Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Mythes et légendes en formation professionnelle

Mythes et légendes en formation professionnelle

Alors que le Président de la République a annoncé le 3 mars dernier que le législateur réformerait une nouvelle fois la formation continue (alors que la première réforme largement oubliée n’a que 5 ans) nous souhaitons prendre part à cette réflexion en apportant notre éclairage sur la formation professionnelle continue.

L’opinion commune en France est que les TPE/PME ne peuvent former leurs salariés car les grosses entreprises s’approprient le « gâteau » de la formation  

Notre pays n’aime pas les grandes entreprises (surtout quand elles sont privées). Les sociétés comme les individus qui réussissent suscitent la jalousie ou l’envie, rarement l’admiration (si elles réalisent des profits ceux-ci sont rapidement qualifiés d’indécents). Pour des raisons culturelles et politiques la richesse et la prospérité demeurent suspectes en France.

Les malheureuses PME seraient donc étouffées par la règlementation (ce qui n’est pas totalement faux, l’auteur de ces lignes, entrepreneur lui-même, peut en témoigner), malmenées par la conjoncture économique, dépendant de grands donneurs d’ordres (ah cette fameuse sous-traitance) et également privées de formation continue par les grandes sociétés qui s’arrogeraient les dispositifs comme les budgets.

Ce diagnostic communément admis et partagé nous semble caricaturale et bien peu conforme à la réalité du terrain, cette réalité que les professionnels de la formation vivent au quotidien mais qui ne parvient pas toujours à remonter jusqu’aux cabinets ministériels.

Pourquoi les petites structures ne sont-elles guère formatrices ?

La vraie explication du faible développement de la formation dans les PME est plus psychologique qu’économique. En effet le législateur, adoptant le classique schéma redistributif à la française, a institué des taux de cotisation formation différenciés selon la taille des entreprises. Actuellement ces taux sont les suivants :

- 0,55 % de la masse salariale pour les entreprises de moins de 10 salariés,

- 1,05 % pour les entreprises de 10 à 20 salariés,

- 1,60 % pour les entreprises de plus de 20 salariés.

Dans les grandes entreprises ce taux de 1,60 % constitue souvent un plancher et la majorité d’entre elles dépensent bien plus que cette obligation légale. Les grandes sociétés savent pertinemment que leur survie tout comme leur compétitivité passent par la formation et l’adaptation continuelle de leur organisation. Malheureusement le plancher des unes représente bien plus que trois fois le plafond des autres (les PME/TPE).

La principale question que posent encore les patrons des PME quand on leur parle du Droit à la Formation (DIF) est la suivante : « qu’est-ce que je risque si je ne forme pas ? ».
Payer pour former, s’il n’y a pas de sanction, semble superflu pour nombre de patrons de PME qui, absorbés par leur activité (on ne saurait leur en vouloir) se préoccupent rarement de l’avenir professionnel ou social de leurs salariés.

Le sentiment dominant dans les PME/TPE est donc : « Je paie ma taxe et j’ignore cette formation complexe et faite pour les grosses structures. » 

Que dirions-nous si un pays dépensait 0,55 % de son budget pour l’éducation des jeunes ? nous serions évidemment scandalisés par un si faible investissement pour l’avenir. Pourtant c’est le taux de cotisation et de réalisation dans la plupart des PME pour former tout au long de la vie leurs salariés. Que pèsent dès lors 70 euros face aux 10 000 euros annuels dépensés pour former un lycéen ?

Que peut-on construire avec 70 euros par an alors que nous devons désormais nous former et évoluer tout au long de notre vie ? Ces montants ne sont pas raisonnables et quand d’aucuns déplorent par exemple la faible ouverture vers l’international des PME françaises il faudrait déjà qu’ils s’interrogent sur la maîtrise de la langue anglaise par leurs concitoyens (parler une langue étrangère c’est non seulement pouvoir communiquer avec d’autres personnes mais aussi mieux comprendre d’autres cultures et pouvoir s’y adapter).

La mutualisation des fonds de la formation constituait peut-être une solution valide dans les années 70 mais faute d’évolution ou d’ajustement elle est devenue contre-performante au sein de la nouvelle société de la connaissance et de l’information.

La mutualisation entraîne bien une déresponsabilisation des PME face aux enjeux du développement des compétences de leurs salariés (l’Etat providence étant censé remettre à niveau les moins qualifiés). 

Tout comme l’exonération d’impôts peut entraîner une médiocre implication dans la vie sociale et économique, de faibles contributions patronales provoquent invariablement une faible appropriation des enjeux de la formation professionnelle dans les petites structures.

Les TPE/PME constituent notre premier gisement d’emplois et de richesses, leurs dirigeants travaillent souvent 60 ou 70 heures par semaine pour faire vivre ces sociétés. Mais cette volonté et ce courage ne doivent pas les exonérer de leurs nouvelles responsabilités sociales et d’apprentissage. La formation tout au long de la vie et l’emblématique dispositif du DIF (Droit Individuel à la Formation) dotent tous les salariés du droit d’évoluer et d’apprendre, il faut maintenant généraliser ce droit dans toutes les sociétés, sanctionner la non-formation. 

Le DIF, cette géniale avancée sociale dont nous n’avons pas encore tiré partie, doit permettre de combler les écarts entre grandes et petites organisations. Les petites structures peuvent désormais former leurs personnels hors du temps de travail et cela change la donne.

En janvier 2009 les partenaires sociaux ont encore simplifié le droit de la formation et désormais seulement deux catégories d’actions de formation subsistent (l’adaptation au poste de travail et à l’emploi d’une part et le développement des compétences d’autre part). Le DIF est donc occasion unique pour les salariés des petites structures de se réapproprier leurs apprentissages, de s’auto-former tout en étant soutenus et accompagnés par leur employeur (la plupart des enquêtes démontrent que le DIF diminue les écarts en formation dès lors que la PME joue le jeu de l’employabilité et du développement des compétences).

Les nouvelles modalités de la formation continue permettent donc de lever le seul vrai obstacle à la formation dans les petites structures : le remplacement des salariés en formation. Ce remplacement n’a plus lieu d’être si l’on se forme durant son temps libre (congés, RTT, Week end, soirée…). La formation hors temps de travail présente donc le double avantage de ne pas désorganiser le travail mais aussi de démontrer l’implication et la mobilisation des salariés dans leur propre projet de formation. 

La formation est un effort collectif, effort de la Nation (« La formation professionnelle tout au long de la vie constitue une obligation nationale » article L 6111-1 du code du travail), pour les entreprises, mais aussi pour les salariés, ces derniers doivent intégrer qu’ils ne seront pas perdants s’ils se forment hors de leur temps de travail, que le temps de formation n’est pas un temps contraint ou perdu mais la naissance d’un nouvel espace de liberté : celui d’apprendre, de comprendre et de s’approprier les apprentissages et de développer ses propres compétences. 

La Loi de Mai 2004 a instauré une co-responsabilité en matière de développement des compétences, les entreprises doivent construire un cadre facilitateur et bienveillant face aux apprentissages mais les salariés doivent en échange donner de leur temps pour se former. C’est un enjeu vital pour les moins qualifiés s’ils veulent continuer à jouer un rôle social et professionnel dans la nouvelle société cognitive du XXI ème siècle.(les plus qualifiés savent depuis toujours se former en tout lieu et à tout moment).

Manifester pour une nouvelle promotion sociale et professionnelle ne suffit pas si personne n’est prêt à en assumer les coûts. Coûts financiers pour les entreprises et la collectivité mais aussi investissement personnel des salariés qui doivent s’impliquer dans leur projet de formation. On ne se forme pas sans projet et sans persévérance et dans une époque marquée par le zapping et l’hyperconsommation (« parce que je le vaux bien) » s’impliquer dans la durée tiendra de la reconquête, de la responsabilisation et de l’autonomisation des individus.

Jean Boissonnat estimait en 1995 qu’au XXI ème siècle il faudrait se former au moins 10 % de son temps de travail. Il n’est guère envisageable que les sociétés financent et organisent 15 ou 20 h de formation par mois pour chacun de leurs salariés. Ce nouveau temps professionnel, celui du développement des compétences, doit donc se déployer en partie sur le temps libre des travailleurs.

Les travailleurs doivent donc apprendre à s’orienter, apprendre une langue étrangère (même s’ils sont ouvriers), maîtriser l’informatique et l’internet, savoir bien s’exprimer en français par écrit, apprendre à communiquer à l’oral, à travailler en équipe et aussi et enfin apprendre à apprendre. 

Les schémas qui ont prévalu depuis l’après guerre éclatent tous les uns après les autres et plus personne ne peut se reposer sur les acquis de la primo éducation pour déployer son intelligence et ses compétences. La Loi pour la formation tout au long de la vie va donc être reconstruite dans quelques semaines et notre pays doit désormais ne plus perdre de temps.

Trois priorités doivent être mise en œuvre très rapidement :

- Prévenir le déclassement professionnel en développant la formation dans les petites structures par une politique fiscale incitative forte (il est moins coûteux pour la collectivité de prévenir les déclassements que de financer des plans sociaux)

- Mettre en œuvre une authentique sécurisation professionnelle des salariés au moyen d’un compte épargne formation financé comme les congés payés tous les ans et intégralement transférable tout au long de la vie professionnelle.

- Accorder de vrais droits financés (et transférables) aux travailleurs précaires (saisonniers, intermittents, salariés à temps partiel ou en CDD…) afin que la sécurisation professionnelle ne soit pas un vain mot pour ceux qui en ont le plus besoin.

Sans ce redéploiement de la formation vers les moins qualifiés notre pays aura le plus grand mal à reconstruire son économie et son modèle social une fois la crise passée.

 

Didier Cozin

Auteur des ouvrages « Histoire de DIF » et « Reflex DIF »
tous deux publiés aux éditions Arnaud Franel.

 

Ps : une quatrième piste pourrait être explorée : alors que le monde du travail cherche des financements pour la formation, les partenaires sociaux avaient en 2003 imaginé la mise en œuvre d’un titre formation sur le modèle des tickets restaurant. Ne pourrait-on impliquer les Comités d’Entreprises afin qu’ils proposent de tels titres aux salariés. Par gros temps économique n’est-il pas plus important de se former et de conserver son employabilité que de partir en vacances ou d’emprunter des DVD ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 10 mars 2009 19:28

    A l’auteur :

    Vous osez écrire : "Les grandes sociétés savent pertinemment que leur survie tout comme leur compétitivité passent par la formation et l’adaptation continuelle de leur organisation."

    Quelle hérésie. Alors que les "formations internes" sont mises dans le budget formation juste pour arriver au fameux taux légal....
    Il n’y avait qu’un salarié d’entreprise dans une formation que je viens de faire : il venait d’EDF. Les 25 autres étaient chomeurs.
    Et encore, c’était de sa propre initiative et en insistant fortement.

    Renseignez-vous, de temps en temps. Mettre un chomeur en formation est trés bon pour le gouvernement : ça fait un chomeur de moins dans les chiffres.


    • kimono 10 mars 2009 23:21

      Il est évident qu’il faut se former tout au long de sa vie professionnelle. Mais rares sont les élus dans cette société ou les jeunes ont bien compris qu’il ne faut plus rester trop longtemps dans la même entreprise (cinq ans environ). Je les comprends quand on voit la façon dont les ouvriers de Moulinex ou autre ont été remerciés après vingt ans de bons et loyaux services. Et vingt ans à faire les mêmes choses et à rester enfermer dans le même système de procédure, les mêmes contrôles, la routine quoi... et pour trouver un poste ailleurs c’est pas évident !
      Alors l’une des façons de se former, d’être un bon dans la même filière tout en étant à l’aise dans de nombreux domaines toujours liés mais de branches différentes avec des savoirs et acquis qui se complémentent grâce à plusieurs techniques de travail qui se complètent, l’une de ces façons donc, c’est de changer souvent d’entreprise. De butiner un peu partout et d’enrichir son CV son carnet d’adresse, sa carte de visite et ses compétences.
      Il est bien fini le temps où les petits-enfants travaillaient dans la même boîte que leur grand-père ... a part peut-être à la SNCF !
      Et c’est pas une question de d’accord / pas d’accord. Personne ne va convaincre nos jeunes de rester trop longtemps au même endroitpour faire le bonheur des ces salauds d’actionnaires qui se foutent pas mal des autres. De tous les autres. On est vraiment sur la planète "argent sale" même s’il est honnêtement gagné.


      • Emile Red Emile Red 11 mars 2009 12:05

        Quand on lit ;

        " Tout comme l’exonération d’impôts peut entraîner une médiocre implication dans la vie sociale et économique, de faibles contributions patronales provoquent invariablement une faible appropriation des enjeux de la formation professionnelle dans les petites structures. "

        Il est évident que l’auteur doit plus au monde politique qu’à l’expérience de terrain dans son approche de la formation et des enjeux. 
        Savoir de prime abord que la solidarité en France passe principalement par les classes sociales basses ou défavorisées, savoir ensuite que l’implication de l’artisanat dans la vie sociale est prépondérante, savoir aussi que 80 % des associations sont gérées, financées et entretenues par ces deux typologies sociales démontrant ainsi que l’article va à l’encontre des réalités locales.

        Maintenant en ce qui concerne la formation dans les TPE/ PME, soyons honnète, elle dépend surtout du domaine professionnel, le mécano, l’électricien, le plombier n’a pas le choix, il suit et implique ses employés, par contre dans d’autres milieux, particulièrement l’artisanat de tradition, la formation semble plus un gadget qu’un réel apport de connaissances.

        Il serait intéressant de savoir ce que peut fournir en matière de maîtrise ou de connaissance appliquées une formation à l’endroit d’un maître verrier, d’un ébéniste ou d’un tailleur de pierre. La seule dispense utile est donnée généralement par les fournisseurs outilleurs qui ne se privent pas afin de capter le client.

        Je ne vois donc pas bien la nécessité de cet article, tout du moins pour la sphère PME/TPE du secteur secondaire, maintenant peut-être que le secteur tertiaire a besoin de formation, mais son implication dans les petites entreprises reste confinée aux emplois subalternes que les chefs d’entreprise ne jugent pas, à tord ou à raison, économiquement productifs et dignes d’évolution.

        Un serpent qui se mord la queue au profit visible de la caste dirigeante et hors champs des réalités concrètes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès