Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Nos vies ont de moins en moins de sens

Nos vies ont de moins en moins de sens

 La compétition, la concurrence font que les capitalistes sont obligés d’innover pour d’une part vendre de la camelote différente et d’autre part rattraper et/ou dépasser les concurrents dans les gains de productivité. Or, ces gains énormes depuis l’avènement de la micro électronique font que le travail (travail abstrait capitaliste) humain productif disparaît du procès de production ce qui engendre moins de valeur économique produite dans la marchandise et donc moins de profit.

Ce que la plupart des observateurs préconisent est le bon vieux retour au capitalisme dit « Fordiste » qui ne peut renaître de ses cendres. En effet, la productivité moyenne globale fait que ce schéma ne peut plus être à même de favoriser la croissance et s’auto-entretenir. La valorisation de la valeur, donc faire du fric, ne peut plus et ne pourra plus jamais retrouver une base dans l’économie productive.

La financiarisation de l’économie a permis fin 70, début 80 d’ ajourner les conséquences de ce fait. Sans l’ industrie financière, l’économie se serai déjà effondrée ? En effet, la concurrence entre capitalistes ne permet plus de créer de l’emploi donc du travail capitaliste qui seul génère la valeur économique. Moins de travail capitaliste, moins de profit. Le capital ne pouvant plus se valoriser dans l’économie productive va se réfugier dans la sphère du capital fictif qui elle seule tire le croissance aujourd’hui. Même si nous avons un peu de croissance via la consommation, il est absolument faux de dire que c’est celle-ci qui fait la croissance, c’est l’industrie financière.
Karl Marx l’avait déjà analyser lors de l’effondrement de 1857, crise qui a pu être dépassée car à l’époque nous n’avions pas les gains de productivité et donc la disparition du travail capitaliste comme de nos jours.

Malheureusement, ce parcours normal du capitalisme ne pourra se perpétuer indéfiniment. En effet, les sommes astronomiques du capital fictif ne peuvent se retrouver dans le circuit de l’économie productive car il y aurait hyperinflation. L’ industrie financière, n’en déplaise à certains, a été une roue de secours depuis plus de 30 ans, mais qui a elle aussi ses limites.

Nous avons donc au sein de ce système le choix de l’austérité, pour affirmer la crédibilité notamment des Etats sur les marchés financiers afin d’abstenir das taux d’emprunt bas ; politique du pire pour les peuples avec misère, malheurs, destruction des acquis ; ou le chois de la relance keynésienne, largement plus préférable pour que ce ne soit pas les peuples qui pâtissent de l’absurdité du système, en relançant des investissements dans les infrastructures publiques dégradées, et dans le salaire et la protection sociale.

Cependant, et optant pour la relance, le système marchand ne peut que se déliter plus encore. Ce système basé maintenant sur le crédit (donc sur des promesses de valorisation futures qui ne se feront pas du fait de la productivité) est obligé de continuer sur sa lancée pour perdurer (remplacement de créances à échéance par de nouvelles). Nous sommes donc confrontés à la disparition du travail humain productif et au financement par le crédit qui a besoin de ce travail pour pouvoir réaliser la valorisation future que l’on attend. IMPOSSIBLE.

Le capitalisme n’a qu’un but, c’est de valoriser le capital quelle que soit le type de marchandise créée. Qu’ il s’agisse d’ armes, de lunettes, de voitures, qu’importe. Le système n’est pas la pour satisfaire les besoins nécessaires et vitaux d’un être humain. C’est pourquoi, lorsqu’il y a récession, il ne s’agit pas de financer l’éducation, la santé, la culture, mais l’armement, la bagnole, les nouvelles technologies.

Le capitalisme est un fait totalisant gérant pratiquement toutes nos relations sociales et nous consumant. Pour de nouveaux débouchés, destruction des services publics, transformation en travail marchand du vivant (bio technologies, biologie de synthèse, etc…), de tâches auparavant dans la sphère domestique (tâches ménagères, aide à domicile, etc…). Seulement, ces destructions ne s’accompagnent pas de valeur en plus car les services ne génère pas de valeur au sens capitaliste et la prétendue révolution numérique non plus ( voir la bulle Internet des années 2000). Par contre, le phagocytage de pans entiers de la vie par le capitalisme entraîne destruction du vivant, de la nature, des environnements, des liens sociaux d’où perte de sens, recours aux psychotropes, infantilisation, exutoire dans des jeux vidéo, le sport, etc…

Nos vies ont de moins en moins de sens.

Alors demander un rééquilibrage de la découpe du gâteau, oui. Mais , pourquoi faire ? Nous resterons toujours dans la tyrannie du temps de travail, de notre vie de zombies, robots assistés par l’ordinateur.

Demander l’augmentation du pouvoir d’achat, c’est demander à rester dans ce système où l’on nous demande de servir l’hydre pour pouvoir survivre et vivre. Et puis avoir du pouvoir d’achat pour acheter, et alors ? Acheter quoi ? Des objets qui nous déshumanisent ?

Il nous faudra un jour se poser la question, avant qu’il ne soit trop tard, de quelle vie nous voulons. Que produisons-nous, comment, pourquoi. Allons-nous continuer ce système absurde qui nous consume toutes et tous ?

Je sais très bien que cela est très difficile car nous sommes dès notre naissance conformés au système. Il est très difficile de concevoir que le système marchand tel qu’il est n’a pas toujours régit les relations sociales des individus.

Pour s’apercevoir de l’absurdité du capitalisme, nous possédons des moyens de production inimaginables, or, la majorité des êtres humains n’arrivent pas à survivre et vivre !

Ne serait-il pas plus judicieux d’ utiliser ces moyens en « travaillant » moins pour créer les richesses matérielles nécessaires et vitales à chacune et chacun, au lieu de courir pour le prétendu progrès, l’innovation, etc.. qui ne nous apportent finalement que désespoir, mal-vivre ?

CYRIL


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • tf1Groupie 15 juillet 18:12

    Et collectionner des photos de jeunes filles dénudées ça a quel sens ?


    • sahb 15 juillet 18:24

      @tf1Groupie
      vous n’avez pas reconnu les pubs de tf1 ? ah oui vous êtes aveugle !


    • Jo.Di Jo.Di 16 juillet 11:29

      @tf1Groupie
       
      La pornographie est le simulacre qui cache la castration dirait Baudrillard ....
       
      Car la société du bobo est lopettisation en vérité .... il est soumis grand remplacé comme une chiure .... et se branle dans le supermarché ....
       
      « Le narcissisme de l’individu en société de consommation n’est pas jouissance de la singularité, il est réfraction de traits collectifs [le code capitaliste des échanges sociaux]. Cependant il est toujours donné comme investissement narcissique de soi-même à travers le P.P.D.M (Plus Petite Différence Marginale) [tous uniformisé dans la différenciation consommatrice halal-geek-bio-hipster-vintage-hippie ...]
      Partout l’individu est invité d’abord à se plaire [par le Code que dès l’enfance il a appris, les Nike à la mode font l’admiration des copains de maternelle, sans ces fétiches pas d’amitié et pas de soi-même], à se complaire. Il est entendu que c’est en se plaisant à soi-même [free-branling du sportif par ex] qu’on a toutes les chances de plaire aux autres [admiration pour celui qui vit ‘intensément’ par ex].
      A la limite, peut-être même la complaisance et l’auto-séduction peuvent-elles supplanter totalement la finalité séductrice objective [...] Le discours répété de la marque dans la publicité [je le veau bien ...] Evelyne Sullerot dit : ‘On vend de la femme à la femme .... en croyant se soigner, se parfumer, se vêtir, en un mot, se créer ... la femme se consomme’ [c.a.d elle suit un Code non un désir naturel pour des qualités réelles, de beauté, de charme, de goût...] Non seulement la relation aux autres mais aussi la relation à soi-même devient une relation consommée [du froid payement comptant de Marx qui n’avait pas encore atteint l’éthique (restée à son époque traditionnelle) à l’existentiel capitaliste de Clouscard où Houellebecq comme l’avait prévu Sade] »

       
      ‘La société de consommation’ Baudrillard


    • Alren Alren 16 juillet 12:27

      @tf1Groupie
      Et collectionner des photos de jeunes filles dénudées ça a quel sens ?

      Oh le père la pudeur ! Cachez ce sein que je ne saurais voir ! Comme si le capitalisme n’utilisait pas le porno soft pour nous vendre des bagnoles ou des débouche-lavabos !

      Face à la question : quel sens a notre vie ? vous ne trouvez qu’à critiquer une photo de pub qui est une forme de mépris pour nous et notre intelligence et notre vie justement : « Il suffit d’une photo de belle nana pour qu’ils arrêtent de penser ! »

      Moi, je répondrai à Robert Gil, dont l’analyse est fine, que le sens de nos vies n’est pas entre les mains de nos exploiteurs et maîtres mais que c’est chacun qui définit le sien. Et bien entendu il prend en compte pour cela l’essentiel : la vie privée et non la vie publique.

      On a critiqué Jean-Paul Sartre pour avoir affirmé que nous étions toujours libres. Les simplets qui ne connaissaient pas sa pensée ont bien sûr soulevé l’objection de l’esclave ou du prisonnier. mais évidemment, Sartre ne parlait pas de cette liberté-là. Il parlait justement de notre liberté absolue à choisir le sens qu’avait pour nous notre vie, plaidant pour l’engagement afin qu’elle en est un bon malgré l’absurdité fondamentale que constitue la mort inéluctable.

      Ce concept n’est pas éloigné de celui d’Albert Camus analysant la vie du mythique Sisyphe comme symbole de celle des hommes et terminant son ouvrage par cette phrase fameuse : « Il faut imaginer Sisyphe heureux. »


    • zygzornifle zygzornifle 18 juillet 08:46

      @tf1Groupie
       mieux vaut collectionner les photos de jeunes filles que celle des politiques ....


    • sahb 15 juillet 18:21

      le capitalisme c’est comme une ROUE CARRÉE qu’on essaierait de faire tourner ! Depuis 5 siècles au lieu de constater que ça ne marche pas « ils » multiplient les crises, les guerres, les massacres de masse... on arrivera bientôt au ravage complet de la planète et à l’impossibilité de toute vie sur terre !

      Le capitalisme a comme devise « APRÈS-MOI LE DÉLUGE ! » : bien vu Marx !


      • Etbendidon 15 juillet 18:53

        GIL le coco utilise toutes les ficelles du marketing capitaliste
        Attirer le lecteur avec des photos aguichantes
        bref du CUL
        Autrement à NICE il ne s’est rien passé qui intéresse mossieur GIL
        Et ce genre de torchon passe en modération sans problème
        pov AV
         smiley


        • sahb 15 juillet 19:02

          @Etbendidon
          ah bon les false flags c’est pas la faute du capitalisme ? première nouvelle !


        • Ouam 16 juillet 10:14

          @Etbendidon :

          Bahhhh à bien y réfléchir...au pire ....si on a pas le plaisir de l’esprit (le texte)

           

          on à au moins avec cette belle fille le plaisir de pouvoir la regarder

          (enfin pour l’esthète moyen et beauf que je suis smiley )

           

          Imagine qu’il te colle une embourkabnikahbée grillagée & gantée avec son nounours...

          ca le ferai nettement moins...enfin pour moi déjà  ! 

           

          Après chacun ses fantasmes après tout ^^ 


        • Taverne Taverne 15 juillet 20:50

          Vals s’en fout

          Nos vies ont surtout de moins en moins de valeur aux yeux de notre premier ministre qui, a montré au JT de France 2 ce soir, une désinvolture étonnante (ou pas ?) :

          Nos vies ne valent donc pas que les gouvernants remettent en cause les dispositifs en place aux défauts béants, puisque jugés excellents par Manuel Valls qui, par ailleurs nous laisse tomber en nous exhortant à nous débrouiller par nous-mêmes par la résistance et la résilience.

          C’est vrai ça, pourquoi les petits enfants n’ont-ils pas d’eux-mêmes stoppé le camion tueur ! « Résistance ! » voyons, « résilience ! » voyons...


          • Taverne Taverne 15 juillet 20:57

            Je cherche la qualification adéquate...je crois que je l’ai trouvée « abruti dangereux ». Un imbécile irresponsable, qui goûte un plaisir spécial à vérifier la réalisation de ses sombres prédictions, et qui refuse de voir la réalité en face, n’est pas la personne la plus apte à faire cesser le danger. 


          • Xenozoid Xenozoid 15 juillet 21:03

            si on regarde pas la tele, on saura que toute construction hierarchique devient,tyranique


            • JBL1960 JBL1960 15 juillet 21:26

              Ce qui s’est passé à Nice, aussi monstrueux soit-il, ne doit surtout pas nous empêcher de réfléchir sur comment on initie et on enclenche un nouveau paradigme. En fait, cet événement de plus et de trop, cette horreur de plus et de trop, doit nous obliger à voir la réalité en face et oui, comme le dit RG ce que nous voulons vraiment faire de nos vies qui ne valent pas grand-chose, assurément, surtout aux yeux de nos dirigeants. Perso, j’ai déjà expliqué aussi loin que je pouvais qu’il faudrait bien se débarrasser de toute envie de posséder juste pour le plaisir que cela procure (d’où je suppose l’illustration de la gonzesse qui symbolise bien le propos sur le vide intersidéral qu’elle représente) tenez c’est là = https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/05/27/aux-possedants-de-la-terre/ franchement, j’ai pas trop envie de palabrer tant j’ai lu un tombereau de conneries de la part des bovins dominants qui nous gouvernent le pompon allant sans doute à JP Raffarin qui tweetait directement à Dieu un « Délivre nous du mal » qui m’a bien mise sur le cul quand même...


              • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 15 juillet 22:00

                Nos vies ont de moins en moins de sens

                Parlez pour vous !

                Il y a
                - les marches blanches !
                - tripoter ou parler à son téléphone mobile !
                - gratter les tickets de la Française des Jeux !
                - les loisirs (dont regarder la télé !) !
                - faire ou dire des saloperies !

                C’est-y pas formidable, tout ça ?


                • Xenozoid Xenozoid 15 juillet 22:30

                  coup d’état en réclame en turquie en ce moment....


                  • soi même 16 juillet 00:12

                    ( Nos vies ont de moins en moins de sens ) de la part d’un coco cela n"est pas piqué des hannetons

                    Votre constat est juste quand l’on nie l’Esprit, cela est inévitable ,mon gros bourgeois rouge... !


                    • Taverne Taverne 16 juillet 00:42

                      @soi même

                      Chez vous, l’esprit n’est pas nié : il est inexistant !


                    • soi même 16 juillet 01:26

                      Bien mon coco, je ne suis pas là pour vous contredire... !


                    • fred.foyn Le p’tit Charles 16 juillet 08:53

                      ++++++++++++
                      Du bon sens dans un monde « ABSURDE »..
                      Surpopulation donc plus de demande plus de profit..avec il est vrai plus de pauvres et de famine..mais tout cela n’empêche pas que TOUS les pays de la planète sont endettés bizarre non.. ?


                      • ate (---.---.162.253) 16 juillet 11:36

                        bon à ce stade avancé d’émotion, de compassion qui n’aide pas à chasser ses dogmes essaie je dis bien essaie d’aller voir du côté de Friot et pi d’autres aussi mais y a que toi qui peut orienter ton choix


                        • zygzornifle zygzornifle 16 juillet 13:44
                          « Nos vies ont de moins en moins de sens » .....C’est ce que pensent tous les animaux qui partent pour abattoir .....

                          • Taverne Taverne 16 juillet 17:20

                            Il ne faut pas confondre la valeur et le sens.

                            La vie est précieuse, elle a une importance prépondérante. La vie a une grande valeur même quand nous ne trouvons pas de sens pour la remplir. Mais le plus souvent, si nous ne trouvons pas le sens, c’est parce que nous ne le cherchons pas où il faut ou bien que nous nous montrons trop exigeants..


                            • Taverne Taverne 16 juillet 20:38

                              La saveur des choses est le premier niveau qui donne un sens à la vie. C’est une dimension signifiante. Avez-vous vu le fllm « le goût de la cerise » du cinéaste iranien Abbas Kiarostami, récemment disparu ?

                              On pourrait ajouter un niveau au-dessus de la saveur des choses puis un autre niveau, et ainsi de suite pour constituer une sorte de pyramide de Maslow avec, à la place des motivations, des dimensions signifiantes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès