Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Mettre fin à la misère des enfants !

Mettre fin à la misère des enfants !

UNE URGENCE NATIONALE :

METTRE FIN A LA MISERE DES ENFANTS

«  La pauvreté n’est pas naturelle. Ce sont les hommes qui la créent et la tolèrent, et ce sont les hommes qui la vaincront. Vaincre la pauvreté n’est pas un acte de charité, c’est un acte de justice »

(Nelson Mandela)

Sur l'agglomération Melun Val de Seine, des bénévoles , militants et militantes d'associations familiales assurent des permanences « surendettement ».

Il s'agit d'étudier les dossiers des personnes qui se présentent et de les aider, si cela s'avère nécessaire à remplir des dossiers de surendettement pour la commission qui siège tous les quinze jours à la Banque de France.

La plupart des personnes sont des surendettés « passifs » qui, de toutes façons ne peuvent pas faire face aux dépenses incompressibles ( logement, assurance, impôts locaux, électricité et la nourriture élémentaire).

Beaucoup sont désespérés et nous expliquent les difficultés rencontrées par leurs enfants ...Ils renouvellent peu leurs vêtements, ne partent pas en vacances et sont quelque part « honteux » d'aller avec leurs parents au Secours Populaire pour obtenir des colis d'urgence...

Eh pourtant ! Ceux qui devraient avoir la honte, ce sont les responsables politiques qui laissent s'installer et perdurer une société duale où les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres.

Nous rencontrons aussi des familles au bord de l'expulsion de leur logement, menacés par un huissier qui n'hésite pas à venir faire des inventaires et à culpabiliser les parents devant leurs enfants. .

Un jour il faudra peut être ouvrir des permanences de soutien psychologique pour les bénévoles, littéralement cassés après trois heures d'entretien.

C'en est assez !

Le droit à la santé est bafoué !

La France a signé et ratifié il y plus de 20 ans la Convention Internationale des Droits de l'Enfant et celle-ci n'est toujours pas appliquée dans ce beau pays qui est dans le peloton de tête des pays riches.

Les associations de solidarité et les hommes et femmes de terrain ne cessent de le dire, de le répéter, voire même de le crier :

Il n'est pas possible, qu'ici, en France dans un des pays les plus « développés »(?) du monde, plus de deux millions d'enfants vivent sous le seuil de pauvreté et survivent dans des conditions déplorables.

Des familles n'en peuvent plus, elles n'ont même pas de quoi soigner correctement leurs enfants malades.

Pour que des médecins prennent des patients relevant de la CMU, il faut que les parents insistent ou acceptent quelques mesures de rétorsion comme celle qui consiste à ne pas vouloir donner de rendez vous.

On vous prend mais sans rendez vous, il suffit de prendre son mal en patience...Des parents préfèrent renoncer au soin et utiliser l'hôpital en cas d'extrême urgence.

Avec la fermeture de services dans les hôpitaux et le développement des cliniques privées avec dépassement d'honoraires., il existe de fait une ségrégation avec une population exclue de certaines interventions pourtant nécessaires.

Le droit à une nourriture saine et équilibrée : ce n'est qu'à la télé dans les spots publicitaires !

La télévision ne cesse de mener une campagne en faveur des repas équilibrés et des cinq fruits à consommer par jour.

Qui peut manger cinq fruits par jour ?

Comment pouvoir établir des repas équilibrés quand ce qui reste dans le porte monnaie ne permet que de cuire des nouilles, du riz et des patates ?

Ne parlons pas de la cantine scolaire, de nombreuses municipalités refusent leur accès aux enfants de chômeurs. Il faut que les deux parents travaillent !

C'est la situation qui existe sur l'agglomération de Melun avec les villes de Dammarie les Lys, Melun et le Mée sur Seine qui pratiquent cette politique ségrégative.

Cette éviction est illégale mais qui portera plainte au tribunal administratif ?

Le droit à l'éducation reste un vœu pieux !

« Certains experts comparent l’impact d’une expulsion sur les enfants aux effets de la guerre », explique Dominique Versini, ex défenseuse des enfants dans son rapport sur la pauvreté des enfants « La précarité mobilise beaucoup les enfants qui sont toujours solidaires avec leurs parents » et « ils n’arrivent pas à se concentrer » à l’école, où les enseignants ne sont pas formés pour cette population, relève-t-elle. Du coup, « l’école n’est pas un lieu d’espoir pour eux »

Avec la quasi disparition de l'école maternelle à deux ans, avec l'entrée plus tardive à l'école dans des conditions pédagogiques difficiles : des classes surchargées, un nombre d'assistantes territoriales insuffisant, des locaux non adaptés, cette école maternelle qui était louée hier par nos voisins, remplit moins bien sa fonction de réduction des inégalités.

Pourtant tout se joue ou presque à la maternelle et comme le démontre avec force le linguiste Alain Bentolila, il y aurait tant à faire :

entre un enfant qui rentre au CP avec un bagage lexical de 2000 mots et celui qui n'en possède péniblement que 300, il y a un gouffre .

Quant à l'article 31 et le droit aux loisirs ? N'en parlons pas !

Les bons CAF sont peu utilisés et pour cause : ils ne compensent qu'une petite partie du coût des cours de judo, de foot ball, de basket...Quant aux vacances durant les petites vacances et même l'été, ce n'est qu'un rêve : les séjours coûtent de plus en plus cher et les aides des CCAS et de la CAF ne couvrent que très partiellement les dépenses occasionnées.

Beaucoup d'enfants restent au bas des HLM à attendre la rentrée des classes.

Comme je l'ai dit et redit, à l'appui d'une expérience de terrain partagé par beaucoup d'autres, il y a là une urgence nationale...

Je n'ai pas dans la manche un remède miracle, ni moi, ni personne mais nous devons tous ensemble, les associations familiales et les associations de solidarité, préparer une conférence nationale contre la pauvreté.

Ensemble, nous pouvons émettre des propositions qui pourraient être portées à nos parlementaires ;

Ensemble nous pourrions préparer une manifestation nationale à Paris pour exiger des actes.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Yvance77 25 octobre 2011 09:40

    Salut,

    Ce qu’il faut surtout c’est de lutter contre la destruction de la plus merveilleuse des structure... la famille !

    Ce monde libéral n’a eu de cesse la destruction de celle-ci, alors que l’on peut tout reprocher au communisme mais pas cela. Même si désormais cela part à vau-l’eau aussi dans ces pays.


    • POUR LA 2 EME FOIS CHALOT A RAISON

      SI LA VILLE DE PARIS A TROUVE L ARGENT POUR CREER LA SUR ALLOCATION LOGEMENT DE 200 EUROS POUR LES MERES DE FAMILLE ELEVANT SEULES SES ENFANTS...GAGNANT MOINS DE 1600 EUROS...IL FAUT QUE LA GAUCHE GENERALISE CETTE AIDE A TOUTE LA FRANCE ET AUSSI AUX CHOMEURS

      IL N Y A PLUS LE DROIT DANS CE PAYS DE LAISSER DES ENFANTS AVEC UN SEUL REPAS PAR JOUR A LA CANTINES QUAND LES MAIRES UMP...NE LES VIRENT PAS POUR DEFAUT DE PAIEMENT...POUR FAIRE DES POTS ILS ONT DE L ARGENT ET POUR PLETORISE LES EMPLOI S DANS LA TERRITORIALE...

      CHAQUE BANQUIER QUI REFUSERA UN BILLET OU UN CHEQUE DE 20 EUROS A UNE MERE DE FAMILLE EN FIN DE MOIS DEVRA ETRE PENALISE...AU MOINS LA SUPPRESION DES 13 EMES ET 14 EMES MOIS.ET DE LA PRIME DE RENDEMENT...POUR SACQUER LES PETITS CLIENTS...
      LE MAIRE DE CHAQUE COMMUNE OU UNE MERE SEULE ELEVANT SES ENFANTS SEULE ... SE SUICIDERA ............(.VU LA LACHETE DES PERES QUI PRENNENT LA TANGENTE.).. SERA « DEMISSIONNE »

      une commission de citoyens avertis devra juger ces dossiers de non assistance....a enfants en danger...si f hollande ne le fait pas..monteboug et melenchon le feront !!!!!!!!!!!!!!!!


    • Gabriel Gabriel 25 octobre 2011 13:25

      « Moi président, dans moins de deux ans, plus personne ne couchera dans la rue » N. Sarkozy.

      Rien que pour cela, il devrait avoir la décence de ne pas se représenter. La France parmi les pays les plus riches de la planète fait dormir des femmes et des enfants dehors ! Un dirigeant quel qu’il soit, quel que soit son bord politique, si il avait un minimum d’humanité ne permettrai pas cela et en ferait la priorité de ses priorités. Aujourd’hui, notre cher gouvernement trouve rien de mieux que d’assécher les subventions des associations qui pourtant, pallient à leurs manquements. Il ne faut jamais soutenir un gouvernement qui place la finance avant l’homme. Merci Chalot pour cet article, pour ce rappel ...


      • Jean 25 octobre 2011 13:33

        Le sujet du jour, l’ actualité c’ est la naissance de sa fille. Elle manquera de rien, comme son b à r de fils.
        J’ espère qu’ elle vomira son origine.


      • penajouir penajouir 25 octobre 2011 13:29

        Putain, la couche de connerie qu’il faut avoir pour faire des votes négatifs sur cet article.  Doivent être vachement intéressant ces blaireaux ou trop cons pour savoir lire !....


        • PATRICE T PATRICE T 27 octobre 2011 11:49

          Ceux qui votent contre ne cherchons pas de quel côté ils sont la plupart
          et pour certain ils votent contre par principe, contre CHALOT lui même, tout simplement


        • jpm jpm 25 octobre 2011 14:59

          Mais pourquoi s´interesser seulement a la misere des enfants... la misere d´un ancien ou la misere d´une personne seule est tout aussi insupportable et merite tout autant notre attention. Le combat contre la misere doit donc etre universel et pas seulement s´appliquer a telle ou telle classe de la population.

          Alors une solution simple et efficace pour lutter contre la misere pourrait etre la mise en place d´un Revenu Universel et inconditionnel, verse a chaque personne quelque soit sa situation. Ce revenu garanti s´ajouterait aux autres revenus ce qui maintiendrait l´interet de travailler ou de retrouver une activite afin de pouvoir se payer plus que le minimum. 

          L´organisation et le financement de ce RU pourraient se faire sur le mode de l´impot negatif, via par exemple une CSG elargie ou un impot a la source de 50 % preleve sur tous les revenus (y compris les revenus du patrimoine) en echange d´un credit d´impot mensuel de 750 euros attribue a chaque membre du foyer... y compris aux enfants qui recevraient la moitie de cet somme.

          Cet avoir fiscal permettrait ainsi la mise en place d´un revenu minimum garanti et inconditionnel quelque soit sa situation (actif ou inactif et riche ou pauvre). Il viendrait en remplacement des aides classiques a la famille (allocations familiale, quotient familial, allocation de rentree...) et des minima sociaux, mais s´ajouterait bien evidemment au revenus sociaux de substitutions (indemnite maladie, pension d´invalidite, retraite...).

          Ainsi un couple avec 2 enfants recevrait chaque mois un credit d´impot de 750 + 750 + 375 +375 soit 2250 euros de credit d´impots. Si les membres de la famille travaillent et gagnent 3000 euros ils payeront donc 1500 euros d´impots preleves immediatement sur leur salaires. Au bout du compte, ce couple recevrait 750 euros des impots chaque mois et disposerait de 2250 + 1500 = 3750 euros pour vivre.

          Si ce meme couple gagne 10 000 euros par mois, alors ils payeront 5000 euros d´impots moins les 2250 soit 2750 euros soit un taux moyen d´imposition de 27,50 %.

          Mais si un celibataire sans enfants gagne 10 000 euros par mois, il payera 5000 - 750 euros par mois, soit un taux moyen d´imposition de 42,5%.

          Par ailleurs un celibataire gagnant 1500 euros par mois ne payerait pas d´impot, mais tout personne seule gagnant moins de 1500 euros par mois recevrait un complement de revenu via ce credit d´impot de 750 euros.

          Voila pour l´idee generale. Evidemment le taux de 50 % ainsi que le montant du credit d´impot peuvent varier. J´ai utilise des chiffres par simplifier la demonstration. Bien sur, on peut egalement gerer une progressivite de l´imposition au dela d´un certain niveau de revenu... mais l´idee est bien de mettre en place un avoir fiscal generalise a la personne, qui se comporterait comme un revenu universel pour tous ceux qui aurraient trop peu de revenus pour payer des impots.


          • Jean 25 octobre 2011 15:34

            Bien vu, mais d’ abord virer les marionnettes de gauche et de droite au service de la finance... pour la finance.
            http://www.youtube.com/results?search_query=%C3%A9tienne+chouard+tirage+au+sort&aq=5&oq=%C3%A9tienne+c


          • PATRICE T PATRICE T 27 octobre 2011 11:44

            Jean-François écrit souvent sur agora vox et la misère des enfants n’est pas sa seule préoccupation, ni la mienne d’ailleurs.
            Il est vrai que lors des permanences info dettes nous avons aussi l’occasion de recevoir des retraités (souvent veufs ou veuves) et dans la misère simplement parceque la vie a augmenté et pas leur retraite.


          • Ptetmai 25 octobre 2011 17:06

            Pour ces enfants aussi, il ne faut pas s’offrir le luxe de voter égocentri quement Mélenchçn ou Joly

            Il est stratégiquement bien plus intelligent de pousser Hollande à améliorer son programme avant le premier tour. ’


            • Raymond SAMUEL paconform 25 octobre 2011 18:33

              Bravo Monsieur Chalot pour votre engagement.

              Mais permettez-moi de dire que la cause principale des dommages qui sont infligés aux enfants n’est pas économique.
              Vous-même avez pu le constater, les jeunes et les adultes au psychisme délabré, malformé etc. doivent leur malheur à des violences et carences de nature AFFECTIVES.

              Il ne faut pas oublier de le dire et de le rappeler.


              • Raymond SAMUEL paconform 26 octobre 2011 10:38

                Je rejoint Yvance 77.

                 Sans la restauration de la famille (détruite par le féminisme ultra avec la complicité du Pouvoir) peu de choses sont possibles.
                Quand un enfant s’entend dire par ses parents (c’est un souvenir personnel) en rentrant, non pas chez lui mais chez ses parents et après huit à dix heures de privation de liberté à l’école : « va dans ta chambre, on n’a pas besoin de toi », il a une conception du monde bien définie. S’ajoute généralement à cet abandon le climat violent qui précède ou non la séparation du couple parental.
                On fabrique ainsi soit une bombe à retardement soit une loque.

                N.B. Je ne saurais trop recommander la lecture des livres de Pierre Rabhi et la pratique de la « sobriété heureuse » qu’il préconise. Avec ces conceptions la famille peut de nouveau jouer son rôle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès