Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Mariage annulé : le scandaleux jugement en faveur de la virginité des (...)

Mariage annulé : le scandaleux jugement en faveur de la virginité des jeunes mariées

Affligeante marche en arrière dont sont complices certains magistrats qui participent à leur manière au sabordement du socle commun de nos valeurs républicaines.

Ne plus être vierge pour une femme risque de rendre en France très aventureux tout projet de mariage depuis que la justice française s’en est mêlée.


Les faits

Un homme d’une trentaine d’années, ingénieur, et une femme se sont mariés le 8 juillet 2006. La fiancée avait affirmé à son futur époux qu’elle était vierge. Or, dans la nuit qui a suivi la cérémonie, vers quatre heures du matin, elle a reconnu devant ses proches qu’elle n’était en fait plus vierge.

Le père du jeune marié a alors reconduit manu militari la jeune épouse chez ses parents en estimant que sa famille avait été « déshonorée ».

La séparation a été décidée par l’époux dès le lendemain et il a assigné en justice son épouse le 26 juillet 2006.

Au lieu de demander un divorce par consentement mutuel, l’époux a en effet préféré demander l’annulation du mariage. Selon l’avocat du marié, Xavier Labbée, « le divorce sanctionne un manquement aux obligations issues du mariage. Je dois fidélité à mon épouse, je trompe mon épouse, donc celle-ci divorce. Ici, il y a un vice dès le départ ».


Le jugement

En avril 2008, le tribunal de grande instance de Lille a donc annulé le mariage en estimant que l’époux l’avait conclu « sous l’emprise d’une erreur objective » (celle de ne pas savoir que la mariée n’était pas vierge), une erreur qui a été « déterminante dans son consentement ».

La décision du tribunal s’est fondée sur l’article 180 du Code civil qui stipule que « s’il y a eu erreur dans la personne, ou sur des qualités essentielles de la personne, l’autre époux peut demander la nullité du mariage » dans un délai de cinq ans.

En ce sens, les juges ont pris acte que la virginité de l’épouse était une « qualité essentielle » pour le marié.

L’avocat du mari trouve donc la réponse judiciaire d’autant plus logique (« parfaitement logique ») que « l’épouse a reconnu qu’elle avait menti ».

Philippe Lemaire, le procureur de la République de Lille, a estimé que le jugement était « assez conforme à la jurisprudence classique » tout en insistant sur le fait que les deux époux étaient d’accord. Il n’y aura donc probablement pas appel du jugement. Selon lui, « c’est le mensonge qui motive la décision du juge », reconnaissant cependant que le thème de la virginité « focalise un peu le débat » alors que « la question, ce n’est pas la virginité, c’est la liaison qu’elle a eue avant et qui a été cachée ».

Notons enfin que, pour des raisons de publicité personnelle (?), c’est Xavier Labbée qui a rendu publique la décision du tribunal ce 29 mai 2008.


Les réactions

Apparemment, selon la Chancellerie, il n’y a encore jamais eu d’annulation de mariage pour mensonge sur la virginité de l’épouse, mais des annulations pour mensonges sur « des éléments de personnalité » d’un des conjoints.

Parmi ces « erreurs », il y a la découverte après mariage que le conjoint est divorcé, ou qu’il a menti sur sa nationalité, qu’il a fait l’objet d’une mesure de curatelle, ou encore qu’il n’est pas apte à avoir des relations sexuelles normales (impuissance sexuelle ?).

Xavier Labbée rappelle que l’exemple donné aux étudiants est « le fameux arrêt Berthon qui date de 1868 » à propos d’une épouse qui n’avait pas su que son mari avait fait de la prison. Il insiste en affirmant également qu’il « faut ramener la question au mensonge. La solution aurait été la même pour quelqu’un ayant (…) caché quatre pages de casier judiciaire, le fait d’avoir déjà été plusieurs fois marié ou de s’être prostitué ».

Les réactions à ce jugement sont quasiment unanimes dans le sens d’un profonde indignation : Jacques Myard, député UMP, considère la décision « choquante [qui] avalise un intégrisme archaïque », le PS la trouve atterrante car elle « bafoue le droit des femmes à disposer de leur corps et à vivre, librement, comme les hommes, leur sexualité » et les communistes la qualifie de « scandaleuse ».

Sur France Inter, la philosophe Élisabeth Badinter est très inquiète et honteuse de la justice : « Je suis ulcérée par la décision du tribunal d’accepter de juger ça parce que la sexualité des femmes est une affaire privée et libre en France, absolument libre. » en ajoutant, en pensant à l’épouse répudiée : « Et je vous dis franchement, je pense à cette malheureuse jeune fille, humiliée, publiquement humiliée, revenant dans sa famille, ce qu’elle a dû vivre a dû être épouvantable. J’ai honte que la justice française n’ait pas pris à cœur de défendre toutes ces jeunes filles. ».


Les scandales

Faut-il se joindre à tous ceux qui aboient contre ce jugement ?

Pour ma part, oui, car tout y est scandaleux, et, disons-le, puant.

1. La pureté de l’épouse

C’est très ancien de vouloir que son épouse soit vierge (pure), mais pourquoi la question n’a-t-elle pas été retournée sur la virginité de l’époux ? Cette différence d’appréciation montre un machisme extraordinaire, une discrimination qui ne devrait plus être observée aujourd’hui.

2. La non-virginité comparée à un délit

Si la décision du juge est scandaleuse, les explications de l’avocat du marié sont encore plus affligeantes. Pour expliquer le jugement, il affirme que l’issue aurait été la même si le marié avait caché qu’il avait été en prison ou s’était prostitué ou était polygame… Comme si l’absence de virginité de l’épouse était un délit !

3. Qui prouve que c’était une qualité essentielle ?

La décision n’a été fondée que sur le témoignage (commun) des deux époux, pour quatre faits non vérifiés (et non vérifiables ?) : premièrement, que l’épouse n’était pas vierge ; deuxièmement, que la virginité était un élément majeur pour le mari dans le choix de se marier ; troisièmement, que l’épouse le lui a caché ; quatrièmement, qu’elle n’était effectivement plus vierge au moment du mariage.

À ma connaissance, aucun certificat d’aucun gynécologue n’a été établi. Ne serait-ce pas là simplement un accord entre époux pour tout simplement tromper la justice et annuler un mariage pour convenance personnelle ? Un précédent inquiétant dans tous les cas.

On sait que le juge ne prend pas pour argent comptant les personnes qui s’accusent d’elles-mêmes de certains délits ou crimes, sans que leurs déclarations ne soient pas validées par des faits fiables et prouvés.

4. La vie sexuelle, une affaire privée

Si l’infidélité conjugale est considérée comme une faute (dans le cadre du mariage donc), une relation sexuelle avant le mariage ne peut évidemment pas l’être. Tout le monde est prisonnier de son passé qu’il ne peut effacer. Et, surtout, ce passé ne regarde que la personne elle-même et personne d’autre, pas même un futur conjoint.

De quoi se mêle la justice et, donc, la société, pour une affaire purement privée et intime ?

5. Le mensonge comme cause d’annulation de contrat

Il est vrai que lorsqu’une des deux parties a été sciemment trompées dans un contrat, elle peut demander annulation du contrat. C’est le cas dans les contrats commerciaux, quand, par exemple, le vendeur promet à l’acheteur des prestations qu’il ne peut assurer.

Mais si le mensonge n’est, d’une part, pas prouvé de manière factuelle et, d’autre part, porte sur des aspects secrets, privés de la vie, le juge doit-il s’immiscer dans l’intimité des personnes ou simplement rester neutre ?

Et où est-il dit que le mensonge entre époux est une faute ? (Même si moralement, c’est évidemment regrettable).

Notre justice s’américaniserait-elle ? On se souvient qu’en 1998 la cause principale du scandale sexuel de Bill Clinton n’a pas été sa liaison extraconjugale, mais le fait qu’il avait menti aux Américains en ayant nié les faits.

6. Et l’amour ?

Un autre élément frappe, car qui dit mariage, dit (mais c’est vrai que je suis un idéaliste !) quand même amour. Or, l’amour transcende toutes les caractéristiques de l’être aimé pour ne prendre en compte que la personne aimée globalement, souvent en gardant les qualités et en oubliant les défauts (défauts qui peuvent d’ailleurs resurgir par la suite).

Annuler un mariage pour absence de virginité, considérer cette qualité (d’être vierge) comme essentielle dans une relation amoureuse, c’est réduire la femme à n’être qu’un objet de désir sexuel, sans respect pour son être. Le mari veut se marier avec une vierge, pas avec elle. Elle n’est pas vierge ? Il va chercher ailleurs…

Étrange sentiment pour un mariage. Comme le disait l’avocat du marié, mais applicable au marié, il y a en effet « vice dès le départ ». Des mots forts d’ailleurs : virginité, c’est la vertu, absence de virginité, c’est le vice.

7. Enfin, la religion

Je l’ai gardé pour la fin car toutes les dépêches insistent lourdement dès le départ sur le fait que les deux protagonistes sont… des musulmans. Et alors ?

En quoi la religion est-elle importante dans une affaire de mariage civil ?

Serait-ce sous-entendre que, puisqu’ils sont musulmans, c’est normal de demander à l’épouse d’être vierge au mariage ? Qu’on peut comprendre le mari victime de cet horrible mensonge ?

C’est en tout cas ce que les juges laissent entendre, et c’est sans doute ce qui a de plus affligeant pour nos valeurs républicaines.

Scandaleux de laisser croire que la justice pourrait faire un compromis entre sa pratique du droit et un certain communautarisme religieux qui s’étend de plus en plus en France.

Nous sommes en République française, les lois républicaines s’appliquent à tous sans distinction de religion. Pourquoi puis-je savoir la religion musulmane de ces époux ? A-t-elle eu une influence auprès des juges ? Y a-t-il eu discrimination dans une part du jugement ?

Élisabeth Badinter a bien raison de s’emporter ainsi : « ça aboutit tout simplement à faire courir nombre de jeunes filles musulmanes dans les hôpitaux pour se faire refaire l’hymen. Et, par conséquent, au lieu pour un tribunal de défendre les femmes, de défendre ces jeunes femmes, au contraire, il accentue la pression sur elles. ».

Une pression encore plus inadmissible pour les jeunes femmes défavorisées vu le prix de l’opération (environ 1 000 euros selon France Inter).


Pas d’appel ?

Le pire, évidemment, c’est que la jeune épouse est consentante. Donc, elle ne fera sûrement pas appel du jugement qui, à mon sens, serait facilement remis en cause. Ni le parquet, si on en croit les déclarations du procureur de la République.

La virginité et la religion musulmane, voilà un cocktail explosif pour donner à cette histoire un fort écho médiatique. L’avocat du mari l’a d’ailleurs sans doute anticipé.

Si même des magistrats commencent à saper les valeurs fondamentales de notre République, comment peut évoluer notre société ?

La justice n’aurait jamais dû accepter de s’occuper d’une telle affaire.


Pourquoi le juge est-il omniscient et sacré dans notre société ?

Le droit à l’erreur n’est pas assez reconnu dans la société française qui pèche souvent par perfectionnisme. Mais inversement, certaines professions sont protégées de toute responsabilité lorsqu’il y a des erreurs commises.

Après les errements terribles dans l’instruction du procès d’Outreau, et ce jugement qui a été rendu par le tribunal de grande instance de Lille, rappelons que, comme tous leurs contemporains, les juges ne sont pas infaillibles ni exempts d’incompétence ou d’arrière-pensées.

Il est plus que temps, puisqu’on s’évertue en ce moment même à réformer le Conseil supérieur de la magistrature dans le cadre de la modernisation des institutions, de mieux encadrer la responsabilité professionnelle des juges et qu’en cas de dérives ou d’errements ils puissent rendre des comptes aux citoyens et à l’État.

Comme dans la plupart des autres professions.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (30 mai 2008)


Pour aller plus loin :

Dépêche AFP du 29 mai 2008.

Déclarations d’Élisabeth Badinter du 29 mai 2008.



Documents joints à cet article

Mariage annulé : le scandaleux jugement en faveur de la virginité des jeunes mariées

Moyenne des avis sur cet article :  3.56/5   (78 votes)




Réagissez à l'article

161 réactions à cet article    


  • démagozy démagozy 30 mai 2008 12:16

    Cela pose plutôt la question de l’interprétation des textes de loi.

    Les "qualités essentielles", ça veut dire quoi ? Si ma femme prend 10 kilos après le mariage, puis-je demander son annulation ? Dans un pays laïc, une condition d’origine religieuse ne peut correspondre à une "qualité essentielle" d’un acte civil administratif comme le mariage 


  • faxtronic faxtronic 30 mai 2008 14:07

    Oui, ben je m’en mefie de la Justice soumise au pouvoir politique, comme de la peste, comme de la Justice soumise a l’opinion.


  • faxtronic faxtronic 30 mai 2008 14:50

    Et c’est quoi la volonté populaire, le dernier sondage du dimache soir ?


  • Philou017 Philou017 30 mai 2008 16:43

    Mage : "Ce qui différencie la dictature de la démocratie, c’est que dans cette dernière, l’autorité publique, qu’il s’agisse de la justice, du législatif ou de l’exécutif, émane de la volonté populaire."

    Vaste blague. La loi n’est certainement pas l’émanation de la volonté populaire, mais l’émanation de groupes politiques qui defendent avant tout l’intérêt des puissants auxquels ils sont associés.

    Si les députés sont élus, il s’agit en fait d’une délégation de pouvoir avec blang-seing pour 5 ans, sans aucun pouvoir de controle. La majorité des députés ne représente d’ailleurs qu’une courte majorité des citoyens, majorité forcée par le vote majoritaire à deux tours.

    Si sur des sujets de société, les députés élaborent des lois à peu pres correctes, sur les sujets importants (finance, industrie, etc) ils font ce qu’ils veulent. Et la volonté des députés peut être dépassée par celle des chefs politiques qui ont les moyens de faire pression sur leur troupes afin qu’elles soient "disciplinées".

    Ensuite, les gens ne votent vertainement pas pour un programme en entier, mais sur certains points d’un programme. Des lois sont donc votées, qui vont à l’encontre de la volonté d’une tres large majorité de citoyens (ex : la loi OGM qui aurait été rejetée par référendum).

    Le pouvoir peut même se servir de sa soi-disant légitimité pour revenir sur des décisions du peuple (ex : le TCE retoqué par référendum, adopté par les assemblées (dont celle du sénat qui n’est pas elue, mais une émanation des cercles du pouvoir).

    Mon pauvre Mage, la legimité populaire est une fable qu’une minorité de plus en plus faible de citoyens arrive encore à gober.


  • Nobody knows me Nobody knows me 30 mai 2008 16:58

    Oui et cette interprétation doit donc être mieux encadrée.

    Ah non, merde ! Pas encore une loi ponctuelle pour un pauvre fait divers  !!

    Merci d’avance


  • Gazi BORAT 30 mai 2008 12:24

    Cet article 180 est la porte ouverte aux décisions de justice les plus cocasses.

    Il a pour but de protéger une institution des plus archaïques - le mariage - comment donc s’étonner que des arguments invoqués par des plaignants ne relèvent pas du même archaïsme ?

     

     

     

    On a ainsi vu des personnes s’offusquer que leur partenaire légal leur aie dissimulé certains aspects de leur passé , de professions jugées "déshonorantes" (hotesses de bars, strip-tease, prostitution) à dissimulation d’unions précédentes, etc..

     

    Dans ce dernier cas, le fait que la justice aie annulé des mariage lorsque l’un des deux époux a caché son statut de "divorcé" à l’autre est tout aussi réactionnaire que ces sombres histoires de virginité..

     

    On a aussi vu des unions annulées pour fait de dissimulation de non-capacité à l’exercice de l’acte sexuel ou de la réalité de sa situation financière..

     

    Ici, beaucoup boivent leur petit lait, cette affaire mettant une fois de plus en lumière "l’arriération culturelle des allogènes" en oubliant que, quelle que soit la religion (catholiques, protestants et juifs se placent très bien en ce domaine) l’appel à l’application de cet article du code civil voit souvent se mêler motifs relevant de l’irrationnel, des valeurs patriarcales ou des sordides histoires d’intérêts dont sont coutumières les classes bourgeoises..

     

    A propos du mariage, institution archaïque, un extrait d’un texte célèbre :


    • "La bourgeoisie a déchiré le voile de sentimentalité qui recouvrait les relations de famille et les a réduites à n’être que de simples rapports d’argent. (...)

      Rien de plus grotesque, d’ailleurs, que l’horreur ultra-morale qu’inspire à nos bourgeois la prétendue communauté officielle des femmes que professeraient les communistes. Les communistes n’ont pas besoin d’introduire la communauté des femmes ; elle a presque toujours existé.

       

      Nos bourgeois, non contents d’avoir à leur disposition les femmes et les filles des prolétaires, sans parler de la prostitution officielle, trouvent un plaisir singulier à se cocufier mutuellement.

       

      Le mariage bourgeois est, en réalité, la communauté des femmes mariées. Tout au plus pourrait-on accuser les communistes de vouloir mettre à la place d’une communauté des femmes hypocritement dissimulée une communauté franche et officielle. Il est évident, du reste, qu’avec l’abolition du régime de production actuel, disparaîtra la communauté des femmes qui en découle, c’est-à-dire la prostitution officielle et non officielle.

       

      Fin de citation

       

      gAZi bORAt

     


    • Jean-Paul Doguet 30 mai 2008 12:37

      Personnellement je suis moyennement choqué par ce verdict. Je pense qu’il y a présentation malveillante de la part de l’auteur ainsi que pour les autres articles sur ce site.

      Si le mariage a été annulé ce n’est pas parce que l’épouse n’était pas vierge, mais parce qu’elle l’avait délibérément dissimulé au mari, ce qui est différent. Si c’est important pour lui il a le droit de considérer qu’elle a été malhonnête vis à vis de lui et donc de demander l’annulation du mariage. Le mariage est un lien entièrement libre, et si une des partie estime avoir été trompée elle peut demander à le défaire. Aurait-il fallu lui imposer un mariage avec une femme qui a été malhonnête avec lui ? Il ya des précédents d’épouses qui ont menti à leur mari en se déclarant nobles de naissance ou encore en mentant sur leur situation familiale, en dissimulant qu’elles aviant des enfants ou des parents etc.. et cela a entraîné une demande d’annulation du mariage. Je pense que c’est juridiquement la même chose. 


      • Jean-Paul Doguet 30 mai 2008 14:52

        Il y a des mensonges inverses parfaitement prouvables, même s’ils ne concernent pas la virginité. Si un homme ment à une femme sur des points importants par exemple en lui dissimulant qu’il a des enfants, qu’il a été marié une ou plusieurs fois, ou qu’il a fait de la prison, qu’il a des dettes graves, qu’il est ruiné, homosexuel, ou séropositif etc.. elle a le droit elle aussi de faire annuler le mariage. Je pense que mentir sur sa virginité c’est mentir sur ce qu’on est, et que c’est grave si ça s’adresse à quelqu’un pour qui on sait que cela compte. Et un homme peut lui aussi produire un mensonge de même genre. La seule chose malheureuse dans le verdict c’est sans doute le terme "objectif", qu’il faudrait remplacer par "important pour le requérant" ou quelque chose d’approchant.


      • RilaX RilaX 30 mai 2008 17:17

        Et comme on ne peut pas prouver la virginité de l’homme, meme si c’est important pour lui (a tord ou a raison), les femmes ont le droit de mentir ?

        Ca crée un desequilibre inverse.

         

        Je precise que j’approuve la décision de la justice (enfin plutot que je suis en accord avec elle, car je n’ai pas approuver de décision de justice), mais que je suis contre la décision de cet homme de vouloir a tout prix que sa femme soit vierge.


      • claude claude 30 mai 2008 20:22

        @ mr doguet,

         

        vous savez reconnaitre une jeune fille fille vierge d’une autre qui ne le serait pas ?

        si vous n’êtes pas gynéco ou matronne, vous êtes très fort et un gros malin ... car si on ne le vous le dit pas, nous les filles, depuis la nuit des temps, on sait faire comme...

        vos posts montrent combien vous méconnaissez la physiologie féminine...et tout simplement, les femmes...

        la virginité est une dictature imposée par les patriarches pour s’assurer de la "pureté" de leur lignée... c’est archaïque et obsolète.

        de nos jours, c’est une atteinte à la dignité de la femme de lui demander si elle est vierge ou non... cela relève de l’intimité et n’a pas à être su par les autres, époux compris !!!


      • RilaX RilaX 30 mai 2008 21:36

        Et bien que les femmes attaquent en justice les hommes qui exigent leur virginité.

        La virginité n’est pas pour moi un "critère", mais pour certain ca l’est. Vous les jugez, et les mettez tous dans le meme panier. Vous semblez profondement meconnaitre la psychologie masculine.

        Ce qui a été jugé ici n’est pas le fait que le mari ait demandé a sa futur epouse sa "pureté" mais le fait qu’elle ait menti a ce sujet. Les juges ne peuvent juger que sur ce qu’on leur demande.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 31 mai 2008 01:56

        Les émotions obscurcissent le jugement. Ce cas est un effet. cherchons la cause. Corrigeons-la

        Ce genre de situation est la conséquence : a) d’un décalage entre la loi telle qu’elle est et l’ethique qui prévaut dans la société actuelle, compliquée par le fait que b) les parties à ce litige n’ont PAS la même éthique que celle qui prévaut dans la société actuelle...

        Tout un enchevêtrement, donc, de subterfuges pour cacher deux choses :

        1) que le mariage est a devenir un contrat purement consensuel et non de droit public, ce qui est une vision progressiste et donc contestée par la Droite et,

        2) deuxiemement, que certains citoyens ne font pas consensus sur les mêmes choses que la majorité et ont même des idées retrogrades... ce qui chagrine la Gauche

        Dissonance cognitive qui va donner des migraines, car si le mariage est purement consensuel. chaun peut bien y mettre les clauses qu’il veut - y compris la virginité - et la lustice n’a quà faire respecter le contrat qui est la loi des parties.

        Si on interdit cette clause ou toute autre, on ramène le mariage dans la sphere de l’ordre public... avec le risque d’une ingérence croissante dans ce qu’on croyait devenu une zone de liberté. Menace sur toutsceux qui ne sont pas tout a fait comme les autres. 

        La garantie de pouvoir être ce qu’on veut ,que ça plaise ou non au voisin, va de paire avec la liberté du voisin de faire ce qu’il veut, même si je suis en profond désaccord.

         

        Pierre JC Allard

        http://nouvellesociete.org/504...

        http://nouvellesociete.org/518...


      • Bof 30 mai 2008 12:38

        Et bien....avec tous nos problèmes en ce moment ! ...22% d’illétrés, nos zupiens enfermés à double tour par le pris du carburant en plus de nos lois sociales et financières et fiscales qui leur interdisent toute possibilité de pouvoir se mettre au travail...nos actifs qui ne pourront plus payer les retraites avec les dettes à rembourser en plus des interets exorbitants...

         Mais, ...enfin je ne l’écris pas ! ...la Justice de mon pays est souveraine et a besoin d’ être maintenue souveraine à cause de l’abus de nos élus poliques constatés il y a une dizaine d’années ou peut êtrre déjà plus !


        • el bourrico 30 mai 2008 12:44

          Comme je l’ai dit sur lautre article, poussez le raisonnement plus loin, ne vous arrêtez pas ou ça vous arrange.

          Demandez vous pourquoi elle a menti, au lieu de pinailler comme des machines mensonge->mariage annulé, point à la ligne.... si seulement c’était aussi simple, et je pose la question, qui n’a jamais menti, ne serait ce que par omission ?

          Plein le fion de ces religions pour dégénérés mentaux.


          • Yifu66 30 mai 2008 13:15

            "Plein le fion" dites-vous.

            Voilà peut-être une proposition à étudier pour résoudre le grave problème objet de cet article.

            Mais légiférer dans ce sens  n’ira pas sans mal et n’obtiendra peut-être pas l’assentiment de toutes les parties en présence.


          • Zalka Zalka 30 mai 2008 15:26

            Ceux qui approuvent ces méthodes ne sont pas majoritaires parmi les musulmans de France.


          • LOISEAU 30 mai 2008 12:44

            Ce n’est pas le jugement qui est scandaleux dans cette affaire, c’est que le mari ait voulu faire appel à la justice pour se séparer de son épouse en découvrant qu’elle n’était pas vierge.

            Les bien pensants qui se disent révoltés par le jugement devraient se féliciter que l’épouse soit "libérée" de son mari. Peu importe le moyen, et tant mieux si c’est le mari qui le demande (avec l’accord de son épouse)

            Dans cette affaire, le mari peut être montré du doigt, pas la justice.

             


            • Takkie Cardie 30 mai 2008 12:53

              Ce jugement m’apparait très dangereux pour deux raisons :

              - d’une part, parce qu’il refuse de prendre en considération L’OBLIGATION pour la jeune fille de taire la vérité, avant le mariage, et ceci pour des raisons culturellement connues d’un juge français. Existe-t-il un autre moyen pour une jeune fille mulsulmane non-vierge de se marier  ?

              Il pose le dilemne obligation = tromperie ?

              - d’autre part, il ouvre une brèche très dangereuse pour l’avenir de toutes ces jeunes filles. A partir du moment où la jurisprudence existe, tout autre jugement pour cause similaire pourra s’y référer.

              Et cela, le juge devait bien en être conscient.

              Belle régression, vue de la position - la mienne - d’une femme de la génération d’ E. Badinter, qui s’est battue contre l’hypocrisie d’une société, à l’époque, permissive uniquement pour les hommes ...le combat semble toujours à mener, au vu de certains comportements d’hommes jeunes qui bafouent tranquillement ces droits et libertés chèrement acquises...

              Allons, jeunes gens, un peu de courage, réfléchissez !...


              • faxtronic faxtronic 30 mai 2008 13:05

                "ya-t-il un autre moyen pour une jeune fille mulsulmane non-vierge de se marier "

                Ben oui, de se trouver un mari pas cretin, musulman ou pas...


              • faxtronic faxtronic 30 mai 2008 13:06

                Meme article, meme commentaire :

                De deux chose l’unes, et pas besoin d’etre indigné, je soutiens le tribunal de Lille :

                Soit la femme est liberée d’un cretin integriste auquel on l’a marié de force, et c’est tant mieux pour elle.

                Soit la femme a rellement epousé un cretin integriste par amour ou pour lien, donc elle est elle meme une cretine integriste, et c’est tant pis pour sa gueule.

                Ce qui est dommage, c’est pas la justice, mais c’est qu’il y a encore de cretins et des cretines qui considerent que la virginité a une valeur importante.

                C’est tout ce que j’ai a dire

                 


              • Jean-Paul Doguet 30 mai 2008 13:10

                Il me semble que c’est vous Takkie Cardie qui devriez réfléchir. Si le juge avait refusé de rompre le mariage sur la base d’une tromperie les deux époux auraient vécu de toute façon séparés, le juge n’y changerait rien. Un refus n’aurait rien changé à l’attitude du mari. La conséquence jurisprudentielle serait que les hommes attachés à la virginité (et il y en a aussi chez les Chrétiens figurez vous) exigeraient désormais d’examiner (comme on l’a fait pendant des siècles dans l’aristocratie médiévale) la virginité de la promise, ou encore iraient se marier dans un pays musulman. Beau progrès certainement.


              • faxtronic faxtronic 30 mai 2008 13:10

                Et la notion de jurisprudence, c’est uniquement dans vos series americaines qu’elles font lois.


              • faxtronic faxtronic 30 mai 2008 13:15

                Takkie cardie,

                T’imagine si pour te marier tu avais cacher ta non-virginité, Reflechis un peu.

                Une fille a caché sa non-virginté pour se marier, cela veut dire que pour elle cela avait de l’importance, ou que ce marier avec ce con avait de l’importance.

                J’en tire que deux consequence :

                Soit elle est victime d’un mariage forcé, ce qui ne semble pas le cas.

                Soit elle a les memes prejuges que son mari, et pas la peine de chialer sur son compte.

                Takkie cardie : au cas ou tu ne le sais pas, une femme, ce n’est un pas un animal de compagnie, c ’est une humaine, comme un homme, qui peut etre tout aussi imbecile.


              • Takkie Cardie 30 mai 2008 16:25

                A Jean-Paul

                La solution la plus simple pour se séparer quand il y a méprise sur la " qualité " reste encore le divorce.

                Par ailleurs, je pense que les intégristes de tous poils - y compris les cathos, mon propos ne les excluaient pas - vérifient déjà la virginité de leur promise. Ceci existe dans toutes les religions, un catho. intégriste n’épousera jamais une fille " perdue " ( = non-vierge ) ou une femme divorcée. Ils n’ont pas attendu qu’il existe un jugement d’annulation pour avoir ce comportement.

                A Faxtronic

                Il est vrai que cette jeune fille pouvait trouver un autre compagnon. Mais on ne sait rien de sa vie, ni de ce qui l’a conduite à épouser ce crétin. Pression familiale ? Dans ce genre de milieux - intégristes de toutes religions - les filles n’ont jamais le choix . Elles subissent un véritable lavage de cerveau, dès le plus jeune âge. C’est ce que j’ai nommé " obligation culturelle " . On leur choisit un mari,elles n’ont pas d’opinion à émettre. Si elles " dérapent " elles n’ont d’autre choix que le mensonge. D’autres choisissent la chirurgie. A condition d’en avoir les moyens matériels.

                Un juge se réserve le droit d’interpréter un texte de loi. Il me semble que dans ce cas, il aurait gagné à prendre un peu de ... distance, de hauteur de vue. Oui, le mensonge est avéré, mais si c’était pour une raison - juste - que l’on ignore ? conserver des relations correctes avec sa propre famille, par exemple ? peut-être a-t-elle essayé, au moins au début de ce stupide mariage ?

                Et le simple fait que nous vivions dans une République laïque ne constitue-t-il pas, en soi, une raison suffisante ? Les codes sont certainement remplis de lois idiotes de toutes sortes, parce que trop anciennes, et plus du tout adaptées à notre société ; n’est-ce pas le travail, je dirais même, le devoir d’un juge, que de ne pas s’y référer à la lettre ? Exercer la loi n’interdit pas l’intelligence...

                Allons, Messieurs, pas de mauvais procès ! on ne peut tout justifier en se cachant derrière la loi !

                Et, pour ma part, sans rancune, je vous envoie même mon amitié !

                Takkie Cardie

                 


              • faxtronic faxtronic 30 mai 2008 17:25

                "Elles subissent un véritable lavage de cerveau, dès le plus jeune âge"

                Oui comme tous le monde, cela n’enleve en rien la reponsabilité individuelle. Et le fait que si elles ont subis un lavage de cerveau, elles feront de meme a leurs enfants.

                La loi doit etre aveugle ! C’est a la société civile d’agir pour detruire ces archaïsme, ce n’est pas a la Justice de compenser les divagations de la société. Trop longtemps on a laissé le relativisme culturel regner en maitre. Il ne faut pas pleurer sur les consequences.


              • faxtronic faxtronic 30 mai 2008 17:27

                "conserver des relations correctes avec sa propre famille, par exemple ? peut-être a-t-elle essayé, au moins au début de ce stupide mariage ?""

                Quel age elle a cette femme ? On ne parle pas d’une enfant. Si elle ne se bat pas elle meme pour sa liberté, personne le fera a sa place. La liberté, c’est d’abord l’absence de chaine dans la tete.


              • faxtronic faxtronic 30 mai 2008 17:29

                Quoi qu’il en soit, je reste sur ma position :

                Soit c’ets une victime de mariage forcée, dans ce cas la c’est bien qu’elle coupe les ponts avec sa famille.

                Soit c’est une integriste religieuse qui volontairement avoulu se marier avec un traditionnaliste, et qu’elle aille crever.


              • Jean-Paul Doguet 30 mai 2008 17:43

                @takkiecardie

                Je ne saisis par vraiment la différence entre divorce et annulation par consentement réciproque, sinon sans doute que dans le premier cas ça prend plus de temps et que ça coute sans doute moins cher. Je constate que vous êtes au fond d’accord pour voir ici dans la tromperie du mari par l’épouse motif à séparation.

                Vous êtes injuste et malveillant vis-à-vis des catholiques sincères en les traitant d’"intégristes". J’ai connu des jeunes filles catholiques attachées à l’idée d’offrir leur virginité à leur mari et des hommes partageant la conviction inverse. Jamais ils n’auraient accepté l’idée d’un examen de vérification de la virginité, j’en suis certain. Et ce n’était pas des intégristes. L’examen de virginité est quelque chose qui existait dans les mariages royaux, d’intérêt, et à une époque ancienne c’était aussi la garantie que l’enfant était celui du mari. 

                Imaginons qu’un catholique sincère soit trompé par une femme qui lui dise qu’elle est vierge sans le seul but de l’épouser, Et bien il me semble qu’il aurait des raisons valables pour faire annuler le mariage, ou demander la séparation le plus vite possible. 


              • Grou 30 mai 2008 18:24

                Existe-t-il un autre moyen pour une jeune fille mulsulmane non-vierge de se marier ?

                Encore heureux ! Savez-vous qu’une Musulmane n’est pas forcée d’épouser un Musulman ? Savez-vous que tous les Musulmans ne considèrent pas la virginité de leur épouse comme une condition nécessaire au mariage ?

                 


              • Grou 30 mai 2008 18:41

                il a assigné en justice son épouse le 26 juillet 2006.

                Non. Vous déformez la réalité. Il a juste demandé la nullité du mariage.

                pour quatre faits non vérifiés (et non vérifiables ?)

                Le fait que les deux "époux" le disent devant un juge, ça devrait suffire non ?

                Annuler un mariage pour absence de virginité

                Le mariage n’a pas été annulé pour cette raison.

                Vous vous êtes emballés comme les média, sans prendre le temps de réfléchir. Ni de lire l’arrêt en question.


              • iomej 30 mai 2008 18:50

                Ce n’est pas exact . Je viens de vérifier sur un site musulman : "D’après le coran, le mari doit être un musulman. La femme ne peut pas être mariée à un chrétien ou à un juif (Coran, Sourate 2 Verset 221)." C’est ce qui explique d’ailleurs en partie les pressions auxquelles sont soumises les beurettes quand elles veulent se marier à leur guise.


              • guitouni 30 mai 2008 12:54

                Je rappelle tout de meme que la mariage civil est un contrat. Rien de plus rien de moins. Personne n’est obligé d’y souscrire. Mais si on y souscrit, il faut bien en assumer les conséquences juridiques. Nul besoin de parler de l’islam ni de digresser sur l’amour dans cette affaire.

                Si la loi a été bafouée par le juge, alors oui on peut polémiquer mais à ma connaissance ce n’est pas le cas.


                • sisyphe sisyphe 30 mai 2008 12:59

                  Et la virginité du mari ?

                  Et les mensonges éventuels du mari sur les fréquentations qu’il a eu avant le mariage ; ce serait aussi un motif d’annulation ?

                  Ce jugement est une pantalonnade de plus, qui, là encore, est un élément de réintroduction du religieux (quoi d’autre que la religion exige la virginité de la mariée ?), dans la sphère publique.

                  Ce jugement est une honte de discrimination sexiste, et d’hypocrisie.

                  La virginité, "qualité essentielle" ???

                  Va-t-on exiger aussi de vérifier que le mari n’est pas un sodomite ?

                  Ecoeurant retour du refoulé religieux dans la législation : décidément les lobbies calotins de tous poils font feu de tout bois, jusque sur l’estrade de nos tribunaux : bientôt la notion de péché introduite (houla !) dans le droit ?


                  • claude claude 30 mai 2008 20:35

                    @ sisyphe,

                    si cela se trouve, le mari a tout simplement "laiguillette nouée", c’est à dire qu’il est ...impuissant...

                    c’est plus facile de jetter l’opprobre sur sa fiancée que de reconnaitre qu’on a la zigounette qui flanche !


                  • claude claude 30 mai 2008 20:36

                    oups ! pardon, erratum : "l’aiguillette nouée" smiley


                  • jondegre jondegre 30 mai 2008 13:12

                    J’adore cette tempete dans un verre d’eau.

                    De l’islam, du sexe et de la justice, secouez le tout = coktail a forte audience chacun y allant de son couplet...

                     

                     

                     

                     


                    • faxtronic faxtronic 30 mai 2008 13:17

                      Oui c’est vraiment ridicule. C’est encore et toujours l’emotion qui occulte la raison, c’est du ’Ici Paris’


                    • Serpico Serpico 30 mai 2008 13:17

                      Quelle malhonnêteté !

                       

                      Le juge n’a pas sanctionné l’absence de virginité mais le mensonge.

                       

                      Arrêtez de tout mélanger.


                      • Serpico Serpico 30 mai 2008 21:17

                        Arthur : "Le mensonge dont la "preuve" aurait été extorquée par l’absence d’hymen"

                         

                        **************************

                         

                        La stupidité dont la preuve est manifestée par l’absence de cervelle...ou l’inverse.

                         

                        C’est quoi ce délire de type qui croit avoir tout compris ?

                         

                        Vous êtes là, avec une belle bande de dégoutants, à pontifier, à moraliser, à donner des leçons, à faire chier le monde avec vos convictions bidon et vos émotions hebdomadaires à la demande, vos airs supérieurs de guichetiers de la planète comme si on pouvait vous prendre au sérieux.

                         

                        Quand on est derrière un système qui soumet la planète entière, on évite de la ramener sur des questions aussi ridicules.

                         

                        Vous êtes mal placés pour juger.

                         

                        En fait, le type veut une fille vierge et n’a rien à foutre de vos conneries du style "Friends".

                         

                        Il faut vous faire une raison.


                      • plume plume 30 mai 2008 13:24

                        les EX mariés ont quelle nationalitée  ? et quelle religion ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès