Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Nantes : un prof trans a fait sa rentrée dans un lycée catholique

Nantes : un prof trans a fait sa rentrée dans un lycée catholique

La rentrée des classes au lycée privé Saint-Stanislas de Nantes s'est bien déroulée. Un enseignant en poste depuis 3 ans dans l'établissement s'est présenté sous sa nouvelle apparence féminine. On l'appelait "Monsieur" l'année dernière, maintenant il faudra dire "Madame".

La nouvelle a été rendue publique mardi par le quotidien régional Presse Océan. Cet été, ce professeur, âgé de 43 ans, de technologie et de sciences industrielles en classe prépa scientifique a décidé d'entamer un processus de changement de sexe. Il l'a fait en concertation avec la direction diocésaine de l'enseignement catholique de Nantes et l'association des parents d'élèves de l'enseignement libre (APEL).

Lors de la journée de pré-rentrée, Gwenola, c'est désormais son nouveau prénom, a pris la parole devant ses collègues pour expliquer son choix et sa démarche. "Gwenola a pris la parole devant ses collègues lundi lors de la journée de pré-rentrée, indique Hervé Toumoulin, chef d'établissement. Son choix est quelque chose de très personnel. Ca répond à un mal-être, je crois. A un long cheminement."

La direction diocésaine de l'enseignement catholique de Nantes avait été mise au courant dès le moi d'avril. "C'est un choix qu'on se doit de respecter" a déclaré Hervé Bonamy, directeur diocésain. Des courriers ont ainsi été envoyés aux familles et le service psychologique de l'enseignement catholique a été avisé et mobilisé.

Lors de la rentrée, aucune demande de la part des élèves concernés, une petite vingtaine, auprès du service psychologique qui avait été mis en place n'a été enregistrée. Preuve que les mentalités évoluent, en particulier auprès des jeunes. Mais c'est un cas qui reste assez isolé. La plupart du temps cela ne se passe pas toujours aussi bien, même au sein des établissements publics.

En 2010, à Nantes également, une professeure trans opérée, ce qui n'est pas encore le cas de Gwenola, avait été bien accueillie dans un lycée catholique. Depuis, tout se passe normalement et sans aucun problème.

Les trans sont trop souvent victimes de discriminations, en particulier dans leur vie professionnelle. Les mentalités évoluent lentement. La lutte contre la transphobie est également un sujet sur lequel le gouvernement mène une réflexion depuis quelques mois. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.09/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • 1984 5 septembre 2012 20:33

    C’est quoi le problème ?


  • Anaxandre Anaxandre 5 septembre 2012 15:34

     L’Eglise ne serait donc pas si rétrograde que vous voulez souvent le faire accroire à longueur d’articles ? Ce que vous voulez ne pas voir, c’est que l’Eglise, et bien au-delà d’elle tout ceux qui ont une conscience sociologique et historique - sans parler de votre prétendu « égalitarisme » qui n’est qu’un récent mensonge érigé en nouveau dogme par les esprits-nains modernes - respectent les cas particuliers mais refusent de les élever au rang de nouvelle norme sociale. Malheureusement pour nous, votre société du chaos, de l’indistinction et de l’indifférenciation a déjà gagné. Pour l’instant.


    • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 5 septembre 2012 16:49

      l’Eglise catholique n’a rien à voir. Les enseignants dépendent de l’Education nationale. Ce ne sont pas des salariés de l’enseignement privé.

      En outre, la nouvelle loi du 6 août 2012 interdit toute discrimination pour les personnes transexuelles dans leur milieu professionnel. Dans ce cas précis, la direction diocésaine de l’enseignement catholique de Nantes a repecté la loi.


    • docdory docdory 5 septembre 2012 21:28

      @Giuseppe di Bella 

      Si il est vrai qu’une telle loi a été votée ( NB merci de nous en donner le texte, parce que ça paraît invraisemblable ) il n’est pas étonnant qu’elle ait été votée en catimini au mois d’août , pendant que les citoyens sont en vacances. En effet, si une telle loi existe, il s’agit d’une loi liberticide.
       En tant qu’employeur de secrétaire, il est de mon droit imprescriptible de ne pas employer de personnes présentant des caractéristiques sortant des normes au point que ça en devienne gênant .
      Il est donc de mon droit le plus strict :
      - de refuser d’embaucher une secrétaire qui aurait des piercings ou des tatouages ostensibles sur la figure ou une partie visible du corps
      - de refuser d’embaucher une secrétaire avec des cheveux teints en vert fluorescent ou en bleu .
      - de refuser d’embaucher une secrétaire affublée d’un voile islamique
      - de refuser d’embaucher une secrétaire transsexuelle
      - de refuser d’embaucher une secrétaire avec une crête à l’iroquoise de punkette et des épingles de nourrices en guise de boucles d’oreille.
      ( liste non limitative )
      Par ailleurs, en tant que parent d’élèves, il est mon droit de refuser l’idée que mes enfants aient un enseignement par un ou une transsexuelle, loi de 2012 ou pas.

    • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 5 septembre 2012 22:15

      Voici le texte de la loi : ici.

       

       


    • docdory docdory 6 septembre 2012 09:47

      @ Giuseppe di Bella

      OK, j’admet que cette loi existe, mais néanmoins elle est liberticide.
      Il est de la liberté de tout employeur de choisir les gens avec lesquels il a envie de travailler.
      Par ailleurs, cette loi est totalement inapplicable.
      Comme il y a, à notre époque de chômage massif, au moins dix personnes qui se portent candidat pour un poste de travail qui se libère, le patron( si c’est une petite entreprise ) ou le directeur du personnel ( s’il s’agit d’une grande entreprise ) élimineront tous les candidats dont la présentation est hors-normes ( celles que j’ai décrites dans mon commentaire précédent. )
      Par ailleurs, il est exceptionnel qu’une entreprise fasse appel à l’ANPE ou aux petites annonces pour pourvoir un poste vacant.
      En général, on reçoit chaque année des dizaines de CV de candidatures spontanées. On met à la poubelle les CV comportant des fautes d’orthographe ( discrimination ! ), les CV dont les photos montrent des piercings, cheveux verts, coiffures punk, voiles islamiques et ( bien que ça n’arrive jamais ) les CV dont le prénom ne correspond pas au sexe apparent sur la photo d’identité.
      Les autres CV sont précieusement conservés dans un dossier, que l’on ressort quand il y a besoin de personnel.
      Qu’allez-vous faire ? vérifier les poubelles des entreprises pour voir quels CV sont jetés ? Vous voyez bien que cette loi est inapplicable et n’est juste là que pour satisfaire les intérêts de lobbys politiquement corrects.

    • Z Z 6 septembre 2012 11:01

      Doc, en quoi une loi inapplicable peut-elle être liberticide ?
      Arrêtez donc de piaffer. Cette loi ne change rien pour vous, vous pourrez continuer tranquillement d’embaucher des secrétaires correspondant au stéréotype de la secrétaire modèle. On espère d’ailleurs qu’elles sauront être bien gentilles avec leur patron, y compris sous le bureau.
      Tout va pour le mieux dans votre monde de gros beauf homophobe et xénophobe, ne vous inquiétez pas.


    • Ornithorynque Ornithorynque 6 septembre 2012 11:25

      Etre un « gros beauf », c’est associer le mot « secrétaire modèle » à desous de bureau,


    • docdory docdory 6 septembre 2012 13:25

      @Z

      1°) Je me fous du stéréotype de la secrétaire modèle, mais par contre elle doit éviter de choquer par sa présentation les personnes qui viennent à mon cabinet.
      2°) Personnellement , je ne mélange jamais le travail avec la libido, il y a un temps pour tout
      3 °) Je ne suis ni homophobe ni xénophobe.
      Ce n’est pas parce qu’on est contre le mariage homosexuel qu’on est homophobe et ce n’est pas parce qu’on est opposé à l’idéologie mahométane qu’on est xénophobe.

    • tiloo87 tiloo87 5 septembre 2012 16:57

      Une bonne nouvelle aujourd’hui : merci !

      Il faut avoir l’esprit bien étriqué pour ne pas comprendre ...


      • bernard29 bernard29 6 septembre 2012 13:16

        oui, c’est trés bien . Ce professeur a eu beaucoup de courage, et j’espère que la médiatisation de son cas (Presse Océan) ne va pas lui en demander encore plus.


      • tikhomir 5 septembre 2012 16:58

        Ça fait bien longtemps que les écoles « catholiques » ne sont plus catholiques et usurpent ce nom...

        Pauvres enfants qui devront subir le relativisme de leurs aînés et avoir comme modèle ce prof malade mental au point de se faire mutiler les parties génitales.


        • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 5 septembre 2012 17:24

          Un décret publié au Journal officiel du mercredi 10 février 2010 supprime la transsexualité de la catégorie des affections de longue durée « affections psychiatriques de longue durée ».

          La transsexualité n’est plus condérée comme une maladie mentale en France.


        • Mycroft 5 septembre 2012 17:54

          Honnêtement, je préfèrerais mille fois un prof trans a un prof croyant. Ce dernier a bien plus de chance de contaminer les gosses, puisqu’il accepte de croire sans comprendre, alors que justement, c’est la pire démarche qui soit, et qu’elle ne doit être appliqué que par les benêts irrécupérables (donc ceux qui n’ont justement pas besoin de prof, mais de surveillant).


        • docdory docdory 5 septembre 2012 18:01

          @GiusseppeDiBella

          Vous dites que la transsexualité n’est plus considérée comme une maladie mentale en France.
          Vous devriez dire « la transsexualité n’est plus considérée comme une maladie mentale par le gouvernement français » .
          Comme je l’expliquai naguère dans cet article , l’opinion du gouvernement français en matière de santé mentale ne reflète en rien l’opinion du corps médical. Depuis quand est-ce au gouvernement de déterminer ce qui est ou ce qui n’est pas une maladie ? 
          Faudra t-il attendre l’opinion du gouvernement pour savoir si le boson de Higgs a bien été découvert ?

        • Adrien Adrien 5 septembre 2012 18:21

          vol au-dessus d’un nid de con cons.......... comme dans le film : ÇA SE SOIGNE, dedieu !................. laissez faire les médecins......... il y a de très bonnes castrations chimiques, voire de l’électro-choc, et hop ! finies, les pensées mauvaises qui sont des péchés........ dormez, braves gens............


        • louphi 5 septembre 2012 18:52

          Giuseppe Di Bella

          D’après votre article :

           « Gwenola a pris la parole devant ses collègues lundi lors de la journée de pré-rentrée, indique Hervé Toumoulin, chef d’établissement. Son choix est quelque chose de très personnel. Ca répond à un mal-être, je crois. A un long cheminement. »

          Si ce n’est pas une maladie mentale, qu’est-ce que c’est quelqu’un qui a un mal-être très personnel, réponse à un long cheminement, et le manifeste publiquement ? C’est non assistance à personne en mal-être déclaré si des soins ne lui ont pas été recommandés. Comment peut-on confier l’éducation des mômes à une telle personne ! Pauvres gamins ! Qu’ont-ils fait à la société pour mériter un tel sort !


        • Lamouet 5 septembre 2012 19:46

          l’opinion du gouvernement français en matière de santé mentale ne reflète en rien l’opinion du corps médical

          Merci de ce rappel de bon sens ; vous êtes un phare dans cet océan où les repères sont noyés dans la brume de la perte des valeurs.


        • jullien 5 septembre 2012 20:36

          @Tikhomir
          Apprenez que les transsexuels NE sont PAS des homos (ce n’est pas pour rien qu’eux-mêmes insistent sur le sujet).
          Le transsexualisme provient d’une « erreur d’orientation » : au cours de la grossesse il arrive que pour une raison inconnue à ce jour le cerveau d’un individu soit féminisé alors que l’individu est génétiquement mâle ou soit masculinisé alors qu’il est génétiquement de sexe féminin.
          Oui, ils sont malades. Ils souffrent de leur état et ce n’est pas pour rien qu’ils demandent à changer de sexe, à bénéficier des avancées de la chirurgie.
          Votre ignorance vous a amené à vous montrer bien peu charitable et cela est d’autant plus regrettable que à partir du moment où cet individu n’a pas reçu le sacrement de l’ordination il n’y a pas eu de sacrilège.


        • 1984 5 septembre 2012 20:38

          Une bien mauvaise foi de votre part, vous savez très bien la différence entre une science « dure » et une science « floue » comme la psychiatrie qui n’a d’ailleurs pas que des fleurs à se jeter à la gueule.


        • 1984 5 septembre 2012 20:39

          Je m’adressai à Docdory.


        • 1984 5 septembre 2012 20:40

          Je m’adressai à Docdory.


        • docdory docdory 5 septembre 2012 21:32

          @ 1984

          La psychiatrie a certainement des autocritiques à se faire dans divers domaines, cependant, les psychiatres, malgré tous leurs défauts, ont infiniment plus de connaissances que les ministres en matière de maladies mentales ...

        • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 5 septembre 2012 22:18

          Et vous pensez que les décisions prises par les ministres, qu’ils soient de gauche ou de droite, sont prises sans consultation préalable des instances médicale !


        • louphi 5 septembre 2012 23:00

          Giuseppe Di Bella

          C’est un laxisme très grave si ce sont les ministres et les médecins qui ont pris pareilles décisions. L’état dépressif de l’enseignant est pourtant manifeste d’après le témoignage de votre article. Les conséquences néfastes à terme pour les élèves sont incalculables. A moins qu’on ait décidé de les sacrifier comme cobayes. Ce qui est très possible. Et c’est criminel.


        • Romain Desbois 6 septembre 2012 08:16

          En France on n’a pas le droit s’exiger le genre de l’enseignant de ses enfants comme celui qui sera chargé de nous soigner.

          Ceux qui sont contre les demandes des musulmans intégristes le revendiquent pour leurs enfants.


        • Z Z 6 septembre 2012 11:07

          Louphi,

          « Si ce n’est pas une maladie mentale, qu’est-ce que c’est quelqu’un qui a un mal-être très personnel, réponse à un long cheminement, et le manifeste publiquement ? »

          Il y a plein de choses qui correspondent à ces critères sans que ce soit une maladie mentale. Une victime de viol par exemple (ce qui n’est d’ailleurs pas le cas ici, a priori).

          Par ailleurs, on ne parle pas ici de mômes mais d’élèves de prépa, donc majeurs pour la plupart et vaccinés.


        • Ornithorynque Ornithorynque 6 septembre 2012 11:29

          J’attends avec impatience que le gouvernement supprime le cancer , la schizophrénie et le diabète des affections de longue durée pour que la France soit enfin débarassée de ces fléaux !


        • louphi 6 septembre 2012 13:14

          Z


          1 - « Il y a plein de choses qui correspondent à ces critères sans que ce soit une maladie mentale. Une victime de viol par exemple (ce qui n’est d’ailleurs pas le cas ici, a priori). »

          Il s’agit ici d’un cas bien précis et non pas de généralités pseudos pédagogiques. Vous citez le cas d’une victime de viol. Sans doute qu’ en Iran, au Pakistan ou au Nigéria, sous le régime de la charia, il n’y a pas besoin de s’inquiéter de la santé psychologique d’une victime de viol.

          2 - « .....on ne parle pas ici de mômes mais d’élèves de prépa, donc majeurs pour la plupart et vaccinés. »

          Vaccinés contre quoi ! Vous reconnaissez donc la pathologie contagieuse à laquelle sont exposés ces élèves de prépa. C’est bien ce qui inquiète. Vacciné ou pas vacciné, vaut mieux ne pas s’exposer à un virus, car l’efficacité du vaccin dépend parfois des individus, et il y a des virus mutants. Et ces mômes, lycéens ou élèves de prépa (appelez-les comme vous voulez), ni leurs parents, n’ont pas demandé à être utilisés comme des cobayes  !


        • docdory docdory 6 septembre 2012 13:29

          @ Giuseppe di Bella

          Je suis totalement persuadé que cette décision ministérielle a été prise sans consulter les instances médicales ( ou bien éventuellement en nommant comme « experts » des gens qui étaient connus comme étant favorable à cette décision )
          Le même phénomène va se produire dans le cas d’une nouvelle lubie gouvernementale , les « salles de shoot » ...

        • Z Z 6 septembre 2012 17:02

          Louphi,

          1. je ne comprends rien à vos délires et insinuations sur le viol et la charia (quel rapport ? il faut être un peu névrosé pour ramener l’Islam dans ce débat, non ?)

          2. et quel serait exactement le nom de cette pathologie contagieuse ? Ce serait d’ailleurs le premier cas mondial de maladie mentale contagieuse, bravo, vous êtes en passe de recevoir le prix Nobel de médecine.

          En bref, vous délirez du début à la fin...


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 septembre 2012 19:02

          En Polynésie ce débat n’aurait pas lieu ,histoire de culture,et un métopolitain qui refuserait de confier ses gosses à un maitre(esse) ma’hu serait regardé bizarement ,et ce dans une population autochtone très croyante et pratiquante ...


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 septembre 2012 11:49

            Salut,toi t’as trainé au piano bar ,avoue !
            J’rigole,mais il est fermé aujourd’hui .


          • docdory docdory 6 septembre 2012 13:30

            @ Alta Pea Pea 

            Qu’appelez vous exactement « maîtresse ma’hu » ?

          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 septembre 2012 13:47

            Ia Orana doctory ,dans la tradition ploynésienne un ma’hu (prononcer mahou) était un garçon élevé comme une fille soit pour servir un roitelet local il y a longtemps,soit l’ainé pour entretenir les parents lors des vieux jours ,soit un de la fraterie car la famille n’avait pas eu de fille pour aider aux taches domestiques .
            Aujourd’hui on parle plus de reare car ils en font eux meme le choix,aidés en cela par la tradition qui ne les juge pas ,aussi sont ils beaucoup plus nombreux ,par rapport à l’occident,dans la population polynésienne .


          • Lamouet 5 septembre 2012 19:41

            Mais je n’ose imaginer ce cas dans le Lycée Youry Gagarine de Sartrouville

            MDR ; continue, le monde est fou....  smiley


          • docdory docdory 5 septembre 2012 21:37

            @ Calmos

            Dans un registre voisin, on attend avec une curiosité inquiète ce qui se passera quand le maire de la Courneuve ou de Bobigny sera amené à célébrer en sa bonne ville, comme une future loi risque de l’y obliger, le mariage de Mohamed avec Abdelkader ou celui de Aïcha avec Khadidja...

          • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 5 septembre 2012 22:19

            Ce n’est pas le sujet de cet article, mais il n’aura pas le choix ! Nul n’est sensé ignorer la loi.


          • docdory docdory 6 septembre 2012 13:01

            @ Giuseppe di Bella

            Je parlais évidemment des réactions hostiles éventuelles de la population de ces villes à la tenue de ces hypothétiques mariages...et non pas du mécontentement éventuel des édiles municipaux de devoir présider ce genre de cérémonies !

          • Constant danslayreur 5 septembre 2012 19:55

            Vu à l’époque dans un docu qui ne passerait probablement plus de nos jours. Question du journaliste : Mais pourquoi singez-vous les femmes ? Réponse de l ’intéressé(e) les larmes aux yeux, mais je ne singe pas les femmes, JE SUIS une femme.

            J’avoue que ça me dépasse complètement, je ne serai donc pas désagréable.

            Cela dit là où l’auteur se satisfait des faits et des réactions des uns et des autres, pour conclure je cite : « les mentalités évoluent doucement », je lui rappellerai qu’il y a quand même eu mobilisation d’une cellule psychologique, qu’on me reprenne si je me trompe mais ça n’arrive qu’après les très grands traumas genre accident faisant des dizaines de victimes ou encore attentats terroristes.

            Bref, je n’appelle pas ça un succès moi... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès