Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pierre Bourdieu : Eléments pour un éloge

Pierre Bourdieu : Eléments pour un éloge

 
Au début était la fin.
 
C’est presque malgré lui qu’il s’est engagé avec tant de passion auprès des mouvements sociaux de son temps comme s’il avait été appelé par une nécessité impérieuse. Un devoir à accomplir, une révélation que la théorie comme il l’avait pensé ne serait pas suffisante pour que le mort puisse saisir le vif. Jean-Pierre Vernant compara cette conversion à l’action, toute proportion gardée, à celle que vécu Jean Cavaillès, qui en 1940 se sentit appelé par les urgences du temps à quitter le ciel des idées pour rejoindre les batailles du concret où il devait périr.
Bourdieu se sentit contraint par la situation historique à descendre dans la rue et y faire descendre ses concepts avec lui. Il était persuadé que la connaissance, le savoir est une arme politique notamment contre les prétendus savoirs, les « les fairy tales » des communicants d’aujourd’hui.
Comment assister sans réagir à la destruction comme il l’a écrit souvent d’un type de civilisation, très imparfait, mais qui devait malgré tout être défendu. Surtout au moment où la classe intellectuelle trahissait ses principes et perdait tout honneur et toute dignité après des dizaines d’années de reniement de compromission de palinodies de révérence au monde dominant de la communication.
Bourdieu n’avait que pour lui que son énergie, ses convictions et sa puissance d’analyse. Il l’ a payé au prix fort . Il l’a payé au prix de sa disparition en tant qu’intellectuel. Ils l’ont tué. Et avec lui une grande partie de la pensée contemporaine. Il était un obstacle au développement de toutes les idéologies les plus aliénantes, les plus fantaisistes et les plus serviles, celle, officielle au service du « bien ». Permettant ainsi à l’idéologie ultralibérale de se mettre au service de l’avidité du siècle. Il a été liquidé, comme on veut liquider la pensée de 68...
Il lui fallut affronter les attaques déchaînées, des campagnes d’insultes, de calomnies d’une violence extrême car il touchait à des puissants pouvoirs. Rien ne lui fut épargné jusqu’aux moqueries de la façon dont il s’habillait.
 
Symptômes
la presse de gauche fut loin d’être la moins acharnée témoignant des ravages provoqués par la révolution conservatrice sur le monde culturel français témoignant également de la folie démiurgique qui s’emparait des journalistes persuadés qu’ils allaient par leurs discours « faire et défaire le monde au service des puissants ».
Nous ne sommes pas loin du « matin brun »de Franck Pavloff. il fallait tuer le soldat Bourdieu. Cette presse n’eut même pas la décence de se taire le jour de sa mort redoublant d’ignominie. C’est ce qui amena Michel Onfray à réagir dans sa « célébration du génie colérique. Tombeau de Pierre Bourdieu . ».
Bourdieu à dit ses raisons en évoquant ce qu’il appelait « sa fureur légitime » cette colère née de l’assurance tranquille avec laquelle le discours néoconservateur s’exprimait dans toutes les universités s’affichait dans tous les journaux, à la télévision pour justifier les gouvernants contre l’aveuglement des masses pour justifier, au nom de la raison, des lumières, les politiques néo-XIXe siècle (l’histoire est courbe) . Il voulut montrer comment les idéologies animaient ces bons Pasteur, comment elle se construisait et produisait de la violence symbolique imposée dans tout l’espace public, incorporée dans la tête de tous au point qu’on ne la remarquait plus derrière la propagande . Il était persuadé que le concept était une arme, que de révéler les modes d’action de cette violence symbolique, de ses effets de domination qu’il ne faut pas confondre avec ceux du pouvoir, permettrait de s’en libérer. Il savait aussi que la réalité sociale est produite par les discours qui prétendent la décrire. Dire c’est aussi faire. Seul il a mené une bataille dans l’ordre des discours, dans l’espace des représentations contre un adversaire organisé financé par la quasi-totalité des réseaux politiques et médiatiques.
Il pensait également que les mots de la résistance deviennent fort quand il rencontre les désirs de la révolte qu’il contribue à cristalliser par leurs révélations. Qu’on se souvienne de « la misère du monde » il voulait rendre la parole que tous les appareils idéologiques d’État nous ont confisquée à tous. Tous ne pouvaient que le faire mourir. Nous y participons tous agit à notre insu par le sens commun, incorporé jusque dans nos corps et nos structures mentales...processus qu’il avait lui même inlassablement mis en lumière.
Je finirai par une allusion au « matin brun » petit opuscule de salubrité publique :
« Dans la vie, ils vont d’une façon bien ordinaire : entre bière et belote. Ni des héros, ni des purs salauds. Simplement, ils détournent les yeux.
Sait-t-on assez où risque de nous mener collectivement les petites lâchetés de chacun d’entre nous ? »
 
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 24 avril 2010 09:17

    Bonjour, Chang.

    Il est effectivement navrant de voir le sort qui a été fait à Bourdieu tant cet homme a été lucide dans son analyse des comportements sociaux et des dérives de notre temps. Ses écrits et ses conférences sur les médias sont à cet égard pleins de bon sens et restent d’une remarquable acuité.

    Cela ne lui a pas évité de dire et d’écrire des âneries (heureusement très rares) lorsqu’il a abordé, de façon il est vrai incidente et marginale, des sujets qu’il ne maîtrisait pas tel le sport. Mais c’est là le charme de tout penseur et intellectuel : il ne peut s’empêcher de déborder de son champ habituel de réflexion.

    Mais on le lui pardonne bien volontiers tant il a apporté à ceux, libres de toute appartenance idéologique ou partisane, qui se sont imprégnés de ses écrits et ont ainsi élargi leur propre champ de réflexion.


    • anty 24 avril 2010 17:53

      Bourdieu était un triste sire qui roulait pour pour l’extremisme marxiste à une époque où c’était la mode car le communisme était omnipotant.

      Un mérite quand même

      ses ouvrages auront chez moi une place de choix dans mes toilettes à côté de livre rouges de Mao et les oeuvres de Marx pardon marx

      Tous ces ouvrages vous pouvez facilement vous procurer dans les décharges public autour de Paris.

      Pour ceux qui ont des problèmes de transit intestinaux

      ces ouvrages sont à conseiller dans ce cas

      elles améliorent puissamment le transit a tel point qu’il faut

      rapidement utiliser la chasse d’eau et préparer et seau d’eau pour accélérer la vidange de la cuvette.


      • anty 24 avril 2010 19:49

        Bourdieu pauvre shmock , il aurait encore fallu que tu le comprennes si d’aventure tu l’avais lu.

        Il a été avec Marx ma plus grande découverte .

        C’est grâce à eux, que fils du peuple, promis à rien et détruit par le rouleau compresseur de la bêtise crasse et l’injustice de classe de l’éducation nazionale, j’ai trouvé à 20 ans une raison d’espérer.

        Je regrette que des gamines aillent vers le ’ coran’ , quand le ’ capital ’ les aurait rendu tellement plus combatives.

        T’as pas le niveau pov mec !

        Précision quand même

        les marxos à l’heure actuelle sont une espèce en voie de disparition

        Le couillon plus haut cités n’a fait rien d’autre que profiter de la renommé de ces derniers

        en pondant des pseudo théories qui elles aussi sont en voie de disparition sauf il est vrai

        dans le cerveaux débiles de ton genre qui s’accrochent à une idéologie (qui elle n’a pas réussi contrairement aux religions ) désormais complétement discrédité par ses
        innombrables crimes

        pov’mec


        • Pie 3,14 24 avril 2010 20:18

          Une fois de plus Anty débite des âneries à propos d’auteurs qu’il n’a jamais lu.

          Je me souviens de la « claque » (intellectuelle) que j’ai pris en lisant « la distinction » dans les années 80, de ses écrits sur l’art, le goût et le marché de l’art et aussi de mon émotion à la lecture de « la misère du monde », un ouvrage collectif sous la direction de Bourdieu.

          Bourdieu était un intellectuel issu du marxisme sans être pour autant un affidé du PC, il était plutôt mauvais coucheur et peu diplomate mais son travail de sociologue est considérable, toujours d’actualité et vraiment novateur.

          Vos anathèmes à deux balles sont ridicules, quand on ne connait rien à un sujet, le mieux est de s’abstenir de l’ouvrir.
           


        • anty 24 avril 2010 20:43

          Il y a pas mal d’ânes qui n’ont jamais lu la bible ou le coran et qui donne leur avis sur ces religions

          Il ya pas mal d’ânes qui n’ont jamais lu les ouvrages des William Tackeray ou Proudhon ou encore Weber et qui donne leurs avis sur le capitalisme.

          Il y a pas mal d’ânes qui connaissent pas Sarkozy en personne et qui donne des avis sur sa politique

          Quand on connait pas pourquoi les gens donne et on droit donner son avis sur un problème

          on ferme sa geu....

          espèce d’âne


        • Pie 3,14 24 avril 2010 21:35

          « Quand on connait pas pourquoi les gens donne et on doit donner son avis sur un problème on ferme sa geu... »

          Il est temps de freiner sur le pastis...


        • anty 24 avril 2010 21:47

          "Quand on sait pas pourquoi les gens donnent et ont droit de donner leurs avis sur un problème on ferme sa geu..."

          Ce n’est pas le pastis qui me soule

          c’est les gens de ton espèce ....


          • Pie 3,14 24 avril 2010 22:12

            Toutes ces lignes qui ne disent pas un mot de Bourdieu et pour cause, vous ne le connaissez pas.

            C’est juste de la bile, de l’aigreur injurieuse qui vous rabaisse et fait pitié.


          • anty 24 avril 2010 23:10

            Vous ne le connaissez pas plus que moi

            ce n’est pas parce que vous avez lu ces ouvrages que vous pouvez vous permettre prétendre

             que les autres n’ont rien à dire sur bourdieu..

            Pour moi bourdieu est un con qui un temps à soutenu les marxos et à fait une analyse de type marxos pour expliquer quelques phénomènes sociaux

            puis lors de la naissance du syndicat Solidarité (Pologne) il a soutenu ce syndicat sans savoir que ce dernier avait des forts apports religieux et nationalistes et anti marxos

            Aux chiottes bourdieu et ses théories à la con

            c’est sa vrai place


          • TSS 25 avril 2010 00:02


            vous qui en avez plein la bouche de « marxos » (marxistes en français),une idole des fachos (vraisemblablement ! ) paul Schaefer(ex nazi) vient de mourir au Chili ,pour qui connait son action formatrice auprès de la jeunesse(20 ans pour viols et tortures) c’est une enorme perte ...

            quant à BOURDIEU ,si il etait encore de ce monde il vous clouerait le bec, les doigts dans le nez, tant la difference de niveau est evidente... !!


            • anty 25 avril 2010 00:31

              quant à BOURDIEU ,si il etait encore de ce monde il vous clouerait le bec, les doigts dans le nez, tant la difference de niveau est evidente... !!

              a toi aussi sans aucun doute

              en 1991 est mort un certain Lazare_Kaganovitch un salaud de prémière qui a supervisée la mort programmé des paysans Ukrainiens (6 à 7 millions)
              contrairement à Schaeffer il n’a jamais été condamné et il est mort tranquillement à l’âge de 98 ans une grande pertes pour les marxos


            • TSS 25 avril 2010 00:46

              a toi aussi sans aucun doute(à vous aussi !!!)nous n’avons pas gardé les chameaux ensemble .

              non !pour moi pas de problème !! je suis un fan de Bourdieu... !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès