Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Massacre des bouquetins : le ras-le-bol des scientifiques !

Massacre des bouquetins : le ras-le-bol des scientifiques !

Les instances scientifiques dénonçant les conditions d’abattage des bouquetins se multiplient : le CSRPN vient de rendre son avis ! De son côté, le préfet de la Haute-Savoie reste muet face à une pétition ayant déjà récolté plus de 20.000 signatures ; et ce malgré une lettre lui demandant des explications.

 Emblèmes des Alpes, les bouquetins sont des animaux protégés ; ils sont interdits de chasse depuis 1962. Pourtant, en Haute-Savoie, dans le massif du Bargy, l’Etat a ordonné l’abattage de tous les bouquetins de cinq ans et plus (ce alors que l’âge d’un bouquetin est bien souvent impossible à déterminer à distance de tir). Contrairement aux recommandations des instances scientifiques, lors des tirs, aucune distinction n’est faite entre les animaux sains et les animaux malades. En théorie, pour délivrer une dérogation portant sur une espèce protégée, le préfet de région est censé saisir le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CSRPN), instance composée de 23 scientifiques issus, entre autres, des universités et des organismes de recherche. Aussi triste que cela puisse paraître, le préfet de région a omis de saisir cette instance sur la question de l’abattage de centaines de bouquetins !

 Sans doute agacé par cette mise à l’écart, le CSRPN s'est lui-même autosaisi (!) sur la pertinence des abattages ordonnés. Adoptée à l’unanimité des présents, sa conclusion est sans appel : « le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel de Rhône-Alpes regrette très vivement que l'avis du CNPN [Conseil National de Protection de la Nature], étayé scientifiquement, n'ait pas été suivi par les autorités compétentes ».

 Le CSRPN « déplore que des mesures radicales aient été appliquées dans l’urgence, et qu'aucune analyse n'ait été pratiquée sur les animaux abattus. » Point corroboré par le vice-président de la commission faune du CNPN qui affirme qu’« ordre a été donné de la préfecture de ne pas effectuer de prélèvements à but scientifique sur les cadavres, obérant ainsi lourdement les études en cours ». A cet égard, la LPO et la FRAPNA ont exprimé leur « incompréhension » et leur « stupéfaction ». Par ce manque de transparence, l’Etat cherche à faire oublier les très nombreux animaux sains qui ont été, sont et seront injustement tués ; et ce en dépit de la loi française et de la convention de Berne. L’Etat n’écoute pas le monde scientifique, et fait preuve d’une opacité accablante : mensonge (rétrospectivement flagrant) du préfet de la Haute-Savoie face à la télévision, estimation insensée face au juge des référés, absence de consultation citoyenne, bouclage militaire du massif, refus de fournir la liste des animaux abattus classés en fonction de leur âge, refus de pratiquer des analyses sanguines sur les bouquetins tués. Cette opacité est vivement dénoncée par des scientifiques et par des associations reconnues d’utilité publique.

 Pouvant être gérée autrement, l’épizootie de brucellose du Bargy ne justifie nullement les abattages drastiques ordonnés puisqu’il est scientifiquement établi que le risque de contamination des bouquetins aux autres espèces est, selon l’expression des experts, « extrêmement faible ». L’Agence de Sécurité Sanitaire a ainsi écrit que son analyse « ne permet[tait] pas de confirmer la nécessité de mettre en œuvre dans l’urgence les actions d’abattage envisagées, compte tenu en particulier de leur ampleur et de leur nature ».

 Cette gestion hâtive et irraisonnée de notre patrimoine naturel doit cesser et nous faire réagir. Avec l’appui de l’ASPAS, de FERUS, de la FRAPNA, de la LPO, et de ONE VOICE, conformément aux avis scientifiques du CNPN et du CSRPN, nous vous appelons donc à signer massivement la pétition demandant à ce que l’abattage à l’aveugle des bouquetins ne soit pas poursuivi : http://www.sauvonslesbouquetins.com


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 21 mars 2014 11:57

    Bonjour,

    ’’ ...absence de la consultation citoyenne ...’’

    cela me rappel quelque chose ... De quand date le dernier référendum en France ? .... 2005 ... et pourtant la réponse des français durant ce référendum sur la constitution européenne à été ignore mise au placard en 2008 par nos cher députées !

    Nous élus ont un fort mépris pour la population et pour la démocratie et pour plus en plus de français c’est réciproque !

    Et si on ne votera pour aucun de ses Guignols ce weekend ?


    • Croa Croa 21 mars 2014 23:16

      Sauf dans les grandes villes il ne faut pas confondre politique locale et politique générale !

      Ce Week-end ce sera les municipale et Dieu merci nous pourrons voter !


    • alinea Alinea 21 mars 2014 19:32

      Signée, et transmise ; mais vous ne m’ôterez pas de l’idée que sans occupation de la zone, l’État français fera ce que bon lui semble !
      Même Mandela a pris les armes !!


      • Plus robert que Redford 21 mars 2014 21:30

        Ouaaah !

        Trop mignon, la dernière photo !!


        • Croa Croa 21 mars 2014 23:18

          Sauf que la pauvre bête est dans le colimateur ! smiley


        • toine 15 avril 2014 20:54

          Bonjour 297 bouquetins de tuer une partis pourrisse a même le sol , certain récupère les cornes et les vendes en suisse , on nous die pas tous : provenance de la maladie : la chèvre , il vont tuer encore c’est prévus pour octobre 2014 , a la place :des moutons en pagaille sa rapporte en masse avec eux on est sur de rencontrer + de problème je vous laisse deviner ou vas cette vente de viande de moutons + les dégâts sur la montagne au nom du profit ,je vous invite a regarder ce qui se passe .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès