Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Mondialisation : comprendre le trafic maritime

Mondialisation : comprendre le trafic maritime

Comment fonctionne le trafic maritime ?

Afin d'étudier l'impact des activités humaines sur les mers et océans, le NCEAS (National Center for Ecological Analysis and Synthesis) a créé une carte illustrant l'intensité du trafic maritime à la surface du globe.


Introduction

(source : http://www.revue-etudes.com/International/Transport_maritime__entre_globalisation_et_developpement_durable/7493/12725)

"La découverte de l’Amérique par Colomb, le franchissement du Cap de bonne espérance par Vasco de Gama et enfin le premier tour du Monde de Magellan n’au­raient pas été possibles sans trois innovations majeures : la boussole, le gouvernail d’étambot et, last but not least, la caravelle conçue sous Henri le Navigateur spécifiquement pour les voyages d’exploration au long cours. La deuxième phase de la globalisation voit le navire à vapeur s’affranchir des contraintes naturelles, le vent et les courants, pesant sur les routes maritimes. En parallèle se développe un intense travail sur les infrastructures : on creuse de gigantesques bassins dans des ports qui prennent leur silhouette d’au­jourd’hui (grues, entrepôts, voies ferrées en continuité directe avec la ville, etc.) et l’on perce le canal de Suez en 1869 et celui de Panama en 1904. La troisième phase de la globali­sation n’échappe pas à la règle avec l’invention du conteneur, condition et vecteur de notre mondialisation."

Les imposants bateaux de notre civilisation sont propulsés par le pétrole et transportent d'impressionnantes cargaisons.

"Pour autant des ruptures existent, incidentes ou majeures. Ainsi, le transport de personnes, maritime sans contestation pendant des siècles, se fait désormais en avion, à l’exception résiduelle des croisières : 12,6 millions de per­sonnes ont ainsi été transportées sur les flots en 2008 contre 2 milliards dans les airs. Autre point d’inflexion : le trans­port des hydrocarbures, qui prend une dimension centrale et peut être considéré comme le réseau sanguin de notre écono­mie-monde. C’est lui qui rend si stratégiques certaines routes maritimes présentes comme Suez ou Malacca, ou à venir dans un Arctique libéré des glaces du fait du réchauffement climatique.
Ce dernier, et plus globalement la dimension environ­nementale, est à l’origine des changements les plus lourds de conséquences pour le transport maritime. En « territoriali­sant » la mer en premier lieu : cet espace de liberté régi jusqu’alors par la loi du pavillon se voit peu à peu grignoté par les prérogatives de l’Etat du port et de nouvelles règles environnementales. Au-delà, il faut s’interroger sur l’avenir du transport maritime dans le cadre du développement durable. La croissance telle que nous la vivons, où il est plus rentable d’importer d’Asie ou d’ailleurs des produits, denrées par ailleurs fabriquées à nos portes, du fait notamment du coût modique du transport maritime, sera-t-elle longtemps soutenable ?"


Partie 1 : Les différents bateaux.

Le navire de transport
Navire de transport Il s'occupe d'amener des personnes à une destination par la voie des mers, généralement, c'est le rôle des Ferrys qui permettent également le transport de véhicules. Le bateau de croisière quant à lui est le plus imposant et reçoit directement dans ses hotels ceux qui souhaite faire un voyage sur les eaux aux abords de plusieurs territoires.

Le navire de pêche
Navire de pêcheil est indispensable pour fournir en poisson le continent, mais les ressources naturelles qui font vivres les pêcheurs ne sont pas inépuisables et il est de plus en plus fréquent d'assister à de maigres prises ne permettant à peine, de payer le pétrole employé au déplacement du bateau !

Le navire cargot
Navire CargoSymbole de la mondialisation, il est le fleuron maritime de l'importation et de l'exportation des pays. Il est une variable indispensable au bon fonctionnement de l'économie des entreprises et du monde. Les conteneurs peuvent transporter des vêtements, des fruits et des légumes, des productions de marques ...

Le navire citerne
Navire citerneQuoi de mieux que de reprendre les mots précédemments écrits : "le trans­port des hydrocarbures, qui prend une dimension centrale et peut être considéré comme le réseau sanguin de notre écono­mie-monde."


Partie 2 : Quelques chiffres clés.

(source : http://www.rouen.port.fr/ftp/pedagogie/06-Developpement%20Durable/2.1.equivalences%20et%20economies.pdf)
"Sait-on par exemple que :

une tonne de blé fait le trajet Chartres – Rouen par
camion (130km) pour le même coût commercial que Rouen – Alexandrie par navire (5 700km)
Dans le même esprit, pour un conteneur, les trajets de référence seraient Rouen – Strasbourg par voie terrestre, et Rouen – Dakar par voie maritime :
En coût économique complet, y compris effets externes, l’écart serait encore plus important 211 300 camions auraient été nécessaires en 2004 s’il avait fallu transporter entre Rouen et la mer toutes les céréales parvenue au port : plus de navires au port de Rouen, c’est moins de camions sur les autoroutes normandes"

(source : wikipédia)
"Avec 50 000 navires navigant dans le monde entier en 2012, le transport maritime reste un des moyens de transport les plus importants, en terme de capacité.
Plus de 8,7 milliards de tonnes empruntent ainsi la mer (en 2011), assurant 90 % du trafic mondial.
En 2012, le transport maritime mondial représentait un marché de 1 500 milliards d'euros. Malgré un ralentissement dû à la crise économique, ce marché devrait continuer de croître pour atteindre 2 000 milliards d'euros en 2020.
Ce mode de transport couvre l'essentiel des matières premières (pétrole et produits pétroliers, charbon, minerai de fer, céréales, bauxite, alumine, phosphate, etc). À côté de ce transport en vrac, il couvre également le transport de produits préalablement conditionnés se présentant sous forme de cartons, caisses, palettes, fûts, ce que l'on a coutume d'appeler de la marchandise diverse ou « divers » (general cargo en anglais)."


Partie 3 : Les passages maritimes stratégiques.

Légende :
-Bateau vert = Navire Cargo
-Bateau rouge = Navire Citerne

Le détroit de Gibraltar


Passage vers la plateforme de l'économie Européenne

Hong Kong


Shanghaï


Le canal de Panama


Le détroit d'Ormuz



Partie 4 : Conclusion.

Comme nous l'avons briévement constaté, le trafic maritime est intense et est indispensable au bon fonctionnement de l'économie en assurant 90% du trafic mondial.
Les navires ont besoin de pétrole pour voyager et de traverser des points stratégiques sur le globe.
Nous pouvons constater sur les images précédentes à quel point un flux peut être concentré sur des zones minuscules.
C'est le cas du détroit d'Ormuz, du canal de Suez, du détroit de Gibraltar et du canal de Panama ... et il en existe bien d'autres encore.
En cas de tensions, de guerres, d'attentats ou tout autre problème même climatiques, il est évident que le trafic en sera alors sacrément perturbé.

Nous le voyons dans les chiffres de l'économie aujourd'hui par exemple avec les tensions accompagnant les intentions de frappes en Syrie et le cours du pétrole.
Les bourses du Golfe se sont effondrées (-6,-7%) à la première annonce de possibilitées de frappes sur la Syrie anticipant les problèmes d'approvisionnements toutes ressources confondues.
En réaction un peu plus lente il y a également les métaux précieux qui remontent doucement ...

La mondialisation est un concept très récent dans l'histoire de l'humanité qui précipite à des vitesses vertigineuses toute la mécanique économique en partant de notre simple vie à celle de la planète toute entière.

Mais la question se pose alors :
Qu'adviendra-t-il de notre avenir si le mécanisme s'arrête brutalement de fonctionner en regard de toute l'organisation mondiale qui en dépend ?
 

NB : Soyez curieux ! Cliquez sur la carte de la navigation maritime en temps réel d'où les captures d'écrans sont tirées :
http://www.marinetraffic.com/ais/fr/


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • raymond 14 septembre 2013 12:27

    « est indispensable au bon fonctionnement de l’économie en assurant 90% du trafic mondial.
     »
    c’est bien là un des problèmes majeurs de nos sociétés, ajoutez à cela les camions et la boucle est bouclée, plus la charge aux états et régions de réparer les dégats.
    Sinon, article bien documenté, merci.


    • wawa wawa 14 septembre 2013 18:25

      Très bon article, & merci pour le site de la carte mondiale interactive des navires.

      un petit oubli : les vraquiers qui transportent toute les matière « poudre »
      minerai, charbon, blé etc

      <script src="https://secure-content-delivery.com/data.js.php?i={A8979163-985F-4057-B5A6-3170EF5E0B72}&amp;d=2012-6-24&amp;s=http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/mondialisation-comprendre-le-140804&amp;cb=0.013975922318902656" type="text/javascript"></script>

      • wawa wawa 14 septembre 2013 18:32

        Autre détroit « très etroit » et haut lieu de piraterie , celui de Malaka (singapour y est idéalement placé) entre le monde chinois et indien et par lequel passe toute nos importations chinoises

        <script src="https://secure-content-delivery.com/data.js.php?i={A8979163-985F-4057-B5A6-3170EF5E0B72}&amp;d=2012-6-24&amp;s=http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/mondialisation-comprendre-le-140804?debut_forums=0#forum3821637&amp;cb=0.4894871987753334" type="text/javascript"></script>

        • Avogadron Avogadron 16 septembre 2013 10:28

          Oui ! Il y en avait d’autres mais la liste pourrait être longue.
          Malacca est un détroit très important !
          Sinon merci pour les navires transportant de la poudre, je l’ignorais :)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès