Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Paris - Jean Bouin : Delanoë récuse mal le favoritisme

Paris - Jean Bouin : Delanoë récuse mal le favoritisme

Je pensais n’avoir plus à écrire sur le stade Jean Bouin, situé à Paris XVIe, mon quartier, ce n’est pas le centre du monde, et je crois que les intéressés disposent des arguments juridiques suffisants pour faire capoter le projet grotesque soutenu par Bertrand Delanoë, maire de Paris.

Mais il se trouve que celui-ci devrait être bientôt mis en examen pour abus de biens sociaux, prise illégale d’intérêt, en somme favoritisme. C’est donc l’occasion de récapituler les différents aspects de l’affaire et de réagir aux récents propos en défense tenus par Delanoë au micro de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1.

L’historique

Le stade Jean Bouin a été construit dans la foulée des Jeux Olympiques de Paris qui avaient eu lieu en 1924 sur l’ancien glacis des fortifications de l’ouest parisien. Jean Bouin avait été avant 1914 un athlète du CASG Paris, club qui, dès l’origine en 1925, fut concessionnaire de l’équipement qui portait le nom de son athlète. Le CASG était à l’origine une émanation de la Société Générale (Club Athlétique de la Société Générale, avant d’être rebaptisé en 1919 Club Athlétique des Sports Généraux) et la Société Générale fut le sponsor du club jusqu’au début des années 2000, soit pendant un siècle. Le groupe Lagardère remplaça alors la Société Générale "à la tête du club" comme le formule très justement la notice Wikipedia.

La tribune édifiée en 1925 le fut par un grand architecte de l’époque, Lucien Pollet, le même qui construira ensuite la piscine Molitor voisine. On y trouve avec logique les anneaux olympiques dans la structure même de l’édifice qui se place dans le projet général des utopies urbaines et qui est une œuvre rare qui mériterait d’être classée monument historique en lien avec la piscine Molitor.

Autour du stade, le quartier est homogène des années 1920-1930, comptant de nombreux logements qui appartiennent à la Ville de Paris, à vocation sociale, articulés autour de deux lycées et de deux écoles primaires, le tout formant un ensemble cohérent. Il y avait à l’origine quatre autres stades utilisables par le quartier : Roland Garros, le parc des Princes, le fond des Princes, et Géo André, site originel du Stade Français. Ce dernier a été fortement écorné par le creusement du boulevard périphérique, qui a conduit à la construction d’un vaste bâtiment où se coudoient bureaux, commerces et gymnases du Stade Français. Le Parc des Princes originel a lui aussi été démoli à la fin des années 1960 pour laisser place à la construction actuelle, une structure de béton qui n’est pas sans poser de problèmes de solidité.

Jusqu’aux années 1980 le stade Jean Bouin vit sa vie avec son club résident. Ses sections sont le hockey sur gazon, le rugby, le tennis et bien sûr l’athlétisme. Il s’agit donc de ce qu’on nomme un "club omnisport".

Mais à la suite du bétonnage de Géo André et du Parc des Princes, la pression des promoteurs commença à s’exercer dès la fin des années 1970. On vit circuler dans les années 1980 un projet qui visait à remplacer le stade Jean Bouin et la piscine Molitor par un complexe immobilier de très grande ampleur, à deux pas de Roland Garros et du champ de course d’Auteuil, donc avec beaucoup d’argent à la clef. Les élus et les habitants de cette partie de Paris résistèrent alors rudement aux appétits de la municipalité parisienne de droite, et obtinrent en 1990 l’inscription partielle de la piscine Molitor à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. De ce fait, le projet immobilier était caduc. Jean Bouin pouvait respirer. Pas pour longtemps.

Le tournant de 1992 : l’arrivée de Max Guazzini

La section rugby du CASG crut pouvoir se lancer dans le haut niveau, sous l’impulsion de son président de l’époque. Ce fut un échec terrible qui entraîna la CASG dans la déconfiture financière, au point de mettre son avenir en danger. Jean Bouin redevenait vulnérable. C’est alors qu’apparut Max Guazzini, cofondateur de la radio et du groupe NRJ. Seuls les connaisseurs savaient qu’il avait été le collaborateur de Bertrand Delanoë et que ce dernier avait ensuite été le "commissaire politique" du Parti Socialiste dans le groupe NRJ, les liens entre eux n’étaient pas seulement amicaux, mais de véritables liens d’intérêt.

Guazzini, très talentueux, expansif, avait décidé d’accélérer le passage du rugby français au professionnalisme. Il assuma cette tâche en prenant le contrôle d’une nouvelle structure commune au CASG et au Stade Français, qui jouerait au stade Jean Bouin. En apparence, Jean Bouin était sauvé, mais c’était en ayant perdu une part de son indépendance. Se sentant menacé par l’impérialisme du Stade Français, le CASG rapprocha alors ses autres sections de celles du Racing Club de France (RCF) pour faire contre-poids au Stade Français, ces deux clubs étant opposés par une rivalité quasi-ancestrale.

Dès son arrivée à Jean Bouin, Guazzini s’y sentit à l’étroit. Il demanda plusieurs fois la suppression de la piste d’athlétisme qui enserre le terrain de rugby. Lorsque j’étais adjoint au maire en charge des sports, je me suis opposé à cette annexion, la piste d’athlétisme étant indispensable aux très nombreux scolaires de l’enseignement public qui fréquentent le stade. Il obtint aussi de jouer plusieurs matchs par an au Parc des Princes tout voisin. Il fit bituminer un terrain jusque-là dévolu au volley des scolaires pour un parking, et une allée sableuse qui longe la fameuse tribune Pollet.

Les choses en étaient là lorsque j’ai quitté les fonctions d’adjoint au maire du XVIe chargé des sports en 2001.

L’arrivée de Lagardère

Il m’a été donné de rencontrer Arnaud Lagardère une fois lorsque j’étais adjoint au maire : son fils apprenait le karaté dans un club du quartier, j’avais l’habitude d’assister à la fête de fin d’année du club, au stade Pierre de Coubertin, et cette année-là, Lagardère était là avec sa femme (une jolie ex-mannequin des années 1980), voulant faire la fête pour son fils qui était heureux de la fête de son club. Jean-Luc Lagardère était encore vivant, Arnaud n’était que l’héritier. C’est moi qui ai passé la médaille du club au cou de l’enfant, Arnaud Lagardère rigolait chaleureusement et me glissa, en montrant sa caméra vidéo : "Je vous ai dans la boîte".

L’arrivée de Lagardère à Jean Bouin coïncide à peu près avec la mort de son père (victime d’une opération à la clinique du sport dont les responsables viennent d’ailleurs d’être lourdement condamnés pour leurs déficiences) et avec sa prise des rênes du groupe Lagardère, en 2003. C’était aussi le temps de la préparation de la candidature de Paris aux Jeux Olympiques (JO) de 2012. Arnaud Lagardère se montrait l’un des soutiens les plus solides de cette candidature, comme il soutenait Delanoë, devenu maire de Paris en 2001. En devenant le sponsor du club, il en devenait le patron de fait. Et d’ailleurs, c’est après cette époque qu’ont été implantés les affreux Algéco qui défigurent le stade et qui portent le fanion "Team Lagardère".

La candidature pour les JO de 2012 avait rouvert la boîte de Pandore de l’avenir de Jean Bouin. On y trouvait un projet de modernisation du stade qui ouvrait des incertitudes mais qui, en aucun cas, n’aboutissait à la démolition de la tribune historique ni à l’expulsion définitive des scolaires. Le renouvellement de la concession du stade Jean Bouin s’est fait pendant la procédure de candidature, et on peut légitimement se demander si l’arrivée de Lagardère à Jean Bouin n’a pas été une forme de contrepartie que Delanoë lui aurait donnée pour le soutien de la candidature de la Ville aux JO, ce qui correspondrait en effet à une logique de favoritisme.

Après l’échec de la candidature, Lagardère entreprit de développer un projet absolument faramineux pour le stade qui lui était dévolu : il s’agissait d’une sorte de dôme géant, un POPB (Palais Omnisport de Paris-Bercy) dédié au tennis, à l’ouest de Paris, comme le POPB est à l’est. La réaction des riverains et des élus fut extrêmement virulente, le projet tomba, mais le mal était fait : désormais, l’avenir du stade Jean Bouin devenait incertain.

Le projet actuel et ses péripéties

On revint donc à l’hypothèse d’une modernisation du stade de rugby actuel, qui protégeait à la fois les éléments architecturaux et l’usage scolaire. La nomination de Bernard Laporte au gouvernement, à l’automne 2007, changea encore une fois la donne : Laporte était le patron sportif historique du Stade Français sous Guazzini, c’est lui qui avait réussi à reformer à Paris la ligne mythique du pack de Bègles qui avait propulsé le Stade dans l’élite. Proche de Guazzini qui était plus qu’un ami pour Delanoë, Laporte se retrouvait parmi les favoris de Sarkozy. Le pont entre la droite et la gauche naissait à leur profit, commun à Guazzini et à Lagardère.

C’est sans doute ainsi qu’est née l’idée de dépecer définitivement le stade Jean Bouin.

En effet, le projet actuel coupe le stade en deux moitiés : au sud, le rugby dans un stade privatif ; au nord, des courts de tennis et un gymnase, dévolus officiellement à Paris - Jean Bouin, et officieusement au Team Lagardère. Le stade Jean Bouin était victime d’un Yalta, victimes devenaient le hockey, l’athlétisme, et surtout des milliers de scolaires pour lesquels on imaginait un très vague et lointain déplacement dans des terrains qui seraient créés au milieu du champ de course d’Auteuil (à pied, c’est très loin, alors que Jean Bouin est au pied de deux des trois lycées concernés), alors même que le champ de courses n’appartient pas à la Ville, mais à l’État.

On ne sait pas bien pourquoi, à ce yalta sportif qui est une bérézina scolaire, s’ajoutent 7500 mètres carrés de commerces, qui n’ont aucun rapport avec l’ensemble.

Le tout atteint le budget minimal de 150 millions d’Euros, mais les spécialistes parlent de 200 millions, voire de 300 millions, ce qui, dans un contexte de pénurie fiscale et de suppression de la Taxe Professionnelle, semble encore plus absurde.

Fin 2008, il devint évident que la concession de Jean Bouin allait poser des problèmes juridiques, et la municipalité parisienne préféra la casser unilatéralement au cours d’un vote épique du conseil de Paris. Trop tard : le tribunal administratif de Paris l’annulait en mars suivant au motif de l’absence d’appel d’offres, et cette annulation ouvrait automatiquement la procédure pénale de favoritisme. Delanoë fut convoqué discrètement par la Brigade financière en juillet, et on apprend qu’il est de nouveau convoqué pour le 2 décembre prochain, dans la perspective d’être mis en examen.

Entre-temps, 7000 personnes ont défilé à Jean Bouin pour protester contre la démolition du stade, où l’on remarquait les représentants des municipalités du XVIe arrondissement et de Boulogne-Billancourt, des deux fédérations de parents d’élèves (PEEP et FCPE pourtant réputée proche de la gauche), des syndicats d’enseignants d’EPS, de la fédération française de hockey sur gazon, et de plusieurs partis politiques, parfois même membres de la majorité municipale : UMP, Nouveau Centre, MoDem, Verts. La section du PCF du XIVe arrondissement s’est même prononcée officiellement pour que le stade Charléty devienne le stade de référence du rugby parisien, et non Jean Bouin.

Les derniers arguments de Delanoë

Lors de l’interview d’aujourd’hui, Delanoë a développé une défense en plusieurs aspects.

- il n’y a pas eu de favoritisme.

arguments :

1) la concession du stade Jean Bouin de gré à gré a été votée à l’unanimité en 2004. Si Delanoë a su trouver les arguments pour convaincre tout le monde à l’époque, on voit mal en quoi cela l’exonérerait d’un favoritisme. Il faut se rappeler que, lorsqu’il a aidé Lagardère à prendre le contrôle du RCF à la Croix-Catelan, c’est au moyen d’un appel d’offres qu’il l’a fait. Dès lors, si l’appel d’offres a permis l’arrivée de Lagardère ici et si l’absence d’appel d’offres a permis son arrivée là, on est en droit de s’interroger sur la sincérité des procédures employées, et donc sur l’éventualité d’un favoritisme.

2) la concession a fait l’objet du contrôle de légalité par le préfet. L’inefficacité du contrôle de légalité est l’un des points faibles de la décentralisation depuis 1982, ce contrôle n’empêche pas l’annulation d’un très grand nombre d’actes publics chaque année, ni l’ouverture de procédures judiciaires annexes.

3) la chambré régionale des comptes a avalisé la concession. Est-elle chargée d’un contrôle de légalité ? Non : c’est le préfet. Il lui arrive de soulever des lièvres, mais ce n’est pas systématique. Son métier est la comptabilité publique.

- la Ville a besoin d’un stade entièrement consacré au rugby et n’a pas d’alternative

Delanoë explique au passage qu’"un de ses prédécesseurs" a construit à Charléty non pas un stade de rugby, mais un stade d’athlétisme. Le prédécesseur en question, c’est Chirac. Et non, il n’a pas construit un stade d’athlétisme : il a construit un stade pour le Paris Université Club (PUC), qui est un club omnisport comme Jean Bouin et qui, à l’époque, jouait dans l’élite du rugby...

La Ville pourrait très bien faire jouer en alternance au Parc des Princes football et rugby. On m’a parlé d’une solution technique très satisfaisante employée au stade de Cardiff au Pays de Galles, qui permet de refaire entièrement le terrain à chaque occasion, et qui n’est pas plus coûteuse que l’entretien normal.

Par ailleurs, si Delanoë acceptait de considérer que Paris, ce n’est pas seulement la ville réfugiée derrière son périph, mais bien l’agglomération parisienne, l’alternative existerait immédiatement. Il faut souligner qu’il existe déjà deux grands stades sous-utilisés en Île de France : le Stade de France, et Charléty.

- le stade Jean Bouin n’a plus de concessionnaire, il y aura appel d’offres pour sa prochaine attribution

Mais ça, c’est une forme d’aveu.

Et il faudrait le dire aux gens qui soutiennent le projet de reconstruction du stade et Guazzini : car il est évident que celui-ci n’a aucune garantie de poursuivre là ses activités...

J’irais même jusqu’à dire qu’il est évident que Guazzini ne sera pas le prochain bénéficiaire de la concession du stade Jean Bouin, non plus que Lagardère qui a pourtant dopé (si j’ose dire - c’est un mot qu’on ne prononce jamais dans les tribunes d’honneur des clubs, on se demande pourquoi...) l’équipe du RCF pour la propulser dans l’élite.

Comme je l’ai souligné dans l’une des vidéos que j’ai consacrées à ce sujet, celui qui va évidemment tirer les marrons du feu à Jean Bouin, c’est Colony Capital, concessionnaire du Parc des Princes, et dont le métier est justement l’immobilier, et en particulier l’immobilier commercial ! Voici cette vidéo et le lien avec mes précédents articles et vidéos sur ce sujet : surtout, et et .

La destruction de la tribune historique du stade Jean Bouin serait une grande perte pour nos monuments historiques, et la mise à l’écart de milliers d’élèves qu’on se propose de transbahuter en autocar dans les embouteillages parisiens pendant un nombre d’années indéterminé serait un signal extrêmement funeste donné à notre avenir : le sacrifice des scolaires au sport fric (où la triche est la règle comme Henry l’a montré) serait tout simplement un scandale.

Le Collectif Jean Bouin appelle à un nouveau rassemblement sur place le 2 décembre à 19 heures.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Charles Martel Charles Martel 25 novembre 2009 10:49

    Max Guazzini le mec qui veut faire du rugby ce qu’est devenu le foot. Spectacle est business, pognon...etc...

    Je déteste ce mec, inutile de dire que j’exulte quand le stade français reste au fond du classement. Le marketing et le pognon ne font pas tout, il reste pour l’instant encore le sport... en attendant.

    La team Lagardère, grand copain de Sarko et Delanoë, tous ces gens là s’entendent merveilleusement pour croire que tout leur est dû.

    Bon courage à l’auteur et merci pour cet témoignage.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès