Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > On dit que le diable est un ange déchu...

On dit que le diable est un ange déchu...

 On s'imagine souvent qu'il y a des « bonnes » colères qui méritent d'être appelées des colères, et des « mauvaises » colères qui doivent être appelées des haines, comme si la colère et la haine étaient deux choses biens distinctes et bien séparées. C'est oublier que le cœur des hommes doit sans cesse affronter des choses qui suscitent la colère, et qu'il doit alors combattre contre la tentation de réagir trop brutalement à ces choses. La haine c'est la colère qui ne peut plus pardonner, qui ne peut plus tolérer, et dont la brutalité est sans frein.

 Et la haine peut être, comme toute colère, non pas une colère qu'on s'imagine éphémère, le temps d'un renversement de régime, mais une colère qui mûrit lentement, parfois silencieusement, et qui s'installe profondément et durablement, en se nourrissant de tout ce qui quotidiennement suscite la colère. Les violentes sautes d'humeur d'un mari, pourront nourrir quotidiennement la haine de sa femme pour lui, parce qu'il lui « pourrit la vie ». Les vexations et brutalités quotidiennes subies par un prisonnier de la part de ceux qui partagent sa cellule, pourront nourrir sa haine contre eux. L'exhibition par les hommes au pouvoir de leur incompétence, ou bien les manifestations trop claires du fait qu'ils ne gouvernent pas au service de leurs électeurs, peuvent nourrir quotidiennement la haine contre les hommes politiques. Les fréquentes manifestations de rejet, les perpétuelles mises à l'écart, infligées par une société à l'un de ses membres, pourront nourrir sa haine de cette société. Et la peur quotidienne dans la rue et le métro, de quelques jeunes « à capuche » qui se comportent irrespectueusement des autres, pourra nourrir la haine contre les jeunes correspondant à ce signalement. La haine, c'est la colère qui ne peut plus pardonner, qui ne peut plus tolérer, et dont la brutalité peut longtemps être intériorisée et combattue par celui qu'elle assaille. Parfois le sujet succombe aux assauts de la haine, et parfois plus tard il extériorise sa haine de manière extrêmement violente. Peut-être qu'au moment de sa chute dans les ténèbres, le sujet se souvient une dernière fois du temps où il était un ange, une personne tendre, respectueuse, qui voudrait que tous les hommes soient heureux.

 Je sens parfois de la haine qui m'envahit, je m'entends parfois dire des choses extrêmement brutales, mais heureusement cette « mauvaise » humeur passe, je cherche encore à comprendre et à me remettre en question, je cherche encore à rester en attente de solutions conciliantes. Et je vois les émeutes dans les banlieues, ainsi que la montée du Front National dans les sondages, aujourd'hui à 21% dans la population dans son ensemble, et à 36% chez les ouvriers et employés, comme des signes que ce sont beaucoup de gens qui sont en prise avec des colères diverses et qu'ils maitrisent plus ou moins bien... 


Moyenne des avis sur cet article :  2.88/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • BisonHeureux BisonHeureux 28 mars 2011 11:29

    à ce sujet,lire « La Fin De Satan » et « Dieu » de Victor Hugo !


    • gaijin gaijin 28 mars 2011 12:00

      La colère existe c’est un fait. En elle même elle ne n’est juste ni injuste elle est le résultat et la « solution » d« un état de tension entre des forces contraires. Ce qui nous la fait juger juste ou injuste dépend en fait de la nature la situation qui l’a engendrée et du regard que nous portons sur le monde.
      C’est ainsi que nous pourrons juger juste la colère de jésus chassant les marchands du temple en oubliant la colère des marchands.
      la haine nait de l’accumulation d’une colère qui n’a pas trouvé de »solution" elle est comme une bombe qui va souvent exploser a l’improviste et faire des victimes innocentes.
      la seule maitrise viable de la colère c’est de ne pas la provoquer chez les autres en créant autour d’eux des situations dont ils soient prisonniers et de ne pas la laisser s’accumuler chez soi ( on peut la décharger de manière détournée sur des objets inertes )
      il est bien sur particulièrement tentant pour des politiques ou des religieux d’attiser ces sentiments dans une population pour y gagner en capacité a manipuler les gens. Avec les conséquences que l’on connait et que l’histoire nous a maintes fois démontrées.
       smiley  smiley  smiley  :->
      CQFD ?


      • gaijin gaijin 28 mars 2011 12:03

        désolé les smileys ça n’a pas fait ce que je voulais
         ????
         smiley


      • samuel_ 28 mars 2011 13:44


         @ gaijin

         Ce qui m’intéressait ici ce sont surtout les colères qui ont un motif plutôt juste, c’est à dire un motif qui met en colère des gens sincères et qui ont du coeur, mais malgré leur motif plutôt juste, ces colères dégénèrent parcequ’on atteint le seuil de capacité à endurer au quotidien de la personne en colère, et cette personne va devenir incapable d’avoir une attitude compréhensive, elle ne pourra plus dire la prière des chrétiens : « pardonne nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé ». Quelle sagesse d’ailleurs cette prière qui a vu où se trouvait la source de la haine : dans l’offense subie et non pardonnée.


      • gaijin gaijin 28 mars 2011 14:11

        bien que l’on puisse être d’accord a titre individuel sur la notion de juste je tient a souligner que la personne en colère perçoit toujours sa propre colère comme juste. on pourrait peut être même considérer la colère comme étant la réaction a un évènement que l’on considère comme injuste.
        Je ne suis pas chrétien ni quoi que ce soit d’autre que vous puissiez imaginer ou qui ait un nom.
        Au vu de l’histoire cette notion de pardon quoiqu’admirable a rarement été mise en pratique pour de vrai. a part dans quelques cas exeptionnels. Le reste du temps le chrétien dit je pardonne mais au fond de lui la colère reste et s’accumule. C’est un bon début (il évite d’engendrer un conflit plus vaste) mais ce n’est qu’une partie de la solution : la colère est une énergie concrète il faut la décharger d’une manière ou d’une autre sinon on en arrive a la situation que vous décrivez dans votre article
        ce n’est ni théorique ni philosophique : expérimentez le
        la prochaine fois que vous êtes en colère défoulez vous en détruisant quelques chose ( ne soyez pas absurde fendez du bois cassez des cailloux des vieilles planches inutiles.......)
        vous verrez ensuite il est enfin possible de pardonner pour de vrai


      • samuel_ 28 mars 2011 14:39

         @ gaijin

         Surement que votre méthode « pratique » est intéressante. Je n’ai jamais essayé. Ca me fait penser aux très rares fois où quand après avoir exprimé violemment ma colère je réussis à mettre à ma merci celui qui m’a mis en colère, et à ce moment je n’ai plus envie de le détruire : j’arrive au point qui me rend manifeste que mon intention de détruire l’autre était absurde. Quand on s’acharne rageusement sur un bout de bois, on doit arriver au point où on se dit que c’est une perte de temps de taper rageusement sur un bout de bois, et qu’on a mieux a faire ?

         Mais il me semble que même si ces méthodes « pratiques » sont intéressantes, ça n’empèche pas que d’autres puissent marcher. Par exemple analyser sa haine dans un texte ? Vous savez ça m’a beaucoup apaisé de me rendre compte que la haine est la colère qui ne peut plus pardonner. Essayer de comprender vraiment les gens qu’on se prend a hair, ça peut être une autre méthode. Et puis moi je suis sur que des moments où, par exemple sur une place de la ville, tous les passants à 15h seraient tenus de s’arreter pour se donner la main et réciter une prière aussi belle que le Notre Père sans être chrétienne, une belle prière républicaine dans laquelle on se dit les uns aux autres qu’on se pardonne, ça pourrait marcher ? Un évènement Facebook comme ça est à inventer !


      • gaijin gaijin 28 mars 2011 15:10

        comprendre l’origine de sa colère est en effet une bonne chose et toutes les manières de l’exprimer qui ne nuisent pas aux autres sont utiles. Chacun doit trouver ce qui marche le mieux
        pour lui. sur un plan général la colère étant une énergie physique la décharger de manière physique est ce qui marche le mieux.


      • Louise Louise 28 mars 2011 18:07

        Il n’y a pas que les offenses qui engendrent la haine. Je crois que c’est plus souvent la jalousie, l’envie, le dépit, qui incitent à la haine.

        La colère devant les injustices n’amène pas tout le monde à la haine, et heureusement ! Elle suscite aussi des personnes courageuses qui luttent pour plus de justice...sans haine, mais résolument.


      • gaijin gaijin 28 mars 2011 22:18

        l’envie la jalousie etc engendrent la haine parce que ce qui est perçut au niveau profond c’est que ce n’est pas juste que l’autre ait ce que je n’ait pas.
        c’est en tout cas mon point de vue
        et parfois quand un type passe en rolls devant un type qui n’ a pas a manger peut être en effet que ça n’est pas juste.


      • Gabriel Gabriel 28 mars 2011 14:11

        La contradiction doit éveiller l’attention, et non la colère. Il faut écouter, et non fuir celui qui contredit. Notre cause doit toujours être celle de la vérité, de quelque façon qu’elle nous soit présentée. La colère contre un être négatif ou un imbécile ne doit jamais durer plus d’une minute. Au-delà, elle fait de nous, à notre tour, un être négatif ou un imbécile. Le problème se pose différemment si notre colère doit affronter des êtres négatifs regroupés à des imbéciles, ce qui constitue, en somme, une nation ou un gouvernement. Il ni a pas d’étude sur la durée de colère  dans pareil cas. Un exemple de colère historique en date face à des êtres négatifs-imbéciles organisés en groupes armés dura du 18 juin 1940 au 7 mai 1945, soit près de cinq ans. Mais nous pourrions en citer beaucoup d’autres plus d’actualité …


        • samuel_ 28 mars 2011 15:46


           Je fais la différence entre les deux notions, mais je dis que la haine est une colère, qui n’est pas forcément mauvaise par son motif, mais plutôt par le fait que c’est la haine de celui qui ne cherche plus à pardonner, à comprendre, ceux qu’il voit comme l’ayant offensé. C’est parce qu’il ne cherche plus à pardonner qu’il peut ne plus y avoir de frein a sa brutalité.

           Vous avez donc parfaitement compris que je m’oppose à l’idée que la colère est une colère qui a un « bon » motif et la haine une colère qui a un « mauvais » motif et ne mérite pas le nom de colère.

           Le self control face à ceux qui vous ont offensé, comme le disait maitre yoda, car sinon vous basculez du coté obscur de la force, comme Darth Vador, le Pingouin de Batman que ses parents ont abandonné dans un egout a cause d’une difformité physique, le Joker de Batman que son père a défiguré en prolongeant au couteau sa bouche pour dessiner un sourire, ou encore Dracula qui bascule dans le mal en ne parvenant pas a pardonner à Dieu qu’une enorme infortune ait conduit à la mort de sa bien aimée.


        • Petitou Petitou 28 mars 2011 15:42

          A l’auteur
          On ne dit pas que le diable est un ange déchu.
          C’est la Bible qui dit que Dieu a banni le plus beau de ses fils car il avait fomenté une rébellion contre lui et qu’ensuite il a même osé apporter la lumière à l’Homme.


          • Louise Louise 28 mars 2011 18:12

            C’est lorsqu’il était un ange que LUCIFER était « porteur de lumière ». Mais, trop orgueilleux, il voulut égaler Dieu, alors qu’il était sa créature, et Dieu le déchut de son rôle...


          • JL JL 28 mars 2011 19:23

            Louise,

            ça c’est ce qu’on raconte aux petits enfants.

            La vérité c’est qu’on s’emmerde quand tout le monde il est gentil, et que ça devient invivable quand tout le monde il est méchant.

            René Girard disait que Jésus et Satan incitent tous deux à l’imitation. L’imitation de Satan conduit à la guerre de tous contre tous. C’est l’évolution rédhibitoire du libéralisme.

            L’imitation du Christ conduit à la bouc émissarisation : quand on en a finit avec le bouc émissaire, ce qui arrive tôt ou tard, chacun retourne à ses petites affaires. Et ça recommence jusqu’à la prochaine crise.

            L’homme n’est ni ange ni bête : il est moins bon que l’ange, et pire que la bête, et non pas meilleur ! C’est paradoxal, et c’est la source de l’erreur d’interprétation communément admise. Aucun animal ne fait aux autres animaux ce que l’homme est capable de faire à l’homme ou aux aux siens, ni en bien ni en mal !


          • JL JL 28 mars 2011 19:09

             

            Je ne vous suis pas du tout dans cette analyse. Il me semble que vous confondez haine et colère froide.

            Pour moi, la colère a à voir avec l’indignation, mais l’indignation a aussi à voir avec le mépris outré. Il y a deux sortes d’indignations : celle que dépeint Alain Souchon dans sa chanson « Poulailler song », l’indignation à l’encontre de celui qui n’est pas comme nous ; et l’autre, celle de Stéphane Hessel. La colère nait de cette indignation là quand l’être se sent incapable de faire évoluer les choses.

            La haine c’est le sentiment qu’on éprouve envers ce ou celui qui vous pourrit la vie. C’est pourquoi on dit que la haine est l’envers de l’amour lequel est le sentiment qu’on éprouve envers qui nous rend heureux.

            Le diable un ange ? Peut-être chez les bisounours qui croient en la main invisible ? Ceux ce que leur ont dit Friedamn et ses émules , ceux qui croient que « greed is good » ?


            « La main invisible du marché, c’est pour les Bisounours, c’est quand tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Faut arrêter : le marché, c’est la jungle. […] Les néolibéraux, c’est des grands malades, ces mecs-là ! Friedman et toute sa bande… C’est eux qui ont mis en place la politique économique de Pinochet, au Chili ! Et c’est enseigné dans toutes les écoles de commerce ! C’est des psychopathes ! » (Jean-Pierre Berlan)

             


             


            • samuel_ 28 mars 2011 21:12


               @ JL

               Selon vous, la colère serait donc celle de celui qui juge qu’un principe moral, une règle de justice, n’est pas respectée. On éprouverait la colère parce qu’on se soucie de la justice, de l’intérêt général ou de l’intérêt d’autrui.

               Alors que la haine serait celle qu’éprouve celui à qui on pourrit la vie, pour ceux qui lui pourrissent la vie. On éprouverait la haine parce qu’on se soucie de soi-même.

              Disons que nous ne donnons pas les mêmes sens à ces deux mots.


            • JL JL 29 mars 2011 08:57

              Samuel : si on vous marche sur les pieds, ça vous met en colère. Si on vous empoisonne la vie ça vous « met » la haine. C’est facile, non ?


            • samuel_ 30 mars 2011 19:56

               @ JL

               Oui parce que quand on vous empoisonne la vie, c’est comme si on répétait tous les jours le fait de vous marcher sur les pieds, et donc au fil du temps la colère s’accumule et la capacité à pardonner ou à chercher à comprendre l’autre s’use.

               Mais est-il possible que celui qui vous marche sur les pieds tous les jours, vous le pardonniez en vous disant qu’il a des problèmes, qu’il ne comprend pas, ou simplement que c’est à Dieu plutôt qu’à vous de juger les autres, parce que vous ne pouvez pénétrer dans le fond de l’âme de l’autre ?


            • Kalevala 29 mars 2011 03:18
              On dit que le diable est un ange déchu...bravo toi au moins t’es sur que le diable de tiens par le collet, vous trouvez vous qu’il y est risible de parler du Diable à des personnes qui ont comme professions de fois d’êtres athées ?
               Avant de parler du diable et du démon, parle moi un peut des autres dieux.

              • samuel_ 29 mars 2011 04:54

                 @ Kalevala

                 Moi aussi je suis non croyant Kalevala !

                 Mais c’est vrai que je connais mieux la religion catholique que les autres, ma famille est catholique.

                 Mais quand même, on peut s’intéresser aux mythologies même quand on ne croit pas en Dieu ou en des Dieux, et puis on peut s’intéresser à des choses au cinéma qui ressemblent un peu à des mythes, qui sont un peu des légendes dans lesquelles des gens lisent des messages sur la vie et les hommes.

                 Le diable est un ange déchu, c’est un mythe auquel ressemblent beaucoup d’autres légendes qu’on peut voir au cinéma. Darth Vador est un ancien Jedi déchu. Dracula est un ancien homme chrétien qui a sombré dans la haine, le jour où il n’a pas réussi à pardonner à Dieu d’avoir laissé mourrir sa bien-aimée. Dans Batman, le Pingouin est un ancien homme que ses parents ont abandonné dans les égouts quand il était bébé parce qu’il avait une difformité physique. Et le Joker est un ancien homme, qui quand il était enfant, s’est fait défigurer par son père, qui lui a prolongé la bouche au couteau pour que ça fasse un sourire.
                 


              • Kalevala 29 mars 2011 13:12

                Pauvre Samuel, dans te respect de ton poins de vue, il serrait préférable de rien dire, car ce que vous dites vous couvrent de ridicule. Car parler pour parler de plus est de fait que l’on croit pas en définitif mais en même temps on se sens émoustiller devrait plutôt de servir de base pour t’interroger sur toi même et ce tu as vraiment voulue dire. Laisse au cinémas sa mythologie et pose toi la question, pourquoi l’’ être humain est fonder sur l’erreur ? que cela signifie ? comment l’être humain peut s’en libérer ?

                 Il y a une ironie à porter le mon de Samuel et de tenir les propos pareilles, ton nom signifie « le nom de Dieu »" pour un athée ce n’est pas piqué des vers.


                • samuel_ 29 mars 2011 16:20


                   « Pourquoi l’être humain est fondé sur l’erreur ? »

                   Je donne ma langue au chat !


                • Kalevala 29 mars 2011 22:38

                  Et bien non je te donne pas la réponse à toi là trouver, car il est inutile que je te répond vue que tu te dit Athée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

samuel_


Voir ses articles







Palmarès