Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Militantisme sauce bobo

Militantisme sauce bobo

Le temps d’un week-end, les 25 et 26 février derniers, Le Point Ephémère (Paris) a hébergé un commerce d’un genre à part : le supermarché Ferraille, « Supermarché Ferraille : un coup de boule dans les prix ! ». Mis en place par l’association de sympathiques activistes qui porte le même nom, cette manifestation a permis aux curieux qui passaient sur le quai de Valmy (Xe) de déambuler le long des rayons qui proposaient, au choix, de la raclette déjà fondue, des régimes grossissants Slim Fat (qui promet de faire prendre jusqu’à 30 kg en un mois), des bâtonnets de requin-marteau surgelés, des boîtes de miettes de dauphin garanties sans thon, ou bien encore du foie gras de chômeur élevé en HLM, sans oublier les tongs vendues par 3 pour le prix de 2.

Vous l’aurez compris, ces produits n’étaient pas de vrais produits, il s’agissait de boîtes vides dont l’étiquette pastiche constituait le seul intérêt. Et il est vrai qu’on éprouvait une certaine jubilation à arpenter les rayons, se prenant vite au jeu de déchiffrer les étiquettes dont certaines ne semblaient pas si improbables qu’elles l’auraient voulu (après tout, pourquoi exterminer les thons en s’offusquant de la pêche des dauphins, et non l’inverse ?). L’idée, de prime abord, était bonne. Même si le procédé n’était pas totalement nouveau, la dénonciation de la surconsommation hystérique passait bien, sur le mode humoristique, loin des discours moralisateurs dont on sait maintenant qu’ils ne fonctionnent pas. En mettant le public en scène dans les rayons du magasin, dans la même situation que dans les commerces qu’il fréquente habituellement pour y acheter de vrais produits qui vont vraiment le faire grossir tout en vidant vraiment les mers du globe, les « Ferrailleux » ont fait preuve de pédagogie et d’humour.

Mais au bout de quelques minutes, les gens qui faisaient la queue tout le long du magasin, et auxquels je n’avais d’abord pas prêté attention, m’ont finalement intrigué. Que se passait-il ? Une dégustation d’huîtres en tube ? Une tombola pour gagner son poids en sauce béarnaise ? Je m’approchai, et après quelques instants d’incrédulité, je dus me rendre à l’évidence : les gens faisaient la queue pour passer en caisse ! Les faux produits étaient vraiment en vente, et la queue remplissait la moitié du magasin ! Nous étions dimanche après-midi, et les gens (entre 20 et 35 ans, dans leur immense majorité) se tenaient bien sagement en ligne, avec le même air résigné que les gens faisant la queue dans les vrais supermarchés, qui tenaient leur pizza en boîte à la main, et attendaient leur tour pour payer. Acheter, voilà ce qu’ils faisaient, pour signifier leur adhésion à la moquerie de la surconsommation.

Mais qu’achetaient-ils au juste, ces jeunes et polis rebelles du dimanche après-midi ? Qu’on rie devant l’étiquette d’une bouteille d’eau d’égout, je le conçois tout à fait, mais qu’on l’achète au double du prix d’une bouteille d’eau de source, à quoi bon ? Les clients du supermarché Ferraille auront travaillé toute la semaine pour aller ensuite dépenser leur salaire dans des boîtes vides...

En fait, ce qu’ils achetaient, c’était un supplément d’âme  ; ou du moins l’auraient-ils souhaité. En achetant ces produits pastiches, ils signifiaient leur adhésion à la dénonciation, ils souscrivaient pleinement à l’initiative tout en prenant en partie crédit de l’impertinence affichée sur ces boîtes de conserve. Car que vont devenir ces boîtes vides aux étiquettes qui ne font rire qu’une fois ? Elles vont trôner sur une étagère bien en vue dans le salon de ces jeunes consommateurs de l’anti-consumérisme. De même qu’un tee-shirt à message permet de se positionner dans une foule ou dans une soirée, les boîtes de conserve Ferraille permettront d’attester la rébellion de leur possesseur auprès de ses invités. Bref, ces produits, comme tous les autres, répondaient à un besoin bien établi, et étaient accessibles à un prix, lui aussi bien établi.

Je suis donc rapidement reparti du supermarché Ferraille avec le sentiment que l’idée, bonne à la base, était un échec total. Pire : l’idée même du consumérisme-roi en ressortait renforcée. Car c’est bien la grande force de ce système, que de réussir à intégrer sa critique propre, d’en faire une marchandise, au même titre qu’un concert de Florent Pagny, un saut à l’élastique ou un tee-shirt à l’effigie de Che Guevara.

Et sur le chemin du retour, je me posais la question de savoir ce qui aurait pu ne pas vider la contestation de sa substance et la retourner contre elle-même. J’ai rapidement pensé qu’il aurait fallu que tous ces produits ne fussent tout simplement pas proposés à la vente. Mais la démarche aurait alors été celle d’un artiste qui expose, et le public se serait retrouvé dans la position du promeneur qui déambule dans un musée, et qui consomme de la culture, passif.

Non, ce qu’il aurait fallu pour que l’opération Ferraille soit un vrai succès, c’est bien que ces boîtes de conserve aient été en vente, qu’elles aient séduit les badauds, et puis qu’ils soient repartis chez eux, sans rien acheter.

Mais cela, visiblement, leur aurait beaucoup coûté.


Moyenne des avis sur cet article :  4.63/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Gros Têtard (---.---.147.194) 2 mars 2006 10:09

    Bien écrit, vision intéressante.

    Question subsidiaire : à quoi (qui) va servir l’argent recolté ?


    • Karma (---.---.214.47) 2 mars 2006 15:48

      Et comment y font les ferailleurs après pour vivre ???


      • Triskel métal (---.---.203.22) 31 mai 2006 18:58

        S’il te plait, ne confond pas les ferrailleurs avec ces férailleux de la consommation, là

        et si tu veux vraiment voir koment on vit va voir le site :p


      • popol (---.---.233.197) 2 mars 2006 16:08

        rien de tel qu’un café au McDo...

        popol


        • janOks (---.---.254.173) 2 mars 2006 20:23

          Ferraille c’est tout d’abord Le Magazine de Bédé underground, celui où l’on lit des auteurs qu’on ne voit pas ailleurs (à part peut-être dans le Psikopat), le supermarché est dans le même esprit que le magazine. Ceux qui le lisent ont même l’affiche des produits du superMarché. Ferraille illustré c’est géant, il faut lire pour comprendre et aimer. Rien à voir avec de l’anti-consommation. C’est de l’Art. Je parie que l’auteur ne sait même pas qui est Bouzard...


          • janOks (---.---.254.173) 2 mars 2006 20:27

            il manquait le lien, le voilà.


          • Talkie-Walkie (---.---.200.243) 2 mars 2006 20:49

            Il aurait surtout fallu mettre en vente ces objets dans de vrais supermarchés, à la manière des collectifs et musiciens qui dépose leurs disques dans les rayons de la Fnac avec de faux codes barres.. (désolé je ne me souviens plus exactement qui a fait cela ..) On aurait vu alors les réactions, ou peut -être l’absence de réactions des consommateurs face à ces canulars ... Et là en plus y’a de quoi perturber vraiment l’organisation des supermarchés...


            • boronali (---.---.66.4) 3 mars 2006 11:13

              LA défunte Fondation Babybrul pratiquait le « DAE », « Don à l’Etalage » consistant à déposer des objets gratuits dans des rayonnages de supermarchés :

              Le Don A l’Etalage


              • David JOURAND (---.---.108.28) 5 mars 2006 13:28

                Pour que l’opération Ferraille soit un vrai succès, il aurait d’abord fallut définir ses objectifs ! Si selon Damien West « L’intérêt de ce type de simulacre, c’est qu’il dévoile nos comportements pour les mettre en évidence », cette opération est peut-être un succès... bien que je n’en comprenne ni l’intérêt ni la « beauté ».

                Il s’agit plus sûrement d’une critique de la société de consomation (de masse) dans l’espoir de changer le monde. Dans ce cas, cette opération ne peut être qu’un échec. Je vous invite à lire le livre de Joseph Heath et Andrew Potter, « Révolte consommée Le mythe de la contre-culture » dont on trouvera une critique sur de marianne : Feu sur la contre-culture pour comprendre...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès