Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Mobilisation à Normal’ Sup : une lutte courageuse et victorieuse

Mobilisation à Normal’ Sup : une lutte courageuse et victorieuse

Des étudiants de la prestigieuse Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm à Paris, capables de se mobiliser pour défendre les précaires de leur école, quitte à sacrifier leurs révisions, qui l’eût cru ? Malgré, plusieurs plaintes déposées par la direction, des avertissements et gardes-à-vue, les élèves peuvent crier victoire.http://www.acturevue.com

6 mois de mobilisation, entre grèves et blocages

Ces élèves, qui intégreront pour la plupart, ce milieu fermé de l’élite française, ont mené une bataille acharnée : 5 mois de grève (du 10 janvier au 26 mai) et 29 jours d’occupation des bureaux de la direction. Une bataille qui a valu aux 22 agents de la cuisine et du ménage d’obtenir la transformation de leur CDD en CDI.

Fait rarissime au sein d’une école, la direction a donc cédé sous la pression de ses élèves. Après 7 mois de lutte contre la précarité à l’ENS, la directrice Monique Canto-Sperber a signé le protocole de fin de conflit répondant à la plupart des revendications de l’Assemblée Générale de l’école :

  •    L'obtention de CDI pour tou-te-s les grévistes ainsi que pour tou-te-s les personnel-le-semployé-e-s par l'ENS depuis plus de trois ans
  •    La mutation du chef de cuisine, suite à l'ouverture d'une enquête portant sur des violences et des harcèlements sur le lieu de travail
  •    Le paiement de 75% des jours de grève
  •    75 euros d'indemnité mensuelle, forme de reconnaissance du caractère anormal de l'emploi de CDI dans la fonction publique, sur des emplois pérennes, au lieu d'attribuer des postes de fonctionnaires titulaires.

Une solidarité exceptionnelle

 Cette lutte a permis aux élèves de « tisser des liens très forts » avec les salariés précaires de l’Ecole. Un des cuisiniers en grève résumait la situation à Rue89 en se félicitant de cette solidarité :

 « Je suis ému de voir que certains étudiants mettent de côté leurs études pour nous défendre. Cela fait plus de trois mois que nous ne sommes plus payés par l'administration mais grâce à différentes collectes, les onze travailleurs en grève ont perçu l'intégralité de leur salaire. »

 Le succès de ce mouvement s’explique avant tout par la stratégie des étudiants de l’école. Ces derniers ont organisé des banquets solidaires, des ventes quotidiennes de sandwichs et boissons, afin de payer les salariés à la place de l’administration.

Des risques et des sacrifices pour défendre un principe

 Le principe des étudiants pouvait se lire jusque sur les murs de l’établissement. Une banderole y dénonçait « l’exploitation des travailleurs ».

 Un étudiant rappelait à l’époque, ses exigences à la directrice de l’école :

 « Nos revendications ne s'arrêtent pas au CDI. Nous voulons aussi qu'ils aient une augmentation de salaire. Nous, étudiants, sommes payés pour la plupart 1 380 euros quand les employés qui font un travail très dur ne perçoivent que 1 100 euros par mois, 1 300 euros pour ceux avec deux enfants. »

 Comme il n’y a pas de vraie lutte sans sacrifice, ces étudiants ont dû essuyer nombre de menaces de la part de la direction.

 L’administration a photographié certains bloqueurs. A menacé les étudiants de prélever 1/30e de leur salaire et a censuré tous les courriels à caractère politique envoyés sur les adresses internet de l’ENS.

La directrice a également porté plainte contre plusieurs élèves qui ont été condamnés par le tribunal administratif de Paris à évacuer les bureaux de la direction sous peine de payer 50 euros d’astreinte pour chaque jour d’occupation. Refusant de céder aux pressions 14 étudiants ont été embarqués par la police le 19 avril dernier, puis relâchés peu de temps après.

Enfin, le 12 juillet, alors que le mouvement prenait fin grâce à la signature du protocole d’accord, 9 élèves ont été convoqués en conseil de discipline : 5 ont reçu un avertissement pour avoir bloqué les bureaux de la direction, et un 6e a reçu un blâme pour avoir dégradé une palissade.

Faut-il préciser que sur les 9 personnes convoquées, 7 sont syndiquées (CGT, SUD, UNEF) ?

Une chose est sûre, ce mouvement est exemplaire à plusieurs titres.

Ces élèves ont d’abord su prendre conscience du rôle qu’ils pouvaient et qu’ils avaient à jouer pour défendre des valeurs que même une Ecole publique bafoue impunément.

Ensuite, ils ont su inventer un mouvement de lutte efficace et stratégique avec à la clef, la satisfaction de leurs principales revendications.

On ne saurait qu’encourager d’autres personnes, étudiants, travailleurs ou précaires, à les imiter et à prendre exemple sur cette belle solidarité.

David Perrotin 


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Ariane Walter Ariane Walter 21 juillet 2011 11:06

    Merci de nous apprendre ce combat exemplaire dont personne ,en effet, ne parlait. Cela fait chaud au coeur.


    • Nolimé Nolimé 21 juillet 2011 11:24

      Une belle démonstration de l’adage « L’union fait la force »^^ Et pour une fois, dans le bon sens !


      • papi 21 juillet 2011 15:02

        @ amaury

        SI  ! seulement ce fait était le miroir de ce que les Français sont capables , nous n’en serions pas là aujourd’hui  !!


      • Hétérodoxe 21 juillet 2011 13:40

        « Nous, étudiants, sommes payés pour la plupart 1 380 euros quand les employés qui font un travail très dur ne perçoivent que 1 100 euros par mois, 1 300 euros pour ceux avec deux enfants. »

        C’est le genre de phrase que j’aimerais lire chaque jour.

        S’indigner non pas du moins qu’on a par rapport à ceux qui ont plus, mais du plus qu’on a par rapport à ceux qui ont moins. Ca, c’est la classe !! Protéger les plus faibles, c’est ça la civilisation !

        Aller, les internes de médecine, prenez exemple !


        • Paul Lémand 22 juillet 2011 08:26

          D’accord avec Actias.
          L’ENS forme l’élite de la nation, une élite souvent oublieuse.

          Belle mobilisation des élèves de cette ENS, certes. Merci d’en avoir parlé.
          Mais ne pas pecher par naiveté.
          Canto-Sperber est directement visée et plusieurs veulent sa tête.

          Ils ne lacheront pas avant de l’avoir obtenue.

          Et puis, cette phrase sur les syndicats, qui fleure bon le corporatisme...
          Parce qu’un salarié est syndicaliste, il serait automatiquement intelligent, négociateur ?
          Être syndicaliste n’interdit nullement de se comporter comme un beauf crétin !


        • lagabe 22 juillet 2011 09:22

          en un sens est il normal que ces étudiants soient payés 1380 euros alors que la médiane des salaires est à 1200 euros , et que pour la plupart ils viennent de familles à trés hauts revenues
          anciens éléves Juppe, BHL etc
          et de plus j’ai été étudiant et non rémunéré (90 % des étudiants sont non rémunérés sauf polytechnique ,ENA , ULM )
          donc on est dans une des plus grandes écoles et on est rémunéré et ensuite on aura un job trés bien rémunéré


        • JL JL 22 juillet 2011 09:58

          @ lagabe,

          au sujet du salaire il se dit tout et n’importe quoi.

          IL est très difficile de trouver des chiffres concernant le salaire moyen, à ne pas confondre avec le salaire médian.

          Pour le salaire médian, on trouve ça : « Selon l’INSEE le salaire médian en France est maintenant de 1.600 € / mois (pour un temps plein dans le privé), ce qui signifie que 50% des salariés français gagnent moins que cette somme ; l’autre moitié, plus. 20% des salariés gagnent plus de 2.380 €/mois. »

          Pour le salaire moyen, ceci : Salaire moyen des Français : 1 314 €/mois

          et cela : « Le niveau de vie médian s’élève à 1 580 € et les français les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 876€ par mois alors que celui des plus riches est de 2690€. Le salaire moyen, quant à lui, est de 1 842,50€ par mois.  »

          On remarque plusieurs choses : le salaire moyen est mathématiquement supérieur au salaire médian, étant donné la progressivité exponentielle de la courbe de distribution. Ce qui fait dire que le site surf-finance.com est désinformé ou désinformateur.

          Par ailleurs, dans le deuxième lien, l’Insee évoque un niveau de vie médian à 1580 euros pour un salaire médian à 1380 euros.

          Je présume que, de la même façon qu’on considère un niveau de vie médian, il faut considérer un niveau de vie moyen : je propose le PIB par habitant :
           
          ça fait : 1921 mds d’euros divisés par 64.7 millions = 2474 euros mensuels.

          On le voit, le niveau de vie médian n’est que 64% du niveau de vie moyen !

          Ce qui veut dire, par exemple, que la moitié de la population se partage un gateau qui est le double de ce que l’autre moitié se partage. Ce sont les très haut revenus qui font essentiellement la différence.


        • dawei dawei 21 juillet 2011 13:41

          C’est bien de ces histories que Pernaud devrait nous conter l’exemplarité, plutot que nous servir du chasse peche nature et tradition ... enfin du moins ceux qui se font encore servir la soupe informative par son canal.


          • jcbouthemy jcbouthemy 21 juillet 2011 14:46

            Il est toujours intéressant de savoir comment fonctionnent ceux qui se considérent comme nos élites et imposent leur point de vue « expert ».

            J’ai le souvenir d’avoir voulu joindre Serge Paugam, spécialiste de la pauvreté...un sujet que je connais assez bien pour le cotoyer tous les jours.
            Bien entendu je n’ai jamais réussi à joindre ce grand ponte.
            Ce qui m’avait surpris, c’est qu’à l’intérieur même des locaux, pour accéder aux différents services, il faut disposer du passe adéquat.
            C’est dire combien ces gens sont fermés au monde extérieur. Ils vivent entre eux, en se protégeant du monde qu’ils considérent, à priori, comme hostile...
            Heureusement que l’ENS traite de sciences humaines.

            Bravo cependant aux étudiants qui ont su réagir et ne sont pas encore fermé au monde extérieur tel qu’il n’existe pas dans leurs bouquins, séminaires ou colloques.


            • ficelle 21 juillet 2011 16:51

              Pourvou qué ça doure !


              • Roland Gérard Roland Gérard 21 juillet 2011 18:11

                alors il y aurait réellement une élite ?


                • Lisa SION 2 Lisa SION 2 21 juillet 2011 18:48

                  Bonjour et merci pour cette plus belle des histoire de l’été qui ne fait que commencer,

                  « Ces élèves, qui intégreront pour la plupart, ce milieu fermé de l’élite française,  » gageons que cette génération est bien partie pour desservir l’intérêt général, il faut le noter et s’en souvenir. j’aimerai bien avoir vue publiée la liste des noms de ces jeunes à retenir pour plus tard. Le vent des indignés a soufflé sur notre capitale, il aurait fallu vite dresser des éoliennes...


                  • Gargantua 21 juillet 2011 19:26

                    Ne tombons pas sous le charme de se combat de l’élitisme, certes il faut soutenir l’indépendance et la qualité, mais rendons à Césars ce qui est à César, et posons nous la question combien sorte de cette école avec une conscience que le privilège qui leurs à été accordez, ils le doivent à la collectivité National et qu’ils ont un devoir de le rendre en se mettant aux services de l’intérêt géneral ? 


                    • Gargantua 23 juillet 2011 02:08

                      Vue les réactions négatives, cela démontre bien que ce petit monde est déconnecté du peuple.


                    • Mr-J 24 juillet 2011 21:55
                      Il se passe un truc bien, -pour une fois- et toi tu critique ceux qui ont fait le bien ? Normal qu’il y ait des réactions négatives.
                      Bats-toi quand c’est nécessaire comme ces jeunes l’ont fait.

                      Sinon ils ont le droit de vivre, comme ils l’entendent, comme toi ; par contre c’est à l’état de faire ce qu’il à a faire ; mais dire que ces gamins sont responsables : c’est hypocrite, c’est à nous tous de faire avancez le monde, « l’assistanat intelectuel » n’existe pas !

                      Et un conseil amical : ne croyez pas en le FN, l’UMP, le PS et europe écologie ! Bien à vous.

                    • platon613 21 juillet 2011 21:28

                      Big Brother : La France crée l’encartage électronique de toute la population

                      La France est en train de se doter d’un bouclier anti-révolte, anti-émeute et anti-révolution : une super carte d’identité permettant de ficher toute la population, innocents ou coupables ? Le gouvernement a décidé que nous étions tous coupables...

                      http://www.news-26.com/politique/826-big-brother-la-france-cree-lencartage-electronique-de-toute-la-population.html


                      • gege061 gege061 22 juillet 2011 09:48

                        Votre information est vraie mais si comme vous le dites que cette carte s’adresse à tous les français sans distinction je n’y vois pas de problème. Il y avait autrefois sur toutes les cartes d’identité les empreintes digitales.
                        Les temps changent la technologie aussi.
                        Je dirais que le gouvernement a choisi d’avoir une carte d’identité permettant de retrouver plus facilement un coupable.
                        Cela ne me choque pas.
                        Autre problème est l’utilisation que l’on fait de ces fichiers.


                      • zany 21 juillet 2011 23:49

                        La tombe du numéro 2 nazi je m’en tape au plus haut point, je ne vois pas ce que sa viens faire là.


                      • mike gallantsay 22 juillet 2011 04:43

                        Ah bon...
                        Ça vous indigne ?
                        Profané du latin profanum : pro (devant) et fanum (lieu consacré)
                        Consacré à quoi, exactement ?
                        D’après wiki : « profaner, c’est restituer à l’usage commun ce qui a été séparé dans la sphère du sacré ».
                        Alors comme ça Rudolph Hess était jusque là dans « la sphère du sacré » ?
                        Interessant...


                      • zany 21 juillet 2011 23:46

                        Bien joué aux étudiants et étudiantes, je n’étais pas au courant de cette affaire, ça commence les impayé...
                        Brillante initiative (taché de garder le cap pour vos poste de demain).

                        Je suis sûre que le personnel vas vous gâter 


                        • cameleon29 cameleon29 22 juillet 2011 01:03

                          Un petit gout de solidarité qui fait plaisir et peur également car depuis 6 mois, pas une infos la dessus.
                          En tout cas respect aux futurs sénateurs ou autres qui vont commencer à se faire, non pas un nom mais un ventre rond vu qu’ils se sont mis la cuisine dans la poche....


                          • mike gallantsay 22 juillet 2011 04:33

                            J’avais vaguement entendu parler de leur lutte au début du mouvement, il cinq ou six mois et puis... le trou noir.
                            Plus un mot, plus une info, j’en avais déduit qu’ils avaient arrêté.
                            Quelle bonne surprise.
                            Une lutte altruiste, déterminée, menée par des jeunes dans la voie royale des zélites et que l’on pourrait croire plus intéressés par leur réussite individuelle que par le sort du petit personnel, et une victoire de surcroît !
                            Chapeau !
                            Félicitations !
                            Ca requinque un peu le moral.

                            Mais, bon dieu, le niveau des média français ! C’est l’URSS sous Brejnev.
                            Pour l’instant avec le web nous avons notre samizdat...
                            Mais pour combien de temps ?


                            • herbe herbe 22 juillet 2011 09:28

                              Une très bonne nouvelle à saluer ! Merci pour cette info !

                              Certains médias sont en train de relayer une injonction à positiver (sic) !
                              La joie ou la confiance ça se décrète ?!

                              Très peu de médias ont l’honnêteté de reconnaitre le toujours implacable constat des inégalités qui crise ou pas crise (il y a là un demi aveu, ce n’est pas la crise pour tout le monde !) croissent de jour en jour !

                              Effectivement quand on fait une moyenne entre les deux bouts des extrêmes ça semble confortable ! mais cette moyenne, cet homme moyen, voire cette classe moyenne n’existe pas (peu ou plus si on veut rester positif !) et pourtant c’est sur cette moyenne confortable qu’on s’appuie pour célébrer la réussite économique du système en terme statistique.

                              Et bien chiche faites remonter la joie et la confiance : que cette moyenne existe !!! et choyez la !! et on verra qu’il n’y aura plus besoin d’injonction au positif.

                              En attendant pour les nouvelles qui remontent le moral, il faut les chercher comme une aiguille dans... par exemple là : http://www.planetpositive.org/


                              • kéké02360 22 juillet 2011 10:54

                                Avec l’effondrement du système libéral et le << risque >> d’une Constituante smiley les étudiants de Sciences pot (de vin ) et de Normal chut ! réalisent que leur avenir politique est précaire smiley


                                • armand armand 24 juillet 2011 09:23

                                  Pour une fois qu’on assiste à une (micro)mobilisation efficace, ne boudons pas notre plaisir. Surtout que ce ne sont pas les normaliens qui posent problème, par la suite, nombre sont ceux et celles qui végèteront ensuite dans des lycées de banlieue à tenter d’apprivoiser des sauvageons tout en gagnant au plus deux ou trois SMICS. C’est la prétention du secteur des Finances qui fait scandale : un énarque inspecteur des finances gagne au bas mot 8000 net, soit deux fois le salaire d’un professeur des universités en milieu de carrière....
                                  Quant à la prétention des normaliens - indéniable, mais on ne peut faire l’objet, dès son jeune âge, d’une sélection impitoyable sans développer un orgueil surdimensionné - elle n’est rien à côté de celle des filières à la mode, Sciences Po par exemple, qui apprennent surtout à jongler avec des concepts creux pour épater la galerie....


                                  • armand armand 24 juillet 2011 09:26

                                    Rappelons qu’il y a deux ou trois ans les employés de ménage dans les bureaux londoniens de ce phare du banksterisme qu’est Goldman Sucks ont tenté vainement d’obtenir le relèvement de leurs maigres pittances au moyen d’une grève. On s’en doute, il n’y eut aucun élan de solidarité de la part des Golden Boys (and Girls).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès