• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Notre culture du narcissisme

Notre culture du narcissisme

à propos de « la culture du narcissisme » de Christpher Lasch, précédé d'une préface de Jean-Claude Michéa chez Flammarion dans la collection « Champs » (à ce lien)

Je ne pense pas comme d'autres que le « moi » soit forcément haïssable. Il était important que cette idée apparaisse vers la fin du XVIIème siècle et que l'individu se libère de contraintes collectives pour se réaliser. Mais le « moi » a fini par prendre une importance démesurée, presque insupportable et envahir tout le reste. Cela amène le résultat suivant : nous devenons de plus en plus incapables de supporter la contradiction, d'apprécier le débat et de fréquenter des personnes autres que des reflets même déformés de nos aimables personnes.

Je trouve cela des plus ironiques. En un temps où les moyens de communication offrent des possibilités infinies nous sommes de moins en moins capables de le faire, en un temps où ils pourraient permettre plus d'équité sociale nous la désirons de moins en moins...

La littérature politique peut être intéressante mais quand l'analyse d'un auteur peut être pertinente l'ouvrage peut se conclure sur des propositions de solutions totalement hors-sol et dégagées du réel, ou inversement. Aucun livre politique ne donne de point de vue réellement global sur la crise morale grave que traverse notre société. Ce qui fait l'intérêt de « la culture du narcissisme » c'est que Christopher Lasch le donne justement dans les pages de ce travail de réflexion. Il le fait en se basant sur la psychologie sociale individuelle et collective. Son essai a plus de vingt ans mais il est d'une actualité toujours plus brûlante...

Il m'a enthousiasmé bien plus que bien des « best-sellers » réputés politiquement incorrects que bien des pensums toujours inscrits dans une idéologie et donc étriqués dans leur réflexion.

Nous vivons dans une société qui encourage le narcissisme à outrance. C'est la ruse la plus maligne pour nous pousser à consommer le plus possible en nous laissant croire que nous serions libres de nos choix. Nous sommes tous des « narcisses » à divers degrés, tous préoccupés par notre reflet dans le miroir, sur l'écran de notre gadget électronique, y compris moi-même, je ne m'exclus pas du lot. Nous sommes tous surtout soucieux de notre « moi », de notre bien-être d'abord personnel avant que de nous intéresser au reste du monde. Pire encore quand nous prétendons le faire c'est encore pour nous mettre en valeur et renvoyer une image flatteuse de notre si belle âme.

Toute réflexion sur la société sera en 2017 toujours suspectée d'égocentrisme prétentieux, de cadrage de l'ego. Toute valeur morale sera considérée comme arbitraire et insupportable demandant des contraintes de comportement avec les autres, limitant notre narcissisme ainsi que toute valeur collective qui ne sont plus définies d'ailleurs collectivement. C'est comme un grand marché de l'idéal. Chacun prend ce qui l'arrange sur les rayons.

Les idéaux, les fois religieuses, les idéologies ne sont comprises que comme moyens de se sentir bien dans sa peau. Il ne s'agit plus de s'inquiéter généreusement du Bien Commun en sacrifiant qui son égoïsme, qui son confort. Les belles idées ne sont plus qu'un genre d'hygiène mentale, de gymnastique introspective n'impliquant pas le moins du monde de réalisation concrète. Pour une bonne raison, la mise en œuvre tangible des utopies mènerait directement à la fin de cette culture du narcissisme que nous affectionnons tant. Et cela la plupart d'entre nous le comprend parfaitement même confusément. Cela signifierait l'abandon de notre si fondamental ego à nos yeux.

Pour s'en disculper, pour se donner bonne conscience, il y a ceux qui se tournent vers le commerce dit équitable, vers une prise de conscience -superficielle certes- de la nécessité d'un développement dit durable. Cela demeure toujours de la consommation, du commerce et permet d'entretenir également le narcissisme. Les contradicteurs, les révoltés contre le système, les politiquement incorrects ne s'en libèrent pas dans la plupart des cas, car il s'agira toujours de se regarder le nombril avec amour.

Nous cultivons avec constance notre immaturité perdurant pour la plupart d'entre nous bien au delà de l'âge de la puberté. Pire encore, l'internet et les progrès techniques nous permettent de demeurés coincés « ad vitam » dans l'époque de notre choix, souvent celle de notre enfance. Nous refusons de grandir perdus dans un complexe de « Peter Pan » général nous empêchant de nous voir vieillir. Un jour certains finissent malgré tout par percevoir leurs ridules aux coins de yeux. Ce qui entretient de plus belle le commerce et le narcissisme puisque alors on leur suggère la chirurgie, les miracles de la pharmacopée moderne voire un « coaching » de vie inepte.

En sortir suppose un arrachement à nous-mêmes, enfin à ce que nous croyons être nous. Et là peut-être que le bonheur ne sera plus seulement un horizon inatteignable...

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury - Grandgil

Image empruntée ici


Moyenne des avis sur cet article :  2.27/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • sophie 1er août 15:17

    un article sur « moi même », quel bohneur


    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 1er août 16:53

      @sophie
      Je m’attendais à ce genre de commentaires infantiles, je me demande pourquoi il n’y en a pas plus... smiley
      Les haters sont en vacances ?


    • Castel Castel 1er août 15:59
      le mot « narcissique » n’est-il pas celui qu’on emploi à tord et à travers ?
      par exemple : « pervers narcissique ».
      Tout est susceptible de narcissisme j’ai l’impression, même le fait de critiquer un narcissique.
      N’est-ce pas une façon de donner trop d’importance aux lecteurs du livre, avant qu’ils aient à le lire ?

      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 1er août 16:57

        @Castel
        Ah ? Critiquer le narcissisme c’est être narcissique ? En quoi ? Expliquez ?


      • Castel Castel 1er août 17:27
        @Amaury Grandgil
        C’est juste une façon de dire que l’action narcissique n’a pas de limite, et que la critique du narcissisme n’est pas exempt de narcissisme elle-même.

        Du coup, chaque fois qu’on parle de narcissisme, c’est comme le serpent qui se mord la queue.
        Par contre, je ne dis pas qu’il n’existe pas de pervers narcissique ou de narcisse, mais que l’aspect subjectif du phénomène cache des réalités complexes et typiquement humaines.

      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 1er août 17:46

        @Castel
        Le livre parle du narcissisme comme réalité psycho sociale indubitable. Certains évènements l’expliquent mais rien ne le justifie


      • Castel Castel 1er août 18:06
        @Amaury Grandgil
        Ok, mais tout de même, analyser les manquements d’une société est une façon de combler (ou de vérifier) nos propres manquements... non ?
        On a plus d’argents ou de moyens pour nous occuper de nous, vu de l’extérieur, ça apparaît comme du narcissisme... mais pourquoi analyser cela ? quel intérêt on a à nous en préoccuper ?
        Ce que je ressens, c’est que la critique du narcissisme est suprêmement extérieur au phénomène, et du coup, elle est biaisée dans sa prétention à vouloir objectiver un phénomène qui est au contraire, transcendant à chaque personne.

      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 1er août 18:14

        @Castel
        Quel intérêt à analyser le narcissisme ?
        Vous avez lu l’article ? Parce que notre société est la première dans l’histoire à le favoriser et l’encourager à ce point.
        Au risque que nous y perdions toute conscience des liens qui nous relient.
        Comme je le dis dans l’article, que vous n’avez pas lu, tout le monde EST plus ou moins narcissique dans notre société le tout étant d’en avoir conscience.


      • Castel Castel 2 août 11:24
        @Amaury Grandgil
        Vous devriez vous calmer, c’est mauvais pour votre santé.

        Vous avez écrit votre article d’une manière un peu littéraire, je l’ai lu, mais de mon coté, je m’attendais à quelque chose de plus précis. Cela reste assez vaseux. Par exemple, notre société est-elle plus narcissique qu’au XVIIème/ XVIIIème siècle avec Louis XIV et, par exemple, le royaume anglais divisé en classe sociale ? Votre article ne permet pas de répondre à cette simple question, pourtant essentielle. Y-a-il une vraie évolution du narcissisme et, si oui, comment est-ce qu’on la mesure ?

        Vous écrivez :
        « Nous sommes tous surtout soucieux de notre « moi », de notre bien-être d’abord personnel avant que de nous intéresser au reste du monde. »

        Mais est-ce que nous n’avons pas été spirituellement éduqué pour nous occuper d’abord de notre moi ? et progressivement, nous apprenons à nous reporter à notre mémoire. Donc 1/ c’est d’abord une question d’éducation puis 2/ c’est ensuite une question d’expérience de vie ; de mémoire ; de considération ; de personnalité ; de sensibilité.
        Cette phrase m’a d’ailleurs fait un mauvais effet, car, parfois, ce sont ceux qui se bouge le moins qui sont content de trouver des livres qui expliquent leur propre manque d’expérience, généralisé à l’échelle de la société.
        Enfin bref, pour moi, votre article est comme une petite barque qui flotte tout seul dans l’eau.

      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 août 12:04

        @Castel
        Je suis très calme, je m’amuse beaucoup c’est tout.
        Pour votre question l’article s’intitule « Notre culture du narcissisme », donc implicitement cela signifie que nous le sommes plus, narcissiques qu’au XVIIème siècle, période à laquelle le « moi » devient un concept important.

        Sur le dernier paragraphe, la comparaison entre ceux qui auraient de l’expérience, et ceux qui ont de la culture (ça peut être les mêmes) c’est toujours la même excuse de l’ignare paresseux...


      • Castel Castel 2 août 12:17
        @Amaury Grandgil

        « Sur le dernier paragraphe, la comparaison entre ceux qui auraient de l’expérience, et ceux qui ont de la culture (ça peut être les mêmes) c’est toujours la même excuse de l’ignare paresseux... »

        Ne prenez pas vos désirs pour des réalités.

      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 août 12:34

        @Castel
        Quels désirs ?
         smiley
        Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement...


      • Castel Castel 2 août 13:37
        @Amaury Grandgil
        En tous cas, j’aurais honte de juger les autres aux travers de quelques échanges sur internet. Vous ne méritez rien du tout mon pauvre. Vous pouvez crever, ça fera des vacances à tout le monde et de l’oxygène dans la culture du narcissisme dont vous êtes un des représentants.

      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 août 13:50

        @Castel
        Rho que c’est moche l’agressivité !
         smiley
        Je vous pardonne, c’est sans doute dûe à une carence d’éducation



        • Rincevent Rincevent 1er août 19:10

          La démarche de Lasch est originale, en ce sens qu’elle combine deux grilles de lecture très éloignées l’une de l’autre, voire s’excluant. D’un côté l’analyse marxiste, de l’autre la psychanalyse. Un drôle de mix mais qui a donné une pensée dont on peut vérifier la pertinence encore aujourd’hui (il nous a quitté en 1994).

          Il n’a pas connu le développement exponentiel de la Toile et tout ce qui va avec, mais ses analyses s’appliquent sans peine à des notions telles que les « communautés », par exemple, dont on nous bassine tous les jours. Qu’est-ce que c’est d’autre qu’une forme de narcissisme en miroir et à plusieurs, qui tient chaud et donne le sentiment d’exister ? Dans la version marchande, ça permet de nous vendre quelque chose censé détenir un plus, avec un tarif plus, lui aussi. Ça, Christopher Lasch l’avait vu arriver il y a longtemps…


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 1er août 19:27

            @Rincevent
            C’est bien à cause de son originalité et son ouverture que j’ai aimé ce livre


          • mmbbb 1er août 21:50

            " Nous vivons dans une société qui encourage le narcissisme à outrance. C’est la ruse la plus maligne pour nous pousser à consommer le plus possible en nous laissant croire que nous serions libres de nos choix." si vous vous mettez a faire du Rosemar c est un comble


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 1er août 21:53

              @mmbbb
              Ah bon ? Et.. ?


            • mmbbb 1er août 22:30

              @Amaury Grandgil @Amaury Grandgil propos un peu facile me semble t il . Voyez je ne suis pas comme vous je ne blame pas cette epoque J ai passe mon enfance a la campagne tres catho et je ne supportais guere ces gens la , engonces dans ce carcan religieux ou la spontaneite n etait pas de mise . ou il fallait etre toujours en retrait ou les mots les gestes etaient épiés ou les tenues vestimentaires un peu extravagantes etaient ecartees Mais cela n empechait pas l hypocresie la critique permanente, et les campagnards passaient leur temps a surveiller leur voisin comme dans la chanson les Rideaux de Brel . Quant a la tolerance je vous evite un commentaire deplaisant Je trouve cette epoque plus libre, les jeunes que vous critiquez tant ,plus spontanes souvent plus rieurs et surtout plus ouverts d esprit Quant au debat il n a jamais ete aussi ouvert et toutes les discussions sont abordées et possible Je regrette de vous le dire d une facon lapidaire avant « t es jeune alors ferme ta gueule » . Ne soyez pas un chantre d un passéiste beat . La vie est vraiment trop courte j ’ai trop connu ces personnes graves a la morale pesante .


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 1er août 22:52

              @mmbbb
              Le livre dont je parle n’accuse pas du tout les jeunes seulement de narcissisme mais toute la société dans son ensemble, dont je ne m’exclus pas dans mon texte d’ailleurs.
              Je n’ai rien contre les jeunes, ce qui leur manque, manque dont ils sont conscients vient de leurs parents, des adultes.
              Moins rieurs avant ?
              Je trouve ça peu pertinent de comparer deux époques, c’est du « c’était mieux avant » à l’envers.
              Les cathos vous ont brimé j’en suis désolé smiley...
              Vous vous en êtes sorti-e ?


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 1er août 22:53

              @mmbbb
              Autre précision le livre dont je parle, passionnant, est écrit par un auteur de gauche, athée mais extrêmement intéressant


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 1er août 22:59

              @mmbbb
              Une dernière chose, vous avez une conception des plus réductrices des jeunes, très caricaturale. Il en est de milieux défavorisés, j’ai travaillé avec eux et pour eux pendant vingt quatre ans qui sont beaucoup plus soucieux qu’avant sur leur avenir, qui s’assombrit un peu plus chaque jour. Je pense à beaucoup d’entre eux. Ils ont besoin de cette solidité morale, spirituelle, hé oui aussi, et intellectuelle que les grandes personnes n’ont pas jugé bon de leur transmettre, ainsi que la culture.

              Ils l’attendent parfois vainement et se tournent alors vers des actes et des doctrines, des théologies violentes, à cause de ce manque...

              Le tout sous prétexte que les jeunes n’en avaient pas besoin mais surtout par fainéantise et surtout pour jouir un maximum de leur petit ego..

              Car ces grandes personnes prétendument raisonnables sont hypocrites....


            • mmbbb 1er août 23:22

              @Amaury Grandgil les cathos m ont fait perdre un temps precieux c’ est tout Qu ils crevent !  Les campagnes sont vides les maires pleurent moi pas . J en ai rien a cirer de ces jeremiades. Cette region est desormais peuplee de Turcs Que la religion musulmane devienne conquerante et modifie ces campagnes je n en m offusquerait pas Les adultes auparavant n ’avaient pas le temps de se regarder le nombril parce qu ils bossaient comme des forcenes et leurs mioches n etaient pas plus equilibres que les gamins d aujourd hui. Je dis que vous faites du Rosemar puisque vous ne cessez pas de critiquer cette societe contemporaine qui n est ni plus ni moins vertueuse de celle d hier . C est aussi simple . Quant a votre ton narquois , je ne demande pas votre compassion et comme l a dit Boubaker il a besoin de 2 000 mosquées supplémentaires, les eglises vides ferait son affaire et il a raison , je suis pour une immigration sans limite , ce pays comme le dit Macron n’a pas de culture d art, ce pays doit etre fondu dans le mondialisme.


            • mmbbb 1er août 23:42

              @Amaury Grandgil je ne vous demande pas de porter de jugement j ai assez d experience , et j’ai vraiment passer l age Cette jeunesse que vous avez frequentee je la connais, Ce milieu je l ai frequente , et j ai ete a l ecole nationale alors que j aurais aime avoir une scolarite dans le prive Le public c est le foutoir depuis longtemps et les profs de gauche j ai connu aussi. Ce sont eux qui ont massacre cette institution Cessez d etre le chantre de l homme vertueux , cela me fatigue un peu Si la plupart des parents n ont pas su apporter une education suffisante a leurs progénitures c est qu ils sont avant tout meprisable et irresponsable Je connais aussi ces situations Je vous ferai remarquer que cela n ’est pas helas l exception dans ce pays si vous consultez les statistiques du CREDOC. il y a 3 millions d enfants pauvres en France article relaye par le Monde. Je vous apporterai aussi cette remarque , le lien entre la reussite professionnelle et le statut social. Les enfants des classes populaires n ’accedent peu aux professions qualifiées il y a quand meme une correlation , je ne suis pas de gauche je ne blame pas ces parents aises apportant un cadre normatif J ai ma collegue de travail ayant eu 4 enfants Scolarite dans le prive et suivi scolaire aucun au chomage mais les parents dont le pere est pharmacien etaient la pour la bonne education A bon entendeur salut Mais de grace cessez de donner des lecons


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 août 11:55

              @mmbbb
              Quel rapport avec mon article ?
              Encore une dans le masochisme mémoriel


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 août 11:57

              @mmbbb
              On me fait une leçon de vingt lignes bien serrées, et on me reproche d’en faire, ça s’appelle un transfert en psychologie.
              Si vous ne fréquentez que des petits bourgeois évidemment, votre jugement sera pertinent.
              Qui vous oblige à me lire ? Vous ètes maso peut-être ?


            • mmbbb 2 août 19:52

              @Amaury Grandgil Je ne transferts rien du tout ne faites pas de la psychanalyse au rabais. Quant a mes frequentation je suis libre et je ne vous permets pas de vous octroyer le droit de jugement les pauvres n ont pas toutes les vertus comme vous semblez vouloir nous le faire croire J’ai connu ce milieu alors basta Votre lecon sur le jugement arretez de vous prendre pour un pharisien , Vous ne semblez ne pas savoir lire et vous interprétez à votre guise je vous reponds simplement a votre commentaire et je ne donne pas de lecon . Quoi qu il en soit je prefere encore notre societe actuelle de celle d hier ne vous en deplaise . 


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 août 20:04

              @mmbbb
              C’est contradictoire, vous répondez encore ? J’ai piqué votre ego ?


            • mmbbb 2 août 22:17

              @Amaury Grandgil je tenais a vous repondre ( une sorte de droit de reponse ) et ce sera la derniere fois. In fine , je vous trouve assez con , vous avancez des arguments toujours a cote Vous ne me manipulerez pas , la ficelle est trop grosse . et a l avenir n ayez aucune crainte je m attarderai pas sur vos articles, la qualite des echanges n ’en vaut vraiment pas la peine. Quelle sera votre prochaine pleurnicherie , les femmes en string sur les plages qui defient la décence et d un regard narcissique s oignent d huile leur corps objet de tant d attentions . .


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 août 22:25

              @mmbbb
              Ah non c’est très bien les femmes en jolis maillots de bain sur la plage smiley
              Vous insultez beaucoup, signe d’une grande faiblesse intellectuelle...
              Répondre à des insultes et de l’agressivité par des arguments ? Vous rigolez ?


            • kalachnikov kalachnikov 1er août 22:16

              Le nabillisme n’est pas un narcissisme ; chez Nabilla, il n’y a rien de personnel, tout chez elle est dicté par ’tout le monde’. Le matin, quand elle se rase*, elle ne se dit pas qu’elle est belle mais elle réfléchit (elle se demande comment elle pourrait plaire). C’est la prosternation devant le dieu Troupeau, la soumission totale dans une idéologie qu’on pourrait appeler islam porno chic.

              *ses jolies jambes


              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 1er août 22:31

                @kalachnikov
                C’est un narcissisme de masse


              • kalachnikov kalachnikov 1er août 22:37

                @ Amaury Grandgil

                Je ne crois pas. Nabilla ne s’aime pas parce qu’il n’y a rien à aimer, elle n’existe plus ; elle idolâtre la créature qu’elle est devenue et cette créature a été modelée par un esprit collectif atroce et totalitaire.

                 


              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 1er août 22:48

                @kalachnikov
                En fait on est d’accord, ce que t’appelles l’esprit collectif atroce et totalitaire c’est la culture du narcissisme de notre société


              • kalachnikov kalachnikov 1er août 23:05

                @ Amaury Grandgil

                Ca m’étonnerait. Déjà, il s’agit à proprement parler d’une barbarie. Et puis, même si certains tirent toujours les marrons du feu, cette tyrannie fait ployer (presque) tous.

                Tu tiens l’individu* comme responsable, ce qui est commode pour flatter le petit narcisse en toi et te permet de t’ériger en juge, alors que je pense qu’il n’y est pour rien et fait comme il peut.

                *de toute façon, je crois à l’individualité et aux individus mais ne crois pas que l’individu existe. Ce que tu voudrais, dans l’absolu, c’est quelque chose comme l’obligation pour tous de courir le 100 m alors que tous n’ont pas les mêmes jambes, etc. Et puis, ça m’apparait anti chrétien parce que dans le processus apocalyptique tous ne sont pas destinés à s’asseoir à la droite du Seigneur.


              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 août 11:59

                @kalachnikov
                Je pars de l’analyse de Lasch, qui est marxiste, il tient la société pour responsable, responsabilité partagée avec les individus qui acceptent cette barbarie.


              • arthes arthes 2 août 17:39

                @Amaury Grandgil
                Avec Marx ce n est donc jamais l individu qui est responsable ?

                Il partage juste collectivement la responsabilite de ce qui lui arrive et qu il devient ?
                Et de se comporter comme une machine a consommer, un bovin dan s la masse, un egoiste pur immature, un nevrose frustre, alors que rien ne l y oblige individuellement dans l absolu, cela n est pas conformisme et paresse cerebrale comme venant de son seul fait ?


                Decidement, le marxisme c est pas mon truc.



              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 août 19:36

                @arthes
                Lasch n’est pas marxiste orthodoxe, Michéa dans la préface relève l’ambiguïté apparente de sa démarche


              • kalachnikov kalachnikov 2 août 22:38

                @ arthes

                ’rien ne l’y oblige individuellement dans l’absolu’ : le problème est justement que dans la pratique il y a interaction entre nature et culture de multiples façons. Et que les uns disent que tout vient exclusivement de l’inné et les autres que tout vient exclusivement de l’acquis.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires