Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Mariage Gay : les dieux sont tombés sur la tête

Mariage Gay : les dieux sont tombés sur la tête

Le débat sur le mariage des homosexuels est très particulier car il révèle une grande difficulté à argumenter. Il semble une évidence pour les uns, une sidération pour les autres. Il est difficile d'aborder le sujet sans tomber dans les lieux communs comme l'homophobie, l'intégrisme, la tolérance, l'égalité, l'ouverture, l'épanouissement, l'amour et autres, qui peuvent réduire rapidement le débat à des positions puériles. Il faut avouer que le recul nécessaire est difficile à prendre, car nous n'avons jamais été autant privé de notre conscience individuelle et de notre capacité à réfléchir seul. Le bourrage de crâne audiovisuel depuis de longues années en est probablement l'une des causes. Il développe notre envie d'appartenance aux grands courants de pensée du moment, cela nous dispense de tout effort de réflexion, et du risque de se tromper ou d'être mis au ban de la société.

Alors qu'aujourd'hui le bonheur de son prochain semble en vogue, principe très louable aux faux airs de religion, on en arrive à ce qu'il se formate comme une norme ou un standard. Le bonheur est imposé de façon publicitaire, médiatique, politique, souvent sans finesse, et parfois même au détriment d'autrui. Dans le débat dont il est question, bonheur et mariage sont des entités qui ne sont liées que par une symbolique, et non liées concrètement dans la vie de couple au quotidien comme tout le monde le sait. D'ailleurs on ne veut plus expressément du mariage pour soi. L'enjeu n'est donc pas là, et ce n'est pas tout à fait normal. Pourquoi idéaliser aujourd'hui le mariage exclusivement pour les homosexuels si ce n'est évidemment pas pour les marginaliser ? De leur côté, nous n'entendons que des porte-paroles politiquement orientés, et le désir de mariage de la part des homosexuels reste statistiquement à prouver. Mais la réalité, c'est que l'avis de ces derniers, personne n'en a cure.

Au-delà de vouloir leur faire plaisir, ce qui les infantilise un peu, nous sommes adeptes d'un progressisme pavé de bonnes intentions. Il s'agit d'un principe exclusivement orienté vers le futur ayant comme base la revendication permanente, justifié par le seul souci d'améliorer sans cesse notre condition. Il s'impose comme la panacée, alors que par définition il est générateur d'insatisfaction perpétuelle. On lui attribue arbitrairement la notion de bien, mais il en est parfois un dogme intransigeant, voire très susceptible. On le trouve normal parce qu'on est né dedans.

Dans cette philosophie, le mariage des homosexuels serait plutôt à considérer comme une fatalité obligatoire, c'est le fameux "sens de l'Histoire". Il serait la volonté brute d'un changement avant toute chose, et malheureusement sans autre forme de procès.

Le modernisme de la société s'est véritablement emballé depuis quelques décennies, et il en renverse un à un tous les repères traditionnels qui avaient affronté jusque là les épreuves du temps. S'il a apporté des bienfaits, nous pouvons supposer par ailleurs que sa lancée qui continue à s’accélérer fera des dégâts importants que nous ignorons encore. Il s'est affranchi de toute limite et nous entrons dans l'inconnu que certains préjugent d'une beauté fascinante. L'attitude de ces derniers est plus préoccupante que l'inconnu lui-même. Un système purement réactionnaire serait excessif car le passé n'est jamais adapté au présent, et le raisonnable se situe probablement entre ces deux extrêmes. Mais qui en a conscience ? Et dans un juste milieu où l'intérêt de l'humain primerait plus que jamais, le mariage des homosexuels a t-il un sens, à commencer pour eux ?

Depuis l'aube de l'humanité, notre rôle est de préparer un terrain stable pour les générations suivantes. C'est une volonté instinctive et c'est le propre de l'homme, voire du vivant. Mais on est en train de perdre cet instinct au profit d'un égoïsme générationnel très net. Le monde évolue toujours avec l'apparition régulière de problèmes nouveaux. Les progrès scientifiques et sociétaux sont là pour les résoudre et les anticiper, mais on peut également les détourner pour le plaisir de jouer, ou de se prendre au sérieux. Nous avons le droit de profiter nous-mêmes de notre époque, mais nous ne pouvons pas le faire si elle se dérobe. Aujourd'hui, nos vieux sont obligés de béquiller très vite pour suivre, on les oublie ou on les méprise. On a inculqué à nos enfants que le monde leur appartenait, mais ils l'ont pris pour argent comptant. Le mariage justement a sans doute été l'une des valeurs communes les plus stables et fédératrices à travers les générations, il est intemporel et n'a aucune connotation. Il a même acquis quelque chose de sacré sans l'aide d'un dieu quelconque. Il est de l'ordre du ressenti et de l'intime, et comme toute entité sacrée, il ne se prête pas à la fantaisie ni à la récupération, il n'a pas cette vocation.

Aujourd'hui on veut le vieillir, pour le détester, et pour pouvoir le rajeunir.

Le mariage n'est pas un droit, il n'est pas non plus un privilège. Il y a actuellement confusion et tromperie. C'est juste un état d'être que ne choisissent pas les homosexuels pour des raisons qui leur sont propres, ni d'autres pour des raisons privées également. Si le mariage des homosexuels est l'obtention d'un droit, un défi politique, un défi de génération, une revanche sur les homophobes, un moyen de faire accepter l'homosexualité, ou encore un moyen technique de recourir à l'enfant et de le "sécuriser" comme on dit, alors ce mariage est à chaque fois un outil, et non une valeur ou un idéal.

Personne ne gagne à forcer artificiellement le mariage à être ce qu'il n'est pas. Quand il est attribué à des homosexuels, il en est le marqueur d'une absence de dualité, parce-que le mot et sa substance leur sont incohérents. En raison de son aura particulière, baptiser une union homosexuelle avec le mot "mariage" féminise outrageusement deux hommes, et affadit deux femmes de la même façon. L'obligation de faire abstraction de ces images, mais aussi de réinventer un vocabulaire associé pour des raisons pratiques ne fait que saborder son authenticité. Il peut contenter certains, mais pas forcément tous les homosexuels qui sont en droit de rejeter une vie de parodie, et même de se rebeller contre une bienveillance inopportune à leur égard. Ils ont le droit de garder la notion du mariage telle qu'ils l'ont toujours connue, sans jalousie aucune. Nous avons ensemble des valeurs communes, et nous vivons déjà dans la même société. Nous sommes déjà égaux et soumis aux mêmes règles, avec notre environnement et nos personnalités respectives qui nous individualisent. Cela nous amène à des parcours de vie différents, dans tous les domaines, sentimental, sexuel, familial, professionnel et autres, sans échelle de comparaison possible, ni de valeur, et c'est tant mieux.

Indépendamment de cela, si le mariage n'est plus reconnu comme l'union des deux genres humains, le mariage n'existe plus. Inutile de jouer sur les mots, on ne peut modifier un axiome sans le détruire. L'homosexualité n'a pas l'étrange pouvoir de créer une exception sans en être une. Le "mariage pour tous" contient un paradoxe trivial qui n'a rien d'amusant ni de sympathique.

C'est le cœur d'un problème inédit, et l'ignition d'une réaction en chaîne : si un axiome devient "arbitraire" dans son sens péjoratif, alors tous les autres prennent de fait cette potentialité, et sans vérités absolues tout devient possible et légitime. En gros, c'est le chaos, et cela se traduit par un chevauchement de toutes les libertés individuelles qui ne riment plus à rien. Ce n'est pas de la théorie fumeuse, c'est un raisonnement pratique. Il suffira d'attendre pas bien longtemps pour se rendre compte qu'une population sans repères fondamentaux ne se supporte plus elle-même. Le problème n'a déjà plus rien à voir avec l'homosexualité. Il est particulièrement gravissime, d'autant plus qu'il intervient dans une grande crise économique jouant le rôle de catalyseur.

La démagogie est profondément irresponsable, ou bien elle est parfaitement malhonnête.

Pour n'en rester qu'au mariage, ce qui se passe à l'étranger est intéressant, car nous pouvons apprendre que les interactions entre les mariages civil et religieux peuvent être différentes, avec des conséquences idéologiques également différentes, et parfois plus compréhensibles. Malgré cela, le mariage des homosexuels ne fait jamais l'unanimité dans un pays. Le recul de cette expérience si singulière est extrêmement faible. Il est imprudent de vouloir aligner notre culture sur celle des autres, et de s'y référer exclusivement quand cela nous arrange. De plus, les pays concernés n'ont jamais été particulièrement connus comme des exemples à suivre sur toutes les questions.

Jusque-là, la société française a été impuissante à trouver un moyen valable d'officialiser une union homosexuelle dans la plénitude de ce qu'elle est, et sans honte. Le PaCS souffre de sa connotation matérielle et de sa terminologie affreuse. C'est un pis-aller. Que la société ne se trompe pas de cause et qu'elle s'assume enfin pour devenir intelligente, créatrice, et crédible dans la pérennité.

Qu'elle en profite aussi pour rester véritablement tolérante à l'égard de tous sans exception, sans remplacer par là même une "phobie" inacceptable par d'autres beaucoup plus tendances, mais aussi détestables, comme la phobie des catholiques qui est devenue un vrai phénomène de mode, en oubliant juste que nos grand-mères allaient à la messe.

On pourra alors mieux parler de progrès.

Quant à la possibilité d'enfant, notre propre histoire familiale nous rapporte que la privation de l'un de nos parents biologiques implique toujours quelque chose de négatif de bien ou de mal vécu. Il n'y a pas d'exception en ce domaine. À chacun d'assumer ses responsabilités, et d'autant plus pleinement que rien ni personne ne peut juger pour soi de ce qui est bien. Aujourd'hui le modèle familial n'est plus basé sur des schémas simples, mais tous les bricolages pour la procréation enlèvent quelque chose de noble à l'histoire de l'enfant et à son identité. L'amour le plus immense n'a pas pour mission de se les faire pardonner, et surtout il ne peut pas les compenser. Le ressenti profond de l'enfant sur ses origines sera fonction de sa personnalité, et ce ressenti pourra évoluer avec l'âge dans un sens ou dans l'autre. Que l'enfant nous soit gré d'exister est un chantage inique qu'on lui impose tacitement, il ne pourra jamais faire autrement que de nous aimer, et cela nous arrange bien pour justifier de certaines expériences scabreuses destinées à le mettre au monde. Le fait qu'elles deviennent légales ne changera rien, car en vérités humaines (le mot "dignité" ne signifiant plus rien), ce qui est moralement condamnable le restera, et n'est pas une question d'époque.

La frustration n'est pas l'apanage de l'homosexualité, et la société actuelle n'épargne pas toutes les personnes en mal d'enfant malheureusement, car elle le place systématiquement au centre de tout. Elle leur remue sans cesse le couteau dans la plaie, et il faut à ces personnes une force de caractère admirable pour qu'elles puissent en prendre un certain détachement. Il serait judicieux de commencer à remettre l'enfant et les parents à leur place, dans leur juste intimité, et d'arrêter de trop en faire autour d'eux. Ce serait à la fois plus respectueux, et tout bénéfice pour tout le monde, tout le monde ayant la même importance dans notre société, et son rôle à jouer. La démographie pour payer les retraites attendra un peu.

Le paradoxe, c'est qu'on veut le meilleur pour l'enfant, mais qu'il a une terrible propension à devenir un produit issu des progrès scientifiques plus que nécessaire, et que parallèlement ses parents tendent à se réduire à ce qu'on pourrait appeler une "interface sociale aimante". C'est sans ironie, et ce qui commence à ne plus choquer personne en devient d'autant plus alarmant. Quand on en est arrivé à rechercher le naturel sauf pour l'humain lui-même, et que l'on veut aplatir la parentalité à une dimension asexuée par principe "d'égalité" pour le bien de l’État, il est temps de se poser des questions. La culture de l'auto-reniement ne nous y aide pas beaucoup, c'est une nouveauté qui nous sert à rester en phase avec une société en mutation rapide, mais qui nous dépersonnalise, voire nous déshumanise. Nous devons adapter la société aux humains, et non l'inverse. La société n'est pas un être doué d'une conscience au vrai sens du terme. Inutile de lui vouer un culte, elle ne nous le rendra pas.

Les conséquences du mariage des homosexuels peuvent être multiples, et sont loin d'être anodines (liste non exhaustive) :

Il y a les meilleures, celles qui rendront des homosexuels heureux, notamment grâce à la reconnaissance publique d'une union, une impression d'égalité, une vie moins clandestine, une empathie accrue à leur égard, ainsi qu'une meilleure compréhension pour certains "retardataires" sur ce qu'est l'homosexualité, sans parler des différentes questions pratiques qui peuvent faciliter une vie commune et patrimoniale, dont celle des enfants.

On pouvait faire mieux que "marier" les homosexuels pour cela, en admettant que l'on soit réellement préoccupés par leur vécu (et aucunement par autre chose, à commencer par la flatterie de sa bonne conscience à moindre effort).

Car attention il y a les pires, comme la perte de confiance en notre société devenue sacrilège jusque dans sa laïcité, et qui n'assure plus aucun principe fondamental, hormis ses devises galvaudées interprétables à volonté, avec pour conséquence un chaos annoncé ;

un "mariage pour tous" ne pouvant justement reposer sur aucun principe fondamental, donc voué à n'être qu'une copie sans valeur idéologique, c'est-à-dire un beau gâchis ;

un anéantissement de la reconnaissance du mariage et de la famille traditionnels perçu comme un crime sociétal pour quelques millions de personnes ;

la stigmatisation du mariage religieux qui récupérera malgré lui les valeurs traditionnelles, la prochaine cible de progressistes zélés ;

un sentiment de trahison envers nos anciens qui nous ont amenés jusqu'à notre époque, parfois au prix de grands sacrifices, en sabotant tout bonnement le patrimoine séculaire qu'ils nous ont transmis ;

un sentiment de trahison parfois envers nous-mêmes et nos intimes convictions que nous sacrifions à la bien-pensance, dans l'insouciance du lendemain et de ceux qui y vivront ;

l'amalgame entre homosexualité et exubérance dont la télévision et certaines associations sont largement responsables ;

la rupture d'équilibre de certains homosexuels déjà satisfaits de leur vie, mais poussés au devant de la scène ;

aucun principe de précaution pour l'équilibre psychologique des enfants élevés sans parité parentale, et qui auront obligatoirement trois vrais parents minimum, voire quatre dans le cas des mères porteuses, avec des absents et des inconnus ;

la promotion implicite du gender qui est une théorie de négation de l'inné sexuel, une forfaiture intellectuelle moderne qui se traduit par le reformatage de cerveaux d'enfants, avec quelques dégâts à prévoir ;

un sentiment de déraison, notamment de la part des écologistes dont on attendrait plus de principes élémentaires (PMA, GPA), et qui mériteraient de faire le ménage dans leurs partis politiques pour redonner de la légitimité et de la cohérence à leur rôle de garde-fou ;

la transformation du marché de l'adoption et de la procréation/gestation qui étaient déjà des sujets éminemment sensibles sans l'homosexualité, avec les dérives et les conséquences criminelles associées ;

et le boulevard ouvert à la génétique qui réussira un jour à assembler des ADN masculins ou féminins pour proposer une filiation biologique à deux personnes de même sexe (partiellement pour commencer), ce qui sera le must en la matière.

Sur ce dernier point rarement évoqué, par oubli, ou pour ne pas grever le sérieux des argumentations déjà difficiles, nous savons pertinemment que ce qui est impossible et monstrueux de stupidité le sera déjà moins demain, et rentré dans les meurs après-demain. Face aux pays étrangers débridés, la bioéthique suivra pour "encadrer", et l'opinion préalablement choquée adhérera dans la mesure où "cela ne fait de tort à personne", elle se chargera même de fustiger les empêcheurs de tourner en rond.

Un petit bond dans le futur, mais déjà un air de déjà vu d'une certaine façon.

En espérant néanmoins que la nature imposera ses premières limites infranchissables, ou qu'une sagesse populaire finira par déclarer has-been la notion de fuite en avant, et la folie.

Pour en revenir au présent, le plus curieux c'est que dans tout cela la plupart des homosexuels n'y sont pour rien. Ils sont juste l'otage de groupes d'influence connus et moins connus, de manœuvres politico-médiatiques, et d'une conjoncture, organisés en cercle vicieux autour d'intérêts assez flous. Ils nous produisent régulièrement des paradoxes dans tous les domaines, ce qui n'est pas pour nous déplaire car le compliqué nous occupe et nous donne l'illusion d'être intelligents. Dans ce contexte, il était évident que le mariage des homosexuels, par nature impossible, allait finir par arriver. Pas de quoi pavoiser. D'ailleurs nous pouvons déjà prévoir d'autres bouleversements, tant qu'il restera des notions de société anciennes qui fonctionnent encore, mais bientôt débusquées car la tradition n'est plus guère jugée sympathique que dans le folklore régional.

L'ouverture d'esprit, ce serait au contraire tolérer que puissent cohabiter et perdurer des valeurs structurelles inaltérables dont nous avons besoin pour nous construire et vivre en collectivité, et dont une infinité d'autres auront besoin après nous. Devoir parler d'ouverture d'esprit dans ce sens est ce qu'on appelle un comble. Nous sommes tous garants d'un fil conducteur à travers le temps, une niaiserie existentielle d'adultes que beaucoup ne comprennent pas, ou ne perçoivent plus.

En revanche, si le paradis terrestre est encore envisagé au XXIème siècle comme une fraternité béate se jouant de tout, et pire : imposée par l’État, la vie risque vraiment de devenir un enfer. À refuser ce genre d'utopie infantile, et à en trop subir de culpabilisation, nous risquons un burn out, et de décrocher de la citoyenneté qui ne nous porte déjà plus. Certains se croient assez savants pour réinventer le monde, alors qu'une fraternité vraie aurait suffi pour qu'il tourne rond, et malgré les grandes avancées, il y a encore à faire.

Mariage des homosexuels, procréation artificielle, gestation pour autrui, gender, suppression du vocabulaire sexué, négation des races, antiracisme outrancier, droit de vote des étrangers, euthanasie, salle de shoot, ... Ils font très fort en ce moment sur les sujets de société, pour ne citer qu'eux, et cela en est caricatural. Si c'est un test sur la zombification de la population et sa capacité à non réagir aux stimuli, alors tout devient beaucoup plus clair, et il est relativement concluant pour l'instant. On peut aussi envisager que ce soit une volonté de faire monter en pression une cocotte minute, mais pour quels effets attendus, pour quand, et pour quelle finalité ?

Nous pouvons difficilement croire que nos élites responsables n'aient aucune faculté de bon sens et de discernement. Quoi que les humoristes en disent, ils sont intelligents, bien assez pour surpasser leur amour propre, et profiter éventuellement d'un paravent qui les arrange.

Mais nous ne comprenons pas leur but, car hormis leur goût du défi, du pouvoir et de l'argent, certains ont de la famille et des intérêts en France comme tout le monde, et certains aiment probablement notre pays et ses habitants, c'est d'ailleurs le minimum que leur impose leur fonction. Qu'arrive t-il à nos élus, que se passe t-il, que subissent-ils, et à qui profite le crime ?

En espérant le savoir un jour, mais pas à nos dépens.

Ce qui est sûr, c'est que dans une société fédératrice et raisonnable, un débat comme le mariage des homosexuels, si le principe se justifiait, serait revenu en priorité aux personnes concernées, à savoir les homosexuels correctement représentés dans leur ensemble, nombre de gens mariés ou qui le souhaitent, ainsi que nombre d'adultes ayant été élevés dans une famille homoparentale. L'avis général de la population non soumise au diktat des grands médias serait intéressant également. On ne peut pas penser et décider à la place d'autrui, par-exemple à coup de package de soixante mesures insécable pour le consommateur. On ne peut promouvoir d'humanisme sans honnêteté, ni humilité.


Moyenne des avis sur cet article :  3.2/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • Terrecendre Terrecendre 18 mars 2013 10:56

    Objectif à plus ou moins long terme : La famille paramétrable à X composants déterminés selon leurs libelles, traités comme autant de variables à ajuster selon sa « fantaisie » et totalement adaptées aux nouvelles exigeances économiques de notre sociétée.


    • appoline appoline 18 mars 2013 20:17

      De nos jours, les mômes marchent déjà à côté de leurs pompes, avec encore moins de repères, je n’ose imaginer ce que cela va donner


    • soi même 18 mars 2013 11:04

      @ Barnabé, il nous faut passé la triple porte de l’Enfer pour acquérir notre liberté libre !


      • tiloo87 tiloo87 18 mars 2013 11:05

        Vous faussez le débat d’entrée !
        « Le mariage gay » : il ne s’agit pas de :marier les homosexuels.
        Il n’y a pas lieu de leur demander leur avis.
         Il s’agit d’accorder les mêmes droits à tout citoyen, quelles que soient ses orientations sexuelles.
        C’est du meme ordre que le droit de vote des femmes (pour lequel vous auriez sûrement soulevé autant de fausses questions).
        C’est la partie « Egalité » de notre devise nationale ;


        • soi même 18 mars 2013 11:24

          Égalité à toute les sauces, cela ne deviens plus Égalité, cela deviens une farce aussi creuse que cette prétendue Liberté d’emmerdé son prochain !


        • Duke77 Duke77 18 mars 2013 14:17

          Tiloo87 : «  Il s’agit d’accorder les mêmes droits à tout citoyen, quelles que soient ses orientations sexuelles. »


          Ah cool ! Donc ça marche aussi pour les pédophiles ou les mariages incestueux ? C’est vrai que c’est beau la liberté...

        • efzed 18 mars 2013 14:58

          Tous les citoyens français ont les même droits vis-à-vis du mariage, personne n’est privé de se droit.

          Par contre si l’on souhaite détourner ce droit du mariage de 2 personnes de sexe opposés pour en faire un mariage de deux personnes du même sexe, ce droit n’existe effectivement pour personne, pour aucun français.

          Les droits sont donc les mêmes pour TOUS les français !


        • jeangrange 18 mars 2013 16:55

          Le vote des femmes au même rang que le mariage gay ?
          Dis moi, l’intello, la zoophilie, tu la places où ?


        • oncle archibald 18 mars 2013 18:47

          Ben moi aussi chuis d’ac pour l’égalité ! Chuis d’ac pour que les zomos comme les zétéros se fassent bénir par le maire du village et puis qu’ils se fassent pleins de bizous et gouzis partout partout partout, et puis qu’ils montent dessus pour essayer de faire des bébés ... 

          Seulement c’est cette conne de « dame Nature » qui fout tout le système en l’air ... Dis moi belle dame Nature pourquoi que ça marche pas pour faire des bébés quand ce sont les zomos qui se montent dessus et pourquoi ça marche quand ce sont les zétéros ?? Hein ?? La nature est mal faite non ?? 

          Pas du tout bande de nazes .. Dame Nature est très bien faite et finalement garde le dernier mot .. La preuve que quand c’est des zétéros qui jouent à la bête à deux dos ils n’ont même pas besoin de la bénédiction du maire pour que la colle prenne .... Etonnant non ?? 

          Yenna même des qui le revendiquent de dire merde à Monsieur le Maire et de se faire des bisous partout quand même ... Yenna même des plus poètes que d’autres et qui prônent la liberté inscrite elle aussi aux frontons de nos biaux édifices publics : « n’écrivons pas nos noms au bas d’un parchemin » qu’il disait le poète ....

          Alors votre espèce d’égalité en solde chez prisu Monsieur Tilou, vous pouvez vous en faire des papillotes et les mettre à l’abri de la lumière ou bon vous semble .... Moi je serai d’ac pour des égalités de cette sorte le jour ou on m’accordera l’égalité avec les mecs qui courent le 100m en moins de 10 secondes, et aussi avec le mec qui mange vingt kilos de saucisse en moins de deux heures .. parce qu’il n’y a pas de raisons non plus que je soisse pas zégaux comme eux ... Non mais .. sans blague !!!

        • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 18 mars 2013 18:51

          Salut Gogno5,


          Avant de te lancer dans l’injure et l’invective,.... tu devrais faire des recherches sur le web, tiens par exemple tu trouverais l’article de P@py ou il y a écrit ceci :

          La boite de Pandore est bien ouverte !

          Comme je l’ai indiqué en chapeau, avec tout ce tohu-bohu sur le mariage gay, la boite de Pandore est bien ouverte,car maintenant les pédophiles demandent des droits !!

          J’avais entendu des bruits qui disaient que les pédophiles demandaient « des droits »,.. alors dans Google, j’ai tapé cette simple phrase : « Les pédophiles demandent des droits. » Je dois l’avouer ,…les résultats sont édifiants, comme cet article d’un blog de Médiapart ou il est écrit ceci : Depuis de nombreuses années, les pédophiles tentent d’obtenir les mêmes droits que les homosexuels.

          Les pédophiles prétendent qu’il est injuste d’être stigmatisé à cause de son orientation sexuelle et que le désir pour des enfants est une orientation sexuelle peu différente de celle des hétérosexuels et des homosexuels. l’article.

          Sur cette « demande »,… les autres résultats dans Google :.

          L’article.

          @+ P@py



        • sarkophage 18 mars 2013 19:41

          Mais de quel droit parle t’on ????

          Doit il répondre à un besoin ou à un désir ?....

          telle est la Question ?...

          S’il s’agit de droit coutumier c’est bien la boite de pandore qu’on est entrain d’ouvrir... 

          La finalité n’est elle pas de faire sauter tous nos référents afin de mieux nous formater ? 

          je vous laisse à vos réflexions !

          Cordialement


        • appoline appoline 18 mars 2013 20:22

          A faire aux jeunes qu’être dans la normalité c’est être hors normes, qu’est ce que cela va donner ? Dame nature régule les unions et quoique le législateur veuille faire ou écrire en bout de course, c’est lui qui passe pour un gros con


        • zelectron zelectron 18 mars 2013 20:31

          @ Gilbert Spagnolo dit P@py,
          un des moyens de reproduction des homos en passe par la pédophilie


        • Citoyen 18 mars 2013 21:06

          Duke77 la pédophilie et l inceste sont des crimes, l homosexualité n en est pas un ! C est hallucinant d entendre ça !



        • oncle archibald 19 mars 2013 08:50

          @ Sarkophage : bien évidemment la finalité de cette loi est de faire sauter tous nos référents les plus solides, et donc le plus solide d’entre eux depuis la nuit des temps, la famille... 

          Sous prétexte de satisfaire les désirs d’une poignée, on se sert de l’homosexualité pour cliver de façon tout à fait artificielle la société et pour affaiblir les piliers qui la fondent. 

          Ce ne sont pas les Dieux qui sont tombés sur la tête mais ceux qui sont en charge des responsabilités politiques et qui prétendent faire une grande oeuvre de progrès alors qu’ils ne font que ses servir des homosexuels à fins électoralistes ... 

          A défaut d’entrainer l’adhésion d’une majorité de Français, Il faut bien trouver des sujets qui clivent l’électorat pour donner l’illusion de gouverner, n’est-ce pas .

        • jef88 jef88 18 mars 2013 11:24

          La démagogie est profondément irresponsable, ou bien elle est parfaitement malhonnête.

          La démagogie est profondément irresponsable, ET parfaitement malhonnête.


          • Dolores 18 mars 2013 12:28

            On pourrait croire que les lois sont faites pour répondre au besoin de la majorité des citoyens.
            Mais ce n’est pas moderne en 2013 !

            Il faut des lois électoralistes pour contenter une minorité.Sans en voir bien sûr les implications à long terme. L’avenir pour nos« élites se réduit à 5 ans.
            On ouvre une route scabreuse à 2% d’individus en oubliant les 98% restants.

            Le »droit à l’enfant«  - qui n’est pas un droit - semble devenir incontournable avec ce nouveau dispositif. Ça promet une belle pagaille dans les filiations !

            Puisqu’il s’agit, semble-t-il, »d’égalité« pour le PS il faut promulguer une loi obligeant l’un des deux partenaires des couples homos à être »enceint" .s’il veut des enfants. Autrement où est l’égalité ?


            • paulau 18 mars 2013 15:17

              Pour que l’on évite de penser , ils ont trouvé un moyen : vous êtes homophobe. 
              Toute personne qui s’interroge sur la dénaturation du mariage voulue par le gouvernement est homophobe. 
              Dire qu’un couple homme-femme , c’est différent d’une paire homme-homme ou femme-femme, c’es être homophobe. Distinguer les comportements c’est être homophobe. Dire que l’homosexualité est une déviance de l’orientation sexuelle c’est homophobe, dire que l’on a une orientation sexuelle normale , idem. 
              On ne peut plus penser, parler , au sujet de la sexualité, dès lors que l’on parle normalité ou anormalité d’une orientation sexuelle, dès lors que l’on parle mariage. 

              • pierrot pierrot 18 mars 2013 17:31

                Le vote des femmes a aussi été qualifié par certains de décadence par ceux qui sont anxieux devant toute évolution de la société.

                Il faut rappeler que la possibilité de mariage des homosexuels existe dans des pays comme la Suède, les Pays Bas, la Belgique, l’Espagne, le Canada, l’Argentine ... et que les civilisations de ces pays ne se sont pas effondrées !


                • Vallis Clausa Vallis Clausa 18 mars 2013 18:44

                  Et donc sous prétexte que les autres le font, nous devrions le faire aussi ? 

                  Ce monde monolithique qui sous-tend toutes ces invectives élito-LBGTistes me font définitivement flipper ! 


                  Et que faites vous des cultures mon cher, on les fout à la poubelle ? Y a des états aux US où on peut épouser un arbre aussi, puis y a des pays où on peut couper la main d’un voleur, voyez, on peut tout faire dire aux comparaisons, en revanche, les cultures parlent d’elles mêmes. 

                  Puis serieusement, en espérant que vous ne soyez pas un de ces propagandistes à deux francs, vous n’avez jamais pris un peu de recul par rapport à cet évènement, la période où il tombe, l’état de l’Europe, le fait que quand on parle de ça, au moins, on ne parle pas d’économie etc etc ? 
                  Fin, je sais pas, j’ai pas fait l’armée, mais il parlait qu’ils ont des trucs qui s’appellent des fumigènes, on les balance sur le champs de bataille pour que l’ennemi ne voit pas ce qu’il se passe à travers. 


                • pierrot pierrot 18 mars 2013 23:12

                  J’ai pris pour exemples des pays qui ont une bonne réputation démocratique et de laïcité et dont l’équivalent du mariage des homosexuels n’ont pas dégradé cette réputation, bien au contraire.


                • Vallis Clausa Vallis Clausa 19 mars 2013 15:12

                  Justement, les comparaisons sont toujours casse-gueules qu’est-ce qui défini «   une bonne réputation démocratique » ? Vous, moi, les médias, les historiens ... ? Si un Russe trouve que Poutine est un bon président et qu’un Thailandais lui dit que non, qui a raison ? il n’y a pas de jugement moraux objectifs. En revanche, vous pouvez commencer à vous interesser aux outils de mesure des scientifiques que sont là l’IDH, le PIB, la dette, le taux d’alphabetisation etc etc mais vous risquez vite de vous rendre compte qu’un Kadhafi vaut bien mieux qu’un Hollande, ce qui serait cocasse vous ne croyez pas ? 

                  Je lisais, l’autre jour, un article sur ce même site ou l’auteur qui a du oublier ce qu’était la déontologie journalistique tentait un grand écart à froid, il disait, en somme, si il y a x % d’homo aux US alors on peut affirmer qu’il y en a autant en Pologne ... 

                  C’est peu ou proue la même chose. Vous dites que ça s’est bien passé dans ces pays, je n’en crois pas un mot, pareillement si vous me disiez qu’il y a eu une révolution dans un de ces pays pour cette loi, je n’en croirai pas un foutu mot. Je vois juste que la Belgique n’a pas de Gouvernement depuis 2 ans et n’attend plus que le briquet pour faire péter le baton de dynamite, l’Espagne avec toute l’affection que j’ai pour ce pays est devenue la Putain de la zone UE ( je cite un ami catalan ), etc etc ... Enfin bon, tout ça pour dire, si vous pensez serieusement que parce que ça se passe bien à un endroit X ça va bien se passer à un endroit Y vous vous fourvoyez mais sévère. 
                   Si, par exemple, du jour au lendemain, on venait imposer le système libéral anglo-saxon en France, ça péterait en 2 secondes ( ce n’est pas pour rien qu’ils le font petit à petit ) pourtant, les anglais le vivent bien, ce sont des libéraux. 
                  J’y reviens, la culture monsieur, chaque culture est différente et ce qui est valable chez X ne l’est pas forcement chez Y. 
                  Réfléchissez-y. 
                  ça donne un peu de sagesse. 


                  Bien à vous

                • pierrot pierrot 19 mars 2013 20:15

                  Je ne sens personnellement en harmonie avec les cultures suédoise, néerlandaise et belge.
                  C’est mon opinion mais je ne veux rien imposer, bien évidemment.


                • careless careless 20 mars 2013 16:55

                  Bonjour,

                  Pourquoi toujours ce besoin de comparer. Et quelle comparaison !
                  Pour le vote des femmes, on peut peut-être se risquer à parler d’évolution dans le cas présent !

                  Le mariage homo... évolution ou égalitarisme ? Mais on se lance, quitte à perdre quelques repères de plus, dans une société qui souffre, pessimiste sur l’avenir.

                  Que le mariage homo existe dans d’autres pays, OK.
                  Mais nous ne sommes pas obligés de suivre : « Je ne suis pas les auuuutres ! » Chantait une célèbre chanteuse québécoise.

                  Est-ce que cela a été majoritairement une réussite ? N’est-il pas trop tôt pour en mesurer les conséquences ?

                  Les Pays Bas constituent peut-être le plus mauvais exemple. L’usage des drogues, la prostitution élevée au rang de monument historique, particularité touristique nationale et européenne à voir en bus... ont beaucoup mieux fonctionné que le mariage homo, très marginal et beaucoup moins rigolo.
                  Bonne nouvelle, les prostituées ont le droit de vote

                  Quand à parler de civilisations... une civilisation ne se fait, ni ne se défait en quelques années seulement. Vous avez entendu parler des Incas ?


                • clemjuris clementsi 20 mars 2013 17:49

                  En Suède et aux Pays-Bas, la notion d’égalité est en train de prendre des illustrations délirantes notamment concernant la polygamie sur le point d’être voté dans ce deuxième pays. Je m’étonne que vous ne citiez pas les Etats-Unis. Pourtant les différences qu’il y a là-bas entre les Etats en matière d’avortement, de mariage, et de PMA/GPA font naitre des imbroglio juridiques qui seraient presque comiques... s’ils n’étaient pas dramatiques !


                • Vallis Clausa Vallis Clausa 20 mars 2013 20:04

                  @ Careless,


                  On compare quand on a plus de repère, on cherche ailleurs pour justifier ses thèses parce qu’on sait, d’emblée, qu’il va falloir aller voir ailleurs. 

                  Il y avait même des anthropologues d’états qui disait que parce que certaines sociétés primitives pratiquaient le mariage pour tous, la notion de complémentarité sexuelle en devenait obsolète. Mais ces gens ils sont payés pour dire ça ? Ils sont menacés j’espère ? on les tient et on les fait chanter ? 

                  Vous vous imaginez la baisse qualitative ? Moi ça me fait peur. Je me dis « quelle société pour demain » quand je vois des jeunes de mon age n’avoir aucune espèce de conscience, qui vivent dans le moi je matérialiste en pensant que se rapprocher de sa nature « animale » c’est carrement mieux parce qu’ « on est libre putain ». Mais serieux, 

                  J’aimerais savoir si une fois dans l’histoire de l’occident il y a eu une telle baisse qualitative de rapport à la réalité. Je ne parle pas d’intelligence, je parle de conscience, d’être conscient de vivre dans un environnement régit par des lois physiques et métaphysiques. 

                  Alors ces jeunes, j’y reviens, mes co-générationnels, n’ont aucune espèce de connaissance de la société dans sa globalité et viennent te parler de liberté, d’égalité et te traiter de raciste ( véridique ) parce que tu n’es pas pour la remise en cause d’un des fondements de ta société. 

                  Fin bref, moi c’est plus le comportement des gens vis à vis de cette loi qui me fait peur plus que la loi en elle même ; elle aura eu le mérite de mettre l’accent sur la bêtise latente dans notre société. 

                  C’est à se demander, parfois, dans une minute de désespoir, si la démocratie, même parfaite, est la meilleure des choses. Enfin, je me console en me disant que de toute façon, la majorité des Français ont la tête sur les épaules, et plus d’un million d’entre eux nous l’ont prouvés !


                • loxias loxias 18 mars 2013 17:45
                  Liberté, EGALITE, Fraternité et Laïcité !
                  Oui au mariage pour tous, a la legalisation des drogues douces, à la prostitution et à l’euthanasie !
                  Vice le progressisme, la confiance en l’ humain et dans l’avenir !
                  Pour plus de Tolérance !
                   smiley

                  • Vallis Clausa Vallis Clausa 18 mars 2013 18:36

                    Votre message me donne envie de baiser une licorne sur un lit de fraise tagada tellement il dégouline de miel, tellement kilébo ! 

                    Trève de plaisanteries, Arrêtez d’invoquer la laïcité, beaucoup « d’anti » le sont par bon sens plus que par croyance. 
                    Idem avec l’Egalité, et tout citoyen est censé le savoir, l’égalité, en France, se fait au niveau du citoyen et non des communautés, si petites soit elle ( famille, bande de pote .. ). Tous les citoyens ont le droit de se marier, par conséquent ils sont EGAUX devant la loi. Que vous vouliez que la loi change, est une chose, l’égalité vous l’avez déjà.
                    Et la Fraternité, c’est un peu fort en chocolat quand une minorité tente d’imposer au forceps à la majorité ! Vous ne croyez pas ?

                    Par conséquent, il ne vous reste plus que la liberté, liberté que vous associez peut-être un peu trop à votre vicieux progressisme smiley Je m’excuse mais votre lapsus tombait à pic ! 



                    Bien à vous. 

                  • loxias loxias 19 mars 2013 00:10

                    Vice le progressisme ! )) A votre place je ne me serais pas gené non plus !

                    Plus serieusement on n’aura du mal à s’entendre :

                    Vous dites « tous les citoyens ont le droit de se marier » ... vous voulez dire « ont le droit de se marier uniquement avec un membre du sexe opposé » ? Franchement, ils sont majeurs et vacciné, dans un pays soi-disant LIBRE ... ca craint un peu non ?

                    Vous dites : « une minorite veut imposer a une majorité » ...là-aussi, je ne vous suis pas ...Imposer quoi exactement ? Un droit ne peut pas etre imposé, sinon c’est un devoir ...par exemple j’ai le droit de boire de la bière mais pas celui de vous obliger a en boire .

                    Pourquoi vouloir les empecher d’etre contents de pouvoir se marier, de sentir qu’ils ont les meme droits que tout le monde ? C’est plutot positif de rendre le gens heureux, bon pour la cohesion sociale ...ou vous préferez des milliers d’homos, a tous les postes de la societe, rongeant leur frein, agresssifs et mal dans leur peau car ils se sentent rejetés ? smiley

                    C’est un peu comme l’interdiction de la prostitution : des gars sont seuls et ne trouvent personne pour assouvir leur pulsions ..et on s’etonne qu’il y a des crimes et agressions sexuelles ! Typiquement francais. Faudrait mieux faire confiance aux gens, leur donner des droits, voir l’evolution de la societe et evoluer avec !

                    EN résumé, ça change quoi pour vous ? Faut arreter de faire des plans sur la cometes, l’IVG et le pax se sont tres bien passés, cela n’a pas detruit la societé comme certains le prevoyaient. A vous entendre on dirait que le mariage pour tous va bouleverser la France, que dans 20 ans on aura un pays d’attardés ou il n’y aura plus que des bomos et des lesbiennes et ou tous les enfants seront schizos ! ))

                    Donnez-leur une chance par pitié ! smiley et au plaisir de vous lire.

                    Et je vais vous faire plaisir : VIVE LA FRANCE !


                  • Vallis Clausa Vallis Clausa 19 mars 2013 13:15

                    Effectivement c’est bien ce que je dis, tous les citoyens ont le droit de se marier, à partir de là l’égalité des droits existent. Se marier, jusqu’au Robert 2012 que vous pouvez trouver assez aisément, signifie l’union d’un homme et d’une femme, par conséquent, il est difficile à démontrer une inégalité devant le mariage. Donc, en guise de conseil, ne venez pas mettre sur la table le concept d’égalité ! Comme je vous dit, que vous vouliez faire changer la loi est une chose mais, de manière factuelle, l’égalité existe déjà. C’est d’ailleurs pour palier à l’impossibilité aux homos de s’unir qu’on a mis en place le PACS. Pour un pays homophobe ( vu que nos médias nous donnent l’impression qu’il y a un peu partout des chasses à l’homo ), c’est pas mal non ? 

                    Oui une minorité veut imposer à la majorité, un droit peut être imposé, oui, si je prend par exemple : demain, 200 000 personnes veulent remettre la peine de mort dans le droit Français, imaginez si leur exercice rhétorique se résume à dire « mais arrêter de pleurer, cette loi ne vous concerne pas, vous n’êtes pas un meurtrier ! » vous vous imaginez le délire ? Alors bien sur, je préviens les merdeux qui n’ont rien d’autres à faire qu’argumenter par le sophisme, je ne compare pas le mariage homo à la peine de mort, que les choses soient claires, j’ai bien trop de respect pour les morts ! ( humour de beauf ) 

                    «  Pourquoi vouloir les empecher d’etre contents de pouvoir se marier, de sentir qu’ils ont les meme droits que tout le monde ? » désolé mon bon monsieur, ou ma chère madame, mais la volonté n’a jamais fait le droit. Le droit c’est la raison, ici vous réfléchissez par l’émotion. 

                    «  l’IVG et le pax se sont tres bien passés, cela n’a pas detruit la societé comme certains le prevoyaient. » euh excusez moi mais avec plus de 200 000 avortements annuels, on est rentré dans une phase industrielle de destruction de phoetus madame/monsieur. Vous m’excuserez du peu, mais là aussi on nage en plein délire. 200 000 quoi merde, la loi à la base était de ne plus interdire l’avortement, pas de lancer un business de la mort ( je vous renvoie aux sages paroles de Mme Weil. ) Qu’une femme se fasse avorter parce qu’elle s’est faite violer est une chose, qu’une femme avorte parce qu’elle est conne, c’en est une autre. 
                    Le PACS va très bien à tout le monde, pourquoi ne pas le faire évoluer ? 


                    Ce n’est pas parce que pierre berger veut une chose que toute la communauté veut la même, que je sache. 

                    «  Donnez-leur une chance par pitié ! » il n’y a rien de plus dégradant que la pitié, à mes yeux, alors vous m’excuserez, mais si je leur donnais par pitié, ce serait mal barré pour eux ! 

                    Oui vive la France, le problème c’est que la France ne va pas dans votre sens, malheureusement pour vous ! Alors si vous l’encensez, respectez la ! 

                    Bonne journée !

                  • loxias loxias 21 mars 2013 12:52

                    Cher Monsieur,

                    Je vous remercie de votre réponse que j’ai trouvée claire et argumentée. Néanmoins je resterai sur ma position, car je pense réellement que des citoyens majeurs, deux femmes ou deux hommes, ont le droit de se marier. Je m’étonne même que des personnes s’élèvent pour leur refuser ce droit ! Qui sont-ils pour manifester afin de refuser un droit aux autres ? C’est hallucinant ! Se mêle-t-on de leur vie sexuelle ?
                    Quand à l’argument « le mariage a toujours ete un homme/une femme » il est dépassé. Le mariage étant fondamentalement un fait religieux, evidemment que l’église des anciens temps n’allait pas l’accepter ! De nos jours, dans un état laïc et démocratique, il va de soi.

                    Monsieur, il n’est pas prouvé la plupart des Français ne sont pas de mon avis ....

                    Bonne journée à vous aussi

                    (ps:je suis de sexe masculin)


                  • sam turlupine sam turlupine 18 mars 2013 18:14

                    Pfff...

                    Un laïus interminable pour ressasser les mêmes vieilles rengaines ahannées par tous les réacs, rassemblées derrière la bannière de la Barjot et des grenouilles de bénitiers ...

                    Qué fatigue !


                    • pjf971 18 mars 2013 19:16

                      Ah cool ! Donc ça marche aussi pour les pédophiles ou les mariages incestueux ? C’est vrai que c’est beau la liberté...

                      Comment peut-on écrire de telles âneries ?
                      La pédophilie n’est pas une orientation sexuelle, c’est une pathologie .
                      Le mariage incestueux n’est pas une orientation sexuelle, c’est une interdiction légale, un délit.
                      L’homosexualité est de nos jours une orientation sexuelle parfaitement honorable, reconnue dans la plupart des pays civilisés.


                      • nemotyrannus nemotyrannus 19 mars 2013 10:19

                        Quoi ?! la pédophilie serait une pathologie ?

                        Ou la tourne t-on comme telle simplement car on la rejette ( avec raison , hein, je précise avant qu’on me fasse la remarque et la morale ) , exactement comme on tournait l’homosexualité en maladie autrefois ?
                        Interdit , OK , mais maladie , j’en doute.

                        Quelles sont les raisons objectives donnant le droit à faire passer l’inceste pour un délit dés lors qu’il s’agit de deux adultes consentants ?


                      • pjf971 18 mars 2013 19:23

                        Dolores, quelle douleur de lire :
                        On ouvre une route scabreuse à 2% d’individus en oubliant les 98% restants.

                        - Comment dire qu’on oublie les « 98% » restants ? En quoi sont-ils oubliés ?
                        - C’est quoi une route scabreuse ?
                        - Il y a, selon les estimations de la plupart des pays, entre 5 et 10 % d’homosexuels. Eh oui, y compris parmi les personnes mariées à un conjoints de l’autre sexe.

                        Sortez de votre cocon, Dolores ! Vous verrez, ça fait du bien !


                        • Folacha Folacha 19 mars 2013 08:30

                          Les enfants, que l’on va, désormais légalement, priver du droit de s’inscrire dans une continuité générationnelle et d’avoir des parents de sexe complémentaire . 


                          100/100 des adultes enfin, privés d’altérité au nom d’un égalitarisme forcené . 

                        • sarkophage 18 mars 2013 19:55

                          Mais de quel droit parle t’on ????

                          Doit il répondre à un besoin ou à un désir ?....

                          telle est la Question ?...

                          S’il s’agit de droit coutumier c’est bien la boite de pandore qu’on est entrain d’ouvrir...

                          La finalité n’est elle pas de faire sauter tous nos référents afin de mieux nous formater ?

                          je vous laisse à vos réflexions !

                          Cordialement


                          • Guy Mauve de Bancreune Guy Mauve de Bancreune 18 mars 2013 22:38

                            Comment reconnaître un membre de la secte franc-maçonne ?


                            Sur mon blog vous trouverez quelques indications.

                            P.S. : J’ai démissionné de cette « secte » car j’étais choqué par sa dérive affairiste

                            • Hijack Hijack 18 mars 2013 23:41
                              170 professeurs de droit rentrent en résistance face au projet de loi Taubira

                              .

                              Plus de 170 juristes universitaires, professeurs et maîtres de conférences des Universités françaises de droit privé, de droit public et historiens du droit, ont adressé vendredi une lettre ouverte à toutes les sénatrices et tous les sénateurs de la République française afin de les alerter sur les conséquences réelles pour les enfants du projet de loi sur le mariage des personnes de même sexe.

                              .

                              Extraits  :

                              .

                              La filiation, qui découle de l’acte de naissance, indique à chacun de qui il est , que ce soit de façon biologique ou symbolique comme en cas d’adoption. Or, un enfant ne peut être issu de deux personnes de même sexe, même de façon symbolique  : l’enfant adopté par deux hommes ou deux femmes sera doté d’éducateurs, d’adultes référents, mais en réalité deux fois privé de parents  : une première fois par la vie, une seconde fois par la loi  !

                              .

                              Quant à l’adoption de l’enfant du conjoint de même sexe, elle n’est possible que parce que l’enfant a été conçu pour être adoptable  : sa mère s’est fait inséminer en Belgique par un inconnu afin d’éviter le père, pour qu’il puisse être adopté par une deuxième femme. Le père a cherché une mère porteuse en Inde, pour ne pas s’encombrer d’une mère, et que l’enfant puisse être adopté par un deuxième homme.

                              .

                              Le projet de loi organise donc un marché des enfants, car il le suppose et le cautionne. En l’état, ce texte invite à aller fabriquer les enfants à l’étranger, en attendant de dénoncer l’injustice de la sélection par l’argent pour organiser le marché des enfants en France, ce qui sera de toute façon imposé par la Cour européenne des droits de l’homme dès que le mariage sera voté.

                              .

                              Ce texte doit donc être retiré car les enfants ne sont ni des objets pour satisfaire un désir, ni des médicaments pour soulager une souffrance.

                              .

                              Les juristes, qui ont vocation à veiller au respect des libertés individuelles et à la protection par le droit des personnes les plus vulnérables, ne peuvent que demander aux sénateurs de protéger les femmes et les enfants contre un texte qui, sous couvert de bonnes intentions, se révèle celui de l’esclavage moderne des femmes et de la nouvelle traite des enfants  !

                              .

                              Avec ce courrier, les sénateurs ont reçu un ouvrage de réflexions et d’analyses juridiques intitulé «  Mariage des personnes de même sexe. La controverse juridique  », d’Aude Mirkovic, maître de conférences en droit privé et Anne-Marie Le Pourhiet, professeur de droit public. Cet ouvrage expose l’imbroglio juridique inextricable dans lequel le projet de loi envisage de plonger la filiation. «  Nul besoin d’adhérer à une philosophie ou à une anthropologie, encore moins à une religion, commente Aude Mirkovic, le désastre juridique parle de lui-même et suffit pour faire échec au projet  !  ».

                              .

                              Lettre ouverte adressée aux Sénatrices et Sénateurs de la République française


                              • Feilusha Feilusha 19 mars 2013 20:58

                                C’est bien de connaître le caractère « shui », mais ce serait mieux de réfléchir avant de copier-coller une ânerie.
                                Apparemment ces juristes ont oublié ce qu’on appelait les « filles-mères » dans mon enfance, les « batards » qui n’avaient droit à rien, et les dames de la bonne société allant accoucher à l’étranger ou dans une campagne reculée. mention d’état-civil ? Père inconnu !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès