Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > N’oublions pas non plus l’intégrisme juif !

N’oublions pas non plus l’intégrisme juif !

L'intégrisme musulman est souvent, à juste titre vilipendé et dénoncé.
A part les tenants du relativisme culturel, tous les défenseurs des droits de l'homme demandent et exigent que les femmes puissent être libérées de l'emprise des religieux.
Ceci étant dit et rappelé, il ne faut pas oublier que d'autres intégrismes sévissent et réduisent les femmes à des objets.
Ce sont tous les intégrismes qu'il faut combattre et ceci sans faiblesse.

Si vous n'avez pas encore lu le livre  :"Tirs croisés : La laïcité à l'épreuve des intégrismes juif, chrétien et musulman " de Caroline Fourest et de Fiammetta Venner, n'hésitez pas à le faire, il n'a pas malheureusement pris une ride....

Et pour compléter et plonger dans la réalité de l'intégrisme juif, voici un roman à découvrir :


« Et te voici
permise à tout homme »
roman d'Eliette Abecassis
Éditions Albin Michel
août 2011
198 pages
17 €

Une prison sans barreau !

Eliette Abecassis nous fait découvrir la réalité de la vie d'une femme juive orthodoxe, qui à Paris même subit des lois religieuses qui ne sont contraignantes que pour les femmes.
Anna et Simon sont divorcés. Cette séparation légale ne suffit pas pour permettre à Anna de fréquenter un autre homme et même de se remarier.
Si son ex mari ne délivre pas le « guet », elle reste religieusement mariée et si elle se remarie, ses nouveaux enfants seront considérés comme des bâtards ainsi que leurs descendants durant dix générations !
Si une femme attend le divorce religieux que son mari ne lui accorde pas : elle ne peut pas avoir de relations affectives et sexuelles avec un autre homme à moins de commettre un acte adultérin.
C'est une loi absurde et inhumaine qui ne s'impose qu'à ceux et à celles qui l'acceptent, certes mais tout refus de cet ordre religieux peut conduire la « contrevenante » à être bannie de sa communauté, voire de sa famille.
C'est le prix à payer !
Que faire ?
Avec talent, l'auteure nous conduit dans le sillage de cette jeune femme et nous fait partager ses doutes, ses craintes et même ses quelques espérances.
Elle aime intensément un autre homme Sacha.
« Le désir était une déchirure, une fulgurante, une onde, un frisson qui parcourait tout mon corps, montait, ne cessait de monter. J'étais une funambule sur un fil. »
Ce livre est à la fois une superbe histoire d'amour émouvante et tendre et à la fois une chronique sur l'esclavage « moderne » de ces femmes enfermées dans une prison moyen moyenâgeuse.
La quatrième de couverture de ce roman se limite à une seule phrase forte et pleine « Femme ? Épouse ? Non. Tu es Agouna. Enchaînée, ancrée, enlisée ».

Anna saura-t-elle trouver le bonheur en faisant sauter le verrou de la bêtise ?
C'est un réel suspense dramatique et humain qui dès les premières pages donne l'envie au lecteur d'aller jusqu'au bout sans même s'interrompre.

Jean-François Chalot

Agouna (pluriel agounot) veut dire littéralement "ancrée", il s'agit d'une femme ancrée à son mari, dont on ne sait pas s'il est vivant ou mort.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  4.04/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • Loatse Loatse 2 novembre 2011 16:42

    Vous appelez cela de l’intégrisme, chalot ? le judaisme m’a l’air d’être plus avancé dans ce domaine que le catholicisme non « intégriste... :)

    Cette jeune femme pourra se remarier religieusement si son mari lui délivre le »guêt"....

    dans le catholicisme, point de guêt, d’ailleurs je suis toujours mariée devant Dieu, parait il et ad vitam aeternam à mon ex-mari duquel je suis divorcée... seul le veuvage peut me permettre de me remarier religieusement...

    J’oublie également de préciser qu’il n’est pas permis aux divorcés de communier, en théorie donc pas d’ostie. (je passe outre) quand au port du préservatif n’en parlons même pas...

    je connais des juives divorcées ou mariées avec des goyim et heureuses, en fait tout ceci dépend de l’ouverture des familles...
    C’est plus embêtant quand dans le cas de cette femme que vous nous citez en exemple, cela provoque un rejet au sein de la famille ou de la communauté... Auquel cas, il faut pouvoir choisir entre son bonheur et les liens familiaux/communautaires,

    Mais religion ne veut pas dire foi que l’on peut garder tout en se remariant civilement, Dieu n’étant en rien responsable de la dureté de coeur des humains...


    • tikhomir 2 novembre 2011 17:15

      « seul le veuvage peut me permettre de me remarier religieusement... »

      Euh non, si le cas est justifié, vous pouvez faire une demande d’annulation de mariage... Si c’est acté, vous pourrez vous remarier à l’église tout à fait normalement.

      Ce sont les divorcés ET remariés qui n’ont pas accès à la communion, pas les divorcés. C’est tout à fait différent.


    • Loatse Loatse 2 novembre 2011 18:00

      Vous avez raison Tickomir, les remariés sont exclus de la communion... ce n’est pas mieux.. :(


    • tikhomir 2 novembre 2011 18:28

      Mieux ou pas, en tout cas, c’est logique. Dans l’état actuel des choses, ce serait incohérent qu’ils aient accès à la communion.

      Ceci dit, cela n’empêche pas la communion de désir et la rencontre de Dieu se fait aussi à travers d’autres choses dans une autre mesure.

      Mais oui, le christianisme, je vous l’accorde, c’est radical (j’ai pas dit extrémiste ou intégriste, etc.), on y engage sa vie et des fois, c’est dur de tout laisser pour suivre Dieu.

      Je dirais que lorsque l’on s’est donné à quelqu’un, on s’est donné et on ne peut se reprendre, c’est ainsi donc indissoluble, mais pleinement un acte d’amour (et donc radical). C’est cohérent et il est inutile, je pense, que je développe des choses que vous devez certainement déjà savoir, d’autant que ce serait peut-être hors sujet ici (bien que je ne refuse pas le contact par e-mail ou d’aller boire des bières pour refaire le monde quand c’est possible ^^).

      Du reste, je sais que c’est toujours évident de dire des choses, d’autant que moi-même, je ne suis pas marié et ne l’ai jamais été mais j’avoue ne pas comprendre la logique de certains divorcés-remariés qui demandent que l’Église change à ce sujet (ou alors il faudrait changer les évangiles ?). Je comprends bien le sentiment humain sous-jacent à cette demande mais où est la cohérence par rapport au message évangélique : le généreux et plein don (donc définitif) de soi-même.


    • appoline appoline 3 novembre 2011 12:53

      La religion est faite pour cadrer l’être humain, cela n’a rien à voir avec l’amour de son prochain, quelle fumisterie que ce soit l’une ou l’autre.


    • Traroth Traroth 3 novembre 2011 13:31

      « cadrer l’être humain », un peu comme une prison, vous voulez dire...


    • appoline appoline 3 novembre 2011 19:13

      Je ne me sens pas concernée, ça fait quelques temps qu’on m’a excommuniée.


    • CHALOT CHALOT 2 novembre 2011 16:52

      La seule divergence que nous avons Loatse, c’est sur la caractérisation d’intégrisme


      • Loatse Loatse 2 novembre 2011 17:49

         @Chalot

        L’Internaute me donne cette définition :
         
        Intégrisme : Refus de toute évolution notamment de la religion au nom du respect de la tradition....

        c’est bien pour cela que je me permet de faire un parallèle avec ma religion....il est encore très mal vu dans les milieux traditionnalistes catholiques de divorcer (j’y ai moi même perdu une partie de ma famille qui m’a définitivement tourné le dos) et même pour le catholique lambda ; espérer une hypothétique annulation pour pouvoir contacter une nouvelle union n’est pas signe d’évolution...

        Quand à la doctrine sur la sexualité, elle est encore basée sur la morale de saint augustin... :

        je cite :

        Pour respecter le plan divin et la dignité humaine, la sexualité doit être un don total dans le cadre indissoluble du sacrement du mariage, et doit notamment rester ouverte à la procréation.

        L’Église catholique rejette donc en particulier la sexualité hors mariage, la contraception par des méthodes artificielles et les rapports homosexuels.


      • tikhomir 2 novembre 2011 18:03

        Saint Augustin ?

        Euh, c’est Jésus tout d’abord qui dit que c’est indissoluble et Saint Paul en parle assez lui aussi. Pas besoin de Saint Augustin pour dire ça... C’est juste évangélique...

        Ca n’évoluera donc jamais. Enfin « évolution », disons, changement, j’aime à croire que l’évolution c’est normalement vers le mieux.


      • King Al Batar King Al Batar 3 novembre 2011 09:19

        Bonjour,
        Et ce que le voeu que font les curés et les bonnes soeur, de ne jamais avoir de rapport sexuels, dont de ne jamais aimer réellement une personne, ni de mettre au monde, rentre dans le même sac ????
        Parce que niveau integrisme et négation de son identité d’être humain reproducteur, c’est quand même pas mal.
        De mon point de vue c’est le plus haut niveau d’intégrisme.
        Le rabbin, l’Imam, les musulmans et juifs très religieux peuvent se marrier et avoir une descendance. Pas les curés !


      • tikhomir 3 novembre 2011 09:59

        @King Al Batar

        Les prêtres ne font pas ce voeu, ils font voeu de célibat, mais pas voeu de chasteté. Comme je l’ai dit, il ne s’agit pas d’intégrisme mais de radicalisme (plus radical encore pour les moines et moniales que pour les prêtres qui ne font pas vœu de chasteté, de pauvreté, etc.).

        De toute façon, même sans vœu, tout baptisé, peu importe son état de vie est appelé à la chasteté (même marié car je n’ai pas dit abstinence, j’ai dit chasteté, ce qui est différent).

        Il ne s’agit pas de se nier, il s’agit d’offrir sa vie et tout ce qu’elle peut offrir à Dieu en vue du Royaume des Cieux mais aussi pour les autres.

        L’amour, ça ne passe pas que par le rapport sexuel, le prêtre s’est donné de par son libre consentement pour les gens et sa vie est donnée aux gens. C’est pour ça aussi que lors d’ordinations si vous y assistez un jour, les gens crient souvent au nouveau prêtre « Merci ! ».

        Qu’y a-t-il de plus grand que de se donner soi-même et entièrement aux autres ? C’est aussi ça l’amour, un grand amour. Voici aussi pourquoi, les chrétiens témoignent (ou en tout cas devraient) d’un grand respect pour les prêtres, tous les prêtres, même ceux qui flanchent, car ils ont fait ce choix et personne n’a dit que c’était facile, mais cela ne change rien au don généreux de leur vie qu’ils ont fait.

        Pour reprendre le saint curé d’Ars : le prêtre n’est pas pour lui, il est pour vous.


      • King Al Batar King Al Batar 3 novembre 2011 10:17

        Excusez moi du peu, mais entre une femme qui ne montre son visage à personne d’autre qu’à son mari, et une femme qui décide d’elle meme de ne jamais mettre au monde des enfants.
        Au niveau de la privation d’identité, je ne vois pas ce qu’il y a de plus engagent.
        Attention, Tikhomir, je ne critique pas, c’est à dire que même si je suis très peu pratiquant de ma religion, je considère qu’à partir du moment ou rien n’est forcé, il n’y a pas réellement de pratique criticable. La liberté implique aussi que si ca nous chante on puisse se priver d’une partie de nos liberté à nos convenance....
        Donc chacun fait ce qu’il veut, et je ne vois le mal en ce qui me concerne.
        Mais qu’on ne vienne pas me dire qu’au niveau de la privation, de l’engagement, ce n’est pas autant une négation de sa personne, de sa feminité, de faire le choix de ne pas procreer !
        C’est certainement plus une negation de sa feminité que de ne pas montré son visage au gens ! En tout cas de mon point de vue.
        Coridalement,


      • tikhomir 3 novembre 2011 11:56

        Pour ma part, je trouve que vous accordez beaucoup d’importance à la sexualité, ce qui n’est pas la seule façon d’exprimer son amour, pas plus que ça n’est une identité en soi et vous le savez bien. On ne couche pas avec ses parents mais on les aime (la plupart du temps en tout cas), les enfants n’ont pas de rapport sexuels (en tout cas, ça devrait attendre un peu), mais ils ont une identité, etc.

        Les religieuses ne nient pas leur féminité, si vous n’en avez jamais côtoyé, je vous invite à aller en rencontrer pour voir qu’elles n’ont aucun souci de féminité. La féminité, ce n’est pas simplement se marier ou avoir des rapports sexuels et enfanter...

        Mais là on touche à des sujets qui mériteraient de plus longs développements que ce qu’on peut faire ici.


      • King Al Batar King Al Batar 3 novembre 2011 13:09

        Je pense que vous ne m’avez pas compris, je ne parle pas de sexualité, je parle de faire des enfants.
        Certes on ne fait pas l’un sans l’autre, mais c’est bien de mettre au monde, d’être une mere et d’elever SES propres enfants dont je parle. Vous pense que vous pouvez comprendre que cela fait parti des « actes » important, merveilleux et magnifique de notre existance, et que s’en priver constitue, à mon sens une privation au moins aussi importante que d’autres cas que nous avons abordé.
        Mais comme je vous le dit, je ne porte pas de jugement de valeur, j’essaye de tout comparer sur le même echelle.


      • Traroth Traroth 3 novembre 2011 14:29

        @King Al Batar : sans chercher à défendre le mode de vie totalement anormal et malsain des membres du clergé catholique, vous comparez ds choses qui ne sont pas comparables, en l’occurrence une obligation sociale qui s’impose à toute une catégorie de la société (les femmes musulmanes obligées de se voiler) avec une obligation librement consentie uniquement par celles et ceux qui en font le choix (les prêtres, moines et bonnes soeurs catholiques)


      • tikhomir 3 novembre 2011 15:17

        @King Al Batar

        Un prêtre a une paternité, une paternité spirituelle, même chose pour les femmes qui peuvent avoir une maternité spirituelle.

        La paternité ou la maternité, ce n’est pas non plus que les liens de sang et vous le savez bien smiley.

        Mais je comprends que ce soit « bizarre » à vos yeux.


      • Traroth Traroth 3 novembre 2011 17:18

        La paternité n’a pas grand-chose à voir non plus avec le fait de raconter des conneries du haut d’une chaire le dimanche !


      • tikhomir 2 novembre 2011 17:17

        C’est marrant qu’un intégriste laïciste et relativiste culturel citant des intégristes athées comme Mme FOUREST vienne parler des soit-disant intégristes des autres religions.

        On voit ici toute l’intolérance de la religion du laïcisme.


        • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 2 novembre 2011 17:25

          La laïcité n’est pas une religion. Combien de fois faudra-t-il le répéter ? Libre à chacun dans un pays laïque de pratiquer en privé la religion de son choix ou de ne se référer à aucune. Mais que les religieux cesse de vouloir imposer leur foi et leurs pratiques aux autres ! Demander que les religieux nous laissent tranquilles, c’est de l’intolérance ?


        • tikhomir 2 novembre 2011 17:59

          « La laïcité n’est pas une religion. »

          Normalement non, mais certains l’ont élevée à ce rang. En tout cas, j’admire les intégristes laïques, ils font beaucoup de bruit pour pas grand chose.


        • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 2 novembre 2011 21:50

          La laïcité n’est pas une religion, elle n’a ni dogmes, ni cultes, ni miracles, ni rites, ni interdits alimentaires. C’est un modus vivendi en société, comme le pluralisme politique.

          L’athéisme non plus n’est pas une religion, c’est une position philosophique qui peut s’énoncer ainsi : « Il n’existe rien dans l’Univers qui ressemble de près ou de loin à ce que les croyants appellent »dieu".


        • Traroth Traroth 3 novembre 2011 14:35

          @Senatus populusque : l’athéisme n’est pas une religion, mais ça reste une croyance. Il est tout autant impossible de prouver qu’un dieu n’existe pas que de prouver qu’il en existe un !


        • CHALOT CHALOT 2 novembre 2011 17:24

          Ce n’est pas marrant qu’un anonyme comme tikhomir ne sache pas ce qu’est un intégrisme et son contraire.
          c’est même affligeant, non !


          • tikhomir 2 novembre 2011 17:58

            Je ne suis pas anonyme, j’ai un pseudonyme, toujours le même pour que justement on me reconnaisse bien d’une intervention à l’autre et Agoravox a mon adresse IP dans ses logs et si je dérape, ils pourront toujours l’envoyer à la police.

            Je n’ai donc rien à voir avec l’anonymat, merci.


          • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 3 novembre 2011 18:00

            Mais pour nous, qui nous dévoilons, tikhomir et beaucoup d’autres avancent masqués ! Ce n’est pas une question de légalité mais de courage personnel !




          • RELIGIONS ...PIEGE A NAIFS...EN PREVISION D’ UN PARADIS OU DE 40 VIERGES qui est assez naif pour croire qu’allah...et ses sbires qui lapident les femmes...les laisseront prendre des vierges...qu’ils lapideront plus tard...

            la religion ca pique ce que les politiques du genre khadafi...ben ali...moubatak... ont laissé aux pauvres...leur pain quotidien


            • Talion Talion 2 novembre 2011 18:11

              Mais personne ne t’oblige à croire que tu possèdes une âme mon brave !...

              ...Et en fait pour tout te dire, je pense que tu en es dépourvu.


            • zany 2 novembre 2011 21:01

              MDR http://www.ina.fr/divertissement/humour/video/CPC82053077/apprenons-a-reconnaitre-un-communiste.fr.html

              sans rire FdG,

              ces « naïfs » sont près à mourir pour leurs idée, car dieu leurs à dis qu’il irons au paradis avec tous plein de fifille vierge, plonger-vous dans l’étude des différentes religion, c’est passionnant, et vous allez comprendre certaines choses « Ha mais c’est pour ça que... »


            • Lou Lou 3 novembre 2011 15:41

              D accord avec tousensemble, quant on s’ int.resse aux religions monothéistes on constate que le judaïsme a pompé le fond de son dogme aux égyptiens avant d’ être copié et arrangé successivement par la chrétienté et l’ islam ...
              Come on !! C’ est l’ ange Gabriel qui fait des heures supplémentaires avec Mahommet , juste ce point est une preuve de la supercherie de toutes ces religions ...


            • Alef Alef 2 novembre 2011 18:10
              En Israël, par exemple, les tribunaux rabbiniques font appel à l’autorité civile. On peut condamner le mari récalcitrant à une astreinte, l’empêcher de sortir du pays, voire le mettre en prison jusqu’à ce qu’il consente, de son plein gré, à donner le guet.
              En France même, la femme peut attaquer le mari en dommages et intérêts sur la base d’une intention malveillante. Plutôt que d’être condamné à payer une somme importante, il donnera le guet.

              • Traroth Traroth 3 novembre 2011 14:38

                « tribunaux rabbiniques » : c’est un peu comme les tribunaux islamiques en Iran, c’est ça ?


              • Traroth Traroth 3 novembre 2011 14:39

                "le mettre en prison jusqu’à ce qu’il consente, de son plein gré" : bel oxymore... Difficile de mieux souligner toute l’absurdité de toute cette histoire !


              • CHALOT CHALOT 2 novembre 2011 18:13

                Ce que dit Alef correspond à ce que j’ai lu dans ce roman.


                • TyRex TyRex 2 novembre 2011 18:13

                  Pour vous Chalot, la laïcité est le contraire de l’intégrisme ?

                  Afin que vous puissiez bien cerner la notion d’intégrisme, il faut que vous ayez à l’esprit la notion de traditionalisme qui est en réalité son synonyme. Ce terme est chargé de connotation péjorative stigmatisant la dureté et la profondeur de la foi.

                  Mais qu’est-ce que l’intégrisme exactement ?

                  Il semble qu’il soit utilisé pour la première fois en Espagne à la fin du XIXe siècle à des fins politiques par un certain Ramon Nocedal.
                  Son attitude antilibérale extrémiste est telle qu’elle sera condamnée par deux fois par le pape Pie X.
                  Cette notion réapparait ensuite en France au début du XXe siècle durant la fameuse crise moderniste.
                  Contre le monde issu de la Réforme et de la Révolution française, contre l’agression laïque, voire anticléricale qu’il véhicule, l’Eglise répond par la construction d’un modèle de catholicisme dit « intégral ».
                  C’est la réaction « anti-moderniste » qui constituera la naissance de l’intégrisme. Elle apparait comme étant une recherche vers un catholicisme « pure » préconisant la Tradition contre la Modernité...

                  Vous confondez intégrisme et fondamentalisme et donc votre titre Intégrisme Juif ne se base que sur la connotation péjorative et non sur sa définition propre.

                  En cela, je peux affirmer que la laïcité n’est en rien le contraire de l’intégrisme au sens propre du terme bien entendu !


                  • CHALOT CHALOT 2 novembre 2011 18:22

                    J’utilise l’acception du terme, son usage dans le cadre d’un titre fort.
                    Il n’y a pas de l’intégrisme dans la laïcité.
                    Je n’ai comme laïque aucun tabou ni aucune interdiction autre que la morale universelle , en terme d’union et de mariage par exemple.
                    La seule loi reconnue est la loi républicaine et comme les autres laïques je ne confonds pas la religion, la foi et l’intégrisme.


                  • Traroth Traroth 3 novembre 2011 14:46

                    Etymologiquement, l’intégrisme est le courant catholique qui visait au maintien de l’ensemble du corpus de dogmes du catholicisme. De nos jours, le sens a changé, depuis qu’on parle d’intégrisme musulman, et ce mot désigne l’idéologie qui vise un contrôle total de la société, et donc entre autre un contrôle politique, par le pouvoir religieux. C’est donc bien l’inverse de la laïcité.


                  • TyRex TyRex 4 novembre 2011 06:52

                    "De nos jours, le sens a changé, depuis qu’on parle d’intégrisme musulman, et ce mot désigne l’idéologie qui vise un contrôle total de la société"

                    Le sens a changer pour permettre cette juxtaposition intégrisme (dans son sens péjoratif) au monde musulman. De plus, vous confondez une religion (dans sa tradition) avec une idéologie... ce qui laisse à penser que vous ne maitrisez pas la définition des termes que vous employez. Vous ne faites que propager des clichés sans valeurs propres.

                    Je tiens à vous rappelez la définition d’une idéologie :
                    C’est une science d’un système d’idées imaginés... dans son sens large.
                    Actuellement, une idéologie est l’ensemble d’idées sur la structure de la société, sur les forces qui agissent dans la société, sur les sources de conflit qui y sont présentes, et aussi sur les modalités qui permettent de résoudre ces conflits, ensemble d’idées partagées par un groupe, communément appelé parti politique.
                    Alors dire l’intégrisme musulman est une idéologie (vous confondez avec Islamisme) qui vise le contrôle totale de la société ne veut strictement rien dire en soi si ce n’est joué sur les valeurs péjoratives que ces termes impliquent.

                    Cordialement.


                  • jef88 jef88 2 novembre 2011 18:15

                    TOUS les intégrismes sont à mettre dans le même sac ....et jetés à la mer !
                    Les dogmes religieux ont environ 2000 ans...
                    Une grande partie de leurs commandements tenaient à l’hygiène de vie : le porc, les ablutions etc...
                    Mais le monde à changé et ces préceptes restent immuables ...................................


                    • Alef Alef 2 novembre 2011 18:29

                      Les interdits alimentaires dans le judaïsme n’ont rien à voir avec l’hygiène.
                      La viande de porc n’est pas moins hygiénique qu’une autre, de même la cacheroute interdit de consommer en meme temps les produits laitiers avec les produit carnés, rien à voir avec l’hygiène.

                      Autre exemple :
                      Deutéronome 22:11
                      Tu ne porteras point un vêtement tissé de diverses espèces de fils, de laine et de lin réunis ensemble.

                      Aucune raison hygiénique

                      Dans le judaïsme les interdits sont liés avec les notions plus générales de pureté (tahor) et d’impureté (tamé) présentes dans tous les actes de la vie d’un être humain. Attention pureté/impureté ne veut pas dire propre /sale.

                      Réfléchissez une seconde à ceci : pourquoi ne mangez-vous pas de chien ? pour des raison d’hygiène ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès