Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Masculin/Féminin : la loi du genre partie III

Masculin/Féminin : la loi du genre partie III

Séminaire placé sous la direction de Françoise Héritier, anthropologue, Collège de France.

XX, XY, comment devient-on un homme ou une femme  ? Qui gouverne la construction de notre identité sexuelle  : nos gènes  ? Nos hormones  ? La société  ? La famille  ? ... Simone de Beauvoir avait-elle raison lorsqu’elle écrivait  : «  on ne naît pas femme, on le devient  »  ? Les hommes d’aujourd’hui ne s’interrogent-ils pas sur leur identité profonde  ? Sauf accident, tout individu obéit aux lois de la génétique et de la physiologie qui créent, dans notre espèce, des mâles et des femelles. Mais, au-delà, le regard de nos parents, de la société tout entière, nous façonne dans notre intimité. Et si la différence des sexes structure la pensée humaine, peut-on changer les rapports du masculin et du féminin  ? Que disent désormais les sciences sociales, humaines et les sciences du vivant de cette construction  ? Ce séminaire tentera de démêler les fils de notre masculinité et de notre féminité.

Partie III  : "Construction de la sexualité"

Marc Fellous, professeur de génétique à Paris VII, chef de l’Unité d’immunogénétique humaine à l’Institut Pasteur, directeur des unités Inserm U.527 et E0021, Institut Alfred Jost, hôpital Cochin.

La génétique du déterminisme du sexe
«  La reproduction sexuée, qui s’oppose à celle, asexuée, des micro-organismes unicellulaires, repose sur le choix durant le développement d’un sexe masculin/féminin pour chaque individu. Ce choix vers la voie masculine ou féminine s’appelle le déterminisme du sexe. Ce déterminisme passe par deux étapes. La première détermine la gonade indifférenciée en testicule ou ovaire, la seconde sous le contrôle de la gonade, permet la différenciation sexuelle, c’est-à-dire l’apparition des caractères sexuels mâles et femelles. La distinction entre détermination et différenciation reste très arbitraire, puisqu’il s’agit d’un enchaînement continu d’événements au cours du développement et qui s’inscrivent dans une cascade.

Pour bien comprendre l’ensemble de cette grande fonction biologique, nous articulerons notre conférence en fonction des étapes essentielles du déterminisme. Nous commencerons par une définition du sexe selon que l’on se place au niveau génétique, gonadique ou phénotype, par un petit rappel sur l’évolution du chromosome Y et la mise en place de la gonade, puis sur le déterminisme primaire et, enfin, sur le déterminisme secondaire.

Les concepts modernes de détermination sexuelle ont été établis par le Pr Alfred Jost qui a pratiqué des exérèses in utero des ébauches gonadiques chez des fœtus de lapin. Si cette intervention a lieu suffisamment tôt au cours du développement, tous les lapins évoluaient vers le sexe féminin. Comme les gonades sont issues d’une ébauche gonadique bi-potentielle, Alfred Jost en a déduit que la présence du testicule était nécessaire au développement du morphotype masculin. La détermination du sexe phénotypique est donc équivalente à celle du testicule. Par conséquent, il existe des gènes déterminant le sexe, et donc la formation du testicule.

Le déterminisme mâle se déroule dans une cascade génétique qui commence à être de mieux en mieux connue, grâce aux différents types de réversions sexuelles observées chez l’homme et certains animaux modèles comme la souris ou la chèvre.

La connaissance des gènes impliqués dans le déterminisme a tout d’abord été liée à celle du chromosome Y, puis à l’identification du gène-clé de la cascade  : SRY, et cela grâce à l’étude des “Hommes 46, XX ou des Femmes 46, XY”.

Au niveau des connaissances actuelles, on sait qu’après la mise en place de la gonade indifférenciée, celle-ci va se diriger vers un testicule ou un ovaire suivant la présence ou non du gène SRY. Cependant si le gène SRY a un rôle central, tous les gènes constituant la cascade du déterminisme masculin à savoir par exemple SOX9, DAX1 et AMH pour le déterminisme primaire, puis les différentes enzymes et récepteurs de la voie de la testostérone pour le déterminisme secondaire vont être nécessaires pour influencer le phénotype sexuel final.

Cependant si le déterminisme masculin a été partiellement décrypté, de grandes zones d’ombre demeurent encore à l’heure actuelle, et surtout la génétique du déterminisme féminin reste encore une énigme. En effet, il semble de plus en plus vraisemblable que de tels gènes existent et que ce n’est probablement pas le seul fait de l’absence de SRY qui donne un fœtus de sexe féminin.

Néanmoins, nous n’arrivons pas encore à pouvoir expliquer toutes les pathologies de réversion que l’on rencontre. Différents gènes sont encore à découvrir. Comme on le voit, le chemin a donc bien avancé.

Enfin, l’identification de ces cascades permettra de faire un diagnostic précis des ambiguïtés sexuelles et, donc, de faire le choix du sexe d’élevage dans ces cas.  »

 Alain Braconnie, pédopsychiatre, Centre Philippe Paumelle, Paris.

Construction de la sexualité
«  La puberté et la transformation du corps constituent une caractéristique fondamentale de l’adolescence. Des besoins nouveaux vont apparaître qui conditionneront peu à peu l’accession à une vie sexuelle et amoureuse nouvelle. Cependant cette évocation ne se fait pas en un jour.

La transformation du corps, qui correspond à la puberté, s’étend sur une période de dix-huit mois à deux ans environ. Cette transformation du corps est sous la dépendance d’un certain nombre d’hormones. La puberté débute en moyenne vers 11 ans chez la fille, vers 12 ans-13 ans chez le garçon.

Le lien entre la psyché et le corps sexué
Le problème pour l’adolescent est bien celui-ci  : que faire avec ce nouveau corps désormais porteur d’un sexe reconnaissable  ?

Le développement de l’identité sexuée repose d’abord sur la reconnaissance, puis l’acceptation de la nouvelle image du corps qui implique elle-même un contenu et des limites. La transformation pubertaire modifie ce contenu et ces limites, d’où l’importante période de flottement. Aussi, l’adolescent a besoin de surveiller son corps, de le contrôler  : c’est pourquoi il s’enferme régulièrement dans la salle de bains, pendant de longues heures parfois, pour s’examiner de face, de profil, voire de dos grâce au jeu des miroirs, véritable «  travail  » de reconnaissance de l’image de soi. L’image du corps est ce que l’adolescent investira comme résultat du sentiment que son corps est un objet unique qui lui appartient. Mais celle-ci n’existe pas seulement pour soi-même, elle existe aussi pour autrui. Elle renvoie à la société et aux échanges mutuels entre son image et celle des autres. Elle se structure aussi à travers le regard que les autres portent sur ce corps et le jugement qui l’accompagne. De ce point de vue, l’adolescent est profondément dépendant de son environnement, qu’il s’agisse des proches adultes, parents et autres, mais aussi de ses pairs.

À l’adolescence, la transformation du corps impose le choix entre le masculin et le féminin. De façon encore paradoxale, l’accession à l’identité sexuée débute souvent par une perte, celle de la bisexualité potentielle et de l’indétermination de l’enfance. En effet, le jeune enfant peut maintenir une certaine ambiguïté tant que le corps reste impubère. Le petit garçon, tout en sachant qu’il est un petit garçon, peut s’amuser à des jeux de fillettes sans que cela mette trop en péril son sentiment d’identité. De même, la petite fille peut jouer au garçon sans que cela soit une menace pour son sentiment de féminité. Il n’en va pas de même à l’adolescence où l’individu ne peut plus jouer de ses ambiguïtés. Chez beaucoup d’adolescents, ce choix sexué imposé par le corps se traduira par une lutte intense entre les tendances actives et les tendances passives de la personnalité. Il est de tradition d’attribuer les tendances actives au pôle de la masculinité, les passives à celui de la féminité. Cette intégration du couple activité-passivité jouera un rôle essentiel dans les relations que l’adolescent établira avec son partenaire amoureux. De nombreuses difficultés dans la vie amoureuse et sexuelle des adolescents traduisent les tensions dues à l’intégration de ce couple activité-passivité et à l’acceptation des chacune de ces composantes.  »

Auditorium - Séminaire, mercredi 12 mai 2004, 18 h 30

Ressources

Livres Bibliographie proposée par M. Fellous

Source  : Cité des sciences.fr

Autres articles d’intérêt  :

 La loi du genre partie II  : cliquer ici

 La loi du genre partie I  : cliquer ici


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Démosthène 30 juillet 2008 12:33

    Salut,

    Interpetation très "conventionnelle" qui ommet de préciser que près de 2 % des enfants naissent actuellement avec une forme ou l’autre d’intersexuation, souvent "corrigée" dés la très petite enfance par le corp médical afin de faire correspondre le nouveau né aux "standarts" sociétaux. Cet état de fait est de plus en plus dénoncé par des grouppement considérant que ces "corrections" non médicalement nécessaires sont en réalité des mutillations au même titre que l’excision. Je vous recommande l’excellent site multilingue de Curtis E. Hinkle, intersexué(e) qui possède le mérite d’être un acteur vivant actif de cette scandaleuse situation :
     
    Site général :

    http://www.intersexualite.org/Index.html

    En français pour l’europe :

    http://www.intersexualite.org/Europe-Index.html

    Je me suis inscrit sur le forum et la lecture de nombreux topics m’a fait comprendre toute la diversité du ( des) genre(s) humain(s) ainsi que la souffrance extrême de ceux qui sont invisibilisés par la société binaire normative.

     A voir aussi, existant en DVD actuellement le film XXY qui retrace le parcour d’un(e) ado intersexué(e) ayant fait le choix.... de ne pas choisir de se déterminer vers un genre conventionnel.

    @+


    • nathi 31 juillet 2008 10:27

      Je pense qu’il aurait été correct de citer vos sources, puisque pour cet article vous n’avez fait que "copier-coller" ! Il s’agit donc du site de la Cité des sciences et de l’industrie :
      http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/college/index_redir.php?url=03-04/carrefours/seminaires/05-04-masculin-feminin/accueil.htm

      Et de citer également le livre de Françoise Heritier issu de cette conférence :
      Hommes, femmes, la construction de la différence / Françoise Héritier ; Paris : Le pommier, 2005. coll. Le collège de la cité.

      Merci de mentionner le travail des autres quand on utilise le "copier-coller" !!


      • Les Papas = Les Mamans Les Papas = Les Mamans 31 juillet 2008 11:33

        Bonjour Mathi ; les sources sont cités, il est d’ailleurs étonnant de voir que tous les logos que j’avais placé dans l’article ont disparu à la validation voir l’article original sur notre site http://www.lplm.info/spip/spip.php?article1069 Démosthène, votre commentaire est très intéresant je vous remercie de votre apport dans la discution... Cordialement


        • Démosthène 31 juillet 2008 11:47

          Salut,

          Depuis longtemps je pense que la dichotomie, ou binarité ne me semble plus suffisante pour essayer de classifier les genres.

          Il est évident que dans la biologie, il n’existe pas que masculin/féminin, de plus, certains animaux changent de sexe au cours de leur vie et dans certains groupes, une partie des éléments n’assurent pas la reproduction ( meute de loups, abeilles etc.)

          @+

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès