Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Peut-on dissoudre le Droit à la Formation dans un compte du même nom (...)

Peut-on dissoudre le Droit à la Formation dans un compte du même nom ?

Le 11 janvier dernier les partenaires sociaux ont introduit dans leur accord (non unanime c'est le moins qu'on puisse dire) un curieux article 5 avec la trouvaille du Compte Personnel Formation.

Le problème est que ce compte formation tel qu'il est décrit ferait double emploi avec le DIF et pourrait au final servir à détruire cet improbable mais indispensable Droit Individuel à la Formation.

En France tout le monde aime (ou prétend aimer) la formation. C'est le sujet professionnel consensuel par excellence. D'ailleurs le dernier Accord Interprofessionnel où l'on vit tous les partenaires sociaux signer (ANI de septembre 2003 introduisant la Formation tout au long de la vie) était dédié à la formation professionnelle.

Dans l'article 5 de l'accord du 11 janvier dernier les partenaires sociaux ont donc introduit un nouveau dispositif (alors que le système est déjà touffu et passablement illisible).

Il s'agit dans les grandes lignes de sécuriser la formation des travailleurs (pas seulement des salariés d'ailleurs puisque le dispositif se revendique universel) qui disposerait d'un crédit d'heure formation (acquis au sortir d'un parcours scolaire inachevé ou lors des différents contrats de travail d'un salarié).

Ce Compte formation serait donc :

  • Universel (il concernerait tous les travailleurs de France)
  • Individuel (c'était déjà le cas du DIF)
  • transférable sans aucune perte de valeur tout au long de la vie professionnelle (en 2009 les partenaires sociaux lui avaient fait perdre l'essentiel de sa valeur en le dotant de 9,15 euros par heure et 2 ans de durée de vie mais ils rectifient le tir désormais)

Tout cela serait fort bien et on pourrait lâcher le DIF si l'on était sûr que le Compte Personnel Formation deviendrait une composante importante de la sécurisation des travailleurs.

Il n'en est rien car personne ne dit, ne sait ou même n'imagine comment 30 millions de personnes pourraient activer leur Compte formation sans aucun budget pour cela.

C'est bien là que le bât blesse, le seul point intéressant n'est pas abordé (sauf pour les chômeurs renvoyés vers les collectivités locales et les pouvoirs publics).

Le risque est donc de lâcher la proie pour l'ombre. De faire son affaire au DIF en échange d'un Compte formation qui mettrait des années à être opérationnel (comment gérer 30 millions de compte formation avec toutes les situations professionnelles et sociales imaginables durant toute une vie de travail ?) et surtout sans que personne ne sache d'ù viendraient les fonds pour se former (aujourd'hui près d'un milliard d'heures de DIF ont été cumulées par les salariés du privé, dans le public c'est 100 millions d'heures tous les ans, donc 600 millions d'heures de DIF dues par les administrations et collectivités territoriales).

Enfin dernier point, symbolique celui-là. Pourquoi détruire le Droit à la Formation (un nouveau Droit de l'homme et du travailleur) pour lui substituer un hypothétique Compte formation dont chacun reconnaît qu'il mettrait peut être une décennie à fonctionner (la carte vitale a 15 ans et pose encore de nombreux problèmes).

Il y a une véritable urgence aujourd'hui à requalifier des millions de travailleurs disqualifiés par la crise (car les PSE toûchent en tout premier lieu les ouvriers et employés) et ce n'est pas en tatonnant ou en expérimentant durant la crise qu'on pourra redonner espoir et fierté aux travailleurs modestes en France


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • ZenZoe ZenZoe 18 février 2013 11:18

    Le mieux finalement serait que le gouvernement ne mette pas son nez dans ce qui relève d’un parcours individuel, et donc devant être initié par l’individu. Tous les dispositifs en place forment déjà une usine à gaz infernale et, pire, quasi inefficace. Si nous avons quelques milliers de jeunes hyper formés qui sortent de nos écoles chaque année, nous avons aussi ceux qui sortent sans rien du tout, se comptent là en centaines de milliers, et restent sans formation réelle tout au long de leur vie !
    Que le gouvernement se contente (et ce serait déjà énorme) de faire le ménage dans les organismes de formation, et n’accorde de crédits et de possibilité de rémunération qu’aux plus sérieux, c’est-à-dire ceux qui offrent réellement un parcours de formation professionnelle, et pas des machins bidons tout juste bons à pomper le fric des Conseils Régionaux.
    Pour le reste, ceux qui voudront vraiment se servir le feront.

    PS : le DIF, l’idée la plus fumeuse du siècle, que dis-je, du millénaire ! Devenir infographiste avec une poignée d’heures de Photoshop par an, changer de vie avec une initiation à l’origami ou au chinois, se préparer à la création d’enreprise avec le module « afirmez-vous », etc...allez, un peu de sérieux quand même !
    >>> Selon l’enquête Demos, la plus forte proportion des « formations » demandées dans le cadre du DIF le sont pour des activités liées au développement personnel, ou domaines « d’intérêt strictement personnel ». Avec nos impôts !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès