Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Motiver par l’éducation

Motiver par l’éducation

Actuellement la jeunesse se sent démotivée par le pouvoir des plus âgés. En effet les plus âgés font preuve de conservatisme et ne laissent pas les autres prendre leur place dans les associations et conseils. On parle aussi souvent du jeune beurre délinquant dans les médias en dévalorisant la jeunesse.

Pourtant des politiciens essaient de changer cette vision. Mais comment changer le discours médiatique ? Chaque fois qu’un politicien loue la jeunesse on le contredit et on supprime le rêve d’une jeunesse écoutée.

Notre système éducatif est sclérosé. Beaucoup de professeurs le sont devenus parce que leur parcours en université leur imposait de devenir professeur. Il faut changer cela. Les universités doivent permettre de travailler en entreprise, là où beaucoup d’étudiants vont aller. Il faudra alors favoriser les professeurs ayant connu l’entreprise ou faire connaître l’entreprise aux professeurs comme cela se fait un peu en ce moment. L’entreprise et l’école doivent être liées pour une meilleure intégration de l’étudiant.

Les notes empêchent à beaucoup d’élèves d’avancer. L’instituteur ou le professeur classe ses élèves. Pourquoi faire cela ? En effet si l’élève a la connaissance pourquoi devrait-on porter un jugement sur sa façon d’apprendre. A Désirs d’Avenir 35 nous avons réfléchi à l’apprentissage par compétences, une méthode d’éducation qui permet de se passer de notes. Si l’apprentissage est acquis on avance vers de nouvelles connaissances. Ainsi on évolue plus vite dans sa matière préférée. On prend certes du retard sur ce que l’on ne connait pas mais ce sera su.

Il faut aussi être positif quand on éduque, parler de l’humain et de la générosité permettant de réaliser ses projets. On se cantonne encore trop au juridique actuellement. Il faut juste savoir comment rencontrer les bonnes personnes. Or beaucoup de jeunes ne savent pas utiliser leurs connaissances car on ne leur montre pas le potentiel qu’il y a en chacun de nous. La générosité est ce qu’il y a de plus durable.

Nous proposons aussi que le professeur soit en apprentissage permanent ou bien en relation avec des spécialistes. En effet le fait d’être toujours en apprentissage nous fait évoluer vers ce qu’il y a de mieux en nous. Nous savons comment éduquer car nous apprenons. Des villes éducatives sont actuellement sources de richesses humaines.

Les fonds pour une éducation égalitaire existent. Notre pays est toujours riche. Ce sont un manque de partage des richesses qui sont la cause de la crise. Nous pouvons donc mettre en place une meilleure égalité dans l’éducation. Agissons pour une société plus juste.


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Xtf17 xtf17 23 décembre 2010 10:56

    Que d’amalgames, que de clichés, que de raccourcis...
    - des vieux qui laissent pas la place aux jeunes : une place ne se réclame pas, à la limite elle se mérite ; mieux, elle est évidente.
    - un système éducatif sclérosé : raccourci trop long à démonter...
    - des professeurs qui le sont devenus par obligation : non, chacun est libre, libre de choisir ou de se laisser diriger.
    - l’université doit permettre de travailler en entreprise : non, l’université doit permettre d’acquérir des compétences. L’entreprise est un système marchand lucratif. Rien ne nous oblige à répandre ce modèle dans tous les recoins de notre vie.
    - les notes empêchent les élèves d’avancer : pourquoi pas, à développer ; je pense que ce sont surtout la compétition, la comparaison, le classement qui créent de la valorisation relative (et donc de la dévalorisation relative) et qui sont névrosants.
    - yakafokon : c’est pas mal aussi...
    - la question de l’apprentissage permanent est une bonne piste, car en effet nous nous enrichissons de ce que nous rencontrons et apprenons. Mais aussi au sens des expériences de vie. L’apprentissage obligatoire, c’est comme l’obligation d’être heureux : ce n’est pas le bon angle de réflexion. A développer. Et puis envoyer des professeurs chez des spécialistes : je rigole, ce sont eux les spécialistes !!!
    - Tout ça pour finir sur un mauvais partage des richesses dans un pays riche : j’en suis persuadé, mais quel est le rapport ? Pourquoi ne pas aborder la question de la souveraineté budgétaire ?
    Pourtant je trouve quelques idées intéressantes, mais il n’y a aucun développement pertinent !


    • matthius matthius 23 décembre 2010 11:54

      Une place se mérite évidemment mais comment mériter une place si la démocratie n’est pas évidente au sein d’associations ? Il y a souvent des ententes entre amis dans les associations et conseils, ce que les plus jeunes ont du mal à appréhender. Je le sais des amis à moi très compétents et motivés sont refusés à cause du manque de démocratie.

      Certains professeurs le sont par obligation du fait même que l’université oriente vers le professorat ou les administrations dans son fond alors que beaucoup d’étudiants iront vers l’entreprise. Ne faut-il pas orienter vers ce qui est le plus répandu ? Ne faut-il pas améliorer les entreprises plutot que de s’en passer ce qui est impossible ?

      Un professeur apprend les généralités de son domaine aux étudiants, sa formation initiale, sauf s’il apprend en plus que sa formation initiale, ce qui est de l’apprentissage.

      Les développements pertinents ce sont vous aussi qui les faites. Je développe maintenant mes propos car ce texte a été écrit seul. Merci pour votre contribution !


    • Crab2 23 décembre 2010 18:35

      LA PHILOSOPHIE

      http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/12/23/l-ecole-et-la-philosophie.html


      La philosophie sans respecter la liberté de conscience des enfants n’a aucun sens et ce n’est plus la philosophie

      -

      L’ÉCOLE

      Le débat ouvert par le ministre de l’Éducation est-il fermé d’avance ?


      L’enseignement de la philosophie dans les écoles est initié par la tradition matérialiste de la volonté de domination sans que ne soit évoquée l’autre tradition, c’est à dire le refus de l’espoir qui enchaine, enferme l’individu ’’ dans la vérité ’’

      Programmes dont les contenus sont rédigés par ceux que je nomme, apparentés ; ’’ les démocratiquophobes ’’

      -

      La philosophie associée à une culture scientifique, du Droit, permettrait d’apprendre aux enfants non ’’quoi penser ’’ mais ’’ comment penser ’’, la meilleure façon de penser sa vie -

      -

      L’ omission dans les enseignements de la tradition philosophique du refus de la volonté de domination raye d’un trait la Culture, laisse la place ou entraine progressivement la ruine de la paix

      L’explication principale de la montée de la violence dans notre pays est la place prise par l’anticulture, la pensée unique, sommet de la forfaiture ’’ une pensée’’ dite révélée

      C’est par l’interdiction ou le peu de place laissé au droit de douter que dans une société s’accentue ou va croissant la perte des valeurs.

      -

      Vidéo

      http://blvids.free.fr/Universit%c3%a9_populaire_de_Caen_....

      -

      La montée de la violence, la pression morale ou attentatoire à la vie d’autrui, coïncide toujours avec la montée de la croyance délétère dans l’au-delà

      Nous savons depuis longtemps que le taux de criminalité est plus élevé dans les États ’’ dit rouges ’’ [ républicains ] , états correspondant à la plus forte proportion de croyants...notamment d’une forte majorité de religieux fondamentalistes

      -

      Dans notre pays le parallèle, dans ce que l’on désigne par les quartiers, lieux où sont situées la plupart des zones de non-droit peut-être fait en matière de délinquance criminelle...jusqu’à tirer avec des armes de guerre sur des policiers

      ’’On ’’ tue d’autant plus facilement que l’on a été persuadé par rabâchage , bourrage de crane dès l’enfance que le plus important ce n’est pas le court moment d’une vie, c’est après la mort ; pour ma part, je fais depuis plusieurs années ce constat qui se traduit par la perte des valeurs positives au profit des valeurs guerrières

      http://laiciteetsociete.hautetfort.com/violences_urbaines./

      -

      La montée du religieux fait ressurgir la revendication de rétablir la barbare peine de mort et d’interdire le droit pour les femmes de disposer librement de leur corps... d’interrompre une grossesse...cela va toujours de pair

      -

      Attention il n’est que temps de réagir ; prenez tous les risques car tout se passe comme pour vous endormir sur le mode de ’’ tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ’’ mais d’en douter et de le dire, c’est forcément vous ou moi l’accusé – accusé de quoi ? – d’intolérance, quand ce n’est pas de racisme...par ce que nous avons un discours critique méthodologique sur les fondements de toutes les croyances : c’est à dire la mise en pratique de la philosophie des sciences

      -

      Citation

      Par Gabrielle-Émilie Le Tonnelier de Breteuil marquise Du Châtelet
      (1706-1749

      Doutes sur la religion en général

      1. S’il y avoit une révélation, cette révélation seroit nécessaire aux bonheur des hommes : or, aucune révélation n’est nécessaire aux bonheur des hommes.

      Sinon Dieu l’auroit donnée à tous les hommes

      Émilie du CHATELET

      http://www.voltaire-integral.com/__La%20Bibliotheque/Table1/Chatelet.htm

      -

      Pensez-vous que l’esprit des Lumières soit encore vivant et puisse nous inspirer dans nos combats d’aujourd’hui ?

      Elisabeth BADINTER :

      « Je suis pessimiste. On revient aujourd’hui, sans s’en rendre compte, à une pensée obligatoire qui ressemble fort au dogmatisme d’antan. Les leçons d’histoire ne servent à rien. D’anciens sujets tabous, telle la religion, sont redevenus intouchables. Essayez donc de faire jouer le Mahomet de Voltaire sur une scène française et vous verrez ce qu’il se passera. Sans parler de nouvelles questions qui se posent aujourd’hui comme la violence ou la pédophilie féminines. Essayez de montrer que toutes les victimes ne sont pas innocentes et vous entendrez siffler l’anathème. Notre liberté de penser se restreint peu à peu. Il n’est que temps de reprendre le combat des Lumières. »
      Propos recueillis par Marie-Nol DARMOIS

      -

      Alors, la philosophie... ?

      Le nœud gordien est resté dans le langage pour caractériser une difficulté qu’on ne peut résoudre, un obstacle qu’on ne peut vaincre. Se tirer d’embarras par un moyen expéditif et vigoureux, c’est trancher le nœud gordien.

      Ah  ! C’est un grand malheur, quand on a le cœur tendre,
      Que ce lien de fer que la nature a mis
      Entre l’âme et le corps, ces frères ennemis !
      Ce qui m’étonne, moi, c’est que Dieu l’ait permis.
      Voilà le nœud gordien qu’il fallait qu’Alexandre
      Rompît de son épée et réduisît en cendre.
      (Alfred de Musset.) Nouvelle version par Crab Ah ! C’est une grande erreur quand on a le cœur tendre,
      Que ce lien de fer virtuel que la religion a mis
      En divisant l’âme et le corps, pour en faire des frères ennemis !
      Ce qui m’étonne, moi, comme tous les démocrates c’est que la raison l’ait permis.
      Voilà le nœud gordien qu’il fallait pour la laïcité résoudre
      Rompît de son ethics * et réduisît en cendre.
      (Crab) Épitaphe  :Et sans aller comme Dionysos vers de nouvelles libertés * ’’ ethics ’’ ; anglais de éthique [ J’avais besoin de ce mot pour ’’ rimailler ’’ ]

      Suite

      http://laiciteetsociete.hautetfort.com/0-letrre-a-bhl/

      Crab – 23 Décembre 2010 -



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès