Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Ouverture des commerces le dimanche : l’alliance de la faucille et du (...)

Ouverture des commerces le dimanche : l’alliance de la faucille et du goupillon ?

On a entendu toutes sorte d’arguments contre l’ouverture des commerces le dimanche. Mais sous couvert de protection des employés, cette opposition vise bien souvent à protéger des intérêts bien établis...

Dans le debat sur l’ouverture des commerces le dimanche, on nous parle souvent de crise de civilisation et de catacysme sociétal. Les critiques viennent aussi bien de la gauche, que de la droite, pour des raisons différentes. Qu’en est-il en réalite ?

Avant d’exprimer une opinion, revenons un instant à la réalite de la proposition :

- Il s’agit d’autoriser certains commerces, dans certaines zones, à ouvrir le dimanche. Il y a donc des limites. On peut quand même supposer qu’il ne s’agit que d’un premier pas et que les limites pourraient être élargies dans le futur.

- Il ne s’agit pas d’autoriser le travail le dimanche, car c’est déjà fait : les conditions salariales sont différentes, mais un employeur peut faire travailler ses employés le dimanche, généralement avec un salaire double, et moyennant un autre jour de repos dans la semaine. Beaucoup travaillent déjà le dimanche : services publics vitaux (police, hôpitaux), mais aussi usines travaillant en 3x8.

Qu’est-ce que qui changerait ? Exposons les conséquences probables du projet de loi, qui ont souvent été presentées de façon déformée par les politiques.

1) Des contraintes pour certains employés, qui devront travailler le dimanche. Cependant, elles sont compensées par un salaire plus élevé. A chacun de décider s’il veut travailler dans ces conditions ou non
2) Plus de liberté pour faire ses courses : beaucoup de personnes qui travaillent du lundi au vendredi pourraient faire leurs courses le dimanche, au lieu d’etre contraintes de les faire le samedi. Cela signifie aussi 2 fois moins de cohue le samedi...
3) Un peu plus de consommation et d’emploi : à richesse égale, les menages consommeront un peu plus avec 7 jours ouvrés qu’avec 6. C’est vrai en particulier pour tous les produits dits d’impulsion, tels que vêtements, mode, livres, etc. dont la consommation est expansible. Ce n’est pas le cas pour les produits non expansibles, notamment alimentaires car on ne mangera pas davantage.
4) Un peu plus d’empois et de salaire : l’effet sur l’emploi est lié uniquement à l’augmentation des ventes, car à vente egale l’emploi sera identique. En effet, la caissière qui travaille le dimanche remplacera une caissiere retirée de la semaine. En revanche, il y a un effet d’augmentation du salaire moyen, dans la mesure où le salaire horaire est augmenté le dimanche.

Au total, tout cela ne semble pas très choquant. Une personne au chômage sera contente de travailler y compris le dimanche, pour obtenir un revenu. La vision d’une perte du dimanche consacré au loisir est fausse : tout d’abord parce que de nombreuses personnes travaillent déjà le dimanche. Ensuite, parce que le jour de travail est compensé par un autre jour de repos.

Pourquoi l’ouverture des commerces rencontre-t-elle une telle opposition ?

L’opposition a ce projet vient aussi bien de la droite que de la gauche. Cependant, les raisons sont très differentes pour la droite et la gauche. Listons-les rapidement.

A gauche, on invoque :

- Le respect du temps de loisir et de la vie de famille, qui serait altérée si l’un des parents travaille le dimanche. La critique est valide, cependant c’est deja le cas pour les 3 millions de personnes qui travaillent actuellement le dimache.

- Le fait qu’il sera difficile pour un employé de refuser de travailler le dimanche. C’est certainement vrai. Cependant, qui s’en offusque lorsqu’un hôpital recrute une infirmiere ?

- Le fait que le salaire ne sera pas plus élevé le dimanche que les jours de la semaine : c’est certainement vrai, car les employeurs essaieront de reduire l’avantage salarial du dimanche lors des négociations entre les partenaires sociaux. Il faut donc que la loi garantisse strictement cet avantage.

A droite, les arguments sont plus subtils, et répondent en réalité à des intérêts catégoriels :

- La défense du petit commerce : on affirme généralement que les petits commerces auront plus de difficultés à ouvrir le dimanche. C’est vrai, mais la contrepartie est que des emplois seront créés. La réalite est que les petits commercants sont la clientèle électorale de la droite. Donc les députes cherchent a les defendre, même si cela est au détriment de l’intérêt plus général des consommateurs.

- L’exclusion des commerces alimentaires : sans que des explications n’aient été avancées en dehors de l’argument de la défense du petit commerce, les commerces alimentaires ont été exclus du dispositifs. Pourquoi ? Tout simplement parce que la consommation alimentaire n’augmentera pas, mais les coûts, eux, oui : comme on l’a vu plus haut, on ne mangera pas davantage, mais les coûts salariaux seront plus élevés. Du coup, les grandes surfaces alimentaires ont fait du lobbying pour ne pas entrer dans ce dispositif. Au bénéfice de leurs profits et de leur actionnaires, mais au détriment des salaires et des consommateurs !

- L’argument cache de la religion : pour de nombreux parlementaires de la droite conservatrice, la vraie raison de s’opposer a l’ouverture des magasins le dimanche est l’influence de l’Eglise catholique, qui souhaite garder ce temps pour permettre aux gens d’aller a la messe. Oui mais... quid des juifs, dont le jour de repos est le samedi ? Des musulmans, qui sont 7 millions en France et dont le jour de repos est le vendredi ? Pourquoi personne ne les prend en considération ? Tout simplement parce que l’Eglise catholique est le partenaire naturel des pouvoir publics, et a une influence importante sur le vote, en particulier dans les campagnes. Mais cela, personne ne voudra l’avancer ouvertement !

Alors, que tirer de tout cela ?
Tout simplement que, sous couvert de protéger les employés, on protège en réalite les (petits) patrons, la religion catholique et les profits des grande surfaces alimentaires. Et cela au détriment des consommateurs qui auront moins de temps pour faire leurs courses, et des petits empoyés, dont on sait que vu leur niveau de salaire ils préfèrent généralement un peu plus d’argent et un peu moins de temps.

Et voilà comment un peu de désinformation permet, sous couvert de défense des employés, de protéger les intérêts bien compris des petits commerces, des grandes surfaces et des religions établies.

Alors, une proposition : ouvrons tous les magasins le dimanche pour 2 ans. Et revoyons la loi dans 2 ans, ou lors du prochain changement de majorité. Gageons que peu de deputés seront prêts à risquer les foudres de leurs électeurs consommateurs et employés en revenant sur l’ouverture du dimanche !


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Blé 6 janvier 2009 15:47

    Le repos du dimanche est un acquis social. certains métiers comme les infimières, les boulangers ou les urgentistes savent que dans ces professions ils travailleront le dimache. Ce sont les vrais volontaireS.

    Travailler le dimanche est une demande du patronat, pas des salariés. La demande des salariés est de gagner plus, pourquoi les salaires sont-ils aussi bas ? La terre s’arrêterai t-elle de tourner si ils augmentaient de 30%.Travailler plus pour gagner plus, beaucoup de gens le font au noir.

    Imaginons un instant que des millions de français soient prêts et revendiquent le droit de travailler 12 h par jour, 365 jours par an et jusqu’à 70 ans. Que se passerait-il ?


    • Fergus fergus 6 janvier 2009 16:03

      Votre article est caractérisé :

      - par plusieurs affirmations fausses, du genre "salaire généralement doublé le dimanche" alors que cela n’est vrai que pour une infime minorité des travailleurs du dimanche ;

      - par des omissions importantes comme la lourde pénalisation (voire l’arrêt de mort) que représenterait pour des milliers d’associations sportives et culturelles la perte d’une partie de leurs rares bénévoles.

      En outre comparer la vente de Sacrés-coeurs enneigés ou de T-shirts marqués "I Love Marseille" avec la mission des infirmières ou celle des pompiers est pour le moins spécieux.

      Quant à affirmer que cette mesure créerait des emplois, c’est oublier de dire qu’elle risquerait fort d’en détruire tout autant dans la petit commerce de centre-ville.

      Bref, argumentation très peu convaincante.


      • foufouille foufouille 6 janvier 2009 16:40

        ca supprimerait aussi la moitie des fetes de villages et brocantes
        en plus c’est le MERDEF qui demande ca, comme le travail a 75a


      • Laurent_K 6 janvier 2009 16:35

        Reprenons vos arguments :
        « Le respect du temps de loisir et de la vie de famille, qui serait altérée si l’un des parents travaille le dimanche. La critique est valide, cependant c’est déjà le cas pour les 3 millions de personnes qui travaillent actuellement le dimanche. » Et alors, en quoi le fait que la situation actuelle n’est pas parfaite justifierait-il de l’empirer ?

        « Le fait qu’il sera difficile pour un employé de refuser de travailler le dimanche. C’est certainement vrai. Cependant, qui s’en offusque lorsqu’un hôpital recrute une infirmiere ?  » Même remarque : en quoi cela justifierait-il d’aggraver la situation ?

        «  Des emplois seront créés.  » Faux. En quoi le fait d’avoir un jour d’ouverture de plus ferait que les clients dépenseraient plus ? Les dépenses se feront le dimanche au lieu de se faire pendant la semaine mais il n’y aura pas une once de croissance en plus.


        • foufouille foufouille 6 janvier 2009 16:42

          admettons qu’ils soient paye deux fois plus.......
          ce cout serait repercute sur les produits
          en realite leur temps de travail serait annualise donc que dalle
          sauf pour ceux qui devront faire garder leurs momes..........


          • Fergus fergus 6 janvier 2009 17:15

            Non, Foufouille, il n’est déjà plus question de payer double, ni même d’imposer ne serait-ce que 50% de bonus : le gouvernement à fait machine arrière toute sur ce point. Et pour cause : cela ouvrirait de facto un front revendicatif dur pour toutes les professions qui travaillent d’ores et déjà le dimanche pour répondre à des impératifs de servcie public, et cela bien que les pouvoirs publics aient précisé que ces professions ne seraient pas concernées par la loi. Ben voyons...


          • non666 non666 6 janvier 2009 16:52

            En tant qu’avocat de la géniale politique de notre Phare de la pensée, de notre vertue incarnée, de notre génie fait homme, le cultissime Nicolas sarkozy de nagy Bosca, je ne peux que louer en vous le redoutable amis que vous etes.

            Votre sincérité, votre objectivité, votre précision dans la description des ennemis attardés du chemin pavé de lumière que nous prépare le guide supreme, est louable en tout point.
            Seuls des nazislamiques abatardis, des cul-bénis catholiques revanchards , des marxistes a poil ras et au couteau entre les dents pourraient s’opposer a notre marche pour sortir des ténèbres grace au micro-timonier.

            Je cherche moi aussi un travail comme lobbyiste du gouvernement dans les forums et médias citoyens, pouvez vous parler de moi au chef, assis a votre droite ?


            Toute ressemblance ou similitude avec du foutage de gueule serait , bien entendu, malvenue.


            • Radix Radix 6 janvier 2009 19:57

              Bonjour Matthieu

              Première apparition sur Agora-vox, premier article, aucun commentaire !

              Pour qui tu bosses ?

              Radix


              • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 6 janvier 2009 21:52

                LA seule et UNIQUE raison de l’opposition au travail dominical est....

                le travail AU NOIR dominical !!!!

                Qui est devenu monstrueux en France, réparti dans toutes les couches sociales de la population, même (et surtout !) les plus aisées, et touchant TOUS les secteurs d’activité.

                Mais qui reste TABOU à 1000 % sous prétexte de "soupape sociale".
                Qui n’a pas son petit "bizness" dominical juteux et ne veut pas le perdre ?

                Creusez, creusez, ce que vous trouverez est hallucinant ; mais essayez de le révéler et de l’exposer, vous serez baillonnés. TABOU. Car tout le monde veut en profiter, il n’y a plus ni éthique, ni morale dans ce pays.
                Les plus laxistes vous diront "mais ces revenus clandestins reviendront à un moment ou un autre alimenter l’économie du pays" sans vous dire que ce marché est PARALLELE (deux lignes parallèles sont deux lignes qui ne se touchent JAMAIS).

                Mes contacts avec la DGCCRF, l’URSSAF et les services fiscaux ont été éloquents : ils se trouvent tous entre marteau et enclume !

                Mes recherches personnelles ont été axées uniquement sur le commerce clandestin qui a pris des proportions colossales grâce aux vide-greniers (dominicaux, quel hasard !) puis l’internet.
                Commerce clandestin ayant balayé le marché des biens d’occasion, maintenant celui des biens neufs, en attendant l’alimentaire.
                Internet qui permet ainsi d’établir des estimations financières qui donnent le vertige, des montants globaux se chiffrant en milliards d’euro depuis 10 ans, c’est affolant...

                Les petits commerces, incapables de se fédérer pour défendre leur activité comme d’autres, sautent les uns après les autres ; plus de petits disquaires, plus de petits libraires, plus de magasins de jouets, ... remplacés par des "particuliers" vendant du neuf sous blister en masse ; la grande distribution a fini par se rendre compte de l’ampleur de cette concurrence déloyale ; malheureusement le gouvernement ne veut pas que l’on parle du commerce clandestin dominical, TABOU ; et ainsi on voit fleurir dans la presse et les médias des articles et des discours étranges et incohérents car obligés de cacher la raison majeure du malaise.
                Il faut dire que le lobby associatif à l’origine du commerce au noir en France est devenu puissant et arrose assez ...

                Une poignée de revendeurs clandestins a été poursuivie et condamnée en 2008 pour des dizaines de milliers en activité ...

                A noter que le gouvernement a eu l’idée de camoufler tout ça par la lamentable invention de "l’auto-entreprenariat" bricolée dans l’urgence et qui ne va qu’aggraver les choses pour 2009...

                Le commerce déclaré va sérieusement décliner cette année et on nous sortira le grand alibi suprême : "mais c’est la crise, mon bon monsieur !".


                • HELIOS HELIOS 6 janvier 2009 22:51

                  Le monde change, mon bon monsieur, le monde change !


                  — - L’ère où le marchand de clous du village avait l’exclusivité du fabricant pour la vente au detail est abolie...


                  — - L’ère où une marque pouvait refuser a un vendeur de vendre ses produits est finie, et même les fabriquants de parfum y passent...


                  — - L’ère où le prix et les caracteristiques des produits sont dissimulés et où aucune comparaison n’est possible est finie. plus question de refilé un bas de gamme obsolète pour un produit up to date ...

                  Cela ne veut pas dire qu’il faille ouvrir le dimanche. Une société a besoin de rythme...


                • Vilain petit canard Vilain petit canard 7 janvier 2009 10:27

                  OUI, il faut travailler le dimanche ! Seuls quelques bas du front rétrogrades rejettent ce nouvel acquis social qui dopera le pouvoir d’achat, augmentera les salaires et donnera une haleine fraîche. Les gens se rueront sur les magasins afin de dépenser plus, riches comme ils sont. On les voit, ces passéistes poussiéreux qui refusent la marche inexorable du progrès social : la faucille et le goupillon, les communistes et les intégristes catholiques. A mon avis, les ultra-gauche anarchistes tendance autonome ne sont pas loin non plus, tapis dans l’ombre. 

                  Vous voyez bien que les pauvres ne sont pas si pauvres, puisque quand on leur offre la possibilité d’être payé double, ils refusent, tous des assistés fainéants qui claquent leurs alloc’ en achetant des écrans à plasma.

                  A quoi ça sert, le dimanche, en fait ? A paresser (la paresse est un péché capital, l’Eglise n’a pas tort sur tout) en famille, alors que les forces vives de la nation chancellent sous les coups de boutoir des pays émergents. Alors que la Nation est en danger, on préfère papoter avec les enfants, vérifier leurs devoirs, se promener en forêt, au lieu de s’aligner sur les saines et vigoureuses conditions de travail chinoises et pakistanaises, et dépenser les monstrueuses économies grapillées sur les subventions et autres allocations, RMI, et RSA injustement distribués par des fonctionnaires incompétents à des profiteurs malhonnêtes.

                  OUI, le dimanche est fait naturellement pour travailler, c’est le repos qui n’est pas naturel. Le repos est une invention socialo-communiste destiné à avachir davantage une classe de travailleurs qui n’a de travailleur que le nom, à promouvoir les glandeurs, et à s’assurer des élections démagogiques. Vous croyez que les Lagardère, Dassault et autres gens aisés reconnus par la communauté, ils glandent le dimanche, eux ? 

                  ET EN PLUS, c’et une LIBERTE de travailler le dimanche, voilà maintenant que les Français refusent une liberté supplémentaire. Déjà qu’on leur octroie généreusement le droit de travailler jusqu’à la mort, ils crachent dans la soupe et préfèrent rester frileusement chez eux. Tas de lopettes, on est vraiment dans un pays de nuls. Alosr que cette mesure, somme toute assez naturelle, permettrait de restaurer la confiance, résoudrait la crise financière et ferait baisser les prix.

                  Je suis écoeuré, les Français sont vraiment inréformables, pas étonnant que les Chinois s’en tirent mieux que nous. Alors qu’on leur préparait de nouvelles libertés, je me demande si ça vaut vraiment le coup, c’est donner des perles aux cochons. 

                  Ah oui, quelles nouvelles libertés sont en préparation ? Et bien, la LIBERTE de travailler la nuit (y en a bien qui le font), la LIBERTE de ne pas voter (pourquoi changer inutilement les gouvernements ?), la LIBERTE de faire les poubelles pour se nourrir (pourquoi dépenser de l’essence pour aller à Carrouf’, alors que les poubelles regorgent d’aliments encore bons), la LIBERTE de ne pas s’inscrire au chômage si on s’est fait balancer préventivement (pourquoi allourdir inutilement le buget de l’ASSEDIC ?), et la LIBERTE de se soigner à ses frais (pourquoi couler la Sécu avec des maladies inutiles, elle qui est si bonne avec nous ?).

                  Mais les Français n’en sont pas dignes. Ils préfèrent se cramponner à des acquis d’un autre âge, ils n’entreront jamais dansle XXIe siècle.

                  J’ai bien résumé votre article ?


                  • Annie 7 janvier 2009 13:24

                    Ce n’est pas parce que les petits commerçants votent à droite qu’ils ne valent pas la peine d’être défendus. Ils fournissent un service public en permettant aux personnes âgées de continuer à s’approvisionner sans avoir à prendre la voiture ou à dépendre des services publics quand ils existent, et donc de continuer à vivre dans leur communauté. Ce qui est triste est de voir des "petits métiers" disparaître comme les coordonniers. 
                    Vivant dans une ville anglaise de 30 000 habitants où il n’y a plus un seul boucher, poissonnier, marchand de légumes etc. et où les 4 supermarchés ne sont pas seulement ouverts le dimanche mais 24 heures sur 24, (sauf le dimanche où ils ferment à 16 heures), je vous conseille d’être vigilants. Parce qu’il n’est pas possible de revenir en arrière.


                    • ddacoudre ddacoudre 7 janvier 2009 13:30

                      bonjour mathieu

                      Ce projet est une stupidité en soi, il répond à un lobbie des grandes surfaces avec un temps de retard, et à la niaiserie d’une parite de la population.

                      les grandes surfaces rêvaient de capter les flux financier qui circulaient dans les petits commerces et sur les marchés du dimanche, et accrocher ainsi également une partie de l’épargne des livrets populaire par un surcroît d’impulsion d’achat.

                      Pour les salariés une fois l’offre (majoration du dimanche) d’appel éteinte,elle tombera dans le routinier par la banalisation. au bout il n’y aura pas plus de liberté que celle d’une duperie de plus, d’hommes qui se croient libres parce que les autres se trouvent à leurs dispositions en permanences pour une activité solidaire et consentante aliénante. Comment peut on croire aujourd’hui que sa liberté repose sur l’aliénation de celle des autres, faut-il pour cela que le matraquage médiatique soit puissant ?

                      cordialement.



                      • Lapa Lapa 7 janvier 2009 14:23

                        Bien qu’en désaccord avec l’auteur de l’article j’ai voté pour sa publication car il permet de faire débat et tout du moins de facilement revoir les arguments discutables qui nous sont proposés.



                         Il s’agit d’autoriser certains commerces, dans certaines zones, à ouvrir le dimanche. Il y a donc des limites. On peut quand même supposer qu’il ne s’agit que d’un premier pas et que les limites pourraient être élargies dans le futur.

                        Les limites posées ne sont donc pas à prendre en considération puisqu’il ne s’agit que d’un premier pas.

                         Il ne s’agit pas d’autoriser le travail le dimanche, car c’est déjà fait : les conditions salariales sont différentes, mais un employeur peut faire travailler ses employés le dimanche, généralement avec un salaire double, et moyennant un autre jour de repos dans la semaine. Beaucoup travaillent déjà le dimanche : services publics vitaux (police, hôpitaux), mais aussi usines travaillant en 3x8.

                        Vous l’avez eu ou votre salaire double le dimanche ? Et si il y a bonus de salaire c’est bien que le travail ce jour là est exceptionnel et handicapant pour le salarié (il reçoit compensation). Si le travail est totalement autorisé pour tous le dimanche, en quoi celui-ci restera-t-il exceptionnel et handicapant ? En quoi nécessiterait-il une prime ? De plus vous mettez sur le même plan une profession qui de base sait qu’elle va travailler le dimanche (boulanger) et des professions d’intérêt public (infirmiers, medecins... qui d’ailleurs ces jours là sont dits "de garde" ) avec des professions style : marchand de meubles ikea ? On croît réver. Quant au 3x8 : le travail du dimanche n’est pas compris dans une usine travaillant aux 3x8. 


                        Qu’est-ce que qui changerait ? Exposons les conséquences probables du projet de loi, qui ont souvent été presentées de façon déformée par les politiques.

                        1) Des contraintes pour certains employés, qui devront travailler le dimanche. Cependant, elles sont compensées par un salaire plus élevé. A chacun de décider s’il veut travailler dans ces conditions ou non

                        pourquoi employer le terme "devoir" puisque c’est une liberté sur le volontariat ? un lapsus peut être ?

                        2) Plus de liberté pour faire ses courses : beaucoup de personnes qui travaillent du lundi au vendredi pourraient faire leurs courses le dimanche, au lieu d’etre contraintes de les faire le samedi. Cela signifie aussi 2 fois moins de cohue le samedi...
                        cela signifie donc 2 * moins de chiffre le samedi et donc je vois pas en quoi ouvrir le dimanche va augmenter la croissance. Encore un argument martelé et qui tombe à plat.

                        3) Un peu plus de consommation et d’emploi : à richesse égale, les menages consommeront un peu plus avec 7 jours ouvrés qu’avec 6. C’est vrai en particulier pour tous les produits dits d’impulsion, tels que vêtements, mode, livres, etc. dont la consommation est expansible. Ce n’est pas le cas pour les produits non expansibles, notamment alimentaires car on ne mangera pas davantage.

                        non : cf point au dessus les gens sont contraints de faire els courses le samedi, il vont pas les faire le samedi + le dimanche. Soyez cohérent.

                        4) Un peu plus d’empois et de salaire : l’effet sur l’emploi est lié uniquement à l’augmentation des ventes, car à vente egale l’emploi sera identique. En effet, la caissière qui travaille le dimanche remplacera une caissiere retirée de la semaine. En revanche, il y a un effet d’augmentation du salaire moyen, dans la mesure où le salaire horaire est augmenté le dimanche.

                        il n’y aura aucune augmenttaion des ventes lissées sur l’année. Donc aucune création d ’emploi réelle. Les creux de la semaine ou du samedi seront compensés le dimanche. c’est tout.


                        Au total, tout cela ne semble pas très choquant. Une personne au chômage sera contente de travailler y compris le dimanche, pour obtenir un revenu. La vision d’une perte du dimanche consacré au loisir est fausse : tout d’abord parce que de nombreuses personnes travaillent déjà le dimanche. Ensuite, parce que le jour de travail est compensé par un autre jour de repos.

                        ce n’est pas parce que une infirmière travaille le dimanche que je ne perds pas le mien si je dois travailler. Voilà bien un argument fallacieux : tenez, je vous prive de votre accès internet mais cela ne vous prive pas puisque d’autres aussi dans le monde n’ont pas accès à internet...
                        Enfin le but d’un jour de repos n’est pas de rester dans son coin seul. C’est d’avoir un jour de repos compatible avec le calendrier et le rythme de notre pays et famille : le dimanche on a ses enfants, on a un jour commun de repos qui permet de gérer des activités communes. Oui autre que de l’achat impulsionnel je sais pas si vous connaissez ce genre de choses. Traditionnellement en France il s’agit du dimanche qui reste le dénominateur commun comme le vendredi l’est dans d’autres pays ayant une autre histoire. C’est toute la société qui souffle ces jours là.



                        Pourquoi l’ouverture des commerces rencontre-t-elle une telle opposition ?

                        L’opposition a ce projet vient aussi bien de la droite que de la gauche. Cependant, les raisons sont très differentes pour la droite et la gauche. Listons-les rapidement.

                         j’ai zappé vos arguments complètements idiots

                        Alors, que tirer de tout cela ?
                        Tout simplement que, sous couvert de protéger les employés, on protège en réalite les (petits) patrons, la religion catholique et les profits des grande surfaces alimentaires. Et cela au détriment des consommateurs qui auront moins de temps pour faire leurs courses, et des petits empoyés, dont on sait que vu leur niveau de salaire ils préfèrent généralement un peu plus d’argent et un peu moins de temps.

                        Et voilà comment un peu de désinformation permet, sous couvert de défense des employés, de protéger les intérêts bien compris des petits commerces, des grandes surfaces et des religions établies.



                        en résumé vous n’avez rien compris. Si pour vous le but de votre vie c’est de faire de l’achat impulsionnel, si vous ne reconnaissez aucun intérêt à avoir un temps de pause communs à tous et si vous croyez réellement que cette mesure va augmenter l’emploi ou la croissance ou que sais-je encore : je vous plain profondément.

                        Vous ne voulez que briser un rythme socia et sociétal pour le petit confort d’achter des nike le dimanche (liberté de faire les courses) . pour cela vous seriez prêt à dire n’importe quoi (bien aimé le coup de l’église catholique lol ).



                        • loco 7 janvier 2009 19:10

                           Bosser le dimanche ? lequel ? celui où on a la garde des gosses ou l’autre ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Matthieu


Voir ses articles







Palmarès