Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Métro, RER : une victime de harcèlement sexuel parle

Métro, RER : une victime de harcèlement sexuel parle

Un rapport* remis au gouvernement l’affirme : 100 % des femmes qui utilisent les transports en commun de l’Essone et de Seine-Saint-denis ont été confrontées à du harcèlement sexiste ou à des agressions sexuelles dans le cadre de leurs déplacements. Effarant, non ? Et scandaleux ! Bien que le sujet soit sérieux, il n’est toutefois pas interdit de l’aborder d’une manière légère, en écoutant les conseils d’Antoinette Védrines, experte dans la lutte contre les comportements déplacés...

Expérience faite, je peux aujourd’hui l’affirmer en connaissance de cause, le métro répond à une triple nécessité : transporter les millions d’usagers de la mégalopole ; assurer durant la journée un gîte aux sans-abri et à leurs chiens ; permettre aux frustrés et aux refoulés d’assouvir dans l’anonymat leurs fantasmes et leurs obsessions. Sur ce dernier point, je pourrais vous en raconter des tonnes. À commencer par mon tout premier voyage sur la ligne 7 avec Marion, le jour même de notre embauche.

Il y avait eu ce matin-là quelques débrayages de personnel à la suite de l’agression d’un conducteur. Les rames de métro, déjà très chargées en temps normal, étaient bondées comme jamais. Poussées par la déferlante migratoire des populations laborieuses, nous avions pourtant été propulsées, Dieu sait comment, à l’intérieur d’un wagon, puis comprimées dans la masse humaine comme des harengs en caque. En moins confortable, les harengs sont formels !

Passé Châtelet et de nouvelles convulsions du magma humain dans lequel nous étions engluées, je m’étais retrouvée calée contre une barre d’appui. Une bien curieuse barre qui mesurait dans les quinze centimètres de hauteur et s’imprimait avec insistance entre mes fesses en ponctuant chaque secousse de la rame d’un vigoureux coup de boutoir. Une barre sexuée ! Par manque d’expérience, je m’étais dégagée sans esclandre.

Quant à Marionnette, rose à Châtelet, elle était devenue rouge à Palais-Royal et pivoine à Opéra, chacune de ces étapes marquant la progression d’une main exploratrice sous les plis de sa jupe. « Allez Marion, tu en verras d’autres ! » lui avais-je lancé à la sortie du métro après qu’elle m’eut raconté sa mésaventure.

Elle en avait vu d’autres effectivement, et moi avec. À cela près que, depuis, nous avions appris à nous défendre. Maladroitement dans les premiers temps, avec des attaques personnelles contre l’agresseur supposé. Mauvais ça, très mauvais : le mec n’est plus protégé du regard des autres par l’anonymat et il se sent agressé à son tour, surtout si vous lui avez balancé en public une apostrophe du genre : « Ça vous ennuierait de retirer votre main de sous ma jupe ? » Généralement la réponse fuse aussitôt : « Mais ça va pas, elle est complètement bargeot, celle-là ! » Ou alors : « Non mais, t’as vu ta tronche, hé ! morue ? Faudrait pas prendre tes désirs pour des réalités ! »

Et toc, ça vous retombe sur le blair. Pour un peu, c’est vous la coupable ! Cela étant, vous avez quand même gagné sur un point : le peloteur effectue une prudente et rapide retraite. En revanche, si votre jupette n’est plus squattée, vous êtes devenue le point de mire général. Ou du moins vous croyez l’être car, ne vous faites pas d’illusion, les autres voyageurs se contrefoutent de votre problème. Ça fait belle lurette qu’ils n’en ont plus rien à cirer de ce genre d’incidents. Si on devait sonner la charge à chaque fois qu’une nana se fait mettre la main au cul…

Autre danger de la riposte personnalisée : vous pouvez vous planter. Comme la fois où, agacée par un gugusse qui me tripatouillait les miches, j’avais tourné la tête vers lui en l’invitant vertement à explorer autre chose que ma petite culotte. Fatale erreur : sa main gauche bidouillait un walkman récalcitrant et la droite était prise dans un plâtre. J’avais bonne mine...

En fait, la troisième main appartenait à un costard-cravate perdu dans la contemplation du plan de ligne affiché au-dessus de la porte. Un costard-cravate ! A priori, pas le genre à te masser le croupion. Tu parles ! Ce sont les pires. D’accord, on se fait aussi palucher par des gros rustauds ou par des ados libidineux, mais ceux-là sont maladroits ou manquent d’assurance, quand ils n’ont pas une peur bleue de se faire piquer. Le costard-cravate, lui, sait parfaitement ce qu’il veut, il est malin et a l’habitude de dissimuler sa perversion sous son uniforme de respectabilité. Il procède en douceur, évalue la résistance, progresse par paliers à la manière d’un plongeur de haute mer et, pour peu que la victime soit paralysée par la peur du scandale, va jusqu’au bout de son désir.

Femmes, mes sœurs, n’ayez plus peur de réagir lorsque vous êtes confrontées à ce type d’agressions. Costard-cravate ou pas, il y en a marre de se faire tripoter le troufignon, ras le bol de se faire malaxer l’arrière-train, plein le dos de se faire impunément chatouiller le minou. Faites comme moi, engagez-vous sans hésiter dans la voie des représailles silencieuses : coup de pompe vachard dans le tibia par-ci, coup de coude vengeur dans l’estomac par-là, sans oublier le nec plus ultra de la répression : le coup d’épingle vicelard dans la viande du bonhomme. Rien de tel pour évacuer les doigts indiscrets ou faire débander le gros porc qui vous colle. Foi de Toinon !

Maintenant, si vous êtes une adepte convaincue de la non-violence, il n’y a guère de solution. Sauf à manifester votre irritation bruyamment, mais surtout de manière anonyme, j’insiste sur ce point. Quitte à attirer l’attention sur vous. Dans ce cas, utilisez de préférence le mode humoristique, il mettra les rieurs de votre côté. Choisissez par exemple une formule comme celle-ci : « Une main s’est égarée entre mes cuisses. La pauvrette recherche désespérément son propriétaire. » Ou alors, sur le mode comminatoire : « Le mec qui a fourré sa main sous ma jupe a dix secondes pour la retirer, sinon ça va saigner ! » Ou bien encore, sur un ton calme mais lourd de menaces : « Je préviens gentiment le type qui explore mes sous-vêtements qu’il arrive en terrain miné ! »

Je vous le garantis pour avoir moi-même expérimenté ces différentes formules : c’est très efficace et vous êtes instantanément déparasitée. Encore faut-il oser tenir ce genre de propos en public ! Bien que cela ne me dérange pas le moins du monde, pour ma part, je préfère quand même l’épingle. Question de goût !

 

Ce rapport, destiné à lutter contre les violences sexistes, a été remis le jeudi 16 avril par la présidente du Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes, Danielle Bousquet, à la secrétaire d'État chargée des Droits des femmes, Pascale Boistard. Il a été rédigé après une enquête réalisée auprès de 600 femmes résidant en banlieue parisienne.


Moyenne des avis sur cet article :  3.03/5   (61 votes)




Réagissez à l'article

159 réactions à cet article    


  • Montdragon Montdragon 18 avril 2015 09:28

    « Mais ça va pas, elle est complètement bargeot, celle-là ! » Ou alors : « Non mais, t’as vu ta tronche, hé ! morue ? Faudrait pas prendre tes désirs pour des réalités ! »

    Que c’est mignon Fergus, on se croirait dans une comédie des bronzés il y a de cela 35 ans....que c’est dit en termes suaves pour éluder le nœud du problème, comme tous les media d’ailleurs.
    C’est une ébauche pour Caniveau89 ? Là où l’oppresseur du quotidien est ce facho de cadre blanc ?
    Défendez-vous donc physiquement contre d’autres....agresseurs, je vous souhaite bon courage.


    • Fergus Fergus 18 avril 2015 09:42

      Bonjour, Montdragon

      Ce n’est pas « une ébauche pour Caniveau89 », mais un extrait de roman. Objectif : aborder le sujet et faire réagir, même par le biais d’un texte léger.

      Et pour ce qui est de défendre les femmes importunées dans le métro, contrairement à beaucoup de personnes, cela m’est arrivé à plusieurs reprises !


    • Piere CHALORY Piere Chalory 18 avril 2015 11:49

      @Montdragon



      Bonjour,


      J’avoue que cet article m’a interpellé dans votre sens, c’est -presque- mignon, badin, mais légèrement spécieux. La dernière fois que j’ai pris le métro à Paris c’était au mois de décembre dernier, je revenais d’Angleterre pour raison professionnelle et j’avais une correspondance entre l’Eurostar et le Tgv ; Gare du Nord, pour rejoindre Marseille, mon lieu de résidence habituel.


      J’ai d’abord demandé à une passagère parisienne qui descendait du wagon en même temps que moi le plus simple pour rejoindre la gare de l’Est, où je devais prendre le tgv. Si je me souviens bien, le plus simple c’était le Rer. La passagère m’a regardé d’un air drôle en me disant ’’faites attention aux gens en costard-cravate’’ (second degré), en fait elle m’a dit ’’méfiez vous des picpockets’’. Ensuite, j’ai demandé à un employé Sncf le chemin ; l’homme m’a dévisagé un instant, puis m’a carrément conseillé de prendre le taxi (authentique).


      Dans la mesure où j’avais plus d’une heure pour rejoindre la deuxième gare et que l’entrée du métro/rer était à 50 mètres, j’ai préféré prendre le métro. Habitant une des villes les plus dangereuses de France et n’étant pas spécialement peureux ni souffreteux, j’ai quand même été étonné par l’ambiance générale plus-que-tendue et par la proportion assez faible de ’costards cravates’ à environ 18 heures ; Gare du Nord-Paris-France. Sans aucune vision péjorative ni raciste, j’évaluerai la proportion de la foule dense à plus de 80% de gens ’issus de la Diversité pour 20% de type ’Européen.


      Quand aux costards-cravates, sans doute sortaient-ils à des heures différentes, car je n’en ai vu aucun.


      Ensuite, dire : 


      ’’Le costard-cravate, lui, sait parfaitement ce qu’il veut, il est malin et a l’habitude de dissimuler sa perversion sous son uniforme de respectabilité. Il procède en douceur, évalue la résistance, progresse par paliers à la manière d’un plongeur de haute mer et, pour peu que la victime soit paralysée par la peur du scandale, va jusqu’au bout de son désir.’’


      Ressemble assez à, (est ? ) une inversion de valeur typique du courant mainstream-propaganda, car les agressions sexuelles sur les femmes, à Marseille et dans le métro notamment, sont plutôt (toujours) le fait de racailles rarement habillées en trois pièces sur mesure.


      Par ce que ; assimiler les, donc tous les ’costards cravates’, et au-delà : tous les gens ’bien habillés’ à des PERVERS, non vraiment, fallait le faire !


      Vous vous rendez compte de ce que vous dites, Fergus ? Ou c’est juste écrit dans ’l’inspiration du moment ?




    • Fergus Fergus 18 avril 2015 12:01

      Bonjour, Piere Chalory

      C’est un texte écrit il y a des années, et qui est le résultat de nombreuses observations. Bien évidemment, tous les costards-cravate ne sont pas des agresseurs, mais l’héroïne, dans son langage, signifie simplement que les femmes ont moins tendance à se méfier d’eux alors qu’il y a des harceleurs dans leurs rangs tout autant que dans les autres catégories de voyageurs.

      Pour ce qui est de « l’ambiance plus-que-tendue »,j’ai rarement rencontré cela à Paris. Et même quasiment jamais.

      Euh... pour aller de Gare du Nord à Gare de l’Est, le plus simple est d’y aller à pieds : il n’y a que 300 m entre les deux gares !


    • Piere CHALORY Piere Chalory 18 avril 2015 12:25

      @Fergus


      D’accord Fergus, 

      Si vous avez écrit ça il y a plusieurs années ça s’explique peut être. Mais c’est le ’le’ costard cravate qui m’a interpellé, un peu comme le ’les’ républicains de qui vous savez...

      Merci du conseil pour aller à la gare de l’Est, mais je n’était plus sûr de la gare en question, et je viens de vérifier sur les billets que j’ai retrouvés, en fait c’était la gare de Lyon, et j’ai dû faire plus d’un kilomètre dans les couloirs souterrains où je peux vous dire que j’ai croisé des groupes de ’costards-cravates’ à l’air sinon pervers, assez éloigné du citoyen moyen que le civisme déplace régulièrement aux urnes électives, sans obligation. 

      Et heureusement que plusieurs personnes m’ont aidé à trouver mon chemin dans ce dédale infernal où j’ai erré une bonne heure, sans quoi j’aurai manqué le train...


    • Fergus Fergus 18 avril 2015 14:33

      Bonjour, Sabine

      « une inversion de valeur typique du courant mainstream-propaganda« , dont l’auteur est par ailleurs coutumier. »

      Ah bon ? Et sur quoi vous appuyez-vous pour affirmer cela ? Personnellement, dans ce type de problème, c’est clairement la cause des femmes que je défends.

      Où avez-vous que j’ai écrit qu’il existe des femmes voilées « agnostiques » ? C’est 100 % faux ! J’ai par contre bien écrit qu’il existe de nombreux agnostiques, et même des athées, chez les Français d’origine arabe, et je confirme ici ce propos. Mais jamais je n’ai écrit quoi que ce soit sur la croyance religieuse des femmes voilées ! Même s’il m’est arrivé de parler des femmes portant naguère un foulard en France pour signaler que chez nous aussi, cette tradition était naguère très répandue.

      Un mot encore : je fais partie des personnes qui reconnaissent volontiers qu’il existe un réel problème avec une partie de la population musulmane de notre pays. Mais ce problème - qui ne concerne pas tout le territoire - est essentiellement dû aux dérives fondamentalistes qui prennent le pas dans certains quartiers sur l’intégration des populations venue du Maghreb ou des contrées subsahariennes. A cet égard, l’exemple de villes comme Beaucaire ou Tarascon est assez significatif, tout à la fois des dérives religieuses et des effets d’une surconcentration de populations immigrées de culture homogène.

      Merci, Sabine, de bien vouloir lire avec attention mes commentaires pour ne pas en déformer le contenu.


    • Fergus Fergus 18 avril 2015 18:04

      @ Sabine

      « J’ai déjà eu droit à « mon Dieu, je n’ai jamais écrit ça, prouvez-le », ce que j’ai déjà fait en allant repiocher dans vos commentaires. Ne comptez pas sur moi pour recommencer. »

      Outre le fait que je n’en appelle jamais à Dieu, ce que vous venez d’écrire est rigoureusement faux et relève sinon de la plus totale mauvaise foi, du moins d’une interprétation de mes propos directement liée à votre vision de la société française.

      Que cet article n’ait aucun intérêt, soit, je veux bien l’admettre. Mais alors, que faites-vous là à vous infliger des lectures d’article et de commentaires aussi nuls ? Quel plaisir trouvez-vous à vous torturer ainsi l’esprit ?


    • OMAR 18 avril 2015 18:40

      Omar147

      @Piere : "Sans aucune vision péjorative ni raciste, j’évaluerai la proportion de la foule dense à plus de 80% de gens ’issus de la Diversité pour 20% de type ’Européen...".

      Pendant que vous y êtes, pouvez-vous nous évaluer le nombre de femmes habillées en niqab ou portant le foulard ?

      Et si elles sont aussi victimes de harcèlements sexuelles.

      Merci.


    • Fergus Fergus 18 avril 2015 18:42

      Bonjour, OMAR

      Excellentes questions ! Les clichés ont la vie dure !


    • Piere CHALORY Piere Chalory 18 avril 2015 18:54

      @OMAR


      Je dirai en toute sincérité que j’ignore ce qu’est le ’niqab. pour les femmes portant le foulard, ce soir là je n’en ai pas remarqué.

      et si elles sont victimes de harcèlement sexuel ?

      Honnêtement, je ne sais pas.

    • OMAR 18 avril 2015 19:38

      Omar147

      C’est ce que je pensais, @Piere...

      Vous ne savez faire la distinction uniquement entre les gens issus de la diversité et de type européen...

      Désolé, mais là, vous prouvez réellement votre vision péjorative et raciste...

      Juste aussi une précision, les femmes issues de la diversité prennent aussi le métro, le RER et le train, et subissent, à l’image de toutes les femmes, les agressions sexuelles commises par des pervers, des gouapes de toutes origines, sans aucune distinction.


    • Piere CHALORY Piere Chalory 18 avril 2015 19:45

      @OMAR



      ’’
      Vous ne savez faire la distinction uniquement entre les gens issus de la diversité et de type européen...’’

      désolé Omar, mais cette phrase ne veut rien dire.

      Je peux argumenter dans le sens commun uniquement.

    • Piere CHALORY Piere Chalory 19 avril 2015 03:41

      @Piere Chalory



      ’Désolé, mais là, vous prouvez réellement votre vision péjorative et raciste...’

      encore désolé, mais rien de péjoratif ou de raciste dans mon commentaire... 



    • Agafia Agafia 20 avril 2015 19:12

      @Fergus
      Que cet article n’ait aucun intérêt, soit, je veux bien l’admettre. Mais alors, que faites-vous là à vous infliger des lectures d’article et de commentaires aussi nuls ? Quel plaisir trouvez-vous à vous torturer ainsi l’esprit ?


       smiley Hi hi hi.... Lire des textes nuls et se casser le tronc à les commenter doit être effectivement une sorte de masochisme...

      Mais je crois surtout que c’est juste une raison d’attaquer personnellement un auteur, ce qui est un sport fort pratiqué sur Avox. 

      Quoique vous pourrez écrire, vous serez fustigé et attaqué parce que c’est vous. 

      C’est assez fatiguant cette (mauvaise) habitude...

    • Fergus Fergus 20 avril 2015 19:21

      @ Agafia

      Par chance, j’ai le cuir dur, insensible à ce genre de piqûres ! smiley


    • fred.foyn Le p’tit Charles 18 avril 2015 09:33

      Avec l’immigration à deux neurones que l’ont nous impose...vous vous attendez à quoi d’autre.. ?


      • Fergus Fergus 18 avril 2015 09:47

        Bonjour, Le p’tit Charles

        Comme je l’ai indiqué ci-dessus à Montdragon, à plusieurs reprises, je suis intervenu dans le métro pour défendre des femmes importunées. Et je peux vous assurer que les agresseurs peuvent avoir n’importe quel profil. Je dirais même que les immigrés, rendus craintifs car souvent confrontés à des réactions de défiance de la population, ne sont sans doute pas les plus nombreux à pratiquer le harcèlement dans les transports en commun.


      • fred.foyn Le p’tit Charles 18 avril 2015 10:02

        @Fergus...La grande majorité des viols commis en France le sont par des gens venus de l’immigration (..et Français sans maintenant sans doute..mais leurs origines est bien déterminées..)..désolé.. !


      • fred.foyn Le p’tit Charles 18 avril 2015 10:03

        @Le p’tit Charles...Dernier rappel la petite Chloé... !


      • Fergus Fergus 18 avril 2015 10:24

        @ Le p’tit Charles

        Ne mélangeons pas tout : dans les transport en commun d’Île-de-France les viols sont heureusement rarissimes, notamment sur les parties des réseaux gérées par la RATP. Il est, dans le rapport en question, surtout question de faits du quotidien allant du harcèlement à des agressions sexuelles de différentes natures.

        Cela dit, pour en revenir aux viols, je crains que les statistiques ne soient très incomplètes, les agresseurs de certains milieux ayant, plus que d’autres, des possibilités relationnelles et financières d’éviter les poursuites.


      • fred.foyn Le p’tit Charles 18 avril 2015 10:33

        @Fergus...Toujours le cul assis entre deux chaises...c’est tellement pratique.. ?

        Regardez donc les statistiques qui existent...c’est sur le net..ça vous évitera de dire des conneies trop souvent.. !
        Bonne journée.

      • Fergus Fergus 18 avril 2015 10:35

        @ Le p’tit Charles

        « Dernier rappel la petite Chloé... ! »

        Ce drame terrible ne doit pas non plus nous voiler les yeux : il y a également des violeurs français qui sévissent à l’étranger.


      • fred.foyn Le p’tit Charles 18 avril 2015 10:46

        @Fergus...et dans la station orbitale ça se passe comment.. ?

        Affligeant..

      • Mania35 Mania35 18 avril 2015 12:59

        @Le p’tit Charles
        « La grande majorité des viols commis en France le sont par des gens venus de l’immigration »

        D’où sortez-vous ce mensonge (il n’existe pas de statistiques ethniques en France) ? citez vos sources (propagande du FN et de l’extrême droite de l’UMP par exemple).
        L’immense majorité des violeurs (83%) fait partie de la sphère privée de la victime.
        La majorité de la population française étant « Française de souche » comme dirait le clan Le Pen, j’en déduis que la majorité des violeurs sont des « Français de souche ».


      • Fergus Fergus 18 avril 2015 14:35

        Bonjour, Mania35

        Merci pour ce soutien. J’arrive aux mêmes conclusions.


      • Fergus Fergus 18 avril 2015 16:30

        @ Mesdames et messieurs les moinsseurs.

        Pour votre information, sachez qu’en Ile-de-France, il est constaté chaque année sur l’ensemble des réseaux RATP et SNCF environ 3,5 atteintes aux usagers par million de voyages ayant donné lieu à dépôt de plainte, dont environ 0,2 atteintes à caractère sexuel, toujours par million de voyages. Ces chiffres sont donnés par l’ONDT (Observatoire national de la délinquance dans les Transports).


      • OMAR 18 avril 2015 19:51

        Omar147

        Mon p’tit Charles

        Chaque année, en France 600.000 femmes sont battues :
        http://www.journaldesfemmes.com/societe/combats-de-femmes/violences-conjugales-des-chiffres-alarmants-1113.shtml

        Plus de 140 sont tuées :
        http://www.planetoscope.com/Criminalite/1730-victimes-de-violence-conjugale-en-france.html

        Et près de 10.000 ( quand elles le déclarent) sont violées :
        http://www.planetoscope.com/Criminalite/1497-nombre-de-viols-en-france.html

        Et si pour les deux premiers il s’agit le plus souvent de violences conjugales, pour les viols, 91% des cas sont commis par des citoyens français :
        http://spartakiste.blogspot.com/2013/03/viols-en-france-un-mal-95-bien-francais.html

        Désolé aussi.... !


      • Alex Alex 18 avril 2015 20:01

        @Fergus

        « il est constaté chaque année... »

        La démonstration commence assez mal : le document de l’ONDT montre que les vols avec violence/menace ont été multipliés par 2 entre 2008 et 2010. Est-ce que la forte croissance de la courbe jaune (en bas de la p. 2) s’est réduite après 5 ans ?

        « 3,5 atteintes aux usagers par million de voyages »

        On pourrait écrire « 0,0035 atteintes par millier », un peu comme les prix affichés aux 100g au lieu du kilo.
        Le rapport indique : « En 2010, près de 13 000 atteintes commises à l’encontre des voyageurs ont été répertoriées... La grande majorité de ces atteintes est constituée de vols avec violence et/ou sous la menace et de violences physiques (hors vol) ».

        Dès lors qu’il s’agit d’une minorité – qui porte tort à la majorité des immigrés –, il faudrait lutter fermement contre elle. Et je suis prêt à parier que le score du FN baisserait en proportion.


      • Fergus Fergus 18 avril 2015 20:36

        @ Alex

        Les statistiques dans les transports parisiens s’expriment en millions de voyageurs pour plus de clarté.

        L’intérêt de ces statistiques est de montrer que les transports d’Ile-de-France sont sûrs, contrairement à ce qui est souvent affirmé, y compris par des personnes qui ne les utilisent jamais.

        Et le score du FN est en grande partie lié au sentiment d’insécurité plus qu’à l’insécurité avérée. Non qu’il n’y ait pas d’agressions, mais leur nombre rapporté aux 8,5 millions de déplacements quotidiens permet de relativiser bien des choses.


      • andromerde95 19 avril 2015 00:15

        @OMAR
        les immigrés et descendants d’immigrés ont aussi la citoyenneté fr d’ailleurs les étrangers qui sont que 6 % de la pop font 9 % des viols, ils sont surreprésentés dans les viols commis.


      • Fergus Fergus 19 avril 2015 08:51

        Bonjour, andromerde95

        Vous oubliez de prendre en compte le fait (très important) que les Français installés se répartissent dans les différentes couches de la population et, pour beaucoup, peuvent bénéficier d’une omerta de classe et, le cas échéant, d’avocats de qualité. Ce n’est pas le cas de l’écrasante majorité des délinquants étrangers. 


      • OMAR 19 avril 2015 08:58

        Omar147

        @andromerde

        Quand vous parlez d’immigrés et descendants d’immigrés, vous pensez un seul instant à Valls ou à Sarko, par exemple ?


      • Alex Alex 19 avril 2015 09:01

        @Fergus

        Aparté sur sur le sentiment d’insécurité (qui n’est pas le sujet principal).
        Ce sentiment ne vient pas des infos puisque les médias ne rapportent que les arrêts de trafic dus à des agressions contre les conducteurs.
        Alors d’où vient-il ?
        Réponse chiffrée
        Soit un passager-type de la Région parisienne qui utilise sa carte Orange pour le travail et ses loisirs. Il va faire environ 400 A/R par an, soit 800 voyages.
        Dans la rame de métro qu’il emprunte (ou dans les couloirs), admettons qu’il puisse voir ou croiser 25 personnes : cela représente donc 800 X 25 = 20 000 “voyages” qu’il peut observer directement chaque année.
        Admettons que les usagers de son entourage (familial et professionnel) se montent à 10 personnes. Il a donc des témoins de 200 000 voyages pour lesquels les statistiques indiquent 0,7 agression violente.
        Combien d’agressions violentes ne sont pas déclarées ? On ne sait pas. Mais compte-tenu du peu de résultats obtenus par les policiers, il est probable qu’elles sont nombreuses. On oublie pour la démo les agressions verbales ou les bousculades un peu « viriles », qui ne doivent pas inspirer un sentiment de grande sécurité quand elles sont faites en groupe, et dont le nombre doit être bien plus important que les violences déclarées.
        Ce passager standard peut donc être témoin direct ou indirect (via un proche considéré comme fiable) d’une agression violente une fois par an.
        Les stats sont peut-être justes, mais ce calcul montre que l’inquiétude peut s’expliquer facilement.
        Notre usager peut cependant se « rassurer » en se disant que le jour où il prend le métro (bus ou RER), il y aura « seulement » 38,5 agressions violentes.
        Comme les auteurs sont en majorité des mineurs, donc la plupart du temps seulement « grondés » quand ils sont attrapés par la police, ce problème ne risque pas s’arrêter, et le réservoir de clients du FN assuré de continuer à se remplir.
        Tout cela à cause d’une infime minorité de malfaisants !


      • Fergus Fergus 19 avril 2015 09:15

        Bonjour, Alex

        Permettez-moi de ne pas être d’accord avec vous sur ce point : « Combien d’agressions violentes ne sont pas déclarées ? On ne sait pas. Mais compte-tenu du peu de résultats obtenus par les policiers, il est probable qu’elles sont nombreuses. »

        Les « agressions violentes » donnent lieu systématiquement à plainte, sauf dans les cas où il s’agit de règlements de compte entre délinquants. Et la police obtient d’excellents résultats grâce aux caméras de vidéo-surveillance qui permettent d’identifier visuellement les délinquants, et même de pouvoir les remonter le cas échéant par le biais du titre de transport en croisant les données de péage avec la surveillance de ces derniers.

        A l’encontre de votre analyse, le sentiment d’insécurité dans les transports urbains est nettement plus répandu dans les campagnes chez des personnes qui ne les utilisent pas que chez les usagers quotidiens.

        Enfin, vous oubliez que, dans les victimes d’agressions sont comptabilisés les agents d’exploitation des réseaux victimes de clients irascibles et violents. Je n’ai pas le nombre pour la SNCF sur les réseaux d’Ile-de-France, mais à la RATP, on recense environ 500 plaintes d’agents agressés chaque année.


      • Alex Alex 20 avril 2015 11:26

        @Fergus

        – Admettons que la frontière entre agressions violentes et pas violentes soit nettement établie...

        – Un reportage montrait que l’identification n’est pas facile : un gang de 6 jeunes ne fut interpelé qu’après de nombreuses récidives, les « pièces à conviction » n’étant que leurs seuls vêtements, et leurs aveux obtenus uniquement grâce à des interrogatoires habiles. La définition des caméras de surveillance n’était pas suffisante pour les identifier formellement.

        – Que les victimes soient des agents ou pas ne change absolument rien à la perception qu’en a l’usager.

        – Les campagnes étant à l’abri de ce genre de problème, il est normal que leurs habitants soient plus impressionnés, de la même façon que nous sommes plus impressionnés par la vidéo d’une tornade que les gens qui habitent des régions où elles sont fréquentes. Il n’en demeure pas moins que près de la moitié des franciliens reconnaissent ne pas se sentir à l’aise dans les transports en commun.

        – Il existe 2 façons de lutter contre ce sentiment qui pousse les gens vers le FN : affirmer que tout va bien (« n’ayez crainte : après les 40 agressions de la journée, vous ne risquerez plus rien ! ») ou lutter plus efficacement contre les agresseurs qui, dans ce domaine de la délinquance, me semblent être une minorité, et leur infliger des punitions dissuasives au lieu de les relâcher dans la nature avec l’étiquette valorisante de « connu défavorablement des services de polices ».


      • Fergus Fergus 20 avril 2015 11:57

        Bonjour, Alex

        « Il n’en demeure pas moins que près de la moitié des franciliens reconnaissent ne pas se sentir à l’aise dans les transports en commun. »

        Oui, j’ai vu ce sondage TNS-Sofrès. Et il illustre parfaitement la dichotomie existant entre insécurité et sentiment d’insécurité.

        Manifestement, ce dernier prend le pas lorsque la question est posée globalement : 49 % des personnes interrogées disent avoir peur dans les TC. Diable !

        Mais curieusement, lorsqu’on aborde les questions sur les transports qu’ils utilisent réellement, ces mêmes Franciliens ne sont plus que 36 % à affirmer avoir peur dans le RER, 30 % dans le métro, 26 % dans le train, 20 % dans le bus et 12 % dans le tramway.

        Ces 49 % sont donc totalement incohérents et très largement le résultat d’un fantasme alimenté par les couvertures médiatiques des incidents !

        Autre chose : rassurez-vous, les condamnations prononcées par la 10e chambre correctionnelle, compétente en matière de délinquance dans les transports en commun, sont en général lourdes, notamment en comparution immédiate


      • fred.foyn Le p’tit Charles 20 avril 2015 13:28

        @Mania35.....À Besançon, une jeune étudiante, Pauline, est agressée par un nommé Zakaria. Il la saisit et la jette du haut d’un escalier. Il arrache ses vêtements, la torture, la viole à plusieurs reprises, lui écrase la main sur la bouche jusqu’à lui briser la mâchoire. Elle avale son sang. Un expert neuro-chirurgien déclare au procès que la douleur de la jeune femme fut extrême. Elle a survécu, mais paraplégique. Après 6 ans d’enquête, le violeur a enfin été condamné pour viol et barbarie. C’est un immigré noir, originaire des Comores...Julie, 14 ans, est violée pendant 4 jours, par trois individus qui l’avaient séquestrée. Les criminels : Selkük, Seliman et Ishak, 37, 24 et 22 ans, sont des immigrés kurdes, précise la chaîne de télévision LCI...deux Français et une jeune femme sortent du parc d’attraction Disney Land. Les passagers d’une voiture qui circulait derrière eux estiment qu’ils n’avancent pas assez vite. Pour le leur faire comprendre, les deux Français sont violemment frappés, la jeune femme est giflée, leur voiture est vandalisée. Par qui ? Par des « gens du voyage » (dites Roumains et surtout pas Tsiganes, ni Roms). Combien sont-ils en France à commettre de tels actes et à voler ? 30 000, 50 000 ? Et ils sont protégés par l’Union européenne...À Cugnaux, localité proche de Toulouse, poursuivis par des policiers, un groupe de « jeunes » appelle à la rescousse une quinzaine d’autres voyous. Les policiers sont roués de coups. L’un d’entre eux doit être hospitalisé. Qui étaient les agresseurs ? Des Roms (dites Roumains)....À Nantes, un homme massacre une adolescente, Marion, 14 ans, d’une quarantaine de coups de couteau. Elle est retrouvée gisant dans une mare de sang, le crâne fracassé sur la cuvette des toilettes. Un peu plus tard, le tueur poignarde un promeneur au cou. Enfin, il pénètre chez un retraité et tente de l’étrangler. Géolocalisé grâce au téléphone qu’il avait dérobé à sa première victime, le bandit est arrêté. De qui s’agit-il ? D’un Noir angolais qui, en 2005, a bénéficié de l’asile politique en France et de tous les privilèges que cela comporte...la fille du général Schmitt, Anne-Lorraine, est assassinée dans le RER. Par qui ? Par un Turc récidiviste qui cherchait à la violer....dans le Var, deux gendarmes sont assassinés par un individu de 30 ans, ivre, au passé particulièrement chargé. La semaine précédant le meurtre, l’assassin avait été condamné à 6 mois de prison pour violence sur sa mère. Il a un nom : Abdallah Boummezaar...Quelques mots sur le « gang des barbares ». Le chef de ce gang avait imaginé d’enlever un jeune juif pour l’échanger à sa « riche » communauté contre une forte rançon. C’est ainsi qu’Ilan Halimi a été enlevé et torturé pendant 3 semaines jusqu’à ce que mort s’ensuive. L’autopsie réalisée à l’hôpital d’Évry, le 14 juillet 2006, révèle des brûlures sur 80 % du corps, de multiples hématomes, une plaie à la joue faite au cutter, et deux plaies à l’arme blanche sous la gorge. Fatigué de torturer, Fofana, le chef de gang, prend la décision de le « saigner ». Il demande à ses complices de le laver à l’acide pour nettoyer toute trace d’ADN. Le malheureux et jeune Halimi est alors traîné à proximité d’une voie ferrée. Fofana le frappe d’un coup de couteau à la gorge. Il tente de lui trancher la nuque et le brûle sur place. Une fois arrêté en Côte-d’Ivoire et transféré en France, l’Ivoirien qui se dit fervent musulman, se réclame d’Al Qaïda. Il s’est dit heureux d’avoir torturé un blanc, un Français, un juif....etc...Tous ces actes sont des faits réels que l’on trouve sur le net...donc disponible pour tout le monde qui veut savoir la vérité... !

        La liste est bien plus longue bien sur mais voici un aperçu de ce que fait l’immigration en France...
         

         






      • Alex Alex 20 avril 2015 13:39

        @Fergus

        Il y a effectivement une incohérence, mais il en reste « 36 % à affirmer avoir peur dans le RER ». Je n’ai pas vu le détail de cette enquête, qui aurait dû être faite par catégorie de transport : parmi les sondés, combien prennent le RER ? On ne sait pas.
        Il est clair que ce sentiment est aggravé par un autre phénomène :
        « Il ressort de cette étude, réalisée par les pouvoirs publics, que 46,9 % des habitants de Paris et de l’Ile-de-France déclarent avoir subi au moins une fois une agression, un vol (ou une tentative) ou une atteinte à leurs biens. »

        Quant au « fantasme alimenté par les couvertures médiatiques des incidents, » je n’ai pas vu de couverture médiatique pour 99,9% des 12 000 agressions annuelles : elles ne parlent pour l’essentiel que de quelques agressions contre les conducteurs.
        Il vaut mieux donc ne pas en parler, ou bien se fixer un seuil, comme les 50 000 voitures dont on apprit qu’elles étaient brûlées chaque année.
        Je passe sur les agresseurs, pour l’essentiel des mineurs, condamnés « lourdement » : vous le dites, donc je vous crois.


      • Fergus Fergus 20 avril 2015 13:56

        Bonjour, Le p’tit Charles

        Sans attendre une éventuelle réponse de Mania35, je note que vous relevez seulement les faits divers qui alimentent votre discours anti-immigrés : aucun violeur blanc et français de souche dans votre énumération.

        Ce que vous faites là n’est pas très digne ! Car vous savez parfaitement que les viols concernent tous les milieux et toutes les origines ethniques.

        Personnellement, j’ai assisté à plusieurs procès d’assises pour viol, et dans un seul cas seulement, il s’agissait d’un agresseur « issu de l’immigration ». J’ai même été personnellement juré d’un procès pour viol sur mineur, perpétré dans la campagne bretonne par un Français bien de chez nous et de surcroît pompier volontaire ! Curieusement, celui-ci ne figure pas dans votre liste.


      • Fergus Fergus 20 avril 2015 14:08

        @ Alex

        « je n’ai pas vu de couverture médiatique pour 99,9% des 12 000 agressions annuelles » 

        Il n’est pas besoin d’envahir les médias avec de nombreuses agressions pour faire monter le sentiment d’insécurité. A cet égard, souvenez-vous de l’affaire Paul Voise, ce petit vieux agressé à quelques jours du 1er tour de la présidentielle de 2002 : près de 20’ de traitement à tonalité dramatique sur TF1 le 1er jour, puis de nombreux rappels dans les journeaux suivants ; sans compter LCI qui a tourné en boucle sur ce grave fait divers.

        Résultat : une émotion considérable dans le pays et sans doute un effet déterminant sur le score du 1er tour. Depuis, l’on a appris qu’il n’y avait eu aucune suite, l’affaire ayant été manifestement bidonnée. Il n’empêche qu’il aura suffi d’une seule (prétendue) agression pour faire monter en flèche le sentiment d’insécurité dans le pays.

        Et cela vaut pour les TC où ni moi, ni mon épouse, ni mes deux sœurs ni mes neveux, ni mes cousins et cousines parisiens ou l’ayant longuement été n’ont jamais ressenti ce sentiment-là !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès