Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > On a fait une connerie ! S’il vous plaît...ma copine...

On a fait une connerie ! S’il vous plaît...ma copine...

« On a fait une connerie ! S’il vous plaît...ma copine...ma copine... ».
Ce sont les cris qu’ont entendu Rida et un voisin alors qu’ils étaient sortis après avoir entendu « une énorme explosion ».

Rida habite à Cognin en Savoie, à côté d’une friche industrielle, celle de l’ancienne soierie Solidoro où, en fin de semaine dernière, une jeune femme est morte et son ami a été grièvement blessé.
Alerté par les cris, ils trouvent Mickaël, qui, par un effort surhumain, a réussi, malgré ses blessures, à sortir de l’usine et à demander de l’aide.
 
Les deux voisins pensaient d’abord à une explosion de bouteille de gaz et se demandent encore comment le jeune homme a pu sortir du bâtiment et se traîner jusqu’au lieu où ils l’ont trouvé...
"J’étais en train de jouer aux cartes avec mon voisin Cédric, lorsque nous avons entendu un grand " boum ". C’était un bruit sourd, terrible. Ça a fait trembler toute la maison"...
"On n’a pas tout de suite pensé à l’usine. Nous avons d’abord cherché des flammes, puis une vingtaine de minutes plus tard on a entendu un appel au secours"...
Les deux hommes, munis de lampes de poche, sont partis en direction de l’endroit d’où venaient « les gémissements ». Ils ont retrouvé un jeune homme « défiguré » au bord du ruisseau qui jouxte le bâtiment. « Il n’avait plus de visage et avait un bras en sale état ». Il m’a dit " on a fait une connerie ". Puis, il a ajouté qu’une « copine se trouvait à l’intérieur »
 
La copine de Mickaël, Zoé, n’a pas eu la même chance, elle a perdu la vie dans cette usine désaffectée. Elle était originaire de l’Ardêche, elle avait 23 ans. Elle avait déjà été "repérée" lors de manifestations altermondialistes. Sans domicile fixe, elle avait une adresse postale dans un refuge pour sans-abris à Chambéry, aux Pilos, ce qui a fait qu’une grosse intervention policière y soit menée ce lundi 4 mai.
Autour de 16h00, 7 cars de gendarmerie ont bloqués tout le quartier et les policiers ont perquisitionné plusieurs bâtiments : la salle Jean Vilar, les Pilos.
 
"La partie des Pilos, était investi depuis des mois par des groupes, artistiques, alternatifs, et squateurs, la mairie en connaissance de cause avait une attitude tolérante. La Mairie a cependant assignée ces habitants, devant le tribunal, le 26 mai 2009, en vue d’une expulsion. Depuis des mois, le lieu était devenu un lieu d’animation et de culture alternatif où se pressaient beaucoup de jeunes et moins jeunes Chambériens où se déroulaient :

- des concerts

- des expositions de peintures 

- des stages de rythmes africains

- des groupes de Hip-hop, ne pouvant plus répéter à la MJC venaient dans les locaux des Pilos."
 
D’après Sylvain Muscio, du Dauphiné Libéré : "Les Pilos sont un squat, occupé illégalement par une vingtaine de personne depuis le mois de septembre 2008 par des "étudiants en souffrance de logement ". Selon lui, Zoé et Mickaël appartiendraient à la "mouvance autonome"... Le couple se trouvait dans la région de Chambéry depuis une année. Ils avaient habité dans "un squat de Cognin" pendant six mois, puis avaient été expulsés lorsque les recours avaient autorisé l’intervention de la police. Ils s’étaient donc rapprochés des "Pilos".
Tout le quartier a été bouclé par plus d’une centaine de militaires, de policiers, d’enquêteurs en quelques minutes. 7 personnes ont été entendus par la police.
 
Après la fouille des Pilos, la police s’est rendue au "logement de Zoé, qui vivait dans une petit maison à Chambéry, dans le quartier du Biolay. Les enquêteurs y sont ressortis avec des sacs plastiques scellés, dont des produits de jardinage...
 
Mickaël, quant à lui, n’a toujours pas pu être entendu par les enquêteurs. Il est hospitalisé à Lyon et toujours dans le coma.
 
A Cognin, les habitants ne sont pas trop surpris : "On voit souvent des jeunes du coin mais aussi des squatters traîner. Il y a deux ans, en mai 2007 un feu avait déjà pris à l’intérieur "..." On a toujours dit que ce lieu était dangereux et qu’il fallait faire quelque chose. Si la déflagration avait été plus forte, nos maisons auraient pu sauter !".
 
Il est malheureux que la mobilisation des moyens ne se fassent toujours qu’une fois que l’accident est arrivé, et encore, uniquement dans un soucis sécuritaire. Chronologiquement, tout a été fait pour que ces jeunes soient de plus en plus marginalisés et que leur mode de vie soit à la limite de la légalité.
 
Sources : Jura Libertaire - Dauphiné Libéré - Le Quotidien de la Réunion et de l’ Océan Indien
 

Documents joints à cet article

On a fait une connerie ! S'il vous plaît...ma copine... On a fait une connerie ! S'il vous plaît...ma copine...

Moyenne des avis sur cet article :  2.86/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

117 réactions à cet article    


  • Relladyant icare 6 mai 2009 13:38

    Beaucoup de blabla, mais on se toujours pas ce qui a pété...


    • jako jako 6 mai 2009 13:53

      Icare , dans l’article il y a cela « dont des produits de jardinage... »
      On ne peux pas donner la recette ici scrogneugneu...
      Moi je trouve cet article plutot bien ficelé merci à l’auteur


    • E-fred E-fred 6 mai 2009 13:59

      Beaucoup de blabla, mais on se toujours pas ce qui a pété...

      Une jeune personne est morte, pour info...


    • E-fred E-fred 6 mai 2009 14:30

      à jako

      A première vue, personne ne s’émeut vraiment de la mort de cette jeune femme et du jeune homme qui est encore dans le coma.
      Ce qui intéresse le « lecteur », c’est plutôt le comment et avec quoi,.. ;désolé, il faudra attendre les « résultats » de la police scientifique...bien que les enquêteurs ont plutôt choisit de « remonter une filière »...plus de 100 policiers dans un quartier de Chambéry pour un couple de sdf...bon sang...les pouvoirs publics auraient-ils pris des mesures sérieuses en ce qui concerne le droits au logement ?

      Qu’est ce qu’on peux déduire d’après ce que les deux voisins ont vu ?
      Une grosse explosion - pas de feu (car ils cherchaient d’abord des flammes) - pas d’éclats qui auraient déchiquetés les deux victimes.
      Mickaël a été trouvé seulement au bout de vingt minutes, il faut ajouter le temps d’appeller les secours et le temps pour ceux-çi d’intervenir...donc au moins une grosse demie-heure avant que les victimes ne soient réellement prisent en charge...qu’ont fait nos deux voisins comme gestes de premiers secours ? La jeune femme n’étaient peut-être pas morte sur le coup...
      Je rappelle que les pompiers et secouristes sont tenus au devoir de discertion professionnel.


    • telemaq 6 mai 2009 13:43

      aucune info dans cet article
      des « on-dit », des « mouvance autonome » (? ??), du blabla....

      @ l’auteur, c’est écrit comme pour faire du sensationnel, on attend la chute, l’info clef, mais rien ne vient.
      Peut mieux faire (vraiment)


      • E-fred E-fred 6 mai 2009 14:04

        « aucune info dans cet article »

        Quelle sortes d’infos attendiez-vous ?

        « on attend la chute »

        Une personne est morte, pour rappel et l’autre et dans le coma depuis vendredi soir dans un hôpital de Lyon. Il a survécu à une explosion...il est défiguré et sérieusement blessé au bras...vous le saviez avant d’avoir lu cet article ?


      • Relladyant icare 6 mai 2009 23:01

        « Une personne est morte », « une personne est morte », oui et ? C’est ça l’article, c’est ça l’info ?

        Mort de quoi, mort comment, mort par la faute de qui, on ne sait pas, mais quelqu’un est mort, alors mettons nous en cerlce et pleurons tous !

        Des ersatz de réflexions timides sur la reponsabilités de l’Etat (on attend quelque part un « c’est la faute de Sarko », mais ça ne vient pas). Non, vraiment, il faudrait mettre un avertissement à l’attention des mal-comprennant comme moi pour qu’on sache ce qu’on est supposé comprendre.

        Bon allez, je me risque à une info : des « marginaux », des désherbants, une explosion et un mec qui en réchappe en disant « on a merdé », bref, on a voulu faire une bombinette et on s’est chié dessus, maintenant, ca va être la faute de l’Etat, de Sarko, voire de Lehman Brothers !


      • appoline appoline 10 mai 2009 20:18

        @ Icare,
        Vous voyez juste. Chaque action a obligatoirement ses conséquences et nous devons en accepter la responsabilité. Des milliers de gens meurent tous les jours et pour des raisons autrement plus importantes que faire joujou avec un produit que l’on ne maîtrise pas. La vie peut partir aussi bêtement que cela.

        @ L’auteur,

        Je comprends que cette histoire vous ait touché. Chaque vie est importante, mais l’individu garde la possibilité de faire ou ne pas faire, comme il a été dit, c’est le libre-arbitre. Même si la société est parfois implacable, ce n’est pas elle qui agit à votre place ; l’accuser est parfois tentant car elle est souvent injuste mais en bout de course, c’est quand même vous qui tenez entre vos mains, votre destin. Certains disent que le destin n’existe pas, mais ce que l’on fait, oui.


      • E-fred E-fred 11 mai 2009 08:12

        à appoline

        au delà d’un « libre arbitre » bien facile à brandir quand on a le ventre plein et un bon lit, je trouve personnellement que la société n’a pas à être et de loin, implacable. En fait justement et c’est son rôle, du moins ce qui est prétendu être dans toute « société démocratique » : elle doit être équitable et juste.

        Et c’est bien le soucis dans cette affaire.

        1-Personne ne semble s’en faire pour ces deux jeunes.
        2-Illico ce sont des terroristes « ultra-gauche anarcho autonome » violent etc...
        3-On en profite pour virer des jeunes de Cognin des squats (un malheur ne vient jamais seul...)
        4-Un jeune homme se retrouve mis en examen pour avoir « participé à une entreprise terroriste »...mais oui madame la marquise..

        A part ça tout va bien appoline, dormez tranquille...mais ne venez pas me dire dans quelques temps « on avait pas, on ne savait pas, mon dieu c’est terrible les pauvres gens, mais qu’est ce qu’on pouvait faire »... résistants du mois de septembre...


      • Massaliote 6 mai 2009 13:56

        Des altermondialistes et et des produits de jardinage saisis, serait ce une bombe ? Dans ce cas je ne comprends pas la conclusion.

        La société ne peut pas prévoir les agissements de tout le monde et n’est pas toujours responsable de la marginalisation. LE LIBRE-ARBITRE VOUS CONNAISSEZ ?


        • E-fred E-fred 6 mai 2009 14:12

          à Massaliote

          Que reprocher à ces deux jeunes ? A quel élément donné pouvez-vous certifier qu’il s’agit d’une« bombe » ou d’un engin explosif qui allait être utilisé contre quelqu’un ou quelque chose ?

          Pour info :

          Les articles 322-12 et 322-13 du Code pénal disent que la menace de commettre une destruction dangereuse pour les personnes est punie, mais seulement si (au choix) :

          • elle est réitérée ;
          • elle est matérialisée par un écrit une image ou tout autre objet ;
          • elle faite avec l’ordre de remplir une condition (et là, c’est plus grave en terme de peine).

        • Massaliote 7 mai 2009 08:32

          A FRED

          Où voyez-vous un jugement porté contre les victimes ? J’ai posé une interrogation.

          Par contre je ne suis pas d’accord sur la prise en charge des marginaux, obligatoire me semble t’il, que vous préconisez . J’en connais qui revendiquent une marginalité choisie et ne voudraient surtout pas que la société qu’ils rejettent se permette d’intervenir dans leur quotidien. C’est leur droit le plus strict. Vive la liberté.


        • jakback jakback 6 mai 2009 14:14


          Que souhaitez vous que l’on pleurent ?


          • E-fred E-fred 6 mai 2009 14:48

            à jakback

            « Que souhaitez vous que l’on pleurent ? »

            Je ne souhaite rien, en fait. J’ai fait des recherches autour de ce fait divers qui semble tomber à pic quelques semaines après les « violences » lors contre-sommet de l’Otan et les « attentats sur les lignes TGV ».
            Il faut bien des événements comme celui-là pour continuer à entretenir la paranoïa ultra sécuritaire qui nous est vendue à la télé et dans la presse.

            Et manifestement rien ne semblent émouvoir « certains » lecteurs quand il s’agit de deux jeunes sdf qui vivent en marge...à moins que cela ne concerne la « mouvance anarcho-autonome ».. ;alors là oui, ça devient alléchant, même croustillant...que va-ton utiliser comme type de renseignement pour remonter la « fillière » ?


          • JONAS JONAS 6 mai 2009 15:18

            «  Je rappelle que les pompiers et secouristes sont tenus au devoir de discrertion professionnel  ». (Surtout pour l’avencement ou les galons !).

            Ben t’en serait pas  ! Dans un CS territorial par exemple…  !  ?


          • CastoR 6 mai 2009 15:30

            « Je ne souhaite rien, en fait. J’ai fait des recherches autour de ce fait divers qui semble tomber à pic quelques semaines après les « violences » lors contre-sommet de l’Otan et les « attentats sur les lignes TGV ».
            Il faut bien des événements comme celui-là pour continuer à entretenir la paranoïa ultra sécuritaire qui nous est vendue à la télé et dans la presse
             »

            que sous-entendez-vous, cher E-fred, qu’il faudrait attendre les résultats de l’enquête avant de laisser les médias vendus au pouvoir faire leurs suppositions odieuses tandis que, dans d’autres affaires, chacun (dont vous-même) pourrait donner libre cours à ses théories du complot sans encraindre la moindre critique ?

            Ce fait divers est bien tragique, certes, mais dans quel pays croyez vous que nous soyons pour empêcher chacun d’interpréter un fait quand le résultat vous déplaît ?

            J’ai connu des articles ou des posts de votre part où vous supputiez avec pourtant moins d’éléments en main...


          • E-fred E-fred 6 mai 2009 15:38

            Bonjour Jonas

            Effectivement je suis SPV dans un CPI et également dans une UT du groupement Sud dans le 67.

            Mais ça ne m’empêche pas de partager de l’info, ni de donner un avis, comme vous le faites aussi sur Agoravox.


          • E-fred E-fred 6 mai 2009 16:16

            Tiens Castor

            ça fait un bail que vous n’êtes pas venu...

            Je ne sous-entends rien...

            Ca tombe bien que deux jeunes sdf « anarcho-autonome-mouvance anarchiste » qui sont, de plus, virés de squats en squats, se retrouvent seuls (ils sont venus à pieds de Chambéry...sportifs...) dans une usine désaffectée et se fassent blesser dans une explosion de...de quoi, au fait... ?

            Et nous pouvons aussi constater avec quelle efficacité les enquêteurs ont finalement retrouvé la trace (comme le souligne Ramila), plutôt les traces et les différents lieux de vie que fréquentait ce jeune couple.
            Sans compter le déploiement de force...à moins que...à moins que quoi ? Qu’est ce qui justifie un tel déploiement ? Qu’y avait-il dans cette usine ? Plus de 100 policiers et enquêteurs pour du chlorate de soude et du terreau à semis ?

            A moins que dans sa grande bonté et sa prise de conscience nécessaire, mais bien que tardive, le gouvernemant se soit penché sur le reclassement des jeunes étudiants précaires...alors qu’à Strasbourg, la politique sociale de la mairie de gauche est plutôt synonyme de répression en ce qui concerne les sdf...


          • CastoR 6 mai 2009 16:44

            Ben oui, ça fait un bail !
            En fait, Agoravox commence à m’em***** gentiment.
            Sous prétexte d’info citoyenne , on trouve de tout (et moi non plus, je ne sous-entends rien).

            Sauf erreur, si ce n’est la rapidité de l’enquête et ce que semble dire la presse, il reste quand même que ces deux jeunes ont, accidentellement ou non, fait péter un truc et il n’y a rien à reprocher aux forces de l’ordre, si ?

            Vous ne voulez quand même pas dire qu’on les aurait fait péter contre leur gré pour accroître un sentiment d’insécurité, quand même ?

            Je ne comprends pas bien vos « à moins que », « ça tombe bien » et autres points d’interrogation...voudriez-vous dire par là que vous trouvez débectants les sous-entendus de la presse et que vous leur préférez les vôtres ?

            Chacun son truc, mais vous avez là au moins une explication de mon rejet de ce qu’est devenu Agoravox.


          • E-fred E-fred 6 mai 2009 17:19

            à castor

            Je ne reproche rien aux enquêteurs...je trouve juste que le déploiement de plus de 100 policiers est un peu excessif pour quelques squatteurs et des produits de jardinage...le voisin parle d’une explosion énorme qui a fait trembler toute sa maison...

            De plus, le sort des jeunes virés de squats en squat ne semblait pas alerter les forces de police, jusqu’à ce que...


          • CastoR 6 mai 2009 17:35

            Si vos interrogations concernent l’absence de réaction devant les squats successifs, je peux la comprendre, encore que je crois remarquer chez beaucoup que quand la police ne fait rien, c’est pas bien, et quand elle intervient, c’est pas bien non plus.

            Si elles concernent le déplacement de policiers suite à une explosion importante dans un immeuble où se réunissaient des squatteurs, je ne vois pas où est le problème, ça me paraît même cohérent, eu égard aux risques potentiels.

            Vos questionnements en forme de « c’est louche tout ça » n’apportent rien et sont à mettre au même niveau que ceux des journalistes, dans un registre différent.

            Over pour moi.


          • Ramila Parks Ramila 6 mai 2009 15:17

            Ce qui est étrange dans cette affaire et qui est relevé dans cet article, c’est que les journalistes savent que cette sdf a déjà été repérée parmi des centaines d’ altermondialistes. Ils ont le coup d’oeil les gars, parce-que avec une explosion pareille qui l’a certainement pulvérisée et sans domicile fixe, ils ont été super rapide pour identifier la victime et la leir avec sa présence au sein d’une manif... L’autre truc qui me paraît étrange c’est le jeune homme blessé est encore dans le coma et donc n’a pas pu être entendu. Cependant tout se passe comme si son aveu : « on a fait une connerie » voulait dire « nous sommes des activistes et on voulait tout faire peter avec des produits de jardinage »...

            Cette affaire est louche quand même en dehors d’être triste


            • jako jako 6 mai 2009 15:25

              Tout à fait Ramila, il y a depuis quelques temps plein de choses étranges dans la façon de « trouver » les coupables, à commencer par Julien et plus récement le SMS reçu par un ébéniste à Amiens qui aurait « été découvert par hasard par un employé bouyghe » , j’ai beaucoup de mal a croire à ces hasards.


            • E-fred E-fred 6 mai 2009 15:54

              Bonjour Ramila

              Oui, effectivement, pour des sdf, les enquêteurs ont eu assez rapidement les différents adresses et renseignements...bizarre pour des jeunes di t« anarcho-autonomes » qui sont censés ne pas « collaborer ».

              Pour ce qui est de la phrase « on a fait une connerie », je ne la prend pas comme un aveux mais comme une « prise de conscience »...Michaël a eu le temps de voir et de comprendre ce qu’il venait de leur arriver...il est resté un bon moment seul dans cette usine. Plutôt que de se cacher et de fuir, il a cherché à appeler de l’aide. « Ma copine...ma copine », Zoé n’était peut-être ps encore morte à ce moment.

              Cette histoire est triste, et pour ceux et celles qui ont lu l’article, vous avez vu que les jeunes, dont certains sont étudiants, se retrouvent à la rue et sont OBLIGES de squatter !!!

              Pour ceux qui doutent encore des pratiques misent en place par certaines MUNICIPALITÉS, veuillez vous informer...la crise ne va pas faire de cadeau...donc pensez aussi à vous fournir chez décath.

              la gestion de l’urgence, dans l’urgence :
              "À y regarder de près, nombre de ces associations ne dépassent pas la gestion de l’urgence, c’est-à-dire au mieux le ramassage des sans-abri, au pire son traitement dans la rue : le mirage de la réinsertion et du relogement définitif réside en fait dans l’usage du langage, dans un effet sémantique subtil qui doit sans cesse convaincre sans jamais démontrer véritablement. C’est un jeu de pure rhétorique, parfaitement mimétique de celui du secrétariat d’État à la lutte contre l’exclusion. Chez ce dernier, l’emphase compassionnelle semble inversement proportionnelle aux crédits alloués, en diminution cette année ; seules quelques opérations de mécénat permettent d’entretenir l’illusion que la question des plus démunis est correctement traitée [15]. Ces mêmes structures de discours attestent d’une manière identique de gérer le réel en l’escamotant au profit de l’imaginaire des représentations dominantes auxquelles il est nécessaire de « croire » avec passion." CAIRN.


            • CastoR 6 mai 2009 16:47

              Et quand je parlais de sous-entendus, plus haut, je vois qu’on est servi !


            • E-fred E-fred 6 mai 2009 17:12

              à Castor

              Et comme on est jamais mieux servi que par soi-même...c’est balot...


            • CastoR 6 mai 2009 17:40

              E-fred,

              ce qui me fait marrer c’est vos phrases qui interprètent tout selon ce qui vous arrange, alors que vous refusez aux autres leur propre interprétation.

              Votre article était relativement neutre et bien ficelé, pourquoi le plomber de commentaires aussi outrageusement orientés ?

              Rien ne permet les affirmations des journalistes, mais rien ne permet les votres non plus.


            • E-fred E-fred 6 mai 2009 18:13

              à castor

              Vous faites toujours votre institutrice ?


            • Sébastien Sébastien 6 mai 2009 19:16

              Le commentaire de Ramila est affligeant. Comment on peut etre aussi parano et voir des complots dans chaque evenement ?

              Et l’aveu dont vous parlez, vous attendiez a ce qu’il dise quoi ? On a reussi notre experience ? Juger la rationalite d’une parole alors qu’on est defigure avec un bras en lambeaux, c’est assez curieux.

              Cette affaire n’a rien de louche. Et puis la probabilite pour que des gens en marge de la societe manipulent une bombe plutot qu’un jeune de l’UMP etait quand meme assez forte, non ?


            • Ramila Parks Ramila 6 mai 2009 20:53

              si c’est vous qui le dites cher Sebastien, alors c’est que ce doit être LA vérité...
              Ah moins que...

               smiley


            • CastoR 7 mai 2009 07:00

              Vous avez raison E-fred, je me suis égaré à vous critiquer.


              Je n’aurais pas du, pardon.


            • E-fred E-fred 7 mai 2009 08:28

              à sébastien

              "Cette affaire n’a rien de louche. Et puis la probabilite pour que des gens en marge de la societe manipulent une bombe plutot qu’un jeune de l’UMP etait quand meme assez forte, non ?"

              La, Sébastien, chapeau bas,... champion du monde de la probabilité...va falloir proposer votre réplique à Luc Chatel ou à MaM...si si...comme justification à la chasse au sorcière...


            • Sébastien Sébastien 7 mai 2009 09:44

              Quelle chasse aux sorcieres ?


            • Vincent 7 mai 2009 13:21

              La personne est probablement maintenue dans un coma artificiel afin qu’elle ne souffre pas des douleurs dues à ses blessures.


            • LE CHAT LE CHAT 6 mai 2009 15:51

              avec quoi ils ont mélangé le chlorate de soude ?


              • E-fred E-fred 6 mai 2009 17:32

                à Le Chat
                Je n’ai pas d’info précise concernant l’utilisation de chlorate de soude.

                Pour l’instant c’est :

                • suppute du chlorate de soude
                • probablement du chlorate de soude

              • morice morice 7 mai 2009 11:59

                logiquement du fioul, méthode Corse.


              • Vincent 7 mai 2009 13:57

                Pas besoin de mélanger avec autre chose, il suffit de le comprimer très fort, et des fois quand c’est trop comprimé, ça chauffe et ensuite ben ça pète.

                Je parle en connaissance de cause, gamin nous faisions des fusées avec le chlorate dans des vieux corp de pompe à velo en fer blanc et donc fallait tasser pour en mettre plus ; un jour à force de tasser trop fort (avec un étau) ça a pété un ados a perdu une main dans l’histoire.

                Melangé à du sucre ça fait une épaisse fumée blanche et une flamme assez impressionnante capable d’éclairer une nuit sans lune et de provoquer quelques cloques à l’imprudents qui aurait eu la mauvaise idée de tenir à pleine main le tube contenant ce mélange.

                Comme j’habitais à côté d’une ferme, nous avons testé à peu près tous les engrais possibles, c’était une époque où l’ancien fermier depuis décédé nous expliquait comment dans les année 40 il fabriquait de gros pétards avec ses amis pour causer quelques désagréments aux troupes d’occupation et ceux avec les moyens du bord.

                Un sac de farine pulverisé et enflamé au bon moment aurait un effet devastateur.

                Le carbure de calcium est aussi un très bon moyen d’aller à la pêche quand on a que des canettes de bière, du sable et la flème de sortir les gaules, 
                Crodcodile Dundee faisait de même dans un de ces films mais avec des batons de dynamite.
                 
                Aujourd’hui celui qui a suivi les cours de chimie avec assiduité de la seconde à la terminale et capable de fabriquer un feu d’articifce tout seul.

                Bien sur pour les trentenaires dont je fait parti, il avait Mc Giver comme modèle qui encourageait ce type d’expérience.

                Pour conclure , ce n’est pas parce que l’on fabrique ou l’on tente de fabriquer quelques trucs qui pètent fort que l’on est un dangeureux criminel.

                Et pis s’il fallait interdire toutes les substance capables de créer de gros boum, y aurait plus beaucoup d’articles en vente aux rayons droguerie de nos supermarchés.

                Ces deux jeunes voulaient peut-être tout simplement tenter quelques expériences sans intention de nuire, mais bon comme ils vivaient en marge ou à la limte du trait, immédiatement on s’oriente vers des intentions délictueuses. Il s’agit là selon moi d’un procès d’intention et il appartiendra au juge d’instruction, si toute fois il y en a un de nommé de faire la part des choses.


              • E-fred E-fred 7 mai 2009 19:32

                Salut morice

                avec du fioul...

                oulala attention...certain vont soupçonner que vous avez des « notions »...méthode Corse...double couche...c’est du sérieux, ça sent le vécu...avec un léger parfum de lavande dans l’air...

                merci pour l’info !!!


              • E-fred E-fred 7 mai 2009 19:41

                à Vincent

                à ce que je vois j’ai fait les mêmes conn... que vous...et oui...c’était le bon temps de l’insouciance....à l’époque quand on faisait un bêtise, deux claques et au lit...maintenant c’est la BAC et tireur d’élite sur le toit...o tempora o mores...

                J’ai un camarade de classe (2de) qui c’était fait péter la main avec un truc à la con de sa fabrication sur le chemin de l’école, résultat 300 francs de pension par mois car invalide de la main à 10%...en 1984...donc ce couillon en déjà touché des indemnités depuis ce temps...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès