Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Migrations & Démographie

Migrations & Démographie

Il est souvent admis que les migrations économiques ont en partie pour cause la croissance démographique excessive des régions d’origine. Certaines autorités politiques européennes s’en réjouissent d’ailleurs ouvertement pensant trouver là une solution aux problèmes économiques actuels et futurs. Par contre, en ce qui concerne la crise d’aujourd’hui, la plupart des observateurs estiment que sa seule cause est d’ordre politique ou militaire : les migrants fuient la guerre, l’insécurité, des régimes dictatoriaux, voire le tout à la fois.

JPEG - 118.2 ko
Principales routes migratoires vers l’UE

 

Or, si l’on s’intéresse par exemple aux quatre pays les plus représentés actuellement, il faut savoir que depuis 1950, la Syrie a vu sa population passer de 3,4 à 20,7 millions soit une multiplication par 6,1… que durant la même période, l’Érythrée est passée de 1,1 à 5,2 millions et la Somalie de 2,3 à 10,8 millions (soit pour ces 2 pays une multiplication de la population par 4,7)… quant à l’Afghanistan, le passage de 7,8 à 32,5 millions correspond à une multiplication par 4,2.

Si les conflits perdurent, l’avenir est d’ailleurs encore assombri par des taux de fécondité importants (Syrie 3,1), voire records (Érythrée 4,9 - Afghanistan 5,4 - Somalie 6,8)… amenant ces populations à encore doubler d’ici quinze ou vingt ans.

Attention, cela ne signifie pas que c’est directement l’explosion démographique qui a causé les guerres actuelles (comme ce fut en partie le cas au Rwanda). En effet, d’autres pays connaissent le même processus démographique et restent relativement en paix. Il est cependant probable que ce facteur a joué, ne serait-ce que parce que les autorités n’ont pas pu subvenir correctement aux besoins d’une population en croissance continue et disproportionnée par rapport aux ressources disponibles.

Ce qui est donc avancé ici, c’est que si ces pays avaient connu une progression de leur population moindre, disons un "simple" doublement sur les 65 dernières années (ce qui est déjà conséquent), eh bien on peut supposer que les migrations se seraient déroulées en proportion, ce qui aurait conduit par exemple à trois fois moins de réfugiés syriens aux portes de l’Europe… ou trois fois moins de noyés en méditerranée.

On retrouve ici la même problématique que pour les catastrophes naturelles où il y a souvent trop de monde au mauvais endroit. Ce fut le cas en Haïti (371 hab/km²), lors du séisme de 2010 qui frappa une ville (Port-au-Prince) placée dans une zone sismiquement active et qui ne se prêtait donc pas à une forte densité de population, sauf à mettre en œuvre des normes que seuls les japonais et leur niveau de développement permettent. Ce fut aussi le cas aux Philippines lors du passage du typhon Haiyan en 2013, s’abattant là encore sur un pays relativement pauvre et lui aussi surpeuplé (321 hab/km²) et qui fit plusieurs milliers de morts. En remontant dans le temps, on trouverait de multiples autres exemples. La conclusion à en tirer est presque une lapalissade : moins les Hommes sont nombreux, moins il y a de victimes en cas de catastrophe, qu’elle soit d’origine naturelle ou humaine.

Il n’est pas ici question de contester un accueil mesuré et en urgence des migrants, mais il ne faudrait surtout pas s’en contenter. Nous n’aurions en effet absolument rien résolu sur le long terme et l’on pourrait même s’attendre à ce que des générations futures d’européens subissent en grand ce que nous vivons aujourd’hui en petit, lorsque l’on sait par exemple que (selon les dernières projections onusiennes) l’Afrique est appelée à voir sa population multipliée par quatre d’ici à 2100 !... Si l’on veut minimiser, autant que faire se peut, les inéluctables crises humanitaires futures, il convient donc de s’investir résolument et massivement dans la baisse des taux de fécondité de tous les pays encore en proie à l’explosion démographique.


Moyenne des avis sur cet article :  2.04/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 5 septembre 2015 11:17
    Migrations & Démographie.. ?...Envahisseurs et pillages économique...cette stupide manie de parler d’immigration quand ce ne sont que des envahisseurs qui mettent en périr l’équilibre de l’Europe en passant par la force...Nous sommes en état de guerre et devons (par la force) repousser ces intrus.

    • aimable 5 septembre 2015 16:30

      @Le p’tit Charles

       comment envahir un continent sur le plan culturel et confessionnel sans guerre .
       «  il suffit d’organiser quelque massacres de peuples de sa culture et confession ( on ne fait pas d’omelette sans casser d’ oeufs )
      et les portes du continent choisi ouvre ses portes , surtout si ce continent est voisin cela simplifie les choses »


    • aimable 5 septembre 2015 16:40

      @Le p’tit Charles

      lire , et le continent choisi ouvre ses portes


    • César Castique César Castique 5 septembre 2015 11:46

      « Si l’on veut minimiser, autant que faire se peut, les inéluctables crises humanitaires futures, il convient donc de s’investir résolument et massivement dans la baisse des taux de fécondité de tous les pays encore en proie à l’explosion démographique. »


      Et qu’est-ce que vous proposez ? L’épandage aérien de substances stérilisantes ?

      • Rémi Manso Rémi Manso 5 septembre 2015 12:25

        @César Castique « s’investir résolument et massivement dans la baisse des taux de fécondité », c’est développer la Planification Familiale et l’éducation (des filles en particulier) dans les pays en développement. Mais c’est aussi mener des campagnes de sensibilisation (du type de celles de l’ONG Population media Center via des sortes de telenovelas). Bien d’autres actions (non coercitives) peuvent encore être menées. Tout ceci aura certes un coût important, mais bien moindre au final que celui provoqué par toutes ces guerres et migrations auxquelles on assiste aujourd’hui... sans même aborder ici tous les autres maux liés à la surpopulation.
        Ce que préconise l’association Démographie Responsable est tout donc simplement de s’investir en amont afin d’éviter l’apparition des problèmes.


      • MAIBORODA MAIBORODA 6 septembre 2015 07:48

        @Rémi Manso


        Vos solutions ont l’avantage d’être moins « radicales », et pour tout dire moins « inhumaines » que celles proposées , ou suggérées par d’autres. Certaines ont même un relent de « solution finale ».
        Etoile d’excellence pour votre commentaire.

      • César Castique César Castique 6 septembre 2015 08:29

        @Rémi Manso

        « « s’investir résolument et massivement dans la baisse des taux de fécondité », c’est développer la Planification Familiale et l’éducation (des filles en particulier) dans les pays en développement. »


        Je vous souhaite bien du plaisir. En particulier auprès des ethnies qui sont en délicatesse avec des ethnies voisines qui, à leur tour, ne voudront pas prendre le risque d’être minorisées.

        Un des problèmes de l’Afrique, à mon avis, tient au fait que les gens n’ont pas confiance les uns dans les autres. Ça se vérifie, en particulier dans les électiojns, où chacun triche parce qu’il est convaincu que l’autre va tricher. Ça ne se corrige pas avec des telenovelas, ce genre de mentalité.

        P.S. - Si je ne crois guère à votre solution, je ne crois pas non plus à l’épandage de produits stérilisants smiley

      • Claudec Claudec 5 septembre 2015 11:57
        Excellent article.

        Il est évident que le problème démographique se pose de manière différente selon les niveaux de population et de développement des pays et parfois même de leurs régions. Alors que les plus développés tendent vers une dépopulation qui nuit à la poursuite de leur développement, des pays et régions sous-développés connaissent en de nombreux endroits du monde une surpopulation qui les condamne à la misère.

        La solution peut alors sembler être de combler le déficit démographique des uns par l’excédent des autres. Mais le problème est alors que la prolifération des plus pauvres les conduit à exporter davantage leur misère qu’elle ne procure à ceux qui en sont preneurs les moyens de leur développement, en raison notamment d’un défaut d’ajustement qualitatif entre ces moyens et ces besoins.

        L’accueil de migrants est un acte humanitaire plutôt qu’économique et s’il a été « de richesse que d’homme », l’inflation joue implacablement son rôle là comme ailleurs.

        L’homme qui se montre tellement soucieux de protéger les espèces en régulant leurs populations, ferait bien d’appliquer cette précaution à celle à laquelle il appartient.


        • Esprit Critique 5 septembre 2015 15:45

          @Claudec
          « L’homme qui se montre tellement soucieux de protéger les espèces en régulant leurs populations, ferait bien d’appliquer cette précaution à celle à laquelle il appartient. »

           Merci, je n’ai pas fini de le répéter et de le replacer !


        • howahkan howahkan Hotah 5 septembre 2015 13:54

          c’est juste du au fait que il y a plus de gens a ne rien faire de concret dans les domaines vitaux de survie, des parasites de bas étages donc et pas assez de personnes qui travaillent réellement en production..mon dieu, moi travailler réellement, vous n’y pensez pas..allons voler les voisins ..

          le reste est sans intérêt au niveau des causes...


          • Esprit Critique 5 septembre 2015 15:39

            Excellente réflexions et observations.

            Si la démographie n’est pas le seul facteur déclenchant, les chiffres , reliés a une idéologie totalitaire, l’islam , ne pouvaient rien produire d’autre que ces explosions et le chaos.

            Ce n’est que le début : Rendez-vous sur Wiki , article Algérie.

            Population multipliée par  6 depuis le départ de 1.5 millions de « Français » en 1962,

            Le président « Bouteff... », était déjà ministre en 62 !

            Les mêmes cause produisant les mêmes effets :

            Que croyait vous qu’il va se passer ! ?


            • MAIBORODA MAIBORODA 6 septembre 2015 08:00

              @Esprit Critique


              Je fus « Européen », sinon expatrié, du moins transplanté en Algérie de 43 à 61.
              Combien de fois ai-je entendu les partisans de l’Algérie Française dire, redire, répéter à l’envi et clamer : « Après notre départ ils vont tous crever. »
              Les Algériens étaient 9 millions en 61. Ils sont près de 40 millions aujourd’hui.
              Il semblerait donc que l’indépendance n’ait pas eu l’effet escompté par les « partants ».

            • Esprit Critique 6 septembre 2015 15:42

              @MAIBORODA
              Je n’ai jamais mis les pieds en Algérie, simplement j’observe, mon « Pronostique » est d’aujourd’hui , il ne date pas 62.

              En attendant cette explosion meurtrière inéluctable, l’Algérie a quand même a son actif la liquidation des Harkis, de sérieux accrochages avec le Maroc, et l’épisode GIA et ses x ... ? morts.

              Mais c’est vrai tout ça n’est rien , pour l’instant.....


            • Oceane 5 septembre 2015 16:29

              L’auteur semble tenir pour peu le chaos resultant de la déstabilisation de pays et de regions pour y instaurer ce que l’historien et politologue camerounais Achille Mbembe a appelé « La démocratie au bazooka ».

              Ce qui se passe maintenant est un retour de bâton de la prétention à être le model universel. 

              « Envahisseurs et pillage économique » ne sont pas des faits nouveaux, si l’on veut bien se rappeler le temps des « découvertes », des envahisseurs de ces temps-là et des pillages qui n’ont jamais cessé, mettant « en peril l’équilibre » de ces regions. 
              A moins de suggérer qu’il y ait de « bons » et de « mauvais » envahisseurs ; de « bonnes » et de « mauvaises » manières de mettre en péril l’équilibre de sociétés, de régions et de continents.



              • MAIBORODA MAIBORODA 6 septembre 2015 08:02

                @Oceane


                J’approuve votre commentaire sensé et pertinent.

              • colere48 colere48 5 septembre 2015 16:37

                Va-t-on enfin regarder la vérité en face ? L’intégrisme et le salafisme qui rongent nos banlieues représentent un danger mortifère.

                Depuis les années 1990, nous ne voulons pas voir la radicalisation d’une fraction des musulmans de France. Cela se traduit par l’enfermement et l’endoctrinement d’enfants, d’adolescents. Cela se voit à travers l’évolution vestimentaire sur la voie publique, à l’exemple du voile intégral et cela s’entend par l’entremise de prédicateurs ou d’imams autoproclamés qui tiennent un discours radical, voire anti-France.

                Actuellement, sur certains territoires, se mêlent drogue, mafia et islamisme afin d’exercer un contrôle dans des quartiers.

                Oui, la menace islamiste est intérieur au territoire national. Ce sont nos enfants de France qui sont conditionnés. L’espace public est désormais gangrené.

                La terreur islamiste est propagée dans le monde entier, sans que la majorités des musulmans dits « modérés » ne se rassemblent massivement là où les crimes contre l’humanité sont commis, afin de protester contre leur minorité agissante.

                Encore moins, chez nous, en France, terre de liberté – ou ce qui en reste – qui est en train de devenir terre d’islam, sans qu’un coup d’arrêt brutal y soit opposé.


                • mmbbb 5 septembre 2015 19:19

                  @colere48 vieux reflexe francais nous ne voulions pas voir la guerre en 1940, la gauche a mis 15 ans avant d’admettre que l’insecurite n’etait pas un delire de droite , Quant a l’islam le recteur de la mosquee de Paris demande 2000 moquees supplementaires L’europe se tire une balle dans le pied. Nous voulons nous saborder nous renions ce que nous fumes Il est vrai que la gay pride mobilise les foules , les autres valeurs tout le monde s’en tape.


                • colere48 colere48 5 septembre 2015 19:43

                  @mmbbb

                  Pour 44 % des Français, la communauté musulmane est « plutôt une menace pour l’identité de notre pays », révèle un sondage Ifop réalisé pour Atlantico du 17 au 21 juillet 2015 sur un échantillon de 1003 individus.

                  C’est un bon début de prise de conscience, d’autant que, toujours selon l’organisme de sondage, cette opinion est stable depuis des années malgré les campagnes de désinformation (l’immigration, une chance pour la France) des médias, des spécialistes de la spécialité et des gouvernants.


                • CN46400 CN46400 6 septembre 2015 12:43

                  @mmbbb


                  Le pb est de gérer les lieux de culte avec intelligence, les églises qui ne servent plus à rien, et appartiennent aux communes, peuvent, avantageusement pour les commerces voisins, devenir des mosquées......

                • zygzornifle zygzornifle 5 septembre 2015 16:58

                  il n’y aura jamais de V république en France il y aura l’islam et son cortège d’horreur ....merci messieurs les politiques droite-gauche de créer un brillant avenir a nos enfants ......


                  • zygzornifle zygzornifle 5 septembre 2015 17:01

                    on baise en Afrique et au Maghreb et on vient ensuite avec ses rejetons en Europe pour y vivre a son crochet si j’ai bien compris .....


                    • Oceane 5 septembre 2015 17:29

                      On se prétend « démocrates-defenseurs-des-droits-l’homme », on déstabilise et détruit des pays et des régions et on s’etonne des conséquences. « L’instabilité constructive » a un coût. C’est à vous d’en tenir comtpte lorsque vous soutenez les Bhl, Bush, Sarkozy, Hollande, Blair et consort dans leurs équipées guerrières sous prétexte de « democratie ». 




                      • Montdragon Montdragon 5 septembre 2015 21:53

                        Ah mais Mr ce n’est pas en Occident que Sanofis & Co espère dégager le plus de marges de profits ...des milliards de pouilleux ont besoin de vaccins, leurs bébés ne meurent plus avant un an et c’est tant mieux..
                        Le problème qui n’est plus démographique est que ces pouilleux sont restés des putains de pouilleux qui utilisent notre médecine pour tuer leurs filles in utero, et pondre des armées de rats.


                        • Hugo.B 5 septembre 2015 22:29

                          Bonjour Rémi Manso, bien que votre analyse soit juste, il ne faut pas remettre la question de la migration uniquement sur la forte croissance démographique. En effet, la région du proche et moyen Orient a connue un fort bouleversement géo-politique ayant pour responsable les précédents et actuels gouvernements influents mondiaux ( plus particulièrement Sarkozy et Bush ). Sarkozy a un lien direct et précis avec la Lybie de son ex ami ( invité a l’Elysée ) Khadafi. Sarkozy a prit l’initiative de renverser la dictature de Khadafi, mais bien que la « qualité » du gouvernement Khadafi pouvait être très discutable, il étant néanmoins possible de discuter avec Khadafi. Aujourd’hui ce pays n’est qu’un terrain fertile au développement du terrorisme notamment. Enfin, Bush, post-2002 en désignant « l’axe du mal », a participé aux dérèglement géo-politique de la région, notamment en Afghanistan mais surtout en Irak, en massacrant la population en 2003. L’esprit belliqueux des brillants dirigeants occidentaux est donc en grande partie responsable du drame migratoire que nous connaissons aujourd’hui, et pour conclure dans le même sens que vous apparemment, il est donc d’autant plus de notre devoir aujourd’hui d’accueillir ces réfugiés.


                          • Rémi Manso Rémi Manso 6 septembre 2015 07:59

                            Bonjour Hugo.B, entièrement d’accord avec vous sur la responsabilité de Bush, Sarkozy et consorts sur la déstabilisation de la région. Mon propos est simplement de montrer que la démographie galopante y est responsable de l’intensité exceptionnelle du phénomène migratoire. En complément d’information, pour ce qui concerne la Syrie, je rajouterais que le taux de fécondité y était encore de 6,8 enfants par femme dans la période 80/85 (les 30/35 ans d’aujourd’hui), puis 5,9 (pour les 25/30 ans), de 4,8 (20/25 ans)...
                            Ceci étant, la Syrie n’a « que » 20 millions d’habitants. Je vous laisse deviner ce qui va se passer en 2050 (demain) quand le Nigeria aura 400 millions d’habitants, le Niger 77 millions, le Mali 45 millions,...
                            Notre association Démographie Responsable prêche un peu dans le désert et ce genre d’article n’est, ni plus ni moins, qu’une bouteille à la mer...


                          • MAIBORODA MAIBORODA 6 septembre 2015 08:09

                            @Hugo.B


                            Il paraît en effet utile et opportun de dénoncer, en dehors des contingences démographiques, les causes immédiates des migrations en cours.

                          • christophe nicolas christophe nicolas 5 septembre 2015 22:36

                            Et si on relie le taux de natalité à la richesse, ça donne quoi ? Les bombes fabriquent de la démographie.




                            • MAIBORODA MAIBORODA 6 septembre 2015 08:17

                              Cette analyse démographique n’est pas inutile. Elle mérite simplement d’être complétée par d’autres éclairages :

                              - pillage antérieur (et actuel) des ressources de certains pays d’Afrique.
                              - appui à des régimes « locaux » corrompus.
                              - interventions pseudo-humanitaires cachant des préoccupations beaucoup moins nobles ( main-basse sur les ressources énergétiques ou autres, raisons tenant comme en Libye à des « secrets d’Etat », désirs d’expansion impériale sous des formes renouvelées, etc.)

                              • Didier Barthès 6 septembre 2015 09:57

                                Cette mise en cause du facteur démographique était nécessaire.

                                On doit d’ailleurs remarquer que le silence qui se fait sur ce point de la relation entre démographie et migration s’étend à beaucoup d’autres sujets. Personne ou presque n’ose parler du facteur démographique, pourtant déterminant, dans la disparition des espèces (par artificialisation de tous les territoires). Nous avons éliminé 50 % des animaux au cours des 40 dernières années. De même, dans quelques semaines s’ouvrira la COP21 où il n’est pas question de mettre le problème du nombre des hommes en première ligne.

                                Chaque fois sur tous ces thèmes on préfère livrer à l’opinion quelques boucs émissaires, quelques coupables désignés sans proposer un recul sur ce que sont nos effectifs aujourd’hui.

                                Ils sont hors de proportion avec ce qu’a connu l’humanité tout au long de son histoire, ils sont hors de proportion avec les règles élémentaires de l’écologie qui veulent qu’un prédateur soit par définition en petit nombre. Nous avons aboli ces règles, Pour l’instant toute la biosphère en pâtit , demain cela sera à notre tour. Il sera trop tard hélas pour réparer les dégâts.

                                Le droit que nous considérons comme inaliénable d’être toujours plus nombreux aura aboli tous les autres droits, ceux des autres être vivants comme ceux des hommes. Nous périrons de notre arrogance et de notre vanité. La folie des migrations en est une première illustration.


                                • CN46400 CN46400 6 septembre 2015 12:53

                                  @Didier Barthès


                                  SVP un peu de sérieux, la démographie dépends essentiellement du niveau de vie des populations concernées. Pour être maintenue au dessus de 2 dans les pays développés il faut subventionner (ex France) les naissances ! Haussez le niveau de vie en Afrique, et la « bombe démographique » se désamorcera elle-même ! idem ailleurs...

                                • Didier Barthès 6 septembre 2015 14:41

                                  @CN46400

                                  Vous répétez là ce que le monde voudrait bien entendre, qu’un peu de développement désamorcera la bombe démographique comme cela s’est fait partout, reprenant la théorie d’une transition démographique généralisée et pacifique.

                                  Il est hélas trop tard pour ce schéma dont l’automatisme est d’ailleurs loin d’être certain. Les niveaux de fécondité permettant d’entamer une stabilisation puis une baisse de nos effectifs sont généralement associés à des niveaux de développement qui, s’ils étaient appliqués à toute la planète, conduiraient à une consommation et à une pollution absolument intolérable pour la biosphère.

                                  Il faut dés maintenant abaisser la fécondité sans attendre les éventuels effets d’un éventuel développement. Il faut agir d’autant plus vite que la population mondiale est jeune (l’âge médian est autour de 28 ans) et que donc mécaniquement même avec une faible fécondité il y aura automatiquement de nombreuses naissances du fait de l’importance relative du nombre de personnes en âge de se reproduire.

                                  Ajoutons enfin, puisque vous pariez sur le développement, que celui-ci ne se décrète pas et que la fin prochaine des énergies fossiles va sérieusement entamer les possibilités que nous avons connues dans le passé dans d’autres pays.


                                • CN46400 CN46400 6 septembre 2015 15:51

                                  @Didier Barthès


                                  Le niveau de développement des ex-pays socialistes était bien plus bas que le notre et leur fécondité, en 90, était plus basse que celle de la France....

                                • Didier Barthès 6 septembre 2015 18:13

                                  @CN46400

                                  Certes, le lien n’est pas linéaire et il y a des exceptions, mais même les pays d’Europe de l’Est ont un niveau de développement et de consommation qui n’est pas généralisable à la planète entière. La France d’autre part parmi les pays développés fait figure d’exception par sa forte natalité (avec l’Irlande en Europe).


                                • CN46400 CN46400 6 septembre 2015 21:30

                                  @Didier Barthès

                                  La France n’est exceptionnelle que parcequ’elle subventionne la natalité !

                                • Didier Barthès 7 septembre 2015 14:07

                                  @CN46400
                                  Sur ce point je suis d’accord.


                                • zygzornifle zygzornifle 6 septembre 2015 13:35

                                  L’Émir du Qatar à propos de l’accueil des réfugiés syriens : « nous avons assez d’esclaves comme ça ....
                                  Telle fut la réponse cinglante de l’Émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, à la question d’une journaliste de la BBC, lors d’une conférence de presse donnée ce jeudi matin, en marge de la visite de John Kerry, secrétaire d’État des États-Unis.
                                  Les six pays du Golfe n’ont accueilli aucun réfugié syrien...

                                  https://el-manchar.com/2015/09/03/lemir-du-qatar-a-propos-de-laccueil-des-refugies-syriens-nous-avons-assez-desclaves-comme-ca/


                                  • colere48 colere48 6 septembre 2015 18:31

                                    Hier soir, j’ai lu ceci : « Si on parvient à convaincre les Chinois que les couilles des Djihadistes sont aphrodisiaques, dans 10 ans ils auront disparu… »

                                    Ben quoi ? on peux toujours rêver, non ?


                                    • René 03 René 03 6 septembre 2015 20:43

                                      Article très intéressant de monsieur Manso qui m’amène à cette simple réflexion logique.

                                      « Si nous parvenions à stabiliser la population humaine mondiale, plus personne ne mourrait de faim car les besoins en nourriture, eau, logements, vêtements, etc, seraient aussi stabilisés, il ne resterait plus qu’à améliorer le niveau de vie des plus pauvres tout en respectant la biodiversité planétaire. »


                                      • Didier Barthès 7 septembre 2015 09:57

                                        @René 03

                                        Oui René vous avez raison, tous les grands problèmes de l’humanité sont aujourd’hui aggravés par le nombre. Tous seraient plus faciles (ou moins difficiles) à régler si nous étions moins nombreux. Il est même probable que certains sont impossibles à régler à 7 milliards (et encore moins à 11 à la fin du siècle) alors qu’ils le seraient facilement si nous revenions aux effectifs d’il y a 100 ou 200 ans. Il en est ainsi de la protection des espèces animales mais aussi de la faim qui frappera lourdement dès que manquera le pétrole.


                                      • raymond 7 septembre 2015 20:25

                                        ha les gros graphiques avec des flêches bien rouges, imparable, et le coeur il est ou dans toutes ces flux ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès