Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Manifestations anti-CPE : démocratie, je crie ton nom !

Manifestations anti-CPE : démocratie, je crie ton nom !

Démocratie : la démocratie repose sur le respect de la liberté et de l’égalité des citoyens (Petit Robert). Il serait peut-être nécessaire de rajouter : définition abstraite, non conforme à la réalité.

Et voilà de nouveau la rue qui s’agite. Si vous demandez à la plupart des personnes qui manifestent pourquoi elles le font, elles ne sauront pas répondre efficacement à cette question : qu’est-ce que le CPE ?

La révolte a commencé par l’Université, elle-même entraînée par des caciques hostiles au pouvoir en place et totalement inconscients de ce qu’ils déclenchaient (on aimerait le supposer...). La fronde de certains étudiants heureux d’un nouveau prétexte pour dresser le poing, sans avoir une véritable approche de la réalité du monde du travail, entraîne à présent celle des lycéens (?) qui profitent de l’aubaine pour ruer dans les brancards de la société. Tout le monde a le droit de s’exprimer, certes. Nous sommes en démocratie. Le gouvernement aurait dû être plus didactique et mieux expliquer son choix de route, même si l’on peut comprendre qu’il ait choisi la rapidité face aux difficultés croissantes de l’emploi. Il ne faut pas bousculer les Français. Ils sont trop attachés à leurs prérogatives et habitudes pour arriver à comprendre du premier coup ce qui peut leur être utile. Après tout, pourquoi ne pas essayer ? Les lois sont faites pour être changées. Rien n’est jamais fixé pour l’éternité. Les jeunes, actuellement, font des stages, ont des contrats en CDD renouvelables ou non, peinent à trouver un emploi en CDI. Qu’ont-ils à craindre d’un CPE ? Une période d’essai trop longue ? Le risque que le contrat soit interrompu sans préavis ? Ne comprennent-ils pas que ce coup de pouce aux petites entreprises leur permet d’embaucher plus facilement sans craindre de grever sérieusement leur budget ? Mais combien d’entreprises embaucheraient si elles savaient que cette soupape de sécurité leur permettrait de survivre aux coups durs ? Evidemment, il y aura toujours ceux qui en profiteront pour faire n’importe quoi. C’est là que la loi pourrait être mieux conçue, afin de protéger l’employé du patron malhonnête. Fermons la parenthèse et revenons à la démocratie.

En démocratie, chacun a le droit de manifester sa colère ou son contentement (pourquoi pas ?). Mais ceux qui manifestent ont-ils le droit d’empêcher ceux qui ne pensent pas comme eux de continuer leurs activités (dans le cas présent, on interdit l’accès des universités aux étudiants qui veulent travailler). Ceux-là mêmes qui exigent le droit de manifester veulent priver les autres du droit de ne pas le faire. Où est l’égalité, le respect de la liberté de l’autre ?

J’aime la France, c’est mon pays, même si je ne suis pas "nationaliste". Et j’ai peur. Que nous ne sachions pas ou ne puissions plus redresser la barre. Que nous nous retrouvions à la traîne des pays "développés". Que la population qui ne travaille pas finisse par résorber celle qui travaille, car tout a ses limites. Qu’une partie des Français continuent à penser qu’il vaut mieux devenir fonctionnaire que permettre, par son travail, que l’administration continue d’exister. Que nous ne sachions plus dire non à tous les débordements : politiques, judiciaires, religieux. Que nous trouvions toujours des excuses à ceux qui empêchent le pays d’avancer et de vivre en paix, sous prétexte de ne pas froisser certains esprits trop occupés par leur propre résonnance pour entendre celle des autres.

Démocratie, je crie ton nom, et j’espère du fond du coeur que l’écho me répondra.


Moyenne des avis sur cet article :  3.28/5   (79 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • trastour jc (---.---.151.39) 17 mars 2006 11:33

    Civique de mes fesses à quand le droit de cuissage pour les patrons, comme tu dis ce n’est pas une régression mais une réforme pour creer des emplois. Et puis ser faire baiser c’est mieux que le chomage, n’est-ce pas ton propos ? N’importe quoi n’est pas penser.


    • glomus (---.---.173.168) 17 mars 2006 12:34

      a trastour . Quelle fine analyse ,remarquable d’arguments qui montrent que le probléme a été réfléchi à la mesure aussi du vocabulaire employé. Quelle profondeur dans la reflexion ! Bravo !


    • ni-ni (---.---.216.46) 17 mars 2006 12:54

      civique vos fesses ??? publiques peut etre mais ce que vous faite de votre corps n’appartient(et ne concerne) que vous :))) vivement que l’on puisse se faire embaucher (et son corolaire virer) rapidement et sans dommages .... c ’est bien beau de vouloir tellement proteger l’emploi que l’on en crée plus :( (a part dans la fonction publique lorsque la gauche reviendra en 2007, que voulez vous on a juste le record du monde de fonctionnaires, gardons notre place de « number 1 » c’est la seule qui nous reste) blague a part les patrons c’est comme les salariés il y en a des cons et des intelligents des honnetes et des malhonnetes : comme partout quoi !! la seule difference c’est que quant un patron est mauvaix sa boîte ferme...et généralement il y perd ses billes. arreter cette vision stupide d’extreme gauche : « les patrons c’est le mal ! » la grande majorité des « patrons » sont seul ou avec moins de 10 salariés (votre boucher, le boulanger, le kiosquier du coin, etc....TOUS DES ORDURES de patrons). regardez la réalité en face... dans les pays où la « flexibilité » est de mise on se fait virer plus facilement mais on met pas 1 ans a trouver du boulot... en plus si le systeme te plais pas devient ton propre patron !! (bon je comprend c’est dur de passer du stade du calimero exploité à celui d’ « ordure » mais on s’y fait :)) en plus si tes prédictions se réalisent t’aura en bonus le droit de cuissage ! ....si tu réussi a gagner assez d’argent pour embaucher ! et tu verras c’est pas si facile et c’est surtout très cher !


    • (---.---.220.111) 19 mars 2006 10:24

      elles sont pas un peu faciles la tes accusations ?contrairement a ce que tu as l air de penser,la plupart d entre nous se sont interrogés sur le cpe et la loi sur l egalité des chances,ont lu le texte,y ont reflechi...et toi tu nous balances des pierres en prenant les manifestants pour des imbeciles.tu es d une intelligence superieure peut etre.moi aussi j aime la france,et c est pour qu elle redevienne le beau pays democratique qu elle etait que je lutte contre le cpe


    • (---.---.220.111) 19 mars 2006 10:38

      mais ca revient au meme on trouve plus vite mais on se fait virer plus vite...alors ca fait bien joli dans les chiffres parce qu il y aura plus d embauches...mais pour les employés cela reviendra au meme.il feront plus de boulot mais les perdront plus vite.la seule différence sera que les conditions du chomage seront catastrophiques pour les jeunes employés en cpe


    • Nab (---.---.52.82) 19 mars 2006 18:36

      d’une part, même si tu penses que tu peux te faire « virer » plsu vite, entre temps tu auras acquis une expérience, qui pour les jeunes nous le savons tous vaut de l’or, et tu auras certainement dépassé les 26 ans qui forment la limimte au CPE, donc tu auras acquis des bénéfices par ce CPE même si tu ne vas pas au bout. D’autre part, lis bien les textes la rupture d’un CPE est plus avantageuse pour le chomage que la fin d’un CDD ou la fin d’un CDI, rien que par ses délais. le CDD et le CDI donnent droit à l’ouverture d’allocations chomage à partir de 6 mois de travail et le CPE à partir de 4 mois...


    • (yyyyxxxx) (---.---.68.203) 20 mars 2006 19:22

      je sui a peu près dacors avec ton idée et je rajoute que c’est en faiant qu’on apprend. la plupart du monde de droit (sans critiquer) dirait ke les jeune employés performants trouveraient rapidement du travail et ke les flémards auront se qu’ils méritent mais l’Etat marche a contre sens : il veut diminuer le chômage et il crée une loi qui pourrai l’augmenter.


    • MoAdiB (---.---.67.122) 17 mars 2006 13:54

      Mais biensûr et de toutes façons retirons simplement le droit du travail il est trop gênant pour les entreprise et nuit a l’embauche... Qu’est ce qu’il ne faut pas entendre... Et ni-ni merci de tes conseils avisés seulement devenir patron et réussir n’est pas donné à tout le monde et contrairement à ce qu’on voudrai penser tout le monde ne part pas sur le même pied loin de là... Vous me faites penser à ces personne qui clame que le sdf du coin ne mérite que son sort car il ne VEUT PAS travailler. Mais réveillez vous un peu le monde n’est pas si rose et si le droit du travail et les contrats déjà existant protègent les salariés, il y a des raisons... Quand aux manifestations elle sont à mon sens utile pour faire respecter la démocratie dont tu crie le nom... Sous prétexte de ’faire un essais’ de 6 mois le gouvernement peut il évincer toute la population ? Passer outre les discutions et les explications et aller jusqu’à évincer l’assemblée nationale en utilisant le règlement ? Je pense que la démocratie dont tu crie le nom ne devrai pas permettre ceci... D’ailleurs, personnellement, je ne trouve que deux raisons envisageables pour interpréter ta réaction, soit tu est trop absorbé par ta vie de suiveur que tu ne te rend même pas compte de là où toutes ces dérives nous amènes, soit au contraire tu comprend les enjeux mais te complaît dans le monde ’de merde’ qu’on essaye de nous imposer parceque ’c’est moelleux et chaud’. Je n’entrevois aucunes autres possibilités après la lecture de tes propos effarants... Et pour finir je souhaiterais ajouter ceci : oui mon commentaire est orienté je l’admet, mais il l’est au moins autant que la pseudo « information » a laquelle il répond et qui ne mérite pas de porter ce nom tant elle est subjective...


      • ni-ni (---.---.216.46) 17 mars 2006 14:45

        j’ai jammais dit que c’était facile..... mais si tu as une quelconque connaissance ou capacité c ’est possible.... en fait les petits artisans te dirons qu’il ne peuvent s’installer car au nom d’une « solidarité nationale » on a créer un « machin » tellement lourd de paperasse administrative que ca devient impossible....j’ai entendu ce discour de la part de plombiers, électriciens et autres... quant a moi je suis indépendant, j ai creer une boite que j’ai fermer tellement l’administratif est lourd et chiant pour redevenir indépendant.... je sais donc de quoi je parle (en + j ai une maitrise de gestion de dauphine donc je j’imagine l’horreur pour ceux qui n’ont pas fait ce type d’études....) et si je devais remonter une boite cela ne serai pas en france.... je ferai comme tous les créateurs dynamiques j’irai la créer en belgique ou au R.U. !


      • Fred (---.---.155.75) 17 mars 2006 17:38

        C’est sur que le boucher du coin a du etre privilegie pour creer sa boite. Il ne faut pas comprendre difficulte et inegalite.


      • Fred (---.---.155.75) 17 mars 2006 17:47

        La seule facon pour les grevistes ou manifestants de se faire entendre est bien en paralysant une partie de la population donc effectivement l’aspect democratique disparait. Je pense que les gens devraient etre libre de faire ce qu’ils veulent mais ils devraient en subir les consequences. Si une greve me cause une perte de profit, je devrais pouvoir porter plainte contre les syndicats et demander des dommages et interets.


      • chienlie (---.---.69.75) 18 mars 2006 08:51

        Bravo, bien répondu, il est effarant de lire certains articles et commentaires ! Maman au foyer, je suis de plus en plus angoissée par tout ce que j’entend et je tiens a vous dire qUE JE NE SUIS PAS D’ACCORD non plus avec les perspectives d’avenir qui vous sont proposées ; Mais je ne suis pas d’accord non plus avec le système actuellement en place et suis d’accord avec le gouvernement pour dire qu’il faut changer des choses. Est-ce pour autant qu’il faut nous imposer ces « choses » par la force ? Ou est la démocratie là dedans ? Alors à tous les jeunes anti-CPE je dit BRAVO, à tous ceux qui bloquent leurs universités je dit Bravo aussi parce que malheureusement en France les politiques du Gouvernement ne réagissent que si on les emmerde ! Alors à vous tous je vous dit surtout continuez, ne lachez pas le morceau et j’espère ne pas être la seule à vous le dire...et à vous soutenir dans la mesure de mes moyens (à propos quelqu’un peut-il me dire si une action -manif ou autre- est prévue à Bourges aujourd’hui Samedi 18 Mars et les modalités pour y participer (heure, lieu de rassemblement etc...) Merci d’avance, tenez moi au courant pour que je puisse y participer. La façon dont est passé le CNE me révolte et ses effets pervers n’ayant pas tardés à se manifester il est temps de taper du poing sur la table et j’irai même plus loin : il est grand temps de refaire la CHIENLIE de MAI 68 ! Caroline


      • (---.---.220.111) 19 mars 2006 10:34

        merci maman au foyer...il faut que les choses changent,pas qu elles empirent


      • José Peres Baptista José Peres Baptista 17 mars 2006 14:11

        Juste une précision : le CPE ne s’adresse pas aux petites entreprises, elles ont déjà comme mesure le CNE.


        • (---.---.196.142) 19 mars 2006 07:21

          Exact, il est destiné plutôt aux grandes et alors tant mieux car, comme elles ont plutôt tendance,dans les circonstances actuelles de rigidité, à supprimer des emplois, le CPE permettra de débloquer la situation. C’est une façon de les aider à repartir et renforcer leur développement.

          Cela étant, je suis entièrement d’accord avec l’auteur de l’article et me réjouis qu’un tel forum permette au bon sens de s’exprimer, les mass medias, manipulés ou complices ne nous servant que la soupe de gauche et d’ultra gauche.

          Au point que j’ai envie de proposer democratiquement de supprimer tous les journaux et d’en creer un que nous pourrions appeler « Verité » traduction française du russe « Pravda »


        • (---.---.220.111) 19 mars 2006 10:32

          alors déja les medias dans cette affaire,qu ils soient de droite ou de gauche(et ils sont surtout de droite)ont tendance a tomber completement a coté de la plaque par rapport a cette greve.nous avons certes affaire a une desinformation,mais pas a une propagande gauchiste.peu de medias ont saisi,par exemple,que cette greve etait une lutte contre le cdi,mais aussi un gros coup de gueule general contre ce gouvernement si peu democratique,qui,rappelons le,n avait pas été élu de gaieté de coeur,et uniquement sur fond de consensus social pour lutter contre le fn.et qu avons nous en reponse ?l etat d urgence,le cpe,la directive bolkerstein,la loi fillon...toutes sortes de mesures a laquelle le peuple(celui qui,n est ce pas,est censé avoir le pouvoir dans une democratie)n adhere pas et que le gouvernement passe quand meme....


        • Axis (---.---.44.109) 17 mars 2006 14:20

          Certains ont peut-être lu l’article de Cirrol en diagonale pour ne retenir que ce qu’ils voulaient, à savoir une soi-disante prise de position de l’auteur en faveur du CPE. En fait la position de Cirrol n’est pas claire sur ce point, car ce n’est pas le sujet de son article, le CPE est pris à titre d’illustration. Je n’indiquerai donc pas moi-même mon avis sur le CPE, mais je reviendrai sur l’objet de l’article.

          Il est de fait déplorable que le mécontentement de certains dérive et finisse par en gêner d’autres. C’est le cas pour certains étudiants extrêmes qui, pour se faire entendre, bloquent d’autres étudiants de manière parfaitement illégitime. C’est le cas de certains salariés qui, pour attirer l’attention des pouvois publics sur leur sort, gênent d’autres citoyens en bloquant des voies de circulations, empêchent leurs collègues de se rendre sur leur lieu de travail, etc.

          Ces citoyens usent de droits fondamentaux, ceux de faire grêve, de manifester. Bien. Mais lorsqu’ils se permettent d’entraver la liberté d’autrui, peut-on encore parler de grêve, de manifestation ? La liberté de chacun s’arrête où commence celle de l’autre. Enfin il paraît. Il est regrettable d’arriver à un point où, pour se faire entendre, il faut faire d’un problème restreint une gêne globale. Une expression, peut-être excessive, me vient à l’esprit : « prise d’otage ». De quoi s’agirait-il d’autre, lorsque des citoyens qui, soit n’étant sont pas concernés, soit ayant une vision opposée, se voient privés de leur liberté par d’autres ?


          • José Peres Baptista José Peres Baptista 17 mars 2006 14:35

            Axis,

            Comme vous le relevez justement les manifestations et grêves ont pour but de faire entendre un mécontentement mais pas seulement : elles expriment parfois aussi le cas de réactions positives, c’est le cas des manifestations anti-racistes par exemple.

            Dans le premier cas l’origine des désagréments, je n’aime pas l’usage du terme « prises d’otages » à tout bout de champ qui participe de l’escalade sémantique, est à chercher dans l’absence de dialogue et de concertation, que ce soit dans le cas de la rue pour l’action politique ou dans les entreprises. Partout où le dialogue est réinstauré les conséquences de ce genre diminuent drastiquement. Mais cela semble être une composante que les dirigeants politiques ne veulent pas intégrer, surtout ceux de droite. Et plus les gouvernements passent en force sur des sujets sensibles, plus les manifestations et grêves relèvent le degré de blocage pour signifier leur mécontentement plus fort. La bonne gestion de ces phénomènes s’appelle la Politique, la vie de la cité. Leur mauvaise gestion s’appelle la politique, la vie de carrières électorales...


            • juju (---.---.238.225) 17 mars 2006 18:35

              Et cela justifie selon vous d’empêcher des étudiants d’aller en cours s’ils le souhaitent ?


            • Jojo (---.---.164.138) 17 mars 2006 19:10

              Les droits sociaux ont été acquis avec des grèves et des blocages d’usines. Sans blocage, le patronat s’en foutait. Il y a toujours eu des jaunes.

              On fait une AG, on vote et on s’en tient au vote.


            • (---.---.196.142) 19 mars 2006 07:27

              Une AG de qui ? representative de quoi ? basee sur quelle legalite ? Ne doit on pas dire plutot un « soviet » ?


            • (---.---.220.111) 19 mars 2006 10:47

              un etudiant anti cpe ne devrait meme pas penser a aller en cours de toutes facons,il est trop important de faire greve a un moment pareil...de plus,le blocage des universités esyt débattu et voté dans les assemblées générales etudiantes...les anti blocages n ont qu a y etre,et voter comme tout le monde,c est ouvert a tous les etudiants.de plus il seraient peut etre plus ecoutés s ils n etaient pas aussi vindicatifs lors de leurs interventions dans les ag.le blocage sert a montrer l importance de l action,permet aux etudiants boursiers de faire greve sans qu on leur retire leurs bourses,rend les etudiants(y compris les anti blocages sont le plus souvent anti cpe)disponibles pour se rendre aux manifestations...le seul point noir c est que certains (jeunes)professeurs,avc un loyer a payer et un pret etudiant a rembourser,ne sont pas payés qd ils ne font pas cours...pourquoi ne pas creer un blocage qui permettrait aux professeurs qui le souhaitent de se rendre ds leur salles de cours,afin qu ils soient payés,et empecher les eleves d entrer ?


            • albe65 (---.---.75.9) 17 mars 2006 16:00

              Moi je pensai, naivement, je m’en rend compte que les politiques devaient érigés des lois dont le but etait d’améliorer la société dans lequel nous vivons ...

              Et je m’apperçois de quoi ?

              Nos hommes politique érigent des lois pour le bien de certains ... les majors dans le cas du DADVSI code, les patrons (ou en tout cas une certaine catégorie de patron) dans le cas du CPE.

              Si on avait fait une lois qui obligeait ou incitait les patrons à embaucher des jeunes en CPE plutôt qu’un CDD, interim, stage etc ... là j’aurai applaudi des deux mains mais là on a fait une lois qui ne va pas supprimer les CDD, Interims et autre stages mais va permettre aux patrons au lieu d’embaucher en CDI, d’embaucher en CPE et à partir de là, je comprend que les jeunes (et en plus diplomés, qui avaient une chance d’obtenir un CDI) manifestent parce que maintenant c’est sur , ils obtiendront un CPE.

              Quant à parler de démocratie, laissez moi rire, le CPE a été voté au 49.3, et si vous aviez suivi DADVSI code de près (ce que j’ai un peu fait) vous seriez que les débats sont en permanence écourtés et que toute proposition qui n’est pas dans la ligne du parti et systématiquement rejeté

              La démocratie, parlons en justement


              • Cassandre (---.---.237.126) 17 mars 2006 17:08

                « La patience est une belle vertu, mais qui n’est pas donnée à tout le monde ».

                Dans un an, si la gauche l’emporte, le CPE sera mis au placard sans sourciller, et ses « victimes » n’auront pas eu le temps d’être bien nombreuses.

                Les manifestants auraient-ils donc des doutes sur la capacité de la gauche à gagner dans un an ?

                Ou bien ont-ils oublié en quoi consiste la démocratie représentative ? Ils auraient des excuses : depuis mai 68 en passant par les échecs de Savary, Juppé et autres, sans oublier les actions payantes des camionneurs, agriculteurs et autres corporations, bien des épisodes ont fait reculer l’autorité gouvermentale et la légitimité parlementaire, au point qu’on ne sache plus très bien dans quel régime on habite. Et l’opposition du moment a généralement appuyé la rue, sans se rendre compte qu’elle sciait ainsi la branche sur laquelle elle serait assise une fois les élections suivantes gagnées.

                La « classe politique » n’a pas fait preuve en l’espèce de la solidarité qu’on rencontre chez les autres corporations, se tirant sans cesse des balles dans le pied. Le résultat est là : perte d’autorité et de légitimité générale du gouvernement et du parlement, désaffection croissante des électeurs, mépris des lois.

                Cette situation devrait logiquement, à l’occasion du premier « coup de Trafalgar » venu, se résoudre en un régime autoritaire, précédé ou non d’une phase d’anarchie (qu’on appelle parfois « révolution »).


                • g2o (---.---.91.38) 17 mars 2006 17:25

                  Bonjour tous le monde,

                  Tout à fait d’accord avec albe65, et j’ajouterai meme : « La France, pays des droits de l’Homme ..... riche »

                  Mais nos polititiens ont ils une marge de maneuvre ?

                  Trop d’interets economiques en jeu. (intra et surtout international)

                  Trop de multinationales bien plus puissantes (plus riches) que certains etats.

                  ...

                  Le CPE voté en urgence, le DADvSI bafoue d’un rever de la main le peu de liberté qu’il nous reste... Priver le lambda de tous ces droits pour permetre d’assurer la garantie de profit des plus grands, qui au passage ne participe que tres peu au renflouages des caisses publiques, est-ce vraiment la seule solution ?


                  • Job (---.---.140.135) 17 mars 2006 18:21

                    Je ne comprends pas qu’on s’insurge contre le respect des droits d’auteur ! « priver des ces droits » ??? Quel droits ? Le droit d’aller à un concert en resquillant ?

                    Ensuite quand je lis « obliger les patrons » ça veut juste dire que vous n’avez rien compris... Personellement patron je fais comment pour embaucher si il était impossible de licencier ? Un jeune, je ne vois qu’au bout de 3-4 ans s’il est un très bon employé que je peux laisser en autonomie... et il n’a commis aucune faute s’il n’est juste pas assez bon donc si j’embauche 15 jeunes, en admettant que 2 soient assez bon, je vais trainer à terme 13 boulets... (ils pourraient aller se caser ailleurs dans des entreprises ayant des critères que qualité plus bas, et un cadre de travail bien moins agréable si ils étaient virés, mais jamais ils ne partiront de leur propre gré, le prestige, l’agrément du travail etc)

                    Impossible donc de prendre un jeune pour le voir évoluer, je suis contraint de prendre des confirmés. Je ne peux me permettre un ratio que de 2 débutants pour 1 confirmé, et n’ai pas les moyens du fait des charges sociales trop importantes de garder les meilleurs bien longemps - 6 ou 7 ans d’ancienneté ils sont partis. De facto, les meilleurs employés ne touchent que 20% de ce qu’ils me coûtent (en prenant en compte l’achat de prestations privées pour remplacer les cotisations obligatoires), si je m’installait, disons au Bahrain, ils en toucheraient 95%.

                    Pourquoi je suis encore ici ? Par commodité, les autres activités sont en France.

                    Expliquez moi quelle est la solution... La seule c’est de me battre avec les armes de la concurence et donc de m’installer ailleurs. Ou alors baisser les charges sociales (augmenter l’âge de la retraite/baisser les cotisations retraites + chasser les travvailleurs au noir qui plombent complètement de système de l’assurance chômage).


                    • Jojo (---.---.164.138) 17 mars 2006 19:14

                      Trois, quatre ans. Mazette, c’est pire que polytechnique... Et le CPE ça change quoi ?

                      Rien.


                    • (---.---.47.62) 17 mars 2006 19:21

                      Sauf que dans ces famaeuses AG le vote n’est pas démocratique : Tous les étudiants ne sont pas présents ;le vote est à main levée et même pas compté ; les opposants n’ont même pas la parole ! On est tout à fait dans un système trotsko/coco.


                      • EtudiantMobiliséBx1 (---.---.236.226) 18 mars 2006 21:02

                        Je tiens à préciser que les AG sont ouvertes à tous et qu’elles rassemblent beaucoup d’étudiants, certes pas tous mais plus que les éléctions étudiantes considérées,elles,comme légitimes(celles des représentants au CA,CEVU ou CROUS attirent moins de 10% des étudiants ils prennent pourtant des décisions qui peuvent aller bien plus loin que la fermeture de la faculté). Le vote à main levée n’est pas la régle dans toutes les université et les urnes les remplaçent de plus en plus. De plus pour une AG de 600/700 personnes 5 ou 6 personnes comptent (et doivent être d’accord) pour considérer le vote comme valide. De plus les opposants ont la parole, en tout cas dans mon université (et dans celles que je connais). Nous considérons que le véritable dialogue (qui nous a été refusé par le gouvernement) est une nécéssité. En particulier le président de l’UNI pourtant fervent défenseur du CPE s’exprime systématiquement au AG de ma fac (université bodeaux 1). Il faut arréter de considérer un cas particullier comme la régle. Le CPE est un évenement grave, j’espére que tous les étudiants en auront pris bientot conscience.


                      • (---.---.196.142) 19 mars 2006 07:39

                        Y a t’il une loi ou un texte qui prévoit les AG ? Y a t’il une seule loi en France qui autorise quelqu’un à intervenir là où il n’est pas concerné ? Si certaines - rares -AG sont plus ouvertes que d’autres, tant mieux mais il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’organisations de fait et non de droit. En 1917, en Russie, on appelait cela des soviets.

                        La démocratie, c’est les urnes : pas la rue ni les amphis


                      • Pierre-André (---.---.26.108) 17 mars 2006 19:26

                        Le CPE aurait été admis s’il avait été bien expliqué aux citoyens que nous sommes. Vous savez mieux comme moi, dans quelles conditions il a été imposé et engagé par le premier Ministre. Je ne reviendrai pas la dessus. Il ne faut pas s’étonner quand on veut passer en force, qu’il y ai une résistance. Pourquoi encore un nouveau contrat, alors qu’il y en a déjà plus d’une trentaine. Qui peut s’y trouver dans cet enbroglio de contrats. EVA-CNE- CPE et autres. Si on ne change pas les structures de l’emploi et que l’on ne révise pas le Code du Travail, on pourra encore faire un nouveau contrat autre que le CPE, s’il n’y a pas concertations entres les intéressés. Syndicats professionnels, patronnat, étudiants et représentants des jeunes chomeurs, discuter ensemble et tirer des enseignements positifs. Bien sûr cela demandera du temps et des heures de travail, mais je crois que si tout le monde s’y met, on pourra trouver une solution évitant ces conflits. Malheureusement, le Premier Ministre a commis une ereur monumentale entrainant avec lui son Gouvernement dans la débacle. On voit que le Chef de l’Etat dans cette situation est pris au piège tendu par son Premier Ministre. J’ai bien peur, que quelque soit les propositions qu’il fasse, les autres partis politiques ne lui laisseront pas le choix de se sortir la tête haute. Il devra renoncer à son projet et suspendre pour un temps son CPE, afin qu’il meurre dans l’indifférence. S’il fait cet acte suicidaire pour lui politiquement, la paix sociale reviendra en France.

                        A vouloir faire le bulldozer et tout écrasser, il s’est planté et a mis la démocratie en péril.

                        Vous le savez mieux que nous tous, une entreprise avec ce CPE « Licencier sans justification pendant deux ans » est une aubaine pour elle, car elle pourra utiliser les compétances d’un jeune, éventuellement le former pour une mission bien précise, et quand il n’en aura plus besoin , le liquider comme un klennex. Malgré tous les aménagement proposés maintenant, c’est trop tard. Le mal est fait et plus personne n’y croit. Avant de faire un tel projet de Loi, le faire admettre par l’Assemblée Nationale, sans vraiment en dicuter et y apporter les modifications nécessaires avant son adoption, il fallait réfléchir.

                        Malheureusement, le Premier Ministre a vu l’Elysée trop proche et il a pensé qu’il avait déjà un pied dedans. Il s’est planté. C’est un peu la Fable de la Fontaine « le Lievre et la Tortue ».


                        • Job (---.---.140.135) 17 mars 2006 19:31

                          Le métier est manuel, pas beaucoup de formation initialle, mais seul une poignée sera capable de produire un objet de luxe de A à Z. C’est bien beau d’avoir 13 personnes qui font de A à B quand il en reste 2 pour faire de C à Z...

                          Ceux qui n’atteignent pas le bon niveau, je ne peux m’en servir, sauf à ouvrir une ligne « démarquée » juste pour eux, ce n’est pas du tout l’esprit.

                          Le CPE ne change rien (sauf que au bout de 2 ans on a une meilleur idée que au bout de 6 mois de période d’essai quand on a même pas pu essayer de faire faire une pièce complète).

                          Mon entreprise se développerait bien mieux si je pouvais garder uniquement ceux que je veux, en prenant des jeunes pour faire le début et en voyant ceux qu’on peut faire monter en grade, et en évinçant ceux qui ne pourront pas s’améliorer. Je ne suis pas un « méchant » patron, pas de pression sur la productivité, environnement agréable, pauses à volonté, café et friandises gratuites etc etc . Les employés ont le loisir de prendre le temps de produire les articles dans les règles de l’art. Mais je n’ai aucun besoin d’employés qui même en prenant leur temps font de la mauvaise qualité. La seule solution logique est de les renvoyer en leur laissant le temps de se caser dans une entreprise qui produit plus vite et moins bien. Mais l’incompétence n’est pas une faute donc c’est illégal.


                          • Job (---.---.140.135) 20 mars 2006 12:22

                            Le problème n’est pas de concurencer la Chine mais plutôt la Grande Bretagne par exemple. Ils ont une economie hyper dynamique, très peu de chômage, des salaires plus élevés qu’en France. Par contre le préavis est de deux semaines et les indemnités nulles pour tout le monde.

                            Le danemark est peut nêtre le meilleur exemple : on vire comme on veut mais il y a une bonne protection sociale. C’est adaptable en France. Il vaut mieux plus de flexibilité et une meilleure couverture chômage, combinée à une véritable lutte contre le travail au noir (formation obligatoire des chômeurs à plein temps, sauf excuse - entretiens d’emmbauche - de la sorte, aucun travail au noir possible). De la sorte un patron embauchera quand il a besoin, licenciera quand il n’en aura plus besoin et ne passera typiquement pas à côtés des appels d’offre parce qu’ils sont ponctuels et qu’ils ne peuvent pas se mettre des employés sur le dos pour un chantier de 3 ou 4 ans. ( cas réel )

                            La gauche est complètement à côté de la plaque, la protection des travailleurs ne passe pas du tout par la protection de chaque emploi mais par la protection de l’emploi en général + de bonnes alloc chômages + une bonne lutte contre le travail au noir.


                          • Job (---.---.140.135) 20 mars 2006 12:29

                            Cyoran plus personne ne nous envie notre système de formation... les universités Françaises sont complètement méconnues à l’étranger et allez parler à un anglais, même de très bon niveau de Polytechnique ou Normale Sup, ça ne lui dira rien, alors que tous connaissent le MIT ou Berkeley.

                            Ca c’est une petite ritournelle de gauche, la vérité toute autre.

                            Pour le modèle... tous les pays en sont passés par un modèle très conservateur (protecteur) le problème est que nous sommes le dernier à l’avoir gardé ! Nous ne sommes pas compétitif, il suffit de voir le niveau de chômage. Fondamentalement, s’il y a 10% de chômage, c’est qu’il y a 6-7% de le population qui n’est rentable pour aucun employeur au SMIC. Ca veut juste dire qu’il faut baisser les charges pour que le SMIC coûte moins cher (parce que par ailleurs vous ne verrez jamais un anglais travailler pour 40€ par jour... par contre il n’a pas de couverture chômage etc etc). La première chose pour baisser les charges c’est de supprimer le travail au noir qui plombe tout. La seule façon de le supprimer est la délation et la prime à la délation. Maintenant voulez vous en passer par là ou plutot supprimer l’assurance chomage, à la gauche de faire le choix, la droite s’en fout.

                            Donc messieurs dames de gauches, êtes vous prêts à lutter efficacement contre le travail au noir sachant que seule la délation rémunérée fonctionne (très bien testée en Grande bretagne)


                          • lise (---.---.3.177) 17 mars 2006 19:53

                            même si je suis plutôt d’accord avec l’analyse faite de manifestations et du blocage des facs, étant moi même contre les blocus, je ne pense pas que l’on doit accepter le licenciement sans motif rien ne justifie l’ajout dans cette loi d’une telle mesure

                            si la majorité des entrepreneurs et chef d’entreprise sont de bonnes foi, en quoi à t’on besoin de leur accorder un tel privilège pour faciliter l’emploi des jeunes si ils sont tous de mauvaise foi et peu regardeant pourquoi les aider à mieux utiliser les stagiaires

                            on doit pas accepter des compromis en se disant que c’est mieux que rien exigeons un contrat d’embauche qui soit tout simplement conforme avec la législation en matière de droit du travail nationale et internationales cela me semble un minimum

                            il est vrai que c’est toujours bien de s’apercevoir que le gouvernement s’occupe des jeunes et que ces derniers ne sont pas tous des glandeurs qui se foutent de tout comme certains nous considèrent, mais ce n’est pour cela que l’on devrait se contenter d’accepter ce qu’on vient bien nous donner

                            dans la mesure ou le gouvernement est censé agir dans notre intérêt, puisque d’après la constitution le pouvoir est entre les mains du peuple qui ne consent qu’à des délégations, lorsque autant de gens sont mécontents dans les rues ce n’est pas un signe de faiblesse que d’accepter de renegocier surtout lorsque les personnes en question présentent des arguments fondés ( notament juridiq) et un raisonement censé même si l’on doit trouver d’autres moyens d’agir que les blocus, ce n’est pour çà que l’on doit se taire

                            ps : je ne souhaite pas la reprise des cours seulement pour travailler et passer mes exams, mais pour aprendre et profiter de la chance que j’ai de faire des études supèrieures, et le fait que peut être les exams porteront sur ce que l’on aura pas eu le temps de voir çà ne resoudra rien et décridibilsera notre diplome de fin d’étude


                            • Cyoran (---.---.39.204) 17 mars 2006 20:46

                              Pourquoi ?

                              Pourquoi laisser croire que les Français ne veulent pas travailler ? Pourquoi clamer que nous sommes des fainéants alors que la France est le pays qui possède le taux de productivité par habitant le plus élevé du monde ? Pourquoi hurler que nos étudiants sont mal formés alors qu’à l’étranger, y compris dans les pays anglo-saxons, on ENVIE notre système de formation ? Les universités françaises sont considérées comme les meilleures du monde ! A qui ces discours profitent-ils ? Qui exactement a intéret à fouler aux pieds les formidables avantages de notre pays ? Qui exactement a intéret à cracher ainsi sur notre jeunesse ?

                              Oui, vous pouvez encore crier après la démocratie. Car vous vivez en France, l’un des rares pays au monde où ce terme a encore un sens. Puisque votre modèle de société est sans doute les Etats-Unis -on l’imagine-, demandez à un américain qui connait un peu la France ce qu’il pense de la liberté d’expression dans notre pays comparé à ce qu’il connait dans le sien. Demandez-lui d’ailleurs aussi ce qu’il pense de notre système de santé. Et tiens, demandez-lui s’il pense que les français sont des fainéants. Non non : Faites-le VRAIMENT. Vous pourriez être surpris de sa réponse.

                              Je me demande toujours une chose : si c’est tellement mieux ailleurs, pourquoi n’y allez-vous pas ? si la France ne correspond pas à votre idéal, pourquoi ne pas vosu installer ailleurs ? Aujourd’hui, ce n’est plus très compliqué. Mais ce serait plus responsable que de tenter, à coups de déclarations abusives, d’instaurer en France un modèle de société qui n’est EN AUCUN CAS souhaitable. D’ailleurs, personne ne le souhaite vraiment, à part ceux qui y ont un intéret très direct. Les seuls arguments qu’on entend sont : « Nous n’avons pas le choix ».

                              Nous avons TOUJOURS le choix ! Car c’est cela la politique : L’art du choix. Et si un gouvernement considère qu’il n’a pas d’autre choix que de suivre le mouvement, et bien qu’il laisse la place à d’autres : il est manifestement incompétent. Et si certains citoyens considèrent qu’il est impossible d’échapper au modèle anglo-saxon, et bien qu’ils prennent les devants, et aillent en Angleterre et aux Etats-Unis, ils verront si c’est mieux.

                              Notre responsabilité, à nous Français, c’est de défendre le modèle de société pour lequel nos grands-parents, nos arrières grands-parents se sont battus. Nous en sommes les héritiers, et les défaitistes, ceux qui bêlent avec le troupeau, ceux qui baissent les bras en disant : « Bah, il n’y a plus rien à faire, il faut abdiquer », ceux-là devraient quitter le pays, ça ferait des emplois pour les jeunes -et pour les autres.


                              • chienlie (---.---.68.151) 18 mars 2006 09:34

                                Bravo Cyoran tu as raison il faut continuer de se battre ne serait-ce que par respect pour nos grands-parents... mais ne t’en fait pas : vous n’êtes plus tous seuls, vous les jeunes :

                                je suis mère de 2 enfants donc plus toute jeune comparée à vous mais je partage les même opinions que vous -et j’ose croire que je ne suis pas toute seule dans ce cas- et je dirai que au delà du CPE c’est le modèle de Société que l’on veut nous/vous imposer qui est à combattre. Si j’étais à votre place ce n’est pas quelques universités que je bloquerai c’est tous le pays ! Et je le répète au risque de passer pour une anachiste (ce que je ne suis pas du tout soi-dit en passant)il faut refaire Mai 68 il est grand temps pour faire comprendre à nos politiques de droite comme de gauche que nous redusons la voix dans laquelle ils ont engagé notre pays et que -comme tu le dit si bien- ON A TOUJOURS LE CHOIX !

                                Alors refusez celui que l’on vous propose

                                Refusez que les patrons vous traitent comme des marchandises et veuillent réduirent les frais de « stockage » en pratiquant le flux tendu

                                La seule solution pour réduire le chômage dans ce pays c’est que nos ministres et autres haut fonctionnaires de la République nous montre l’exemple des sacrifices à consentir en commençant par renoncer eux-mêmes à tout ou même simplement partie de leurs privilèges exorbitants Ca permettrai de réduire la dette publique et peut-être même d’alleger les charges sociales


                              • (---.---.196.142) 19 mars 2006 07:56

                                La formation française la meilleure du monde ? Sur quoi repose cette affirmation ?

                                La propagande nous dit aussi que nous avons la meilleure administration du monde, que nous avons la meilleure sécurité sociale du monde, que le monde entier nous les envie. En rééalité personne ne les imite, ce qui serait pourtant très facile. Les Anglais, Allemands et autres sont ils en plus mauvaise santé que nous ? Cela se saurait..

                                En vérité, pour revenir à l’éducation, il existe des états comparatifs de performance des universités au plan international. Il suffit de s’y reporter pour voir que les universités françaises ne sont pas en tête, bien loin s’en faut.

                                Donc arrétons de tenir les Français dans l’illusion qu’ils vivent dans le meilleur pays du monde, un pays de cocagne que la terre entière envie.

                                Arrétons de croire que nous avons la meilleure politique sociale : la grande avancée sociale des 35 heures n’a fait qu’aligner la France sur le système du « nine to five », cinq jours par semaine, que les Anglais, pour ne pas aller loin, connaissent depuis de décenies. Encore, le terme de nine to five, est il plutôt péjoratif pour eux.

                                Hélàs, la réalité est plus sombre. La France n’évolue que trop lentement. Résultat, tout se délite : système social, enseignement, sécurité, commerce extérieur....

                                N’est-il pas temps d’être lucide et de se réveiller ?


                              • Fred (---.---.195.176) 19 mars 2006 09:58

                                Petite precision, nous avons la plus haute productivite HORAIRE mais lorsque l’on regarde a la fin de l’annee ce que le francais moyen a produit, il ne se classe plus que dans les 20-30eme au monde.


                              • ni-ni (---.---.216.46) 19 mars 2006 12:10

                                non on a bien une productivité très haute, des boites comme toy’s us ou axa ont de 40 a 50 % de salariés en plus aux usa (pour le meme chiffre d’affaire) par rapport à la france !! mais a l’arrivé 150 salariées us coutent t’ils plus cher que 100 francais.... pas sur (malgrès le fait qu’il soient mieux payé au us....). il est vrai que nous avons aussi le pourcentage de la population active fonctionnaire la plus élevé au monde .... faut bien les payer !!! ca plombe les couts aussi. en plus cette productivité a un cout : seuls les actifs au top de leurs capacités peuvent bosser : on a aussi le taux de chomage des - de 25 ans et des + de 50 ans parmi les + élevés au monde !! moralité si on veut reduire le chomage de ces catégories il faut baisser la productivité individuelle et augmenter la rentabilité globale (en clair moins de fonctionnaires, moins de prélèvements obligatoires (n’oubliez pas que lorsqu’un employé coute 100 il ne touche que 50 , avant impot !)) comme ca le « un peu moins productif » qu’est le « jeune » ou le « vieux » restera compétitif....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès