Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Marius, le girafon inutile

Marius, le girafon inutile

A Copenhague, un girafon a été assassiné dans un zoo. Ses parents se sont reproduit dans le zoo, il est né et a été élevé dans ce même zoo. Marius était un girafon de 18 mois, en parfaite santé, qui aurait pu vivre 25 ans dans la nature s’il avait eu cette chance. Mais Marius était captif dans un zoo, il ne verra jamais la savane ou il aurait dû vivre une vie libre. Et Marius était soumis à la logique de l’homme, et l’homme n’a pas jugé Marius digne de vivre.

Actualités terriennes a enquété sur les pratiques du Zoo de Copenhague et sur les coulisses de l'affaire.

JPEG - 49.9 ko
Girafe
Taken at Cotswold Wildlife Park, May 2012 http://commons.wikimedia.org

A Copenhague, un girafon a été assassiné dans un zoo. Ses parents se sont reproduit dans le zoo, il est né et a été élevé dans ce même zoo. Marius était un girafon de 18 mois, en parfaite santé, qui aurait pu vivre 25 ans dans la nature s’il avait eu cette chance. Mais Marius était captif dans un zoo, il ne verra jamais la savane ou il aurait dû vivre une vie libre. Et Marius était soumis à la logique de l’homme, et l’homme n’a pas jugé Marius digne de vivre.

Assassinat

Marius a vécu tout sa vie dans le même enclos, en compagnie de sa famille. Il était familier de l’homme et ne le craignait pas. Il ne pouvait pas s’enfuir en cas de danger. Les journaux ont communiqué sur le mot « euthanasie », voilà ce que le nom euthanasie signifie :

On appelle euthanasie animale la mise à mort volontaire d'un animal afin de mettre fin à ses souffrances ou à une agonie prolongée. Le terme est aussi couramment employé pour désigner l'abattage d'animaux ayant participé à une étude en laboratoire. - Wikipedia

L’euthanasie désigne l’acte de faire mourir quelqu’un intentionnellement afin de lui éviter l’agonie, dans le cas où les souffrances des patients atteints de maladies incurables sont difficiles, voire impossibles à apaiser à l'aide des soins palliatifs. - Futura-Sciences

Or, Marius n’était pas souffrant ou agonisant. Il ne participait pas non plus à une étude de laboratoire. Il n’avait pas non plus une grande valeur commerciale, le commerce d’animaux sauvages est encadré et contrôlé en union européenne. On pourrait penser que sa fourrure aurait eu une grande valeur, ou sa tête pourrait être mise à prix dans le cadre d’un safari organisé.

Un assassinat est un meurtre commis avec préméditation. - Wikipedia

L'abattage ou le sacrifice désigne la mise à mort des animaux d'élevage dévolus à la production de viande ou de fourrure. - Wikipedia

Marius est mort comme un tue le bétail alimentaire, d’un coup de pistolet d’abattage, ou pistolet à projectile captif. Ce pistolet étourdit la victime, permettant de l’égorger pour la vider de son sang. Marius est mort dans son box, il a été vidé de son sang à l’abri des regards, puis a été transporté à l’extérieur des bâtiments pour être dépecé devant le public.

Marius n’a pas été abattu en public et vidé de son sang devant le regard des enfants, non cela aurait été trop réaliste, trop choquant, trop vrai. Il était plus présentable de montrer un animal propre, rigide, prêt à la découpe. Comme dans une boucherie. Pas de sang qui gicle partout. Pas de mare de sang qui se répandrait, mare de fluide rouge, chaud, vital, plein d’hémoglobine.

Nous avons invité le public à observé le travail très important des vétérinaires [faire une autopsie]. Les vétos communiquent très bien et ont expliqué pendant l'autopsie ce qu'il se passait, comment tout l'organisme fonctionne, d'une facon éducative pour nos visiteurs. – Bengt Holst, Scientific Director, Copenhaguen Zoo

Ils n’ont pas invité le public à assister à l’assassinat, non, car ce n’est pas un acte éducatif. C’est un acte cruel et gratuit. C’est un acte barbare. Il y avait des alternatives pour laisser vivre Marius.

Les alternatives

Trois zoos européens ont proposé de recueillir Marius : un zoo Anglais, un Néerlandais et un zoo Suédois. Les trois demandes ont été rejetées.

Un particulier, milliardaire, a proposé d’acheter le girafon pour 680 000 euros pour qu’il vive sur un très grand terrain de sa propriété. Rejeté.

Un système pourri

L’EAZA (European Association of Zoos and Aquari) organise les collections d’animaux sauvages par des campagnes de reproduction collaboratives, et ce pour 340 zoos européens. C’est l’EAZA qui a conseillé d’éliminer Marius, car il ne présente pas de gênes originaux et n’apporterai pas de diversité génétique s’il se reproduisait.

  • L’offre du particulier a été rejetée car les statuts de l’EAZA ne permettent pas la vente d’un animal. Et le particulier n’est pas membre de l’EAZA et donc n’est pas certifié des différentes normes requises par l’association. Marius est mort pour des questions de normes.
  • L’offre du zoo anglais a été rejetée car le grand frère de Marius est déjà dans ce zoo, et leurs gênes sont trop similaires. L’EAZA estime que la place disponible dans le zoo anglais serait plus intéressante pour une girafe au patrimoine génétique différent. Le zoo anglais proposait de faire construire un second enclos pour Marius et d’autres girafes. Marius est mort pour des questions eugénistes.
  • L’offre du zoo suédois a été rejetée car il n’est pas membre du réseau EAZA. Marius est mort pour des questions politiques.

Je sais que la girafe est un animal très joli, mais je ne pense pas que cela aurait été un tel outrage s'il avait s'agit d'une antilope, et je pense que personne n'aurait levé l'oeil s'il avait s'agit d'un porc. – Bengt Holst, Scientific Director, Copenhaguen Zoo

Criminels

M. Holst, si Marius avait été un porc, cela aurait été aussi scandaleux. Les zoos élèvent des animaux pour le loisir, la découverte et la préservation des animaux, et les indésirables sont froidement abattus et dépecés. De plus, avec cette hypocrite volonté éducative, en masquant le vrai acte barbare de l’exécution, présentant cela comme une proprette dissection scientifique.

Les archives du New York Times (voir lien) nous indiquent que M. Holst a une vision très personnelle du zoo : les animaux devraient avoir « le comportement le plus naturel possible. Nous leur avons déjà retiré leurs instincts de prédateurs et de proies. Si nous leur retirons leur comportement maternel/paternel, il ne leur reste plus grand-chose. ». Cet article du New York Times s’intéressait à la tendance du zoo de Copenhague à euthanasier à tout va.

Pourquoi ont-ils fait se reproduire les parents de Marius alors que leur consanguinité était avérée ? En effet, le frère de Marius avait déjà un patrimoine génétique peu frétillant. Alors ce M. Holst a une position très confortable, du mec qui cautionne la reproduction consanguine pour le bien-être des animaux.

C’est une attraction très profitable d’avoir de jolis bébés animaux dans un zoo. On attire les touristes, les naissances sont annoncées dans la presse et on vend plein de peluches et marchandises à son effigie. Mais voilà, le bébé grandi, l’animal un peu plus vieux devient encombrant et moins populaire. Donc on le zigouille et le donne à bouffer aux lions, qui profitent du massacre.

Le zoo de Copenhague est aussi connu pour avoir éliminé 2 léopards, des chimpanzés, des hippopotames, des gazelles une fois en âge de se reproduire. Annuellement, ce zoo tue 20 à 30 animaux : Quelle hypocrisie scandaleuse !

Ce n'est pas un secret que les animaux sont abattus quand il n'y a plus assez de place, ou si l'animal n'a pas des gènes suffisament interessants. [...] La seule façon d'arreter cela est de ne plus visiter les zoos.- Animal Rights Sweden

La vie d’un animal sauvage dans un zoo n’est pas une vie. Ils n’ont aucun instinct naturel. Ils vivent dans des cages, ne peut circuler, sont coincés dans des groupes consanguins et peuvent être maltraités par des congénères. Ils vivent au contact du métal, du béton, du bois traité, des carreaux de faïence, du verre et du plastique. Ils sont complètement névrosés (visitez un zoo vous verrez).

Les girafes vivent rarement une longue vie en captivité, et si Marius n'avait pas été euthanasié aujourd'hui, he aurait vécu une courte vie de bête de foire, dans un climat glacial, a des miliers de kilomètres de son véritable habitat.- Elisa Allen, porteparole de People for the Ethical Treatment of Animals U.K

Bengt Holst, tu es un monstre spéciste. Tu n’as aucun respect pour la vie animale. Marius est né pour faire de la publicité et du chiffre. Marius est mort car il était encombrant. Assume ton idéologie.

Marius est un symbole, des dizaines d’animaux sont assassinés au zoo de Copenhague chaque année. Combien sont tués dans les 340 zoos sur réseau de l’EAZA ? Ne participez pas à ce système pourri qui fait naitre des êtres vivants pour le business, pour mieux s’en débarrasser plus tard. Expliquez aux enfants ce qu’il se passe réellement dans un zoo, montrez leur des documentaires animaliers ou on voit les animaux libres et heureux dans un environnement naturel. Tant pis s’ils ne les voient jamais en chair et en os (et en sang, en tendons, en organes…).

Nom de l'espèce

Giraffa camelopardalis

Statut UICN

2010 LC Préoccupation mineure

Evolution de la population : en déclin

Sources et informations

Photos

 


Les réactions les plus appréciées

  • cosmic (---.---.---.71) 15 février 2014 17:31

    Et quand les animaux ne sont pas emprisonnés dans des zoos, ils se font canardés dans la nature par des cons de chasseurs qui veulent des trophées ! Rhinocéros, lions, léopards, buffles, girafes, éléphants, pumas, ours....c’est absolument ahurissant et révoltant ( cf l’histoire de Juan Carlos..)

     www.dailymail.co.uk/news/article-2089806/The-giraffe-hunters-pay-10-000-shoot-gentle-giants-guns-bows-sport.html

  • vodkov (---.---.---.223) 15 février 2014 20:21

    Bien sûr que les animaux peuvent être tristes. Par exemple j’ai vu le chat de mon grand père ne plus s’alimenter à la mort de celui ci. Il tournait en rond dans sa chambre, il le cherchait, il sentait encore son odeur. Il a faillit mourir de faim.

    Quand à s’occuper d’êtres humains, ok, mais si on n’est même pas capable de s’occuper des animaux qui nous nourrissent ou qui nous tiennent compagnie ou qui nous divertissent, alors quels bels être humains nous faisons !

  • Alinea (---.---.---.31) 15 février 2014 15:31
    alinea

     À quand l’arrêt définitif des zoos ? à quand la mise en taule des assassins ? à quand le boycott de ces sinistres prisons ?

  • Actualités Terriennes (---.---.---.157) 15 février 2014 23:03
    Actualités Terriennes

    La position de l’article est résolument anti-spéciste.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Sp%C3%A9cisme
    On appelle spécisme (du mot speciesism, en anglais) la discrimination fondée sur le critère d’espèce. Le spécisme conduit à accorder moins d’importance aux intérêts des animaux non humains par rapport à ceux des humains. On peut aussi ranger sous ce terme la préférence pour certains animaux (les animaux de compagnie) par rapport à d’autres (les animaux d’élevage) qui conduit par exemple à manger du cochon mais pas du chien.

    Voila pourquoi j’ai volontairement appelé cela un assassinat, car d’un point de vue anti-spéciste, appliquer ce terme uniquement aux homicides n’est pas cohérent.

    Il est hypocrite de prétendre montrer la vérité sur l’abattage d’un animal en montrant un corps sans vie, vidé de son sang.

    Il est cruel et gratuit de faire se reproduire des animaux consanguins en captivité dans le but de faire vendre des entrées pour voir le bébé, puis de se débarrasser du petit plus tard. Je vous invite a lire l’article du NYT cité en sources.

    Il existe des intelligences animales, qui sont chacune differentes entre elles et differentes de la notre, rien ne prouve qu’elles sont inférieures, elles sont dues a des facons de percevoir le monde differentes. De nombreuses etudes sur le sujet corroborrent des formes intelligences à de très nombreuses especes, cela pourrait être le sujet de futurs articles.


Réagissez à l'article

56 réactions à cet article

  • foufouille (---.---.---.89) 15 février 2014 14:34
    foufouille

    « Marius était un girafon de 18 mois, en parfaite santé, qui aurait pu vivre 25 ans dans la nature s’il avait eu cette chance. »

    il aurait aussi pu se faire bouffer par un lion

    zoo très très con, sinon. avec 680 000€ on fait pas mal de chose

    • Pierre JC Allard (---.---.---.34) 16 février 2014 03:01
      Pierre JC Allard

      Geste extremement symbolique. Une espece « supérieure » décide que si un individu d’une espèce inferieurs n’est pas « utile », c’est une raison suffisante pour l’eliminer. Ensuite, en faire un spectacle primitif pour bien marquer l’imagination populaire, se terminant sur le geste rituel emblematique de faire devorer la victime. On ne peut que détester les bourreaux, et je serais personnellement volontaire pour exécuter de mes propres mains tous ceux qui ont décidé de ce rituel barbare.


      Mais ... cette detestation efficace n’est elle pas programmée ? Je pense à ce film ou le fasciste sadique caricatural éventre un chaton d’un coup de tête sur la place du village...  Est-ce qu’on n’en a pas mis un peu trop ? Aujourd’hui, je ne mangerais même pas une boite de harengs qui dirait « Made in Denark ». Comment un scientifique, un zoo, un petit pays peuvent-ils avoir assumé une position aussi odieuse face au monde entier ? Que leur a-t-on donné pour qu’ils acceptent de jouer ce rôle de l’abominable Herrenvolk nordique sans coeur ? Quel message subliminal est-on à passer ? Qui y gagne ? Je cherche....

      Pierre JC Allard
  • zygzornifle (---.---.---.9) 15 février 2014 14:35
    zygzornifle

    Pas un mot de BB ?

  • durdan (---.---.---.90) 15 février 2014 15:04

    en dehors de l’analyse donnée sur les dessous de cette affaire,qui tient debout si toutes les informations sont justes,je trouve un peu con la définition qui est donnée pour « euthanasie » qui est celle du sens courant alors que les responsables de l’abattage l’utilisent au sens premier « mort sans souffrance »

  • Zobi (---.---.---.59) 15 février 2014 15:27
    Zobi

    Je sais que la girafe est un animal très joli, mais je ne pense pas que cela aurait été un tel outrage s’il avait s’agit d’une antilope, et je pense que personne n’aurait levé l’oeil s’il avait s’agit d’un porc. – Bengt Holst, Scientific Director, Copenhaguen Zoo


    Il y a une part de vérité tout de même dans cette phrase. Elle révèle seulement le cynisme morbide de notre monde.
  • Alinea (---.---.---.31) 15 février 2014 15:31
    alinea

     À quand l’arrêt définitif des zoos ? à quand la mise en taule des assassins ? à quand le boycott de ces sinistres prisons ?

  • jeanfgon (---.---.---.126) 15 février 2014 15:59

    Quel pathos ! Vous en faites des tonnes, et si votre émoi est sincère, je trouve ça relativement inquiétant. Je me méfie de ceux qui éprouvent plus d’empathie pour les animaux que pour leur semblables. Comme ces vielles qui parlent en permanence à leur chien jusqu’à en oublier les politesses élémentaires (n’interagissant pas avec les humains), exemple réducteur certes, mais démonstratif et surtout quotidien.
    Vous citez wikipédia et la définition d’un assassinat (mot qu’on ne peut appliquer à un animal) « meurtre commis avec préméditation ». Cela pour justifier l’emploi du mot. Sauf qu’un meurtre est, toujours selon wiki, « un homicide volontaire ». Vous pouviez, à un clic près, éviter la mauvaise foi et les contre-vérités.
    De même, vous faites un mauvais emploi du mot barbare que vous utilisez dès que l’on parle de tuer un animal. « Cruel et gratuit » n’as pas de sens non plus.
    L’homme est un animal mais l’inverse n’est pas vrai et cela implique donc des différences nettes.
    Evidemment, on doit s’éduquer à ne pas faire souffrir gratuitement, mais cela ne devrait pas se réduire (comme vous en donnez l’impression) aux animaux, mais s’étendre de la même manière aux humains.
    Autrement, il est intéressant de constater que les comportements dits « inhumains » sont au contraire spécifiquement humains, mais cela montre justement une sorte d’idéal de l’humain dans lequel il respecte ses semblables et les animaux, mais qu’on ne peut, quoiqu’il arrive, mettre au même niveau.
    Votre lubie du sang et sa description presque pornographique montre que vous manquez peut-être de viande (je plaisante).
    Je ne vais pas au zoo, j’avoues préférer les docs même si la tendance à l’anthropomorphisme m’agace un peu : Simba la lionne « triste » de perdre Jimmy son lionceau ? Non, Simba constate la mort et passe à autre chose (j’ai vu plusieurs fois cette indifférence avec des chats). Il n’y a peut-être que les éléphants ou les baleines ou encore certains primates, pour avoir un rapport à la mort qui s’approcherait du nôtre.
    Je respecte votre émotion, je me demande juste si vous éprouvez la même tristesse et êtes tout aussi révolté lorsque vous voyez, là aussi quotidiennement, des humains (parfois très différents de vous, donc pour qui, à priori, l’empathie est moins innée) souffrir.

    • Leloo07 (---.---.---.89) 15 février 2014 19:50

      L’anthropomorphisme est encore une notion inventée par l’homme qui est bien pratique pour se donner bonne conscience. L’animal ne ressent soit disant rien donc on peut lui faire subir plein de choses sans que ça ne pose problème...Mon chat a moi n’est absolument pas indifférent : elle monte sur nos genoux pour revoir ses chatons en vidéo lorsqu’on lui passe... Et franchement non je n’ai absolument aucune empathie pour certains humains, qui ne pensent qu’à faire la guerre... ou qui maltraitent les animaux...ou encore qui pensent que l’humain est une race supérieure... Avec ce que l’humain fait à notre planète : guerres, tortures, destruction de l’environnement avec tous les produits chimiques, je crois qu’au contraire c’est une race inférieure...

    • vodkov (---.---.---.223) 15 février 2014 20:21

      Bien sûr que les animaux peuvent être tristes. Par exemple j’ai vu le chat de mon grand père ne plus s’alimenter à la mort de celui ci. Il tournait en rond dans sa chambre, il le cherchait, il sentait encore son odeur. Il a faillit mourir de faim.

      Quand à s’occuper d’êtres humains, ok, mais si on n’est même pas capable de s’occuper des animaux qui nous nourrissent ou qui nous tiennent compagnie ou qui nous divertissent, alors quels bels être humains nous faisons !

    • Actualités Terriennes (---.---.---.157) 15 février 2014 23:03
      Actualités Terriennes

      La position de l’article est résolument anti-spéciste.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Sp%C3%A9cisme
      On appelle spécisme (du mot speciesism, en anglais) la discrimination fondée sur le critère d’espèce. Le spécisme conduit à accorder moins d’importance aux intérêts des animaux non humains par rapport à ceux des humains. On peut aussi ranger sous ce terme la préférence pour certains animaux (les animaux de compagnie) par rapport à d’autres (les animaux d’élevage) qui conduit par exemple à manger du cochon mais pas du chien.

      Voila pourquoi j’ai volontairement appelé cela un assassinat, car d’un point de vue anti-spéciste, appliquer ce terme uniquement aux homicides n’est pas cohérent.

      Il est hypocrite de prétendre montrer la vérité sur l’abattage d’un animal en montrant un corps sans vie, vidé de son sang.

      Il est cruel et gratuit de faire se reproduire des animaux consanguins en captivité dans le but de faire vendre des entrées pour voir le bébé, puis de se débarrasser du petit plus tard. Je vous invite a lire l’article du NYT cité en sources.

      Il existe des intelligences animales, qui sont chacune differentes entre elles et differentes de la notre, rien ne prouve qu’elles sont inférieures, elles sont dues a des facons de percevoir le monde differentes. De nombreuses etudes sur le sujet corroborrent des formes intelligences à de très nombreuses especes, cela pourrait être le sujet de futurs articles.

    • jeanfgon (---.---.---.126) 16 février 2014 03:33

      Vous m’excuserez Leloo, je ne connais pas encore de notion inventée par l’animal. L’anthropomorphisme c’est La Fontaine utilisant dans ses fables des animaux pour dépeindre des traits humains, mais c’est aussi le fait de voir des émotions humaines chez les animaux. Je n’ai jamais dit que les animaux ne ressentaient rien, en tout cas pour les mammifères supérieurs (je doute que le corail ressente grand-chose),chacun ayant leur tempérament, se montrant affectueux, agressif, espiègle, etc. Cependant, leur attribuer systématiquement des émotions humaines comme le deuil (comme ci-dessous), l’amour me parait être une erreur ou exagérés, encore une fois à l’exception de certain cas (le chat du grand-père, certaines baleines) mais ce sont presque toujours des mammifères. Je pense donc qu’il existe des différences entres les classes d’animaux, mais cela fait-il de moi forcément un spéciste comme décrié par l’auteur ? J’ai, à ce propos, un certain malaise quand je vois une mygale bouffer une souris ce que j’explique par le fait que je me sens plus proche de la souris (elle possède plus de traits et de comportements communs à moi que l’araignée), et ce tout en ayant un respect morbide pour l’animal très ancien qu’est le requin.
      L’argument est donc tout trouvé, je placerai toujours l’homme avant l’animal car c’est l’espèce unique mais si diverse et évoluée (même dans l’horreur) à laquelle j’appartiens.
      Je ne dis donc pas que les animaux ne ressentent rien mais je ne place pas leurs souffrance devant celle des hommes.

      Vous êtes sure que votre chat reconnait les chatons sur la vidéo ? J’ai eu par deux fois des chattes qui, devant un de leur chatons venant de mourir, une fois la certitude de leur mort les délaissaient immédiatement. L’intérêt dans le soin apporté au morts (avec l’art) est d’ailleurs le point de départ des civilisations humaines, je reste fasciné par les rares animaux qui en font preuve

    • jeanfgon (---.---.---.126) 16 février 2014 03:49

      Actualités Terriennes

       Merci pour vos précisions et j’entends vos arguments même si je ne les partage pas tous.
      L’intelligence animale me fascine également, notamment celles des corvidés ou des céphalopodes d’autant plus étonnante pour moi que ces espèces nous sont éloignées. Je reconnais donc avoir une vision très darwiniste mais je ne pense pas être sectaire pour autant.
      Je serai donc ravi de lire vos articles sur le sujet

    • Qaspard Delanuit (---.---.---.12) 16 février 2014 13:09
      Qaspard Delanuit

       « Je me méfie de ceux qui éprouvent plus d’empathie pour les animaux que pour leur semblables. »


      Les mammifères sont nos semblables par bien des aspects. Les personnes qui n’ont pas d’empathie pour les animaux n’en n’ont généralement pas davantage pour les membres de leur propre espèce. Certes, il y a des différences entre l’homme et l’animal, mais elles sont plutôt intellectuelles (capacité de souffrir par représentation). Les grands mammifères ont un niveau de conscience qui n’est pas très éloigné de celui des très jeunes enfants. 
    • Alinea (---.---.---.31) 16 février 2014 13:46
      alinea

      La seule différence entre les animaux et nous c’est qu’ils sont par essence « innocents » et se passeraient volontiers de nous !!
      Tout homme est sensé se défendre, lutter militer, etc... un animal, non ! face au fusil ni l’homme ni l’animal n’ont de choix : nous sommes donc égaux dans nos différences !!!

    • Leloo07 (---.---.---.89) 16 février 2014 15:47

      Bonjour vous avez mal lu « L’anthropomorphisme est encore une notion inventée par l’homme qui est bien pratique pour se donner bonne conscience » et non pas par l’animal ! Oui ma chatte reconnait ses chatons : elle ne réagit pas de la même manière aux vidéos de chatons étrangers. Et j’ai d’autres exemples de « sentiments » animaux. Par exemple ma grand mère élevait des lapins. Eh bien chaque fois qu’elle en tuait un son chien lui faisait la tête toute la journée et ne voulait même pas la regarder. C’était sa façon à lui soit de dire qu’il contestait cet acte soit de montrer sa tristesse (ce chien aimait les lapins, il arrivait qu’il dorme avec le nôtre).

    • jeanfgon (---.---.---.126) 16 février 2014 17:25

      Non Leelo, j’avais bien lu mais vous n’avez pas saisi le sarcasme.
      Je reste sceptique quant à votre chat et la vidéo et pourtant j’ai eu des chats dont l’intelligence m’étonnait (au point de croire que tout les chats étaient aussi intelligents, alors qu’ils étaient plutôt exceptionnels et qu’il en existe de bien stupides). Ne réagit-elle pas spécifiquement à la vidéo de ses chatons parce que vous y réagissez également de manière spécifique ?
      L’exemple du chien avec le lapin est tout à fait plausible. Cependant, je ne suis pas sûr que le lapin ne soit pas dévoré par d’autres chiens (n’ayant pas été habitué à dormir avec une proie potentielle) ou si le même chien se retrouve enfermé, affamé avec le lapin. De même, à l’exemple du chat du grand-père « en deuil », on peut y opposer les chats/chiens mangeant leur maîtres quand ceux-ci sont morts.

    • tf1Groupie (---.---.---.156) 16 février 2014 20:52

      @Gaspard,

      « Les mammifères sont nos semblables par bien des aspects ».

      Oui mais se limiter aux mammifères c’est du spécisme.

      Quand nous dévorons des huitres, vivantes et par douzaines, c’est du meurtre en série, voire un génocide.

  • claude-michel (---.---.---.199) 15 février 2014 16:15
    claude-michel

    Pour qui la prochaine euthanasie au zoo de l’élysée.. ?

  • egos (---.---.---.90) 15 février 2014 16:49

    step one : contrôler le potentiel génétique de la direction & personnel de cette prison pour animaux

    next ... appliquer la procédure

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès