Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Mariage Gay : Frigide Barjot pratique la « Ravissante litote (...)

Mariage Gay : Frigide Barjot pratique la « Ravissante litote »

Le conservatisme sait choisir ses égéries. Il avait déjà Brigitte Bardot, la Ravissante Idole des bébés phoques et autres éléphants phtisiques, il a désormais Frigide Barjot, porte-parole de la "Manif pour Tous", pourfenderesse du mariage gay et fer de lance de "l'anthropologie humaine", selon ses propres termes.

L'épouse de l'impayable humoriste Basil de Koch (chroniqueur, entre autres, dans les colonnes des brûlots révolutionnaires que sont les magazines Voici et Valeurs actuelles, frangin de Karl Zéro), de son vrai nom Virginie Merle, va donc mériter son surnom de "ravissante litote" en hommage à celle dont elle tire déjà son pseudo parodique.

Compagne de défilé de Xavier Bongibault (ce dernier s'étant illustré en comparant, lors de la manifestation du 13 janvier dernier, François Hollande à Hitler), Frigide s'apprête à aller serrer la main de "Moi Président" vendredi 25 janvier. Histoire de plaider la cause de la "filiation biologique" face à la brutalité du projet de loi Taubira.

PETITS FOURS

Saluons au moins ici la patience Elyséenne qui tranche avec la précédente. Nous n'avons pas souvenir que Nicolas Sarkozy ait sorti le thé vert bio et les petits fours frais avec les organisateurs (syndicaux ou non) des manifestations monstres contre la réforme des retraites.

Dans le Nouvel Observateur, Renaud Dély salue l'habileté du chef de l'Etat qui accueille avec bienveillance cette opposition idéologique, si ce n'est politique, défendue par des zozos plus ou moins exaltés et crédibles mais directement assimilables à la droite. Que cette dernière le veuille ou non.

Avec des Barjot et des Bongibault, l'UMP n'a pas besoin d'autres amuseurs au moment où la France engage la troupe au Mali dans un combat dont il est fort compliqué, à ce jour, de prédire la durée. Chacun saura mesurer la profondeur des débats.

BAS ETAGES

Mais Frigide est confiante dans la justesse de ses mouvements. "On aura le premier personnage de l'Etat devant nous pour lui annoncer solennellement et avant-première la date de la prochaine manifestation nationale", déclare-t-elle crânement au micro de France Info. Comme si le sommeil de "Moi Président" dépendait de ce risque majeur pour la tranquilité publique.

Brigitte Bardot, elle même, ne peut se rendre aux rendez-vous lancés par son double satirique. Sa santé lui interdit. Après des propos fustigeant des "lopettes de bas étages" ou des "travelos de tous poils", la "ravissante idiote" de Molinaro corrige le tir dans le magazine gay Tribu Move :

« Les homosexuels sont des gens comme les autres avec leurs qualités et leurs défauts et parmi lesquels je trouve mes meilleurs amis. Je trouve dommage pour tous les homos que certains d'entre eux se marginalisent, revendiquant des droits (mais lesquels ?, puisque l'homosexualité existe depuis la nuit des temps), en ridiculisant et en parodiant lors des Gay pride une préférence sexuelle que personne ne conteste. Personnellement, je trouve le Pacs inutile, mais encore une fois je m'en tamponne. (...)", déclare la star internationale que le monde entier nous envie.



On comprend bien que l'UMP, après les porte parole croquignolets de la "Manif pour Tous" ou Mireille Mathieu poussant la Marseillaise, brûle des fagots de cierges pour éviter à jamais le soutien de l'héroïne du "Repos du guerrier".


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Yohan Yohan 24 janvier 2013 16:23

    « Le conservatisme sait choisir ses égéries » 

    Déjà, l’article embraye sur un gros cliché, du genre :
    conservatisme = pas bien 
    changement = très bien
    ce qui m’évitera d’ailleurs de lire la suite...

    • Franckledrapeaurouge Franckledrapeaurouge 24 janvier 2013 17:20

      Bonjour,

      Je ne comprend pas pourquoi Mr Hollande reçoit cette personne, il doit avoir d’autre choses bien plus importante à traiter en ce moment.
      de plus les homosexuel(les) doivent avoir les mêmes droits que tous le monde, je ne vois pas comment et pourquoi on peux remettre cela en question, on n’a déjà que trop tardé à le faire.
      On est vraiment entourer de c...
      Cordialement
      Franck

      • TicTac TicTac 24 janvier 2013 18:22

        Tiens, enfin un article sur le sujet qui ne risque pas de susciter de grand débats ...

        Ca nous changera des articles d’opinion.

        • C.Q.F.D. C.Q.F.D. 2 février 2013 12:37

          Virginie et Frigide sont des noms qui vont très bien ensemble.

          L’une est née en 1962 et a été l’égérie de « La manif pour tous ». L’autre est née en 1969, année érotique, et a livré au magazine Têtu un brûlot inoubliable contre Lionel Jospin, l’austère qui se marre et qui a déclaré au sujet du «  mariage pour tous » :

           

          "C’est la position de mon parti, et donc je la respecte (…) Ce n’était pas la mienne au départ« , (…) »L’idée fondamentale" est que « l’humanité est structurée entre hommes et femmes. »(…) "Je ne sais pas ce qu’est le mariage pour tous au moment où, non seulement beaucoup de gens se pacsent ou vivent ensemble sans se marier, mais où beaucoup de mariages se défont« (…) »Il faudrait employer une expression plus précise, qui est un mariage offert aux couples homosexuels".[1]

           

          L’une a couru les plateaux télé pour défendre un « catholicisme branché ». L’autre a écrit dans son langage fleuri : « Donc, selon Lionel Jospin, il faut que je comprenne, et que je n’aille pas mal le prendre : depuis que je ne suce plus de bite, je compte moins. Je ne devrais plus réclamer les mêmes droits. C’est quasiment une question de bon sens.

           

          L’une a redécouvert la foi et en a fait un livre en 2011 : Confessions d’une catho branchée. L’autre est « devenue lesbienne à 35 ans »[2].

           

          L’une est d’origine bourgeoise et catholique. L’autre pas.

           

          Les deux ont fait de la provocation dans leur folle jeunesse. L’une en participant à l’aventure Jalons et en jalonnant sa vie littéraire de livres aux titres aussi provocateurs que J’éduque mes parents,] J’élève mon mari (Lattès) et Manuel de survie de la femme moderne. L’autre en publiant des titres tout aussi provocateurs comme Baise-moi et Les Chiennes savantes.

           

          Au fond, elles se ressemblent assez Frigide Barjot et Virginie Despentes, d’autant que pour l’état civil la première se nomme Virgine Tellenne.

           

          Et la découverte qu’elles ont faite, l’une de la foi, l’autre de son homosexualité, est bien tardive. Claudel lui, avait rencontré Dieu à 18 ans le jour de Noël en 1886[3].

           

          D’ailleurs, doit-on parler de conversion ou de reconversion ?

           

          La bourgeoise a toujours été catholique et de droite. Quant à l’autre Virginie, elle enfile des perles pour illustrer une radicalité hautement revendiquée :

           

          « Je m’étais déjà dit que je ne me voyais pas « femme » comme le sont les « femmes » qui couchent gratos avec des mecs comme lui (Jospin), mais jusqu’à cette déclaration, je n’avais pas encore pensé à ne plus me définir comme faisant partie de l’humanité. Ça va me prendre un moment avant de m’y faire. C’est parce que je suis devenue lesbienne trop tard, probablement. »

           

          «  Jospin, comme beaucoup d’opposants au mariage gay, est un homme divorcé. Comme Copé, Le Pen, Sarkozy, Dati et tuti quanti. » (Rachida, elle en a )

           

          « On sait que les hétérosexuels divorcent plus facilement qu’ils ne changent de voiture. »

           

          «  Moi je suis pour tout ce qui est punk rock, alors cette idée d’une immense partouze à l’amiable, franchement, je trouve ça super seyant. Mais pourquoi tant de souplesse morale quand ce sont les hétéros qui se torchent le cul avec le serment du mariage, et cette rigidité indignée quand il s’agit des homosexuels ? »

           

          «  ne vous en faites pas pour la polygamie : vous y êtes déjà. Quand un bonhomme paye trois pensions alimentaires, c’est quoi, sinon une forme de polygamie ? »

           

          «  J’ai l’impression qu’en tombant amoureuse d’une fille (qui, de toute façon, refuse de se reconnaître en tant que femme, mais je vais laisser ça de côté pour ne pas faire dérailler la machine à trier les humains-moins humains de Lionel Jospin) j’ai perdu une moitié de ma citoyenneté. J’ai l’impression d’être punie. Et je ne vois pas comment le comprendre autrement. Je suis punie de ne plus être une hétérote, humaine à cent pour cent. Pendant trente cinq ans, j’avais les pleins droits, maintenant je dois me contenter d’une moitié de droits. Ça me chagrine que l’Etat mette autant de temps à faire savoir à Lionel Jospin et ses amis catholiques qu’ils peuvent le penser, mais que la loi n’a pas à être de leur côté. »

           

          Bon, les deux Virginies avaient un peu disparu et elles avaient le plus grand besoin de faire parler d’elles.

           

          Mais quand on voit l’Eglise se faire représenter par une Frigide Barjot[4], on peut dire qu’en France le ridicule ne tue plus.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès