Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Novembre – brèves sur la politique de sécurité ou les dernières (...)

Novembre – brèves sur la politique de sécurité ou les dernières gesticulations pour endormir les policiers, les gendarmes et les citoyens

Drames en série : Nouveaux suicides en Gendarmerie. C’est la garde républicaine, caserne Nouvelle France à PARIS, qui est touchée par un nouveau suicide qui s’est produit le 16 octobre. Nous ignorons les causes exactes de ce drame ni de quelle façon il s’est produit mais il semblerait que la victime âgée de moins de 30 ans se trouvait face à un problème sentimental. Le 20 octobre un autre garde se serait également donné la mort dans des circonstances ignorées.

 Le 20 octobre, une vive émotion s’est manifestée à Bourges lors des obsèques nationales d'Anne Pavageau en présence de nombreux policiers. A 15 heures une minute de silence a été observée dans tous les commissariats et toutes les gendarmeries de France pour rendre un dernier hommage à cette policière mère de famille. Si le geste fou de l’homme qui l’a tuée à coups de sabre reste incompréhensible, c’est aussi l’incompréhension qui domine à l’annonce d’un nouveau suicide, celui d’un jeune policier d’une trentaine d’années la nuit suivante. Récemment affecté à Vaulx-en-Velin (69) ce père de famille s’est donné la mort avec son arme de service pour des raisons qui restent à déterminer. Ce suicide intervient une semaine après celui d'un jeune policier de 27 ans, père de famille également, récemment affecté à Villeneuve-sur-Lot qui s'est donné la mort à son domicile. Une nouvelle fois les services de sécurité sont en deuil.
 Un gendarme se suicide dans l’Oise. Cette information va sembler banale tant elle se répète au long des semaines. Ce jeune gendarme de la brigade de Verberie (Oise) avait 28 ans, il a choisi de nous quitter le 21 octobre, nous ne savons pas pourquoi et nous ne le saurons peut-être jamais, il nous reste le chagrin d’une famille, la tristesse de ses amis et camarades que nous partageons.

 Nouveau drame chez les policiers. Ce sont les corps d’un gardien de la paix récemment affecté à Nantes et celui de son épouse qui ont été retrouvés à leur domicile de Saint-Mars-du-Désert le 23 octobre. L’enquête semble vouloir établir que l’homme a tiré sur son épouse avant de retourner l’arme contre lui. De là à dire qu’il s’agit d’un drame familial le pas est rapidement franchi. Nous nous posons la question de savoir dans quelle mesure les conditions de travail interfèrent dans la vie familiale et peuvent conduire à ce genre de drame. Nous nous associons à la douleur des familles et des proches.


 26 octobre, les 90 fonctionnaires de la CRS de Toulouse ont été relevés au bout de deux jours. Pas d’épidémie à déplorer. Simplement, les intéressés n’ont pas relevé suffisamment d’infractions et n’ont pas procédé aux 4 interpellations quotidiennes qui leur sont demandées. A aucun moment il ne nous viendrait à l’idée d’évoquer des quotas imposés mais nous pensons que ces fonctionnaires feront « ceinture » pour la prime de mérite. La compagnie de La Rochelle a assuré la relève.


 26 Octobre, Claude Guéant au forum de la presse régionale dans le Nord : Morceaux choisis : Au sujet des patrouilleurs : À Lille, nous comptons 1 065 patrouilles supplémentaires pour la même période, dont 333 (pas 334) pédestres. Je compte en faire davantage encore, en sollicitant les fonctionnaires actifs qui sont dans des bureaux, qui ne sont pas handicapés par des blessures. Sur huit heures de présence, ils peuvent consacrer deux heures à des patrouilles. Je compte aussi réduire le nombre de mises à disposition au profit des organisations syndicales. Dont acte monsieur le ministre attendons la réaction des syndicats. Le 28.10 à Bordeaux, nouvelle mise en avant des policiers "patrouilleurs" qui permettent des arrestations en flagrant délit (des exemples SVP) en septembre on compte 30000 patrouilles de plus qu’en juin. Il pourrait préciser au contribuable que c’est économique, l’entretien de chaussures, rollers ou bicyclettes est moins onéreux que celui des voitures. Pour récupérer les écologistes il pourrait aussi préciser les tonnes de CO2 économisées en remplaçant les chevaux vapeur par le muscle.


 27 octobre. Quand le président de la République s’emmêle dans les chiffres. A l’occasion de sa prestation télévisée, le président de la République a évoqué 150 000 policiers et 120 000 gendarmes dont 5 % sont tués ou gravement blessés au cours de l’année. Tout d’abord il faut remettre les « pendules à l’heure » il n’y a plus 120000 gendarmes depuis bien longtemps, depuis que le président de la République en a éliminé plus de 20000 avec sa RGPP, ils restent à moins de 100 000 parmi lesquels des civils, des administratifs et des gendarmes adjoints volontaires. Si l’on s’en tient aux chiffres donnés ce serait une trentaine de policiers et gendarmes qui seraient blessés ou tués chaque jour, heureusement on n’en est pas encore là. Qui a pu donner ces chiffres au président Sarkozy, certainement un conseiller dont il ferait bien de se séparer.

 
 Trois nouveaux suicides dans la police. Ces actes irréversibles se sont produits entre le 29 octobre et le 3 novembre. Le premier à Nice (06) où un fonctionnaire de 36 ans a mis fin à ses jours avec son arme de service. Il demandait depuis plusieurs années un rapprochement près de sa compagne, gendarme dans le centre de la France.

 Le second drame concerne un fonctionnaire de la CRS 29 de Lannemezan (65) âgé de 39 ans il était père d’une fillette.

 Un troisième policier âgé d'une trentaine d'années, affecté au commissariat de Strasbourg, s’est donné la mort avec son arme de service à son domicile d’Ernstein (67). Aucun renseignement ne filtre sur les causes de ces trois suicides. Il semble que devant ce problème la police soit aussi « muette » que la gendarmerie.

 Recrutement de conjoints de policiers ou gendarmes décédés en service étendu aux pacsés. C’est une dépêche AFP qui nous apprend que le 1 er novembre, suite à un décret publié au journal officiel, les conjoints pacsés de policiers ou gendarmes tués en service pourront, au même titre que les mariés, être recrutés sans concours dans la fonction publique. Le décret précise que depuis 1995 cette possibilité était offerte par la loi aux conjoints de policiers. Le saviez-vous ? Ce n’est que depuis le 14 mars 2011 que les conjoints de gendarmes pouvaient en profiter. Existait-t-il une disparité de traitement ?

 

 Les suicides ça suffit. Des dizaines de policiers et de gendarmes se sont donnés la mort depuis le début de l’année. Le 9 novembre c'était un gendarme de Thann (68) âgé de 42 ans. Quand nous lisons dans la presse : « De source proche de l’enquête, on incitait à la prudence dans cette affaire, ajoutant que ce suicide pouvait avoir de multiples raisons, y compris d’ordre privé », nous invitons les informateurs à faire leur travail d’enquête avant de se prononcer et à donner leurs conclusions à l’issue de leurs investigations. Nous savons pertinemment qu’une chape de plomb va recouvrir cette affaire et que nous ne serons jamais tenus informés. A chaque fois la hiérarchie invoque des difficultés « personnelles ou familiales » pour s’exonérer de toute responsabilité. On oublie volontairement de préciser que dans ces métiers, police et gendarmerie, la vie professionnelle est totalement imbriquée dans la vie privée et familiale. Il devient nécessaire de mettre un coup de frein à ces suicides dont le chiffre ne cesse de croître. Il serait temps que les spécialistes s’impliquent dans le mal être des membres des forces de sécurité avant qu’ils ne passent à l’acte. Les cellules psychologiques qui se mettent en place après un drame pour soutenir les gendarmes feraient mieux de s’impliquer auprès des personnels en difficulté avant qu’ils n’attentent à leurs jours. Il faut que le commandement prenne en charge ce problème, qui ne cesse de s’étendre, par une meilleure formation et surtout une écoute réelle des gens en difficulté. Il est également important qu’on cesse de vouloir cacher au public la réalité de ces suicides à répétitions.

 C dans l’air, mise au point. A l’occasion de l’émission de l’incontournable « C dans l’air » du jeudi 10 novembre 2011 nous avons pu apprécier l’honnêteté intellectuelle de la responsable d’un syndicat de commissaires. Cette émission intitulée « les ripoux : comme au cinéma » traitait des quelques affaires de hauts fonctionnaires de la police qui ont été pris « les doigts dans le pot de confiture ». Nous laissons la justice faire son travail sur ces dossiers qui ont défrayé la chronique. Nous ne pouvons cependant ignorer l’affirmation d’une « commissaire divisionnaire » responsable d’un syndicat (ce qui lui vaut d’être détachée pour assurer cette fonction). Elle a affirmé sans sourcilier que la gendarmerie connaissait les mêmes ripoux que la police mais que les faits étaient dissimulés dans son cas. Quelques réflexions sur le plateau ont permis de souligner que la gendarmerie restait une grande muette mais surtout que, contrairement à un commissaire, un officier de gendarmerie n’effectuait que rarement plus de quatre années au même poste ce qui n’est pas le cas des responsables de la police qui font parfois partie des meubles dans certains services. Les changements de postes évitent de se mêler à la voyoucratie et, en sus, cela empêche les officiers de trop s’attacher à des politiques futurs dirigeants de l’Etat. Nous aurions aussi aimé entendre que les méthodes de travail des gendarmes sont totalement différentes de celles des policiers. Contrairement à ces derniers les gendarmes ne disposent pas de frais de représentation ou d’enveloppes destinées à rémunérer les indicateurs. Le règlement gendarmerie ne disait il pas que le renseignement était à rechercher dans les couches saines de la population ? Nous suggérons à monsieur Yves Calvi que, devant de telles énormités, il demande à ses interlocuteurs de citer des exemples.


 18 novembre, le conseil constitutionnel se prononce sur les attaques violentes des avocats contre les dispositions de la nouvelle garde à vue. Dispositions contestées le 8 novembre. Sans entrer dans le détail nous pouvons déjà dire que les avocats réclamaient toujours plus de pouvoir durant la garde à vue avec des enquêteurs pratiquement « mis à leur disposition ». Ils seraient devenus ainsi les acteurs principaux de la garde à vue. Peut-être un moyen pour combler le manque d’effectifs chez les enquêteurs qu’ils sont tout disposés à suppléer. Bien entendu rien concernant l’assistance aux victimes, il semble que certains avocats se limitent à la défense des personnes soupçonnées. Le conseil constitutionnel a simplement précisé que : « toute personne placée sous le régime de « l'audition libre » devra être informée de la nature et de la date de l'infraction qu'on la soupçonne d'avoir commise et de son droit de quitter à tout moment les locaux de police ou de gendarmerie ».

 

Christian CONTINI

 

Et d’autres articles dans le magazine N° 26 de décembre 2011 de l’Association Gendarmes et Citoyens :

http://issuu.com/agecassociation/docs/agec_magazine_decembre_2011_335_md

ou sur le site :

http://sites.google.com/site/assogendarmesetcitoyens/

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 24 novembre 2011 13:20

    Le discours sécuritaire permet, aux classes dominantes, de mener une politique
    d’agression inouïe contre les classes populaires, en se présentant sous un visage
    protecteur et universaliste. Parler de lutte contre l’insécurité, c’est construire une
    représentation rassurante du pouvoir en place et justifier toutes les régressions
    sociales et démocratiques par la nécessité de vaincre les ennemis de la liberté et de la
    sécurité..........
    http://2ccr.unblog.fr/2011/05/05/le-discourt-securitaire/


    • PANDORERH 24 novembre 2011 17:56

      Vu à la télé !!
      Pas moins de trois Colonels surpris « à glander » sur les lieux du crime au CHAMBON sur LIGNON. Pas de doutes, la Gendarmerie est devenue une armée mexicaine ! Dur désormais de trouver dans une brigade un simple gendarme dit de base. Gâce à notre gouvernement notammrnt depuis 2002 et au nom de la SAINTE PARITE POLICE/GENDARMERIE tout le monde a pris du galon mais les effectifs globaux sont bien à la baisse catastrophique sans compter les « sous-gendarmes » venus soi disant grossir les effectifs et qui sont des poids morts.
      Nous on ne veut pas de fusion (rampante en général) avec la Police. Nous n’avons strictemrnt rien à nous dire. Nos moules ne sont pas du même modèle. Mais nous ne voulons pas non plus de Syndicats mais de vraies instances de concertation internes avec des chefs qui nous défendent. Or depuis 2002 nos trois derniers Directeurs généraux (Cinq étoiles) ont lamentablement bradé la maiison. Il faut que cela s’arrête et définitivement !
      Les français tiennent à conserver leur Gendarmerie qui peut être un vrai contrepoids républicain. Qu’on se lr dise


      • cti41 cti41 24 novembre 2011 18:13

        Ce constat est particulièrement lucide malheureusement. Il y a quelques jours un officier supérieur était très en verve pour me faire remarquer que de nombreux sous-officiers avaient accédé au rang d’officier. Il a oublié de préciser combien de postes d’officiers supérieurs (dont il bénéficie) ou de généraux ont été aussi créer par ce repyramidage. A ma question de savoir combien ça avait coûté en poste de sous-officiers supprimés ou remplacés par des gendarmes adjoints, des administratifs ou des civils, j’attends toujours une réponse. Pour la petite histoire la compagnie où j’ai travaillé jusqu’à 1999 comprenait 1 officier, deux majors et dix gendarmes auxiliaires pour un effectif total d’une centaine. Aujourd’hui il reste 84 personnels dont trois capitaines quatre majors et une multitude de gendarmes adjoints volontaires. La denrée qui devient la plus rare, c’est le gendarme, sous-officier non gradé.


      • GENDSTAS 24 novembre 2011 18:06

        Bonsoir,

        Entièrement d’accord avec vous, laissons la rue aux voyous et aux chauffards, comme cela il n’y aura plus de problème pour les finances publiques, les principales victimes étant généralement les plus faibles et les plus âgés.
        Il faut arrêté de rêver de la Corée du Nord.

        • PANDORERH 24 novembre 2011 23:23

          Il faut que les français soutiennent fort « leurs » gendarmes

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès