Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Marseille / Corse : Face à la violence des patrons, nous sommes tous des (...)

Marseille / Corse : Face à la violence des patrons, nous sommes tous des marins ! le patronat menace d’agresser les marins en luttes

Face à la violence des patrons tous ensemble !

Les personnels de la SNCM et de la CMN sont en grève depuis plus de 48 heures contre l’ouverture d’une nouvelle ligne sous pavillon international qui remet en cause le service public de continuité territoriale et menace une fois de plus les emplois.
Pour la défense des emplois, du service public l’Union Départementale CGT 13 appelle à un rassemblement aux côté des marins :
VENDREDI 8 JANVIER 2016 à 11H
Sur le Port, au pied du bateau Danielle Casanova (accès Porte 2C Saint Cassien des camarades seront présents pour vous guider jusqu’au rassemblement).

UD CGT 13 infos initiatives et actions 7/01/16

 

Après que la Commission Européenne et le gouvernement ont réussi à saborder la SNCM (lire ici), il n’aura pas fallu longtemps pour qu’une nouvelle compagnie battant pavillon danois et utilisant des marins étrangers se lancent dans le dumping social sur les liaisons de fret Corse Marseille. Merci l’Union Européenne qui protège…. les patrons et casse les droits des travailleurs.

Car cette compagnie en ne prenant pas le pavillon français se livre de fait à une concurrence déloyale. Face à la provocation du lancement de cette ligne le jour même de la création de la nouvelle compagnie issue de la SNCM et ayant la délégation de service public, les marins se sont courageusement mobilisés sur le port de Marseille :

« C’est pas le fruit du hasard (de lancer cette ligne le jour même de la création de la nouvelle compagnie issue de la reprise de la SNCM), c’est clairement pour peser sur la décision des élus de la collectivité de Corse pour remettre en cause la future DSP » portant sur la liaison entre Corse et continent, affirme le représentant CGT Frédéric Alpozzo, délégué CGT de la SNCM

« La grève a été reconduite en AG ce matin et même renforcée avec les marins de la Méridionale »

Qui utilise la violence ? le patronat !

Cette nouvelle ligne a été lancée par deux patrons candidats qui n’ont pas réussi à reprendre la SNCM. Alors que les marins bloquent l’accès au port de Marseille de ce qui est un véritable cheval de Troie contre le droit du travail, ces patrons pour qui ne comptent que le profit – non content d’avoir lancé une salve d’attaques en justice tout azimut contre la SNCM et contre la CGT marins pour essayer de terroriser les marins défendant les emplois et les conditions de travail et de salaires, c’est également à des menaces de violences physiques qu’ils auraient eu recours selon ce qu’en rapport le journal Le Point :

Le blocage du cargo par la CGT déclenche l’ire des entrepreneurs corses de la compagnie Corsica Linea, qui envisagent une opération coup de poing. Le Point 07/01/16

« La totalité des chefs entreprise qui nous accompagnent sont en ébullition et nous n’arrivons plus à les maîtriser. Nous sommes prêts à défendre leurs intérêts et ceux de la Corse en allant libérer le port de Marseille. La loi n’étant pas respectée, il faut s’attendre à des débordements. Si la situation dérape, il y aura un conflit direct avec les marins. C’est inévitable, et chacun prendra ses responsabilités. » déclaration de Christian Orsucci patron de la compagnie Corsica Linéa

Comme le rapporte le journal Le Point, Christian Orsucci et d’autres entrepreneurs à l’origine de ce consortium de 140 entreprises menacent d’en découdre avec les marins de la CGT « dès ce jeudi matin ou dans les prochains jours.

Ce soir le site internet de l’UD CGT 13 a été victime d’une attaque de pirates.

Ces méthodes du recours à la violence pour briser le mouvement social et écraser les travailleurs ont un nom : c’est le fascisme.

Chacun peut donc bien voir dans quel camps se trouve la violence. Face à des travailleurs se défendant le patronat menace de « débordement » c’est à dire de faire le coup de poing.

Tous ensemble, solidarité ! Car nous sommes tous des marins de la SNCM

JBC pour www.initiative-communiste.fr

source : http://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/marseille-corse-les-patrons-menacent-de-violence-les-travailleurs-en-greve-qui-sont-les-violents/

N’attendez pas qu’il soit trop tard : Adhérez au PRCF


Moyenne des avis sur cet article :  4.39/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • lsga lsga 8 janvier 18:10

    Ah, tous ces marins qui seront remplacés par des robots dans les 20 ans qui viennent, comme prévu par Marx dans le Livre 3 du Capital. 

     


    • Shawford Agoranymous42 8 janvier 18:17

      @lsga

      Tu as un problème vis à vis du fait que l’IA délivre un de ces quatre l’homme de toutes les taches roboratives ?

      ET puis pense y bien, plus le pouvoir sera concentré dans une minorité de possédants, plus il sera facile de concentrer le feu pour qu’enfin le jour venu pour que l’homme se libère de ses gênes.

      C’est ton pote la frigienne qui fait son show qui te le dit smiley


    • Shawford Agoranymous42 8 janvier 21:06

      @MiroBolant

      Manifestement tu n’as par ta part aucun effet nettoyant ni détartrant pour y parvenir smiley

      En plus t’as même pas été foutu d’aller dégoter gènes en lieu et place de chaine, et qui assure le compte avec roboratif plus haut.

      Signé Nono ton petit robot dévoué smiley smiley


    • rocla+ rocla+ 8 janvier 18:14

      Le fascisme c ’’est la CGT qui enfreint la loi . 


      On sera contents quand vous serez tous coulés par le fond , bande de branleurs .

      • flourens flourens 8 janvier 22:58

        @rocla+
        depuis quand la grève est hors la loi ? je sais que tu voudrais bien, mais pour l’instant c’est comme ça, en 36 la CGT a enfreint la loi, résultat journée de 8h, congés payés, mais je suis sur que tu travailles 15h pour 3 kopecks car tu ne veux pas être un coût pour les patrons et que tu ne prends pas tes congés car c’est CGT donc fasciste, pareil en 45, tu ne te fais pas soigner car c’est CGT la sécu donc fasciste
        et quand ils seront coulés, quel bonheur, des rafiots montés par des bangladeshiens payés rien du tout sur un monde paupérisé, quel avenir avec des gens comme toi
        vive la lutte vive la CGT, vive la grève et si ça ne suffit pas vive la révolution


      • philippe913 9 janvier 07:01

        @flourens
        et gnia gnia gnia et à l’époque des dinosaures etc.
        Comparez ce qui est comparable, les combats du passé sont les combats du passé.
        Btw, avant la SS, il y avait déjà les société de secours mutuels qui fonctionnaient très bien, la SS s’est contentée de les agréger, en gros.
        Enfin, Marseille est en train de crever grâce aux syndidats qui, sous prétexte de sauvegarder l’emploi, le tuent.
        Continuez, continuez...


      • Iren-Nao 9 janvier 12:21

        @flourens
        La CGT parti de l’etranger, a beaucoup fait pour le sabotage des ports, des chantiers navals et de compagnies maritimes.
        A qui a profite le crime sinon aux financiers ?
        Connard.
        iren-Nao


      • baron 8 janvier 18:29

        Certe le fait qu’il s’agisse de marin et d’un bateau Danois n’est socialement pas bon.

        Mais la SNCM était bonne pour les salariés, mais desastreuse car pratiquant des tarifs élevés, elle était non fiable et coutait très chers en terme de subvention.
        A force d’avoir tiré sur la corde, elld n’a pas survécu et ce ne sont les usagers et les contribuables qui s’en plaindront. Des tarifs élevés pour des prestations qui n’était pas à la hauteur en terme de fréquence des rotations, les navires étaient plus souvent à quai qu’ànaviguer, forcément cela couteait excessivement chers, de mémoire un navire à quai c’est 3000 litres de fioul par heure.
        Il est logique que les entrepreneurs comblent les vides laissé par la SNCm et tentent de faire baisser les coût en affrétant leur propre navire.
        Je ne crois pas que soit la nationalite des marins qui pose un problème, il est certainement possible de régler ce problème, même si il sera dur de revenir en arrière.
        Les marins de Marseilles auraient du y penser avant, ils leur avait été dit que la situation ne pouvait pas continuer longtemps.
        Alors, oui c’est déplorable, mais cela a été rendu inéluctable, ils étaient trop nombreux à abuser, parce qu’il y avait semble t il de nombreux abus que ces personnes n’ont pas voulu corriger et en voulant profiter du système jusqu’au bout, ils ont sciés la branche sur laquelle ils étaient assis.
        Qu’il s’estime heureux que la compagnie n’est pas été dissoute definitivement, mais ça demarre mal, il n’y aura peut être pas d’autre solution que de repartir de zéro avec une nouvelle compagnie maritime et d’autres marins.

        • taktak 8 janvier 18:37

          @baron

          Certe le fait qu’il s’agisse de marin et d’un bateau Danois n’est socialement pas bon.

          => il ne s’agit pas de marin danois

          Mais la SNCM était bonne pour les salariés, mais desastreuse car pratiquant des tarifs élevés, elle était non fiable et coutait très chers en terme de subvention.

          => c’est faux. La SNCM pratiqué des tarifs concurrentiels et décervait des ports et des liaisons bien plus nombreuses - toutes l’années - que son concurrent à bas cout. Meilleurs confort, plus de rapidité (les NGV c’était la SNCM, pas la corsica et ses bateaux mettant la journée à traverser !)

          A force d’avoir tiré sur la corde, elld n’a pas survécu et ce ne sont les usagers et les contribuables qui s’en plaindront.

          Faux : ce qui a coulé la SNCM c’est les provocations continuent du gouvernement, une mauvaise gestion des patrons et surtout une décision européenne.

          Sans service public, la corse ne serait quasiment pas déservie hors saison.

          Je ne crois pas que soit la nationalite des marins qui pose un problème, il est certainement possible de régler ce problème, même si il sera dur de revenir en arrière.

          Ce n’est pas la nationalité mais le droit du travail appliqué. Sur les bateaux de la SNCM les marins ont des droits de travailleurs français. Sous d’autres pavillons européens, c’est le dumping social et salarial. bref l’exploitant. Sans compter les conséquences sur la sécurité.

          les parasistes, les profiteurs, les violents, c’est pas les marins, c’est les patrons !

          Juste une question monsieur le baron. Vous gagnez combien par mois ? et si on divisait par deux, vous feriez quoi ?


        • baron 8 janvier 20:07

          @taktak

          Je prend une douzaine d’allee retour depuis 50 ans , je me souvient très bien que lorsque la SNCM et auparavant la Transat pratiquait des prix exhorbitant, un A/R c’était un mois de salaire d’un cadre moyen. Les tarifs ont commencés à baisser avec la concurrence de l’aérien et de la corsica, mais ils sont toujours très au dessu des normes internationales. Car, il existe tarifs indicatifs pour le transport maritime et la SnCM est très au dessus et je ne parle pas là des pays pauvres.
          Le tourisme en corse ne parvenant pas a decoller lorsque il y avait le monopole. 
          Il a vraiment fallu que la corsica ferries dépasse la SNCM pour que le nombre de touriste augmente. 
          Et contrairement a ce dise les syndicats denmarins, les salaries de la CF sont bien payé,nmais les couts baissent car les navires naviguent en permanence, contrairement a ceux de la SNCM qui restent a quai la moitie du temps. Et, les caboulot bastais en savent quelque chose, comprenne qui pourra

          • capobianco 9 janvier 08:37

            @baron
            « un A/R c’était un mois de salaire d’un cadre moyen »

            On peut argumenter sans dire n’importe quoi. Vous n’êtes pas le seul à avoir utilisé la sncm depuis longtemps, personnellement je n’ai jamais eu à payer l’équivalent d’un salaire de cadre même moyen et heureusement ... D’autre part ce ne sont pas les marins qui fixent les tarifs.

            Quand une entreprise va mal c’est de la faute des salariés malgré ses bons patrons et quand elle va bien c’est grâce au patronat et « malgré » les mauvais salariés ? 


          • rocla+ rocla+ 8 janvier 20:17

            Des traine-savates qui veulent faire leur loi . 


            Incapable d’ assurer un trafic régulier .

            En grève toujours en grève . 

            Ouste , dégagez  on vous a assez vu . 


            Montez une compagnie avec vos idées , n’ hésitez pas , vous tiendrez 
            trois minutes et cinquante secondes . 

            Merci de partir plus loin . 

            • foufouille foufouille 8 janvier 20:23

              @rocla+
              frustré et aigri car tu as pas pu prendre ton bateau.
              pitoyable


            • jaja jaja 8 janvier 20:34

              @rocla+

              « Le briseur de grève de Jack London (traduction libre, Julien Clamence)

              Quand Dieu eut fini le crotale, le crapaud et la sangsue, il lui resta dans les mains un peu d’argile immonde pour faire le briseur de grève.

              Le briseur de grève est une créature bipède avec une âme tordue et un cerveau aqueux montés sur une épine de gelée gluante. Là où d’autres portent un coeur, il charie une tumeur de vilenies pourissantes.

              Quand le briseur de grève descend dans la rue, les hommes lui tournent le dos et les anges soupirent dans le ciel, et le diable ferment les portes de l’enfer pour l’en tenir éloigné.

              Nul être humain n’a le droit de briser une grève aussi longtemps qu’il conserve à sa portée une marre dans laquelle se noyer ou une corde assez longue pour se pendre avec. Judas était un gentleman comparé au briseur de grève. Pour trahir son maître, il avait suffisemment de courage pour se condamner lui-même. Le briseur de grève lui, ne l’a pas.

              Esau vendit ses droits contre un plat de lentille. Judas vendit son Sauveur contre trente deniers d’argents. Benedict Arnold vendit sa patrie contre la promesse d’un mandat dans l’armée britanique. Le briseur de grève vend ses droits, sa patrie, son épouse, ses enfants et tous ses semblables contre une fausse promesse de son patron.

              Esau était un traître à lui-même ; Judas était un traître à son Dieu ; Benedict Arnold était un traître à sa patrie ; un briseur de grève est un traître à son Dieu, à sa patrie, à sa famille et à sa classe. »


            • rocla+ rocla+ 8 janvier 20:49

              @jaja


              je suis pas un briseur de grève 

              je suis pour la bonne marche contractuelle , celle qui , quand on achète 
               un billet pour être transporté ne se retrouve pas en face d’ une armée de
               trous du cul prenant l’ argent mais ne donnant pas la contrepartie afférente 
              au contrat consistant à honorer ses engagements . 

              Les escrocs ne sont pas toujours ceux que l’ on croit ...

            • foufouille foufouille 8 janvier 22:14

              @rocla+
              le contrat de tes assurances privées de merde est pareil mais ce sont pas des sans dents.
              si c’est de la faute du patron, tu ne cracheras dessus non plus.
              entre sale nazis, on se comprends


            • rocla+ rocla+ 8 janvier 20:28

              Je  croyais que j’ avais un caca collé au cul , en fait c ’est Foufouille 

              coincé sans mon trou de  balle ...

              • foufouille foufouille 8 janvier 22:15

                @rocla+
                ta crotte est collé au cul depuis que tu bois du picrate car tu te sent plus chier.


              • Shawford Naoh 9 janvier 09:02

                @foufouille/captain

                Bon c’est pour quand que vous con volez en noces, les deux zoziaux ?


              • Ar zen Ar zen 9 janvier 00:21

                Très sincèrement, ce n’est pas devant le gouverneur de la France ou ses sbires qu’il faut manifester. Ceux-ci n’ont strictement aucun pouvoir. Il faudrait faire le déplacement jusqu’à Bruxelles !

                Lisez cet article du TFUE et voyez sa portée. Auparavant, pour ceux qui l’ignorent, je vous livre l’article 55 de la constitution de la 5ème République en vigueur.

                Article 55 Les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application par l’autre partie.

                Voici donc un article du traité TFUE, celui là même qui a été ratifié et approuvé par la France.

                article 106 TFUE (Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne)

                1. Les États membres, en ce qui concerne les entreprises publiques et les entreprises auxquelles ils accordent des droits spéciaux ou exclusifs, n’édictent ni ne maintiennent aucune mesure contraire aux règles des traités, notamment à celles prévues aux articles 18 et 101 à 109 inclus.

                2. Les entreprises chargées de la gestion de services d’intérêt économique général ou présentant le caractère d’un monopole fiscal sont soumises aux règles des traités, notamment aux règles de concurrence, dans les limites où l’application de ces règles ne fait pas échec à l’accomplissement en droit ou en fait de la mission particulière qui leur a été impartie. Le développement des échanges ne doit pas être affecté dans une mesure contraire à l’intérêt de l’Union.

                3. La Commission veille à l’application des dispositions du présent article et adresse, en tant que de besoin, les directives ou décisions appropriées aux États membres.

                A bon entendeur !


                • rocla+ rocla+ 9 janvier 08:18

                  Quand  certains salariés auront compris qu’ ils sont payés pour effectuer

                  un travail on aura fait un grand pas en avant .

                  Ce qui veulent faire à leur manière montent leur propre entreprise . 

                  Et tout ira bien . 

                  • fred.foyn Le p’tit Charles 9 janvier 08:41

                    SNCM = mafia corse... !


                    • damocles 9 janvier 09:40

                      @Le p’tit Charles

                      Mais bien sur « mafia corse » !
                      90/100 du personnel marins et cadres et marseillais comme 100/100 des administratifs ....


                    • fred.foyn Le p’tit Charles 9 janvier 11:26

                      @damocles...faut chercher un peu plus...vous trouverez la vérité..la mafia simplement.. !


                    • baron 9 janvier 11:19

                      @capobianco

                      Dans les années soixante 70 c’etait ainsi que vous vouliez ou non, il fallait même aller chercher les billets à la transat dès le mois de fevrier, pour esperer avoir des places.
                      Il a fallu attendre le milieu des années 80 pour voir la situation s’améliorer, 9les billets d’avion et de bateaux sont moins chers maintenant qu’à l’époque d’ailleurs les usagers étaient essentiellement des corse de la diasopra qui dans les meilleurs des cas se payait un sejour par an, pour beaucoup (les ouvriers) c’ètait tout les 2 ans.
                      Vous n’y connaissez rien, d’ailleurs en Corse tout le monde ou presque deteste la sncm depuis très longtemps, 
                      Pour être franc sa disparition sera un soulagement, malheusement pour des raisons obscurs elle va être ressucité

                      • capobianco 9 janvier 15:21

                        @baron
                        N’importe quoi !!! Tu sais à combien revient aujourd’hui un aller-retour avion Ajaccio-lyon pour une famille de 4 personnes ? C’est 1 200 € alors que par bateau pour Marseille ou toulon et avec une voiture et couchette c’est (simulation que je viens de faire) 445 € avec corsica et 415 € avec mcm (nouveau nom de la sncm ?) pour un couple et 2 enfants.

                        Tes appréciations approximatives ne sont que du bidon pour dénigrer.

                         Ne parles pas des ouvriers tu ne sais pas ce qu’ils étaient et encore moins leur niveau de salaire dans les années 70(voir ma réponse ci-dessous).

                        « en Corse tout le monde ou presque deteste la sncm depuis très longtemps,  » Tu peux donner des chiffres, des références statistiques ? Moi je connais pleins de corse et de non corse qui préfère la sncm pour voyager et les plus virulents contre cette compagnie sont des patrons et commerçants toujours inquiets pour leur chiffre d’affaire........ 

                        Ce qui te déprime surtout c’est de voir qu’il y a encore des salariés qui osent se défendre


                      • baron 9 janvier 11:39
                        @capobianco
                        Pour rappel lorsque que c’était le monopole, il y avait plusieurs classes, on ne mélangeait pas les torchons et les serviettes, les voyages se faisait sur le pont et pas moyen de passer d’une classe à l’autre. Les traversees pour une famille c’était 5000 ou 6000 francs, le smic devait ètre a moins de 3000.
                        En avion, au milieu des annees 70, paris bastia c’était 1500 francs par personne, 

                        • capobianco 9 janvier 14:40

                          @baron
                          T’es un plaisantin toi. Je pense que tu n’es là que pour troller car visiblement tu ne connais rien de cette époque. Le smic s’appelait le smig et en 1972 il était de 4,10 francs de l’heure (le smig comme le smic est un salaire horaire) pour 176 heures mensuelles (semaine de 40 h à l’époque) cela faisait 721 frs mensuel brut. Ton smig à toi était à 3000 frs ? T’es un vrai rigolo......

                          A cette époque je gagnais autour de 900 frs/mois et je ne vois pas comment j’aurais pu me payer mes traversées en famille avec tes chiffres délirants.

                          T’es vraisemblablement un des patrons de l’ile qui aujourd’hui virent leurs clients à 11 h pour protester contre le droit de grève des marins c’est visible tant tes inventions sont ridicules. Alors tes places de bateau à 5 ou 6 000frs c’était quand tu te payais tes croisières à Tahiti sur le dos de tes salariés, .


                        • baron 9 janvier 16:03

                          déjà je n’ai pas 1972. Le débat sur le smig,, sur les tarifs exacts est certe approximaif, jrappelais simplerment que les prix étaient hors normes, y compris sur l’aérien, iun paris Bastia était à peine en dessous d’un Paris New York.
                          Je disais juste que la transat et la SNCM se sont gavés sur les traversées Corse continent, je ne remet pas toute la faute sur les salariés mais ils étaient au minimun complices et en ont largement profité eux aussi.
                          Cette situation à largement contribué à empêcher le décollage économique de la Corse, ce sonr des dizaines d’années qui ont été perdu et aucune industrie n’a pu se maintenir ou simplement exister.
                          Il y a une énorme responsabilité de cette compagnie qui est Marseillaise et non pas Corse,il faut le rappeler, seule les subventions venaient de Corse. Ils en était arrivé au point de faire des traversées quasiment à vide, pour économiser le travail à bord et les frais que cela occasionne.
                          Nous subventionnions une compagnie qui ne rendait plus le service demandé.
                          La crainte aujourd’hui est de revenir à cette situation d’une compagnie toute puissante sur l« économie insulaire qui se permettait de la mettre au ralentis pour obtenir de plus en plus, cela porte un nom de faire ainsi n’est ce pas ?
                          A leur décharge, il faut aussi savoir qu’elle faisait beaucoup de monde sur le port de Marseille, qui aurait coulé il y a bien longtemps sans elle et puis les bateaux était acheté et entretenu pour 2 ou 3 fois le prix normal ce qui a bien aidés aussi les chantiers navales lorsque les carnets de commandes étaient vides.
                          Mais ce n’était pas à la Corse de subventionner tout cela, parallèlement cet argent manquait pour développer les infra structures locales et le retard avec le continent ne faisait que se creuser.
                          Effectivement, les marins me riait au nez lorsque je leur disait qu’ils allaient couler, n fait il profitaient du système sans se préoccuper de l’avenir, ce qui est pris n’est plus à prendre n’ »est-ce pas ?
                          A force d’avoir joué les cigales ce qui devait arriver arriva, effectivement les plus jeunes payent pour leurs aines en fin de carrière en retraite maintenant, ce qui est en parti injuste. Mais gageons que les plus travailleurs seront repris par les compagnies qui vont arrivées.
                          Par honnêteté je dois admettre, que je suis défavorable à la reprise de la SNCM, mais plus pour la création d’une nouvelle compagnie avec de nouveaux bateaux plus adaptés et de nouveaux personnels, je pense que la gangrène est trop étendue pour réussir sur ces anciennes bases.
                          Pour l’instant tout n’est pas cuit pour les salariés, mais le fait qu’ils empêchent les accostages et une erreur de benêts, ils se mettent à dos leurs clients passés et sans doute futurs, les engreneurs locaux ont tout a fait le droit de transporter leurs marchandises et de vouloir maîtriser leur circuit de transport.
                          Et les socios professionnels du tourisme ont tout autant intérêt à faire de même, ce sont les passagers qui vont y gagner ainsi que l’économie de l’ile, la part consacré aux transport est trop importante, il vaut mieux que cet argent soit dépensé en Corse, Voilà l’enjeux, il est de taille pour le développement économique de la Corse.


                          • capobianco 9 janvier 19:42

                            @baron

                            Déjà, tu fais bien « d’évacuer » tes chiffres mais cela enlève quand même bien du crédit à tes affirmations maintenant. Cela montre que tu es pret à dire n’importe quoi pour justifier ta position.

                            Cette entreprise corse ou pas s’est « gavée » , je ne vois pas ce qu’il y a de nouveau dans notre société. Comme si ce n’était pas partout le cas aujourd’hui où les entreprises bénéficient de multiples faveurs sur les cotisations sociales et de cadeaux directes (40 milliards) avec l’argent de nos impôts. Kirnolia, edf, les pétroliers par exemple ne se gavent pas ici ? Tu portes des accusations bien lourdes sur cette sté, j’espère que ce n’est pas avec la même approximation que précédemment. Je ne défends pas cette entreprise autrement que par ses salariés. Les magouilles de vente et revente ce n’est pas le fait des marins, des dockers ou autres personnels mais de nos politiques et leurs « amis » milliardaires qui jouent au monopoly sans aucune attention aux hommes et femmes qui eux font vivre, à leur niveau, cette société.

                            Je te rappelle que les subventions permettent « la continuité territoriale » et il faut habiter en corse pour en comprendre l’importance.

                            Est-ce que cela va mieux depuis la privatisation et l’arrivée des concurrents ? Cela décolle aujourd’hui ? Non, c’est comme sur le continent et les marins ne sont complices de rien et n’ont profité que de conditions de travail et de rémunérations gagnées et remises en cause par l’europe et sa politique de dumping social objet du conflit d’aujourd’hui. Ils ne sont pas plus responsables que l’ensemble des salariés du pays.

                            Tu « ne remets pas la faute sur les salariés » mais...quand même hein, la gangrène tu penses à qui, hollande, rocca, kirnolia ?


                          • rocla+ rocla+ 9 janvier 16:09

                            La Société nationale Corse Méditerranée (SNCM), anciennement Compagnie générale transméditerranéenne(CGTM), est une compagnie française de navigation maritime, à capitaux publics et privés, assurant notamment des liaisons régulières depuis la France continentale vers la Corse, la Sardaigne, l’Algérie et la Tunisie. La SNCM assure le transport des passagers, des véhicules automobiles et des marchandises à bord de différents types de navires : des ferrys (transportant des passagers et leurs voitures), des navires mixtes (rouliers transportant camions et camionnettes et adaptés pour le transport d’un nombre restreint de passagers).

                            À sa création, la SNCM était une entreprise publique détenue par la Compagnie générale maritime et la SNCF, elle a depuis été privatisée en 2006.

                            Pour la desserte de la Corse, la SNCM assure, conjointement avec La Méridionale, une délégation de service publicpour les traversées au départ de Marseille. À ce titre, elle reçoit une compensation financière de service public gérée par l’État, l’Assemblée de Corse et l’OTC. En dépit de ces subventions importantes, la SNCM accuse depuis de nombreuses années des déficits chroniques1, un endettement important2 et voit son image ternie par des grèves à répétition3. De 2000 à 2012, la SNCM connaît une baisse drastique de ses parts de marché entre les ports français continentaux et la Corse (34 % du marché en 2011 pour 82 % en 2000). La Commission européenne condamne en mai 2013 la SNCM à rembourser 220 millions d’euros d’aides indues entre 2007 et 20124.

                            Le 28 novembre 2014, le tribunal de commerce de Marseille place le SNCM en redressement judiciaire avec une période d’observation de 6 mois5.


                            Il serait judicieux de fermer les boites qui sont des boulets .


                            • capobianco 9 janvier 19:45

                              @rocla+

                              Fermer la France peut-être......


                            • baron 10 janvier 17:47

                              @capobianco
                              Je n’ai jamais dit qu’il faut taper sur les salariés. La condition des travailleurs est de plus en plus dur.
                              Par contre, on a le droit de critiquer, les marins ne pouvaient pas ignorer que cela allait mal finir.
                              J’ai plein d’anecdotes qui permettent de dire qu’il y avait des soucis avec cette compagnie, inutile de tirer sur l’ambulance, je ne vais en rajouter.
                              Je ne leur repproche pas non plus leurs grèves mais ll y avait une emprise de cette entreprise sur l’économie insulaire qui n’étaient pas normal et cela a couté très chers en terme d’emplois et de dévelopement économique.
                              Il est de notoriété publique, que le développement économique de la Corse a été rendu possible avec l’arrivé de la Corsica et la baisse des tarifs des traversées.
                              Il y avait un système de co-gestion salariés patrons de ce fait il y a aussi une co-responsabilité.
                              Une chose est certaine, il était anormal que les navires passent plus de la moitié du temps à quai, un bateau qui coute des dizaines de millions d’euros doit naviguer en permanence pour être rentabilisé


                              • capobianco 13 janvier 09:59

                                @baron
                                Je ne sais si tu liras ma réponse mais ...

                                Quel salarié de quelle entreprise peut ignorer que, dans notre société ultra libérale, cela finira mal un jour ou l’autre ? Sauf à courber l’échine, devenir esclave soumis, serviteur de nos maîtres financiers...et encore.

                                Tout le monde a des anecdotes pour pleins d’entreprises publiques ou privées et cela vise toujours le personnel bien sûr et même les chômeurs (assistés, fainéants....). Les dirigeants profiteurs sont toujours épargnés probablement du fait de la hauteur de laquelle ils nous méprisent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès