Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pax Americana

Pax Americana

PAX AMERICANA !

Jacques-Robert SIMON

 

 Essayons de survoler l’état de la planète Terre.

 Une multitude d’affrontements se déroule sous nos yeux :

 Iran, Syrie, Liban, Palestine, Egypte, Libye, Tunisie, Irak, Afghanistan, Mali, République Centre Africaine … Un trait commun : des populations à forte majorité musulmane sont sujettes à des combats internes. 

 La Russie tente de reconquérir des fragments de puissance, des troubles apparaissent immédiatement à ses portes.

 La Chine, en empruntant pour partie des recettes économiques venues d’ailleurs, se hisse peu à peu à la hauteur de ceux qui peuvent décider de leur propre sort. Il y a fort à parier que les spécificités du Tibet vont se réveiller en mettant à mal cette montée vers l’hégémonie.

 L’Europe sous la bannière d’institutions quasiment inconnues de ses propres citoyens s’apprête à renoncer à être ce qu’elle reste encore en signant des accords qui vont la contraindre à des normes qu’elle refusait jusqu’alors.

 Dans tous les cas, l’impulsion des conflits ou des troubles a toujours pour origine les Etats-Unis. Rien de bien nouveau, les Etats Unis ont toujours voulu dominer le monde dans sa globalité, et ils ont pour ce faire utilisé tous les moyens à leur disposition, des plus rudimentaires et barbares aux plus sophistiqués, derniers nés de « leurs » sciences. Tapisser un pays considéré comme ennemi de bombes ou d'agent orange n’est plus guère de mode et des moyens plus modernes d’asservissement s’offrent à eux : 

  - l’attrait naturel d’une servitude volontaire pour toute population au sein d’une démocratie d’opinion

  - l’utilisation des « big data » pour tout connaître d’une population jusque dans ses moindres détails afin de la contrôler

  - l’étude fine des ressorts psychologiques des collectivités fournie grâce aux sciences du comportement.

 

 L’attrait d’une fraction de la population d’une Nation donnée pour une servitude volontaire permet d’éliminer démocratiquement ceux que l’ « on » considère comme ennemis car libres. Il suffit de faire en sorte que ceux qui sont désireux d’échanger leur liberté contre la satisfaction de jouissances immédiates, population que vous trouverez dans tout groupe constitué, prennent leur essor puis le pouvoir. Un enracinement démocratique réel et des serviteurs irréprochables d’un Etat sain et non corrompu ne vous met pas à l’abri des assauts de ces agitateurs. Chacun a pu le constater en Mai 1968 en France. A sa tête un Homme que chacun respecte et que presque tous soutiennent. Il ne demande qu’une seule chose à ses concitoyens : faire les efforts nécessaires pour vivre ensemble. Ceci ne le mettra pas hors de portée de trublions qui n’ont d’autre but que de vociférer avant, vieillissant, de se ranger parmi les notables.

 

 Vous trouverez toujours une minorité qui contestera une autorité, quelle que soit la société, quel que soit le dirigeant, quelles que soient les orientations politiques, religieuses ou philosophiques de ces autorités : il suffit de chercher.

 

 Les « big data », ou collection massive de données, est une expression utilisée pour désigner des ensembles de données stockées qui deviennent tellement volumineux qu'ils nécessitent des ordinateurs dédiés de très grandes tailles. Les informations sont traitées par introduction de mots clés et des moteurs de recherches sophistiqués permettent de détecter toute corrélation entre deux phénomènes, tout arbre de conséquences. Récupérer les données sur tous les aspects des vies publique, privée, politique, religieuse, militante … de chacun des individus de la planète est devenu possible grâce à l’usage que font ceux ci des ordinateurs et des sites et messageries associés. Chaque commande, chaque rencontre, chaque idée émise, chaque écrit transmis est stocké et corrélé en temps utile avec telle ou telle manifestation individuelle ou collective d’amis, d’opposants, d’ennemis, pour suite à donner. Si une situation ne rencontre pas son agrément, le possesseur des « big data » peut tester sur ceux-ci divers scénarios d’intervention afin de déterminer celui qui est le plus conforme à ses intérêts personnels. Big Brother vous regarde, vous épie et même vous incite à agir seul ou en groupe !

 

 Big Brother est déjà à l’œuvre de par le monde : il n’y a pratiquement plus aucune place pour une quelconque déviance à la normalité du plus puissant. La conséquence la plus visible : le Monde fourmille de guerres de toutes sortes, de rebellions, d’émeutes, de « révolutions » mais toujours en faveur d’Océania !

 

 Les sciences comportementales regroupent les disciplines qui étudient les activités individuelles, les interactions entre les individus, et les actions collectives qui en découlent, au sein d’un milieu donné. L’analyse systématique du comportement humain au moyen d'observations précises est menée en parallèle avec des expérimentations menées avec rigueur pour caractériser les déterminants, les motifs essentiels d’action ou de pensée. Des études « scientifiques » de populations permettent de mettre en évidence des comportements « logiques » ou du moins prévisibles de groupes sociaux sous l’effet de stimuli ou de perturbations grâce à des modélisations et des formulations statistiquement pertinentes. L'anthropologie, la psychologie, les sciences cognitives, la théorie des organisations, la psychobiologie et les diverses sciences sociales sont les principales disciplines de ce domaine.

 Les sciences comportementales constituent l’outil de choix pour utiliser avec efficacité des banques de données d’une façon optimale. Elles donnent accès à la maîtrise du devenir de populations par des moyens autres que purement coercitifs : les peuples doivent se précipiter par leur propre volonté vers le destin qu’on leur a préparé.

 

 La maîtrise des populations, grâce aux ordinateurs ultra-puissants et aux « logiciels » dédiés à cet usage est devenue de nos jours une science quasi-exacte. La plupart des agitations apparaissant au sein de mondes pensés comme ennemis ne doivent strictement rien au hasard. Vous « mitonnez » ainsi la guerre mondiale qui vous permettra de réaliser votre rêve ultime de domination. Vous pensez que cette stricte tutelle est d’autant plus nécessaire qu’il ne reste plus beaucoup de temps avant que toute ressource du globe ne s’épuise dans l’orgie de consommation que vous avez vous même organisée. 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • eric 4 mars 2014 10:02

    Bof....

    Au lendemain de la guerre, l’Amérique fait quoi ? de 50 a 75% du PIB mondial, la première armée du monde, seul détenteur de la bombe, et elle en fait quoi ? Le plan Marshall, propose même a l’est. L’incitation a la démocratie chez les vainqueurs et les vaincus.

    Depuis, elle s’est enrichie chaque année ou presque, mais le reste du monde aussi et encore plus.

    Ainsi, on aurait un « empire » obsédé par un désir de domination absolu, disposant de tous les moyens pour ce faire, ( avant le seul poids économique et militaire, aujourd’hui, la manipulation informatique en plus de la domination militaire).

    Donc des gens très très fort a tout point de vue, et dont les efforts inlassables déboucheraient sur l’exact inverse de ce que seraient leurs buts : dominer le monde.
    Si dans l’absolu, ils s’enrichissent, en part relative, leur place diminue régulièrement au bénéfices d’à peut prêt l’ensemble du reste du monde.

    Alors soit ce sont eux qui sont a la fois fous et méchants, géniaux et parfaitement stupides, soit ce sont le gens qui en jugent ainsi qui ont un problème d’analyse....


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 4 mars 2014 15:41

       Il est incontestable que les USA peuvent produire des efforts collectifs permettant des exploits. Toutefois, la façon de dominer le Monde en 2014 n’est plus celle du siècle dernier : le monde financier est en aval de toute décision.


    • eric 4 mars 2014 17:45

      J’imagine que vous vouliez dire en amont, mais cela ne change rien : si les EUA était une puissance impériale soucieuse de domination et de racket généralisé, efficace, on aurait pas une part relative en perpétuelle baisse dans la richesse mondiale.
      Donc soit ils cherchent la domination mais ce n’est pas très grave parce qu’ils sont nuls, soit il ne la cherchent pas.
      Vous devez avoir lu les histoires d’Emmanuel Todd qui explique que « l’empire » preleve son tribut sous la forme de l’effondrment a intervalle régulier de la valeur des titres US. ce qu’il appelle un « mécanisme mystérieux ». Le monde paserait son temps a bosser pour placer des surplus qui s’évanouiraient mystérieusement et régulièrement, au profit de l’Amérique...Mais vous êtes un scientifique, les « mécanismes mystérieux » cela n’existe pas...


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 mars 2014 06:47

      Je voulais en effet dire « en amont ». Les scientifiques ne font qu’étudier les « mystères » pour essayer de les rendre compréhensibles. Ils n’y arrivent que rarement.


    • claude-michel claude-michel 4 mars 2014 10:06

      Les USA refont en Europe (et en Afrique) ce qu’ils ont fait en amérique du sud...et qui à échoué lamentablement... !


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 4 mars 2014 15:43

         Je pense sincèrement qu’à terme la « civilisation » Américaine aura effacé toutes les autres, en Afrique comme ailleurs.


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 4 mars 2014 15:44

         Je pense sincèrement qu’à terme la « civilisation » Américaine aura effacé toutes les autres, en Afrique comme ailleurs.


      • JL JL 4 mars 2014 15:45

        > --- « Mahatma Gandhi, que pensez vous de la civilisation occidentale ? »
        > --- « je pense que ce serait une bonne idée. »


      • CASS. CASS. 5 mars 2014 01:12

        ben dis donc et vous osez appelez ça une civilisation quand vous parlez des us, le vrai sens du mot civilisation vous échappe totalement. c’est de l’anti civilisés et de l’anti civilisation c’est celà la vérité.


      • CASS. CASS. 5 mars 2014 01:30

        Eh ouai les protocoles des sages (desjésuites) de sion , révisés par les rothschildiens khazars les windsordiens etc CRIMINELS USURIERS, ne sont pas un faux.
        Tant que ce ne sera pas soleil vert , ils fouteront la merde et le désastre partout, ils rongeront la moindre pensée et philosophie civilisationnelle jusqu’à l’os, ça a toujours été le but de ces immondes ordures.


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 mars 2014 06:51

        La « civilisation » Européenne a apporté le pire comme le meilleur. Nous sommes à la croisée des chemins où il faut choisir entre « le vivre ensemble avec sobriété en consommant des choses de haute qualité »... et ... la remise au goût du jour d’un esclavagisme barbare dans lequel le « peuple » sera gavé de « bouffe » et de sexe.


      • Bernard Pinon Bernard Pinon 4 mars 2014 11:41

        Les Etats-Unis suivent une doctrine stratégique nommée « destinée manifeste » qui énonce que la destinée de ce pays est d’être la seule super-puissance, imposant par la force si nécessaire une « paix américaine » à un monde vassalisé. Cette doctrine impose qu’aucun acteur géopolitique ne puisse mettre sérieusement en péril ses objectifs. (lisez à ce propos « le grand echiquier de Zbignew Brzezinsky - ça date un peu mais c’est édifiant)

        Aujourd’hui, seules la Russie et la Chine sont seules en mesure de constituer cette menace. L’objectif des USA va donc être d’affaiblir ces adversaires par le contrôle des ressources pour la Chine et la déstabilisation et l’endiguement pour la Russie.
        Une technique éprouvée de déstabilisation d’un pays non-aligné, on l’a vu à l’oeuvre lors des »révolutions colorées« mais aussi en France en mai 68, est de faire grandir le mécontentement du peuple (par exemple par des sanctions économiques ou plus subtilement via la culture et la presse) et de »coacher« les opposants. C’est une des raisons pour lesquelles les pays non-alignés ne peuvent pas se permettre d’être très »démocratiques".
        Le problème de cette doctrine est qu’elle n’est pas durable sans une menace permanente. D’où l’accent souvent artificielle mis sur une menace comme le terrorisme, qui présente l’avantage de justifier des mesures liberticides. Au final, on aboutit à une forme de dictature orwellienne qui nous rendrait presque nostalgique du fascisme de papa.

        • Bernard Pinon Bernard Pinon 4 mars 2014 11:44

          (désolé pour les fautes d’orthographe)


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 4 mars 2014 15:46

          Je suis totalement d’accord avec votre analyse.


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 10 mars 2014 08:36

          Nostalgique du fascisme : n’allons pas trop loin. Une alternative serait une Europe des Nations fière d’elle même et de ses principes républicains ... à suivre !


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 10 mars 2014 08:38

          Nostalgique du fascisme : n’allons pas trop loin. Une alternative serait une Europe des Nations fière d’elle même et de ses principes républicains ... à suivre !


        • Grandloup74 5 mars 2014 16:03

           Heureusement il y a la Russie, la Chine et aussi, l’Iran, la Syrie et quelques pays d’Amérique du Sud. D’autres basculeront aussi si ils voient que la résistance gagne. Des résistants de dernière heure, mais ça pourrait peser. Si la civilisation, la planète et le bonheur desd hommes veut êtrepréservé, si nous ne voulons pas que les générations futures vivent en esclaves déposszédés de tout, il est urgent et indispensable de stopper les US dans leur agression tous azimuts. Une guerre limitée dans toute son horreur serait sans doute et hélas, le seul moyen de faire comprendre à ces odieux assassins qu’ils ne pourront pas décider éternellement de la dimination de tous les humains de la planète.
           Au final, le nombre des victimes serait infiniment moins élevé.


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 mars 2014 17:10

            Je ne suis pas dans cette logique. Admettons que le pouvoir financier prime tout. Les humbles, les petits, les « démunis » ... mais aussi les poètes et les gens biens ne sont pas sans armes : ils doivent s’organiser pour « amasser » en un point de l’argent et investir d’une façon intelligente.


          • QAmonBra AmonBraQ 9 mars 2014 22:34

            @ l’auteur 


            Votre analyse est pertinente, mais je ne partage pas vos conclusions, les U$A et leurs alliés se planteront comme tous ceux qui les ont précédé dans cette folie de vouloir dominer l’humanité. 

            Toute leur science et leur technologie seront retournés contre eux, comme le chaos qu’ils estimeront utile de créer pour y parvenir. 

            Aucune nation, pouvoir ou caste n’a imposé son diktat au nombre, sans avoir a en payer le prix à terme.

            Ceci est une constante historique.

            Pour les U$A et ses affidés, à tout seigneur tout honneur, l’addition sera à la hauteur de leurs œuvres, c’est dire très salée !

            Aurons nous la chance (ou la malchance) d’y assister ? Qui vivra verra !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès