendarme.
            Ils étaient deux gendarmes hommes à la regarder faire. Le Gendarme qui fouillait mon sac vida ma trousse, dévissa mes stylos, mes surligneurs et cherchait dans mes doublures.
            La fille qui était là fouillée elle aussi, se fit interroger sur les personnes qui l’entouraient chez elle. Elle assurait que personne ne fumait dans son entourage. Ils la firent rentrer en classe.

            C’était à mon tour ! La fouilleuse me fit enlever mon sweat sous le regards des deux autres gendarmes…..
            Je décris : Un gendarme à terre disséquait mes stylos, un autre le surveillait, un autre qui regardait la fouilleuse qui me fouillait et le reste de la troupe dehors. Ne trouvant rien dans ma veste, elle me fit enlever mes chaussures et déplier mes ourlets de pantalon. Elle cherche dans mes chaussettes et mes chaussures. Le gars qui nous regardait, dit à l’intention de l’autre gendarme : « On dirait qu’elle n’a pas de hash mais avec sa tête mieux vaut très bien vérifier ! On ne sait jamais… » Ils ont souri et la fouilleuse chercha de plus belle ! Elle cherche dans les replis de mon pantalon, dans les doublures de mon tee shirt sans bien sûr rien trouver. Elle fouilla alors dans mon soutif et chercha en passant ses mains sur ma culotte ! Les gendarmes n’exprimèrent aucune surprise face à ce geste mais ce ne fut pas mon cas !!!!!!

            Je dis à l’intention de tous « C’est bon arrêtez, je n’ai rien !!!! »
            La fouilleuse s’est arrêtée, j’ai remis mon sweat et mon fouilleur de sac m’a dit : « tu peux ranger ! ».

            J’ai rebouché mes stylos et remis le tout dans mon sac et suis repartie en classe après avoir donner le nom du village où j’habite.
            De retour en classe, la prof m’a demandé ce qu’ils ont fait. Je lui ai répondu qu’ils nous avaient fouillé. Je me suis assise et j’ai eu du mal à me consacrer au math !

            Tout ça c’est ce que j’ai vécu mais mon amie dans la classe à coté m’a aussi raconté.
            Le chien s’est acharné sur son sac à elle et elle a eu le droit au même traitement. Mais ses affaires sentaient, alors ils l’ont carrément emmené à l’internat où nous dormons. Le chien s’est acharné sur toutes ses affaires m’a t-elle dit. Le gendarme lui a demandé si elle connaissait des fumeurs de hash, vue qu’ils ne trouvaient rien. Elle leur a simplement répondu que le WE dernier elle a assisté à un concert !
            Le CPE l’a ramené ensuite au collège et elle m’a raconté.

            Après les cours, le principal a rassemblé tous les élèves et nous a dit que bientôt allait avoir lieu une prévention pour tout le monde.

            Une prévention ? Avec des chiens ? Armés comme aujourd’hui ?

            Une élève de 4ème nous a dit que le chien s’est jeté sur son sac car il y avait à manger dedans. Elle a eu très peur.
            Les profs ne nous en ont pas reparlé….Ils avaient l’air aussi surpris que nous !
            Tous les élèves de 3ème & 4ème ont du se poser la même question : Que se passe t il ?
            Et tous les 6ème et 5ème aussi même si ils n’ont pas été directement concernés ! »

            Zoé.D.R

            Qu’en pensez vous ? Que dois je faire ? Qui parle de violence ?
            Il me semble important d’écrire ici que ni personne du collège a juger important de communiquer sur ces faits( ???). Nous sommes lundi 24/11/2008, il est 15h30 et si Zoé ne m’en avait pas parlé, je n’en saurais rien. Combien de parents sont au courant ?
            Les enfants « victimes » -et je pèse ce mot- de ces actes sont en 4ème et 3ème.
            Ils ont donc entre 12 et 14 ans ! Je n’en reviens pas….

            Frédéric"


            • Marcheg Arvor Marcheg Arvor 28 novembre 2008 12:48

              Moi, je n’en reviens pas que des enfants de 3ème & 4ème puissent se réveler positif au hash : en effet, le chien a senti quelque chose et même s’il n’y en avait pas dans le sac, il y avait eu un contact avec le "H" (concert). J’ai un enfant en 4ème, il ne va pas dans des concerts-fumettes. Cela s’appelle l’éducation. Que les gendarmes aient frappé un coup assez fort pour marquer l’imaginaire des autres élèves ne me choque pas. Visiblement, la fouille des filles a été effectuée par une gendarmette dans les règles et non en public.


            • Proto Proto 28 novembre 2008 12:54

              Oui j’avais entendu le témoignage sur France Inter.
              Ce sont des méthodes employées aux US depuis longtemps, facile de déterminer qui les a importé...
              Plutôt traumatique pour des jeunes qui font connaissance avec leur police...


            • Zalka Zalka 28 novembre 2008 13:23

              Et après les flics viennent pleurnicher qu’on ne les traite pas avec respect... Vu la qualité de cette méthode, ces flics méritent la révocation.


            • Traroth Traroth 28 novembre 2008 14:34

              La question est : le but est-il de trouver des petits consommateurs de haschisch (que leur fera-t-on si on les trouve ? Pas grand-chose...) ou d’instiller chez les jeunes la terreur de la police ? En d’autres termes : la police sert-elle à combattre le Crime ou à tenir la population en respect pour qu’elle se laisse exploiter sans se révolter ?


            • Cbx Cbx 28 novembre 2008 14:47

              @ l’auteur : merci pour ce dernier message concernant les fouilles de collégiens, j’ai faillis me faire avoir !

              En gros vous nous expliquez dans votre article que vous trouvez la police Française trop oppressante et aggressive par à rapport au citoyen lambda, mais vous n’êtes absolument pas choqué de les voirs utiliser des méthodes violentes et intimidantes dans un collège. Vous trouvez même normal de faire ce genre de coup d’éclats pour "marquer les esprits".

              Vous devez donc faire partie des gens qui votent à droite et applaudissent l’ultra répréssif, pensant être du bon coté de la barrière. La violence et l’intimidation, oui, mais pour les autres ! C’est très révélateur de cette mentalité de droite qui me fait vomir.

              Autant j’étais plutôt d’accord avec l’article. Il m’est déjà arrivé plusieurs fois de me faire hurler dessus et traiter comme un dangereux criminel lors d’un banal contrôle routier. Cela me donne surtout des envies de rebellions alors que je suis d’un naturel plutot calme. La police devrait inspirer la confiance et le respect, pas la terreur sensée susciter l’obéissance. Mais comme je disais au début j’ai faillis me faire avoir. Vous n’êtes pas contre la violence policière, juste vous trouvez anormal qu’elle soit dirigée contre vous alors que ça ne vous dérange pas pour les autres.

              Je trouve donc normale que les policier sur la route vous arrêtent et vous intimident pour "marquer votre espris". Vous avez ce que vous méritez !


            • Alain Cognitault 28 novembre 2008 14:54

              Reponse a Marcheg Arvor (IP:xxx.x1.20.123)

              Soit il vous faut changer de lunettes soit apprendre a lire. La fouille a ete effectuee en public et devant des adultes masculins eainsi que devant les autres eleves.

              C’est une fouille a corps qui sur un mineur est strictement reglementee. Un juriste qualifie peut indiquer s’il y a matiere a poursuivre pour attouchements.

              Quant a la fiabilite des chiens, elle reste a demontrer puisque l’odeur d’un sandwich a semble l’exciter. Est-il interdit d’utiliser la nouvelle eau de toilette Royal Canin ?

              Comment le comportement de tels individus qui se presentent comme gendarmes peut-il inspirer le respect surtout qu’en face du vrai danger ou simplement a un contre un dans un coin sombre, ils se rappelle soudainement comment courir. Enfin pour le "tres gros" c’est une hypothese....

              Ce genre d’action ne peut que conduire a la radicalisation ce qui est en train de se passer en certains endroits du territoire. Pour prendre un exemple extreme, les exactions des forces d’occupation et de ses sbires nationaux ont-elles elimine les sentiments et les activites de ceux qui a l’epoque etaient qualifies de terroristes ?

              Pourquoi l’intelligence est-elle une denree aussi mal distribuee ?






            • Marcheg Arvor Marcheg Arvor 28 novembre 2008 15:04

              Merci pour moi, j’ai mes 12 points...
              Quant à l’intervention dans un collège, je comprends qu’elle ait marqué les esprits (mais n’était-ce pas le but recherché) mais je préfère que l’on fiche la trouille aujourd’hui à une gamine et qu’elle ne finisse pas dans 5 ans avec une overdose. Sachez aussi que le taux de THC contenu dans le shit d’aujourd’hui, jusqu’à 80%, peut s’avérer mortel dès la première fumette (hallucinations menant au suicide) Quant aux faits rapportés, sur l’antenne de France Inter, il convient d’être extrêmement prudent sur l’utilisation de ces propos. Cette même station de radio est généralement d’une discrétion angélique lorsqu’il s’agit de relater les violences faites aux policiers (Daniel Mermet et consorts sont même extrêmement anti-flics, au point de friser la caricature du vieux con soixanthuitard arrogant et intransigeant à l’extrême).


            • Traroth Traroth 28 novembre 2008 15:20

              "Merci pour moi, j’ai mes 12 points" : Et alors ? Vous croyez que ça va retenir les policiers ?


            • Cbx Cbx 28 novembre 2008 15:20

              Permettez moi de douter du caractère éducatif d’une fouille au corps approfondie en public avec maitre chien... Qu’on fasse de la prévention sur les drogues douces d’accord (drogues douces qui entre nous ont plutôt tendances à rendre simplement idiot et ne sont pas aussi mortelement dangeureuse que vous le prétendez), mais pas avec des méthodes de type gestapo !

              Bien sur qu’il y a des problèmes dans les banlieux avec aggressions de policiers. Mais si la police inspirait comme je le disais la confiance et le respect elle aurait très certainement un soutien massif de la population. Au lieu de ça on leur donne des primes de résultat, on les armes de flashballs et de taser et on les positionne à chaque carrefour pour faire comprendre à chaque citoyen que c’est LUI le maître et qu’il faut obéir sous peine de violence. Résultat, j’hésite même à leur demander mon chemin ! Après, j’ai aussi rencontré des policiers très courtois qui faisaient leur travail honnetement, mais moins souvent.

              Tant que la police n’aura pas le soutient du peuple Français vous pourrez toujours l’armer avec des chars d’assaut elle restera innéfficace. Il faut juste qu’ils comprennent que le respect ne s’obtient pas par l’intimidation.


            • Marcheg Arvor Marcheg Arvor 28 novembre 2008 15:24

              Désolé mais il est absolument impossible qu’une fouille au corps se soit déroulée devant 30 élèves et l’enseignant. Le cas échéant, ce dernier aurait, j’imagine, alerté sa hierarchie et on parlerait de l’affaire à tous les JT. Un peu de bon sens quand même !


            • Zalka Zalka 28 novembre 2008 15:31

              Alors pour info, une overdose de cannabis, cela n’existe pas. En clair, il foutent juste la trouille à des mioches.

              Ces mioches, au lieu de se sentir en sécurité en présence de flics, se sentiront menacés. Cela alimente les délires anti flics primaires.

              A quand la bonne grosse raclée préventive ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès