Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Où crèche la laïcité ?

Où crèche la laïcité ?

Le désordre et la confusion continuent en matière de laïcité. On a aimé la crèche Baby Loup, on a aimé la crèche de Noël de Vendée, celle de Béziers... on va adorer celles qui ne vont pas manquer de venir faire spectacle juridique dans nos tribunaux et dans nos médias de masse. Jusqu'à ce qu'une loi supplémentaire mette fin à l'indécision des tribunaux. Jusqu'à ce qu'un nouveau problème apparaisse pour obliger à une nouvelle loi...

Santon le « problème » s’autoentretenir avec gaieté et joie de vivre, avec un élan vital qui, pour l'instant, fleure bon Noël ? A plus tard… et joyeuses fêtes !

La laïcité créchait en l’Etat. Ce dernier a mis le feu à la société en créant une laïcité du citoyen, par la loi sur les signes religieux des élèves à l’école en février 2004. Cette loi qui devait régler un « problème » a eu le résultat contraire. Les disputes dans la société à propos de religion trouvent de nouvelles pommes de discorde, en même temps que la conviction de chacun s’accroit et que le conflit des convictions s’envenime. Ce qui était parfaitement (et malheureusement) prévisible.

En ce moment, les crèches. La question des crèches est un marronnier (sourire), on la retrouvera l’an prochain.

Il serait bon que nous revenions à la laïcité comme compétence exclusive de l’Etat et des collectivités locales, des pouvoirs publics en brefs. Eux seuls, sont laïcs. Il n’y a pas de laïcité du citoyen ni de laïcité de groupes de citoyens. Quand j’écrirai Etat, il s’agit de la puissance publique à tous les échelons de territoire.

La laïcité de l’Etat est la garantie de la liberté du citoyen en matière religieuse. La laïcité est une contrainte de l’Etat, la laïcité n’est pas, ne peut pas être une contrainte pour le citoyen. L’Etat a renversé la laïcité et l’a retournée, en a attribué une part au citoyen. Ce faisant, cette nouvelle laïcité de l’Etat cesse d’être la condition de la liberté religieuse du citoyen, elle devient une religion. Si la laïcité de l’Etat permet à l’Etat de commander au citoyen un comportement dit « laïque », la laïcité devient une religion. Ce point n’avait pas échappé à certains adeptes de cette laïcité-contrainte-citoyenne, quand ils quittaient le terrain argumentaire de la validité politique et historique de la laïcité et se mettaient à parler de la force de la loi, de la force de la puissance publique pour imposer sa volonté, argumentaient soudain que « la loi est la loi ». La puissance publique ne peut gouverner les croyances et les convictions de chacun. On peut se souvenir du mot de Staline : « le Vatican, combien de divisions ? » comme une prophétie… à ceci près que le Vatican, lui, est toujours là. Le monopole de la violence publique, pour reprendre une idée fondamentale de Max Weber, qui définit quasiment l’Etat, ne le fait pas entrer dans les consciences au point d’annihiler les convictions religieuses des citoyens.

Tout au contraire, il me semble, les religions ont des outils du côté de la persuasion, de l’insistance, de la répétition, de l’omniprésence, de la diffraction du discours dans les maisons, les familles… du sentiment d’appartenance… que n’a pas l’Etat.

En transformant la laïcité-arbitrage-étatique en laïcité-religion-contrainte-citoyenne, l’Etat se met en concurrence avec les religions et son échec est programmé. Apparaissent alors toutes sortes de nouveaux points d’achoppement, de nouveaux points où la laïcité devrait ou pourrait s’appliquer, des points conflictuels évidemment. Nous n’avons pas de jurisprudence, puisque nous avons fait apparaître des problèmes là où il n’y en avait pas, en inversant le sens de la laïcité. En ce moment, des crèches dans des mairies.

La laïcité-religion a un commandement, qui est présenté comme ayant toujours fait partie de la laïcité, voire comme ayant toujours été l’essence de la laïcité : la religion est pour l’espace privé et pour l’entre soi, chaque citoyen doit faire profession d’athéisme dans l’espace public. La schizophrénie demandée est intenable. Et la joie d’être soi, le fait que nous sommes au monde pour nous y exprimer, tant que nous ne faisons pas de mal aux autres, ces grandes valeurs de la vie sont niées, alors qu’elles fonctionnent et fonctionneront de toute façon.

L’autre problème de cette loi et de l’inversion qu’elle crée, contient, promeut… est que nous n’avons plus les outils conceptuels pour comprendre ce qui nous arrive (qui ne nous arrive pas réellement, que nous créons pour une bonne part et qui a l’air de nous arriver). Nous avons deux laïcités, incompatibles et opposées, et beaucoup de citoyens passent de l’une à l’autre selon leur appartenance religieuse personnelle, selon ce qu’ils estiment être leur intérêt.

Depuis le vote de cette loi, nous voyons les difficultés liées à « la laïcité » augmenter en profondeur (intensité) et en surface (extension du champ, apparition de nouveaux objets).

Revenir à cette idée que seul l’Etat est laïque et que la laïcité de l’Etat garantie la liberté religieuse des citoyens redonnerait le guide dont nous avons besoin pour réguler la pratique religieuse de chacun et la présence des religions dans la société. Il serait clair que les crèches de Noël peuvent être interdites au nom de la laïcité de l’Etat et les sapins, les pères Noël… non.

La laïcité-athéisme d’Etat qui commande un laïcité-athéisme au citoyen nous lance dans des problèmes sans fin. Les mots nous échappent et nous manquent. Le pire est que nous avons perdu notre ADN dans ce mouvement.


Moyenne des avis sur cet article :  2.7/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • mmbbb 19 décembre 2014 19:34

    la laicite est la separation du regulier et du seculier point Cet artcicle ne fait mention que des creches qui n’est pas le probleme majeur du respect de la laicte puisqu’en l’occurence dans le sud elle fait parti des traditions Mais l’auteur oublie de citer les prieres de rue des mulsulmans et les diverses tenues vestimentaires a caracteres religieux dans l’espace public C’est quand meme tres facile que d’evoquer la religion catholique. qui pour l’instant n’est pas la plus visible Hier dans les rues de Lyon une voiture dont le haut parleur annoncait la fete de l hanoucca Une croix de david et et le chandelier Hannoukkia etait en exposition sur le toit Je n’avais vu ceci et est le resultat stupide de cette phrase« Etat cesse d’être la condition de la liberté religieuse du citoyen, elle devient une religion » qui est justement le l’argument des religieux qui veulent faire du prosélytisme E Badinter et J F Khan l’avaient prevenu ce changement et cette faille


    • oncle archibald 19 décembre 2014 19:51

      « la loi sur les signes religieux des élèves à l’école en février 2004 qui devait régler un « problème » a eu le résultat contraire. »


      Cette affirmation est très contestable. En 1956 j’étais élève au Lycée Pierre de Fermat à Toulouse et un surveillant général à l’oeil particulièrement perçant ayant aperçu dans l’échancrure de ma chemisette ouverte une petite médaille de baptême grosse comme une pièce de 20 centimes m’a demandé de la retirer au nom de la « laïcité », ce que j’ai fait sans broncher bien entendu car à cette époque là il n’était pas d’usage de contester les décisions de l’éducation nationale. 

      Pas davantage ma mère n’est venue le lendemain casser la gueule du dit surveillant général car cette charmante coutume n’était pas encore dans les usages.

      En revanche il y avait au sein du lycée bien laïque une aumônerie catholique et le lycée mettait le mercredi une classe à disposition de l’aumônier et de ceux qui souhaitaient suivre les cours de catéchisme. 

      Finalement c’était parfait ! Comment diable ce surveillant général a-t-il pu me demander ça sans attendre pendant cinquante ans une loi dont il n’y avait nul besoin ? Juste parce qu’en 1956 on n’avait pas besoin d’expliquer à des gamins et à leurs parents les règles de tolérance et de courtoisie ?

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 décembre 2014 19:55

        Taratata..., la laïcité s’applique aux questions religieuses.
        Les deux camps nous prennent pour des billes.

        Les crèches, pas plus que Noël ne sont plus des sujets religieux, depuis au moins 50 ans, mais appartiennent désormais, à la culture populaire.


        Sinon, il n’y aurait pas davantage de gens dans les magasins qu’il n’y en a dans les églises, à la messe du dimanche...
        Chacun voit dans les fêtes de Noël, et la crèche, ce qu’il veut bien y mettre :
        la famille, les enfants, les copains, les lumières du solstice d’hiver, ou rien du tout.

        Pour une fois qu’un sujet ne faisait pas conflit de société, mais était vécu de manière consensuelle, il a fallu qu’on en fasse une guerre de religion...

        En plus, si on regarde de près la nativité, il s’agir de SDF qui crèchent dans une grotte - étable, seulement réchauffés par l’âne et le bœuf, une famille juive qui reçoit des cadeaux de trois Rois, Gaspard, Melchior et Balthazar, venus d’Orient ? de Perse ?ou d’ Arabie ? ou de Nubie ? bref, probablement pas de religion juive. C’est pas œcuménique tout ça ?

        Vous nous fatiguez avec vos guerres de religion.
        Allez plutôt voir comment se passe Noël pour les minorités religieuses au Moyen Orient, pourchassées par les djihadistes financés par qui vous savez...

         


        • mmbbb 19 décembre 2014 20:21

          Ce sont les laicards extremistes qui foutent le bordel et il est plus facile de s’en prendre aux creches qu’aux vrais fleaux qui risquent de menacer cette cohesion sociale


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 décembre 2014 20:34

          mmbbb,
          Ménard en fait un symbole religieux, et pas une pratique culturelle.
          Les deux camps en font du religieux.


        • Jean-Michel Lemonnier Jean-Michel Lemonnier 19 décembre 2014 21:48

          FiFi : « Les crèches, pas plus que Noël ne sont plus des sujets religieux, depuis au moins 50 ans »

          C’est ça. Un prétexte pour bâfrer plus que de coutume ou plutôt selon la nouvelle coutume, désormais répandue en Occident post-chrétien.
          Une polémique relancée par une bande d’azymuté-e-s téléguidé-e-s en coulisse par des « porteurs de tabliers ». On ne les arrête plus dans leurs délires. Après "février 34, le retour : dissolution des ligues fascistes ! (sans rire...)" (cf. la manif pour tous), voici "la République en danger face aux 3 derniers curés français poseurs de crèches sauvages« ...
          Cela s’ajoute à la longue liste des (non-)sujets mis en scène par toute une clique (indifféremment de la couleur politique), parfaitement consciente de ses manipulations. Et ça marche. Les »débats« qui se succèdent au rythme des fantaisies des »digérants« , donnent généralement lieu à des prises de positions ultra-radicales au sein des foules psychologiques. Seule la nature de »l’excitant" varie...


        • Baasiste 2 20 décembre 2014 00:57

          « Taratata..., la laïcité s’applique aux questions religieuses. 

          Les deux camps nous prennent pour des billes. »

          « Les crèches, pas plus que Noël ne sont plus des sujets religieux, depuis au moins 50 ans, mais appartiennent désormais, à la culture populaire. 


          Sinon, il n’y aurait pas davantage de gens dans les magasins qu’il n’y en a dans les églises, à la messe du dimanche... 
          Chacun voit dans les fêtes de Noël, et la crèche, ce qu’il veut bien y mettre : 
          la famille, les enfants, les copains, les lumières du solstice d’hiver, ou rien du tout. »
          sans christianisme pas de noël à l’heure actuelle et noël est fêté que dans le monde chrétien ou ex chrétien.

          Pour une fois qu’un sujet ne faisait pas conflit de société, mais était vécu de manière consensuelle, il a fallu qu’on en fasse une guerre de religion...

          « En plus, si on regarde de près la nativité, il s’agir de SDF qui crèchent dans une grotte - étable, seulement réchauffés par l’âne et le bœuf, une famille juive qui reçoit des cadeaux de trois Rois, Gaspard, Melchior et Balthazar, venus d’Orient ? de Perse ?ou d’ Arabie ? ou de Nubie ? bref, probablement pas de religion juive. C’est pas œcuménique tout ça ? 

          Vous nous fatiguez avec vos guerres de religion. 
          Allez plutôt voir comment se passe Noël pour les minorités religieuses au Moyen Orient, pourchassées par les djihadistes financés par qui vous savez... »

          encore une fois c’est les frères franc maçons emmerdant le monde qui déclarent la guerre au catholicisme en s’attaquant à une crèche (pas anti laïque) qui n’est qu’une simple oeuvre d’art culturelle traditionnelle appartenant à l’identité fr comme le sont els cathédrales ou tableaux chrétiens financés par l’etat.

        • Jean-Michel Lemonnier Jean-Michel Lemonnier 19 décembre 2014 21:52

          - > azimuté


          • njama njama 19 décembre 2014 22:32

            difficile pour un Etat laïque de soutenir une Union Européenne qui cherche à imposer un modèle communautariste en dialoguant avec les religions, les franc-maçons, les associations laïques (qu’elle considère donc implicitement équivalentes et à faire valoir au plan idéologique ses « racines chrétiennes » ...et qu’il triera sur le volet en fonction des affinités des uns ou des autres)
            difficile pour un Etat laïque de soutenir l’entité sioniste qui veut obstinément se déclarer État Juif ...
            notre modèle républicain laïque n’est pas très atlantiste, ni accommodant avec les rois, reines, princes et princesses, ducs et duchesses ... (il y a encore une grosse poignée de monarchies en Europe)
            ...
            je comprends qu’il y a un moment dans le discours politique les contradictions ça coince fort et ça grince, comment par exemple avoir un abonnement au dîner du crif et rester laïque ...
            donc la laïcité est devenue la bête à abattre car elle entrave le cours de l’idéologie du moment
            Les crèches de Noêl c’est juste de la provoc de réacs qui n’ont rien compris,ça n’a pas grand chose à voir avec le fond du problème


            • njama njama 19 décembre 2014 22:34

              .et qu’elle triera sur le volet...


            • Baasiste 2 20 décembre 2014 01:02

              Loi du 9 décembre 1905 - Article 28 

              Il est interdit, à l’avenir, d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou exposition.


              la crèche est autorisé.


              • Tillia Tillia 20 décembre 2014 15:31

                Bref ! en France tout va bien, on n’a plus que les problèmes des crèches et des feux de cheminées à régler, tout le reste a déjà été traité et le chômage résolu... de quoi nous réjouir donc. 


                • Crab2 20 décembre 2014 16:00

                  Crèches de Noël

                  Un anti_laïque m’écrit : ’’ crab2 la crèche fut faite dans un cadre culturel et artistique en accord avec la loi de 1905, ça revient au même qu’exposer des tableaux artistiques chrétiens dans des musées ’’ - Fin de votre observation
                  Non l’entrée des musées est payante, ce n’est donc pas la même démarche, l’installation d’une crèche ou repas de rupture du ramadan est financé avec les deniers de tous les contribuables …

                  Suite :

                  http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/12/creches-de-noel.html

                  ou sur :

                  http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/12/09/creches-de-noel-5506862.html

                  Nobis nominavit

                  http://laiciteetsociete.hautetfort.com/nobis-nominavit/


                  • socialistecontretouteslesgauches 20 décembre 2014 16:12

                    On s’en contrefout des pinailleries de laîcarde.
                    Pour un bon nombre de ces énergumènes, cela doit faire des décennies qu’ils passent devant des crèches installées en dehors des églises, dans des marchés de noël et autres et ils ne se réveillent que maintenant.
                    Bouffez la votre libre pensée de franc-mac à 4 sous et arrêtez de nous emmerder.


                  • Crab2 21 décembre 2014 13:20

                    ’’ Excellent niveau de pensée critique ’’ : no comment


                  • Crab2 21 décembre 2014 13:23

                    Sur les marché de Noël les crèches sont à vendre ( un commerce sans plus ) et ne ne sont installées avec les deniers du contribuable


                    • socialistecontretouteslesgauches 21 décembre 2014 17:03

                      « crèche du marche de Noel », c’est une façon de parler, pour dire que ce qui passait pour banal et qui n’éveillait l’attention de personne l’année dernière encore est devenu un sujet polémique sur « ordre ».
                      En plus, je parlais de ces crèches ne sont pas que à vendre, certaines sont là comme simple exposition.

                      Pas besoin de sortir de Saint Cyr pour comprendre.

                      et puis l’argument de « la crèche payée par le contribuable » : vaut mieux en rire, c’est vrai que ça doit coûter une fortune en plus.


                    • Crab2 21 décembre 2014 13:24

                       et ne sont pas installées avec les deniers du contribuable

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès