Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Photomania ou la vie à travers l’objectif

Photomania ou la vie à travers l’objectif

De nos jours fleurit une étrange manie dans les soirées entre jeunes : la photomania.
Mise en exergue d’ un phénomène contemporain qui peut interpeller...

Un petit appartement bondé, des rires, de l’alcool, de la fumée.... soudain un flash, suivi d’un autres et encore un autre.

Cela ne semble étonner personne.

Ma voisine de table qui me parlait tout à fait normalement il y a encore une seconde me prend brusquement dans ses bras. Je la connais depuis seulement deux heures.

Son geste est destiné à satisfaire l’œil qui se cache derrière ce petit rectangle gris métallique : l’appareil photo numérique.

« Il » est donc là , toujours là, encore là.  
La jeunesse occidentale ne semble plus pouvoir s’en passer. Comme si chaque instant non « capturé » s’envolait à jamais.

« Grâce » à cette manie qu’ont certains (beaucoup ?), on peut aujourd’hui retracer la chronologie d’une soirée entre amis à la minute près. Est-ce vraiment utile ? Pourquoi un tel comportement ?

Je pose la question à ces « mitrailleurs » nocturnes. Aucun ne saura réellement me répondre.

« Parce que c’est rigolo ! » me dit l’un. « Pour immortaliser la soirée ! » me dit l’autre.

 Certes, certes....Mais à force de passer votre soirée derrière l’objectif, profitez vous vraiment de l’instant présent ? Le but d’une soirée est il de s’amuser ou de paraître ? A cette question je n’obtiendrais aucune réponse.  
Quand j’ajoute avec un sourire « -Vis ta vie ! Arrêtes de passer ta soirée à prendre des photos ! »,on me traite de vieille rabat- joie.

Je n’ai pourtant que 20ans.

Or j’exècre déjà cette manie contemporaine de vouloir immortaliser chaque instant, souvent banal, par la photo.   
Comme si la mise en scène avait remplacée la spontanéité.
Dès que le « mitrailleur » s’approche, les filles se recoiffent, les garçons s’agitent, chacun s’efforce de montrer son meilleur profil, de grimacer ou de faire le pitre. Souvent, pour retrouver la dite photo sur Facebook ou MySpace quelques jours plus tard.
Mais si l’appareil n’avait pas été là ?

On peut s’interroger sur la raison de cette « photomania ».   Est-ce une volonté de montrer au monde extérieur que l’on s’amuse énormément dans sa vie ? Serait- ce pour prouver, pièce à l’appui, que l’on a une vie sociale extrêmement riche et intéressante ? 
Un certain « tabou » semble auréoler ces questions.

 Cette « photomania » si elle est compréhensible apparaît couvent comme trop excessive.

Serait- ce un stigmate de notre société du paraître ? Ou bien une sorte de banalisation du concept de télé -réalité, appliqué au quotidien de milliers d’anonymes ? Car, souvent, le but final de ces photos est d’être diffusé sur la toile, afin de mettre en vitrine nos existences. 

Mais quelle est leur utilité, leur légitimité réelle ? 

Est- ce là le signe d’un malaise ?  
 
En sommes nous arrivés au point où nous sommes tellement malheureux  qu’il faut que l’on prouve, que l’on justifie notre « éclatant » et manifeste bonheur ?

Pour ma part, les soirées au cours desquelles je me suis le plus amusée n’ont pas, ou peu, étées immortalisées pas la photo. Personne n’en avait le temps puisque l’on s’amusait.

 Il semblerait, donc, que certains prennent sans arrêt des photos dans le but  de capturer un éphémère moment de rire ou de complicité. Comme si ceux-ci se faisaient rares. Comme si, sans cela, ils s‘envoleraient à tout jamais. Comme si nos cerveaux ne pouvaient les imprimer d’eux-mêmes. Non, non, aujourd’hui il faut en conserver des traces, des preuves. Et beaucoup de soirées, d’ailleurs,  commencent de nos jours par la projection des multiples photos prises au cours de la soirée précédente. 

Comme si, sans la photo, nos souvenirs s’envolaient à tout jamais et perdaient leur essence.

 

NDLR : Cet article n’a aucune velléité d’explication sociologique ou philosophique du phénomène. Il procède d’une simple constatation personnelle que je souhaite ici partager avec vous.

Le débat est donc lancé !


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • vendetta sabrina 18 février 2009 14:56

    Bonjour Philippe,tout d’abord je voulais exprimer ma joie de voir mon premier article écrit publié !! (oui ,oui, je saute partout dans mon appart !).
    C’est tout à fait juste que lorsque l’on se trouve derrière son objectif on ne peut pas vivre les moments dans leur réalité,j’ai écrit cet article car je trouve que le phénomène prend de plus en plus d’ampleur et que c’est très certainement révélateur d’un phénomène de société mais je ne saurais dire lequel ou de quel malaise...
    J’espères que mes propos ne sont pas trop confus,je suis parasitée par ma joie de voir un de mes écrit apprécié (je me fais régulièrement critiquer par une professeure dans mon école de journalisme qui est très pessimiste quant à mes capacités et mes qualités d’écriture ce qui me fait douter de moi depuis quelques années alors de me voir ici publiée m’empli de joie !!!)
    Merci pour votre commentaire.
    A bientot smiley


  • vendetta sabrina 22 février 2009 13:39

    Hi !Hi ! Merci oui !Je n’avais pas vu votre commentaire !Effectivement la bataille est déja violente sur mon deuxième article intitulé "C’est quand le bonheur"...
    Venez jeter un coup d’oeil !
    Merci à vous et joli prose au passage !


  • MR MERLIN Perpleks 17 février 2009 22:14

    Article intéressant et original.
    Hypothèse : Parce que les jeunes aujourd’hui, et les moins jeunes, ne voient "la vie" que par le biais d’un écran : Ordinateur, television, écran du téléphone......etc, le reste n’existe pas vraiment.


    • vendetta sabrina 18 février 2009 15:01

      Merci pour ton commentaire Perpleks !
      Oui,on voit tout à travers une réalité souvent faussée ou jouée (films, séries,chat internet....etc...) et le plus grave dans tout cela c’est que cela influe sur nos comportements,maintenant c’est certainement pire que dans les années 80 où l’on pouvait encore voir des gens s’amuser et laiser place à la spontanéité notamment à la télé (pour preuve cette nostalgie ambiante des ces années là visible par la multiplication de séries de "best of" de ceci ou de cela souvent d’ailleurs présentés par des animateurs plus que consensuels...).
      Enfin bon..j’en reste perplexe..... smiley


    • saint_sebastien saint_sebastien 18 février 2009 15:06

      tout simplement parce qu’il faut justifier l’achat de gadgets à la con... aujourd’hui vous allez à un concert, les gens ne profitent même plus du spectacle, ils filment comme si c’était hype d’exiber son telephone caméra...


      • vendetta sabrina 19 février 2009 00:07

        Saint Sebastien a dit "tout simplement parce qu’il faut justifier l’achat de gadgets à la con... aujourd’hui vous allez à un concert, les gens ne profitent même plus du spectacle, ils filment comme si c’était hype d’exiber son telephone caméra..."

        C’est sûr...ça fait partie de tout un ensemble de phénomènes qui sont difficilement explicable et c’est en cela que c’est intéréssant de s’y attarder.J’essaie de ne pas tomber dans la dramatisation de gestes ("anodins" pour certains ) mais si cela m’interpelle je pense que c’est qu’il y a dans le fond quelquechose qui mérite que l’on s’y intéresse.
        Alors symptome d’un malaise sociétal plus large ou simple comportement qui heurte ma sensibilité personelle ?Telle est la question.

        Le furtif ta réponse m’a fait bien rire !hi !hi !Je t’imagine tout penaud de retour de vacance ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès