Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Michelle Martin, l’ex-femme de Marc Dutroux, bientôt libre (...)

Michelle Martin, l’ex-femme de Marc Dutroux, bientôt libre ?

C’est actuellement un sujet qui bouleverse la Belgique. Michelle Martin, l’ex-épouse de Marc Dutroux, le tueur en série pédophile, pourrait être prochainement libérée et être accueillie au monastère des clarisses à Malonne (Belgique). Dans un communiqué de presse, la mère abbesse déclare : « Je suis enfin en mesure de vous confirmer que notre communauté a accepté d’accueillir Madame Michelle Martin en ses murs pour sa libération conditionnelle » et en terminant par « Je vous remercie de respecter notre vie privée et de ne pas nous envahir au monastère »… 

JPEG - 71.9 ko
Michelle Martin

CONDAMNEE A 30 ANNEES DE RECLUSION CRIMINELLE

En 2004, Michelle Martin avait été condamnée à 30 années de réclusion criminelle pour association de malfaiteurs et pour sa complicité dans les enlèvements et séquestrations de Laëtitia, Sabine, An, Eefje, Mélissa et Julie avec la circonstance aggravante d’avoir entraîné la mort de ces deux dernières et du viol de Yancka Mackova. Pour Mélissa et Julie, elle les avait laissé mourir de faim dans la cave de la maison de Marcinelle, alors que son mari était en prison pour des affaires de vols et recels. Elle avait été arrêtée en 1996. Le procès avait mis en émoi toute la Belgique et avait provoqué une crise politique sans précédent. Il avait pointé du doigt les nombreux dysfonctionnements de la justice.

Aujourd’hui, Michelle Martin a purgé plus de la moitié de sa peine et, selon la législation belge, elle est libérable. Le 31 juillet, le tribunal d’application des peines de Mons avait répondu favorablement à sa cinquième demande de liberté conditionnelle depuis 2007. Quant à Marc Dutroux, il pourra demander sa libération à partir de 2013…

 

LE MONASTERE DES CLARISSES DE MALONNE ACCEPTE DE L’ACCUEILLIR

L’émotion suscitée par l’éventualité d’une libération conditionnelle de Michelle Martin a été vive. Plusieurs pétitions avaient été mises en ligne et avait recueilli des milliers de signatures provenant du monde entier.

 Michelle Martin avait été « très pieuse lors de sa détention » et avait noué des relations avec les sœurs du monastère de Malonne. C’est une des raisons pour laquelle, Sœur Christine, la mère abbesse, après en avoir discuté avec les autres religieuses, a décidé d’accepter de l’accueillir pour une libération très encadrée. En effet, la complice et ex-femme de Marc Dutroux doit se plier à certaines obligations strictes :

•Résider au monastère de Malonne

•Bénéficier d'un suivi psychologique

•Ne pas entrer en contact avec les victimes

•Mettre en place un plan d'indemnisation des victimes

•Ne pas résider en province de Limbourg et de Liège

•Ne pas quitter le territoire national

•Ne pas rentrer en contact personnel avec les médias.

 

Depuis l’annonce de cette possibilité de libération anticipée, le monastère des sœurs clarisses, qui appartient au courant franciscain, est pris pour cible par les nombreux opposants à cette décision. Les murs de l’édifice ont même été taggés à plusieurs reprises. Une protection policière a été mise en place pour éviter tout débordement.

JPEG - 37.3 ko
Marc Dutroux
JPEG - 94.3 ko
Monastère des clarisses de Malonne

Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    



  • qu on la pende et que lui on le crucifie avec de gros clous rouilles
    barbare comme eux...doit etre la justice...............


    • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 10 août 2012 13:37

      Voici une corde. Regardez-la dans les yeux et pendez-la.

      Quand vous aurez fini je vous apporterai un miroir.


    • Javascript Javascript 10 août 2012 15:55

      J’aurais pas dit mieux Pierre-Marie.

      +1


    • asterix asterix 10 août 2012 12:46

      Article éminement réducteur qui se contente d’énumérer les faits.
      Où l’auteur veut-il en venir ? Mystère !
      A mon sens, le journalisme, le vrai, implique prise de position, ne fut-ce que pour susciter un débat entre lecteurs. Ici, il n’y en a pas. Un communiqué de presse, sans plus.
      En vérité, Madame Martin ne fait que profiter de l’absence de volonté de légiférer du législateur qui s’est bien gardé de débattre des peines incompressibles. Il s’agissait d’un débat global, d’une prise de conscience qui dépassait les clivages entre partis. Mais voilà, ces hommes-lige que sont nos députés obéissent au doigt et à l’oeil au parti, quel qu’il soit. Ils ne voient donc les choses qu’en fonction de leur intérêt électoral proche. Ils ne sont pas là pour nous représenter, mais la caste dont ils dépendent.
      Vu ce qu’ils sont payés, c’est une honte !
      Et si jamais ils ont un soubressaut de conscience, ils ne seront plus présentés en ordre utile à la prochaine échéance électorale, point !
      A la différence de mode de scrutin hexagonal, le nôtre permet l’élection de plusieurs candidats dépendant d’une même liste. Donc, si vous Français vous voulez blackbouler votre député, vous votez pour un autre.
      Nous pas !
      Et voilà que la vox populi se scandalise, remue ciel et terre pour trouver un motif de refuser à Madame Martin ce que LE LéGISLATEUR LUI DONNE DROIT DE FAIRE.
      Que cette décision prise par le Tribunal d’application des peines soit sensée ou non n’est pas le débat.
      Sorry, mais rien que sur l’année écoulée, la Justice a libéré plusieurs assassins pour de simples fautes de procédure. Inouî, non ?
      A qui la faute sinon à son encroûtement congénital, son incompétence crasse ?
      Rien que pour cette raison, Madame Martin doit être libérée.
      Laissez-moi considérer que c’est dommage car, dans les faits, l’épouse de Marc Dutroux n’a JAMAIS manifesté le moindre remords d’avoir laissé sciemment plusieurs enfants livrés aux bas instincts de son mari mourir de faim dans une cave.
      J’apprécie en revanche l’humanité dont font preuve les soeurs de Clarisse qui, dans les faits, restent cohérentes vis à vis des voeux qu’elles ont prononcés.
      Le législateur ne peut pas en dire autant. Haro sur ce baudet qui n’est même plus en état de joindre liberté de conscience et démocratie. Ces empaffés n’ont qu’un seul objectif qui réduit à néant tout le sens de son action. Surtout, surtout en arriver à ce que le petit peuple continue à voter pour lui, rien d’autre ne compte.
      Députés de gauche ou de droite, ils sont TOUS coupables !
      Et on s’étonne du désintérêt, du dégoût du citoyen lambda pour la chose publique.
      Moi pas !

       

       


      • L'enfoiré L’enfoiré 10 août 2012 14:52

        Bien d’accord.
        Quelle est la différence entre elle et la femme qui laisse son bébé dans une poubelle ?
        Ici, la séparation des pouvoirs doit exister.
        Pas de demi-mesure. La loi qui concerne la liberté après une partie de la peine, doit être observée.
        La prison ne réhabilite pas, ne cherche pas à réinsérer quelqu’un dans la vie sociale.
        Elle n’a pas les moyens de la politique édictée par d’autres.
        Peut-être qu’un couvent pourra mieux le faire. 


      • bel95 10 août 2012 16:28

        « Où l’auteur veut-il en venir ? »
        c’est vrai ce texte est incompréhensible. sans porter de jugement définitif, on croisant avec les autres textes publiés sous ce pseudo, on peut légitiment penser soit :
        - une dénonciation du couple hétéro deviant,
        - une dénonciation de représentant de l’Eglise..
        - l’un et l’autre
        Pa de procès d’intention , mais de fortes suspicions


      • Deneb Deneb 10 août 2012 13:53

        Sortie au bout de 8 ans, et son mari libérable l’année prochaine, avec un régime de privilèges dans sa prison dorée....
        Enfin, y a intérêt, sinon ils se mettent à balancer, je présume.
        Il y a quelque chose de pourri dans ce royaume, et pas qu’un peu ....


        • L'enfoiré L’enfoiré 10 août 2012 14:55

          Salut Deneb,
           Ne dit-on pas quelque part « Ma prison est un royaume » ? smiley
           


        • stanh 10 août 2012 15:02

          @deneb
          Oui, il y a sans nul doute de drôles de connections dans cette histoire.


        • sirocco sirocco 10 août 2012 19:40

          Deneb, apprenez à compter avant de sortir vos âneries. Michelle Martin est sous écrou depuis 1996, soit depuis 16 ans et non pas 8.

          Quant à l’argument de la « prison dorée », il est usé et complètement gratuit.


        • foufouille foufouille 10 août 2012 15:07

          un monastere, ca ressemble a une prison


          • tikhomir 10 août 2012 15:20

            Oui mais l’environnement a l’air plus joli et agréable qu’une prison (cf. photo), les colocataires doivent être plus agréables qu’en prison et enfin, le monastère, on y va volontairement.


          • joelim joelim 10 août 2012 15:29

            Et il y a des caves où la Dutroux doit pouvoir s’amuser.


          • Gollum Gollum 10 août 2012 16:13

            Quant à Marc Dutroux, il pourra demander sa libération à partir de 2013…

            Super ! (ironie) Quand on compare les peines infligées aux « délinquants » de la route au vu de ce qu’ils ont pu faire et Dutroux libérable après les horreurs perpétrées, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il y a quelque chose qui cloche...

            M’enfin plus rien ne m’étonne..

            • Gollum Gollum 10 août 2012 16:15

              Je suppose bien évidemment qu’une fois libéré, Dutroux aura un malencontreux accident qui l’empêchera de parler définitivement... P’têt pour ça d’ailleurs qu’il sera si vite libéré...


            • armand 10 août 2012 17:04

              Bonjour Giuseppe, je vous trouve ( comme le souligne fort bien Astérix) un peu trop light. Ce problème d’affaire dutroux en Belgique est collosal, même si entre temps il y a eu beaucoup d’autres horreurs, cette femme est un monstre froid sans plus, institutrice, recidiviste , comdamnée déja avant mais laissée en poste.... on croit déja réver, puis cela, surtout qu’il y a un gros doute sur les conditions de mort des dernières fillettes, elle est complice mais a aussi participé à ces horreur directement et activement et cerise sur le gateaux, si je puis me permettre, elle n’a aucun remords... Rouillan n’a pas de remords et donc ne sort pas de prison comme natahalie enfin, je puis vous dire que les gens qui ont vécu cette affaire sont vent debout et ce coin tranquille ne va pas le rester longtemps.
              Cependant je suis très d’accord avec le commentaire de Mr Baty.


              • docdory docdory 10 août 2012 18:12

                Qu’on le veuille ou non, la justice est une codification sociale de la vengeance. La vengeance n’est pas acceptable dans une société moderne et policée, car elle aboutit inéluctablement à la vendetta.

                Le but de la justice, dans les affaires criminelles aussi graves est donc double :
                - donner à la famille et aux amis des victimes un substitut à la vengeance à laquelle ils n’auraient pas manqué de se livrer si il n’y avait pas eu de justice.
                - mettre à l’écart de la société une personne jusqu’à ce qu’elle ne présente plus de danger raisonnable.
                Dans le cas de la femme de Dutroux, si la deuxième condition est probablement satisfaite, la première ne l’est certainement pas, et les familles vont, avec raison, estimer que 15 ans de prison ( la moitié de la peine prévue) c’est très peu cher payé eu égard à l’horreur des crimes auxquels Michelle Martin a prêté main forte. 
                Quand à Dutroux, l’idée qu’il puisse être libéré en 2013 est une aberration juridique totale : il est presque certain qu’il recommencera sa série de meurtres dans les semaines ou les mois qui suivront sa libération.
                Pour un Dutroux ( ou un Fourniret ), la prison à perpétuité devrait effectivement être perpétuelle jusqu’à ce que le très grand âge ou la maladie les rendent définitivement incapables de se livrer à des crimes de la même nature.
                Le laxisme dont la justice fait preuve vis à vis de Michelle Martin ou de Dutroux ( s’il est effectivement libéré en 2013 ) aura des conséquences désastreuses :
                - perte de la confiance du public envers la justice
                - il y a toutes les chances, dans le cas de Dutroux, que, s’il est effectivement libéré en 2013, les ayant-droits d’une ou plusieurs des victimes décident de se faire justice eux-même vu l’énorme scandale que représenterait une libération aussi grossièrement anticipée. Aucun jury d’Assises n’irait les en blâmer plus que symboliquement...


                • Antoine Diederick 10 août 2012 20:30

                  a Docdory,

                  C’est fort à propos, car si les citoyens n’ont plus confiance en la justice, qui empêchera qu’ils fassent justice eux-mêmes ?

                  Voici la lettre ouverte de Patricia Lefranc qui a été vitriolée sauvagement (source Le Soir) :

                  Lettre ouverte au Parlement et au Ministre de la Justice

                  mardi 07 août 2012, 17:19

                  Patricia Lefranc

                  Monsieur Le Ministre de la Justice, Mesdames et Messieurs les Parlementaires,

                  C’est en tant que victime vivante que je prends aujourd’hui la plume pour à nouveau faire entendre la voix du peuple, de toutes ces femmes et de tous ces hommes qui ne peuvent tolérer l’intolérable.

                  Que se passe-t-il aujourd’hui ? Que de questions, que d’incompréhensions ! Aujourd’hui nous crions à la honte. Oui, Mesdames, Messieurs, il est honteux de savoir Michèle Martin dehors. Qui seront les suivants à respirer librement l’air frais loin de leur prison ? Dutroux ? Janssens ? Et dans quelques temps Richard Remes ? Certes, les lois sont les lois et une libération anticipée est aujourd’hui possible, si ce n’est automatique. Mais les lois sont entre vos mains. C’est à vous, porte-paroles des citoyens qu’il ressort de rétablir une véritable justice. En général, les victimes des meurtriers ne sont pas présentes dans les cours d’assises et c’est aux familles de faire entendre la voix de leurs disparus.

                  Pour ma part, la situation est différente. Je suis une victime vivante dont le visage mutilé raconte les souffrances. Tout au long de mon existence, je vivrai dans la douleur, tant physique que morale. Toute ma vie je devrai subir d’innombrables opérations pour tenter de réparer ma chair meurtrie. Imaginez-vous ce que je ressens à l’idée que l’homme qui a tenté de me tuer, que cet agresseur au comportement bestial sera bientôt dehors ? Car les lois sont les lois…

                  Alors aujourd’hui je vous dis, je vous hurle STOP ! Il est insupportable, pour moi comme pour beaucoup de mes concitoyens, d’imaginer que ces meurtriers puissent être à nouveau libres à la moitié de leur peine. Lors du procès de Richard Remes, douze jurés ont fait correctement leur travail, sans haine et en âme et conscience. Ils ont condamné mon agresseur à trente ans de prison. A quoi sert un jury populaire qui détermine d’une peine et de sa durée s’il s’agit de réduire les peines dans les faits ? Autour de moi, j’entends les gens parler. Beaucoup disent qu’il est facile de tuer. Que la peine encourue sera de toute manière de courte durée. Vous, Ministre et Parlementaires, voulez-vous d’un pays où les crimes crapuleux seront monnaie courante ? Voulez-vous que les citoyens blessés qui ne croient plus au respect de l’entièreté des peines se fassent justice eux-mêmes ? C’est ce qui va arriver si vous ne bougez pas.

                  Mesdames, Messieurs, il est de votre responsabilité humaine et politique de changer aujourd’hui le cours de l’histoire. Il est en votre pouvoir de mettre en place une véritable application des peines incompressibles pour que notre futur soit plus serein. Je vous demande aujourd’hui instamment d’écouter ma voix, d’écouter notre voix et d’agir. Faites aujourd’hui en sorte que les peines de prison soient véritablement incompressibles. Il en va de la paix et du respect d’une véritable justice. Les citoyens que je représente et moi-même vous remercions d’avance.


                • COVADONGA722 COVADONGA722 11 août 2012 07:42

                  Yep , pour qui sait lire entre les lignes ici ou ailleurs l’ire de l’auteur n’est pas tant pour la criminelle , que pour celles qui dans le cadre de leur croyance lui donne asile.C’est assez
                  étonnant de voir le défenseur d’un communautarisme comportemental« sectaire dans son cas » en voie d’expension s’en prendre douceureusement à un communautarisme en voie de regression et dans ce cas precis une communauté loin d’imposer ses preceptes à la société civile s’en retire . On se prendrait à souhaiter que l’auteur et ses consorts ensuivent l’ exemple !!!!!
                  Asinus : ne varietur
                   


                  • Andalou64 11 août 2012 08:41

                    Nous aurions plus a apprendre de la réalité de cette affaire (et de la pédophilie en général) en la faisant parler plutôt que de la pendre .... Voici quelques vidéos sur cette affaire, et qui montre que Dutroux et son ex-femme seraient des ’’petits poissons’’ ...

                    Laurent Louis glisse une quenelle aux Parlementaires Belges ! (27/06/2012)

                    FR3-Les réseaux pédophiles- Le témoignage de Régina (5 parties)

                    Reportage sur les enquêteurs des témoins X (Affaire Dutroux) (3 parties)


                    • jak2pad 18 août 2012 16:16

                      je suis bien naïf : 

                      quand quelqu’un est « condamné » à tant et tant d’années, il est écrit quelque part que l’on divise par deux ?
                      vous recevez trente ans, ça va, vous en ferez quinze, au mieux ( ou au pire).
                      moi je pensais qu’après la moitié de la peine, on pouvait demander ( juste demander) à être dispensé du reste.Et que cette demande pouvait être refusée.
                      Eh bien voilà que c’est un droit absolu, on fait la moitié.
                      A ce moment, qu’on m’explique pourquoi on se ridiculise à condamner les gens à telle peine, qui ne correspond à rien.
                      Cette femme est une dingue inhumaine, et ne devrait sortir sous aucun prétexte.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès