Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pauvreté, chômage et stigmatisation

Pauvreté, chômage et stigmatisation

Aujourd’hui s’achève la Conférence nationale sur la pauvreté. Oui, face à la pauvreté grandissante, il fallait au moins ça ! Marisol Touraine nous annonce qu’en 2012 le taux de pauvreté était de 14,1% (et en 2012 ? Parce que 2010, c’est loin quand même).

Pour rappel, un français sur deux se considère pauvre ou en passe de le devenir (après vous me direz que c’est relatif, je connais bien quelques personnes qui vivent très bien et qui se définiraient comme pauvre). 3,3% de la population vit avec moins de 640 euros et 13,5% avec 954 euros (soit le seuil de pauvreté).

Sans occulter les travailleurs pauvres qui représentent un véritable sujet à approfondir (smicard, temps partiel, cdd court,…), il semble évident que les chômeurs constitue une bonne part de ces pauvres en France. Mais attention, grâce à cette conférence, le gouvernement se penche sur les situations précaires de millions de français. C’est mais est ce que les mesures prises vont dans le bon sens ?

Concernant le logement, loin de se pencher sur le mal logement de nombreux français, ce sont des places supplémentaires d’hébergement d’urgence et d’hébergement en centre CADA (centre d’accueil pour les demandeurs d’asile) qui vont être mises en place. C’est bien, mais ce sont des solutions provisoires quand des milliers de personnes cherchent des solutions durables.

Les études le montrent, de nombreux français renoncent aux soins car ceux-ci sont trop onéreux et de nombreux français ne peuvent plus payer une complémentaire santé. Il est donc envisagé de relever le plafond pour pouvoir bénéficier de la CMUc qui est actuellement fixé à 7934 euros. En espérant que cela permette à de nombreux précaire de pouvoir bénéficier de cette couverture santé.

Devant la précarité de nombreux jeunes, une allocation de 450 euros sera mis en place assortie d’un contrat d’insertion. Cela concernerait 100000 jeunes non qualifiés (bien connu que la qualification préserve de tout). Mais pas avant la rentrée 2013.

Et la mesure phare, qui je pense ne manquera pas de déclencher les foudres des biens pensants, le RSA devrait être revalorisé de 10% d’ici 2017. Le but est de ramener cette allocation à hauteur de 50% du salaire minimum, taux mis en place pour le RMI mais qui a diminué avec le RSA (qui ne représente que 43% du SMIC).

Pour info, le RSA socle c’est 474,93 euros mais il faut lui ôter le forfait logement (somme retirée du RSA dès lors que le bénéficiaire touche une aide au logement, est hébergé ou n’a pas de frais de logement. En gros, la plupart des bénéficiaires quoi). On arrive donc en fait à une somme de 417,94 euros. Desquels il faut retirer les petites économies que le bénéficiaires pourraient avoir sur un livret (on prend 3% de l’épargne qu’on divise par 12 pour avoir le montant retiré chaque mois si je ne me trompe pas). Mais ne pas oublier également toutes aides régulières de la famille ou d’associations. C’est donc effectivement le bonheur sans nom que certains essaient de faire croire !

Cette hausse de 10% (d’ici 2017 donc), porterait le montant du RSA (si je ne me suis pas trompée, parce que moi et les maths, ça fait bien 3) à 522, 43 euros forfait logement inclus et à un peu moins de 460 euros sans celui ci.

Rien de très révolutionnaire donc, si ce n’est une allocation pour les jeunes mai qui reste restreinte (on fait quoi des jeunes qui ont des qualifications ? Le but inavoué c’est de faire baisser le niveau de qualif de la population ?).

Des mesures sur le logement bien insuffisantes, un élargissement de la CMUc qui pourrait être bienvenue (à voir si ce sera beau en réalité à défaut d’être transcendant sur le papier). Reste cette hausse minime (mine de rien) du RSA qui va accentuer la stigmatisation mise en place par une partie de la population, aidée et soutenue par la droite décomplexée, qui pense déjà que beaucoup de bénéficiaires se complaisent dans cet « assistanat ».

Pour quand le vrai débat sur les bas salaires (et les primes que se prennent les patrons sur ces bas salaires) qui sont au final le véritable problème ? Ah ! Oui, pardon ! On préfère parler du cout du travail trop élevé !

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/les-10-chiffres-chocs-sur-la-pauvrete-en-france_364016.html#xtor=AL-189

http://www.latribune.fr/blogs/mieux-dans-mon-job/20121210trib000736294/tous-pauvres-la-peur-de-la-precarite-saisit-les-francais.html

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0202442543212-pauvrete-le-rsa-augmentera-de-10-en-cinq-ans-519402.php

http://www.leparisien.fr/economie/ayrault-le-rsa-revalorise-une-allocation-creee-pour-les-jeunes-en-difficulte-11-12-2012-2398659.php


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Txotxock Txotxock 12 décembre 2012 10:10

    Refrain connu mais tout aussi abject.


  • Ronald Thatcher Ronald Thatcher 12 décembre 2012 11:08

    c’est clair que le grand repeuplement de la France par des pauvres essentiellement d’Afrique sub-saharienne est abject, c’est le « changement maintenant » d’abou flanby notre fossoyeur élu démocratiquement.


  • Gabriel Gabriel 12 décembre 2012 10:27

    Par la faute de dirigeants et de financiers corrompus une immense armée de laisser pour compte se bâtie là sous nos yeux et, quand elle explosera le ventre vide, aucune police, aucun gouvernement ne sera en mesure de l’arrêter…


    • Yoann Yoann 12 décembre 2012 15:48

      Si on regarde les états-unis, il y a près de 50 millions de pauvres qui se nourrissent grâce aux bons alimentaires. ça fait une sacrée armée révolutionnaire 50 millions !!! Mais le système a très bien retenu que c’est par un ventre vide que naissent les révolutions, il a donc tout intérêt à ne pas laisser les choses dégénérer jusque là ...


    • Yoann Yoann 12 décembre 2012 15:51
      (dsl mauvaise manip)
      D’où les bons alimentaires aux US, la soupe populaire en France etc, etc ... Il est plus sage d’assister les gens plutôt que de les voir vous combattre ...

    • ZenZoe ZenZoe 12 décembre 2012 11:11

      On est en train de retourner direct au moyen âge !
      Ce qui est choquant, ce n’est pas la pauvreté, ce sont les INEGALITES qui s’enracinent et étranglent toute la société.
      Ce qui est choquant, ce n’est pas tant de savoir qu’il y a des pauvres, c’est de comprendre que ces pauvres le seront A VIE ! Qu’ils n’auront plus les moyens de sortir de l’impasse.
      L’idéal d’une société serait de faire en sorte que ceux qui veulent gagner beaucoup d’argent (et pourquoi pas ?) puissent le faire. L’idéal d’une société serait de faire en sorte qu’un enfant né dans un milieu très modeste ait l’espoir de pouvoir en sortir.
      C’est fini tout ça. La chance pour tous, ça n’existe plus. Toutes les chances qui restent sont fermement tenues par ceux qui sont déjà en place.
      Les autres se cramponnent à leur place. Ils savent que si les choses tournent mal, c’est fini pour toujours et ça ne fera qu’empirer. Il ne leur restera plus que l’espoir de trouver un petit coin tranquille sous un pont ou un porche, qu’il ne pleuve pas sur leurs cartons et leur tas de chiffons, que leur chemin ne croise pas celui d’une brute saoûle, et qu’il reste encore des places le soir dans le bus des désespérés.


      • jef88 jef88 12 décembre 2012 14:57

        il n’y a qu’une façon réaliste de lutter contre la pauvreté :
        créer des emplois productifs !
        mais pour cela il faut se protéger ! au niveau européen ...
        horreur ! le protectionnisme ! ce n’est pas tendance et cela déplait à la finance.....


        • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 12 décembre 2012 18:17

          Quand on veut punir quelqu’un, on l’enferme.
          Quand on veut conquérir une ville, on l’assiège.
          Quand un état se met au ban de la société, les nation-unies font un blocus (l’Iran par exemple).

          Qu’avons nous fait pour que vous vouliez nous punir en nous isolant.

          C’est en s’ouvrant et en échangeant que l’on s’enrichit. Surement en se repliant sur soi. Et cela est vrai, qu’il s’agisse d’une personne ou d’un pays.


        • jef88 jef88 12 décembre 2012 23:58

          mais pour protéger une ville on l’entoure de murailles


        • paul 12 décembre 2012 14:59

          La stigmatisation des pauvres et des chômeurs - l’assistanat , cancer de la société - un thème de campagne de l’Agité avec son complice Wauquiez,,pour draguer les milieux populaires tentés par le vote FN, ça marche encore ....

           http://www.actuchomage.org/2012121123542/Social-economie-et-politique/la-haine-du-pauvre-est-bien-vivace.html

            


          • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 12 décembre 2012 18:23

            L’assistanat, c’est prendre beaucoup d’argent à ceux qui sont productifs, pour en donner un tout petit peu aux plus faibles, pour les maintenir dans cette dépendance.

            Ca donne du pouvoir sur les riches et les pauvres, c’est le rêve de tout nos politiques assoiffés de pouvoir. Ca leur donne l’impression d’être utile, alors qu’ils sont nuisibles.

            La pauvreté augmente de façon corrélé avec l’impôt, une fois que celui-ci à franchi le sommet de la courbe de Laffer.

            L’état est un boulet pour l’économie, et au plus il grossit, au moins il y a création de richesse. Et pourtant, grâce à l’ingéniosité des hommes, la création de richesse pourrait être exponentielle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Angie S


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès