Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Noël d’abondance : les pauvres sont-ils oubliés ?

Noël d’abondance : les pauvres sont-ils oubliés ?

Depuis quinze jours au moins, les chaînes de télévision nous présentent la fin de l'année 2012 comme un moment quasiment idyllique. Les images qui nous sont transmises soulignent en permanence une France riche qui dépense largement dans l'achat de cadeaux en tous genres, dans l'habillement, les parfums haut de gamme, ou encore dans les séjours coûteux à la montagne ou à l'étranger.

A Paris, boutiques et magasins de luxe seraient dévalisés à en croire les témoignages qui nous parviennent à chaque instant sur nos petits écrans. C'est clair, la France vit dans l'opulence et cette année, c'est encore mieux que l'année précédente … malgré la crise ! Autant dire que la récession semble utile à la vie économique ...

Alors, sommes-nous dans l'austérité ? Pas vraiment à partir de ce que l'on voit ! D'ailleurs, le gouvernement est le premier à le proclamer, et les médias ne se lassent pas de nous projeter des français heureux et dépensiers dont les soucis ne sont que … broutilles !

Pourtant, il y a au milieu de ces fastes, quelques problèmes de société. Mais quels problèmes importants ? Des chômeurs certes, des personnes en difficulté sociale, des seniors isolés et abandonnés, des familles qui n'ont plus de toit et qui vivent dans la misère. Mais cette catégorie de citoyens n'est-elle pas marginale ? On pourrait presque le croire !

Hier soir, au journal de France 2, un reportage nous emmenait dans une station de ski des Alpes qui fait le plein de vacanciers … et qui refuse du monde ! Le reportage est édifiant, mais reste banal puisque chaque jour les médias nous disent et nous redisent que l'argent coule à flot que ce soit dans le commerce de ville ou de montagne.

Conclusion : Les français sont de grands privilégiés par rapport à aux grecs, aux espagnols ou aux italiens. « La France pauvre çà n'existe pas ! Non, Monsieur, çà n'existe pas ou si peu ! » La preuve ? Ce sont les affluences record dans les grands magasins, les énormes bouchons de la circulation routière, les longues files d'attente dans les aéroports ou les queues interminables au pied des pistes des stations les plus huppées.

« - Pardon ? Vous avez dit que certaines personnes vivent dans la précarité ? … Mais, Monsieur, tout le monde en a conscience. D'ailleurs, le phénomène est-il nouveau ? Il y a des siècles que la misère existe, et elle existera toujours »

Oui, Noël refuse la misère. Noël tire un trait sur l'exclusion, sur la détresse, sur l'indigence. Noël rejette l'infortune, la laideur, le dénuement ou la déchéance. Noël écarte la douleur, le chagrin, la disgrâce. Noël repousse les drames de la solitude et de l'isolement.

Noël est devenu individualiste, voire égoïste. Le Noël païen a pris très largement le pas sur le Noël chrétien qui se veut logiquement un temps de paix, de solidarité et de partage. Mais, hélas, les choses sont autrement !

Ainsi, Noël est devenu une affaire typiquement commerciale, un vrai business de société.

C'est ce que déclarent aujourd'hui plus de 83 % des français, et c'est là où se situent les véritables problèmes liés au libéralisme, à la morale citoyenne, aux valeurs républicaines, et au final à l'inquiétant destin d'un peuple qui se détruit peu à peu.

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Entiendey Entiendey 28 décembre 2012 10:56

    La personne qui n’est pas d’accord est priée de s’exprimer afin d’enrichir le débat :).


    • jacques lemiere 28 décembre 2012 13:40

      La question est donc médiatique..et s’explique par ce qu’on appelle le financement par la publicité.

      Elle explique aussi les reportages sur la mode, sur le pinard , sur les vacances au ski etc...
      si on ne paye pas une page de pub, on peut offrir une caisse de rouge ou un rabais sur un séjour.

      Mais souvent ceux qui râlent sur ce point participent à a ce Noel commercial, allez prêcher la frugalité et le partage, allez refuser de faire un cadeau à un adulte.

      On a vu ce point..maintenant la causalité...est ce parce que Noel est devenu commercial que les pauvres existent ? matériellement je ne crois pas, mais cela crée du mal être .
      On est pas malheureux si on ne mange pas de foie gras, on le devient si on nous rabache que à Noel on mange du foie gras...


      • foufouille foufouille 28 décembre 2012 14:49

        "Hier soir, au journal de France 2, un reportage nous emmenait dans une station de ski des Alpes qui fait le plein de vacanciers … et qui refuse du monde !"

        souvent bidon
        c’est le journaliste qui le dit


        • Dwaabala Dwaabala 28 décembre 2012 15:11

          Les salariés n’ont qu’à être heureux : ils ont du travail pour fabriquer des paquebots de grand luxe pour les croisières haut de gamme de leurs exploiteurs.
          Du travail pour tous !
          Les produits du travail pour quelques uns !


          • ecolittoral ecolittoral 28 décembre 2012 15:40

            Médiatiser les fêtes de fin d’année ne me dérange pas.
            Noyer toutes les chaînes sous un monceau de rayonnages, de magazins, de chiffre d’affaire etc...celà m’écoeure.
            En temps qu’RSAiste, je souhaite de bonnes fêtes à tout le monde.
            J’espère que la dinde ou le chapon était de qualité et les cadeaux, d’heureuses surprises.
            Dommage que devant ma boîte de cassoulet, l’écran n’était pas à la hauteur ...malgrés la redevance que j’ai payé.
            Pour ce qui est des journalistes et rédactions, les informations de pacotilles, c’est toute l’année.
            Une boîte de foix gras ou un crime crapuleux au fin fond de la Lorére avec un ministre « scandalisé » sur la photo, c’est plus important qu’une analyse ou un suivi régulier des vrais problèmes.
            Quand aux solutions !


            • foufouille foufouille 28 décembre 2012 17:16

              1€ tous les mois et ta dinde est payer


            • colza 28 décembre 2012 15:50

              Je ne sais plus dans quel journal web il y avait un sondage destiné aux lecteurs.
              La question était : combien allez vous dépenser en cadeaux pour ce Noël ?
              Plus de 40% des 9000 et quelques réponses donnaient un montant entre zéro et 100 euros.
              Mais les sondages parlent de moyenne, comme certains dépensent des sommes indécentes, ça ne veut plus rien dire.


              • tdelache 28 décembre 2012 17:19

                En France, il y a 8 millions de pauvres. C’est toujours 8 millions de pauvres en trop, certes. Mais il reste bien 60 millions de Français qui ne sont PAS pauvres. Donc 88% des Français vivent au moins correctement. C’est tout de même un chiffre correct. Un chiffre à améliorer, mais correct.

                Mais ce n’est pas parce qu’il y a des pauvres qu’on n’a pas le droit de parler de Noël et d’opulence... Qu’est-ce que c’est que cette façon de penser ?
                - est-ce que, parce qu’il existe des personnes trisomiques, on n’aurait plus de droit de montrer des non-trisomiques à la télévision ?
                - est-ce que, parce qu’il existe en Afrique des gens qui n’ont pas à manger, on n’aurait plus de droit de parler de gastronomie à la télévision ?

                On peut continuer longtemps comme cela.

                Vous dites que Noël est devenu une affaire typiquement commerciale, un vrai business de société. C’est tout à fait vrai. Mais c’est grâce à qui que Noël est devenue commerciale ? Qui achète ? Ce sont M. et Mme Tout-le-monde, qui achètent. C’est un peu tout le monde qui est responsable de cette situation. Donc il faut assumer. Et cesser de critiquer à tout-va sans se remettre en question.

                Vous parlez de parfums, etc. Cela me fera toujours rire, les gens qui critiquent Bernard Arnault et le traitent de « riche con », mais qui, dans le même temps, se font plaisir en achetant des parfums Guerlain ou Dior... Vraiment très bête M. Tout-le-monde.

                Personnellement, j’achète des accessoires et vêtements de marque. J’enrichis ces patrons que vous méprisez. Mais, contrairement à vous, je ne m’en plains pas. Au contraire, je trouve admirable que M. Arnault ait réussi à me faire acheter ses produits.


                • Baz gud71 29 décembre 2012 09:26

                  Bizarre ta facon de voir les choses .

                  8M de pauvres ? non de chomeurs.
                  Et dans tes 85%, faut viré retraité, la jeunesse, pour laisser que les actifs.
                  Et en faite ca fait flipper, de voir le nombre d’actif francais, et quand on balance que le revenus moyen est de 2000 E(source tf1). Y en a vraiment qui s en foute plein les poches pour remonter la moyenne.
                  Ou les smicar sont peut etre un légende en fin de compte ;)

                  Les « riches » cultivent la haine que les « pauvres » ont pour eux, 
                  Le jour ou le monde changera, c est quand on pourra ressentir la souffrance de ceux qui ont moins, et en prendre conscience.

                  C est pas demain la vieille, héhé !!
                   Par contre, M. tout le monde tres bete, je suis ok.
                  On devrait deja se regardé sois meme.

                  On tend le baton pour se faire battre. 
                  Regarde les autres en chier/crever, c est la nouvelle mode.




                • tdelache 28 décembre 2012 17:29

                  @ Pierre-Alain Reynaud :
                  Je fais suite à votre précédent article sur les « illuminations qui narguent les pauvres » : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ces-illuminations-qui-narguent-les-127495

                  Là encore, vous raisonnez mal : selon vous, parce qu’il y a des pauvres, on n’aurait pas le droit d’exposer des illuminations. Sauf que :

                  - comme dit dans l’un de mes précédents commentaires, ce n’est pas parce qu’il y a des gens qui ne mangent pas à leur faim qu’il est interdit de parler de gastronomie ou de grands restaurants...

                  - de plus, imaginez Paris. Paris accorde chaque année une certaine somme pour ses pauvres et ses SDF. Imaginez maintenant Paris sans illuminations et sans signe extérieur de puissance. Paris perdrait de son attrait. Paris perdrait de ses touristes (côté « magique » de la capitale) et de ses investisseurs (côté « puissance » de la capitale). Et Paris perdrait de l’argent. Et donc, cela ferait proportionnellement moins d’argent pour les pauvres.

                  Donc vous voyez, le retour sur investissement des illuminations et de tous ces signes extérieurs de puissance est bien supérieur à celui qui serait si Paris était une ville pourrie sans envergure.


                  • Bardamor Bardamor 29 décembre 2012 02:11

                    Je m’étonne qu’on découvre aussi tard que la République est un régime mercantile, qui a inscrit en lettres d’or la propriété dans sa constitution, à côté de l’égalité, ce qui en fait sans doute l’un des régimes les plus hypocrites au monde et justifie Karl Marx d’avoir signalé dans l’idéal égalitaire un attrape-couillons.

                    Comme je suis surpris d’entendre, dans la même veine, le digne Jacques Delors reprocher aux Anglais de ne songer qu’à défendre leurs propres intérêts économiques... comme si les autres Etats de l’union avaient fait preuve d’autre chose que du sens des affaires, présenté l’euro autrement que comme la martingale du siècle.
                    Sans oublier François Hollande, payé pour dire du mal de l’argent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès