Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Notre société est-elle de plus en plus violente et cruelle ?

Notre société est-elle de plus en plus violente et cruelle ?

Il ne se passe pas un jour sans que les journaux télévisés, la presse parlent de violence, de guerres, d’actes de barbarie, de meurtres. On entend souvent autour du nous des gens s’exclamer d’une escalade vers la violence notamment face aux images de conflits en Syrie ou de l’affaire Merah. Dernièrement, les assassinats à Marseille, en Corse, les infanticidesles attaques du RERont contribué à accroître ce sentiment. Mais cela est-il juste une impression ou un réel constat d’embrassement ?

Pour répondre à cette question, il convient de se pencher sur les statistiques et les chiffres du crime suprême : le meurtre. Par exemple en France, le nombre d’homicide a été divisé par deux en trente ans (source Ministère de l’intérieur). Depuis Napoléon 1er, il est facile d’observer cette évolution grâce à une base de données ministérielle. On y apprend ainsi que dans les années 30, nous avions deux fois plus de chance de mourir assassiné que dans les années 2000.Il s’agit également d’une tendance en Europe, car le taux d’homicides européens ne cesse de reculer depuis plus d’un siècle. En effet, il était de 40 pour 100 000 habitants par an au 14ème siècle pour se stabiliser autour d’un seul pour 100 000 habitants de nos jours (Manuel Eisner, 2003).

D’un point de vue plus global, les guerres actuelles sont moins meurtrières qu’avant. La seconde guerre mondiale, le conflit le plus meurtrier de l’histoire, a représenté une perte humaine avoisinant les 4% de la population globale, soit presque 80 millions de personnes. C’est bien moins que la guerre en Afghanistan qui compte environ 30 000 morts civils et militaires. Le fait est que nous vivons la plus longue période que je qualifierais de pacifiste entre grandes nations, puisqu’il n’y pas eu de conflits majeurs depuis plus de 60 ans.

Dernièrement, fin 2012, New York City, pourtant réputée comme ville où il y a le plus de crimes aux USA, a vécu son premier jour « sans homicides ». Ce qui constitue un témoin fort du recul de la violence dans cette ville auparavant dangereuse et criminelle statistiquement.

Alors, pourquoi avons-nous ce sentiment d’escalade malgré ces chiffres significatifs ? Tout d’abord, la surmédiatisation des faits divers, de conflits est bien évidemment plus importante de nos jours, et le web a accentué le phénomène. Ensuite, l’accès à l’information associé à la curiosité humaine catalysent et focalisent certaines violences qui sont souvent que des faits isolés.

Par ailleurs, les générations d'après guerre n’ont plus la même tolérance à la violence et ont une autre définition de cette dernière. En effet, Incivilité, agression morale, verbale constituent aujourd’hui d’autres formes de violences. Finalement, est-ce que ce sentiment d’escalade ne consitue pas la simple traduction d’une impression ? Celle de vivre dans une société qui se veut violente d’une autre manière : licenciement, chômage, racisme, extrémisme, crise économique…..


Moyenne des avis sur cet article :  3.48/5   (29 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Les thématiques de l'article


Palmarès