Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Obésité : on demande à Québec de taxer les contribuables

Obésité : on demande à Québec de taxer les contribuables

Apdorais_22André Chagnon, fondateur de la compagnie Vidéotron, est prêt à investir 400 millions de dollars pour venir en aide aux jeunes obèses à la condition que le gouvernement québécois en investisse autant. Toutefois, puisque toute aide gouvernementale est accompagnée d’une nuisance, c’est-à-dire d’un appauvrissement des contribuables, le gouvernement devrait leur laisser cette décision, et par conséquent dire « non, merci » à M. Chagnon. Si ce dernier veut aider les jeunes à l’aide de sa fondation, on doit l’applaudir. Mais s’il veut les aider en nuisant à d’autres, on doit le dénoncer. Si l’on considère que l’imposition n’est pas une nuisance, alors qu’on laisse à ceux qui sont toujours prêts à imposer autrui le soin de faire du porte à porte pour amasser les fonds.

Cependant, il est important de différencier l’homme qui veut aider autrui en incitant le gouvernement à utiliser son pouvoir de taxation et de réglementation, et le politicien qui met ceux-ci en application. Le premier incite, le second contraint. Celui-là a le mérite d’être franc, alors que celui-ci a tendance à n’évoquer que les bénéficiaires de son action. Pourtant, les contribuables auraient plus de moyens d’aider autrui si on leur en laissait le choix (et plus d’argent dans leurs poches). Et quand bien même ils n’aideraient pas autrui, cela ne constitue pas une raison suffisante pour les contraindre à payer selon les choix des autres. Cette façon d’agir est aussi inefficace qu’injuste, mais elle est légale. Malheureusement, pour les étatistes, la légalité, aussi cruelle soit-elle, ne peut être remise en question, car elle est incontestable et indépassable, comme un dogme.

On pense déjà à interdire les chaînes de restauration rapide dans les écoles, sous le prétexte que les jeunes ne sauraient être tenus responsables de ce qu’ils mangent. J’entends déjà les syndicalistes et les « progressistes » inciter les gouvernements à taxer de manière « punitive » les chocolatiers, les producteurs de crème glacée, croustilles et boissons gazeuses. Il faut bien payer le système public des soins de santé ! Pour l’étatiste, ce système ne saurait être remis en question, alors pour le maintenir il doit taxer, interdire et réglementer davantage. On cherche des coupables. Les entreprises de tabac sont appelées à passer à la caisse, mais on en veut d’autres. Les entreprises de « malbouffe » sont dans la ligne de mire.

La responsabilité individuelle est mise au rancard. Pas question de faire attention à ce qu’on mange ou à ses relations sexuelles, puisqu’il y a un système public de santé. Pas question d’accepter n’importe quel petit boulot ou de se procurer une assurance-habitation, puisqu’il y a l’aide sociale. Pas question de choisir un domaine d’études « en demande », puisqu’il y a les prêts et bourses. Pas question de s’établir au pays en sachant parler le français et l’anglais, puisque les cours sont payés par le MICC et Emploi-Québec. Pas question de se loger selon ses moyens, puisqu’il y a des logements « sociaux ». Pas question de s’empêcher de faire carrière dans les arts, puisqu’il y a des subventions. Etc.

Il ne s’agit pas de nier la difficulté des responsabilités à prendre, mais de réaliser qu’on s’en éloigne davantage, à faire payer les contribuables. Si on veut établir une entraide digne du nom, il faut que le gouvernement cesse de s’en mêler. Il est déjà enseveli sous les dettes avec les systèmes de santé, de garderie et d’assurances en tous genres, on doit donc lui demander non pas d’en faire plus, mais moins. Un gouvernement n’aide pas sans nuire, par conséquent il réduit autant les ressources qui permettent de l’établir que l’initiative qui permet à l’homme de se développer et de s’épanouir.

André Dorais


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • marsu (---.---.143.239) 4 octobre 2005 13:18

    tout ça serait vrai si l’impot touchait les gens de la même façon, mais c’est pas vraiment le cas.

    Dire que l’impôt est une nuisance c’est ne rien avoir compris au fonctionnement d’un état. Je sais bien que les finances publiques ne sont pas toujours super bien utilisée, mais faut pas déconner...

    Bref, je ne sais que dire en lisant une diatribe aussi anarchiste supposant que laisser l’argent dans les poches de ceux qui en ont est le meilleur moyen pour qu’ils la donne à ceux qui en ont besoin...

    Faudra bien payer à un moment (si ce n’est pas pour la prévention, ce sera pour les dépenses de santé) et quoi de mieux qu’un état pour gérer une action commune ?


    • Michel Monette 5 octobre 2005 02:45

      Nous sommes d’accord sur un point : aucun gouvernement ne peut lier ses choix à une aide privée, aussi généreuse celle-ci soit-elle. Pour le reste, c’est le discours anti-État habituel. Que dire, sinon que nous sommes ébahis devant tant de faussetés. Ce que fait l’État est un choix collectif et ma foi, dans le cas du Québec c’est un choix des plus sensés. Je vous conseille la lecture du texte suivant, de Jean-François Lisée, (format Word) : Un mauvais procès au modèle québécois — Étude des pièces à conviction (texte intégral avec tableaux).


      • Lise (---.---.156.77) 10 octobre 2005 01:12

        Enfin un discourt intelligent ! je suis tellement tanné de payer pour

        les choix des autres. Quelle est cette tendance à vouloir que le gouvernement se mêle de tout. J’en ai vraiement ras le pon pon.. !!

        Est-ce que le gouvernement va aller jusqu’à contrôler ce que les gens mettent dans leur assiette ??

        Pourquoi que les écoles ou établissements scolaires dotés d’une cafétéria fournissent à nos enfants , des aliments dits : ’’malbouffe’’ ?

        Est-ce si difficile de faire le choix de leur offrir que des repas santé ?

        Faut-il absolument que le gouvernement s’en mêle pour qu’une école responsable fasse un choix ?

        Si l’enfant avec de l’argent de poche, décide de foutre son lunch santé à la poubelle et qu’il décide de traverser la rue pour aller chercher une bonne Pizza (le gouvernment va-t-il mandaté un surveillant aux portes des restaurants fast food ?

        C’est abbérant.. !

        Et vous les dentistes , qu’est-ce que vous attendez pour vous manifester Allez-y le gouvernement peut sûrement vous aider davantage. Je serais prête à donner 1Million en autant que le gouvernement en débourse autant, afin que tous les enfants puissent avoir de belles dents blanches.. on pourrait même demander à chaque professeur de bien brosser les dents de chaque enfant avant de commencer sa classe.

        Otons donc ainsi toute responsabilité aux parents et vogue la galère !!!!!!!!!

        Responsabilité collective mon oeil Plutot maternage de l’Etat !


        • steph (---.---.19.140) 4 avril 2006 20:52

          tant qu’a y etre demander au gens d’aller se peser ch annee et taxer les selon leur poids ............non mais a quand on gouvernement qui sauras reflechir ........

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès