Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Nouveaux schémas familiaux : Tant de bruit pour si peu ?

Nouveaux schémas familiaux : Tant de bruit pour si peu ?

Je pensais me taire sur ce sujet car je n’étais pas vraiment tranché sur la question. Néanmoins, quand je lis certains articles de presse je ne peux que hurler de colère devant autant d’animosité tant ce projet de loi cristallise les passions.

Je suis choqué qu'à notre époque, dans un pays « développé » comme le nôtre, nous ayons encore autant de réactions négatives, anti-égalitaires (dans un pays prétendu de gauche !) et stigmatisantes. Et de lire surtout qu'une minorité impose ses lois à une majorité. Il faudra quand même m’expliquer en quoi les discussions sur les droits d’adoption pour tous minent les droits de l’actuelle majorité.

Autant la France ne s'émeut pas quand il s’agit de discuter du droit des personnes en situation irrégulière, du droit des personnes sans emploi, du droit des étrangers (sic), du droit des handicapés, du droit des pauvres, du droit des banques, du droit des Etats en Europe qui spolie bien souvent la souveraineté…

Bien évidemment le premier camp est composé des fans, que j’abhorre, du modèle judéo-islamo-chrétien de la famille, y compris les adorateurs nocifs et nuisibles de l’église Saint Nicolas du Chardonnet ou encore les radicaux islamistes, contre un second camp, ceux en faveur de ce type d'adoption.

Dans les années de l'après guerre, le modèle de la famille restait avant tout un père avec une mère et quelques rejetons. Force est de constater qu’aujourd’hui ce n’est plus vraiment le cas. La palette des possibilités s’est enrichie…

Je pense que toute personne raisonnée et raisonnable devrait, à un moment donné ou un autre de sa vie, se détacher de son éducation religieuse et aborder la question sous un angle logique.

En 2011, le nombre d’enfants naissant hors mariage était de 55,8 % (Wikipédia). Selon le centre d’observation de la société, le nombre de PACS n’a cessé d’augmenter depuis 2004, avec une nette diminution en 2011. A la benne donc l'inattaquable modèle judéo-islamo-chrétien.

Si quelqu’un m’avait demandé il y a deux ans si j’étais favorable au « mariage pour tous » et à « l'adoption pour tous », j’aurais dit clairement non. J'aurais aussi dit qu’il existe le PACS pour ça. Aujourd’hui, j'y serais plutôt très favorable.

Pourquoi un tel revirement ?

 

  • D’abord pour des raisons de droit constitutionnel

Article premier : « Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’Homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu’aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement de 2004. ». Article second : « La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ». Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. »

Déclaration des Droits de l’Homme : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. ». Du moins en théorie, vous savez ce que j’en pense dans la pratique…

Déjà, un peu naïvement : Les êtres humains ne sont pas catégorisés selon leurs préférences sexuelles.

Ne serait-ce que par la stricte application de cet article, la loi sur les droits revendiqués par cette minorité semble claire. Mais bon, les Droits de l’Homme ont été rédigés en 1789, la fin de l'esclavage s'est fini en 1848 et les femmes n’ont voté qu'en 1944. Certaines choses prennent du temps.

  • Ensuite parce que cette réalité existe déjà de manière clandestine

Ils est des choses contre lesquelles la loi ne peut lutter. S’agissant d’adoption, arrêtons de nous voiler la face devant des réalités évidentes : Combien d’enfants sont dans ce genre de familles parce que le père ou la mère a tenté une vie hétérosexuelle avant d'admettre son homosexualité ? Combien de ces gens se retrouvent actuellement avec des mômes, en couple, avec leur partenaire de même sexe.

Je pense qu'il faut protéger et donner un statut à ces enfants, qu’ils soient naturels ou adoptés affectivement par le/la compagnon. A la date d’aujourd’hui, ces enfants n’ont, en application stricte de la loi, qu’un seul parent. Qu’arriverait-il en cas de décès du parent légal ? Pouvons nous accepter de séparer des enfants du seul parent qui l’élève (décès ou abandon d’un des parents) sous prétexte qu’il n’a pas un père et une mère et le laisser être placé à la DDASS ? Et en cas d'accident, il faut attendre l'arrivée du « vrai » parent, le seul habilité à prendre des décisions médicales pour l'enfant ?

Rappelons aussi les travaux des démographes Digoix, Festy et Garnier en 2004 et 2006 qui estiment leur nombre entre 50 et 100.000 enfants. Une paille, bien sûr…

Mais il est sans doute beaucoup plus confortable de fermer les yeux sur ces situations que d'y réfléchir et d'adapter les textes en conséquence.

  • Parce que les intégristes religieux me font hurler

A un moment il faudra aussi expliquer aux fanatiques qu’ils doivent arrêter de se faire laver le cerveau au point de faire croire que la « vérité » est contenue dans un livre d'histoires pour enfants comme la Bible, le Coran, la Torah et d'autres.

Ces gens nous auront apporté les croisades, l’inquisition, le ralentissement voir le recul des sciences, la nuit de la Saint Barthélémy, les chasses aux sorcières, les pro-life contre la pilule contraceptive, les manifestations contre la loi Veil, les fanatiques de l’islam et aujourd’hui Civitas…

Je lis des références à Adam et Eve, un homme et une femme, c’est fécond, donc c’est « normal » qu’ils aient des enfants. Oui bon, Inch’Allah. Mais alors il faudra aussi enlever les droits d’adoption aux couples hétérosexuels stériles et aux célibataires prétendus hétéros car, après tout, la voie de Dieu a parlé, et qu’aux dernières nouvelles Sapiens Sapiens ne peut se diviser de manière asexuée.

Quant au remarquable et pertinent argument : « c’est nature/contre-nature », j’aimerais que l’imbécile m’explique comment tout ce qui provient de la nature, peut devenir à un moment, par décret sans doute, « contre nature ». Idem sur la "supériorité" d'un schéma familial au détriment d’un autre.

  • Parce que ces familles ne sont pas nuisibles

Je lis dans la presse « le danger pour la santé psychologique de ces enfants élevés par des parents de même sexe ». Oui bon… Je constate que nous avons largement assez d'années de recul depuis que ces familles « recomposées, bizarres » existent et que, par contre, nous n’avons jamais réalisé d’études sur ce phénomène de société.

J’ai en tête deux exemples :

- Un voisin d’étage qui a quitté sa femme pour un homme après avoir eu deux enfants avec elle. Aux dernières nouvelles, sa descendance se porte très bien et je vois sous mon balcon évoluer une sorte de « famille de 4 adultes » ou trois hommes et une femme défilent avec 3 enfants parfaitement épanouis.

- Un couple de femme qui n’a pas attendu cette loi pour se faire inséminer en Belgique et qui aujourd’hui ont, elles aussi, 2 enfants. Là aussi, les deux enfants vont bien et l’un d’eux a même une année d’avance.

De là, donc, à évoquer le « principe de précaution », argument hypocrite, il faudra repasser…

  • Parce que les hétéros ne font pas mieux et que les homos non plus

C’est la fameuse courbe de Gauss : Il est peu probable que les statisticiens observent un déplacement statistique vers plus d’enfants malheureux dans les familles de même sexe. Des malheurs, des divorces, des parents qui battent leurs enfants sont statistiquement aussi probables dans chacune de ces populations.

Quand je vois le naufrage éducatif des parents hétéros, lesquels se reposent sur les institutions scolaires et sociales pour palier à un devoir qu'ils n'assument plus eux-mêmes, je me dis que les homos ont du travail pour faire pire.

Et des questions qui en découlent : Vaut-il mieux être élevé par un père et une mère qui battent leurs enfants ou se séparent ? Les familles homoparentales seraient capables de pire ? Les risques d’abus sexuels / corporels / psychologiques sont ils plus élevés dans ces catégories de population ? Par ailleurs, pouvons nous dire qu’il n'existerait que des enfants épanouis chez les couples hétéros ? Certainement pas...

  • Parce que la notion de référent paternel et maternel ne veut rien dire

D’une parce que les concepts de psychologie sont des âneries. A force de conceptualiser trop d'éléments, les pédopsychiatres finissent souvent par ne plus avoir les pieds dans la réalité. Je lis dans la presse d’éminentes matières grises philosopher sur le concept de référent maternel ou paternel.

C'est effectivement une hypothèse émise par les psychanalystes mais qui n’a pas de réel fondement scientifique autre que leurs théories elles aussi non scientifiques et non prouvées. On ne peut pas réellement baser des changements de société sur ce qui n'est qu'une opinion non fondée - ou alors il va aussi falloir consulter les voyants, les naturopathes et autres astrologues.

D’autre part, un couple de même sexe est déjà sorti de cette norme culturelle, un des deux hommes est donc parfaitement capable d'assumer le rôle traditionnellement dévolu à la mère. Inversement pour les femmes qui remplissent le rôle du père.

Aussi parce qu’aujourd’hui dans de nombreux couples « hétéro » modernes, l'homme n’assume pas le rôle traditionnellement dévolu au père (autorité, frustration...), que la femme prends alors en charge. C’est l’inversion.

De mon côté, je trouve qu’un enfant trouvera toujours dans son entourage les personnes lui permettant de se construire : grands parents, tantes, école… Je ne pense pas que ces familles vivent en vase clos, enfin pas moins bien que les populations prétendues « normales ».

Enfin, rappelons que dans différentes peuplades du monde, le concept de famille se décline dans toutes les variations possibles, y compris des mécanismes où l'enfant change de parents selon son âge, où n'a pas de parent autre que la collectivité (qui finalement ressemble à de l’orphelinat dans nos pays occidentaux)...

  • Parce que d’autres situations humainement comparables, légales, existent

Il faudra aussi que l’on m’explique en quoi c’est moins choquant d'adopter des enfants d’origine africaine ou asiatique par des caucasiens que de laisser deux femmes ou deux hommes faire la même chose.

Si nos éminentes matières grises pensent qu’il faille des référents de sexe opposé pour se construire sa personnalité, j’aimerais bien entendre sa défense pour un enfant noir qui cherche à se construire avec parents jaunes ou blancs. Et si la mère d’un couple hétéro venait à décéder, faudra t-il retirer l’enfant du père car il manque la « normalité » de la mère ?

Et que dire des familles recomposée qui deviennent presque la norme en toute légalité. Sommes-nous vraiment à ceci près ?

  • Parce que ces familles n’engendreront pas de lignées de même orientation sexuelle

A tous ceux qui craignent que ces enfants deviennent systématiquement homosexuels, je leur répondrai que dans ce cas, l’homosexualité ne devrait pas exister. N'avons nous pas tous été élevés majoritairement par des familles hétérosexuelles ?

  • Parce que ces familles ne sont pas perverses

Des commentaires de certains suggèrent d’introduire par la même occasion des droits sur le nudisme, la polygamie, la zoophilie. Mais de quoi parlent ces gens !?? Comment peuvent ils être aussi stupides et amalgamer des concepts aussi hétérogènes ?

A moindre degré de perversion, ces familles n’ont pas tous une vie sexuelle débridée. Certains ont des valeurs de respect qu'ils souhaitent transmettre et de l'amour à revendre (courbe de Gauss, rappelez-vous). Je pense, j’espère, qu’il ne s'agit en aucun cas d'avoir un enfant objet, mais d'élever (avec tout ce que çà comporte) dans un environnement épanouissant. Du moins ils essayeront, comme les couples hétéros le feraient.

Je constate aussi que dans la Capitale, beaucoup d'enfants sont élevés dans des familles homosexuelles ou homoparentales sans pour autant être tous détractés ou complètement azimutés.

  • Parce qu’un référendum ne sert à rien

Les français ont voté pour un tocard, malheureusement, c'est mon avis. Pourquoi alors faire un référendum sur ce sujet particulier ? Il a bien été élu par le peuple, pour le peuple, sur son programme ? 

Pourquoi ne pas faire de référendum sur les 30 milliards d’impôts levés hier dans l’après midi par le Parlement ? Avons-nous fait un référendum sur l'abolition de l'esclavage, le droit de vote des femmes ou pour l’IVG ?

Les français ont choisi, qu’ils assument leurs choix.

  • Parce que ce qui se passe chez mon voisin ne me regarde pas

Toujours dans la continuité du référendum, pourquoi faut-il donner la parole au peuple sur ce sujet en particulier ?

Devons nous demander à Mme MICHU dans le Gers et à des retraités de Nice leurs avis sur le droit de Karine et de Sandra pour adopter ou d’élever avec une responsabilité commune leurs enfants ? Elle serait bien bonne en tout cas. Non, non…

  • Parce que d’autres pays ont franchi le cap et ne semblent pas meurtris

Faut-il encore les rappeler ?

 

Je crois en fait que ...

  • Ce monde manque d’amour

Un enfant a besoin d’amour pour grandir. De rien d’autre. Des sourires, de l'éducation, du soutient...

A la marge de ce projet de loi, je serais très en faveur pour revoir les règles d'adoption qui sont dans des dédales administratifs insondables. La rigidité, si absurde, s’oppose à des enfants en danger et laissés en pâture à leurs parents naturels.

Rappelons le fond, le cœur de cette discussion : l'adoption n'est pas un droit comme le droit de propriété, il n'est pas une affaire d'opinion ou de religion, c'est avant tout le droit pour un enfant d'être élevé dans de bonnes conditions.

Autant je trouve que le mariage n’est pas ma marotte. J’ai pu me « pacser », « faire famille » comme dirait Mme BERTINOTTI, il y a 7 ans et cela m’a convenu. Mais je comprends aussi que le mariage est une notion importante pour d’autres personnes.

Donnons à « ces gens », des Français comme vous et moi, les mêmes droits que la polulation majoritaire. 

La société évolue, les mœurs également et ce droit ne viendra pas empiéter sur les droits de la majorité. Et pour la cerise ? Cela ne coûte presque rien à l'état (pour une fois !)

 
Mon blog : http://nemeso.blogspot.fr/

Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

77 réactions à cet article    


  • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 14 septembre 2012 10:23

    Merci pour votre excellent article ! Vous avez réussi à résumer la situation de manière claire et concise.

    Cordialement,

    Giuseppe

     

     


    • COLRE COLRE 14 septembre 2012 12:58

      Complètement d’accord. Excellent article, sobre, argumenté, logique et, enfin, pétri de ce bon sens dont se prévalent si souvent les maniaques des convenances de genre, qui veulent régenter la vie des autres avec leurs bondieuseries. 

      Oui, bcp de bruit pour rien.

      L’autre soir, j’ai vu un reportage sur les suites du mariage homo en Belgique, 10 après. Le reportage rappelait les polémiques au moment de la loi et disait que, maintenant, plus personne n’y faisait attention et ne s’intéressait au sujet. 

      Un peu comme le PACS : vous en connaissez bcp qui aujourd’hui hurlent au scandale, la main sur la bible comme Boutin en pleine assemblée ?

      (bon courage pour le fil à devoir répéter indéfiniment les mêmes évidences aux mêmes trolls désoeuvrés et omniprésents…)


    • oncle archibald 14 septembre 2012 10:30

      Confusion, diarrhée verbale et mauvaise foi ...

      Prétendre que la famille « traditionnelle » celle qui fait que nous sommes là à discuter, résulte de la « tradition judéo chrétienne » alors qu’elle résulte d’abord de la physiologie et ensuite d’une organisation sociétale laïque, de lois de la république et non de l’église .. au point qu’il est interdit à l’église de marier des individus qui ne seraient pas préalablement mariés civilement ...

      Tirer argument du fait que le mariage n’apparaît plus une nécessité impérieuse dans la constitution de cette fameuse cellule familiale traditionnelle pour justifier le « mariage » de couples de même sexe et le droit pour ces couples d’adopter des enfants qui seront doublement punis, enfants abandonnés par leur parents biologiques, première malchance qui les met « hors normes », et élevés par des « faux parents » qui deuxième bizarrerie, ne sont pas un papa et une maman mais deux papas ou deux mamans .. Bingo, ceux la auront tirés le gros lot et leurs petits copains le leur feront savoir très tôt, dès la cour de récré de la maternelle !

      « Rappelons le fond, le cœur de cette discussion : l’adoption n’est pas un droit comme le droit de propriété, il n’est pas une affaire d’opinion ou de religion, c’est avant tout le droit pour un enfant d’être élevé dans de bonnes conditions. » 

      Je suis totalement d’accord avec ce que vous écrivez et je me demande comment vous pouvez en déduire que l’adoption par des homosexuels permet aussi bien que l’adoption par un couple « normal » de réaliser ce « droit de l’enfant » ...

      Enfin vous mélangez le cas des parents devenus homosexuels après avoir eu un enfant dans des conditions « normales » et celui de l’adoption par un couple homosexuel ... Rien à voir .. Dans le premier cas l’enfant a un papa et une maman parfaitement identifiés, plus un compagnon de son papa ou une compagne de sa maman ... C’est le problème de la famille recomposée .. dans le second cas c’est un enfant qui non seulement ne connait pas ses parents biologiques, que probablement il cherchera à connaitre comme ceux qui sont adoptés dans une famille « normale », mais qui devra en plus faire face à une seconde « anomalie majeure » ses parents adoptifs étant du même sexe ... Seuls les très très solides vont arriver à s’en sortir .. Il y a du boulot pour les psys en perspective ...

      Enfin, ultime mauvaise foi, vous voudriez faire admettre que seuls les « intégristes fanatiques » ne voient pas d’un bon oeil l’adoption d’enfants par des couples homosexuels ... Si tel était le cas vous n’auriez aucune raison de craindre un référendum sur cette question ...

      • JL JL 14 septembre 2012 10:58

        Le repliement de cet excellent commentaire d’Archibald, fait éclater aux yeux de tous, le fanatisme de l’auteur.


      • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 14 septembre 2012 11:11

        Confusion, diarrhée verbale et mauvaise foi ...

        C’est ainsi que commence le commentaire d’oncle archibald. Vous trouvez que l’auteur fait preuve de fanatisme en le repliant ? Je ne pense pas  ! Il y a des règles sur AgoraVox et l’auteur a bien eu raison de le replier. Inutile de s’acharner sur un auteur qui ne partage pas votre point de vue ! Il y a des façons plus courtoises pour engager un dialogue !

         


      • tikhomir 14 septembre 2012 11:19

        Monsieur Di Bella, inutile de parler de courtoisie vu comme vous traitez M. Escada de Civitas, car ça, ce n’était pas trop courtois. Mais je vois que vous, l’intégriste fanatique, soutenez un autre fanatique.

        Oui le commentaire d’oncle archibald ne méritait pas d’être replié et il est bon. Car oui, cet article est bien un vomi et l’auteur le dit dès le départ : il l’a écrit parce qu’il en a marre, alors qu’il n’avait pas prévu de traiter ce sujet initialement.


      • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 14 septembre 2012 11:24

        On parle d’un auteur ici ! Pas d’un fanatique intégrise maintes fois condamnés par la justice pour détournements de fonds !

        En tout cas, je constate que l’auteur a bien raison dans son analyse, à la vue des commentaires !


      • JL JL 14 septembre 2012 11:41

        Monsieur Di Bella,

        désolé de vous le dire, mais vous êtes réellement étanche à ce qu’on vous dit.

        Par exemple, sur l’argument de l’égalité que vous revendiquez : les homosexuels ne sont pas exclus du mariage (il n’y en a qu’un seul : l’hétérosexuel), ils s’en excluent d’eux-mêmes. Que répondez vous ?

        Cette revendication de l’égalité que vous mettez en avant est une absurdité que je ne chercherai pas à expliquer davantage : l’absurde comme l’humour ne s’expliquent pas. En revanche, les personnes insensibles à l’absurdité d’une chose sont par rapport à cette chose, comme les personnes dénuées d’humour : elles ne sont sur ce sujet, tout simplement pas crédibles.

        Ce n’est pas parce qu’on reconnait, voire célèbre un type d’union qu’il faudrait reconnaitre, célébrer tous les types d’union : cet égalitarisme dévoyé est une revendication récurrente des intégristes de toutes obédiences.

        Quid des maires qui sont opposés au mariage gay ? Si personne ne peut s’opposer au principe d’un mariage hétérosexuel, en revanche, chacun est libre d’approuver ou de refuser le mariage homo. Vous ne voyez toujours pas la différence ? Vous avez été conçu comment ? Réfléchissez, voyons !


      • ionysis 14 septembre 2012 11:46

        Bonjour,

        J’ai préféré replier l’article car j’ai trouvé que c’était me manquer de respect que de commencer par « Confusion, diarrhée verbale et mauvaise foi ... » Je ne me suis pas donné la peine de lire la suite.

        J’ai écrit cet article « avec mon coeur », en essayant de rester le plus objectof possible.
        J’invite à la dialectique, pas au fusillage de mon article.

        Bien à vous


      • tikhomir 14 septembre 2012 11:46

        @Di Bella

        Pour l’intégrisme, je parlais de vous, pas de l’auteur. Vous vous comportez comme les intégristes religieux et autres fanatiques, même façon de penser, même réflexes, même imperméabilité à toute forme d’argumentation, toujours à pleurnicher ou à mordre pour que votre cause avance, etc.


      • tikhomir 14 septembre 2012 12:09

        @ionysis

        Pourtant, c’est ce que vous faites aussi. Regardez :

        « réactions négatives, anti-égalitaires (dans un pays prétendu de gauche !) et stigmatisantes. »

        Donc toute personne s’affichant contre, se voit être celui qui « stigmatise », l’anti-égalitaire, l’arriéré à notre époque, le vilain de droite.... Et vous vous étonnez que des personnes soient un peu rudes à l’égard de ce que vous écrivez alors que vous faites de même ?

        Alors je vous en prie, n’essayez pas de faire passer l’autre pour le méchant et vous-même pour le gentil quand c’est vous qui verrouillez toute contre argumentation dès le début de votre article.

        Donc, soit le repli du commentaire d’oncle archibald n’a pas lieu d’être, soit, comme c’est dit plus haut, ce repli montre toute votre idéologie malsaine. Personnellement, je préfère croire que vous n’avez pas fait réellement attention à ce que vous écriviez et que vous l’avez écrit sous le coup de la passion (« avec votre cœur dites-vous ? ») et que vous saurez faire quelque chose de juste à l’égard du commentaire d’oncle archibald qui utilise pour vous la même mesure que vous utilisez pour nous (tous ceux qui sont contre) dans votre article.


      • oncle archibald 14 septembre 2012 12:30

        " J’ai préféré replier l’article car j’ai trouvé que c’était me manquer de respect que de commencer par « Confusion, diarrhée verbale et mauvaise foi ... » Je ne me suis pas donné la peine de lire la suite"


        Les premiers mots de mon post ne s’adressent pas à l’homme mais à l’article qu’il a écrit, et je ne me contente pas d’affirmer, j’argumente ... Il semble que certains autres contributeurs d’AV n’aient pas trouvé mon post sans intéret et je suis persuadé que vous l’avez lu. Sinon il est encore temps de le faire et d’y répondre autrement que par un geste de censure.

      • Aldous Aldous 14 septembre 2012 13:13

        le repliement du commentaire montre de quel coté se trouve l’intérgisme dans cette affaire.


        L’article ne demontre rien, il se contente de nier des realités (les référents parentaux n’exiteraient pas), à dialoliser ceux qui ne partagent pas son avis (les principes moraux releveraient de l’integrisme) et à faire des dysfonctionnements familiaux actuels de mauvais arguments pour detruire ce qui marche bien dans l’institution actuelle.

        Intellectuellement malhonnete.



      • Romain Desbois 14 septembre 2012 16:00

        JL
        "Si personne ne peut s’opposer au principe d’un mariage hétérosexuel, en revanche, chacun est libre d’approuver ou de refuser le mariage homo. Vous ne voyez toujours pas la différence ? Vous avez été conçu comment ? Réfléchissez, voyons !"

        Et qu’est ce qui vous fait affirmer cela comme loi d’airain si discriminatoire ?

        Que l’on conçoit les petits avec un mâle et une femelle ?

        Etes vous resté au temps où l’on ne pouvait procréer légalement que mariés ?

        Cette confusion volontaire n’est pas innocente.

        Dites clairement et franchement que la seule raison qui pousse à refuser les mêmes droits aux homos et aux hétéros, c’est que vous n’aimez pas les homos.

        On gagnera du temps que votre lâcheté fait perdre.


      • JL JL 14 septembre 2012 17:33

        C’est vous, Desbois, qui perdez votre contrôle.

        Dans deux posts consécutifs, vous m’insultez. Néanmoins, j’ai trop peu d’estime envers votre façon d’intervenir ici, pour m’en formaliser.

        Ceci dit, je ferai une réponse unique, puisque les deux attaques sont liées à la question de savoir s’il s’agit ici, de discuter d’un privilège ou d’un droit, et puisque c’est vous qui faites la nuance.

        Oui, je vous l’accorde, le mariage hétérosexuel est un privilège de fait pour ceux qui remplissent les conditions, notamment, épouser un conjoint de sexe opposé.

        Oui, je vous l’accorde, j’aurais pu écrire : "N’est-ce pas l’activiste Romains Desbois qui disait que quand on refuse à quelqu’un un droit, c’est parce qu’on veut un privilège pour soi  ?« 

        Mais, non, non et non : personne ne refuse aux homosexuels, le droit de se marier ; ce sont eux qui s’en excluent de fait et par choix !

         »Est-ce que vous pouvez comprendre ça, oui ou non ?!! "


      • JL JL 14 septembre 2012 10:54

        L’auteur se dit, je cite : " choqué qu’à notre époque, dans un pays « développé » comme le nôtre, nous ayons encore autant de réactions négatives, anti-égalitaires (dans un pays prétendu de gauche !) et stigmatisantes. Et de lire surtout qu’une minorité impose ses lois à une majorité"

        Charabia qui dit tout et son contraire  !

        Premièrement, la gauche, c’est précisément que la majorité décide, au contraire de la droite où c’est une minorité qui commande. Monsieur préfète-t-il que la minorité impose sa volonté ?

        Réactions anti-égalitaire ? Ce n’est pas parce que le maire prononce solennellement un mariage entre un homme et une femme, au nom de la communauté des êtres vivants tous nés de l’union d’un homme et d’une femme, donc tous approuvant cette union, qu’il faudrait que par égalitarisme (*), il prononce aussi la même chose entre deux êtres de même sexe, une union que personne n’est obligé d’approuver.

        L’auteur instrumentalise ici l’égalité comme ces intégristes musulmans qui, au nom de leur interprétation de laïcité ont entrepris d’islamiser la France.

        L’égalitarisme tant décrié par les libéraux est mis en avant ici pour faire avancer leurs projets masqués, à savoir, la marchandisation des êtres humains. Non contents de se prévaloir de leurs turpitudes, ces gens-là se prévalent des droits et principes que généralement ils refusent à la démocratie.

        Le mariage homosexuel est ridicule, mais n’a d’autre but que de permettre aux riches homosexuels d’adopter des enfants. Je ne crois pas que ce projet améliorera la condition des enfants dans le monde, bien au contraire.


        • ionysis 14 septembre 2012 12:01

          « Premièrement, la gauche, c’est précisément que la majorité décide, au contraire de la droite où c’est une minorité qui commande »
          > Lorsque la droite fut élue en 2007, c’est bien grâce à une majorité de Français qu’elle avait la légitimité de gouverne. Je propose de rediscuter de ce point, pour le cas de la gauche, dans quelques mois.

          "Ce n’est pas parce que le maire prononce solennellement un mariage entre un homme et une femme, au nom de la communauté des êtres vivants tous nés de l’union d’un homme et d’une femme, donc tous approuvant cette union« 
          > Tous approuvent ? Vous croyez ?
          > En parallèle de cela, je suis plutôt favorable au tout ou au rien. Soit on institutionnalise l’union de deux personnes (hétéro, homo), soit rien. Quel est la visée finale de cette union dans notre »civilisation«  ? Vous connaissez la réponse, alors pourquoi ne serais-ca pas applicable à des homos ?

           »la marchandisation des êtres humains« 
          > Mais que dites vous donc là ? Ou est-il question de »marchander« des enfants. C’est horrible ce que vous dites !

           »Non contents de se prévaloir de leurs turpitudes, ces gens-là se prévalent des droits et principes que généralement ils refusent à la démocratie« 
          > J’ai du mal à voir concrètement un exemple de cela. Vous pensiez à quoi ?

           »permettre aux riches homosexuels d’adopter des enfants« 
          > Et si vous aviez tort ? Et si ce n’était que parce que deux êtres avaient de l’amour à donner ? Ou d’atteindre une sorte »d’accomplissement" dans leur vie et leur union ?


        • JL JL 14 septembre 2012 12:21

          ionysis,

          au sujet de gauche droite, bien entendu, nous jouons sur les mots : je parlais de gauche droite, par définition. Pour moi, gauche est synonyme de lutte contre les inégalités économiques, et la droite c’est l’inverse : elle les favorise. Par conséquent, jamais une majorité ne pourrait approuver une politique qui encourage les inégalités.

          " tous approuvant cette union" Il faut comprendre au lieu de pinailler : j’ai clairement dit que personne ne peut désapprouver le principe de l’union d’un homme et d’une femme. Vous avez été conçu comment vous ? Pfff !

          Le tout ou rien ???? N’est-ce pas l’activiste Romains Desbois qui disait que quand on refuse à quelqu’un un privilège, c’est parce qu’on veut le garder pour soi ? Outre que cet argumentaire est ridicule, il invalide votre tout ou rien. En effet, refuser aux hétéros le mariage au motif que les homos n’y trouvent pas leur compte est une attitude des plus haïssables.

          Sur le sujet de la marchandisation, je vous renvoie à l’article de Gilbert Spagnolo qui et aux nombreux commentaires qui l’accompagnent. Renseignez vous sur le sujet que vous prétendez connaitre.


        • JL JL 14 septembre 2012 12:26

          Ceci dit, le « Tout ou rien » le mariage pour tous ou pour personne, dit clairement que ce mariage homosexuel a pour objet de tuer l’institution du mariage, on ne saurait être plus clair : ce n’est pas le mariage le but des activiste du mariage homosexuel, c’est la distinction entre ceux qui sont mariés et ceux qui ne le sont pas. Dans quel but ? Clairement la destruction de toute la politique familiale, dans tous ses aspects.


        • ionysis 14 septembre 2012 12:55

          « Vous avez été conçu comment vous ? Pfff ! »
          Au risque de vous étonner, par une mère et ... des gamètes mâles.
          Je ne sais pas qui est mon père (au sens filiation) ou le producteur des gamètes (au sens génétique) et cela ne me pose aucun problème, ni remord, ni perturbation. Je dirais même que ça m’est totalement égal.

          C’est ma mère et une femme qui m’ont élevé. Elles sont, hélas, hétéro ; j’aurais bien aimé avoir des mères lesbiennes pour être « à part » du standard admis de la bobonne et de son vieux qui viennent au conseil de classe. Elles m’ont donné une excellente éducation : doctorat et MBA. Je suis aujourd’hui « pacsé » (avec une femme -ouf j’évite le bûcher !). Heureusement que les parents de ma compagne sont de bon vieux hétéros composés d’un homme et d’une femme, cela « normalise » notre famille.

          Quel est donc le « bon » centre ? Quel est le « bon » modèle pour quelle civilisation ?
          Il n’y en a pas, je crois.

          Je le répète, ce qui compte, c’est l’amour que l’on témoigne à des enfants, à l’équilibre qu’on leur donne (équilibre ne veut pas dire homme+femme, j’étais très équilibré avec mes deux mamans), à l’éducation qu’on leur transmet, aux valeurs (respecter les autres, être ouvert, ne pas être haineux, ne pas tuer, ne pas voler, partager ...).

          Donc cessons de rabâcher avec une réalité qui existe déjà...


        • JL JL 14 septembre 2012 13:06

          ionysos,

          demain, c’est un individu cloné qui me répondra : même pas eu besoin de deux personnes !

          Votre vie personnelle ne regarde que vous et n’est en aucun cas un argumentaire. La vie privée c’est une chose, la vie publique et les institution une autre, n’en déplaise aux ultralibéraux.


        • JL JL 14 septembre 2012 13:14

          ionysis,

          vous écrivez ci-dessus, je cite : « Je suis aujourd’hui »pacsé« (avec une femme -ouf j’évite le bûcher !) »

          Et plus loin, à Schweizer, à 12H15, je re-cite : « Pensez vous que les hétérosexuels que nous sommes avons un rôle utile à la société ? »

          Seriez-vous en train de nous raconter des sornettes sur votre vie, qui je le répète, ne nous regarde pas ? Vos arguments - d’autorité, c’est ainsi que ça se dit - et vos contradictions vous disqualifient ici définitivement.


        • Aldous Aldous 14 septembre 2012 13:16

          En vous lisant on se rend compte au contraire que vous etes tres perturbé. L’absence du père sans doute.




        • JL JL 14 septembre 2012 13:16

          Au temps pour moi, j’avais lu homosexuels. Qu’importe, je le redis : votre orientation sexuelle ne regarde que vous, et nous sommes libre de croire que vous êtes hétéro comme de ne pas vous croire : de toutes façon, ça ne change rien à rien.


        • Romain Desbois 14 septembre 2012 16:06

          JL
          "N’est-ce pas l’activiste Romains Desbois qui disait que quand on refuse à quelqu’un un privilège, c’est parce qu’on veut le garder pour soi  ?"

          Ce serait bien de ne pas déformer les propos des autres (bien que heureux que mes arguments fasse autorité à vos yeux smiley )

          La phrase exacte est :

          Refuser un droit pour tous , c’est vouloir un privilège pour soi

          Etes vous en capacité intellectuelle de faire la différence ?


        • JL JL 14 septembre 2012 17:34

          Bis repetita placent :

          C’est vous, Desbois, qui perdez votre contrôle.

          Dans deux posts consécutifs, vous m’insultez. Néanmoins, j’ai trop peu d’estime envers votre façon d’intervenir ici, pour m’en formaliser.

          Ceci dit, je ferai une réponse unique, puisque les deux attaques sont liées à la question de savoir s’il s’agit ici, de discuter d’un privilège ou d’un droit, et puisque c’est vous qui faites la nuance.

          Oui, je vous l’accorde, le mariage hétérosexuel est un privilège de fait pour ceux qui remplissent les conditions, notamment, épouser un conjoint de sexe opposé.

          Oui, je vous l’accorde, j’aurais pu écrire : "N’est-ce pas l’activiste Romains Desbois qui disait que quand on refuse à quelqu’un un droit, c’est parce qu’on veut un privilège pour soi  ?"

          Mais, non, non et non : personne ne refuse aux homosexuels, le droit de se marier ; ce sont eux qui s’en excluent de fait et par choix !

          « Est-ce que vous pouvez comprendre ça, oui ou non ?!! »


        • Romain Desbois 14 septembre 2012 20:38

          JL
          Comme Amaury vous voyez des insultes partout.

          Etrange ce groupe de pseudos qui utilisent toujours les mêmes éléments de langage.


        • Romain Desbois 14 septembre 2012 20:41

          JL

          « La neutralité sert toujours l’oppresseur, jamais l’opprimé » ElieWiesel

          (c’est pour l’activiste)


        • JL JL 14 septembre 2012 11:28

          @ durae,

          c’est précisément dans les pays les plus libéraux comme dans les pays les plus archaïques, que l’enfant est le plus livré à sa famille. Cela est évident si l’Etat social est défaillant, les budgets d’aide à l’enfance réduits, ou supprimés (cf. les DDASS, etc.)

          Et ceci nous montre une fois de plus que le libéralisme nous ramène à l’archaïsme.


        • ionysis 14 septembre 2012 12:15

          Pensez vous que les hétérosexuels que nous sommes avons un rôle utile à la société ? Pourriez vous m’en dire davantage, car j’ai un peu de mal à m’y retrouver.

          "En outre, on ne pense pas assez à l’humiliante vergogne des parents qui, parlant d’un de leur rejeton avec des amis, finiraient, sous les questions, par être obligés d’avouer qu’il est marié avec un homme.« 
          > Ou avec une femme, non ? Ceci étant, ces personnes que je côtoie au travail ou dans mon entourage ne semblent pas souffrir de vergogne, ou de honte pour »avouer« ce qu’ils sont. A vous lire j’ai l’impression que c’est un crime ou un grand péché d’être... juste ce qu’ils sont. En fait, j’ai le sentiment que ces gens ne peuvent »être autre chose« . Je crois que si l’on me demandais d’être autre chose que ce qui est mon identité propre, je ne pourrai le faire : embrasser d’autres moeurs, vivre dans une civilisation différente de la mienne, accepter -si la société l’avait par exemple décrété- de vivre avec ma mère, et j’en passe. Ce que je veux dire qu’il existe une norme sociétale »majoritaire« et que cette dernière ne peut refuser de reconnaitre cette minorité.

          Dans un autre registre et sur un autre thème, pourquoi ces gens devraient participer à la collectivité (via des impôts, des aménagements de leur temps de travail par rapport à ceux de leurs collègues hétéros) pour financer l’éducation des rejetons des autres ? de financer les coûts de ramassages de bus, de participer indirectement aux aides versées aux nounous, aux allocations familiales, et même à la santé des enfants des autres ? Après tout, si in fine, ils ne sont concernés par cette »partie de vie de la société« pourquoi contribuaient ils ? A ceux qui rétorqueraient qu’eux même en ont bénéficié, j’aimerais rappeler que le principe de la »répartition" se fait à l’instant t et non en rendus de services de ce qui fut fait dans le passé (sinon nous parlons de capitalisation)


        • oncle archibald 14 septembre 2012 12:41

          Décidément vous mélangez tout ! « L’utilité sociale » des couples hétérosexuels n’est elle pas d’assurer la perpétuation de l’espece, par opposition aux homosexuels qui, pour cette tache essentielle, ne servent pas davantage que le jeu de bilboquet ou les taches de rousseur ... 

          Et sur la participation aux finances de la nation suivant l’intérêt direct que l’on peut trouver à leur emploi .. alors là ... Un mec qui n’est jamais malade devrait être dispensé de cotisations sociales, et on devrait rembourser les cotisations retraites aux héritiers de celui qui est mort à 40 ans .. Effarant !

        • tikhomir 14 septembre 2012 12:41

          Récurrent chez cet auteur apparemment de confondre les choses :

          schweizer.ch : Dans la mesure où l’homosexualité est aussi inutile
          ionysis : Pensez vous que les hétérosexuels que nous sommes avons un rôle utile à la société ?

          schweizer.ch par de l’homosexualité et ionysis des hétérosexuels et non de l’hétérosexualité. L’hétérosexualité est bien évidemment indispensable, contrairement à l’homosexualité.


        • Romain Desbois 14 septembre 2012 16:15

          le débat n’est pas de savoir si l’homosexualité est utile à la société (quoique l’argument dévoile bien les réelles raisons des opposants).

          Et si vous parlez de reproduction, les homosexuels ne sont pas stériles, c’est leur sexualité qui l’est.

          Tout comme l’est la fellation, le cunnilungus, la sodomie, la masturbation que pratiquent aussi les hétéros.

          Tout comme le coït interrompu, la contraception et indirectement l’avortement.

          A moins que vous osiez affirmer que les seuls relations sexuelles que vous avez, ne sont que dans l’esprit de procréer.

          Mauvaise foi et hypocrisie !!!!!


        • tikhomir 14 septembre 2012 17:04

          L’homosexualité étant inférieure, puisque stérile par nature, elle ne saurait être mise au même plan que l’hétérosexualité. Donc inutile de ramener ça à des pratiques sexuelle en voulant les sortir de leur contexte sexuel (homosexuel ou hétérosexuel).


        • Romain Desbois 14 septembre 2012 17:17

          thikomir

          Qui ramène toujours le sujet sur la procréation et les pratiques sexuelles ?!!!!

          On ne marie pas des pratiques sexuelles, on marie des êtres humains !

          On ne marie pas les gens pour qu’ils puissent procréer !

          Et ce n’est pas parce que l’on est homosexuel que l’on est stérile.


        • ionysis 14 septembre 2012 17:34

          « L’homosexualité étant inférieure »
          Je suppose qu’en étant handicapé on l’est aussi tikomir ?


        • tikhomir 14 septembre 2012 17:38

          « Qui ramène toujours le sujet sur la procréation et les pratiques sexuelles ?!!! »

          Vous à priori, relisez votre commentaire plus au dessus.

          « On ne marie pas des pratiques sexuelles, on marie des êtres humains ! »

          Vous êtes un génie.

          « On ne marie pas les gens pour qu’ils puissent procréer ! »

          Je reconnais encore votre génie ici qui nous dit qu’il n’y a pas besoin d’être marié pour faire des enfants. Mais on ne les marie pas non plus parce qu’ils sont amoureux, l’Etat n’ayant pas à reconnaître les sentiments des gens.

          « Et ce n’est pas parce que l’on est homosexuel que l’on est stérile. »

          Vrai, mais comme vous l’avez déjà rappelé, la relation est stérile, pourquoi vouloir reconnaître des unions stériles ? Si on ne marie pas pour reconnaître l’amour des gens par l’Etat, ni spécialement pour avoir le droit de faire des enfants, c’est pour quoi à votre avis ?


        • tikhomir 14 septembre 2012 17:40

          @ionysis

          Vous confondez la sexualité avec la personne. Une personne n’est pas une sexualité. Je n’ai pas dit que les personnes homosexuelles étaient inférieures, j’ai dit que leur sexualité est inférieure à l’hétérosexualité.

          Cessez donc de faire ces confusions, ça ne prend pas un instant.


        • Romain Desbois 14 septembre 2012 19:01

          tikhomir

          votre malhonnêteté intellectuelle dépasse l’entendement.

          Je vous cite :
          "...il n’y a pas besoin d’être marié pour faire des enfants. Mais on ne les marie pas non plus parce qu’ils sont amoureux, l’Etat n’ayant pas à reconnaître les sentiments des gens.
          .../...


          Vrai, mais comme vous l’avez déjà rappelé, la relation est stérile, pourquoi vouloir reconnaître des unions stériles ? Si on ne marie pas pour reconnaître l’amour des gens par l’Etat, ni spécialement pour avoir le droit de faire des enfants, c’est pour quoi à votre avis ?"

          L’état ne reconnait pas le sentiment des gens et reconnait déjà les unions stériles !!!!!

          Vos arguments ne s’appliquent qu’aux homos et s’inversent pour les hétéros, étrange.

          Allez avouer que vous n’aimez pas les homos . Point barre. C’est la seule raison rationnelle


        • Romain Desbois 15 septembre 2012 14:28

          Schweizer

          Justement c’est ce dénoncent les assoc d’homos ; l’Etat se base sur leur sexualité pour leur interdire le mariage.

          Nous sommes donc d’accord. Marions les éboueurs qu’ils soient homos ou pas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

ionysis


Voir ses articles







Palmarès