Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Oui, j’ai un travail... je suis chômeuse

Oui, j’ai un travail... je suis chômeuse

Comment ne pas en parler ? Comment l'ignorer ? Le chômeur est la tendance du moment, l'activité du moment, tout le monde y passe un jour ou l'autre...des jeunes diplômés aux seniors, en passant par les cadres. J'y suis maintenant et pourtant Dieu sait que je m'active, que je remue Ciel et Terre, que j'ai la niaque... Celle que le chômage a cru m'enlever en me casant dans cette situation...

La niaque... Parlons-en.

Celle qui me fait me lever tous les matins. Celle qui me vole des larmes. Celle qui permet d'avancer... Sans elle, je serai au fond de mon lit 24h/24... Oui, je n'ai pas de travail, je n'aurai donc que ça à faire...

Mais non, je ne me laisse pas abattre, je scrute la toile 24h/24, j'envoie cv sur cv, je l'ai refait une dizaine de fois, j'ai relancé les recruteurs, j'ai activé mon réseau, j'ai mis en place une campagne de communication sur toute ma région, j'ai envoyé des lettres manuscrites, des mails, j'ai fait des présentations powerpoint sur ce que je pourrai apporter une fois en poste, j'ai des références, j'ai fait..., j'ai tout fait, tout essayé... Alors que faire ? Garder la niaque...

Mais la niaque, elle se perd facilement lorsque l'on se sent abusé...

Je suis au chômage depuis le mois de Mars 2013, suite à un licenciement économique. Depuis j'ai passé de multiples entretiens, j'ai eu plusieurs opportunités intéressantes restées sans suite, je ne sais même pas pourquoi... : j'ai été conviée à un second entretien au sein d'une société sauf qu'il n'a jamais eu lieu, j'ai eu un entretien dans un grand groupe de l'immobilier et le PDG a eu trois quart d'heures de retard (je suis restée car je connais une des personnes y travaillant), autant dire que l'entretien était à l'image de cette personne : rédhibitoire ; j'ai eu une super opportunité non loin de chez moi mais il me manque de l'expérience alors que sur l'annonce il était écrit "débutants acceptés", j'ai postulé à des offres en marketing et communication (mon domaine) et durant les entretiens je me suis rendue compte que c'était des postes pour être commercial. Ni les employeurs, ni moi-même ne savions pourquoi nous étions là face-à-face, si différents, si proches et pourtant si loin de nos espérances... Enfin, moi si, je sais lire, j'étais là car le poste m'intéressait. Je dis bien m'intéressAIT car je suis assez dubitative envers ceux et celles qui rédigent les offres d'emploi, il doit y avoir un manque d'informations quelque part, ou sinon je vis dans un autre monde... Enfin, j'ai eu le summum : une boîte qui n'est pas capable de définir mon futur salaire et un grand groupe d'assurance qui me demande un travail de réflexion (mais attention grande réflexion hein ?! Pas le type de travail qui vous prend deux heures, mais un week end entier...) et ensuite on me dit de ne pas me présenter au second entretien...alors qu'ils n'ont pas embauché, ils ont tout simplement changé l'offre une semaine après afin de continuer le processus de recrutement (je vous ai dit que je scrutais la toile 24h/24...). Ma déception fut énorme, mais comment peut-on demander à une personne de travailler gratuitement et ne pas lui donner la possibilité de présenter son rendu ??! Se sentir abusé, c'est ça en fait...

Se sentir abusé, délaissé et rejeté mais avoir la niaque, c'est ce en quoi consiste mon travail de chômeuse.

Que faut-il faire pour trouver un travail de nos jours ? Si vous avez des idées, envoyez les à Agoravox qui transmettra...


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • bartneski bartneski 31 août 2013 12:33

    Bonjour Jessica,

    n’y voyait pas un découragement de ma part mais je suis formateur en insertion professionnelle, en communication et en commerce au chômage depuis janvier 2010. J’ai 3 bac+2 et 20 ans d’expériences pro. Bien entendu, je ne touche plus aucune indemnité de pôle emploi, ni de Rsa car mes recherches actives d’emploi n’ont pas été suffisamment concluantes pour pôle emploi malgré mon dernier statut professionnel d’auto-entrepreneur (sur les conseils de mon conseiller pôle emploi) qui consistait à rechercher des clients plutôt qu’un employeur. Je suis passé dans la catégorie « ne cherche pas de travail, donc on coupe les vivres ». J’ai perdu mon toit et mon véhicule, ma vie de famille et bientôt ma dignité étant sdf depuis 6 mois. Je vis de la manche comme un clochard. Heureusement qu’il me reste quelques amis pour rester humain car sinon, je finirai par fouiller dans les poubelles pour bouffer et je ne me laverai plus, les bains municipaux étant fermés depuis belle lurette. J’ai 45 ans. Bon courage.


    • bartneski bartneski 31 août 2013 12:52

      C’est pas la niaque qu’il faut. C’est la foi au système. Et ça, moi je ne l’ai plus.


    • Gemini Gemini 31 août 2013 15:00

      Vois pointez du doigt le vrai problème : ceux qui s’imaginent que les chômeurs sont tous des glandeurs sont simplement des idiots qui ont foi dans le système alors qu’ils ne savent même pas réellement ce qu’est le système, cette bouse économique infâme, au service uniquement d’elle-même, qui broie les travailleurs pour les jeter ensuite sans ménagement dès qu’il n’en a plus besoin.

      Le mantra néo-libéral stipule que chacun est maître de son destin. C’est en grande partie faux. Le système décide déjà en grande partie de la place qu’il voudra bien nous allouer. Il n’y a pas de passerelle vers le niveau du dessus. Chacun à sa place.

      Bien sûr, il y aura toujours quelques exceptions pour confirmer la règle ce qui donnera toujours un peu d’eau au moulin des dévots. Mais les chiffres et les statistiques sont elles, impitoyables.

      Bref, mis à part vous souhaiter bon courage je n’ai hélas rien d’utile à vous apporter.


    • escartefigue 31 août 2013 13:02

      C ’est con à dire mais savoir dès le départ qu’ on ne peut réellement compter 

      QUE sur soi est un point capital . 

      Paul Emploi est un genre de truc pour donner du travail à ceux qui y 
       sont embauchés .

      Acquérir un savoir faire et se démerder avec . 

      • foufouille foufouille 31 août 2013 13:16

        tu peut toujours te « déporté » ...... ou te vendre  smiley


        • Morgane Lafée 31 août 2013 13:45

          Bonjour Jessica,

          J’ai été au chômage pendant 8 mois avant de trouver le poste que j’occupe actuellement. Autant dire que je comprends assez bien ce que vous décrivez ! Ces déceptions face à des offres d’emploi qui ne sont pas exactement ce qu’on croit, ces recruteurs qui ne savent pas ce qu’ils veulent, ce sentiment d’être abusé, ces faux espoirs, ces gens qui vous mènent en bateau... Surtout qu’autour de nous, les gens n’imaginent pas une seule seconde à quel point garder le moral relève de l’exploit. En effet, on est constamment sur le qui vive, donc quand on voit une ouverture se dessiner, l’adrénaline se déclenche d’un coup. Ce qui veut dire que, lorsqu’on se heurte à une déception, le moral tombe très bas.

          Le problème, c’est que quand on a le moral à plat, on dégage une aura d’incertitude qui ne nous aide pas. Je ne dis pas que c’est de notre faute si ça ne marche pas, juste qu’on n’est peut-être plus tout à fait au top pour dépasser la concurrence (les autres candidats).

          C’est contre les effets de ce grand huit émotionnel qu’il faut lutter.

          Pour cela, il faut absolument vous ménager des moments de détente, des moments chaque jour où vous ne faites pas de recherche d’emploi. Je dis ça parce que je sais trop bien ce que c’est que de « scruter la toile 24h/24 » ! Vous êtes dans une attente permanente, ce qui veut dire que vous devez culpabiliser quand vous faites autre chose. Or il est extrêmement important de vous réserver ces moments CHAQUE JOUR.
          Pour cela, il faut vous organiser : réserver des heures où vous faites de la recherche d’emploi à 100%, et d’autres où vous considérez que c’est votre temps libre. Si vous suivez les annonces sur le web, vous aurez sans doute remarqué que chaque site a ses petites habitudes quant aux heures de mise à jour. Prenez les sites sur lesquels vous pensez que vous avez le plus de chance de trouver quelque chose, et réservez ces horaires pour la recherche d’emploi, l’écriture de lettres, l’adaptation de votre CV à chaque offre, etc. Ca peut être le matin et en début d’après-midi, par exemple. J’ajouterais qu’il ne faut pas répondre à tout ce qui nous passe sous la main : mieux vaut être plus sélectif mais bien soigner ses candidatures.

          Et ne soyez pas dans l’obsession d’être présente à chaque nouvelle annonce qui parait. Si vous en ratez une le jour même et que vous ne répondez que le lendemain, ce n’est pas grave ! Faut vraiment venir à bout de ce sentiment obsessionnel car il vous pourrit la vie.

          En ce qui me concerne, à partir du moment où j’ai décidé de mon organisation, à savoir de mes heures de « recherche acharnée », je me suis lancée dans une activé personnelle pendant mon « temps libre » : faire un site web que je comptais faire depuis longtemps. Ça a payé : non seulement je suis très contente de mon boulot, non seulement cela m’a redonné confiance en moi, mais en plus, je l’ai cité sur mon CV et ça a fait très bonne impression au cours des entretiens qui ont suivi. Ma responsable actuelle m’a même dit que la personne de la DRH avait été impressionnée que j’aie pu entreprendre quelque chose pendant ma période de chômage et que je ne me sois pas laissé abattre.

          Bref, si j’avais un conseil à vous donner, c’est cela : lancez-vous un défi, quelque chose qui vous tient à cœur, afin d’entreprendre une activité sur la durée. Peu importe si ce n’est pas en lien direct avec ce que vous cherchez. Ça vous redonnera confiance. Et puis profitez des entrées gratuites aux expos, musées, etc., que vous offre votre carte de demandeur d’emploi. Il faut aussi sortir de chez soi, c’est important.

          Bon courage à vous et n’oubliez pas : continuez la recherche quotidienne mais ORGANISEZ-VOUS afin de vous réserver des moments de détente quotidienne. Après tout, les gens qui bossent ont des horaires de travail mais aussi du temps libre.

          M


          • bartneski bartneski 31 août 2013 14:29

            Mmmmouais... Si je ne bosse pas, c’est que je ne m’y prend pas comme il faut. Cela dit, je comprends que vos conseils servent à aider plutôt qu’à nuire. Mais chaque demandeur d’emploi est unique et de nombreux paramètres sont à prendre en compte. Par exemple, en ce qui me concerne, mon emploi dépend totalement de la politique régionale concernant la formation professionnelle. Dans ma région, ce budget a été divisé par deux. Alors je sais que vous allez me dire de changer de région sauf que j’habite dans LA région qui vote malgré tout, LE plus gros budget formation. Reconversion professionnelle ? Oui, comme je l’ai fait il y a 3 ans sur les conseils de pôle emploi. Bref, j’ai l’impression d’être pris dans un piège à rats sans issue. Et pourquoi ? Parce que nos politiques le veulent bien. Je ne suis ni fainéant, ni incompétent, ni fataliste. Je suis réaliste. Le travail ne se partage pas dans notre pays. Les français acceptent de travailler plus pour gagner plus et se foutent bien des chômeurs qu’ils montrent du doigt comme étant responsable de leur chômage.


          • bartneski bartneski 31 août 2013 14:33

            Et responsables des prélèvements obligatoires toujours plus élevés de leurs fiche de paie.


          • Nums Nums 31 août 2013 14:52

            Je crois qu’il faut bien réaliser qu’il n’y aura plus jamais de contexte favorable en ce qui concerne l’emploi.

            Les raisons sont multiples mais les principales sont par ordre d’importance :
            Le progrès technique, les gains de productivité, la finance et les multinationales devenues toute puissantes, la mondialisation et ses délocalisations.
            On a atteint, dans nos pays, l’apogée dans le milieu des années 70 et nous sommes depuis en déclin lent mais certain.Les prédateurs ont bien compris qu’il faut se servir un maximum tant qu’il en est encore temps. La « croissance » ne reviendra pas : je n’ai jamais entendu parler d’êtres vivants capables de grandir jusqu’à pouvoir toucher les nuages.

            A part changer de paradigme, je ne vois pas vraiment d’espoir. Il n’y a d’ailleurs pas d’autre solution que de changer de paradigme. Il y a belle lurette que la planète n’est plus capable de soutenir nos excès. Il y a bien des gens qui mettent en place ce changement mais s’ils devenaient trop nombreux, le système fera en sorte de les éliminer.

            J’ai 35 piges et je ne nous vois pas d’avenir...

            • Vipère Vipère 31 août 2013 17:12

              Bonjour l’auteur

              Foufouille touche du doigt, un élément capital pour une entreprise.

               En plus de ses compétences, elle doit avoir une excellente présentation ! Autant le dire brutalemment, mieux vaut être Jeune et jolie, si l’on cherche du boulot et que l’on appartient à la gente féminine.

              L’ayant compris, le petit ami, d’une amie lui demandé de retourner chez elle, mettre une jupe courte, plutôt qu’un pantalon sobre.

              Devinez, elle a été recrutée.

              Donc, montrez vos gambettes et vos atouts féminins, c’est plus payant que la sobriété ! smiley


              • foufouille foufouille 31 août 2013 18:18

                je faisais référence a son lien. une pute moche, ça doit moins gagner
                des fois, il ne suffit pas juste d’une jupe courte ....... (on peut même être ministre, il parait)


              • sleeping-zombie 31 août 2013 19:06

                Donc, montrez vos gambettes et vos atouts féminins, c’est plus payant que la sobriété ! 

                Ayant assisté à des entretiens d’embauche coté employeur, je peux te dire que « mettre en avant ses atouts féminins » est parfois un critère éliminatoire.
                La raison est simple : a compétence égale, on préfèrera recruter la personne qui se sent pas obligée de se déshabiller pour se vendre.
                Donc au final, ça fait des entretiens d’embauche agréable, mais ça ne joue pas en leur faveur.


              • foufouille foufouille 31 août 2013 19:49

                mais des fois, ça finit sur ou sous le bureau
                en inflation ou nico sodomie ...........
                 smiley


              • boris boris 31 août 2013 17:14

                C’est marrant les gens qui veulent être a tout prix être esclave du travail.

                Chomeur c’est bien, glandeur encore mieux, tout en faisant travailler les autres.


                • smilodon smilodon 31 août 2013 21:17

                  @ Jessica : Je ne suis pas de cette génération « sacrifiée », dont vous êtes certainement. J’ai cette chance (?), d’avoir vu le jour avant 1960. Et après avoir quitté l’école, j’avais 17 ans et je suis allé me présenter dans une des 4 usines de « biscuits » de mon petit patelin (5000 habitants)... J’ai postulé aussi dans une fabrique de caravanes..... Chez les agriculteurs du coin.....J’ai même fait un stage chez un « mécanicien-dentiste »....Bref, pour un « jeune » de 17 ans, trouver un boulot, en 1974, c’était pas bien compliqué !... Un simple boulot d’ouvrier, certes.....Mais un job, qui pouvait permettre de se « débrouiller » financièrement....Et de ne pas se sentir « inutile », ou « de trop »  !... Dans la même journée, je suis passé chez tout le monde..... Et dans une « biscuiterie », le « chef » m’a dit de passer chercher mes « affaires », une « bonnette », un pantalon, une chemise et un tablier.....Il devait être 17 ou 18 heures...Le lendemain 8 heures, j’étais en grande tenue devant la « pointeuse », mon petit bout de « carton » à la main....« Compostage » de ce carton dans la « pointeuse »....Et hardi petit !....J’avais mon premier « job » !...... Pas facile ce job !... Pas besoin de câlins ni de chansons pour m’endormir le soir-même !.... Mais un vrai sentiment de « bonheur » !...Malgré le mal aux pieds, aux genoux, au bras.....Malgré le mal partout !...... Un vrai sentiment de « bonheur » !... J’avais un « boulot » !.... Et c’est pas « rien » !..... Même mon père me regardait d’un autre oeil !.... Et ça fait du bien !.... De nos jours, cette époque bénie est bien derrière nous.....Les jeunes, en 2013, les « jeunes », terme souvent dévoyé, sont plus « instruits » qu’à « mon » époque !... Pour beaucoup, ils ont les mêmes aspirations que les autres avant eux !.... Ce qu’ils n’ont plus, c’est cette « facilité » à trouver un premier emploi !.... Et ce n’est pas leur faute !.... La « niaque » comme vous dites si bien, est la même qu’à mon époque !.... La même !.... Ce qui a changé, c’est tout ce qu’il n’y a plus dans ce pays !..... Des « usines » qui « fabriquent » !.... Des caravanes ou des biscuits !..... J’ai une fille qui aura 22 ans en Janvier prochain !... Et le problème des « jeunes », si je ne l’ai pas connu quand je l’étais moi-même, je le vis « par procuration », aujourd’hui !.... C’est bien de voir qu’il existe encore des jeunes tels (telles) que vous, ou ma fille, en 2013 !... Parce que moi, à 17 ans, confronté aux mêmes problèmes que vous aujourd’hui !......Je ne sais pas bien ce que j’aurais pu devenir !.....Pas bien !.... Courage mademoiselle, mais vous n’en manquez pas !.... Gardez-la votre « niaque » !..... Gardez-la bien !.... Elle est votre force !..... Je ne peux que vous souhaiter tout plein de bonheur......C’est hélas tout ce que je peux !......Depuis 39 ans que je bosse, moi je n’ai qu’une envie, celle d’arrêter !... Encore 6 ans, et après 45 ans de « boulot », si dieu me prête encore vie, et si « François » me donne 3 sous...J’arrête !.. Enfin !.. Mais vous, Vous valez 10 !...Ne l’oubliez jamais !..... Vous valez 10 !.....Ne renoncez pas....JAMAIS !!!...Vous valez mieux que tous ces gens qui vous gouvernent, et qui vous gouverneront !.... Mille fois mieux !..... Adishatz.


                  • sleeping-zombie 1er septembre 2013 14:49

                    (les jeunes d’aujourd’hui sont notés sur 20...)


                  • ecolittoral ecolittoral 31 août 2013 21:33

                    Soyons réaliste ! Les ouvriers, puis les techniciens, puis les cadres...en France, en Allemagne etc, presque tout le monde se trouve déclassé, retraité...à 25, 30, 40 ans.

                    L’industrie est en déclin partout dans le monde, y compris dans les BRICs.

                    La vie « laborieuse » avec la retraite au bout, c’était dans les années 70/80 !
                    Je conseille à Jessica de s’intéresser aux raisons de cette situation. C’est un peu compliqué mais, à force « d’étudier », on fini par comprendre...que ce système est sur la fin.

                    D’ou l’intérêt de ne pas oublier les relations de proximité. Associations, voisins etc.
                    Mieux vaut faire partie d’un groupe...que de scruter l’occasion de travail 24 sur 24.
                    Occasion qui semble de plus en plus fuyante et inaccessible.

                    Travailler, c’est un salaire. 
                    Etre utile faute de « travail », c’est une façon de garder la tête sur les épaules...et de savoir qu’on est toujours capable et compétent.

                    • smilodon smilodon 31 août 2013 23:32

                      @ écolittoral : Ok. Entièrement !... Nos « jeunes » en 2013 sont confrontés à un mur inaccessible !....Insurmontable !!... Rien à voir avec la France des années 70 !... A l’époque les chinois roulaient encore en pouss-pouss !... Relire « quand la chine s’éveillera, le monde tremblera » d’Alain Peyrefitte !!.. 1973 !.... Mais relire quand même !.?...Ca valait le coup !....Quand on sait ce qu’on sait maintenant !!!.... Ce « Alain » c’était Mme soleil !....En 1973 !... Y’a 40 ans !.... Trop fort !.......Adishatz.


                    • howahkan Buddha 2 septembre 2013 09:19

                       Nous croyons savoir que la construction d’un édifice vertical comme la société pyramidale commence par le haut...par la pierre d’achoppement...

                      A partir de là bien sur...comment s’étonner de quoi que ce soit ? Le pire sera toujours là car un tel monde ne peut marcher...

                      Vous savez il se prépare un Alzheimer géant sur cette planète, tout le monde est concerné....la douleur de vivre qui est de notre entière responsabilité et que nous n’avons jamais élucidé sera notre pierre tombale.enfin pas pour tous......


                      • howahkan Buddha 2 septembre 2013 09:49

                        Cela dit les professions parasites de politicien à journaliste, militaires, policiers, avocats, notaires, publicistes, psycho bla bla , mannequins, faux philosophes, curés ,imam,rabbins etc etc qui ne servent a rien à part a remplir le porte feuille , sont légions....on me dit la vie c’est le profit...alors moi je chôme c’est ma façon de profiter de MES cotisations , après tout je ne fais qu’écouter ce que on me dit...

                        de toutes façons ILS sont obligés de continuer à payer.....et oui ça fait le malin à la téle, mais là haut comme en bas , le slogan est le meme....je suis mort de trouille...

                        l’homme se trouve petit ,alors il monte sur un tabouret..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

jessica


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès