• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Non à la concurrence sur le transport ferroviaire !

Non à la concurrence sur le transport ferroviaire !

Parmi les funestes idées poussées par l’UE, la mise en concurrence du transport ferroviaire est une des plus absurdes (à défaut d’être une des plus dangereuses, comme les autorisations complaisantes de produits toxiques comme le glyphosate). Une décision qui pousse la SNCF à un changement du nom de ses TGV, qui devraient devenir inOUI, abandonnant un actif de plus de 35 ans !

 

Le train est un monopole naturel
 
La théorie économique distingue les secteurs qu’elle qualifie de « monopoles naturels », du fait des horizons de temps d’investissement ou des enjeux de service public. Le transport ferroviaire est un candidat naturel, tant les investissements sur le réseau sont des projets de long terme, qui structurent toute l’architecture d’un pays. D’ailleurs, notre pays est aussi connu pour son système de transport ferroviaire aussi moderne qu’étendu. Malheureusement, les ayatollahs du laisser-faire ne voient aucune limite à la sphère privée, qui devrait toujours faire reculer davantage une sphère publique jugée néfaste par nature. Notre classe politique laisse faire, appliquant les traités et directives qu’elle promeut, et pouvant faire porter la responsabilité à l’UE de cette manière, alors qu’elle laisse absolument tout faire…
 
 
Alors, parce qu’il ne saurait y avoir qu’un réseau, les euro-libéraux ont eu l’idée de séparer le réseau de l’exploitation des lignes. C’est ainsi que la SNCF a été coupée en deux, en étant délestée de RFF, qui gère le réseau, alors que l’unicité de décision avait été une des clés du succès de notre réseau (malgré certaines limites). Mais outre la complexification de la gestion de cet élément fondamental de nos infrastructures, la mise en concurrence est une folie à plusieurs titres. En effet, les futurs concurrents de la SNCF, qui n’ont que faire du service public, vont se concentrer sur les portions les plus profitables, qui subventionnaient indirectement les autres. Encore un mauvais coup pour cette France périphérique décrite par Christophe Guilluy, et à laquelle nos dirigeants et l’UE ne pensent jamais...
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 3 juin 15:15

    Désolé, mais si je suis d’accord sur le fond, je dois vous dire que vous êtes en retard de plusieurs trains :


    - RFF a été ramené dans le bercail une fois que la catastrophe de Brétigny a montré l’amplitude de la connerie

    - la vocation commerciale est un fait depuis que les régions ont compétence pour les transports régionaux : il rest un semblant de services publics de proximité (pour les trains ouvriers), mais ce qui est juteux n’est plus public

    - la SNCF a abandonné la notion de service public en même temps que celle d’usagers. Ces derniers sont devenus des clients.

    -

    • eric 3 juin 17:45

      En pratique, il semble que rien de ce que vous évoquez n’ait une réelle influence sur le service public ou non du reste, produit par les chemins de fer.

      http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/09/18/20002-20120918ARTFIG00347-lafrance-deuxieme-au-palmares-des-chemins-de-fer.php


      • foufouille foufouille 3 juin 18:10

        pas forcément vu que de nombreuses lignes sont inutilisées et pourraient être rentables avec des petits trains mixte, colis et passagers.


        • Alren Alren 4 juin 16:08

          @foufouille

          « nombreuses lignes sont inutilisées et pourraient être rentables avec des petits trains mixte, colis et passagers. »

          Pour les colis, il est beaucoup plus rentable d’utiliser des camions conduits par des travailleurs détachés venus de Pologne et qui livrent à la porte du destinataire. C’est ce que continuera de préférer le privé.

          Les lignes secondaires seront réutilisées pour des raisons écologiques, le jour où la conduite des rames sera robotisée (ce qui est plus facile à obtenir que pour une voiture routière comme on échoue à le faire en ce moment) et où elles seront autonomes en énergie électrique de manière à pouvoir continuer là où l’alimentation par caténaire aura cessé provisoirement.

          Ces rames pourront emmener des touristes en été.

          Outre une vitesse relativement réduite, il faudra concevoir des boggies capables de s’adapter à une voie médiocrement entretenue.

          C’est la rame qui activera par un message radio, les passages à niveau avant sa venue.


        • zygzornifle zygzornifle 4 juin 18:41

          @Alren


           Pour les colis, il est beaucoup plus rentable d’utiliser des camions conduits par des travailleurs détachés venus de Pologne et qui livrent à la porte du destinataire.

          par la même occasion ils peuvent transporter et passer en douce des migrants en France .....

        • foufouille foufouille 5 juin 11:07

          @Alren
          la poste utilise le train et des camions.


        • zygzornifle zygzornifle 4 juin 13:19

          depuis que Macron est passé a Versailles il va remettre en service les carrosses ....

          A moins qu’il rêve d’un UberInOui .....

          • Trelawney Trelawney 5 juin 09:30

            Le train est un service public ? Première nouvelle. 

            Je n’ai personnellement pas les moyens de prendre le train, aussi je prends l’avion, beaucoup plus économique

            • Trelawney Trelawney 5 juin 09:35

              Lille Paris TGV, 1H de temps de voyage, 136 euro aller retour. Au même moment part un bus Lille Paris, avec un arret au parc d’Astérix, soit 3 heures de temps de voyage, 15 euro aller retour.


              Il est où le vrai service public ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès