Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Nature morte

7 H 30. Des détonations retentissent aux abords de la maison. Elles semblent d’autant plus proches que nous dormons la fenêtre ouverte. Douces sont les nuits dont cette fin d’été nous fait la faveur.

Quand ce ne sont pas les incessantes rythmiques des rave party qui nous empêchent de dormir certains soirs d’été, ce sont les détonations des « crève party » ou parties de chasse, qui nous arrachent de notre sommeil ce dimanche matin. Ouverture de la chasse oblige. Pas de doute, je vis bien en France. Le pays chantre des libertés individuelles. Un pays où chacun compte bien faire ce qu’il entend, comme il l’entend, au mépris des règles élémentaires de sécurité, de la morale et du respect des libertés d’autrui et des lois de la République.

D’un côté nous voilà donc confrontés à une certaine jeunesse, marginale et non viable à long terme, qui fustige les archaïsmes de toutes sortes en se prévalant d’une liberté d’esprit et de pensée en avance sur son temps. De l’autre, une espèce heureusement en voie d’extinction – les chasseurs de tous poils – le plus souvent véhémente à l’égard d’une jeunesse un brin idéaliste mais résolument tournée vers l’avenir, dans le sens de la vie. Entre les deux, les gens dits « normaux » et « ordinaires » qui travaillent la semaine, aspirent à la sécurité et à une certaine paix le week-end. Des gens qui paient leurs impôts, respectent les lois et en tout premier lieu leur proche voisinage.

Je n’ai jamais compris ce que ces prétendus amoureux de la nature pouvaient bien retirer de plaisir et de satisfaction à réduire ainsi des vies à néant, parfois dans de grandes souffrances. Mis à part un sentiment primaire (et non pas primitif) de puissance sur la nature et sur des êtres démunis ; je ne vois pas d’autre source de plaisir plus noble qui viendrait justifier aujourd’hui des comportements aussi peu évolués et dignes de ce siècle. Je crois surtout que les chasseurs comme toute personne porteuse d’une arme à feu qui n’a pas à défendre sa propre vie, celle de ses proches ou sa patrie, est une personne qui cherche à compenser une faiblesse maladive. Il est de ces individus qui, par lâcheté, se veulent forts avec les faibles quand ils sont le plus souvent faibles avec les forts. Voilà des individus qui, à tout point de vue, semblent faire preuve d’une haine farouche, le plus souvent rentrée ou dissimulée, à l’égard de toutes les marques de liberté. Celle des animaux est sans doute pour eux la plus provocante. Le plus souvent, ces soudards sont adeptes d’un autoritarisme exacerbé vis-à-vis des autres – surtout vis-à-vis des autres – afin qu’eux-mêmes puissent jouir d’une liberté, sinon d’une licence quasi-totale.

L’argument imparable le plus souvent mis en avant par ces adeptes de la tuerie dominicale est bien entendu la TRADITION. Le saint mot est lâché qui se veut le rempart contre toutes les formes de morale, de respect, d’humanisme, de progrès, d’évolution, de changement, de nouveauté, de mouvement, de liberté… toutes les formes empruntées par la vie en somme. De cette même tradition qui plaide pour une France traditionnellement et historiquement chrétienne et de race blanche. De cette même tradition qui a interdit le droit de vote aux femmes jusqu’en 1944, le droit à l’avortement jusqu’en 1975. De même que le droit à disposer librement de leurs biens propres (1965) comme de leur corps. De cette même tradition qui montrait du doigt le juif, qui réduisait en esclavage le noir et colonisait le jaune ou le maghrébin. De cette même tradition qui considère encore aujourd’hui l’animal comme le dernier être vivant né pour servir l’homme. La liste serait longue de ces traditions qui sont autant de plaies purulentes sur le dos d’une humanité encore esclave de ses certitudes.

L’autre argument consiste à avancer la nécessité de contrôler les populations animales tout en protégeant l’environnement. De quelle forme de contrôle parle-t-on ? De quelle population et de quel environnement ? La seule population qui mériterait d’être contrôlée et régulée de façon drastique est bien celle de ces gens qu’on laisse divaguer dans la nature une arme à feu à la main. L’époque que l'on vit n’a pas besoin de çà en plus. Ce danger supplémentaire pour le promeneur, pas davantage à l’abri sur les chemins de campagne quand la chasse est ouverte que dans une salle de spectacle parisienne ou sur la Promenade des Anglais. Les derniers accidents de chasse en témoignent encore. Isère, deux adolescents blessés dans un accident de chasse ce dimanche 11 septembre justement[1]. Çà n’a pas traîné. 10 octobre 2015, un promeneur tué à Revel en Isère[2]. Jeudi 17 décembre 2015, un septuagénaire victime d’un grave accident de chasse à Saint-Michel-les-Portes, en Isère encore une fois[3].

Je ne comprends pas comment, à notre époque, on peut encore laisser des gens « normaux » armés dans la nature sinon à proximité des habitations. C’est un non-sens supplémentaire de la part de la République. Car le danger n’est pas tant dans l’arme que dans le fait que des gens « normaux » en soient munis. C’est oublier un peu vite ce que la dite « normalité » implique de médiocrité, d’approximation, de défaut de jugement, de manque de civisme et de réflexion, d’absence de maîtrise de soi et d’humilité. C’est aussi oublier tout ce que cela suppose de maladresse liée à la fatigue, à l’âge, à la maladie, à l’alcool à l’excitation et à l’émulation.

On met donc en avant le soi disant contrôle des populations. Vaste hypocrisie encore relayée ce dimanche 11 septembre dans le journal de 13 H 00 de TF1. Non-sens supplémentaire qui consiste à lâcher dans la nature quantités de bêtes d’élevage comme autant de « chair à fusils ». Animaux accoutumés à la présence de l’homme qu’on va ensuite massacrer sous prétexte officiel de réguler une population artificiellement gonflée pour le seul plaisir de venir la « réguler ». Je renvoie ici le lecteur au livre de Matthieu Ricard Plaidoyer pour les animaux. Il y rapporte entre autres que « selon des études réalisées entre 1998 et 2001 […] sur les 30 millions d’animaux tués par les chasseurs chaque année, 20 millions proviennent des élevages destinés à la chasse[4]. » Et lorsqu’on nous parle d’environnement, il ne s’agit en fait que de la protection des récoltes de ces mêmes chasseurs qui ont tout fait pour grossir le flot de ces prédateurs dont l’environnement naturel se réduit comme peau de chagrin du fait d’une agriculture de plus en plus extensive.

D’ailleurs un chasseur ne tue jamais. Il prélève, il contrôle, il régule, il maîtrise. On presse simplement la gâchette comme le technicien presse un bouton pour contrôler le rendement de sa machine. Ici la nature, envisagée comme une machine à viande et à jouir. Encore une fois, le vocabulaire vient au secours de la barbarie. Rien d’étonnant puisque l’histoire a largement fait la macabre démonstration que les mots faisaient plus facilement couler le sang qu’ils ne le lavaient.

Une personne de mon entourage est le portrait type, pour ne pas dire la caricature, pourtant bien réelle, de ce genre d’énergumène. La cinquantaine, fervent adepte de l’autoritarisme pour ne pas dire d’une forme ouverte de brutalité aussi bien dans la parole que dans le geste. Voilà un ostrogot qui se revendique ouvertement, sinon fièrement d’extrême droite, islamophobe – cela tombe sous le sens – homophobe, xénophobe, sexiste et phallocrate ; sans doute un peu antisémite par tradition ; et chasseur invétéré. Voilà qui parfait le portrait de ce fervent adepte d’une nature parfaitement domptée, maîtrisée, brutalisée, exploitée, rentabilisée à l’envi et au service d’une humanité toute puissante et bien pensante.

Voilà donc un échantillon d’ « humanité » pour qui la beauté ne peut qu’être possédée. Sans conteste, il leur manque cette aptitude à admirer le monde, la nature, la vie et les êtres. Immanquablement leur instinct de possession, de contrôle et de maîtrise prend le dessus et les porte, comme de petits enfants, à détruire ce qu’ils admiraient dans un premier élan. Ils traduisent à l’évidence un manque, une incomplétude, un dysfonctionnement quelconque… Ce que l’on trouve normal et naturel chez le petit d’homme qui se jette systématiquement sur tout ce qui trouve grâce à ses yeux et à son cœur (objet, nourriture, fleur, animal…) devient chez cette partie de la population que sont les chasseurs, la marque certaine d’une pathologie, d’un handicap. Tout ce qu’ils aiment – et c’est peut-être sur le fait d’aimer qu’il y aurait un travail à effectuer de leur part – tout ce qu’ils aiment donc, ils veulent le posséder, le maîtriser et pouvoir en disposer comme bon leur semble, à volonté.

Pour eux, il n’y a pas d’entre-deux. Ils aiment ou ils détestent. Ils possèdent ou ils détruisent. Il y a eux et il y a le monde. Mais à aucun moment il n’y a cette zone de partage, de dialogue, de communication où les choses et les êtres se mélangent et se confondent un tant soit peu. Cet entre-deux où l’homme se sent un peu faire partie du monde et où il sent bien aussi, en retour, que le reste du monde fait aussi un peu partie de lui. Non ! Pour ces gens-là la frontière est bien nette. Il y a eux et il y a le monde, comme il y a les torchons et les serviettes.

Ces êtres, le plus souvent grossiers, ne semblent pas avoir compris que ce qu’ils trouvent de prime abord beau dans la nature n’est pas nécessairement la forme qu’ils perçoivent à travers leurs sens à peine dégrossis. Ce qui fait la beauté d’un être vivant, c’est surtout, pour qui sait le voir, le « vivant » dans l’être. Autrement dit ce soupçon, cette fragile part de vie, cet éclat de lumière dans le regard, dans le frissonnement, dans le battement d’aile, dans la puissance de la charge ou la légèreté de la course à travers les bosquets. Ils croient, comme de petits enfants, qu’en pressant la gâchette, ces trésors ils les auront pour eux seuls. Mais déjà la vie s’enfuie avec toute sa magie. Alors ils se consolent du fait que quelque chose, une fois de plus, n’a pas fonctionné. On réessaiera une prochaine fois.

En attendant, on compte ces petites victimes comme autant de trophées. On les aligne là, devant les « collègues » hilares comme enfant on alignait ses billes dans la cour de l’école. On se rabat sur la performance en oubliant qu’une fois de plus on est passé à côté de l’essentiel.

 

[4] Matthieu Ricard, Plaidoyer pour les animaux, Allary Éditions, 2014, p. 268.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • juluch juluch 12 septembre 10:17

    Les chasseurs dans l’ensemble contribuent à la protection de la nature que vous en déplaise.


    Ces « êtres grossiers » comme vous le dites pourraient beaucoup vous apprendre sur la nature et les animaux qu’ils respectent.

    « je n’ai jamais compris ce que ces prétendus amoureux de la nature pouvaient bien retirer de plaisir et de satisfaction à réduire ainsi des vies à néant, parfois dans de grandes souffrances. Mis à part un sentiment primaire (et non pas primitif) de puissance sur la nature et sur des êtres démunis ; je ne vois pas d’autre source de plaisir plus noble qui viendrait justifier aujourd’hui des comportements aussi peu évolués et dignes de ce siècle. Je crois surtout que les chasseurs comme toute personne porteuse d’une arme à feu qui n’a pas à défendre sa propre vie, celle de ses proches ou sa patrie, est une personne qui cherche à compenser une faiblesse maladive. Il est de ces individus qui, par lâcheté, se veulent forts avec les faibles quand ils sont le plus souvent faibles avec les forts. Voilà des individus qui, à tout point de vue, semblent faire preuve d’une haine farouche, le plus souvent rentrée ou dissimulée, à l’égard de toutes les marques de liberté. Celle des animaux est sans doute pour eux la plus provocante. Le plus souvent, ces soudards sont adeptes d’un autoritarisme exacerbé vis-à-vis des autres – surtout vis-à-vis des autres – afin qu’eux-mêmes puissent jouir d’une liberté, sinon d’une licence quasi-totale. »

    Vous vous êtes relus !!!!! smiley

    Que connaissez vous des chasseurs mon vieux ?? On peut savoir ? Vous faites de l’amalgame, et votre haine égale votre ignorance !

    Vous ne savez rien, vous y connaissez que dalle, tout se que je vois c’est que vous avez était réveillé par des coups de fusils et c’est tout !

    Du coup vous vomissez votre haine sur des gens dont vous ne savez rien.....et croyez moi ils pourraient vous apprendre plein de choses que vous ignorez dans votre petit univers restreint.

    allez à leur rencontre, discutez avec eux.........

    Putain il y a des fois !! smiley

    • juluch juluch 12 septembre 10:38

      Désolé mais vous m’avez fâché de bon matin............... smiley


    • Sébastien Junca Sébastien Junca 13 septembre 20:56

      @juluch

      « Ces « êtres grossiers » comme vous le dites pourraient beaucoup vous apprendre sur la nature et les animaux qu’ils respectent. »

      Vous avez une bien étrange conception du respect. Si respecter les animaux consiste à les abattre, alors sachez monsieur, bien loin de moi l’idée de vous respecter. Quand au fait que les chasseurs aient sans doute beaucoup de choses à m’apprendre su la nature, je ne vois rien à y redire. Je dirais même que çà tombe sous le sens ; de la même façon qu’un tueur à gage en sait beaucoup sur sa cible ; un torero sur l’anatomie bovine, et un tortionnaire sur l’anatomie humaine. L’histoire a souvent démontré que SCIENCE et IMMORALITE faisaient très souvent bon ménage. Enfin, je vois bien par la petite vignette photo que vous arborez en haut à gauche de vos interventions pleines de retenue que vous êtes un pacifiste convaincu et convaincant. Quant à la grossièreté, vous semblez vous aussi vous y connaître avec un « PUTAIN ! » en guise de signature.

      Bien à vous.


    • jymb 12 septembre 15:01

      Les chasseurs aiment tellement peu la nature que, lorsqu’un promeneur du dimanche se perd, qui vas t-on trouver pour le rechercher ? Les bobos qui arpentent les allés de « Nature et Découverte » dans leur centre commercial préféré ? 


      Et bien non, les chasseurs du cru qui connaissent sentiers, ravins et pièges, fossés humides et forêt piégeuse 

      Et pourquoi doit-on supporter les furieux qui déboulent à toute allure en VTT ? les méprisants sur leur dangereux chevaux prompts à la ruade ? les piques-niqueurs répugnants et leurs ordures ? 

      M. l’auteur, vous n’êtes pas seul au monde, et agonir votre voisin de votre logorrhée d’insultes nous apprends juste que vous êtes un égocentrique vertigineux de néant égoïste

      PS je n’ai jamais tenu un fusil de chasse dans mes mains et je ne le ferai probablement jamais ! 

      • Sébastien Junca Sébastien Junca 13 septembre 20:58

        @jymb

        « Et bien non, les chasseurs du cru qui connaissent sentiers, ravins et pièges, fossés humides et forêt piégeuse »

        L’argument et imparable. Cette petite phrase toute faite se veut-elle une excuse pour les chasseurs ou la mort du gibier le prix à payer pour leur science de la nature ? Pour continuer sur votre argumentation, je préfère un fou furieux en VTT plutôt qu’avec un fusil. Quant au mépris des cavaliers… pardonnez-moi mais c’est hors sujet. Il s’agit plutôt ici de la lutte des classes. Alors donc, vous vous êtes perdu dans la nature et un valeureux chevalier est venu vous secourir ? Il s’est alors avéré être un chasseur ce qui a tôt fait de remonter la gente cynégétique dans votre estime. Dites-vous qu’il aurait pu s’agir tout autant d’un naturaliste, d’un politicien véreux, d’un curé de campagne ; ce qui aurait eu tôt fait de vous convertir… Quant à l’égoïsme dont vous me taxez, je ne vois pas davantage ce qu’il vient faire dans votre billet.


      • chasseur sanglier 12 septembre 16:04

        La réponse sur mon blog à ce torchon plein de contre-vérités et diffamant : http://www.chasseurdesanglier.com/inepties-et-contre-verites-de-la-presse-sur-la-chasse/


        • Sébastien Junca Sébastien Junca 13 septembre 21:00

          @chasseur sanglier

          Monsieur, vous osez parler de diffamation à mon endroit. Soit ! Pour autant, je ne vous visais pas en particulier. J’ai par contre eu la curiosité, à votre invitation, de visiter votre site. Je me suis lassé de compter le nombre de fois où vous traitez les gens de crétins et d’ahuris. Lorsque je qualifiais les chasseurs de grossiers, j’étais plus près de la vérité que je ne l’imaginais. Ceci étant. Vous avez une curieuse manière « statistique » de comparer les morts. VTT, parapente, snowboard, ski, accidents médicaux… tout y passe. Il ne s’agit pas ici d’un concours qui consisterait à définir laquelle de ces activités est la plus meurtrière. Une vie humaine reste avant tout une vie humaine. Que m’importe de savoir le nombre de victimes tuées ici ou là.


          Bien sûr que les victimes - humaines je précise - de la chasse sont moins nombreuses que celles de la route, des pistes de ski, du cancer, du sida, de la guerre, du paludisme, du choléra, du terrorisme, de l’alcool, de Tchernobyl, de Fukushima, d’un tsunami, … je continue ? C’est à la pelle que l’on peut trouver ce genre d’arguments. Le problème n’est pas de savoir qui tue le plus du moustique tigre ou du chasseur de gallinette cendrée. Je ne procède pas, pour ma part à ce genre de classification morbide qui contentera et excusera toujours celui qui ne sera pas en haut de la liste des plus meurtriers. Tous ces risques sont à mettre sur un même pied d’égalité. Or, à mon sens – et je ne suis pas le seul à partager cet avis – les chasseurs représentent un risque supplémentaire dont la société peut et doit se passer.


          Vous arguez du fait qu’un promeneur blessé a été sauvé par des chasseurs. Fort bien. Mais avant d’être des chasseurs, ces individus sont encore des hommes je crois. En tant que tels, ils ont donc des devoirs vis-à-vis de leurs semblables. Il n’aurait plus manqué qu’ils achèvent ce malheureux.

          Nietzsche a écrit que rien ne nuit plus à une cause que de la mal défendre. Vous en êtes la plus parfaite illustration.


          Pour finir, je propose aux lecteurs indignés par le niveau des commentaires de suivre ce lien Les accidents de chasse » Rassemblement pour une France sans Chasse (RAC) afin d’avoir un tout autre son de cloche.


          Bien à vous. 


        • juluch juluch 12 septembre 19:40

          Je vois que je ne suis pas le seul a avoir réagit abruptement.


          • UnLorrain (---.---.180.49) 12 septembre 21:13

            Un ostrogotH,ex,vous dit...beeh que vous n avez pas tout du long tort dans votre billet..moi,j aurais aime chasser comme Maupassant qui lui adorait la chasse parait il, je fus chasseur a l approche cela s appelle,comme Guy devait la pratiquer sans doute. Il y a peu,proche de chez moi,je suis en voiture et je vois traversant la route 5 cervides..le magnifique cerf et ses biches dont une rua tel un cheval,a mon encontre cette ruade en franchissant au pas le fosse...En periode de chasse,a ce massif forestier,je vois garer tout un tas de grosses cylindrees d un autre dpmt friquet..quelque peu desolant comme constat,il existe dans certaine modestes ACCA d humbles chasseurs,respectables dans une large mesure.

            Sachez differencier la chasse au petit plomb et le tir a balle,la distance de 150 m d une habitation a ete retenue par la loi...se referant sans doute au tir de petit plomb,parce qu une balle est letale a plusieurs kms..Passer le permis de chasseR permet de connaitre des regles strictes..telle celle qui oblige absolument,que d aucunes maniere je ne dois appuyer sur la gach...euh la detente si mon tir se fait dans un angle superieur a 30 degre,bien peu respecte cela,je sens que vous ne saviez pas a propos de ces degres.. Croyez le modeste pleinard que je fus,un ou deux pigeon ramier au repas...exceptionnel delice !


            • fcpgismo fcpgismo 13 septembre 15:34

              Les armes à feu doivent être supprimé dans ce pays ( la chasse utilisera arc et arbalète ) Art 1°Seul les forces de police sont autorisés à porter une arme sur tout le territoire Français toute personne en possession d’une arme à feu sera abattu sans sommation.Art 2 tout individu abattu ou blessé n’aura droit à aucune indemnisation La France va s’apaiser,les marchands d’armes vont disparaitre,il faut savoir ce que l’on veut des reconversions ou des morts.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès