Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > MON 810 : persiste et signe...

MON 810 : persiste et signe...

 

Selon un avis rendu par l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), le maïs transgénique MON 810 ayant fait l’année dernière l’objet d’une mesure d’une interdiction de culture par le gouvernement serait sans danger... La question est d’importance puisqu’elle n’est pas sans conséquence aussi bien sur le plan du principe de précaution s’agissant de la santé publique qu’un point de vue économique. Si le gouvernement, en se basant sur cet avis, autorisait à nouveau la culture du MON 810, ce serait d’ors et déjà d’après les experts un potentiel de 200.000 hectares de terre en France pouvant être mis en exploitation.

 

MON 810...

Développé par la firme américaine Monsanto, ce maïs transgénique permet par la modification de son génome de produire une molécule insecticide visant à détruire les chenilles de la pyrale et de la sésamie, les principaux insectes destructeurs de la plante. Présenté comme totalement sans danger pour l’environnement et la santé (humaine et animale) par les agronomes de Monsanto, ce n’est pas l’avis de certains biologistes indépendants.
 

Les scientifiques le disent...

Si l’on n’a jamais aujourd’hui trouvé personne ayant été nourri directement ou indirectement par du maïs transgénique présentant directement des troubles de santé, on est loin du caractère d’inocuité concernant certains animaux de laboratoire. Ainsi plusieurs études récentes ont montré que les souris nourries par du maïs 810 présentaient d’importantes modifications de protéines impliquées dans la fabrication de leurs cellules immunitaires (Institut Nationale de Recherche sur l’alimentation de Rome) faisant ainsi varié leur quantité dans le sang, mais aussi connaissaient des troubles de de fertilité et de croissance (Université de Médecine Vétérinaire de Vienne, Dr Jürgen Zentek) avec des modifications substantielles de la taille de certaines organes. En France le professeur Seralini de l’université de Caen a fait des constatations similaires en insistant sur le caractère excessivement mutant des gènes modifiés impliqués dans les plantes transgéniques. Si aujourd’hui l’avis de l’Afssa, qui n’a pas encore été rendu publique, va à l’encontre de ce que la communauté scientifique a observé, on peut se poser la question de la fiabilité de celle-ci en la matière concernant la santé des consommateurs et surtout de quelles preuves (ou plutôt absence de preuves) s’est-elle servies pour étayer son jugement dans la mesure où, pour trouver chez l’homme les dégâts observés chez les animaux de laboratoire, il faudrait pratiquer des dissections massives ! Ajoutons aussi, pour la mémoire, que le radium était dans les années trente du siècle précédent présenté sans danger, même bénéfice pour la santé public et vendu comme adjuvent dans certains aliments... Il est vrai qu’il ne tuait pas tout de suite !
 

Prosélytisme OGM !

Au delà de l’effet potentiellement délétère pour la santé, le maïs transgénique a naturellement un caractère prosélyte puisqu’il contamine les cultures qui l’entourent. Ce que disent depuis le début des luttes homéliques les militants écologistes, avec les fauchages sauvages et sanctionnés par les tribunaux, n’est plus douteux. En effet les exemples abondent. On peut citer le cas d’une exploitation de maïs bio dans le dépârtement des Deux-Sévres qui a été contaminée par du MON 810. Trois expertises l’ont confirmée, ce qui a valu à cet agriculteur le déclassement de sa production et 3 tonnes de maïs ont dû être réorientées vers la filière conventionnelle. Malgré ce que dit Monsanto et les hommes politiques français relais de son argumentation (mais l’on sait comment la firme sait s’y prendre avec eux !) il est impossible de faire co-exister des plantes transgéniques et traditionnelles et c’est l’avis d’un spécialiste américain de la question, le micro-biologiste Chapela, professeur à l’université de Berkeley.
 

Wait and see...

Il est clair que l’avis rendu par l’Afssa, organisme public dépendant du gouvernement n’est pas anodin et comme le dit aujourd’hui Arno Apotecker de Green Peace, interrogé par un journaliste du Pont : « Il a dû y avoir des fuites organisées par des pro-OGM. Je pense que des personnes au sein de l’Agence sont loin d’être neutres et ont volontairement propagé cette information quelques jours avant les décisions européennes. Il y a un effort concerté de la part du lobby de l’industrie de la biotechnologie. C’est certainement pour influencer le ministre Jean-Louis Borloo, mais aussi l’ensemble des pays de l’Union européenne qui seraient prêts à soutenir la clause de sauvegarde française. C’est aussi pour faire tomber la clause de sauvegarde hongroise, grecque et autrichienne... » C’est donc les prémices d’une nouvelle bataille que devront engager les organisations chargées de défendre les droits de la vraie vie face à ceux qui veulent en faire commerce.


 


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 12 février 2009 15:37

    saloperies de lobbiyistes ! qu’ils le bouffent si ils le veulent , leur saloperie , mais eux seulement , moi j’en veux pas !


    • Polemikvictor Polemikvictor 12 février 2009 15:50

      Resultat pas surprenant : le bacille thurengis qui donne ses propriérés insecticide au MON 810 est autorisé en agriculture biologique.


      • lharmas 12 février 2009 16:28

        Il y a quand même une sacrée différence entre une application externe (agri bio) que l’on sait très facilement dégradable et une fabrication interne (dans toute la plante) de l’insecticide Bt.

        Cette fuite est bien évidemment organisée par un lobby surpuissant qui a décidé de forcer les portes de notre village Gaulois.
        Mais à notre immense majorité nous n’en voulons pas pour maintes bonnes raisons, et, de plus, nous n’en avons pas besoin.
        Dans un monde où la déplétion des ressources naturelles entrainera inexorablement une forte baisse de régime des industries, l’agriculture paysanne qu’elle soit bio ou très raisonnée ( smiley ) sera bien plus pourvoyeuse d’emplois que l’agriculture intensive (ogm ou pas)


      • Voltaire Voltaire 12 février 2009 16:11

        Sur ce sujet, il est intéressant de lire le rapport de l’AFSA en détail (http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/BIOT2008sa0266.pdf).

        Ce rapport analyse point par point les différents arguments du rapport du Prof le Maho, qui avaient conduit à une demande de suspension de l’autorisation de ce maïs, par précaution.

        Vous avez raison de signaler que certaines études ont pu suggérer un effet physiologique de ce maïs chez l’animal. Néanmoins, il faut aussi par indiquer, par équité, que de nombreuses autres études ont indiqué le contraire. Le rapport de l’AFSA détaille les arguments de ces différentes études (des deux types) et conclue qu’en l’état, aucun risque n’est avéré pour l’homme, et qu’il existe un faisceau d’évidences suffisant pour considérer que ce maïs ne présente aucun danger sanitaire.

        Ayant lu les deux rapports et certaines des publications scientifiques concernées, il me semble que les arguments en faveur d’un doute sur l’inocuité de ce maïs sont assez faibles. Il s’agit principalement d’interprétation divergentes de résultats statistiques. On peut effectivement discuter de ces résultats et suggérer des études complémentaires afin d’affiner les données. Etant biologiste et non statisticien de formation, je n’ai pas d’opinion à ce sujet et je serai plutôt favorabe à une étude sur un nombre plus élevé d’animaux afin de lever les doutes, mais le risque me parait assez faible. Dans tous les cas, le problème ne se pose que si l’on imagine une utilisation directe de ce maïs pour l’alimentation humaine. Les risques d’effets indirects par consommation d’animaux ayant consommé ce maïs semblent vraiment inexistants. 

        Vos remarques sur le risque de contamination de cultures bio par ce maïs me semblent en revanche parfaitement valables. Il faut noter que le rapport de l’AFSA se prononce sur l’inocuité vis à vis de l’homme et non de son effet environnemental. Tant qu’une solution valable ne sera pas trouvée à ce sujet, la culture d’un tel maïs me semble difficile. En revanche, il n’y a pas de raison objective de ne pas autoriser son importation comme nourriture animale à mon avis.

        Votre dernier point est plus hypothétique : il reprend les propos d’un porte-parole d’une organisation ouvertement anti-OGM sans apporter d’éléments de preuve. Sur ce sujet, je suis aussi méfiant vis à vis des deux parties pro ou anti. Chacun défend ses intérêts et opinions, de façon souvent exagérée.
        La question sous-jacente que vous posez est celle de l’indépendance scientifique et juridique de l’AFSA. Sur ce sujet, il me semble que cet avis est plus embarassant pour la France qu’un avis contraire à l’heure actuelle. J’aurais donc tendance à considérer, sauf preuve contraire, que les scientifiques de l’AFSA ont fait leur travail de façon déontologique. Chacun l’interpétera de toute façon à sa façon, ce sujet est tellement controversé en France que personne n’est capable d’écouter de façon objective les arguments de l’autre.


        • Lapa Lapa 12 février 2009 16:15

          Excellent commentaire Voltaire, comme souvent.


        • Kalki Kalki 13 février 2009 00:41

          La question sous jacente est la meme qu’il faut se poser concernant toute avancé technologique.

          Le progrès a t’il jamais était synonyme d’accomplissement pour l’humanité ?
          Seule des hyppocrythes et des aveugles qui ne voit pas plus loin que le bout de leur ego peuvent penser cela.

          Progres , progres, progres. Obama aurait pus avoir ces mots a la bouche.

          Peut etre que le progres est le train/ contexte qui nous entraine dans un ravin.

          Je ne pense qu’on puisse encore se caractériser comme humain (et meme surhumain d’ailleur) avec les technologie actuel, et les utilisations que l’on en fait dans la vie, le commerce, l’industrie, l’agriculture , et meme je dirais et meme la santé ( pour recentrer un peu).


        • dapeacemaker911 13 février 2009 10:01

          Excellent commentaire, certes.


          Pourriez vous m indiquer les profits (materiels ou non) que peuvent retirer les anti OGM de leurs actions ?
          Autant je comprend clairement que les pro OGM se battent puisqu ils prennent le controle de l agro alimentaire mondial, mais els anti ne gagnent que des annees de prison.

          Quel profits peuvent expliquer la prise de risque et les depenses en temps et en energie des anti ogm ?


          Merci.

          Dam


        • Faith 13 février 2009 12:45

          @ dapeacemaker911 : "Pourriez vous m indiquer les profits (materiels ou non) que peuvent retirer les anti OGM de leurs actions ?"
          .
          Pour les organisations
          * gain en influence de groupes politiques
          * gain financier pour les adeptes du label bio (car en général les alertes anti-OGMs sont couplés à des discours pro-Bio)
          .
          Et pour les particuliers :
          * se sentir "meilleur" car détenant la vérité niée par tous les officiels
          * moyen de se faire peur/se rassurer


        • LAURIE 12 février 2009 16:14

          Moi non plus j’en veux pas ... Et si l’on faisait un référendum pour ça ? Après tout, ça concerne tout le monde ...


          • Varsass 12 février 2009 17:23

            Un referendum en Sarkozie ? Comme si l’avis de ces 60 millions d’imbéciles comptait aux yeux du tout puissant. Seul SA volonté compte !


          • Kalki Kalki 13 février 2009 00:43

            Un référendum n’est fait que quand les opinions vont dans le sens que désire l’élite au pouvoir.

            Plus de la majorité des francais sont TOTALEMENT CONTRE LES OGMS.

            POINT.


          • Faith 13 février 2009 12:49

            Un référendum ? pour interdire à ceux que ça ne dérange pas de consommer des OGMs ?
            .
            Parce qu’il ne faut pas oublier ce détail : personne n’est forcé de consommé des OGms (et l’affichage de mentions indiquant leur présence ou non est une très bonne chose.).
            Par contre, en légiférant, vous empèchez ceux qui accepteraient d’en consommer de faire ce qu’ils veulent.
            .
            Bref, c’est la dictature de la majorité. Ce qui n’est pas le fonctionnement d’une démocratie.


          • Kalki Kalki 13 février 2009 23:12

            aux usa il n’ont plus le choix.
            Ils en bouffent tout le temps, sans étiquetage, c’est ca la démocratie des lobby


          • Faith 14 février 2009 00:04

            Et bien si tu veux une "meilleure" démocratie en France, bats toi pour que chacun ait la liberté de consommer ce qu’il souhaite, et non pas pour qu’un lobby, qu’il soit pro ou anti OGMs, impose un marché unique.


          • Kalki Kalki 14 février 2009 00:09

            oui mais justement, souvent de par le passé il suffit de dire oui UNE seule fois, et ca laisse libre court a tout le reste, pas de demi mesure
            on ne peut plus revenir en arriere

            Et on se rend compte des dégat trop tard.

            Je pensais que l’etre humain pouvait etre un peu plus évolué que ca , peut etre qu’un jour ?


          • Faith 14 février 2009 10:11

            Donc pour lutter contre une privation de liberté, tu conseilles une... privation de liberté...
            Ca, c’est ce qui s’appelle avoir un idéal fort.

            Désolé, mais si, comme tu l’affirmes, les français sont opposés à la consommation d’OGMs quelqu’en soit le prix, alors il n’y a pas besoin de légiférer : les labels sans-OGMs prendront leur essor d’eux mêmes.
            Si au contraire, dans les faits (pas dans un sondage), les français s’en tapent de manger OGM s’ils sont moins chers (et inoffensifs pour la santé), je ne vois pas pourquoi on devrait leur interdire.


          • Kalki Kalki 14 février 2009 10:58

            Parceque la technophilie ambiante aveugle les jugements comme elle l’a toujours fait.

            Vous ne voyez que les avantages, les attraits, les bénéfices.

            Les inconvénients ( voir meme parfois les catastrophes ) arrivent par la suite, il y en a toujours , comme pour les avantages.

            Le fait est qu’on ne maitrise pas les risques des ogms en tant que nourriture pour les etres vivants ( on ne maitrise pas le processus de transgenes ce n’est que de la triche, comme du craquage d’un logiciel informatique, en fait les généticiens ne comprennent pas le code, et a peine les sequences qu’ils transplantent, car le code génétique n’est pas un simple livre qu’on peu lire. Quand les généticiens seront capable de creer une creature a partir de ZERO, sans COPIER COLLER DES GENES, alors leur science sera au point, pas avant, et ca n’enleve pas les risque biologiques),

            et nous ne maitriserons JAMAIS, JAMAIS ! la dispersion de nouveaux organismes dans l’ecosysteme et les chaines alimentaires.
            (l’homme a déja déplacé des especes vers d’autre milieu, et ca a fait des dégats).

            La destruction du biotope ne vous concerne peut etre pas, tout ce qui est interressant c’est ce qui arrivent dans l’assiette ? Ca veut dire la destructions des especes animales et végétales, pour garder que quelques especes "productive". Ca veut dire


          • Kalki Kalki 14 février 2009 11:03

            ca veut dire que l’homme va se sentir de plus en plus seul, avec sa propre folie qui aura tout détruit.

            Les ressources, les animaux, les végétaux.

            Cela présage son propre passage vers le grand ravin, peut etre qu’il l’aura cherché ?


          • Faith 14 février 2009 13:06

            Je lis dans tes propos beaucoup de clichés courants sur le net mais sans grand rapport avec la réalité.
            .
            Quelles cont tes connaissances en génétiques ? Celles appries au lycée ? J’ai eu l’occasion de fréquenter des experts du domaine, et curieusement ils n’ont pas du tout la même vision de leur métier que toi. Alors, excuse-moi de les croire eux qui sont au coeur du métier.
            .
            Et en ce qui concerne la destruction du biotope, j’appelle ça une bonne blague.
            Il n’y a plus un seul hectare de sauvage en France. Les biotopes français sont déjà complètement liés à l’homme. Il ne reste plus rien de naturel à détruire en France, et surtout pas à proximité des champs.
            .
            Les chaines alimentaires ont également intégré l’être humain : les animaux vivant des restes des humains pulullent alors que ceux resté encore sauvages disparaissent ou ont déjà disparu..
            .
            Si tu penses vraiment qu’un OGM peut être dangereux pour l’écosystème, peux-tu te préter à une mise en situation :
            Essaye de trouver un scénario menant à une destruction massive, et j’essaierai d’apporter mes commentaires. Pour que le scénario soit complet, essaye de préciser : le type de gène inséré, le type de plante réceptrice, le mode de propagation de l’hote, et surtout la différence par rapport à tous les croisements sauvages entre espèces différentes qui se produisent chaque jour dans la nature.


          • Kalki Kalki 14 février 2009 15:16

            Par ou commencer ? Commencons à peindre le tableau pour rentrer dans le context.

            Le monde selon Monsanto
            http://video.google.fr/videoplay&nbsp ;?docid=-8723985684378254371&ei=EIiVSYGJOoXs2QLq9oW2Aw&q=monde+monsanto

            Perte de biodiversité,Augmentation de l’utilisation de pesticides, Menace directe pour l’agriculture biologique et conventionnelle, Dépendance des agriculteurs à quelque fournisseur optenant le ’quasi’-monopole, et les effets imprévisibles :

            "Les effets des plantes GM sont difficiles à prévoir et des dégâts imortants sont à craindre. Des études ont par exemple démontré qu’un maïs génétiquement modifié, afin de produire une toxine contre certains insectes, était également nuisible à certaines espèces non ciblées par l’OGM comme le papillon monarque. Des effets néfastes sur d’autres insectes (abeilles, coccinelles) et sur l’écosystème du sol sont probables. Les micro-organismes du sol sont pourtant des alliés qui permettent justement de réduire le recours aux produits chimiques. Il est inquiétant de constater qu’aucune de ces conséquences négatives potentielles n’est prise en compte par les autorités qui évaluent les risques des OGM."

            Le risque est aussi la dissémination d’espèce modifiée qui dévorerait l’"écosystème" grâce à leurs nouveaux avantages (voir la vidéo e=m6), déséquilibrant à tout jamais les chaines alimentaires naturelle. Les hommes ont déjà par le passé importés des espèces sur des continents qui ne leurs étaient pas propres, créant ainsi des dégâts incontrôlé (on ne manque pas d’exemple, ex voir l’autralie).

            Dernier point, dernier risque, c’est peut être le plus important : La technologie génétique à beaucoup d’aléas
            (la trangénèse est tout autant aléatoire que d’autre moyen de reproduction "naturel" ou expérimenté par l’homme, mais la recombination des gènes se fait d’habitude avec des especes compatibles, ce forcement, ce craquage de la nature n’est tout d’abord pas éthique, et il est vérifié qu’il peut transmettre d’autre gènes qui vont s’inscrire dans des zones vides en plus des gènes désirés)
            dans le processus même de transgènes, par ailleurs une séquence de gènes peut avoir plusieurs fonctions et elle pointe sur d’autres gènes
            . Maitrise t’on les risques (en changeant la nature on change la donne) ? Ethiquement, si on accepte un produit ogm, on accepte tout produit ogm, et il sera plus dur de pouvoir dire non, car il sera trop tard. On le voit aux USA, l’exemple à ne pas suivre.

            LES MOTIVATIONS DES SCIENTIFIQUES
            http://editions-hache.com/essais/kaczynski/kaczynski1.html#section11

             Oh », disent les technophiles, « la science va arranger tout cela ! Nous allons éradiquer la famine, éliminer la souffrance psychologique, rendre tout le monde heureux et en bonne santé ! » C’est ça… C’est ce qu’ils disaient il y a deux cent ans. La Révolution Industrielle était censée éliminer la pauvreté, répandre le bonheur, etc. On est loin du compte. Les technophiles sont désespérément naïfs (ou décevants) en ce qui concerne la compréhension des problèmes sociaux. Il sont incapables de comprendre (ou feignent de l’être) que de grands changements au sein d’une société, même s’ils semblent bénéfiques, conduisent à une chaîne d’autres changements, dont la plupart sont impossibles à prévoir (paragraphe 103). Le résultat en est la désagrégation de la société. Ainsi, il est probable que dans leurs tentatives pour mettre un terme à la pauvreté et à la maladie, rendre les personnalités dociles, heureuses, et ainsi de suite, les technophiles créeront des systèmes sociaux extrêmement troublés, peut-être plus qu’actuellement. Par exemple, les scientifiques se vantent de pouvoir combattre la famine en créant génétiquement de nouvelles plantes. Mais ceci permettra à la population humaine de continuer à s’accroître indéfiniment, et il est bien connu que la surpopulation conduit à une augmentation de stress et d’agressivité. C’est au moins un exemple de problème PREVISIBLE qui pourrait advenir. Nous pouvons en inférer que, comme l’a montré le passé, le progrès technique amène de nouveaux problèmes bien plus vite que les anciens ne peuvent être résolus. Ainsi, une longue et pénible période d’ajustements sera nécessaire aux technophiles pour débarrasser leur Meilleur Des Mondes de ses bugs (s’ils s’y arrivent). Dans le même temps la souffrance s’accroîtra. Il n’est donc pas certain du tout que de la survie de la société industrielle résultera moins de douleurs que de son effondrement. La technologie a placé la race humaine à un endroit d’où il n’est pas facile de trouver une issue facile.

            Le fameux principe d’équivalence en substance :
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_d%27%C3%A9quivalence_en_substance
            Il indique que, si un aliment ou un composé alimentaire est essentiellement semblable à un aliment ou à un composé alimentaire existant, il peut être traité de la même manière en ce qui concerne la sécurité[1].

            L’APPROXIMATION SCIENTIFIQUE N’A RIEN DE SCIENTIFIQUE !, les acide gras trans sont des acides gras comme les autres ?



            http://fr.wikipedia.org/wiki/OGM

            http://www.infogm.org/

            La transgénèse
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Transg%C3%A9n%C3%A8se_(biologie)

            les risques liés aux ogm
            http://www.greenpeace.org/belgium/fr/campaigns/ogm/problemes/risks

            ogm e=m6 et risque
            http://www.dailymotion.com/search/ogm%252Be%25253Dm6/video/x5oceo_ogm_tech

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Organisme_g%C3%A9n%C3%A9tiquement_modifi%C3%A9#Techniques_de_transfert_de_mat.C3.A9riel_g.C3.A9n.C3.A9tique_chez_les_ Eucaryotes_.28Plantes.2C_animaux.2C_champignons....29

            Persistance de la toxine Bt, avec risque d’impact sur les écosystèmes ?
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Bacillus_thuringiensis#Avantages.2Finconv.C3.A9nients_ :
            Les analyses faites sur 12 sites de l’Indiana (USA) ont en effet montré que les taux de bt deviennent effectivement préoccupants dans les cours d’eau, au point d’affecter certains invertébrés aquatiques jugés bioindicateurs de la qualité des écosystèmes aquatiques (ex : grande phrygane), dont la croissance est affectée par cette toxine, qui tue la phrygane à forte dose. Cette étude, qui a porté sur 12 sites choisis dans l’Etat de l’Indiana, attribue l’origine de ce Bt aux maïs transgéniques cultivés dans les bassins versants de ces rivières.

            La bioiéthique
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Bio%C3%A9thique

            Débat autour des ogm :
            http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9bat_autour_des_OGM

            Brevetabilité du vivant ?
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Brevetabilit%C3%A9_du_vivant

            La pollution génétique
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Pollution_g%C3%A9n%C3%A9tique

            Aspects controversés des ogms :
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Aspects_controvers%C3%A9s_des_OGM/brouillon#Aspects_.C3.A9thiques

            La biodiversité :
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Biodiversit%C3%A9

            Des opposants aux OGM regrettent, outre le manque de recul face à l’impact potentiel de ces produits sur la santé humaine et sur l’environnement[86], l’insuffisance « des rares études disponibles (qui) ne pouvaient pas être considérées comme validées sur le plan scientifique »[87]. Ils considèrent qu’un OGM se distingue radicalement d’autres organismes qui bien que modifiés dans leur patrimoine génétique ne le sont pas par opération de génie génétique[4]. Les techniques employées transforment et combinent l’information génétique des organismes au-delà de la barrière des espèces. Les chercheurs qui mettent au point ces techniques considèrent quant à eux qu’il ne s’agit que de prolonger l’action de l’homme qui, dans sa maîtrise progressive de l’agriculture et de l’élevage au cours de son évolution, a toujours cherché à sélectionner et croiser les espèces employées[88]. Il s’agit à leurs yeux d’un progrès de la science pour la maîtrise de son environnement par l’homme.

            Introduction d’espece animale :
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Chat_haret
            Dans certains pays, où le chat n’est pas une espèce d’origine indigène, les populations de chats harets ont proliféré ; ils représentent en Australie une population évaluée à 18 millions de chats, qui pose de graves problèmes environnementaux.

            http://wwwbibli.vet-nantes.fr/theses/2007/rose07-26/p1-5.pdf

            http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9bats_autour_des_ogm#Questions_environnementales



          • Kalki Kalki 14 février 2009 15:23

            Nous n’avons qu’un planète , vous etes aussi pour la démocratie,

            si vous voulez mangez des ogms, ou faire ce que vous voulez trouvez vous d’autre planètes , si vous etes comme vous le dites pour la liberté de ceux qui ne veulent pas des ogms, et tout en prenant compte qu’on ne pourra pas contenir la dissémination des especes, ALORS trouvez vous d’autres planètes ( en esperant que ca suffira).


          • Faith 14 février 2009 16:20

            Tu as donc choisi de me copier/coller un tas de trucs...
            C’est désagréable et illisible et au final ne montre pas de cas concret du risque.
            .
            Que vois-je dans ce copier/coller ?

            Perte de biodiversité : quelle bio-diversité ? celle des champs ?

            des dégâts imortants sont à craindre. Lequels ?

            - e
            spèce modifiée qui dévorerait l’écosystème. Ca au moins on peut pas faire plus vague

            ce craquage de la nature n’est tout d’abord pas éthique : vous savez ce qu’on mange comme blé ? Du blé avec 6 chromosomes de chaque type, alors que dans la nature, la règle c’est 2 chromosomes et que chez l’homme, une trisomie (1 seul chromosome en 3 exemplaires) est un handicap majeur, voir mortel !
            .
            Pouvez vous faire l’effort que je vous ai demandé ? Essayer d’imaginer un de ces scénarios catastrophe dont tout le monde parle mais que personne ne veut détailler, avec des mots un peu moins creux que "une espèce qui détruit tout".



          • Kalki Kalki 14 février 2009 16:47

            Trop de contenu tue le contenu ? Peut etre que le sujet est complexe alors.

            Dans la vidéo d’e=m6 il est fait état d’un exemple concret avec un poisson génétiquement modifié.


          • Kalki Kalki 14 février 2009 16:59

            La creation d’une espece génétiquement modifié ( et supérieur a ces "prédesceur") conduira certainement a sa proliferation, de la meme manière que ce fut le cas pour l’ "implantation" du crapaud buffle[ et du chat haret en australie, contre lesquels ils luttent actuellement (ce ne sont que des exemples, il y en a bien d’autre).


          • Faith 14 février 2009 17:27

            Je n’ai pas accès à la vidéo E=m6, peux-tu faire un bref résumé ?
            .
            Pour ce qui est du crapaud et du chat, ce ne sont pas des exemples applicables aux OGMs utilisés en agriculture : ces deux exemples sont des êtres complètement nouveaux pour l’environnement, pas des évolutions d’êtres existant déjà.
            .
            J’ajouterai que les gènes ajoutés dans les OGMs agricoles sont des gènes ayant pour but de rendre la plante plus performante dans le biotope bien précis des champs. Les plantes cultivées sont extrêment prolifiques dans les champs (où il n’y a pas de compétition, peu de ravageurs, etc... Par contre dans la nature, elles sont très peu compétitives : on ne verra jamais des plants de maïs ou de blé coloniser la planète)
            .
            Quel exemple de mutation utilisable dans un champ pourrait avoir un résultat désastreux si elle se propage en dehors d’un champ ?


          • Kalki Kalki 14 février 2009 18:02

            Comment diffèrencier ce qui est bon de ce qui est mauvais ? avant coup.

            j’en revient à ma position de départ il est difficile de tenir une position intermédiaire, "pour la politique" (entre force du marché ayant investit dans la recherche et cherchant a faire des bénéfice avec les nouveaux produits ET un peu de recul pour nous ramener à la raison).

            Les usa ont foncés et tous les ogms sont autorisés (ou presque).

            Par exemple :
            http://fr.wikipedia.org/wiki/GloFish

            L’heure est au sceptiscisme face à la technologie, c’est notre temps qui veut cela, peut etre qu’on remarque qu’on ne croit plus au progrès (technologique pas le progrès de la science) et que cette solution a fait son temps (en amenant ses problèmes).

            Et peut etre que continuer dans cette voie c’est continuer à se tromper ?


          • Kalki Kalki 14 février 2009 18:08

            Poussons dans l’extrème :

            J’avais lu sur un blog un concept futuristique "interressant".(j’essaye de le retrouver)

            Voici le concept :

            Imaginez, et si dans quelques années ils était possible a tout un chacun de creer ces creature par lui meme ?

            "Pour 200 dollar de matériel, devenez un BIOHACKER", et quelque pamplemousse.*

            Qu’en pensez vous ? Est ce éthique ? En tout cas technologiquement c’est probable.


          • Faith 15 février 2009 12:08

            Donc, j’ai lu ton lien et regardé le reportage...
            .
            Premier point : des animaux fluos. J’ai un doute sur le "terrible danger" qu’il peuvent faire peser sur l’environnement...
            .
            Deuxième point : l’avis d’un "journaliste gastronome". La bonne blague... C’est vrai que pour parler de risques liés aux OGMs, rien de mieux qu’un cuisinier ! Restons sérieux SVP.
            .
            Dernier point (le seul vrai) : les saumons "boostés" relachés dans la nature. La généticienne a l’air claire sur ce point, non ? Aucun danger pour l’environnement (stérile), ni pour l’homme : tests effectués.
            Sans compter un point qui n’est pas abordé dans le reportage : toutes les espèces sont limitées par la quantité de nourriture disponible. Si les saumons "sauvages" étaient remplacés par des saumons "boostés", ils auraient toujours la même quantité de nourriture disponible, donc les saumons "boostés" auraient beaucoup moins de chance de proliférer, car il ne trouveraient pas assez de nourriture pour grandir à leur rythme.
            .
            Ne jamais oublier que ces saumons sont très performants dans le cadre d’un laboratoire ou d’un élevage (où ils ont de la nourriture à profusion) mais en dehors, dans la nature, ils ne sont pas compétitifs par rapport aux autres saumons : ils mourraient rapidement de faim (sans compter, encore une fois, qu’ils sont stériles)


          • Kalki Kalki 15 février 2009 13:01

            Vous êtes un peu butté quand même.

            Faites un effort quand meme, arrettez de NIER (car c’est bien nier) qu’il n’y a absulement aucun risque, (risque 0,00000 00000 % ).

            Un animal a croissance rapide dévorera tout sur son passage ;exemple le criquet sauterrelle.
            Et Comme le fait l’homme en utilisant ces ressources sans limite.


          • Kalki Kalki 15 février 2009 13:04

            On a beau croire qu’on maitrise, il suffit d’une évolution ou d’une mutation, d’un petit de ces saumons, par comme les autres.

            On ne peut arriver a maitriser la nature et les risques a 100%, la nature a la facheuse tendance de trouver des alternatives et des échappatoires, c’est le vivant.



          • Faith 15 février 2009 14:56

            Inutile d’être insultant...

            "Faites un effort quand meme, arrettez de NIER (car c’est bien nier) qu’il n’y a absulement aucun risque, (risque 0,00000 00000 % ). "
            Qu’est-ce que je nie ? Qu’il y a un risque de déstabilisation locale de l’environnement ? Non. Il y a effectivement des risques (faibles) de problèmes (réduits).
            .
            Par contre ce que je nie fermement, ce sont les annonces de Cassandres pour qui ça va détruire tout l’écosystème d’une grande région, que ce sera un drame irréversible, etc...
            .
            "Un animal a croissance rapide dévorera tout sur son passage ;exemple le criquet sauterrelle."
            Absolument pas, c’est là où est votre grande erreur. Comme je l’ai dit, les saumons sont actuellement limités par deux choses : la pêche et leur nourriture disponible.
            .
            Ces saumons auront-ils plus de nourriture disponible ? NON, puisqu’ils mangent la même chose que leurs frères sauvages. En supposant qu’ils grandissent 3 fois plus vite, cela veut simplement dire qu’il n’y aura assez de nourriture que pour 3 fois moins de saumons. Ils auront beau grandir vite, ça ne changera pas le fait qu’il n’auront pas assez de nourriture, ils mourront donc en masse, en se stabilisant autour d’une population 3 fois moindre.
            .
            Maintenant la pêche : Ces saumons attireront énormément plus les pécheurs qui délaisseront probablement les plus petits (car les gros sont plus faciles à pêcher et plus rentables). Bref, les pressions de sélection s’équilibreront et ni saumons à croissance rapide, ni les saumons sauvages ne disparaîtrons.
            .
            Ton analogie avec les criquets se butte à un point : Les criquets disparaissent dès qu’ils ont vidé un champ, seuls leurs oeufs restent pour l’année suivante. Et ça les saumons, même OGMs, ne le peuvent pas. Ils ont besoin de nourriture en permanence.



          • Kalki Kalki 15 février 2009 16:31

            OUI il ont besoin de nourriture en permanence, encore une fois vous croyez que tous les systemes sont stable et se stabilisent.

            Avec une croissance plus rapide, atteignant un age adulte reproductif pour les meme ressources, ca ne signifie pas que ca va se stabiliser a 1/3 fois du nombre de poisson parcequ’ils mangent 3 fois plus.
            Si ils atteignent l’age adulte plus rapidement c’est leur multiplication est donc a tenir compte.
            Leur consommation de ressource ne se limitera pas par une raison supérieur.

            Je vous comprend, reformulons pour faire clair :

            1. Le risque que ca nous échape ; bien que faible existe mais c’est une valeur exponentielle dans le temps( par exemple 0,1% que ca arrive en 10 ans, 0,5 % en 20 ans, 10 % en 100 ans ).
            2. Le risque que la catastrophe qui s’ensuit (étant prouvée et avérée) soit grave c’est à dire qu’elle nous coûte des ressources et du temps pour la règler est très réél. La gravité elle même pouvant varier selon l’étendue du problème dans le temps, l’espace, est les implications, selon que l’on peut circonsicire le probleme.

            Vous êtes toujours pret a parier sur les risques ?
            Etes vous toujours pret a prendre des risques ?

            Certain comme moi, ne veulent pas jouer à ce jeu là.

          • Faith 15 février 2009 21:15

            "Leur consommation de ressource ne se limitera pas par une raison supérieur. "
            Non, tu as raison, leur consommation se limitera parce qu’il n’y aura rien à manger. Point.
            Sinon, explique moi pourquoi les saumons sauvages ne prolifère pas davantage. Une raison supérieure ?
            .
            "
            bien que faible existe mais c’est une valeur exponentielle dans le temps( par exemple 0,1% que ca arrive en 10 ans, 0,5 % en 20 ans, 10 % en 100 ans )."
            Exponentiel ? Mais bien sur... Toujours facile de tirer des chiffres de son chapeau pour faire peur. Reviens me voir quand tu auras des vrais chiffres basés sur des vrais faits plutôt que du vent
            Tu veux que je sorte aussi des chiffres ? 0,1% de chances que Internet se transforme en un réseau comme Skynet, 0,5% en 20 ans, 10% en 100 ans... toujours prêt à prendre le risque d’utiliser Internet ? Tu es vraiment un irresponsable... Déconnectons Internet !
            .
            Et si tu vois une différence entre tes chiffres et les miens, n’hésite pas à apporter des éléments concrets, ça sera au moins ça d’intéressant !


          • Kalki Kalki 15 février 2009 21:49

            Ce sont des exemples de chiffres.

            Une fois admis qu’il y ai des risques.

            IL faut aussi admettre que la probabilité qu’un événement "imprévu" amenant une cassure des "PLANS PARFAIT DE LA SCIENCE" se produise,
            et que cette probabilité augmente avec le temps.
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Distribution_exponentielle

            Il y a bien d’autre aspect négatif concernant les ogms si vous vous aviez donné la peine de comprendre les "copié collé", avant de parler, parceque je pense que le débat n’est pas possible si on ne se met pas d’accord sur le terrain et sur certaine base commune (scientifique).


          • Faith 15 février 2009 22:44

            Avant de parler de "distribution exponentielle", il faudrait justifier qu’on peut l’appliquer.

            Et pour la base commune scientifique, effectivement je te conseille de te mettre au niveau de tes intervenants et de tes exemples (comme par exemple la généticienne de ton reportage M6, ou de mes connaissances de l’institut Pasteur , entre autres), ça te permettra peut-être d’être un peu plus concrêt dans tes propos.
            .
            Si tu veux quelques bases scientifiques, tu peux commencer par là http://forums.futura-sciences.com/ les sujets sur les OGMs ne manquent pas, tout comme les gens qui sont surs d’avoir tout compris et qui son certains que Monsanto va détruire le monde.


          • Kalki Kalki 16 février 2009 10:54

            OUai surement, et y en a certain qui sont sur de l’inverse.

            Moi je ne suis sure de rien.

            Dans quel monde pourrait on vivre pour laisser de coté les risques ?


          • Kalki Kalki 16 février 2009 11:16

            Je lis dans tes propos beaucoup de clichés courants sur le net mais sans grand rapport avec la réalité.

            Quel cliché ? Pouvez vous expliquer ?
            On a le droit d’avoir une autre opinion que vous ? Et est ce possible quelle soit sensé également ?

            Quelles cont tes connaissances en génétiques ? Celles appries au lycée ? J’ai eu l’occasion de fréquenter des experts du domaine, et curieusement ils n’ont pas du tout la même vision de leur métier que toi. Alors, excuse-moi de les croire eux qui sont au coeur du métier.

            Les experts, techniques dialectique. Seul un expert peut donner son avis, le commun des mortels ne peut comprendre ( plus discreditation de l’autre).
            QUelqu’un qui travaille dans un domaine ne crachera jamais dans la soupe, et soupoudré d’hyppocrisie, il mettra surement généralement du temps a reconnaitre certain méfait. Mais vous avez surement besoin qu’on vous rappelle la réalité a ce sujet ? Les effets de l’amiante ? de la cigarrette ? Le réchauffement climatique ?
            Ce n’est surement pas sortie de la ptit tete d’expert du courrant dominant.


            Les chaines alimentaires ont également intégré l’être humain : les animaux vivant des restes des humains pulullent alors que ceux resté encore sauvages disparaissent ou ont déjà disparu..


            Et c’est normal et il faut continuer dans ce sens ?

            Si tu penses vraiment qu’un OGM peut être dangereux pour l’écosystème, peux-tu te préter à une mise en situation :
            Essaye de trouver un scénario menant à une destruction massive, et j’essaierai d’apporter mes commentaires.


            Je l’ai fait et que faite vous , vous citez des expert et la pensé unique :


            Deuxième point : l’avis d’un "journaliste gastronome". La bonne blague... C’est vrai que pour parler de risques liés aux OGMs, rien de mieux qu’un cuisinier ! Restons sérieux SVP.


            Dernier point (le seul vrai) : les saumons "boostés" relachés dans la nature. La généticienne a l’air claire sur ce point, non ? Aucun danger pour l’environnement (stérile), ni pour l’homme : tests effectués.

            Ce n’est pas de virus modifié en laboratoire et confiné en labo que l’on parle ici.
            Ce n’est pas des ogms (de blés meme si il n’y aucun risque sanitaire et ca reste a prouver sur le long therme) que l’on peu conviner (plus ou moin).

            Et ca ne m’étonnerait pas que certaine entreprise ne soit intérréssé des les utiliser, de prendre le risque pour des profit ( ca s’est si souvent produit par le passé).

            Et il y a aussi le risque du facteur humain, un coup de malchance ( a force de tenter la chance), et du facteur naturel qui reprend le dessus.

            Maitrise t’on les évolutions des ogms ?


            Pour ce qui est du crapaud et du chat, ce ne sont pas des exemples applicables aux OGMs utilisés en agriculture : ces deux exemples sont des êtres complètement nouveaux pour l’environnement, pas des évolutions d’êtres existant déjà.


            En tant qu’ogm il constituent des nouvelles especes, une nouvelle branche , pas rééllement une évolution.


            J’ajouterai que les gènes ajoutés dans les OGMs agricoles sont des gènes ayant pour but de rendre la plante plus performante dans le biotope bien précis des champs.


            Oui et ca va rester dans ces jolie champ comme un laboratoire.
            J’en revient au problème nous ne parlons pas que des ogms de blés, si on accepte les ogms, on suivra d’ailleur la politique des usa. Et c’est les ogms végétal et animale qui seront accepté, avec la signature de jolie expert scientifique qui diront c’est OK (la science devient une sorte de religion quand elle se soumet au volonté de certain, la politique l’économie ...).


            Premier point : des animaux fluos. J’ai un doute sur le "terrible danger" qu’il peuvent faire peser sur l’environnement...

            Vous avez des tests ?
            La première question qu’on doit se poser : QUELS SONT LES IMPACTS ? LES RISQUES SI CA NOUS ECHAPPE ?


          • Faith 16 février 2009 12:07

            Tu voulais des exemples de clichéss en voilà une tonne :
            .
            "Mais vous avez surement besoin qu’on vous rappelle la réalité a ce sujet ? Les effets de l’amiante ? de la cigarrette ? Le réchauffement climatique ?
            Ce n’est surement pas sortie de la ptit tete d’expert du courrant dominant."
            .
            Les dangers de l’amiante sont connus depuis le 19ème siècle. C’est la prise en charge politique qui n’a pas suivi. Idem pour la cigarette. Quand au réchauffement climatique, j’ai l’impression que tu débarques parce le courant dominant essaye de faire comprendre à tous le risque qui existe pendant que des rigolos auto-proclamés experts clament "ne changez rien, il n’y a aucun risque"
            .
            Bref tu répètes ce qui se dit sans chercher un instant à savoir ce qui est fondé ou non.


          • Faith 16 février 2009 12:15

            Encore une preuve de ton incompétence en biologie :
            "En tant qu’ogm il constituent des nouvelles especes, une nouvelle branche , pas rééllement une évolution."
            .
            Les OGMs dont on parle sont tous capables de se reproduire avec leur espèce d’origine. Ils ne forment donc qu’une variété de la même espèce.
            .
            Au fait, s’il te venait l’envie de me contredire en disant qu’ils ne peuvent pas se reproduire avec ceux de leur espèce d’origine : et bien alors les pollinisations entre champs bio et OGMs ne seraient pas possibles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

OGM


Palmarès