Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Nous apprenons l’hypocrisie aux délinquants pour qu’ils (...)

Nous apprenons l’hypocrisie aux délinquants pour qu’ils survivent en société !

A l’heure où les politiques et les médias s’intéressent aux délinquants récidivistes tant dans le domaine crapuleux que sexuel, aux maris violents et aux racistes dans le but de soit prévenir leurs actes soit de les dissuader de récidiver, il serait temps d’analyser si tous ces modèles de prévention, que l’on nous assène tout au long de journal télévisé, sont utiles. Ne s’agirait-il pas plutôt d’une poudre aux yeux destinée à rassurer l’opinion publique ? L’individu intelligent et bien au courant des modes actuelles et des résultats escomptés, si ce n’est « religieusement » attendus, peut très bien passer au travers des mailles du dépistage s’il respecte quelques règles Il lui faut apprendre à mentir, à dissimuler et à donner les réponses que l’on attend de lui. C’est le meilleur moyen d’éviter la prison, l’amende et la réparation. Et puis, comme la méthode de prévention stéréotypée est à la mode, pourquoi ne pas l’appliquer au recrutement en entreprise et à la prévention du suicide en entreprise ?

Prenez deux petits loubards, (la fameuse racaille sarkozienne, les sauvageons de Chevènement) même âge, même origine sociale et ethnique, mêmes délits. Pour être explicite, disons qu’il s’agit de vol à l’arraché sur personnes âgées en situation de récidive.

Le premier avoue en garde à vue, réitère ses aveux, dit qu’il regrette : Qu’il s’agit d’une impulsion subite, stupide et irréfléchie et qu’il éprouve de la honte pour ce qu’il a commis. Il demande pardon aux victimes et serait même prêt à faire des travaux d’intérêt général dans une maison de retraite pour expier sa faute. Et puis, d’ailleurs, s’il a volé, certes avec violence, c’était pour remplir le frigo désespérément vide d’une mère abandonnée par un compagnon absent et qui doit nourrir seule quatre gamins. Il va en prendre pour six mois avec sursis, (les prisons sont pleines), avec en plus des travaux d’intérêt général et une mise à l’épreuve.

Second cas, profil et délits identiques. Mais le gaillard n’a pas compris la procédure. Il est trop stupide, trop orgueilleux ou trop franc. Il a d’abord nié l’évidence, insulté les flics pendant la garde à vue, minimisé sa participation. Quand le juge lui demande pourquoi il a agressé les vieilles, il répond : Uniquement pour la thune ! Histoire de se payer du shit, des Nike et des putes. Il va en prendre pour trois ans dont 18 mois fermes. Mais lequel des deux est le plus sincère ?

Appliquons le même type de raisonnement au mari violent qui traite sa femme de salope devant le juge et celui qui dit qu’il a honte, qu’il veut voir un psychologue, quitte à le payer de sa poche et qu’il acceptera toute décision judiciaire si cela peut sauver son couple. On peut très bien étendre le raisonnement aux pédophiles, aux racistes, au négationnistes ou aux escrocs (pour eux, la démarche est plus facile, car ils ont l’habitude de mentir et de dissimuler, c’est même leur fonds de commerce).

Les juges, les policiers, les travailleurs sociaux sont-ils naïfs à ce point ? Peut-on croire sur parole un pédophile qui déclare ingénument. Je veux changer, je ne veux plus récidiver. J’ai même invité ma voisine de 59 ans au restaurant. Au dessert, je lui ai pris la main et j’ai eu un début d’érection ! C’est dur (sic) mais j’y arriverai.

On nous sert de plus en plus une soupe moraliste et bien pensante, un laïcisme teinté de judéo-christianisme qui incite l’individu à mentir, à dissimuler pour passer au travers les mailles du filet. L’hypocrisie plus que le crime paie ! De là à conseiller un coaching préventif à l’incarcération pour délinquants, il n’y a qu’un pas. La sagesse voudrait que les malfaiteurs et criminels ait l’intelligence de se prendre des cours auprès de psychologue ayant pignon sur rue pour apprendre à déjouer les pièges du système. Et de leur conseiller de ne pas s’en remettre aux psychologues « commis d’office » qui sont débordés et trop sociaux pour être véritablement rusés. Cela peut s’appeler investir pour éviter la taule. Sûr qu’il s’agit d’un métier d’avenir, remplaçant le conseil trop tardif des avocats à leurs clients qui ont avoué : profil bas, excuses et repentances. Faute avouée est à moitié pardonnée dit le proverbe. Faute regrettée, avec intelligence, sans trop de théâtralisme et suffisamment de ruse peut faire éviter la lourde peine.

 De tels propos peuvent être ressentis comme cyniques, mais semblent frappés au coin du bon sens. Avec un minimum de préparation, en sachant sortir les bonnes réponses, il est fort possible d’amadouer les juges, d’user de la corde sensible de la compassion. La repentance, bien feinte est payante. Résultats, les fortes personnalités qui assument leur délinquance, leur déviance, leur liberté d’expression sont lourdement pénalisés. Les bons esprits diront qu’il s’agit de criminels et qu’il est normal qu’ils expriment des regrets par respect pour leurs victimes. Mais le rôle de la justice est de comprendre et de sévir le cas échéant, et non d’obtenir une soumission fictive et simulée pour apitoyer.

Ci cela est une évidence pour les délinquants, on le retrouve avec les mêmes schémas et la même intensité au niveau des entretiens d’embauche. Il faut penser correct pour trouver un boulot Dans le monde du travail, le mal est identique. Les recruteurs se disent autant employer des moutons qui récitent le bréviaire de l’éthique de l’entreprise plutôt que de sélectionner des fortes têtes. Mauvais choix, cependant, car les dociles à l’embauche peuvent devenir des revendicatifs et des procéduriers au fil du temps. Celles qui préparent une belle plainte en harcèlement sexuel ne se présentent nullement à l’entretien en féministes farouches. Et ceux qui envisage de tirer au flan et de profiter d’arrêts de travail itératifs sont probablement les plus enthousiastes et volontaires lors des interviews.

Alors, on peut finalement en arriver à conseiller à ceux qui en ont marre de l’existence de cacher à leur entourage leurs problèmes conjugaux, leurs dettes de jeu, leur cancer du pancréas et de se suicider sur le lieu de travail avec l’espoir que leur geste soit reconnu comme accident du travail avec toutes les conséquences financières qui en découlent pour les proches. Ce n’est pas encore gagné, loin de là, mais ce raisonnement est judicieux même s’il peut paraitre cynique. Quand on est vraiment envie d’en finir, au moins que cela profite aux proches.

Que peut-il advenir dans un futur proche ? Une défiance accrue des patrons, qui pour éviter des procès et des indemnités auront recours à des officines privées pour découvrir ce que les futurs employés et ceux qui sont déjà dans l’entreprise ont en tête. Quel « mauvais coup » ils sont capables de fomenter au détriment de l’entreprise. Cela peut en fin de compte déboucher sur encore plus de flicage et de discriminations, c’est-à-dire l’effet inverse de celui escompté.

L’hypocrisie est la traduction de tous ces efforts pour faire entrer les gens dans le moule, d’obtenir non pas des moutons, mais des loups déguisés en brebis pour rassurer l’opinion et maintenir un discours qui tient plus de la religion que du bon sens.

Jadis, les grands criminels de la stature de Mandrin allaient à l’échafaud la tête haute. Aujourd’hui, ils jouent le rôle du repenti contre des remises de peine. A ce niveau, on en arrive à regretter Jacques Mesrine !
 

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Loan 28 septembre 2009 11:40

    Excellent article qui dénonce la tartufferie universelle. Petit exemple : Polanski arrêté, l’irréprochable Frédo fustigeant les USA et un journaliste télé annonçant : Polanski arrêté, LA FRANCE CONDAMNE. Rien que ça ! Ben voyons, entre amateurs de djeuns ! 


    • jltisserand 28 septembre 2009 12:46

      Voir aux USA le bon Clinton (et d’autres) qui se fait tailler une plume sous le bureau ovale, pris par la patrouille il demande pardon à la nation, sa femme, ses enfants, les amis, le curé et promet de s’amender. Voir le prince du FMI qui ment aussi et promet d’être meilleur dans l’avenir.
      Malgré tout, c’est assez nouveau et le phénomène en grandissant. Voir Hortefeux avec l’histoire de 1 ça va mais ..... Hypocritement il a marmonné un semblant d’excuse et il est blanchi.
      Je ne sais pas mais aussi nous avons une bien plus grande acceptation du mensonge maintenant qu’il y a quelques années de celà.


      • jltisserand 28 septembre 2009 12:47

        J’ai oublié :

        Donc l’exemple vient d’en haut ....


        • docdory docdory 28 septembre 2009 13:06

          @ Georges Yang


          Tout en étant globalement d’accord avec le fond de votre article , je suis en désaccord complet avec l’une de vos affirmations , je vous cite : « On nous sert de plus en plus une soupe moraliste et bien pensante, un laïcisme teinté de judéo-christianisme qui incite l’individu à mentir, à dissimuler pour passer au travers les mailles du filet. » 
          Le terme « laïciste » est le terme habituellement employé par les ennemis de la laïcité pour désigner ceux qui la défendent . Et là , je ne vois pas ce que vient faire la laïcité dans votre article . En quoi le laîcisme ( c’est à dire, en fait, la défense de la laïcité ) serait une incitation à mentir pour les délinquants , franchement je ne vois pas le rapport ...

          • Georges Yang 28 septembre 2009 14:15

            Laïciste dans ma bouche n’a pas le même sens que laïcité, il s’agit plutôt de la « religion » laïque, cette sorte d’humanisme gnan-gnan et droit de l’hommiste que je dénonce ici.

            Cela ne réponds pas directement à votre commentaire, mais lisez les mémoire de Lacenaire (le modèle d’assassin qui servit aux Enfants du paradis), dans la première moité du 19° siècle.
            Ce que j’ai chez Lacenaire, c’est qu’il assume ses crimes jusqu’à l’échafaud sans se trouver de circonstances atténuantes et sans faire acte de contrition.


          • kitamissa kitamissa 28 septembre 2009 14:02

            même si au resto au moment du dessert je prenais ma voisine par la main,je n’aurai pas d’érection ! smiley


            • Massaliote 28 septembre 2009 14:09

              Comment pouvez-vous penser que le « judéo-christianisme » est pour quelque chose dans l’évolution d’une société de moins en moins chrétienne ?


              • Georges Yang 28 septembre 2009 14:17

                Justement par le vide laissé par le christianisme, il faut compenser par une morale du repentir, ce qui en réalité n’est qu’une forme de christianisme sans Dieu.
                Le résultat est une incitation à l’hypocrisie et à la pensée unique.


              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 28 septembre 2009 15:20

                Bonjour Georges,

                votre article était double ce matin, j’ai misé sur le boublon disparu. je recommence.

                " L’hypocrisie est la traduction de tous ces efforts pour faire entrer les gens dans le moule, d’obtenir non pas des moutons, mais des loups déguisés en brebis pour rassurer l’opinion et maintenir un discours qui tient plus de la religion que du bon sens. « Ca c’est du lourd !

                Vous soulevez habilement le couvercle de la soupière bouillante. Il en résulte une forte odeur de schizophrénie que l’on traduit en terme civil le » syndrome du show de l’acteur télécommandé ". Tout le monde voudrait être acteur reconnu et beaucoup s’apprennent à jouer la victime du système de la Société qui les broient, jusqu’au cinq du mois où tombe l’allocation gratuite et enfin peuvent parader quelques jours au casino ou au pmu.

                La discipline religieuse tend à unifier, ne faire qu’un, l’être humain pratiquant l’esprit sain et tous les caractères brillamment décryptés par Jean de la Fontaine dans ses nombreuses fables sont chacun l’essence d’un début de schizophrénie bénigne. Mais l’accumulation des plusieurs de ces biais et défauts relève déjà de dédoublement de personnalité et plus ils se chiffrent, plus ça se gate jusqu’à apparaitre dans certains offs retentissants de hauts dirigeants notoire.

                Georges, j’ai une bonne nouvelle pour vous, vous êtes toujours égal à vous même.


                • Georges Yang 28 septembre 2009 15:43

                  Merci d’avoir eu le courage de renvoyer votre commentaire.


                • Fergus Fergus 28 septembre 2009 17:27

                  Bonjour, Georges.

                  Je comprends votre propos et il n’est dénué de fondement ni sur le volet délinquance ni sur celui de l’emploi.

                  Cela dit, pour avoir suivi des procès en correctionnelle, d’une part, et travaillé durant plusieurs années dans le secteur des ressources humaines, d’autre part, je crois pouvoir affirmer que les choses sont rarement aussi simples que cela.

                  Pour une bonne raison : les juges, tout autant que les recruteurs, savent de mieux en mieux décoder les attitudes et les comportements.

                  C’est ainsi que l’on voit parfois des prévenus plutôt maladroits bénéficier d’une condamnation clémente quand d’autres sont condamnés plus sévèrement alors qu’ils se sont montrés sous un bien meilleur jour.

                  C’est ainsi que l’on voit assez souvent des postulants à un emploi rejetés précisément parce qu’ils semblent beaucoup trop... lisses, et par conséquent potentiellement manipulateurs, aux chargés de recrutement.

                  Tout cela pour dire qu’il n’y a pas de modèle. Et tant mieux !

                  Bonne journée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès